(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Architectes: notices biographiques et bibliographiques avec une table des ..."

This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It bas survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at http : //books . google . com/| 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



^'Ù 



<!'■ 



Ull-. 






r^ * 



^ 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



ARCHITECTES 

LYONNAIS 



Digitized by 



Google 



TIRE A 625 EXEMPLAIRES 



N<>" 1 à 25 sur papier du Japon 
N<>" 26 à 625 sur papier velin blanc 



Exemplaire N*" 119 



Digitized by 



Google 



LYON ARTISTIQUE 



ARCHITECTES 



NOTICES BIOGRAPHIQUES 

ET BIBLIOGRAPHIQUES 

AVEC UNE 

TABLE DES ÉDIFICES 

et la Liste chronologique des Noms 



l>AR 



E.-L.-G. CHARVET 



ILLUSTRE DE 20 PORTRAITS D ARCHITECTES 



LYON 

BKRNOUX & CUMIN, ÉDITEURS 

G, Rtr DE LA RÉPUBLIQUE, 6 
1899 



Digitized by 



Google 



n 



j 



(^ HAKVAKU 
RNEARTS 
LIBRARÏ 



^ 



KtÛ 



IMO 



Digitized by 



Google 




LE BON ARCHITECTE 

(Dessin de Ph. de TOrme) 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 




LE MAUVAIS ARCHITECTE 

(Dessin de Ph. de l'Orme) 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



PRÉFACE 



Cet ouvrage n'est que le résumé, fort abrégé, de biographies 
complètes que l'auteur s* est efforcé de préparer depuis près de qua- 
rante ans ; quelques-unes d'entre elles ont été publiées ; un grand 
nombre d'autres^ bien que coordonnées et rédigées^ resteront 
probablement manuscrites ; un dossier spécial à chaque nom et 
renfermant tous les documents trouvés existe pour le surplus. 

Certes, nous savons mieux qu'un autre que nous sommes 
bien loin d'avoir Jait un travail aussi complet qu'il serait désirable 
et que des omissions^ des confusions ou des erreurs pourront y 
être relevées. Qu'on nous les pardonne en raison de l'effroyable 
quantité de documents qu'il a fallu remuer. Ceux qui se sentiront 
le courage de recommencer^ de compléter et de corriger^ trou- 
veront la besogne déjà passablement ébauchée ; si nous en sommes 
resté là ^ c'est qu'il faut savoir s'arrêter et que nous arrivons au 
bout de notre carrière. 

Nous avons clos noire liste à peu près à celle des architectes 
inscrits au tableau de la Société académique d'Architecture de 
Lyon, de i885 ; nous avons ainsi un peu empiété sur les vivants, 
pour que V ouvrage fût plus complet, laissant, afin d'abréger^ aux 
soins d'un écrivain futur ^ nos autres confrères. 



Digitized by 



Google 



— vin — 
Si quelques-uns de ceux qui vont retrouver leur notice, 
remarquent quelle est un peu écourtée ou inexacte, nous espérons 
qu'ils voudront bien avoir la sincérité de se rappeler que fîous ne 
nous sommes pas fait faute de solliciter les renseignements auprès 
d'eux, aux risques même de devenir indiscret, et que, si nous 
avons mis peu de chose, c'est parce qu'ils ont oublié de nous 
répondre. . - - , 



// 



En réalité, notre travail neût dû commencer en quelque sorte 
qu'après 1776, si nous avions tenu à fie choisir que parmi ceux 
qui ont rigoureusement exercé, telle qu'elle se comporte d'après 
les idées et les usages modernes, la profession d'architecte, et il 
eût fallu négliger aussitôt bien des siècles de l'histoire de nos 
édifices. 

Car, d des époques où Pon ne séparait pas, comme on le fait 
à tort à présent, l'art du métier, où sous le régime légal des corpo- 
rations privilégiées, aucun maître d'œuvre ne pouvait exercer 
plusieurs métiers et où wie corporatioft, spéciale et analogue à 
celle d^architecte, n'existait pas, celui qui voulait faire élever une 
construction et n'entendait avoir affaire qu'avec un seul individu 
ne le pouvait pas, ou était obligé d'employer des moyens 
détournés. La qualification d'architecteur ou d'architecte, d'in- 
génieux ou d'ingénieur, attribuée à un individu, ne comportant 
ainsi ni une fonction légale, ni la pratique d'une partie de ce 
qu'on nomme Beaux- Arts à présent, était censée, dans l'esprit de 
ceux qui l'employaient alors, lui accorder plutôt un genre de 
talent d'un ordre particulier, qu'un titre professionnel. 

Aussi, le plus souvent, on faisait dessiner des plans par 
n importe qui, sauf ensuite à en confier l'exécution, divisée, à 



Digitized by 



Google 



— IX — 

chaque maître de spécialité et l'on conçoit que, dans ces circons- 
tances, chacun ne se faisant pas faute d'opérer, à son gré, des 
modifications sur les dessins primitifs^ les œuvres anciennes 
doivent être considérées presque toujours comme collectives et 
non comme individuelles. 

C'est pourquoi nous avons dû faire figurer d'abord les 
maîtres d'œuvre jusqu'au XVIP siècle^ puis quantité de pra- 
ticiens ou entrepreneurs, lesquels ont aussi fourni des plans et 
rempli, plus ou moins, les Jonctions de ce qu'on nomme l' archi- 
tecte. 

Bien entendu les voyers et les ingénieurs en titre de la ville, 
comme ayant exercé des fonctions officielles, ainsi qu'un certain 
nombre de dessinateurs, sont rentrés dans notre cadre, puisqu'ils 
se sont occupés de travaux divers ayant rapport avec l'archi- 
tecture. 

m 

Nous remercions chaleureusement ici tous ceux qui ont eu 
l'extrême obligeance de nous aider en nousfournissant des notices 
et des renseignements. 

IV 

Enfin, nous prions instamment les personnes^ qui voudront 
bien consulter cet ouvrage, de se reporter aux additions et cor- 
rections placées à la fin. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



LYON ARTISTIQUE 



ARCHITECTES 



NOTICES BIOGRAPHIQUES ET BIBLIOGRAPHIQUES 



— A — 

ACHARD, architecte, figure sur les almanachs de Lyon, de 1774 
jusqu'en 1795. — Il fut professeur d'architecture à TEcole royale gratuite 
de dessin de Lyon (reconnue officiellement par un arrêt du Conseil d'Etat 
le II août 1780, mais qui avait été réellement fondée en 1756) de 1780 
à 1783. — Il reçut, en 1772, 720 livres de l'administration consulaire de 
Lyon pour un projet de l'Académie d'équitation de la rue Bourgelat. 
Cette affaire n'eut pas de suite immédiatement; mais Souflflot (voyez ce 
nom), ayant été consulté, comme contrôleur des bâtiments du roi, en 
1776, sur ce travail qui avait été remis sur le tapis, il répondit, le K»* no- 
vembre, qu'il avait fait pour cela des plans de concert avec Achard. 
Remarquer que, dix ans auparavant, Pierre-Julien Thenadey (voyez 
ce nom) avait concouru pour cette construction et que son projet avait 
été préféré. — On a d'Achard, aux archives de Lyon, un projet, sans 
date, de quai avec promenade de quatre 

rangées d'arbres à créer depuis la rue Sala /O/'^/T^Ù 1 
jusqu'au . pont d'Ainay, de manière à ^^ 



donner une figure régulière à l'extrémité 
de la presqu'île qui se terminait alors, 
comme on le sait, vers la rue dite des Remparts- d'Ainay. 




Digitized by 



Google 



— 2 - 

Les Origines de l'enseignement public des arts du dessin à Lyon, par Charvet. — 
Revue du Lyonnais, tome XXXIII, page i35. — Registre consulaire BB 340, 
folio 48. — Archives historiques et statistiques du Rhône, tome IV, article Bourgelat. 

AGUETTANT (Sébastien), architecte, né à Oullins (Rhône), le 
8 septembre 1789, est mort à Lyon le 5 juillet 1857. — Elève de TEcole 
des Beaux-Arts de Lyon, où il a obtenu, en 181 1, une médaille d'argent 
pour un ornement d'après le plâtre. — Nommé, le 3o octobre 1837, pre- 
mier répétiteur du cours de dessin de TEcole La Martinière de Lyon, 
professé par Dupasquier, démissionnaire en 1857 par raison de santé. 
— Remplace Terra, en 1840, comme voyer de la ville de Lyon. 

Nous n'avons pas réussi à nous procurer la liste de ses travaux 
d'architecture et ne pouvons citer, selon notre souvenir, que la restau- 
ration du château du Rozet, près Condrieu (Rhône). Membre de la 
Société académique d'Architecture de Lyon du 11 décembre 1841; ya 
fait un Rapport sur les pisés ^ en 1844, et lui a donné, pour ses archives, 
les dessins d'une Maison rue Petit-David à Lyon (élévation et détails) 
et d'une Porte d'allée^ dans la même ville, avec grand fronton, rue du 
Palais-Grillet. 

AMPÈRE (Joseph), qualifié architecte, entreprend, de concert avec 
Claude Perret et Pierre Hodet (voyez ces noms), le 16 avril 1701, les 
travaux de restauration de Thôtel de ville de Lyon, -sous la surveillance 
de Claude Simon (voyez ce nom), d'après les plans de J.-H. Mansart 
(voyez ce nom) ; ces travaux consistaient en la surélévation de la façade 
principale. 

Registre consulaire BB 260. — Monographie de V Hôtel de Ville, par A. Des- 
jardins. 

ANDRÉ (Gaspard-Abraham), architecte, né à Lyon, le 16 mars 
1840, mort à Cannes le 12 février 1896, élève de l'Ecole des Beaux- Arts 
de Lyon sous Bonnefond, Jourdeuil et Chenavard, y remporta le premier 
prix de la classe d'art décoratif et un prix de croquis d'ornement, 
entra en 1862, le deuxième, à l'Ecole nationale et spéciale des Beaux-Arts 
de Paris et à l'atelier Questel, élève de T*' classe en i865, y remporta la 
grande médaille d'émulation, puis le second grand prix de Rome (Un 



Digitized by 



Google 



à 

Rougeron, Vignerot et C** d'après une photographie de la famille André 

G.-A. ANDRE 

1840-1894 
LYON ARTISTIQUE ARCHITECTES 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— s — 

grand Hôtel de Voyageurs au bord d'un lac Suisse) en i865 (pendant 
une période de quelques années et après la réforme de 1864 ce second 
prix était dit : accessit au prix de Rome) et le prix Abel Blouet. — Il 
obtint, en 1860, le premier prix d'ornement de la Société des Amis des 
Arts de Lyon et, en 1 86 1 , le prix du concours dit archéologique de la Société 
académique d'Architecture de Lyon. — Entré, en 1859, dans le cabinet de 
Bresson, architecte à Lyon; en hiver 1867 et printemps 1868, il fit un 
séjour de six mois en Italie, rentra au cabinet Bresson, puis (la limite 
dage du concours pour Rome ayant été de nouveau fixée à 3oans), il 
retourna à Paris en 1870, où il obtint un rappel de son second grand 
prix (une école de Médecine). — Salon de 1868 : Monument commémo- 
ratifde la victoire de Callao. — Salon de 1870 : Projet de monument à la 
mémoire de Rossini^ dans un jardin public et un projet de porte de 
cimetière, dont G. Davioud a fait un compte rendu dans la Revue générale 
d* Architecture et des Travaux publics^ de cette année, page 168. — 
Exposition universelle de 1878 : le Théâtre des Célestins à Lyon (voir 
plus loin). — Salon de (884 : Plans de F église de Saint- Joseph^ à Lyon^ 
pour lequel il obtient une première médaille (voir plus loin). 

Membre du Conseil d'administration de la Société de l'Enseigne- 
ment professionnel du Rhône. — Membre et secrétaire de la section des 
Beaux-Arts à l'Exposition universelle de Lyon, en 1872, où il obtint une 
médaille d'or. — Membre du Conseil d'administration de l'Ecole natio- 
nale des Beaux- Arts de Lyon, en i885, dont il a été ensuite président en 
1891 . Membre du jury des concours de la même école. 

Second prix au concours des bâtiments académiques de Genève (pas 
de premier prix décerné) ; troisième prix pour le monument commémoratif 
du combat du 18 décembre 1870 à Ntiits(jugé par l'Académie.des Beaux- 
Arts, section d'architecture) ; 1871, second prix pour le théâtre de Genève 
(le premier prix ne fut pas décerné et le théâtre ne fut construit, sur un 
autre terrain, que quelques années plus tard, par Gosse) ; ses dessins ont 
été publiés dans V Intime Club, volume VI et VII ; 1873, premier prix et 
la construction du théâtre des Célestins à Lyon (voir plus loin) ; 1877 un 
second prix, avec PauIPascalon, pour l'exécution de deux fontaines à Lyon 
(le premier prix ne fut pas décerné, voir plus loin) ; 1 880, premier prix pour 
l'hôtel de ville de Neuillysur-Seine (pour lequel il renonça à Texécution 
afin de se consacrer à la reconstruction du théâtre des Célestins; on a, 



Digitized by 



Google 




_ 4 _ 

dans la façade, conservé une partie de son projet ) ; ses dessins ont été 
publiés dans V Intime Club, tome XIV; 1890, second prix pour la cons- 
truction de rUniversité de Lausanne (le premier prix ne fut pas décerné) ; 
chargé d'étudier les plans définitifs ainsi qu'une restauration du château 
de cette ville; 1892, second prix pour la construction d'un théâtre au 
Casino d'Aix-les-Bains et pour l'achèvement de ce cercle ; 1893, classé 
troisième dans le concours pour la reconstruction de TOpéra-Comique de 
Paris ; concours pour le 
monument des Enfants 
du Rhône à Lyon où il 
obtint le second prix ; 
concours pour le monu- 
ment à la République sur 
la place Perrache à Lyon (non classé comme ne répondant pas au pro- 
gramme. Voir page i36 des Croquis d^ architecture (Intime Club)^ 
année 1894). 

Travaux d'architecture: 1872, église provisoire de Saint-Joseph à 
Lyon (première construction en mâchefer autorisée dans la ville par 
l'administration). — 1873 : théâtre des Célestins, à Lyon, achevé en 
1877, brûlé en partie et reconstruit en 1880 (plans, coupe et élévation 
dans les Croquis d'oArchitecture {Intime C/w^), volume VII ; de nombreux 
détails dans les Matériaux et Documents de Raguenet, livraisons 86, 90, 
94, 97, 108, 1 1 1, 1 14, 1 15, 120, 124, i3i, i36, 169, 173, 190 et 199). — 
Fontaine de la place des Jacobins à Lyon (l'ensemble, en perspective, 
et les détails ont été publiés dans les Matériaux et Documents de 
Raguenet, livraisons 124, 127 et i32 et les plans et élévations dans le 
dans le Recueil d* Architecture de Wulliam et Farge,Xe année). — Temple 
des Protestants, quai de la Guillotière, à Lyon, inauguré en 1884 
(Publié dans la Revue générale de V Architecture et des Travaux publics 
de 1888, planches 9 à i3, avec un texte par André, page 33, 64 et ici ; 
plans, coupes et élévations dans la lod^ livraison de Monographies des 
Bâtiments modernes de Raguenet et des détails divers ; livraisons i53, 
154, i58 et 160 des Matériaux et Documents du même). — 1881 : Villa 
Letourneur à Montribloud, Ecully (Rhône). Avec Carrel et Bissuel : 
Plans pour Tassainissemcnt de la partie de la presqu'île comprise entre 
la place de Bellecour et la place des Cordeliers (a été publié chez Pitrat). 



Digitized by 



Google 



— i882 : Villa Former à Morestel (Isère); église Saint- Joseph (rue 
Masséna), à Lyon, dont un tronçon est livré au culte en 1888 (Voir 
Projet d'église pour la paroisse de Saint- Joseph, à Lyon (Brotteaux), 
héliogravure Dujardin. Imp. L. Eudes; vue perspective de Tédifice et 
vue perspective de Tintérieur). Etude, pour le Crédit Lyonnais, de 
plusieurs projets en remplacement situé entre la place, Téglise des 
Cordeliers et la rue de la République (ancienne rue Impériale) ; groupe 
scolaire rue Tronchet (angle de la rue Tête-d'Or), à Lyon, terminé en 
1887 (les plans, coupes et élévations ont été publiés dans Monographie 
des Bâtiments modernes de Raguenet, 41e livraison); agrandissements 
des deux usines Gillet. — 1884 : Villa Saint-Pierre, pour M. de Gravillon, 
à EcuUy (Rhône). — 1888 : Maison et construction d'usine à Izieux près 
Saint-Chamond (Loire), pour M. Gillet ; ferme et dépendances pour 
M. Gillet père à Bully (Rhône); maison du docteur Beligou à Lamalou. 

— 1890 : Château de la Perollière à Sain-Bel (Rhône), pour M. Mangini. 
1892 : — Villas Félicia et Lérina à Cannes pour MM. Gillet et Mangini ; 
études faites pour un casino à Evian (Haute-Savoie) et d'un monument 
à Pierre Dupont à Lyon ; tombeaux Passebois, Gourdon, Aubert et 
celui de sa famille, où il a été inhumé lui-même, au cimetière de la 
Guillotière (Lyon) ; des familles Cabanne et -^schimann au cimetière de 
la Croix-Rousse (Lyon) et de la famille de Faysse au cimetière d'Ecully 
(Rhône). 

Membre de la Société centrale des Architectes français en i883. 
Membre, le 4 janvier 1872, de la Société académique d'Architecture 
de Lyon, il en fut successivement le secrétaire-adjoint pour 1873-1874, le 
secrétaire pour 1877- 1878, le vice-président pour 1884-1886 et le prési- 
dent pour 1893- 1894 (voir, pour le rôle qu'il remplit, avec une ténacité 
extrême,dans la session du XXIT Congrès des architectes français à Lyon: 
L' Architecture j journal hebdomadaire de la Société centrale des Archi- 
tectes français ^VW année, numéros 27 à 37). — Vice-président de l'Asso- 
ciation provinciale des architectes français. — Membre, le 4 juin 1889, de 
l'Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon (Nous ne savons 
s'il fit un discours de réception). 

Publications : Compte rendu des travaux de la Société académique 
d' Architecture pendant les années 18 y jet 1878, Annales de cette Société, 
VI, page LXXV. — Notes historiques sur la fontaine de la place des 



Digitized by 



Google 



— c — 

Jacobins. Cent ans plus tard {\gS6) par JohannèsMolasson.. — Notice sur 
le temple protestant (Repue générale d'Architecture^ de 1 887). — Rapports 
sur r Exposition, — Notice sur P. Bossan dans \a Construction moderne du 
8 décembre 1888. — Rapport on Réponse de la Société académique d'Archi- 
tecture de Lyon au questionnaire proposé par le bureau de F Association 
provinciale des Architectes Jrançais, Lyon, xMougin-Rusand, 1 891, pages 
1 à 45. — Autour de Sainte-^landine^ par A.Gaspard,'dans Lyon-Revue 
1 892. — Discours prononcés à la distribution des prix de l'Ecole Nationale 
des Beaux-Arts de Lyon en 1887, 1892 et 1894 dans les palmarès de cette 
Ecole. — Allocution aux obsèques de L.Bresson ^^xxhWéQ dans L' Architec- 
ture, journal hebdomadaire de la Société centrale des Architectes Jran- 
çais de 1893, page 198. 

Dessins: Dans les cartons de la Société académique d'Architec- 
ture : Porte d'entrée de la chapelle dite des oMessieurs au collège de la 
Trinité à Lyon^2 dessins; une feuille renfermant: Couronnement de porte 
rue Grenette 33 j avec deux impostes en fer ^plus une autre imposte ^maison 
du Cheval-Blanc; autre feuille renfermant : Couronnement de porte d'allée 
quai de Bondy 26, une imposte place de la Baleine^ 6, deux grilles rondes^ 
quai de Bondy 22^ et rue Tramassac^ 48; porche de l église Saint-Pierre 
à Lyon et ses détails, lesquels ont été gravés par Séon. — Monument à 
Ingres^ dans la 3** année, XII, 3, du Croquis d architecture (Intime 
Club). — Officier d'Académie. Chevalier de la Légion d'honneur 
de 1886. 

Renseignements fournis par G. André, en 1893, à Tauteur. — Notice par Léon 
Malo dans le Salut Public, Discours prononcé à ses funérailles par R. de Caze- 
nove dont il a rendu compte à TAcadémie des Sciences, Belles-Lettres et Arts 
de Lyon le 2 5 lévrier 1896. — Notice dans la Revue du Siècle avec portrait. — 
Notice dans V Architecture de 1896. — Notice biographique par E. Bissuel lue à la 
Société académique d'Architecture de Lyon dans la séance du 4 juin 1896 et à 
l'Assemblée générale de l'Association provinciale des Architectes français à Rouen, 
le 10 juin 1896 (Lyon, Mougin-Rusand, 1896, avec portrait en phototypie), enfin 
reproduite dans V Architecture, 

ANGLIER (Guillaume), maître d'œuvre de Lyon, passe, de con- 
cert avec Jehan Morel (voyez ce nom), marché, le 29 mai 1475, avec les 
religieux Augustins de Lyon pour la construction d'une chapelle dans le 
cloître de Téglise de ce monastère, moyennant la somme de 400 livres. 



Digitized by 



Google 



N» i85 de rinventaire, de i65o, des Augustins, aux Archives du département 
du Rhône. 

ANQUISE ( ), ingénieur de Bologne, maître des répa- 

rations et des fortifications de Narbonne, reçut 25 écus d'or d'honoraires, 
le 28 mai i525, pour être venu visiter les fortifications de Lyon sur Tin- 
vitation de M. de Lautrec; « il avait faict un pourtraict du boulevard de 
Sainct Sébastien ». On avait dû le démolir, était-il dit dans une délibé- 
ration consulaire du 10 mars i525, « parce qu'il tomboit en ruyne ». 

Registres consulaires de la ville de Lyon^ BB, 41, folijs 2i5 et 254 verso. 
— Se'rie CC. Impôts et comptabilité, 1524-1 525, portefeuille jSo, aux Archives de 
la ville de Lyon, 

APRIGLIUS (Priscianus), maître d'œuvre (faber) gallo-romain 
de Lyon, lequel a son épitaphe sur un tombeau qu'il avait fait élever de 
son vivant pour lui-même et pour son épouse, trouvé en démolissant 
l'ancien pont du Change, à présent au musée épigraphique de Lyon. 

Inscriptions antiques par Allmer et Dissard, II, pages 446 et 447. 

ARAMONDI (Alexandre), « ingénieux et expert architecteur » 
grec de Constantinople, fut appelé, avec Moraï ouMorail (voyez ce nom), 
aussi ingénieur et architecte grec de Constantinople, par l'administration 
municipale de Lyon pour venir de Marseille afin de donner son avis et 
des plans pour les fortifications de la ville et pour les a plessières (on 
nommaitalorsplessièresde petits chemins, ou digues, formés de branches 
repliées sur elles-mêmes) du Rhône » ; ils reçurent pour cela vingt écus 
d'or, valant quarante-six livres, par délibération du consulat du 3 novem- 
bre i555, assemblé au bureau de l'Hôtel-Dieu du Pont du Rhône. 

Archives de la ville de Lyon, Registre consulaire BB, 78. folio 6-;, 

ARQUILLÉRE (Pierre), architecte, né à Saint-Didier-au-Mont- 
d'Or (Rhône), le 12 février 1829, mort à Cannes (Alpes-Maritimes), le 
26 février 1879 ; entré à l'Ecole des Beaux-Arts de Lyon où il obtint, 
en 1845, une première mention de géométrie pratique et, sous Chenavard, 
en 1846, une deuxième mention de concours mensuels. — A fait partie du 
cabinet de Desjardins. — Travaux d'architecture. — A Cannes (Alpes- 



Digitized by 



Google 



— 8 — 

Maritimes) : église de Notre-Dame-du-Bon-Voyage , les Abattoirs, 
des Ecoles, diverses villas et hôtels. Dans la Loire : la restauration 
du château de Bonvert, à M. Cathelin, près Roanne et, dans la 
Haute-Loire, celle du château du Flachat et Martinas, de MM. Néron, à 
Monistrol. Dans Saône-et-Loire : la maison de campagne de M. Jarre, 
à Saint-Martin-de-Senozan. Dans le Rhône : la mairie et les écoles de 
Cercié ; villas Solignat, Montel et Montessuy à St-Didier. A Lyon : 
chalet Londe, angle de la rue Tête-d'Or et du boulevard du Nord ; 
restauration du château de M. Soulier et pensionnat des Sœurs Saint- 
Charles, à Serin ; Magasins généraux de Vaise, et création du quartier de 
rindustrie dans la mêmalocalité. 

Renseignements Journis par A. Arquillère. 

AUBERT ( ) donne, en 171 5, les dessins pour la cons- 

truction, en bois, du pont Saint- Vincent à Lyon (voyez Marie et Caminet). 

AUDEBERT (ou ALDEBERTVS), élève des maîtres qui avaient 
construit l'église abbatiale de Saint-Martin-d'Ainay, à Lyon, sous le 
vocable de Saint-Pierre (dite église de Sainte-Blandine) vers 966, cons- 
truit réglise de Saint-Romain-le-Puy (Loire) ; sa signature est sculptée 
sur une frise à l'intérieur de Téglise en trois lignes, terminées par une 
palme ». 

Nouvelle histoire de Lyon, etc., par A. Steyert, tome II, page 235, donnant sa 
signature d'après Le Fore^ de Félix Théollier. 

AUDRAN (Claude III), peintre et architecte, né à Lyon le 
25 août i658, mort au Palais du Luxembourg, à Paris, le 28 mai 1734. 
Neveu de Gérard Audran et fils de Germain et de Jeanne Ciseron, il fut, 
selon les biographes, élève de Lebrun et de Claude Gillot et devint à son 
tour un des maîtres d'Antoine Watteau et de Gersaint. 

On le nomma, le 5 juillet 1704, concierge du Palais du Luxembourg 
où il organisa une sorte de manufacture de tapisseries dont le fond était 
une toile cirée préparée sur laquelle on 
appliquait des laines, hachées ou broyées, 

de diverses couleurs ou nuances. Ce . - 

travail fut interrompu pendant le séjour de M'"*" de Berry. Il a été un 
des meilleurs dessinateurs pour les grotesques. 




Digitized by 



Google 



— 9 — 

Travaux de peinture : Hôtel Bouillon, autrefois la Bazinière, quai 
Malaquais, à Paris, détruit depuis (reçus des 23 février 1694 et 5 juil- 
let 1 696); hôtel près laporte Gaillon pour M'ne la duchesse de xMantoue (reçu 
du 17 janvier 1708) ; plafond des trois pièces qui suivent l'appartement du 
roi au château de Meudon. Plafond du salon au château d'Anet. Cinq 
pièces, dont les plafonds présentent des arabesques peintes sur fond or, 
dont les fables de La Fontaine forment les sujets, au petit château de la 
Ménagerie construit parJ.-H.Mansart à Versailles. Château de la Muette. 

Publication : 1684. ^^ rordre dorique. Estampes : Suite de 12 
montants d'arabesques représentant les mois de Tannée : htventé par C. 
Audran et gravé par son frère. Se vend à Paris en Ihostel royal des 
Gobelins^ avec privilège du Roy. 

D'Argen ville. Environs de Paris. — La Vie de Watteau. — Abecedario de 
Mariette. — Piganiol de la Force. — Séjour à Pans, pcr de Ncm^hz.— Description 
de Paris, par G. Brice. — Jal. — G. Duplessis. — L. Charvet, Les Audran. — 
Archives de l'Art Français. — Collection Coste à la bibliothèque du Lycée à Lyon, 
n® 15,669. — Bibliothèque Nationale, de'partement des Estampes. 

AUGE (Glauçle), architecte et sculpteur de Lyon, refait de 1690 a 
1692, la pointe du clocher nord de la cathédrale de Chartres et l'ex- 
hausse de 1 . 5o (cette pointe avait été détruite par un ouragan) ; il répare 
aussi la lanterne. De 1692 à 1698 il commence le couronnement de la 
clôture du chœur achevée seulement en 17 16. 

Buheau. — Dupuy. — Mémoires de la Société d^ Eure-et-Loir. — Bauchal. 

AYNEZ (Etienne), architecte à Lyon, reçoit, avec Jean Ay nez, archi- 
tecte et Claude Perret, architecte, i3oo livres, en 1701, pour avoir trans- 
porté du port du Temple à Thôtelde Mascranny, sur la place de Bellecour, 
la statue en bronze de Louis XIV, par van den Bogaert (Martin-Desjar- 
dins), qui fut placée plus tard sur un noyau en maçonnerie que Ton 
construisit en 1713, année où elle fut élevée par une machine de l'in- 
vention de Claude Perret, inaugurée solennellement, puis revêtue d'une 
décoration due aux dessins de Mansart (Jules-Hardouin) apportés, en 
1700, à Lyon, par Robert de Cotte (voyez Claude Perret, Etienne Fahy, 
Jules-Hardouin Mansart et Robert de Cotte). 

AYNEZ (Jean) dit architecte (voyez l'article précédent). 



Digitized by 



Google 



10 — 



— B — 

BAFFERT (Nicolas-Marie), architecte à Lyon, mort révolution nai- 
rement, le 12 octobre 1792, cité dans les Almanachs de Lyon de 1770 à 
1792; avait été déclaré, le 29 septembre 1774, adjudicataire des travaux 
de reconstruction de la prison de Roanne, à Lyon, sur l'emplacement de 
rhôtel de Fléchères (ancien Palais de Justice) ; mais, ce travail ayant été 
suspendu, il présenta une réclamation (voyez Bugniet). A travaillé avec 
Roux (voyez ce nom) au pont de rArchevéché, à Lyon, sous la direction 
de ringénieur J.-R. Perronet (voyez ce nom), eut également des contes- 
tations dans ces travaux avec un sieur Millet en 1783 (voyez aussi 
Marie, Gervaise, Lallié, Bugniet, Bouchet, de Limay et Carron). Il fut 
condamné à mort et à la confiscation de ses biens par jugement de la 
Commission de la justice populaire et du Tribunal révolutionnaire établi 
par l'arrêté des représentants du peuple, en date du 8 frimaire an II, pour 
avoir été inspecteur des redoutes et fortifications pendant le siège de 
Lyon. 

Archives de la ville de Lyon. — Nouvelles archives du Rhône, 

BAILLY (Philippe-Manlius), architecte, né à Lyon, le 8 août 
1823, admis à TEcole des Beaux-Arts de Lyon en 1837, est entré dans le 
cabinet de C.-A. Benoît, puis dans celui de A. Desjardins pour la 
restauration de Thôtel de ville de Lyon vers 1857. N'ayant pas réussi à 
nous procurer la liste de ses travaux d'architecture nous devons nous 
borner à signaler ceux qui ont été publiés. Dans les ^Matériaux et 
Documents de Raguenet : cheminée dans le château de M. de L***, près 
Annonay; stalle dans Téglise de Charentay (Rhône) ; croix du cimetière 
de Genouilleux, canton de Thoissey (Ain) ; lucarne d'une maison place 
Napoléon (Perrache), à Lyon ; dans le Recueil d'Architecture de 
Wulliam et Farge, troisième année : maison d'habitation et d'exploita- 
tion à Liergues (Rhône) Faisait partie de la Société libre d'architec- 
ture de Lyon en 1859, année où il- a été admis, le 7 juillet, à la Société 
académique d'Architecture de Lyon ; il était démissionnaire en 1874. 



Digitized by 



Google 



— 11 — 

— Voir de lui un dessin de ï église Saint-Nicolas de Beaujeu^ dans la 
Nouvelle Histoire de Lyon^ par A. Steyert, II, p. 299. 

BAL DE VERRIÈRE ( ), architecte et peintre, porté 

à ces titres dans les Almanachs de Lyon de 1766 à 1786; estime, avec 
Loyer (voyez ce nom), à Lyon, l'emplacement de la communauté des 
Filles Pénitentes en 1739; reçoit, en 1768, 2,400 livres pour un projet 
d'élargissement du pont de la Saône et la formation du quai de la Baleine 
et de la Douane ; estime, en 1777, avec Degérando (voyez ce nom), la 
maison du Grand-Paris, à Tangle des rues Mercière et Thomassin, à 
96^000 livres ; Roux et J.-F. Grand (voyez ces noms) ne l'avaient estimée 
que 75,000. 

Archives de l Hospice de la Charité. — Archives de Lyon, — G. Bellin dans les 
Annales de la Société académique d'Architecture de la ville Lyon, tome IX, 
page LXIX. 

BALLET (J.-B.), architecte. Plan topographique du village de 
Monplaisir et des campagnes de Sans-Souci (Isère) ^ 1828. Lith. Brunet 
in-fol. 

Collection Coste à la Bibliothèque de la ville de Lyon au Lycée, n« 193. 

BALTARD (Louis-Pierre), architecte, peintre et graveur, né à 
Paris le 9 juillet 1764, mort à Lyon le 22 janvier 1846.. Il fut élève de 
Peyre (Antoine-François) dit le Jeune, et travailla tout d'abord avec 
Mique, puis avec Brongniard, Paris et Ledoux aux projets d'embellis- 
sements de Paris ; il partit pour Rome, en 1 788, avec une pension du baron 
de Breteuil, alors ministre de la maison du roi; mais son séjour y fut 
interrompu, en 1791 , par les événements de la Révolution ; rentré à Paris, 
il remplit, à TOpéra, la place de dessinateur des décorations que Téloi- 
gnement de l'architecte Paris avait rendu vacante, puis servit, en 1793, 
comme adjoint au génie militaire; ses projets de fortifications reçurent 
l'approbation deCarnot. — Salon de 1791 : Lavis représentant les Ruines 
d'un temple de Jupiter Stator; un Paysage. (Cet envoi paraît avoir été fait 
de Lyon où Baltard s'était probablement arrêté en revenant de l'Italie). 

— Salon de 1793 : Le Tombeau de Métellus et une Vue de Tivoli \ Vue des 
Alpes, dessin ; Soleil couchant; le Temple d^Antonin ; Paysage^ Vue 



Digitized by 



Google 



— 19 — 

de Tivoli^ dessin (Baltard habitait alors Paris). — Salon de 1795 : 
Personnages écoutant une musicienne près cTun temple cT Apollon, dessin; 
Clair de lune. Solitude^ dessins; Vue de Tivoli. — Salon de 1796 : Site 
sauvage (on voit une cascade, une femme qui sommeille, un chien et des 
chèvres) ; Vue d'un paysage agreste habité par des pasteurs (une mère 
joue avec un enfant et un chien^ et le père les contemple) ; Paysage avec 
figures'^ habitation de pasteurs ; une grotte samfage\ une Solitude ; Projet 
de salle d'assemblée pour le conseil des Cinq-Cents. Vue perspective et 
coloriée d^un monument public destiné à recevoir et à conserver les 
tables des lois républicaines ^ ainsi que les modèles des poids ^ des mesures 
et des monnaies tant anciennes que modernes; trois Projets de villes dans 
des situations différentes; Projets de deux monuments d'utilité publique 
(la feuille qui contient ces divers projets est dédiée aux malheureux 
habitants des contrées de TOuest dont les habitations ont été dévastées 
et brûlées pendant la guerre). — Salondei798 : Vue des montagnes et des 
vallées de l Isère près Montmélian ; Vue de l'arc antique de Suse près 
Turin; Vue des cascatelles de Tivoli, près Rome ; Vue dune côte mari- 
time^ aquarelle ; Paysage au soleil couchant (tiré de Toptique du citoyen 
Charles) ; Dessin géométral d'un monument triomphal en l'honneur des 
Armées de la République faisant partie d'un projet, pour Bordeaux, sur 
remplacement du Château-Trompette ; quatre feuilles d'un ouvrage sur 
r Architecture que Fauteur se propose de faire graver. — Salon de 1799 : 
Projet de monument consacré à rappeler la mémoire de l'assassinat des 
ministres français à Rastadt (Prix d'encouragement accordé dans les 
séances du jury des Arts le 7 ventôse an VII); Vue de rochers et de 
cascades \ Vue maritime; Cincinnatus conduisant la charrue\ Paysage 
historique ; Projet de métairie. — Salon de iSiô : Philoctète dans Vile de 
Lemnos. — Salon de 1 8 1 2 : Vue du marché St- Martin; Vue des Halles^aux 
vins. — Salonde 1814 : oMort d'Adonis; Paysage historique; Site d'Italie; 
(avec Vaudoyer) Plans ^ coupes et élévations de divers projets des grands 
prix d'architecture décernés par T Institut. — Salon de 18 19 : Projets de 
fontaines pour les Champs-Elysées. — Salon de i833 : Vue des Gorges du 
val de Maurienne dans les Alpes: Vue du Temple de la Sibylle à Tivoli; 
des cascatelles et de la plaine de Rome. — Salonde 1834 : Vue de Monte- 
Cavo et de GrottaFerrata, environs de Rome. — Salon de i835 : Vue de 
lArc de Titus ^ à Rome avant qu'il eût été restauré; Plan du Palais de 



Digitized by 



Google 



— 13 — 

Justice de Lyon fondé en 1884^ place de Roanne^ sur la ripe droite de la 
Saône; Colonne de Louis-Philippe /"* à ériger sur la place de la 
Concorde. — Nommé professeur à TEcole Polytechnique lors de sa 
création, il ne conserva pas ce poste dans le but de retourner à Tart de 
la gravure. Sous TEmpire il fut attaché aux travaux du Panthéon où il fit 
établir les échafaudages pour l'exécution des peintures et des sculptures 
à l'intérieur et pour la pose de la croix (voyez Rondelet) ; succéda à 
Dufourny comme architecte des prisons, halles et marchés de Paris. En 
1818 il fut nommé professeur de théorie à Técole royale des Beaux-Arts de 
Paris (voir un article de critique sur son cours dans la Revue d'Archi- 
tecture et des Travaux publics de 1841 page 635); en 1820 membre du 
Conseil des bâtiments de la préfecture de la Seine en remplacement de 
Viel; en i825 chargé des tribunaux et prisons de la Seine; en i83i, 
membre du Conseil général des bâtiments civils ; en i838 membre hono- 
raire du même Conseil; enfin, en 1837, inspecteur général des travaux de' 
Paris. 

Prit part, en 1825, au concours ouvert par la ville de Lyon (avec 
21 concurrents) pour la restauration du théâtre construit, en 1754, par 
Soufflot ; son projet (lequel est encore conservé aux archives de la ville) 
fut retenu avec ceux de Dardel, Lefranc, Grangier, Bourjot, Chenavard, 
Pollet et Garnaud (cet édifice a été reconstruit entièrement, en 1829, par 
Chenavard). Fut désigné, en 1828, par le Ministre comme un des archi- 
tectes qui devaient fournir des projets pour la construction d'un palais de 
justice à Lyon avec Debret (lequel n'accepta pas le concours), Dardel, 
Chenavard et Hotelard, auxquels on adjoignit, sur la demande de ces 
derniers, Falconnet et Farge. Aucun prix ne fut décerné; on accorda 
seulement une indemnité à tous les concurrents excepté à Farge et à 
Falconnet (Baltard fut chargé en 
i832 de l'exécution). 

Travaux d'architecture : de 
181 5 à 181 8, une chapelle à 
Sainte-Pélagie, une autre à Saint-Lazare et des vastes corps de bâtiment 
dans ces prisons ainsi qu'à Bicêtre. A Lyon, en 1 828, le grenier à sel (démoli 
depuis) ; en i836^ la prison de St- Joseph à Perrache (voyer Moncorger), 
de i832 et, à 1842, le Palais de Justice (il existe un médaille de 0,047 ^^ 
diamètre, par L. Schmitt : façade du Palais, 28 juillet i835 ; i{, Caïn 




Digitized by 



Google 



— 14 — 

venant de tuer Abel, avec le Père Eternel dans un nuage. Cet édifice a 
coûté, y compris 1,491,425,93 de terrain et de frais accessoires, la somme 
de 5,3oo,ooo,ooo), et laprison d'arrêt sur la rue Saint-Jean ; à Draguignan 
la prison avec E.-B. Lantoin. 

Publications (dont la plupart des gravures sont de Baltard) : 
Voyage en Italie^ collection de 40 vues à Taquatinta avec texte en 
forme de lettres à Percier et Fontaine. — Recueil de pues des 
monuments antiques et des principales fabriques de Rome^ précédé de 
lettres ou voyage pittoresque dans les Alpes en passant par la route de 
Lyon et le xMont-Cenis, 1801, in-folio 48 planches. — Parisœum^ ou 
Paris et ses monuments^ avec des notes historiques et critiques par 
Amaury-Duval, i8o3 (à 1834) 96'planches in-folio. — Projet de réunion 
du Louvre aux Tuileries et Jardin d hiver, gravure à laqua-tinta, in-folîo; 
Athenœm^ ou Galerie française des productions de tous les arts ^ Paris 1806 
14 livraisons in-40. — Essai méthodique sur la décoration des édifices et 
des monuments^ ou Collection et choix des plus beaux morceaux de sculp- 
ture et peinture anciennes et modernes, Paris, 1817, in-folio, avec 120 
planches lithographiées. — La colonne de la grande Armée^ bas reliefs, 
figures, détails et ensemble, vers 1810 (146 planches à la chalcographie 
du Louvre). — Grands prix d architecture (avec Vaudoyer) 1818 à 1824, 
2 vol. in-folio. — Prison en remplacement de celle de Saint-Joseph et lettre 
à ce sujet, Lyon, 1825. — Architectonographie des prisons^ ou parallèle 
des divers systèmes de distributions dont les prisons sont susceptibles, 
Paris, 1829 — Discours nécrologique^ prononcé au nom de TEcole des 
Beaux-Arts sur le tombeau de /. Rondelet^ architecte^ le 27 sep-' 
tembre 1829, Paris, 1829, in-40. — Projet de Palais de Justice de la 
ville de Lyon et mémoire sur le choix de son emplacement, accompagné 
de 1 1 planches, i83o, in-40. — Lettre à MM, les membres de la commis- 
sion des propriétaires et habitants du quartier du Palais de Justice à 
Lyon, de Paris le 9 octobre i83o, in-40. — Essai sur la fortification et 
sur les tours à batterie tournante. . . précédé de quelques considérations 
sur l'architecture à Tépoque de la renaissance des arts et sur Tà-propos 
de fortifier les villes de Paris et de Lyon, Paris, i83i, in-80 et 27 
planches. — Discours Couverture du cours de la théorie de Varchitecture 
à TEcolc royale des Beaux- Arts de Paris, 1834, in-80. — Exposé relatif 
aux constructions du Palais de Justice et de laprison de Lyon suivi de 



Digitized by 



Google 



— 15 — 

questions soumises à M. Dumont, Lyon, Rossary, i835, in-40. — Journal 
descriptif et croquis de vues pittoresques faites dans un voyage en Savoie 
du ioau2oaoût 1837, in-4'* autographié. — A oAfessieurs les membres du 
Conseil général du département du Rhône (sans date, mais se rapportant 
à Tannée i838), Lyon, Dumoulin etRonet, in-4'^. — Lettre à M Je Comte 
de Montalivet^ ministre et secrétaire d'Etat de l'Intérieur, suivie de 
r Exposé instructif de la marche des opérations (du Palais de Justice) 
depuis i832Jusquen i838^ Paris 12 novembre i838, Crapelet. — lia 
fait avec Percier les dessins des 17 planches de la galerie de la Reine, dite 
de Diane, à Fontainebleau, peinte par A. Dubois, en 1600, publiée par 
E. Gatteauxet V. Bal tard (chalcographie du Louvre). — Introduction 
du cours de théorie de r Architecture de Tannée i83g, (à TEcole des 
Beaux-Arts de Paris), Paris 1839, in-80, 32 planches. — Plan 
d^ensemble du projet de pont et d'édifices publics à ériger sur les 
roches du pont du Change par Baltard, juin J843, Brunet et C»« Lyon 
in-40, 2 f". — Plans^ élévations et coupes de Ventrepôt des sels de la ville 
de Lyon (gravé par Sanpierdarena). — Vue et plan d'un Palais de justice 
sur le Pont de Pierre à Lyon. — Plan d'ensemble du projet de pont 
et d'édifices publics à ériger sur les roches du pont du Change à Lyon^ 
juin 1843, Brunet et CM, — Baltard a gravé de nombreuses planches pour 
le grand ouvrage de Texpédition d'Egypte, pour le voyage de Denon 
et les ouvrages de iMazois, Gau et Delaborde, et le portrait de Phili- 
bert de TOrme. — On conserve de lui, à TEcole nationale et spéciale 
des Beaux-Arts de Paris, deux dessins de Vlntérieur de la Chapelle 
Sixtine^ crayon, plume et lavis à Tencre.de Chine. 

Membre, puis président honoraire, de la Société centrale des Archi- 
tectes. Principal réorganisateur de la Société académique d'Architecture 
de Lyon en 1 83o, il en fut le président, puis le président honoraire. Il a été 
aussi membre de la Société libre des Beaux-Arts et de la Société d'Encou- 
ragement de Paris. — Chevalier de la Légion d'honneur en i838. — 
Son buste, par Eugène Guillaume, appartient à ce statuaire. 

Notice biographique lue à la Société libre des Beaux-Ans, par A. Galimard, 
Paris, 1846. — Notice, par César Daly, dans la Revue de l'Architecture et des Tra^ 
vaux publics, de 1846, pages 285, 547 à 552. — Eloge historique, par J.-M. Dal- 
gabio, Lyon, 1846. — Journal des Artistes, 1825. — Gabet. — Gourlicr. — 
Biographie Didot, article par Ernest Breton. — Joanne. — Lance. — Bulletin de 



Digitized by 



Google 



— 16 — 

Lyon de 1826, ariicle de Gay. — Notice sur Védification du Palais de Justice et du 
Grand-Théâtre à Lyon, par A.-G. Bellin, Lyon, i855, in-8°. — Bellier de la 
Chavignerie et Auvray. — Collection Coste d la Bibliothèque de la ville de I^yon. — 
Bauchal. 

BALTARD (Victor), architecte, fils du précédent, né à Paris le 
10 juin i8o5, y est mort le i3 janvier 1874. — Elève de son père, de 
Lethière et de TEcole des Beaux-Arts de Paris, il remporta, en i833, le 
grand prix d'architecture (une Ecole militaire) et séjourna plusieurs 
années en Italie. — En 1841, il fut classé en première ligne, avec 
Visconti, dans le concours ouvert pour le tombeau de Napoléon i^r aux 
Invalides (son projet a été publié dans la Revue d* Architecture et des 
Travaux publics de 1841, page 61 5). — Salon de 1844 : Etudes d'après 
les encadrements des Loges de Raphaël au Vatican. — Salon de i855 : 
Le Théâtre de Pompée^ état actuel et restauration (cinq dessins, étude 
faite en 1837). — Salon de 1859 : Eglise de Saint-Eustache à Paris, état 
actuel, projet d'achèvement et de modification de la façade et de cons- 
truction d'une flèche centrale. — En 1846, il remplaçait Paul Lelong 
comme architecte des bâtiments du Timbre et de l'Enregistrement, qu'il 
termina (les plans, coupes et élévations ont été publiés dans le tome lîl, 
planches 277 à 287, du Moniteur des Architectes) ; il était encore chargé 
de leur entretien en i853. — En 1849, nommé architecte en chef de la 
première section des travaux de Paris en remplacement de Godde. — En 
i85o, avec Lassus et Viollet-le-Duc, chargé de la première conserv^ation 
des édifices diocésains, fonctions qu'il conserva jusqu'en 1854. — En 
i853, architecte de l'hôtel de ville de Paris avec Lesueur; demeurait 
seul l'année suiyante. — Le 3o mars 1860, architecte en chef de la ville 
de Paris et chargé en môme temps des fêtes publiques. '— Inspecteur 
général des bâtiments civils en 1 870 _ 
avec entrée au Conseil. Q 

Travaux d'architecture : à 
Paris^ 1842 : Buffet d'orgues et^ 
chaire àprêcherà l'église Saint- Jean-Saint- François. — 1845 : Restaure 
l'église de Saint-Germain-des-Prés; le monument à Hippolyte Flandrîn 
placé dans cette église est de lui. — De 1849 à i85o : termine le grand 
séminaire de Saint-Sulpice. — i85i : Chapelle des catéchismes à Saint- 
Jacques-du-Haut-Pas. — i85i à i852 : Chaire et buflfet d'orgues à Saint- 




Digitized by 



Google 



- 17 — 

Eustache. — De i852 à iSSg : Halles centrales avec F. Callet (son pre- 
mier pavillon, construit tout en pierres de taille et qui a été démoli, a été 
donné dans la Repue générale de r Architecture et des Travaux publics de 
1854, planche 5. Les nouvelles Halles ont été publiées dsinsY Encyclopédie 
d'Architecture (i856), tome VI, planches 3j à 40, 64 et 65 et tome VII, 
planches 36 et Sy, puis dans le Traité d^ architecture de L. Reynaud, 
planche 67. — i853 : Restauration du chœur de Saint-Gervais. — i855 : 
Bâtiments annexes de Thôtel de ville avec Roguet; porche devant la 
porte principale de Saint-Jean-Saint- François. — 1857 à i858 : Chapelle 
des catéchismes à Notre-Dame- des -Victoires. — 1857 à 1860 : 
Chapelle et presbytère de Saint-Etienne-du-Mont ; abside de Saint- 
Nicolas-du-Chardonnet. — 1857 a 1862 : Abside, une chapelle et pres- 
bytère à Saint-Leu. — 1859 : Chapelle des catéchismes à Saint- Jacques 
et Saint-Philippe du Roule. — 1860 à 1871 : Eglise de Saint-Augustin 
(construite avec mélange de fer et de pierres de taille). — 1860 à 1862 : 
Restauration de l'église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle. — i863 : 
Monument du prince Eugène. A restauré Saint-Germain-l'Auxerrois 
avec Lassus. Boiseries à Téglise de Sainte-Elisabeth. Nombreux tom- 
beaux dans les cimetières de Paris et notamment ceux d'Ingres et de Flan- 
drin. — Temple protestant de Nérac (Lot et Garonne). — Restauration 
de la chapelle de la Sainte-Vierge à la cathédrale de Troyes. — Château de 
Cestas (Gironde), en collaboration, avec H. Duphot. — C'est d'après 
ses dessins que furent exécutés le berceau en forme de navire offert au 
Prince Impérial par la ville de Paris et le surtout de table commandé par 
le préfet de la Seine. Il fit un projet de décoration de la place du Trône à 
Paris qui fut essayé lors de l'inauguration du boulevard du prince Eugène. 
— Projet d'une tour d'horloge, de beffroi et de chapelle des catéchismes à 
élever symétriquement sur les façades latérales de l'église de la Madeleine à 
Paris. — Membre correspondant de la Société académique d'Architecture 
de Lyon, le 4 juillet 1846. — Membre de l'Institut (Académie des Beaux- 
Arts), le 7 février i863, en remplacement de Caristie. 

Publications ; oMonographie de la pilla oMédicis^ 1847. — <?MonO' 
graphie des Halles centrales de Paris ^ par V. Baltard et F. Callet^ grand 
in-folio de 35 planches et 9 de texte, Paris, A. Morel (un article de 
compte rendu de cet ouvrage,par L.-A.Barré a paru dans \di Repue générale 
de r Architecture et des Trapaux publics de 1864, pages 210 à 21 3). — 



Digitized by 



Google 



— 18 — 

Peintures et arabesques de T ancienne galerie de Diane à Fontainebleau. 
— Continuation des Grands Prix de Rome commencés par son père. — 
Chevalier de la Légion d'honneur le 20 décembre 1854; niédaille de 
deuxième classe à l'Exposition universelle de i855; officier de la Légion 
d'honneur en i863. — Il figure dans le tableau représentant rinstallation 
du nouveau Tribunal de Commerce de Paris en i865, par J.-N. Robert- 
Fleury^ lequel était dans cet édifice et a été transporté au Palais de 
Versailles; son portrait, d'après un dessin de F.-/. Gigoux^ a été gravé 
par Jean Bein ; il y a aussi une gravure par H. Grenaud et une autre par 
oMassardj d'après un dessin d'Ingres^ Rome, 1837. 

Almanach du Bâtiment de 1847 à 1873. — Bellier de la Chavignerie et 
Auvray. — Annuaires et comptes rendus de l Académie des Beaux- Arts, — Discours 
de M. Garnier du 20 mai 1874. — Narjoux. — Archives de l'Ecole des Beaux- 
Arts de Paris, — Inventaire des Richesses d'art de la France^ Paris, 

BANDINELLI (César), ingénieur florentin, est choisi, en i585 
pour diriger Tendiguement du Rhône, à Lyon, lequel, tendant sans cesse 
à s'éloigner des murailles de la ville, rendait impossible la marche des 
moulins à farine qui y étaient établis. 

Registre consulaire 1 14. 

BARBERIN (Louis-Alexandre-Pierre DEj, chevalier, capitaine 
au corps royal de Tartillerie, sous les ordres du ministre de la guerre 
comte de Saint-Germain, achète à TAumône générale de Lyon, pour le 
roi, le 6 août 1 777, des terrains où se trouvaient autrefois Téglise St- 
Michel d'Ainay, la maison curiale et le cimetière, nécessaires pour la 
reconstruction de Tarsenal, moyennant 39,600 livres ; il dirige, en 1782, 
les travaux, lesquels étaient exécutés par Jean Dupoux et Martin, sur les 
plans dressés par Germain Boffrand, architecte et ingénieur, le 2 mai 
1738, par ordre de M. d'Angivillers, lesquels sont à la Bibliothèque 
nationale (voir G. Boffrand). Cet édifice, après avoir été en partie détruit 
par une explosion, lors du siège de la ville par les armées delà Conven- 
l-ion, servit d'Hôtel des Douanes, et fut successivement démoli pour un 
entrepôt des sels (qui a disparu lui-même) et pour des habitations parti- 
culières. La guérite en échauguette, placée à Tangle du quai vers la rue 
Martin, a subsisté jusqu'en i856. 



Digitized by 



Google 



— 19 — 

Archives du département du Rhône ^ port. C. 58, C. 59, C. 60 (171 1-1786). -— 
Archives de la Charité de Lyon, B. 295. ^Archives historiques et statistiques du 
département du Rhône, WW, 33 1. — Bibliothèque nationale^ grandes pièces de la 
Topographie de la France, 

BARQUI (F6rdinand'Jos6ph-Hippol3rt6), architecte, né à Lyon, 
le 18 mai 1825, y est mort le 8 mai 1 885. Entré à Técole des Beaux- Arts de 
Lyon le 28 août 1 839, il Y ^ remporté le premier prix de perspective et une 
médaille d'argent de travail et assiduité au même cours en 1843 et une 
mention d'architecture en 1844. Elève de Bonnefond, Chenavard et 
L. Dupasquier. Inspecteur diocésain, sous la conduite de L. Dupasquier, 
pour les travaux de restauration de la cathédrale d'Autun et de Téglise 
de Brou. Nommé, en 1844, répétiteur au cours de dessin de TécoleLa 
Martinière, professé par L. Dupasquier, continua, de concert avec 
S. Aguettant (voir ce nom), le cours après la démission de ce dernier. 
Professeur titulaire en 1 869 ; retraité le i^r octobre 1880. Président du 
Conseil d'administration des secours contre l'incendie de la ville de Lyon ; 
président delà Société mutuelle des Sapeurs-Pompiers,en i870,comman- 
dant du bataillon, chargé de la réorganisation du service ; conseiller 
municipal de la ville de Lyon en 1878. — A obtenu le deuxième prix dans le 
concours pour la construction d'un marché et d'un abattoir à Niort, et 
en 1870, le troisième prix pour une halle aux grains à Bourg (Ain) ; 
enfin une mention pour la reconstruction du théâtre des Célestins à Lyon. 

Travaux d'architecture : églises de diverses communes, à Oyonnax 
(Ain) ; école à Lentilly ; des constructions particulières. Collaborateur de 
B. Poncet (voyez ce nom) pour diverses maisons delà rue Impériale à 
Lyon ; première décoration du café Maderni à l'angle de la place de 
la Bourse et de la rue Impériale en collaboration avec Lablatinière 
(voyez ce nom) ; théâtre des Variétés à Lyon (voyez Giroud). — 
Membre et vice-président de la Société des anciens élèves de La Marti- 
nière, de la Société libre d'Architecture de Lyon en 1859. Admis, le 
5 juillet 1860, à la Société académique d'Architecture de Lyon, il était 
démissionnaire en 1874. 

Publications : L'Architecture moderne en France ; Maisons les plus 
remarquables des départements^ in-folio, 120 planches ; Baudry, éditeur 
à Paris. — Traité de Dessin et de Perspective de l'Ecole La Martinière. 
— Collaboration aux dessins des monographies de V église de Brou par 



Digitized by 



Google 



— 20 - 

Dupasquier, de ï Hôtel de Ville de Lyon par Desjardins, et du Palais du 
Commerce de Lyon par Dardel. — Officier d'académie. 

Journaux de Lyon : Le Courrier, Le Salut Public et Le Progrès du 25 sep- 
tembre 1868, — Discours de Clavel, professeur à la Faculté des Lettres de Lyon à 
ses obsèques. Notes communiquées par son frère. 

BAUDET (Jean), architecte, à Lyon, rue Ghildebert, 7 et 9. — A 
fait partie de la Société libre d'Architecture de Lyon en iSSg, et a été 
admis à la Société académique d'Architecture de la même ville, le 5 jan- 
vier 1860. Il a fait construire, à Lyon, moins le n» 36, le massif qui va de 
la rue Tupin à la rue Ferrandière ; les autres renseignements qui le 
concernent ne nous sont pas parvenus. 

Benoît Poncetj par C. Tisseur, page 71. 

BEAU JEU (Jacques DE), maître d'œuvre, mourut en 141 8, 
laissant son fils Aymard héritier universel. Maître de l'œuvre de la 
cathédrale de Saint-Jean à Lyon (iSyo), le 24 février i3g2,il s'engagea à 
livrer, le jour de la Toussaint 1392, la grande rose de la façade entière- 
ment terminée ; en 1389, il éleva le premier portail du pont du Rhône et 
travailla à ce pont avec Guillaume d'Aligre, de 1408 à 141 3 ; en 1394, fit 
extraire de la carrière d'Anse, appartenant au Chapitre de l'Eglise de 
Lyon, quatre grands blocs de pierre pour exécuter les statues du pape 
Clément V, du Roi, des ducs de Berry et de Bourgogne ; en 1401, fut 
chargé de la construction de la chapelle du Saint-Sépulcre attenante à la 
cathédrale de Lyon, fondée par l'archevêque Philippe de Thurey ; 
maître des œuvres delphinales, faisant sa tournée d'inspection, trouva le 
château de Beauregard,à Bourgoin,en si mauvais état qu'il en ordonna la 
reconstruction et en fournit les plans. 

Guigue,dans la Monographie de la cathédrale de Lyon, — Les Artistes et Mattres 
de métier de Lyon, par Natalis Rondot. — Bauchal. — Etude critique de la 
Monographie de la cathédrale de Lyon, par L. Charvet. — A. Prudhomme, dans 
La Revue du Dauphiné et du VivaraiSy IV, p. 437. 

BEAUREGARD, architecte, élève de Thomas Blanchet (voyez ce 
nom), fait exécuter, en 1703 et en 1704, par Claude Virignin, ditLaplante, 
et par Jean Richeran, les retables des chapelles de l'église du collège de 



Digitized by 



Google 



— al- 
la Trinité à Lyon, savoir : du côté de TEvangile en partant de Tentrée, 
les 1**% 4*' et 5e, et du côté de Tévangile, les ye, 8©, 9e loe et i le; fait le 
rétable de l'autel de Téglise du noviciat des Jésuites. 

Clapasson, page 82. — Archives du département du Rhône^ portefeuille D 9. — 
Etienne Martellange^ par E.-L.-G. Charvet. — Bauchal. 

BELLEMAIN (Philibert), architecte, né à Lyon le 29 juin 1822, 
mort à Lyon le ler février i885 ; entré à T Ecole des Beaux- Arts de Lyon 
le r o octobre 1 837 où il y remporta, en 1 838, le premier prix de géométrie 
descriptive, le prix de bonne conduite et de progrès, en 1841 la première 
mention d'architecture (élève de A. -M. Chenavard). — Entra d'abord dans 
le cabinet de Miciol, puis dans celui de Chenavard qu'il suppléa pendant 
son voyage en Grèce. — Remporta, en 1845, le premier prix, avec 
Musson (voyez ce nom), dans un concours d'émulation ouvert par la 
Société académique d'Archi- 
tecture de Lyon (études de 
gares d'arrivée et de départ ou 
embarcadère de voyageurs à 
Lyon pour les têtes des grands 
chemins de fer qui, de cette 
ville, se dirigent à Paris et à 
Marseille). — Membre du Conseil départemental d'Hygiène et de Salu- 
brité du département du Rhône en 1 871, de la Commission des bâti- 
ments civils du même, le 20 juin 1873, des logements insalubres en 
août 1879, de la Commission de surveillance de l'asile départemental 
d'aliénés le 9 septembre 1879. Membre du Jury du concours de l'Ecole 
des Beaux- Arts de Lyon en 1868. 

Travaux d'architecture : restauration du château de Chazey- 
sur-Ain; ï863 : maison rue de THôtel-de-Ville, 36, à Lyon; i865 : 
maisons à Néris-les-Bains et rue de T Hôtel- de-Ville, 65, à Lyon ; hôtel 
Girard, avenue de Noailles, à Lyon; 1866 : ferme d'exploitation à 
St-André-de-Corcy (Ain) ; maison angle de la rue du Plat et de la rue 
Sala ; villa Kuppenheim à Charbonnières (Rhône) ; 1867 • maisons cours 
du Midi, 1 1 , rue de Jarente, 11, et quai Pêcherie, 11, à Lyon; 1868: 
maison, rue de la Barre, 12, à Lyon ; 1869 : château Seigneuret à Bour- 
goin (Isère); asile Guimet à Neuville-sur-Saône (Rhône) ; 1874: Intendance 




Digitized by 



Google 






— 22 — 

militaîre cours du Midi, à Lyon; ï883 : Brasserie Fritz-HoflFherr,àLyon ; 

1884: Brasserie du Parc, boulevard du Nord et cours Vitton, à Lyon; 

^ monuments funéraires Dulac et Chappuis, Gardon, Auxias au cimetière 

I de Loyasse ; groupe scolaire à Neuville-sur-Saône. — Membre de la Société 

î académique d'Architecture le 7 janvier ï854, il en a été secrétaire-adjoint 

de 1 859 à ï 860 et vice-président de 1 883 à 1 884. — lia légué à la Ville de 

Lyon une somme de 20,000 fr., dont la rente doit être employée à 

'^ faciliter, soit à Lyon soit à Paris, les études de Télève de la section 

d'architecture qui, par son mérite et sa bonne conduite aura été jugé 

digne de cette bourse. — Son portrait figure dans sa Notice^ par A. Lou- 

vier, page 3ï du tome VIII des Annales de la Société académique 

d'arch itecture de Lyon . 

BELLEMAIN (Marie- André-Félix), fils du précédent, né à Lyon, 
le 29 mai 1 852, bachelier es lettres et es sciences, élève de l'Ecole des 
Beaux-Arts de Lyon, sous Charvet et Louvier, à Paris, dans Tatelier 
Coquart, à Lyon, dans celui de son père. — Salon de 1874 : Monument 
commémoratif des combats livrés à Nuits (Gôte-d'Or) ; 1894 : Expo- 
sition universelle de Lyon, Ecole normale d'instituteurs du département 
du Rhône à Lyon, pour laquelle il a obtenu une médaille d'argent. 
Membre du Conseil départemental d'Hygiène et de Salubrité et des 
bâtiments civils, administrateur du dépôt de mendicité, de Tasile dépar- 
mental d'aliénés et de l'école normale d'instituteurs et du Lycée de 
jeunes filles ; membre de la Commission municipale des logements insa- 
lubres et du Conseil d'administration de TÉcole des Beaux-Arts et des 
Musées. Premier prix, en 1872 ; au concours pour le monument commé- 
moratif des combats livrés à Nuits, lequel a été exécuté et qui a été publié 
dans la Revue générale de l'A rchitecture et des Travaux publics de 1 874, 
planche 20, avec texte page 54. — A Lyon, rue Vendôme, 148. 

II a construit : groupe scolaire pour la ville de Lyon dans la 
Grande-Rue de la Guillotière ; pour le département du Rhône, 
l'Ecole normale d'instituteurs, boulevard de la Croix-Rousse, à Lyon ; 
pour diverses communes, des écoles sans importance ; à Lyon une 
maison à Tangle du cours Lafayette et de la rue de Vendôme ; recons- 
truit la maison incendiée à l'angle de la rue Centrale et de la rue Gre- 
nette ; des villas à Thizy (Rhône), Don (Ain), etc., etc. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



II 



\ 

! I 



Rougeron, Vignerol et C* d'oprôs la gravure de Miclol 

C.-A. BENOIT 

1 794-1 8-6 

LYON ARTISTIQUE ARCHITECTES 



Digitized by 



Google 



— 23 — 

Membre de la Société académique d'Architecture de Lyon dont il a 
été secrétaire (1887- 1888) et vice-président (1895-1896); de la Société 
centrale des Architectes français et de l'Association provinciale des 
Architectes français et de la Caisse de défense mutuelle des Architectes. 

Dans les Annales de la Société académique d'architecture, IX, 
page XXXV, Compte rendu de ses travaux pendant les années 1 887- 1 888, 
X, page 79. Notice sur Claude Rivière^ architecte, avec portrait ; rapport 
sur la révision des règlements de voirie de Lyon . — La Maison à construire^ 
Lyon, Storck. — Chevalier de la Légion d'honneur, de 1870, pour action 
d'éclat militaire pendant la guerre de 1 870-1 871. 

BENOIT (Claude-Anthelme), architecte, né à Lyon le 19 jan- 
vier 1794, est mort à Ecully (Rhône), le 4 avril 1876. — Entré à TEcole 
des Beaux- Arts de Lyon il y remporta, en 181 2 (Gay, professeur), une 
médaille d'argent (Grille ornée pour l'entrée du Palais de Commerce et 
des Arts). Aide-architecte du service de l'architecture de la ville de 
Lyon, sous Hotelard et Flachéron, de 181 2 à 1824 ; a fait partie ensuite 
du cabinet de Chenavard jusqu'en 1828, désigné comme membre du 
Jury des concours de l'Ecole des Beaux-Arts de Lyon de i834 à 1871 . — 
En i85i, membre de la Commission municipale faisant fonction de 
Conseil municipal de Lyon ; membre du Conseil des Bâtiments civils du 
département du Rhône. 

Travaux d'architecture : 1828 : à Lyon, maisons : Dunod, place 
Gerson ; Mermet, rue du Commerce ; Aynard, quai St-Clair : Tavernier, 
Vindry, de Cuzieu, rue Centrale; Fortis, angle de la place des Terreaux 
et de la rue Romarin ; en 1857: Duc et Thé rai, rue Centrale. — 1857, 
trois hôtels quai Tilsitt sur l'emplacement du Grenier au Sel ; hôtel Payen , 
quai d'Albret ; villas à Ecully, à Jujurieux ; châteaux à Cuiseaux 
(Saône et-Loire). — i83o : chapelle du château de Baulieu. A Lyon; 
restauration des églises de Saint-Paul, Saint-François, Saint-Irénée, 
Saînt-Martin-d'Ainay, Saint-Nizier et Saint-Bonaventure ; construction 
de celle de la Rédemption (1868): construction des églises de : Ecully, 
Bois-d'Oingt, Saint-Rambert-l'Ile-Barbe, Pontcharra, Saint-Romain- 
de-Popey et Lentilly dans le Rhône ; de Jujurieux, de Coligny dans 
l'Ain. Hospices de Saint- Vincent-de- Paul, rue du Doyenné et des 
Jeunes Filles incurables à Lyon. Presbytère de l'église de Saint- 



Digitized by 



Google 



— u — 

Martin-d'Ainay et couvent des Carmélites à Lyon. La chapelle de 
rimmaculée-Conception, à Téglise d'Ainay, de son dessin, a été gravée 
par J. Séon. A partir de iSSy, ses travaux ont été faits en collaboration 
avec son fils. 

L'un des fondateurs de la Société académique d'Architecture de 
Lyon, le 6 mai i83o, il en a été vice-président de i85i à i852, et 
président de i855 à i856. — A reçu, le 20 juin 1874, la médaille 
décernée, pour les travaux les plus remarquables des architectes de 
province par la Société centrale des Architectes français. Chevalier de la 
Légion d'honneur en 1860. — Son portrait, gravé par Miciol, figure en 
tête de son Eloge par C. Echernier, publié dans le tome V des Annales 
de la Société académique d'Architecture de Lyon. 
Bauchal. 

BENOIT (Louis-Frédéric), architecte, né à Lyon le i*' février 
t83i, fils du précédent. Entré à TEcole des Beaux-Arts de Lyon où il a 
remporte, sous Chenavard, en i852, le premier prix d'architecture sur 
une Sépulture pour une famille dont le chef est un ancien général, et le 
prix de concours mensuels. — A Lyon, quai de Bondy, 2. 

Associé à son père pour ses travaux depuis 1857. Travaux 
d'architecture : divers travaux à Téglise de Saint-Martin-d'Ainay à 
Lyon ; dans la même ville, la réfection de la façade de Téglise 
de Saint-Bonaventure ; le rétable de la chapelle de TAssomption de la 
Sainte-Vierge (gravé par J. Séon), et diflférentes chapelles. Le pignon 
de la façade de Téglise de Saint-Nizier, la crypte, etc. La réfection de 
la façade de Téglise Saint-Paul et de la flèche. L'église de la Rédemp- 
tion. Dans le Rhône : les églises de Pontcharra, Savigny, le Bois- 
d'Oingt, Saint-Philippe de Villefranche, Légny, Denicé, Vernaison, 
Dans TAin : les églises de Coligny et de Saint-Martin de Bavel. — 
Maisons à Lyon : hôtel Payen, Lassausse^ Virieux et Duc ; maison 
des sœurs de la rue Quatre-Chapeaux ; presbytère de Saint-Nizier ; 
châteaux Bonnet à Jujurieux (Ain), du comte de Charrin à Montcenis 
(Saône-et-Loire), Massard près Tarare (Rhône), Pierre Vachon à 
Meyzieu (Isère), Verlochère à Sainte- Agathe-la- Bouteresse, Bellon, 
Récamier et Puy à Ecully (Rhône) ; salons du restaurant Casati à Lyon. 
— Membre delà Société académique d'Architecture de Lyon, du2jan- 



Digitized by 



Google 



- 25 — 

vier 1862 ; il est honoraire depuis 1893. Membre de la Société centrale 
des Architectes français depuis 1874. 

BERJON (Lambert-Louis), architecte, entré à TEcoIe des 
Beaux-Arts de Lyon, y a remporté, en 1843, le premier prix d'architec- 
ture, sous Chenavard, sur une Caserne de gendarmerie sur une route 
royale. En 184g, il a obtenu le deuxième prix au concours d'émulation de 
la Société académique d'Architecture de Lyon sur un Hôtel de Préfec- 
ture. Les autres renseignements nous font défaut. 

BERNARD (André), architecte, né à Lyon en ï838, fils de Pierre 
(voyez plus loin), y est mort le 3o janvier 1884. 11 fut capitaine comman- 
dant la Compagnie du Génie de la première Légion du Rhône en 1870. 

BERNARD (Marie- Joseph, dit GASSIEN-BERNARD), archi- 
tecte, né à La Mure (Isère), en 1848 ; élève de l'Ecole des Beaux-Arts de 
Lyon sous Louvier, puis, de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, élève de 
Questel et de Pascal de 1869a 1872, où, entré en première classe, en 1872, 
il y a remporté une médaille de première classe et le second prix de Rome 
sur « Un Palais des Arts », — Salon de 1875 : Projet pour l'Eglise du 
Sacré-Cœur à Montmartre^ Qn collaboration avec Tournade, plans, 
façades et coupes. — Salon de 1881. Monument à élever à la République^ 
place du Château-d'Eau, à Paris, pour lequel il a obtenu une médaille 
de deuxième classe. — Salon de 1882 : Arc Romain à Tebessa (ancienne 
Theveste), Algérie. — Salon de i883 : Banque Nationale de Roumanie, 
en collaboration avec Galeron. — Salon de i885 : Théâtre de Mont- 
pellier. — Salon de 1887 : Monument à élever à Victor Hugo. — Ins- 
pecteur des bâtiments civils aux travaux du Grand-Opéra de Paris. 

Concours publics : 1880 : monument à élever à la République sur la 
place du Château-d'Eau à Paris 1881 : deuxième prix pour un groupe sco- 
laire à Levallois- Perret. i885 : premier prix et exécution du théâtre de 
Montpellier. 1886: deuxième prime en collaboration avec Francis Nachon 
pour un projet d'Exposition Universelle de 1889 (ce projeta été publié 
dans la Construction Moderne de i885- 1886). 1887 : premier prix et exé- 
cution de l'Ecole supérieure de jeunes filles, rue des Martyrs à Paris. 
Prime au concours de l'Opéra-Comique de Paris, en collaboration avec 
G. Cousin. — A Paris, rue Bonaparte, 7. 



Digitized by 



Google 



— 26 — 

Travaux d'architecture : Théâtre de Montpellier pour lequel il a 
protesté contre des changements opérés sans son consentement (voir 
l'arrêt du Conseil d'Etat dans le Moniteur des Architectes ^ tome XXV, 
page 8i) ; ce théâtre a été publié dans V Encyclopédie d'Architec- 
ture^ 3e série, 1886- 1887, planches 1061, et 1887- 1888, planches 
1 157, 1 158, 1 163 et 1 178, ainsi que dans la Con^/n/c//on Moderne^ 1887- 
1889. — Ecole des Ponts et Chaussées, et Banque Nationale de Roumanie 
à Bucarest. — Ecole supérieure de jeunes filles, rue des Martyrs, à Paris. 
— Ecole professionnelle industrielle et commerciale Bertrand, à Versail- 
les, etc., etc. — Officier d'Académie en 1887. — Officier de la Couronne 
royale de Roumanie en 1891. — Chevalier delà Légion d'honneur en 
1894. 

Les Architectes élèves de V Ecole des ^eaux-Arts de Paris, par David de 
Penarun, Roux et Delaire. 

BERNARD (Pierre), architecte, né à Saint-Cyr (Rhône), en 1806, 
est mort à Lucenay (Rhône), le 23 octobre 1882. 11 entra à TEcole des 
Beaux-Arts de Lyon où il obtint une deuxième mention en deuxième 
section d'architecture sous Cochet et Chenavard. Il fit aussi de la gravure 
avec Vibert, et Bossan, le père de P. Bossan, architecte, lui enseigna la 
coupe des pierres où il devint d'une grande habileté qui le fit souvent 
rechercher par les ouvriers pour être juge de leurs différents en cette 
matière. — 11 fut attaché aux travaux du Palais de Justice et du Grenier 
au Sel, avec Dumont, pour P. Baltard (voyez ces noms)*. — Il fit partie 
du jury* d'architecture de l'Ecole des Beaux- Arts de Lyon, de 1854 a 
1864. — Il eut à construire une grande quantité de maisons particulières 
et d'églises dans le département du Rhône et dans les départements 
voisins dont nous ne possédons pas le détail. — Admis à la Société aca- 
démique d'Architecture de Lyon, le 27 août 1 83 1, il en a été l'archiviste de 
1847 à 1848, le secrétaire de i85i à i852 et encore l'archiviste de i855 
à i856. 

Sa notice, par Savy, n'a pas été retrouvée, même dans les Archives de la Société 
académique d^ Architecture de Lyon. — Compte rendu des travaux de la Société 
académique d'Architecture de Lyon^ pendant les années \88i et 1S82, par P. Pas- 
calon, dans les Annales de cette Société, tome vu, page lxxxii. 



Digitized by 



Google 



— 27 — 

BERNE (François), architecte du couvent des Jacobins, à Lyon, 
en 1727. 

Inventaire Ramette aux Archives du RhonCy V, page 3 . 

BERNE (Jean), maçon et architecte à Lyon. 
Archives de V Hospice de la Charité^ B. 84. 

BERTAUD DE LA VAURE (Claude), architecte, mort vers 
1756, écuyer, conseiller en la Cour des Monnaies, secrétaire du roi, pro- 
bablement fils de Paul Bertaud auquel il succéda en 1708, par la 
démission de celui-ci, comme voyer de la ville de Lyon et capitaine du 
jeu de l'arc en main, en 1 710, « avec pouvoir de régler ladite compagnie, 
en se conformant néanmoins aux statuts arrestés par le Consulat ». — 
Il se rendit, en 1714, à Paris, pour arrêter définitivement les plans de la 
place de Louis-le-Grand, dite de Bellecour (voyez plus loin la notice de 
Cotte); il partagea avec Besnard, en 1717, un terrain (valant i5,ooo 
livres) dont ils s'étaient rendus adjudicataires à l'extrémité orientale de 
cette place, c'est-à-dire dans Tensemble de maisons privées qui est 
nommé, à Lyon, les façades de Bellecour. — 11 fit, en 1722, les plans et 
devis du Grenier d'Abondance, sur le quai de Serin (converti depuis en 
caserne) avec Etienne Fahy, architecte, qui en eut l'entreprise de maçon- 
nerie ; l'édifice fut terminé en 1728. Il se construisit un bel hôtel sur le 
rempart (à présent rue de la Charité) lequel devint l'Hôtel du Gouver- 
nement, servit à un monastère de religieuses Ursulines^ puis d'Hôtel des 
Monnaies, et fut adjugé, lors de la suppression de cet établissement, à 
Monterrad, qui le rétrocéda, en 1867, aux Dames de l'Adoration perpé- 
tuelle. — On lui doit également une maison rue Saint-Dominique, 
no 3 (contiguë à celle du Bureau des marchands fabricants des étoffes de 
soie or et argent et où se trouvait l'entrée du couvent des Jacobins). 

BËRTAUD (Gaspard-Louis), architecte, écuyer, intendant des 
fortifications, conseiller du roi, succéda à Claude Bertaud, son père, le 
14 juillet 1733, comme voyer de la ville de Lyon. — 1733 : Sondage dans 
le Rhône, pour la machine hydraulique de Petitot. — 1737 : plans d'un 
quai ce le long du Rhône du côté de la dite ville depuis le pont du dit 
Rhône, appelé de la Guillotière, jusqu'à Tangle saillant de Tépau- 



Digitized by 



Google 



— 28 — 

lement du bastion de Saint-Clair » (De Fayolle, ingénieur du roi et 
inspecteur des ponts et chaussées, donna Talignement). — 1749 : plans 
d'une fontaine publique, rue Romarin exécutée par Marc II Chabry. 

La famille Bertaud a fini par Pierre Bertaud de Taluyers, né à Lyon, 
le 12 octobre 1712, mort, le 10 janvier 1775, à Ambronay (Ain), dont la 
fille unique a épousé de Besson des Blains, lequel fut membre de l'Aca- 
démie de Lyon et auteur d'un mémoire inédit sur VOrigine^ le progf'ès^ 
lutilité et le mécanisme de F imprimerie^ lu à l'Académie en 1739. 

BERTAUD (Paul), nommé voyer de la ville de Lyon, le 18 août 
1676, en remplacement de Ferdinand Seguin, avait épousé Louise Balley 
ou Ballette, veuve de Louis Blanchet, peintre ; il signa à la déclaration 
de la mort de Thomas Blanchet, le 22 juin 1689. Nous ne savons s'il était 
le père de Claude Bertaud, cependant cela est probable, car il démis- 
sionna en sa faveur le 12 novembre 1708. 

BERTHELET (Jean-Claude), architecte, né, le 24 avril 1839, à 
Limonest (Rhône), est mort le 4 février 1891. Après avoir passé à l'Ecole 
des Beaux-Arts de Lyon, il entra chez Echernier, puis prit part, en 1870, 
à la guerre de l'Est comme faisant partie de la 2^ légion du Rhône ; 
membre du conseil municipal de Limonest. 

Travaux d'architecture à Limonest ; à Lyon : trois constructions 
importantes, avenue de Noailles, d'autres rue de Jarente et quai 
Tilsitt. Salon de M. W..., à Lyon, publié dans le Recueil (f Architecture 
de Wulliam et Farge, 2e année. Admis à la Société académique d'Archi- 
tecture de Lyon, le 4 juillet 1878, il a laissé dans ses archives le dessin 
d'une Façade de maison en construction à Lyon. 

Compte rendu des travaux de la Société académique d'' Architecture de Lyon, 
pendant les exercices 1891-1892, par Paul Desjardins, secrétaire, page 143, et 
Notice biographique sur Jean-Claude Berthelet, par C. Echernier, page 27, dans le 
tome XI des Annales de cette Société). 

BERTHET (Jehan), maître de l'œuvre de la cathédrale de Lyon, 
de i368 à i386. Il était d'Auxerre. Il fut nommé le 10 novembre i368. 
Un Jehan (i383-i386) était peut-être le même. 

Guigue. — Natalis-Rondot. — Charvet : Etude critique de la monographie 
de la cathédrale de Lyon, 



Digitized by 



Google 



— 29 — 

BESNARD (Antoine), architecte ordinaire de la ville de Lyon, 
architecte de TAumône générale de Lyon, ingénieur. A ce moment, la 
ville occupait en même temps d'autres architectes ou ingénieurs : de 
Cotte, Mansart, Simon, de La Rue, Mathieu, etc (voir ces noms) — 1708 : 
reçoit commission d'inspecter et surveiller les ouvriers employés aux 
travaux communaux — 17 10 : Travaux décoratifs pour la pompe funèbre 
de la maréchale de Villeroy. — 1713 : feu d'artifice sur la place des Ter- 
reaux, à la publication de la paix d'Utrech. — 1714 : reçoit i,5oo livres 
pour ses frais de voyage à Paris, au sujet de la décoration de la place et 
de la statue de Louis XIV. — 17 16 : sa charge est supprimée vue la capa- 
cité du voyer Bertaud (voir ce nom) ; il partage avec lui un emplacement 
à l'extrémité orientale de la place Louis-le-Grand, pour y construire 
chacun deux maisons selon le plan officiel adopté. Six mois de ses appoin- 
tements (3oo livres), pour l'Aumône générale, qui lui étaient dus, lui sont 
payés en 1726. Son dessin du feu d'artifice de 171 3 à été gravé par 
Leclerc. 

Registres consulaires de la ville de Lyon^ 268, 271, 275 et 278. Archives de la 
Charité j E 5o, 1721- 1730. — Collection Coste à la Bibliothèque de la ville de Lyon 
au Lycée ^ n® 641. 

BEUGHOT (Jean-Baptiste), peintre-décorateur d'architecture, né 
à Lyon le 4 avril 1821, a été élève de l'école des Beaux- Arts de cette 
ville. — 11 a exécuté, en outre de nombreux travaux pour des particuliers 
et pour l'industrie, à Lyon, en i858, les peintures décoratives des salons 
dans l'aile sud de l'hôtel de ville (voyez A. Desjardins) et, en 1860, celles 
de la salle du Tribunal de Commerce, de la salle de délibération de ce 
tribunal, et (1862) de la salle de réunion de la Chambre de Commerce 
au Palais du Commerce (voyez Dardel). On lui doit également des 
peintures (i858) à l'église de la Charité à Lyon, des chapelles dans 
réglise de Saint-Pierre, à Mâcon, etc., etc. 

BIRE (Jehan de), maître d'œuvre de la ville de Lyon^ fut nommé 
maître juré le 28 mai i525 en remplacement de Pierre Laurent, dit 
Cheyssieu (voyez ce nom), qui s'était désisté. 11 est consulté, avec 
Edouard Grand (voyez ce nom), le 29 juillet i528, pour des travaux à la 
porte de Pierre-Scize ; il travaillait alors aux fortifications. En 1529 



Digitized by 



Google 



— M — 

et i53o il procéda, comme maître-maçon, au placement de la Table de 
Claude dans un encadrement ménagé pour cela dans la cour de la 
maison commune qui était alors rue Longue. Il possédait des maisons 
à Lucenay, à La Ghassagne et à St-Cyprien, rue Thomassin et au Puits- 
Pelu (i 5 1 5-1 5 17), à Lyon. 

Registres consulaires aux Archives de la ville de Lyon, BB 47 et CC 21 et 33. 
— Jehan Perréal, Clément Trie et Edouard Grand, par L. Charvct. — VOdyssée 
de la Table de Claude^ par Brizard. 

BISSUEL (Jean-Prosper), architecte, né à Lyon le3o avril 1807, 
mort à Lyon le 28 février 1872, admis à Técole des Beaux-Arts de Lyon, 
avec Cochet, puis Chenavard pour professeurs, de 1822 à 1828. Entré 
dans le cabinet de Falconnet ; mcnibre du Jury de concours de l'Ecole 
des Beaux- Arts en i835, 1869 et 1870. — Travaux d'architecture : à 
Lyon, caserne de cavalerie à Perrache pour des 
spéculateurs privés ; maison Burdet, Genoudet 
et Giraud, aux Brotteaux ; rues presque entières 
dans les clos Casati, Wuillermoz, etc., à la Croix- 
Rousse ; maison Guimet, rue d'Algérie, Morel, rue 
Impériale ; Girard, Giraud, Bouteille, Trévoux, de Lacroix- Laval, 
Barrier, nos ^o, 48, 5o, 54 et 56, rue Impériale ; Clément Désor- 
mes, quai Castellane, Rochette , cours Morand ; Michel, port 
Neuville; aux environs, villas Fournet , à Emeringe ; Debar, 
à Rochecardon ; Potton, à St-Genis-Laval ; docks vauclusiens à Avignon ; 
diverses restaurations ; monuments funéraires pour les familles Potton à 
St-Genis, Guinet, Troubat, Mey, au cimetière de Loyasse. — Admis, le 
Il décembre 1841, comme membre titulaire de la Société académique 
d'Architecture, dont il a été secrétaire-adjoint pour 1 849-1850, pour i853- 
1854, vice-président pour 1859- 1860 et président pour 1867-1868. 11 y a 
été le rapporteur principal et le membre le plus autorisé pour la question 
de la Responsabilité des architectes^ qu'il lut dans la séance du7mai i863 
et pour celle des Coutumes du bâtiment^ lesquels rapports ont été 
imprimés, le premier, à part, par Perrin en i863, et le second dans 
le tome 1 des Annales de la Société académique d'Architecture. Son 
Eloge ^ par A. Savoye, avec son portrait par L. Chevron, ont été 
insérés dans le tome III (page 1 17) du même recueil. 




Digitized by 



Google 



III 



Rougeron, Vignerot et C* d'après une photographie 



J.-P. BISSUEL 

1807- 1872 



LYON ARTISTIQUE ARCHITECTES 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



- 31 - 

BISSUEL (Prosper-Edouard), architecte, né à Bruxelles 
29 juillet 1840, élève du Lycée de Lyon, bachelier es sciences, est er 
à récole des Beaux- Arts de Lyon où, de 1860 à i863, sous Louviei 
Jourdeuil, il a remporté, en 1862, une première mention, un deuxiè 
prix de concours mensuels et le prix d'estime, puis est allé à Paris, d 
Tatelier Questel, de i865 à 1867. — A remporté le premier prix en 18 
dans un concours d'émulation, ouvert parla Société académique d'An 
tecture de Lyon^ en 1866, pour une Faculté de Médecine. — A appart 
aux cabinets de son oncle, P. Bissuel, à Lyon et de G. Crétin, à Paris 
Exposition universelle de Lyon de 1872 : projet de château et div 
dessins (médaille d'argent); de 1894: Projet d'un dispensaire général p 
Lyon (médaille d'honneur décernée au dispensaire général de Lyon) 
Conseiller municipal de Tassin-la Demi-Lune (Rhône) ; session de i8) 
1892 et session de 1892 à 1896. A l'Exposition universelle de Lyon, i£ 
membre du comité d'organisation, secrétaire principal du groupe 
Beaux-Arts, membre du Jury, architecte du pavillon des Beaux-Art< 
du pavillon de la Croix-Rouge. Membre du comité et trésorier de la Soc 
lyonnaise des Beaux-Arts, 1893-1897. Membre du jury du Salon lyoni 
en 1892 et 1893. Reçu membre fondateur de la Croix-Rouge, en 18 
Membre du conseil d'administration de l'Association des Anciens Elè 
du Lycée de Lyon (session de 1880 à 1882 et de 1889 à i89i),derAsso 
tion des Elèves et anciens Elèves de l'Ecole des Beaux- Arts de L 
(1892- 1893), de la grande tuilerie de Sainte-Foy-I'Argentière de 
Société immobilière de Bel- Air, à Bourg, des mines de La Chapelle-s 
Dun (Saône-et-Loire) et de la Société immobilière Algérienne et Ti 
sienne. — A obtenu, en 1 867, sur soixante concurrents, la troisième pri 
pour un hôtel de ville, avec marché couvert pour la ville de Dôle (Ju 
— A Lyon, place de la Comédie, 27. 

Travaux d'architecture : 1869 : Hôtel particulier, avenue (Bard( 
de Noailles, 5i, publié dans les première et deuxième années 
Recueil d'Architecture de Wulliam et Farge, à Lyon ; 1870-187 
restauration du château Brosset-Heckel, à Caluire (Rhône); 1874-1875 : 
écuries et dépendances au même ; 1873- 1876 : château, écuries, dépen- 
dances etvigneronnage, Biollay,à Châtillon-d'Azergues (Rhône), publiés 
dans la 4e année du Recueil dArchitecture de Wulliam et Farge; 
villa, écuries, dépendances et entrée, Mme Gaignat à la Demi-Lune 



Digitized by 



Google 



— 32 — 

(Rhône); villa Poncct, à Villevert-sur-Saône (Rhône); restauration du 
château Louis XIV Camille Bellon, à Saint-Cyr-au-Mont-d'Or 
(Rhône), avec écuries, dépendances, entrée et loge ; villa Sève, à Col- 
longes (Rhône) ; villa, dépendances, entrée, V^* Marmier, à Char- 
bonnières (Rhône) ; maison de campagne Jarosson, à Sainte-Foy-lès- 
Lyon ; rendez-vous de chasse, écuries et dépendances et parc Caquet- 
Vauzelles à Chatenay (Ain) ; maison de campagne Plasson, à Sainte-Foy- 
lès-Lyon ; villa, hall de famille, Catoire, à Tassin (Rhône); château 
Tupinicr, à Cuisery (Saône-et-Loire) ; villa, dépendances, écurie et 
entrée, Permezel, à Tassin; restauration du clocher roman de Téglisede 
Sainte-Foy-lès-Lyon ; château, cottage Ferrand-Holstein, à Saint-Didier 
(Rhône), avec écuries, dépendances, entrée et loge; villa et dépendances 
Brouillet, à Saint-Didier-au-Mont-d'Or (Rhône) , publié dans la lo* 
année du Recueil (T Architecture de Wulliam et Farge; fermes et dépen- 
dances Armand, à La Côte-Saint-André (Isère) ; villa et vigneronnage 
Bender, à Odenas (Rhône); restauration du château Gros, à Oullins 
(Rhône) ; villa cottage Piaton, à Brignais (Rhône); hôtel, style gothique 
Mme Ferrand-Holstein, quai des Brotteaux, à Lyon. 1892 : Un îlot de 
neuf maisons à loyer, sis à Lyon, avenue de Saxe, cours Lafayette, rue 
Vendôme et rue Rabelais ; Cercle nautique , rue Saint-Dominique, 
à Lyon ; restauration de Thôtel de Varey, présentement Rosset, 
rue Saint-Joseph, 2, à Lyon (voyez Loyer) ; écuries et dépendances 
au même, à Saint-Genis-Laval (Rhône) ; villa Davat, à Grésy-sur-Aix 
(Savoie) ; villa Morel, à Villeurbanne (Rhône) ; à Lyon : maisons Duvoy, 
rue Malesherbes; Thévenet, avenue de Saxe et rue Bouchardy; 
Truchon, cours Charlemagne ; Quinty, cours de la Liberté; Trunel et 
Bissuel, avenue de Saxe; Gille, quai de la Vitriolerie et Guy, rue 
Molière; école municipale primaire, poste et télégraphe de Collonges 
(Rhône) ; maison à loyer, Pangaud, à Oullins (Rhône); à Lyon : maison 
à loyer et atelier Thorrand, cours de la Liberté ; petit hôtel et atelier 
pour bronze, Gille, quai delà Vitriolerie; maison à loyer et ateliers pour 
habillement, Varichon, place de l'Abondance; maison et ateliers de la 
Compagnie Asturienne, rue Cavenne; agrandissement de Thôpital de 
Villefranche-sur-Saône, et vigneronnages, à Glaizé (Rhône) et à Belle- 
ville (Rhône) pour le même; deux usines de tissage, Botton et Chavent, à 
Nantua (Ain) ; usine de tissage Louis Jarosson, à Saint- Sauveur-en- Rue 



Digitized by 



Google 



— 33 — 

(Loire). Tombeaux : famille Rieussec, famille Bissuel, Chataignon, curé, 
au cimetière de Tassin (Rhône); famille Robat, à Beaujeu (Rhône); 
familles Loth, publié dans la 5" année du Recueil d'Architecture de 
Wulliam et Farge; Permezel, Bié, au cimetière de Loyasse (Lyon); 
famille Gourd, à Saint-Genis-Laval (Rhône) ; famille André, à Saint-Cyr 
(Rhône); croix du cimetière de Saint-Rambert-l'Ile- Barbe (Rhône); 
croix de mission, carrefour de la Vierge, à Sainte-Foy-lès-Lyon. 
Admis, le 6 juillet 1871, à la Société académique d'Architecture 
de Lyon, il en a été secrétaire-adjoint pour Texercicc de 188 1-1882, 
trésorier pour l'exercice 1 885- 1886 et vice-président pour l'exercice 1891- 
1892. En 1889 membre de la Société centrale des Architectes de Paris, de 
la Société de défense mutuelle des architectes français, de l'Association 
provinciale des architectes, dont il a été nommé vice-président en 1 897, et 
de rUnion architecturale de Lyon. — La Société d'architecture de Lyon 
conserve, de lui, dans ses archives, le dessin du vestibule de la maison 
Bardon et d'ifhe croix funéraire. — 1 881 : en collaboration avec G. 
André, Projet d'assainissement de la presquîle lyonnaise^ avec plans, 
Pitrat, Lyon. — 1891 : Discours sur la tombe de Louvier. Divers rapports 
à la Société académique d'Architecture de Lyon. — 1895 : Biographie de 
Gaspard André ^ architecte. Lyon, Mougin-Rusand. — 1896 : Rapport 
sur le service militaire pour les élèves des écoles des Beaux- Arts. Lyon, 
Mougin-Rusand. — A obtenu, en 1874, le prix Dupasquier décerné par 
l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon pour travaux 
exécutés avant l'âge de 35 ans ; en 1891 la grande médaille d'archi- 
tecture privée (fondation Le Soufaché) décernée par la Société centrale 
des Architectes français. 

BIZOT (Ernest), architecte, né à Troyes (Aube), le 25 février 1825 
est élève de Técole des Beaux Arts de Lyon, sous Chenavard, où il a 
obtenu cinq médailles d'argent de 1845 à 1846. Il a appartenu aux 
cabinets de Dubuisson de Christot et Couchaud à Lyon, puis de Daly et 
Bourlat à Paris. — Absent de France pendant environ cinq ans ; ensuite, 
il devint associé de Perret de la Menue et enfin, fit partie du cabinet 
Bellemain père. -^ i85i-i853 : agent-voyer à Blois (en attendant un 
poste d'architecte). — i853-i858 : attaché à des compagnies de chemins 
de fer en Piémont, Lombardie, Suisse, Autriche-Hongrie et Transylvanie. 

3 



Digitized by 



Google 



— Si — 

— 1864-1887 : architecte à Vienne ; nommé architecte de cette ville en 
1887. — Bibliothécaire de la ville, conservateur des musées et vice- 
président de la commission. Membre de la commission du plan de la 
ville, du conseil d'hygiène et de la commission des monuments historiques 
de risère, en 1872, pendant l'administration du préfet Poubelle (n'a plus 
fonctionné depuis). Délégué cantonal. Membre de la commission de la 
navigation du Rhône depuis août 1877, et de celle de ravitaillement depuis 
septembre 1895. — A remporté, en i85i,le premier prix, médaille 
d'or, pour le concours d'émulation donné par la Société académique 
d'Architecture de Lyon, sur un projet de Façade pour F église paroissiale 
de Saint 'Bruno, à Lyon, — En 1859, il a obtenu une mention honorable, 
avec éloge, dans le concours pour la construction de Prisons cellulaires 
pour Turin et Gênes. — En 1868, sur le concours ouvert pour la cons- 
truction d'un Hôtel de sous-préfecture à Gex (Ain), il a eu le premier 
prix, avec exécution. Son projet au concours pour l'érection de la 
Statue de la République à Lyon (avec Aubert, sculpteur) a été primé. — 
Admissible en 1893 pour un concours de place d'architecte du gouver- 
nement. — A Vienne (Isère). — Travaux d'architecture : Dans l'Ain, à 
Gex, en association avec Perret de la Menue (Voyez ce nom), l'église 
(i858 à'1864), le collège (1867 à 1868) et Thôtel de ville (1868 à 1869). 

— L'hôtel de la sous-préfecture de la môme ville a été exécuté de 1868 à 
1869, ainsi que l'intérieur de plusieurs chapelles particulières et de com- 
munautés. — Dans l'Isère: église de Corbas(i87o), restauration delamai- 
rie de Saint-Symphorien-d'Ozon (1864-1867), maisons d'écoles à l'Isle- 
d'Abeau, les Côtes d'Arey et Agnin ; achèvement du collège de Vienne 
(1887-1889), musée-bibliothèque de la même ville (1893-1895) et installa- 
tion des tableaux et objets d'art (une vue de ce musée a été inséré dans La 
Pre5JirÉ?//7rf//5/;7e//e2e6dition,octobre 1895); installation du musée lapidaire 
(1894- 1895) à l'ancienne église de Saint-Pierre de la même ville avant et 
après sa restauration comme monument historique par Daumet (une vue 
de l'installation des poteries gallo-romaines a'été insérée dans La Presse 
Industrielle^ 2^ édition, octobre 1895. Six planches reproduisent quelques 
groupements de marbres antiques dans un Album des ^Monuments de 
Vienne (Savigné, 1895). — Monument funéraire de la famille Harel 
dans le cimetière de la commune de Saint-Cyr près de Vienne (Il a paru 
dans la Revue de F Architecture et des Travaux publics de 1887, planches 



Digitized by 



Google 



— 35 — 

69 à yi ; manque la barrière d'entourage) ; deux monuments funéraires 
au cimetière de Vienne (Isère) dont Tun d'eux a été reproduit dans la 
Semaine du Constructeur^ no du 5 novembre 1887, pages 217 à 221. — 
En construction un groupe scolaire pour la ville de Vienne et, prochai- 
nement, un abattoir. — Membre de la Société des architectes du Dau- 
phinè et de la Savoie et de l'Association provinciale des architectes fran- 
çais. Admis, le 3 juin 1887, à la Société académique d'Architecture de 
Lyon comme membre correspondant. Membre de l'Académie delphi- 
nale. — A prononcé divers discours, éloges et compte rendus assez 
nombreux dans les réunion de ces Sociétés. — Notices sur les monu- 
ments de Vienne, etc., une partie parut dans les journaux (pas de tirage 
à part) de 1875 à 1897. En préparation un ouvrage sur les monu- 
ments du Moyen-Age et de la Renaissance. — Officier d'Académie 
du 12 janvier 1895. 

BLANGHET (Thomas), peintre et architecte, né à Paris, en 1614, 
est mort, le 21 juin 1689, àThôtel de ville, de Lyon. 11 s'adonna d'abord 
à la sculpture, à Paris, avec Jacques Sarrazin, qui l'engagea à s'appliquer 
de préférence à la peinture, qu'il étudia, ainsi que l'architecture, à 
Rome, où il travailla pour Alexandre Algarde. Il connut, dans cette 
ville. Poussin, qui le combla d'éloges. Le Brun dont l'influence lui fut 
utile plus tard à Paris, et André Sacchi. — 11 fut nommé, le 1 1 octobre 
1675, peintre en titre de la ville de Lyon, en remplacement de Germain 
Panthot avec lequel il a exécuté diverses peintures décoratives à l'hôtel 
de ville de Lyon, notamment : 9 mars i655, la voûte de la salle princi- 
pale (brûlée en 1674) et les murs, 25 juin i658 ; le plafond de la salle du 
Consulat, le 27 novembre 1659; du grand escalier, le 3o août 1661 ;de la 
salle de la Conservation (Tribunal de Commerce) et enfin de la salle de 
la Nomination, le 9 juin 1671. 11 fit également des tableaux à l'ancien 
palais de justice de Lyon, qui ont été replacés dans le nouveau savoir : 
deux dans les plafonds de salles d'audience de la cour d'appel et les 
autres dans diverses salles. 

Il tenta de fonder dans cette ville, en 1676, une Ecole académique de 
dessin, de concert avec Coysevox; mais cette affaire n'aboutit pas, bien 
que tous les deux aient été commis, par délibération de l'Académie de 
peinture et de sculpture, comme professeurs à cet établissement, par 



Digitized by 



Google 



_^^ 



— ;3G — 

délibération du 2 janvier 1677. — La nomenclature de tous les ouvra- 
ges de peinture et des dessins de cet artiste étant fort longue et ne 
rentrant pas, du reste, dans le ^ ^ — '/^"Z^ y yi 

cadre de ce travail, nous donnons, ^"/^ (y^^C^l/yi^^^t^^^y^ 
ci-après, celle de ses travaux d'ar- 
chitecture. 1673 : Chapelle de T As- 
somption, dite des Messieurs, au 
collège de la Trinité de Lyon ; décoration des tribunes de la même 
église ; 1675, remaniement de Tabside de Téglise Saint-Pierre de 
Lyon, dépendant du monastère des Bénédictines de ce nom ; grand 
escalier et réfectoire de ce monastère ; i685, rétable et grand autel de 
l'église des Carmélites de Lyon ; mausolée du maréchal de Villeroy 
dans la même église; décoration du sanctuaire de Téglise de la Platière, 
tribune des orgues de Téglise des Célestins et décoration du sanctuaire 
de l'église des prêtres de l'Oratoire de St-Joseph, à Lyon. 

Il fut reçu membre et professeur deTAcadémie royale de Peinture 
et de Sculpture de Paris, par délibération du 3o mai 1676 et TAcadémie 
fit célébrer à sa mort, pour lui, à Paris, un service funèbre le 3o juin 
1689; déjà M. de Saint-George avait lu le 4 juin, à TAcadémie, un 
discours sur son tableau de réception. Il épousa, à Lyon, le 28 mars 1668, 
Anne de la Couche, même, à cause d'une irrégularité, le mariage dut être 
renouvelé le 4 juillet 1672. On a quatre portraits de lui : le premier, 
dessiné et gravé par lui-même en 1686, à la Bibliothèque nationale; le 
second, de Richard Collin, dans le livre de Sandrart de 1 683 ; le troisième 
accompagne la notice de d'Argenville en 1745, et le quatrième figure 
dans la vie des peintres de Fuessli. 

Le Père Ménestrier. — Sandrart. — Clapasson. — D'Argenville. — Breghot du 
Lui et Péricaud. — Jal. — Bellier de la Chavignerie. — Charles Blanc. — Debom- 
bourg. — Bauchal. — Fuessli. — Délibérations consulaires de Lyon. — Natalis- 
Rondot. — Minutes Rougeault aux archives du département du Rhône. — Diction- 
naire d'E.xpilîy, — Procès-verbaux de V Académie de Peinture et Sculpture, — 
Inventaire des objets d*art du musée de Lyon, par Artaud. — Frédéric Reiset dans 
Tappendice à la deuxième partie de la Notice sur les dessins du Louvre — Collection 
des dessins du musée national du Louvre. — Collection du marquis de Chennevières. 
— Notices, par E.-L.-G. Charvet, sur Les Royers de la Val/enière, Etienne Martel- 
lange, La Vie et les Œuvres de divers artistes de Lyon, Thomas flanchet y (volume 
des Réunions des Sociétés des Beaux-Arts des départements pour i8g3. Revue du 
Lyonnais), etc., eic. 



Digitized by 



Google 



— 37 — 

BLOT (Jules), architecte, admis à la Société académique d'Archi- 
tecture de Lyon, le 5 février i853, démissionnaire en 1870; il a 
donné, en i856, à cette Société, pour ses archives, un dessin d'une 
maison de style florentin à la Quarantaine, à Lyon. 

BOFFRAND (Grerinain),.architecte et ingénieur, né à Nantes le 
7 mai 1667, est mort à Paris le 18 mars 1754. 11 était neveu de Quinault 
et fils de Jean Boffrand, architecte et sculpteur lequel Tenvoya à Paris 
à Tàge de 14 ans pour y étudier la sculpture et l'architecture, mais il 
se décida pour cette dernière et travailla sous Jules-Hardouin Mansart, 
lequel lui fit obtenir, en 1690, la direction des dessins du cabinet du 
roi. 11 fut architecte du roi, son premier ingénieur et inspecteur général 
des Ponts et Chaussées de France ; en 171 1, premier architecte du roi 
Léopold, duc de Lorraine et de Bar; en 1728, architecte de l'Hôpital 
général de Paris, où il succédait à Delépine, et architecte du duc de 
Bavière. En 1752-1753 il présenta un projet au concours ouvert pour 
la création de la place Louis XV à Paris (place de la Concorde); les 
travaux furent confiés à Gabriel (Jacques-Ange). 

Travaux d'architecture: En France, à Paris, 1709: travaux à 
THôtel d'Epernon, alors d'Ormesson 
pour le Prince de Vaudemont ; 1710 : 
agrandit et répare le palais du Petît- 
Bourbon, pour la princesse de Condé 
(à côté du Palais de Luxembourg actuel, le cloître particulière- 
ment et le grand escalier) ; 171 1 : hôtel des Premiers Présidents (restau- 
ration), décore Thôtel de Broglie, autrefois de Revel et hôtel rue de 
Bellechasse; 171 2: grande porte de Thôtel de Villars (actuellement du 
ministère de l'Instruction publique) et Thôtel de Gournay ; 17 14, et pour 
lui-même, un hôtel rue de Verneuil, lequel appartint plus tard à la 
famille de Torcy ; 1716: hôtel de Seignelay (détruit); Jji5 à 1718 
reconstruction d'une grande partie de l'Arsenal, dont la décoration 
d'un salon; 1720: nouveaux travaux au Petit-Bourbon et l'hôtel qui 
lui fait face, rue de Vaugirard ; 1722: réparation de la grande Chambre 
du Palais de Justice; 1725 à 1727 : réparation du portail sud et réfection 
de la grande rosace à la cathédrale de Notre-Dame; 1733 à 1734: 
le puits de Bicêtre. — Pour Lyon, le 2 mai 1738 : les plans de TArsenal, 




Digitized by 



Google 



- 38 — 

lequel fut construit, en 1782, par Dupoux, sous la direction de L.-A. -P. de 
Barberin, officier d'artillerie. Cet édifice, après avoir été en partie détruit, 
par une explosion lors du siège par les armées de la Convention, serA^t 
d'Hôtel delà Douane et fut ensuite entièrement démoli pour être remplacé 
soit par un grenier au sel (lequel a été aussi détruit, voyez Baltard), 
soit par des habitations particulières, sqit enfin par l'ouverture, sur le 
quai, de la rue Sala; les plans de Boflfrand, conformes à ce qui a été 
exécuté, se trouvent aux estampes de la Bibliothèque Nationale. — A 
Paris, 1746: restauration de Téglise du Saint Esprit ; 1747 : hospice des 
Enfants-Trouvés, au parvis de Notre-Dame; 1 748 : porte du cloître Notre- 
Dame; 1754: achèvement de la chapelle de la Communion à Téglise 
Saint-Merry ; hôtel de Mesmes, commencé par Bullet ; hôtel Amelot, 
probablement dans la rue de ce nom. Sans dates certaines: hôtel de 
Guerchy et de Montmorency, rue Saint-Dominique ; de Duras, rue du 
faubourg Saint- Honoré ; de Voyer d'Argenson, rue des Bons- 
Enfants ; de Tingry, rue de Varennes; de Brissac, rue de Grenelle- 
Saint-Germain ; de La Marck, rue d'Aguesseau ; reconstruction de 
rhôtel de Livry pour de Mataran, rue des Francs Bourgeois ; 
maison de Lebrun, rue des Fossés-Saint-Victor, près les Religieuses 
anglaises ; deuxième ordre du portail de Téglise de la Merci, 
commencé par Cottart ; cloître des Bénédictines du Calvaire et chapelle 
de Noailles à Notre-Dame. — Château de Saint-Ouen, pour le prince de 
Soubise; château de Boissette près Melun; le piédestal de la statue de 
Louis XIV sur la place royale à Dijon, et, en 1750, pour la même ville, les 
plans du Palais des Etats en concurence avec Gabriel. Un pont à Sens, 
sur TYonne, et un autre à Montereau, sur la Seine. En Lorraine, à 
Nancy (17 17-1720), les plans du Palais ducal (élevé seulement jusqu'au 
premier étage et détruit, en 1745, pour faire place à la nouvelle Inten- 
dance) , réparation de l'ancien palais ; Thôtel de la Monnaie et ( 1 7 1 2- 17 1 3) 
rhôtel de Craon (aujourd'hui Cour d'appel) ; le grand autel de la cathé- 
drale ; les hôtels de Curel, de Ferrari, de Vitrimont, de Lupcourt et 
de Custines. — A Lunéville (1703-1706): deux grands corps de logis et la 
grande aile du nouveau château, incendié en 17 19 (aujourd'hui caserne 
de cavalerie et hôtel du général) ; le pavillon dit du Trèfle, et la chapelle 
dans les bosquets du château; palais du prince Charles; église abba- 
tiale de Saint-Remy (aujourd'hui paroissiale de Saint-Jacques), moins le 



Digitized by 



Google 



— 39 — 

couronnement de la tour et le fronton du portail; en 1712 : Thôtel de 
Craon et la gendarmerie (annexe du château) ; le château de la 
Malgrange (171 i-i7i5),près Nancy (détruit) ; ceux d'Haroué appartenant 
au prince de Beauvau, de Croismare, de Saint-Léopold près de Luné- 
ville, de Buqueville (1708), et Tabbaye d'Autray près de Rambervillers 
(Vosges). — En Bavière: une maison de chasse pour le duc. — En 
Belgique: le château de Bouchefort, commencé en 1705, mais dont les 
travaux furent interrompus en 1706. — En Franconie : les plans du 
palais épiscopal de Wurtbourg (pour lesquels Robert de Cotte donna 
aussi des plans) ; une fontaine monumentale dans la maison de la Favo- 
rite, près de Mayence. — Boffrand fut admis, en 1709, à T Académie 
d'Architecture. Il a composé plusieurs pièces bouflPonnes imprimées 
dans le recueil de Ghérardi. Ses autres publications sont : Vie de Philippe 
Quinault imprimée en tète de l'édition de 171 5 du Théâtre de ce poète; 
\j43: Description (en français et en latin) ^e ce qui a été pratiqué en 
i6pç pour fondre en bron{e d'un seul jet la figure équestre de Louis 
XIV, élevée par la ville de Paris sur la place Louis-le-Grand. Paris, 
in-folio, 18 planches. — 1745 : Livre d architecture contenant les prin- 
cipes généraux de cet art et les plans, élévation et profils de quelques- 
uns des bâtiments faits en France et dans les pays étrangers (en français 
et en latin) in-folio, 70 planches. 11 a laissé également un nombre considé- 
rable de dessins dont l'énumération serait trop longue et qui, du reste, 
n'intéressent pas la ville de Lyon, hormis, les plans de l'Arsenal qui 
sont conservés à la Bibliothèque Nationale. 

D'Argenville. — Brice. — Mariette. — Blondel. — Lionnois. — Piganiol de la 
Force. — Dussieux. — Berty. — Lance. — Durivai. — Morey. — Archives de F Art 
français. — Revue des Provinces de VOuest, — Bellier de la Chavignerie et 
Auvray. — Bauchal. 

BOIRON (François), architecte, né à Lyon le 3 novembre i836, 
entré à l'école des Beaux-Arts de Lyon, y a obtenu une mention en 
perspective, sous Girardon, en i855, deux prix (travaux graphiques et 
perspective) et trois d'estime en i856; le premier prix d'architecture, sous 
Chenavard, sur un Baptistère\\e prix de concours mensuels et deux 
deuxièmes (prix de géométrie pratique et de géométrie descriptive) en 
1857. — A appartenu au cabinet Bresson. — A Lyon, rue Constantine, 8. 



Digitized by 



Google 



— 40 — 

— Travaux d'architecture depuis iSSy : Églises de Chanzy (Loire), 
Saint-Germain-sur-rArbresle (Rhône) ; restauration et le clocher de 
l'église de l'Arbresle ; restauration de nombreux châteaux; construc- 
tion de plusieurs villas dans le département du Rhône. — A Lyon : cons- 
truction de quatorze maisons à loyer, Texternat de la Trinité et l'externat 
des Dames de Nazareth. — Admis à la Société académique d'Archi- 
tecture de Lyon, le 5 mars 1868. Cette société conserve de lui, dans ses 
archives, le dessin de V Eglise de La Bénissons-Dieu^ façade, 1869. 

BONNET (Joseph-Gustave), ingénieur, né à Marseille, le 
18 juin i8ïO, mort en 1875. — 11 fut élève ingénieur le 20 novembre i83o; 
ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées, le 7 mai 1840, et ingénieur 
en chef le 2 juin 1 854 ; la même année, on le détacha au service municipal 
de la ville de Lyon et, en 1869, '^ passa inspecteur général de deuxième 
classe tout en restant dans ce service qu'il quitta en 1870, époque où il 
fut placé dans le cadre de disponibilité. — Il a fait exécuter, à Lyon, 
notamment, dès son arrivée au service municipal, la percée de la rue 
Impériale (rue de la République) selon les plans de Dardel (voyez ce 
nom), puis celle de la rue de l'Impératrice (rue de rHôtel-de-Ville), puis 
de nombre d'autres rues moins importantes, le parc de la Tête-d'Or 
(voir le plan, par Bulher, dans le tome XII (1878) du Moniteur des 
Architectes^ planche autographiée XXI-XXII), les égouts, les canalisa- 
tions d'eau potable, le pavé dit d'échantillon, les fontaines en fonte des 
places Saint-Michel, delà Croix-Rousse, des Célestins et des Terreaux, 
celle, d'après le dessin de Crépet (voyez ce nomj, en pierre de Crussol, 
de la place Impériale (Ces fontaines ont été, depuis, remaniées, déplacées, 
ou détruites), les squares et jardins dans divers quartiers, le grand plan 
de Lyon en six feuilles (Voyez Dignoscyo), etc., etc. — Chevalier, puis 
officier de la Légion d'honneur. 

BOSONET ou BOZONET (Henry), maître d'œuvre, fait marché, 
de concert avec Martin (Hugonin) (Voyez ce nom), le 28 octobre i433, 
pour rehausser une des piles du pont du Rhône, à Lyon, au prix de 
onze blancs les deux pieds taillés. 

Inventaire des Archives de Lyon, Tome I. 



Digitized by 



Google 



— A\ — 

BOSSAN (Pierre-Marie), architecte, né le 23 juillet i8i4>, est 
mort à La Ciotat (Bouches-du-Rhône), le 23 juillet 1888. Il entra, à 
rage de vingt ans à l'Ecole des Beaux-Arts de Lyon, où il obtint, en i835, 
le premier prix d'architecture (Bains publics), la deuxième mention de 
concours mensuels et une mention d'ornement; puis il se rendit à Pans, 
où il entra à Tatelier Labrouste. Revenu à Lyon, il ne tarda pas, dans 
Tespoir de faire fortune, à aller en Italie, en Sicile, faire des entreprises 
purement industrielles, qui ne réussirent pas. 11 revint à l'architecture et 
fut choisi comme architecte par le cardinal de Bonald, archevêque de 
Lyon, et, depuis, de très nombreux travaux ont été exécutés sur ses plans 
avec le concours (indispensable, pour la partie matérielle) d'un certain 
nombre de collaborateurs, lesquels nous croyons devoir placer en regard 
de chaque édifice lorsque nous avons pu nous les procurer. Eglises parois- 
siales : 1 842 : de la Demi-Lune, à Lyon (Bresson, puis Desjardins) ; 1 844 : de 
Saint-George, à Lyon (Bresson) ; i853 : de Valfleury dans la Loire (Léo); 
i835:deCouzondansleRhône(Léo,puisFranchet); i856:derimmaculée- 
Conception, à Lyon (Léo, puis Franchet); 1857 : de Régny,dans la Loire 
(Léo) ; 1859 : de Nandax, de Neulise, dans la Loire (Franchet) ; 1862 : de 
la Mulatière, dans le Rhône et d'Ars dans TAin (Voyez S. -M. Perrin); 
i863 et 1864 : de Sainte Anne du Sacré Cœur, à Lyon, et d*Echalon, dans 
TAin (Bourbon) ; 1868 : de Régnié,dans le Rhône) ; 1873 : d'Aouste, dans 
la Drôme (S. -M. Perrin) ;i874 : de Graune, dans la Drôme ( ) 

et d'Oullins, dans le Rhône (Bourbon); 1876 : de Pradelles et de Saînt- 
Genais, dans la Drôme ( ). — Basiliques : i865 : de Saint-François 

Régî^, àla Louvesc, dansTArdèche (un P. Jésuite) ; 1872 : de Notre-Dame 
de Fourvière, à Lyon, son œuvre capitale (Sainte-Marie Perrin). (Les 
dépenses pour la construction s'élevaient, en 1897, au chiflfre de 
8.353.33o 55). — Chapelles: 1845 : des P.P. Jésuites, rue Sala, à Lyon, 
démolie depuis ; 1861 : des dames Carmélites et des Pères Dominicains, 
à Oullins, dans le Rhône (Franchet) ; 1866 : des Dames de Sainte-Marthe, 
à Valence, dans la Drôme ( ) et des Sauvages, près Tarare 

dans le Rhône (Franchet) ; 1868 : des Petites Sœurs de la Villette, dans 
le Rhône (ach. par Bresson et Bourbon); 1869 : des Pères Dominicains 
de Marseille(Joannès Rey); 1873, de Saint-Anthelme de Chignin, dans 
la Savoie (Rey) et des Dames Trinitaires de Valence (Rey), et des Pères 
Capucins à Crest, dans la Drôme (Rey); 1875, des Petites Sœurs des 



Digitized by 



Google 



- 42 — 

Pauvres, à Valence, dans la Drôme (Rey). — xMonastères : 1854 : des 
Dames de la Visitation, à Lyon; 1862, delà Trappe des Dombes, dans 
TAin: 1 863, des Dames de la Retraite, à Lyon; 1869, des Pères Domi- 
nicains de Saint-Maximin, dans le Var ; 1 878, des Pères Dominicains, de 
Marseille; 1879, des Pères Dominicains, de Délie (Haut Rhin). — 
Maisons : 1845 : Blanchon, quai Fulchiron, à Lyon ; i858 : petit séminaire 
de Meximieux, dans FAin ; i863 : Borel, place des Jacobins, à Lyon; 
i865, presbytère de la paroisse de Tlmmaculée-Conception, à Lyon 
(publié dans la Revue de r Architecture de 1866, planches 14 et i5, 
texte page 19) ; 1869 • hôpital Saint-Luc, à Lyon. — Restaurations : 
i853 : petit porche du vieux Fourvière, à Lyon; 1880: restauration de 
réglise de la Ciotat (Bouchcs-du-Rhône); 1887 : restauration de Téglise 
de Roquevaire, dans les Bouches-du-Rhône. — Ouvrages divers : Stalle 
épiscopale, buffet d'orgues, autel portatif, pour Téglise cathédrale de 
Lyon ; bannière à la Sainte- Vierge (gravée par J. Séon) ; autels, fonts 
baptismaux, pour diverses églises; les quinze Stations du Chemin du 
Rosaire, à Lyon, publiées dans \c Recueil (ï Architecture dQV^xxWi^m et 
Farge, 2^ année;- tombeau de la famille Millon-Servier, au cimetière de 
Loyasse, à Lyon, publié dans la ii« année du recueil précédent. — 
Dessins pour ouvrages d'orfèvrerie (Favier, orfèvre à Lyon) i855 : 
châsse des S. S. Martyrs de saint Irénée,à Lyon. — (Armand Calliat, orfè- 
vre, à Lyon) : 1860: ostensoir de rimmaculée-Cônception, à Lyon; 1867 : 
ostensoir de Notre-Dame de la Garde, à Marseille ; la chapelle offerte au 
pape Pie IX, par les Pères du Concile du Vatican, et une crosse, dite du 
Bon-Pasteur, offerte à Mgr Callot, évèque d'Oran; 1869 : ostensoir de 
N.-D. delà Salette, dans Flsère; 1872 : ostensoir de TAnnonciaton pour 
la congrégation des Dames du Saint-Sacrement; 1873 : châsse de saint- 
François Régis, à la Louvesc, dans TArdèche et calice du curé de la 
cathédrale de Valence, dans la Drôme; 1874 : croix reliquaire de 
Poligny et châsse de saint Oyent, à Saint-Claude dans le Jura; 1875: 
ostensoir de Notre-Dame de Fourvière; 1876 : autel en marbre et bronze 
de Notre-Dame de Bourg, dans TAin; 1877 : reliure de la Bulle 
Itieffabilis ; \8So : ciboire du Rosaire pour les Pères Dominicains, de 
Marseille; i885 : ostensoir de Téglise de Saint-François, à Lyon. — 
(Poussielguc-Rusand, orfèvre, à Paris) : ostensoir du Sacré-Cœur, de 
Paris. — (Tissot, orfèvre à Lyon): 1869 à 1879: exposition du Saint- 



Digitized by 



Google 



— 43 — 
Sacrement, de Moustiers, dans les Basses-Alpes ; portes en bronze des 
églises d'Ars et de la Louvesc ; chandeKer du cygne ; chandelier du 
griffon ; petit chandelier ; couronne de lumière ; encensoir et sa navette ; 
candélabre du griffon; bras de lumière ; croix processionnelle. 

Des dessins complets de la basilique de Fourvière, à Lyon, ont 
été exécutés par F. Giniez (Voyez ce nom) ; il existe aussi une vue 
latérale avec petit plan au bas, gravée par Séon. Dans les Annales de la 
Société académique d'Architecture de Lyon^ tome IX, des héliogravures 
de Dujardin représentent une vue latérale nord, la porte orientale, dite 
des Lions, d'après son dessin, Tostensoir et une étude de la crypte. Enfin 
on en trouve de nombreux détails dans les Matériaux et Documents de 
Raguenet. Le recueil des Annales a donné aussi une vue absidale de 
réglise de Sainte-Philomène d'Ars. L'église de Saint-George et la 
façade de Téglise de Tlmmaculée-Conception, toutes deux à Lyon, ont 
été gravées par Séon. — Admis comme membre titulaire de la Société 
académique d'Architecture de Lyon, le 7 juillet iSSq, il était membre 
honoraire en i885. La même année, il fut nommé commandeur de 
Saint-Grégoire le Grand. 

Discours prononcé à ses funérailles pnr L. Bresson, président de la Société 
académique d'Architecture de Lyon. — Notice, par G. André, dans la Construction 
morferne, numéro du 8 décembre 1888. — Note nécrologique dans V Architecture^ 
journal hebdomadaire de la Société centrale des Architectes français de 1888, 
page 36o. — Eloge^ par Sainte-Marie Perrin, avec portrait en héliogravure, d'après 
un médaillon de E. Millefaut, dans le tome IX des Annales de la Société acadé- 
mique d'Architecture de Lyon y\>digt I, reproduite dans Y Architecture, pages 211, 
322, 345 et 369. — L'Œuvre de Pierre Bossan^ architecte (né à Lyon en 1814, 
mort à la Ciotat en 1888), Montbrison, 1891, par F. Thiollier, i vol. in-folio, 
117 planches en héliogravure, 4^0 motifs d'architecture. — La Basilique de 
FourvièrCy ses origines^ son esthétique, son symbolisme, par S. -M. Perrin. Lyon, 
E. Vitte, 1896. — Une Promenade à Fourvière, discours de réception prononcé, à 
l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, par S. -M. Perrin, 
le 6 avril 1897. Lyon, A. Rey, 1897. 

BOUGHET ( ), ingénieur, mort en 1786. — Un arrêt 

du Conseil Tautorisa, le 27 juillet 1786, à construire en pierre le pont de 
l'Archevêché, qu'il commença à cette date. Il fut remplacé par de Limay, 
qui y fit des changements. 

Voyez Marie, Gervaise, Perronet, Lallié, Roux, Bugniet, Baffert, Limay et 
Carron. 



Digitized by 



Google 



fW^^. 



fr 



- 44 - 

BOUDON (Armand), architecte, faisait partie de la Société libre 
d'Architecture de Lyon, en iSSg. 

BOULARD (André), architecte, figure dans les almanachs de Lyon 
de 1747 à 1770; il demeurait place du Change, puis rue Vieille- 
Monnaie. 

Gaspard Bellin, Annales de la Société académique d'Architecture, IX, 
page LXIV. 

BOULARD (Catherin-François), architecte, né en 1713, con-" 
damné à mort par jugement de la Commission de la Justice populaire et du 
Tribunal révolutionnaire, le 9 frimaire an II (29 novembre 1793}, exécuté 
le 24 février 1794, comme ayant dirigé les travaux des redoutes contre 
les armées de la Convention pendant le siège de Lyon, figure dans les 
almanachs de Lyon (rue Vieille-Monnaie, i3) de 1775 à 1792, peut-être 
le fils du précédent. — 11 fut membre de FAcadémie de Lyon dans les 
manuscrits de laquelle on trouve de lui : 1789 : Moyen le plus simple et 
le moins dispendieux de prévenir les incendies (ce mémoire fut couronné 
par l'Académie; 1791 : des Incendies^ discours de réception; 1791*- 
Perfectionnement de la perche à niveler ; additions au niveau à buUe 
d'air; 1792 :Z)e la dilatation et de la condensation du bois dans sa 
longueur ; Moyen de construire et d entretenir les routes dans les 
pays sablonneux. — Publications : Mémoire qui a remporté le prix à 
r Académie de Lyon sur les moyens de garantir les écluses des graviers 
qui en interrompent ordinairement l'usage^ etc., 1780, in-8 de 12 pages 
fig. ; Mémoire sur la nature et la forme des jantes pour les roues de 
voitures^ 1781 ; Plan d une voiture de transport qui a remporté le prix 
à r Académie de la Rochelle en décembre 1 jAV, in-40, 8 pages, figure ; 
Idée patriotique cTun citoyen ami des arts relativement à la statue de 
bron{e de la place de la Fédération ^ le 22 août i/p2y in-8, 8 pages; 
Monument commandé par J. Coindre^ maire^ pour les victimes de la 
Journée du 2 g mai{\ jg3) devant être exécuté aux Brotteaux^par Boulard, 
architecte^ sur la demande générale des Sections et des familles du 
bataillon de Brutus^ Boulard f., L.-M. P., éditeur^ lithographie de 
V'*" Gubian à Lyon, in-8 (le dessin original existe à la collection 
Coste de la Bibliothèque de Lyon n^ 454). Un ex-libris de C.-F. 



Digitized by 



Google 



Boulard porte : (^Architecte voyer inspecteur à Lyon, avec les 
armoiries : de gueules à un arbre d'amandier d'or chargé d'une fasce 
d'argent chargée de trois merlettes de sable, au chef d'azur chargé de 
trois besans d'argent (Collection de L. Charvet). Selon Morel de Voleine 
ce sont les mêmes armes que Simon-Claude Boulard de GateIIier,échevin 
de Lyon en 1778, avec une bande d'argent chargée de troismerlettes de 
sable brochant sur l'arbre de ces armes. 

Bulletin de Lyon du 27 prairial, an 12. — Catalogue des Lyonnais dignes de 
mémoire. — Collection Coste à la Bibliothèque du Lycée de la ville de Lyon. — 
G. Bellin : Annales de la Société académique d' Architecture ^ IX, page LXXIII. — 
Biographie Fume. — Tableau des prisons de Lyon., par Delandine. 

BOULIN (Jean-Marie-Marcel-Stéphane), architecte, est né à 
Saint- Etienne (Loire), le 17 novembre 1847. Après avoir fait ses 
études au collège des Chartreux, fut attaché en i865, au cabinet de 
Giroud, architecte du département de Saône-et-Loire. A servi à Belfort, 
pendant la guerre, comme mobile du département du Rhône. Prit, en 
1878, la suite de Mazerat (voyez ce nom) à Saint-Etienne, lorsqu'il fut 
choisi, au concours, en 1879, comme architecte du département de la 
Loire, fonctions qu'il a conservées jusqu'à ce qu'il ait donné sa démis- 
sion, pour cause de santé, en 1887. Architecte de la Banque de France, 
à Saint-Etienne, de 1880 à 1886. — A fait partie de commissions ou 
jurys divers, soit pour bâtiments civils, examens, concours d'élèves ou 
de fonctions d'architecte. — A obtenu, en i883, le deuxième prix au 
concours pour la construction d'une Ecole professionnelle à Saint-Etienne 
et le premier prix, sous le nom d'un pseudonyme, au concours pour 
deux édifices considérables en Algérie. — A Saint-Etienne (Loire), rue 
de Roanne, 48. 

Travaux d'architecture : Maisons construites entr'autres : à Saint- 
Etienne pour MM. Coulaud, Chabrol, Rivet, Giron, Chovin, Delaynaud, 
Jean-Marie Epitalon, André Fustier ; à Vichy: MM. Desbret et Filiozat; 
à Saint-Genis (Loire) : M. Guinand ; à Saint-Etienne : MM. Revel, 
Valancogne, Bastide-Salichon, Barallon ; à Boen : Bonassieux; à Rive- 
de-Gier : M. Reynaud ; bâtiments divers : Grandes verreries de la Seine 
et de la Lojre ; brasserie Chardonnet ; rhôtellerie du château à Roche- 
taillée (Loire) ; villas : pour Mn^e Colmet, à Saint-Romain-le-Puy ; pour 



Digitized by 



Google 



— /l() — 

Mme V'*^ E. Périer, Boulin à Vichy et Corron ; pour M"e Murigneux ; 
pour M. Pauze, à la Talaudière et pour M. Auguste Gerin, à Veauche 
(Loire) ; pour M. H. Boulin, à Montbrison ; châteaux construits pour 
M. Dugnat, à Chazonnes ; pour M. Douvreleur, à Vosges ; pour 
M. Duplay-Balay à La Valancière ; pour M. Germain de Montauzan, à 
Monthieu ; pour M. de Prandières, à du Fournet ; pour M. Poide- 
bard, à Bel-Air ; pour M. Neyret, à Rioupéroux ; ceux de la Direc-. 
tion et deux des ingénieurs pour les Aciéries de la Marine et des Chemins 
de fer à Saint-Chamond ; pour M. Marcellin Giron, à Chantegrillet, et 
pour Mrae V* Giron, avec dépendances à La Fouillouse, direction des 
Aciéries de Firminy ; châteaux restaurés pour M. Palluat de Besset, à 
la Salle ; pour M. Adrien de Montgolfier, à La Catonnière ; pour 
M. Brun, à Atre, et pour M. Balay-Serre à Vernaison. — Eglises 
construites à Arre (Gard), Burdigne, Virigneux, Marlhes, Planfoy, Agha 
et Bouinan, en Algérie ; églises restaurées à Jas, La Ricamarie, 
Rochetaillée, Saint-André-le-Puy, Saint- Yorre, à Vichy ; Trelins, 
Veauche, Marols, La Valla, Meys et Chavannes ; chapelles de châteaux 
à La Salle et à Pinay ; presbytères à Arre et La Cula ; presby- 
tères restaurés à Chuyer, Veauche, Cornillon et Saint-Paul en Cor- 
nillon ; monuments funèbres : monument principal du cimetière de la 
Valla ; chapelle commémorative de La Fouillouse; tombeaux, à Saint- 
Etienne, Dugnat, Thezenas du Moncel, Graix et Brechignac ; 
Raymond, sénateur, à Montbrison. 

Ecoles normales d'instituteurs à Montbrison, et d'institutrices à 
Saint-Etienne ; maisons d'écoles : Arthun, Arre (Gard), Boen, Burdigne 
Chazeau, Galloire, Chagnon, Dancé, Elssertine-en-Douzy, Feurs, Grain, 
Jas, La Fouillouse, Montbrison, Molières (Gard), Malleval, Margerie- 
Chantagret, Nervieux, Rozier-en-Douzy, Sainte-Agathe-la-Bouteresse, 
Saint-Paul-en-Jarret, Saint-Etienne-le-Mollard , Saint-Germain-Laval, 
Salvizinet, Sail-sur-Couzan, Sainte- Foy-Saint-Sulpice, Saint- Joseph, 
Saint-Jean-la- Vètre^ Saint-Michel , Salt-en-Donzy , Saint-Paul-de- 
Vezelin, Verane, Véricel, Villars, Pannissières. — Restauration d'écoles: 
Charentay, La Fouillouse, Charentay, du collège de Beaujeu et du 
collège Saint-Michel à Saint-Etienne. — Bâtiments d'administration : 
la caserne de gendarmerie de La Fouillouse et les prisons cellulaires de 
Bellevue à Saint-Etienne ; la Banque de France en 1 883 et la Banque Sté- 



Digitized by 



Google 



— i7 - 

phanoise à Saint-Etienne ; les restaurations du Palais de Justice et de 
rhôtel de Préfecture (hôtel de ville) à Saint-Etienne, du Crédit Lyon- 
nais et de la Brasserie nationale dans la même ville. Hôtel de ville de 
Montbrison. — Projets non suivis d'exécution de maisons à location, 
villas, châteaux, églises, écoles ou groupes scolaires ; très nom- 
breuses expertises. A publié de nombreux articles sur l'architec- 
ture sous Tanonyme. — Admis, le 12 janvier 1882, comme membre 
correspondant de la Société académique d'Architecture de Lyon. 
Membre de la Société d'Architecture de la Loire. 

BOURBON (Antoine-François, dit Tony), architecte, né 
à Lyon le 12 septembre 1834, élève de Técole LaMartinière, deTécole des 
Beaux-Arts de Lyon (professeurs Vibert et Chenavard), oti il a remporté, 
en i855, le prix d'estime décerné par les élèves, le prix de concours 
mensuels et le prix d'architecture (une porte de ville), de l'école des 
Beaux-Arts de Paris en i856, où il a remporté en 1859 la première 
médaille de première classe (atelier Questel). — A concouru pour le prix 
d'émulation de la Société académique d'Architecture en i858, où il a 
obtenu le premier prix (Lycée d'internes). A fait partie des cabinets de 
Dupasquier, Bresson, B.-J. Chatron et Desjardins. Conseiller de fabrique 
de la paroisse de Saint-Bonaventure. A présenté des projets aux con- 
cours publics pour l'église de Nimes, 1860, et pour l'hôtel de ville de 
Roanne. — A Lyon, place de la Bourse, 2. 

Travaux d'architecture : en collaboration avec P. Bossan: les églises 
de Saint-Anne du Sacré-Cœur, à Lyon j 863 ;d'Oullins (Rhône), en 1872 et 
la restauration ainsi que l'achèvement de celle d'Echallon (Ain) en 1874; 
a prêté son concours à L. Charvet pour le pensionnat Guillard, l'intérieur 
de rhôtel Le Mire, à Lyon et la villa Michel à Villeurbanne, près Lyon ; 
en collaboration avec L. Bresson, les églises de Messimy (Rhône), en 
1875, de Monsols (Rhône), en 1892, de Saint-Clément- sous- Valsonne 
(Rhône), en 1892 (Voyez le dessin de l'ancienne église et de son clocher, 
dans le tome 11, page 626, de La Nouvelle Histoire de Lyon^ par 
A. Steyert), du couvent des Carmélites d'Ecully (Rhône), en 1886 et du 
château avec dépendances de Tabard à Ecully, en i885. — Eglises de 
Saint-Marin-en-Haut (Rhône), en 1889; églises, dans la Loire, de 
Saint-Martin-la-Sauveté (1878), Chirassimont (1889) et Lupé (1882) ; 



Digitized by 



Google 



— w — 

restauration, dans le Rhône, des églises d'Amplepuis (1891), et de 
Givors-Canal, 1876 ; dans la Loire, de Téglise de La Talaudière (1888; 
chapelle à Montluzin (Rhône) (1881). — Presbytères de Saint-Anne du 
Sacré-Cœur (1866), d'Oullins (Rhône) en 1870, de rAnnonciation à 
Lyon (1894). — Maisons Cornu, avenue de Noailles, 8 (1868), Gillet, 
quai de Serin, à Lyon (1879), Bourbon frères, cours de la Liberté, i5, 
à Lyon (1881). — Villa Mollot, à Blandin (Isère), 1879. — Manufacture 
Rochas, à Vienne (Isère), en 1871. — Mairie-école, à Messimy (Rhône^, 
en 1882. — Petits hôtels Algoud aîné, rue du Béguin, à Lyon (restau- 
ration et agrandissement en 1878), Algoud jeune (1868), Magnan (1868), 
Teweles (1878), tous les trois quai du Parc, à Lyon. — Grandes dépen- 
dances pour Marcel-Perras à Saint-Gengoux (Saône-et-Loire), en i885. 
— Villas Rey du Mouchet, chemin des Massues (1868), Faure père, à 
la Caille (1886), Faure, fils à la Caille (1886), toutes les trois à Lyon. 
Croix au cimetière d'Oullins (Rhône), publiée dans \o Recueil (f Archi- 
tecture^ de Wulliam et Farge ; 1895 : Église de T Annonciation à 
Vaise, Lyon ; 1896 : Ameublement de cette église. — 11 a fait des projets 
pour les églises de Civrieux d'Azergues (Rhône), Saint-Jean-de-Bon- 
nefond (Loire), Charbonnières (Rhône) et Trévoux (Ain) ; pour une 
maison de campagne de Gillet à Serin, et pour une grande villa de 
Marcel-Perras à Saint-Gengoux. — ■ Admis à la Société académique 
d'Architecture de Lyon, il en a été secrétaire-adjoint pour 1871-1872 
et pour 1877- 1878. Kn 1897 membre de la Société centrale des archi- 
tectes français. 

En 1864, il a épousé Marie Bresson, fille de Tarchitecte de ce 
nom, morte en 189 1. 

Nommé chevalier de Saint-Grégoire-le-Grand en 1896. 

BOURCHANI (Jean), architecte à Lyon, rue Saint-Joseph 23, a 
été admis, le 5 juillet i85i, comme membre de la Société académique 
d'Architecture de Lyon, dont il a été le trésorier pour l'exercice 1861- 
1862 ; il est membre honoraire depuis i885. Les autres renseignements 
qui le concernent ne nous sont pas parvenus. 

BOURDET (François-Régis-Emmanuel), architecte, né à Lyon 
le 18 mars 181 1, est entré, le 1 1 octobre 1826, àTEcole des Beaux-Arts de 



Digitized by 



Google 



— 49 — 

Lyon où il a obtenu, en i83o, sous Chenavard, une première mention 
d'architecture sur une Bourse pour une des principales villes du 
royaume. Admis à la Société académique d'Architecture de Lyon le 
4 juillet 1 846, il en a démissionné. 

BOURJOT (Ferdinand), architecte, né à Paris en 1768, mort 
après i838, fut élève de David, de Renard et de Leroy. Aprèjs avoir 
remporté plusieurs médailles à l'Académie royale d'Architecture, il fut 
aide de camp du général Miranda, en 1800, à l'armée du Nord, puis alla 
remplir les fonctions d'ingénieur-architecte dans la république de 
Gènes. 

Salon de 1800 : Pont construit entre deux rochers communiquant 
à une grande ville ; "Vues perspectives de prison^ lavées à l'encre 
de la Chine. — Salon de 1804 ' ^ue des ruines du château de Coucy^ 
prise du côté de la ville. — Salon de 1806 : La ville de Gênes ^ dessin à la 
sépia. — Salon de 18 10 : Vue de Fontainebleau^ Vue du château 
d'Orsay. — Salon de 181 2 : Vue du pont du Gard. — Salon de i83i : 
Distribution des drapeaux à la garde nationale de Paris ^ le 29 août i83o, 
par le roi Louis- Philippe, dessin à l'encre de la Chine (appartient au 
roi) ; Vue de la ville de Toulon ^ prise des bastides en face du port ; Vue 
de la porte de Montpellier à Nimes ; Vue de rentrée des arènes ; Restes 
du Forum de Vienne (Dauphiné) ; Intérieur du cloître de Fourvières^ à 
Lyon , L'église Saint-Jean^ cathédrale de Lyon ; L^ église de Notre-Dame 
de Paris ^ dessins à l'encre de la Chine. — Salon de i833 : Quartier de 
cavalerie à Melun^ aquarelle ; La cathédrale de Milan ; Vues de maisons 
royales^ dessins. — Salon de i834 : Vue de Marseille et de Toulon^ 
dessins à l'encre de la Chine ; Vues de Dijon ^ du Pont- Saint-Esprit^ du 
port de TJevey et d'une fabrique près de TJevey ; Porte latérale de la 
cathédrale du Puy^ sur la place du Port ; Vue générale de la ville de 
Lyon prise du Jardin des Plantes^ dessin à la sépia. — Salon de i835 : 
La Retraite d'une armée^ aquarelle ; Vue du pont Louis-Philippe 
établissant la communication de la Cité à la Grève ; "Vue du château et 
du Jardin des Tuileries., prise de l'allée de la promenade d'été, derrière 
la statue de Diane, dessins à l'encre de la Chine. — Salon de i836 : 
Uue du château de Wuflang^ construit par la reine Berthe sur les bords 
du lac Léman ; Vue d^un Palais et d'un Fort indiens^ dessins à la sépia. — 

4 



Digitized by 



Google 



- 50 — 

Salon de i838 : Monuments antiques du Moyen-Age de la ville d'Autun; 
Vue de la cathédrale de Strasbourg ; Vue de F église de Saint-dMichel de 
Dijon j Vues de Florence et de Gênes^ dessins à Tencre de la Chine. 11 
obtint, à son retour en France, un prix dans le concours pour la cons- 
truction de l'Hôtel de la Caisse d'Escompte à Paris, rue Sainte-Anne. 
En 1825 il se présenta, avec vingt autres architectes, dans le concours 
ouvert par la ville de Lyon pour la restauration du théâtre de Soufflot 
(exécuté de 1754 à lySô), son projet fut retenu et reçut une indemnité de 
1,000 francs avec ceux de Dardel, Lefranc, Grangier, Chenavard, 
Pollet, Baltard et Garnaud. Il a travaillé comme architecte à Douai et à 
Dijon. — Vue de Lyon prise du côté de r Ile-Barbe en 1701 (la tour de 
Pierre-en-Scize a été démolie depuis) par F. Bourjot, d'après nature. 
Lith. de F. Berthaux,à Dijon, in-8. — Son portrait, en costume militaire, 
par Mauzaisse, est au musée de cette dernière ville. 

Louis David et son école, par Delecluze. — Archives historiques et statistiques 
du département du Rhône, février 1826, article de Gay. — Dussieux. — Bellierde 
la Chavignerie et Auvray. — Charvet, notice sur R, Dardel. — Bauchal, — Collection 
Coste à la Bibliothèque de la ville de Lyon du Lycée ^ n® 3 1 1 . 

BOUVARD (Joseph- Antoine), architecte, né à Saint-Jean-de- 
Bournay (Isère), le 19 février 1840, fit ses études au collège de Vienne 
et entra de suite chez Quenin, architecte de cette ville. Admis à TEcole 
des Beaux-Arts de Paris en 1864, de première classe en 1868, il y a 
remporté plusieurs médailles de première classe et fut élève de Constant 
Dufeux. — Entré, en 1864, au service de la ville de Paris, comme 
conducteur dans les travaux de Téglise de Saint-Laurent, puis, comme 
inspecteur des travaux de la nouvelle mairie de Belleville, enfin fut 
chargé, lors de la guerre de 1870, de tous les travaux relatifs à la défense 
dans les XIXe et XX*^ arrondissements. S'étant engagé, en novembre, 
dans une compagnie de marche, blessé à Buzenval, il trouva, à son 
retour, sa place occupée ; néanmoins il obtint sa réintégration et 
coopéra, sous les ordres de Davioud, aux travaux pour Tappro- 
priation du Palais du Luxembourg aux services municipaux. Collabora- 
teur d'Alphand et, depuis la mort de celui-ci, commissaire général des 
fêtes de la ville de Paris, architecte de l'administration centrale. En 
août 1892, inspecteur général du service d'architecture. Directeur des 



Digitized by 



Google 



- 51 — 

services d'architecture et des fêtes de TExposition universelle et inter- 
nationale de 1900. 4 juin 1897, Directeur des services d'architecture, de la 
voirie et des promenades de Paris. Membre de plusieurs commissions d'art 
et de travaux ; ancien membre du Conseil général des bâtiments civils. Pré- 
sident du Comité des bâtiments scolaires au Ministère de l'Instruction 
publique. A pris part à l'organisation de toutes les expositions et de toutes 
les fêtes publiques : à Vienne (Autriche) , en 1873 , à Londres en 1874, à 
Bruxelles en 1876, à Paris en 1878. Promoteur des expositions de laville de 
Paris. 

Salon de 1 88 1 : oMotifs décoratif s pour la place de la République^ trois 
châssis en collaboration avec Gravigny . — (Hors concours) Exposition uni- 
verselle et internationale de 1889 ; exposition spéciale de la ville de Paris. 
Caserne de la garde républicaine^ rue Schomberg ; Bâtiment des Archives 
de la Seine; Achèvement de V hôtel Carnavalet; Bourse centrale du travail; 
Refuge ouvroir rue Fessart; Etablissement de désinfection; Palais des 
expositions diverses au Champ-de-Mars. — A Paris, rue de Verneuil, 55. 

Travaux d'architecture : Aménagement des services de la préfecture 
de la Seine, dans la cour des Tuileries lors de la rentrée des Chambres à 
Paris, en 1871. — 1878 : Pavillon de la ville de Paris, à l'Exposition 
universelle, transféré ensuite aux Champs-Elysées, redémoli en 1897 
(des cartouches ont été publiés dans les ([Matériaux et Documents de 
Raguenet, livraison 223). — 1882: Construction de cinquante-deux écoles 
provisoires en six mois. — Caserne de la garde municipale du boulevard 
Morland ; Partie de la décoration de la place de la République ; Achève- 
ment des Archives et du musée Carnavalet ; Divers groupes scolaires et 
notamment celui de la rue Saint-Lambert (les plans, coupes et élévations 
ont été publiés dans V Architecture, journal hebdomadaire de la Société 
centrale des Architectes français, 1894); L'Ecole Nationale profession- 
nelle de Voiron (Isère), publiée dans V Encyclopédie d'Architecture, 
troisième série, 1887-1888, planches ii54, ii55, ii56, 1171 et 1180; 
Etablissements d'Hospitalité ; La Bourse du Travail de Paris, publiée 
dans V Architecture de 1894, quatre planches. — Comme architecte 
Conseil de la Compagnie de Paris à Lyon et à la Méditerranée, a apporté 
son concours à Tétude de quelques-uns des bâtiments de la Compagnie 
notamment les gares de Saint-Etienne (Loire), et de Marseille. — 1889 : 
chargé du palais des expositions diverses à l'Exposition universelle et 



Digitized by 



Google 



— 52 - 

internationale, y a construit, notamment, le dôme central, publié dans 
la quatrième série, tome I, planche 25, avec un article par de Baudot, 
page 142 et tome II, planche 62 de X Encyclopédie d'Architecture^ plus, 
dans Tannée 1889, page 167 et suivantes de ï Architecture^ pour lequel 
il obtint une médaille d'or; démoli en 1897. — i885 : officier d'Académie. 
— 1878 : chevalier de la Légion d'honneur ; officier le 4 mai 1889, com- 
mandeur du i3 juillet 1897. — Commandeur et grand officier de plu- 
sieurs ordres étrangers. 

BOUVARD (Joseph), architecte, figure dans les almanachs de 
Lyon dès 1760 ; il logeait près de la maison dite du Parc. 

G. Beilin, dans le tome IX, page LXVI des Annales de la Société académique 
d'Architecture de Lyon, 

BRÉASSON (Jean), architecte, né à Lyon le 24 juillet 1848, entré 
à TEcole des Beaux-Arts de Lyon, sous Louvier, où il a obtenu, en 1864, 
un troisième prix de concours mensuels d'ornement, le prix de progrès 
d'architecture et une mention de perspective; en i865 le prix d'archi- 
tecture sur un hôtel de sous-préfecture et, enfin, en 1868, le prix de 
géométrie et de perspective et le deuxième prix de lever de plans ; puis à 
TEcole des Beaux-Arts de Paris, en 1869, de première classe en 1872, où 
il a remporté le deuxième prix de Rome en 1875, élève de Questel et de 
Pascal. 

Salon de 1888 : Ecole normale d'institutrices d'Auxerre (Yonne), 
une façade, deux plans, trois photographies qui lui ont valu une médaille 
de deuxième classe. — Salon de 1890 : maquette, au dixième, d'un 
Monument à la gloire de la République ; oMairie de Suresnes^ cinq 
châssis. — Architecte de l'Administration de l'Enregistrement et des 
Domaines. — A Paris, boulevard Montparnasse, i25. 

' Concours publics : 1876 : deuxième prix pour l'église d'AIençon (en 
collaboration avec Ewald); 1880, médaille d'or pour l'hôtel de ville de 
Neuilly (Seine), publié dans le Recueil d'Architecture^ Ville année, de 
Wulliam et Farge. — 1881 : troisième prix pour la mairie de Pantin 
(Seine). — 1882 : premierprix pour le musée-bibliothèque de Chambéry 
(Savoie) ; septième prix pour la Sorbonne de Paris, en collaboration 
avec Camut. — 1 883 : premier prix pour le palais de justice de Meaux, exé- 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



IV 



Ittiiueroii, Vigiiprol cl C • Uuprès lu phoU)jrrophie d'Armbruslcr 

L.-M.-A. BRESSON 

1817-1893 

LYON ARTISTIQLi: ARCHITECTES 



Digitized by 



Google 



— 53 — 

cuté;premierpnx pour TEcole normale d'institutrices d'Auxerre,exécutée. 
— 1884: premier prix pour Técole normale de Parthenay, exécutée ; pre- 
mier prix pour Técole normale de Clermont. — i885 : Prime pour le palais 
des Beaux-Arts de Lille ; premier prix pour les écoles de Villemomble 
(Seine) exécutées. — 1886: premier prix pour la mairie de Suresnes (Seine) 
exécutée et publiée dans le volume de 1890-1891 de La Construction 
moderne^ planches 46 à 5o avec texte, pages 268 a 281 par Tauteur; 
premier prix pour Thôtel de ville de Château-Thierry (Aisne), exécuté et 
publié dans la yS^ livraison des Monographies des Bâtiments modernes 
de Raguenet; troisième prix pour Thôtel de ville de Calais. — 1894 : 
prime pour le musée de Nantes ; deuxième prix pour l'hôtel de Pré- 
fecture de Saint-Etienne (Loire); premier prix pour le monument du 
poète Joséphin Soulary, à Lyon, en collaboration avec Suchetet; 
mention pour la mairie de Vincennes. — 1895 : deuxième prix pour le 
musée du Caire; deuxième prix pour la mairie d'Asnières (Seine) ; prime 
pour le projet de restauration de la Cour des Comptes à Paris. — 1894 : 
deuxième prix pour Thôtel de ville de Vernon (Eure); mention, pour 
la reconstruction de TOpéra-Comique. — 1897: premier prix pour la 
mairie deBrunoy (Seine-et-Oise) ; premier prix et exécution de l'agran- 
dissement et de la reconstruction de Thôtel de ville de Versailles ; 
troisième prix pour le palais de l'Exposition des armées de terre et de 
mer en 1900. — La maison dont il a donné les plans, rue Boissonnade, 
1 3 à Paris, a été publiée dans la 46e livraison des Monographies des Bâti- 
ments modernes de Raguenet. — 1879 : Officier d'académie, puis, 1895, 
officier de l'Instruction publique. 

Les architectes élèves de P Ecole des Beaux-Arts de Paris par David de 
Penarun, Roux et Delaire. 

BRESSON (Louis-Antoine-Maurice), architecte, né à la Croix- 
Rousse, près Lyon, le 2 mai 1817, mort à Lyon le 17 avril 1893, entra 
àFEcole des Beaux-Arts de Lyon, sous Chenavard, où il remporta, en 
1834, le premier prix de perspective et une médaille de progrès et bonne 
conduite; en i838 une 'M mention au concours d'architecture et le prix de 
concours mensuels; en 1839, la mention d'architecture et le premier prix 
de concours mensuels et enfin, en 1840, le prix d'architecture sur un Arc 
de Triomphe. Il partit ensuite pour Paris où il fut élève de Lebas et se 



Digitized by 



Google 




fit recevoir à T Ecole des Beaux- Arts, en 1842 ; mais il y resta peu de 
temps, revînt à Lyon et entra dans la cabinet de Chenavard, 

Membre du Jury des concours de TEcole des Beaux-Arts de Lyon 
de 1861 à 1880 et de la commission des musées de la ville de Lyon. 

Travaux d'architecture : Eglises : 
1842 : la Demi -Lune, en collaboration 
avec Bossan ; 1844 : de Saint-George, à 
Lyon, chœur et clocher en collabora- 
tion avec Bossan ; i855 : Bessenay (Rhône), en collaboration 
avec Bossan; 1 865- 1869 : de Saint-Geois-Laval (chœur et clocher) 
Rhône; 1867-1868 : Rillieux (Ain); 1867-1873 : Rivollet (Rhône); 
1876-1880 : Saint-Charles de Serin, à Lyon : 1878: Messimy, (Rhône) en 
collaboration avec Bourbon; i883-i8S6 : Bonnay (Saône-et-Loire) ; 
1890: Faverges (Isère) ; 1891-1893 : Saint-Clément de Valsonne (Rhône), 
en collaboration avec Bourbon ; 1 891 -1893 : Monsols (Rhône), en colla- 
boration avec Bourbon ; 1893 : Collonges (Rhône) projet. — Chapelles : 
1854 • Dames de Nazareth, à Oullins (Rhône) ; 1 856- 1860 : religieuses de 
Saint-Joseph, à Lyon; 1860 : maison des Pères Maristes, à Sainte-Foy- 
lès-Lyon; 1861-1870 : Dominicains, à Lyon; i863-i865 : collège de 
Mongré, à Villefranche; 1864-1866 : institut des Petits Frères de Marie, 
à Saint-Genis-Laval (Rhône); 1866-1869 : couvent des religieuses du 
Sacré-Cœur, à Avignon; 1868 : collège des Pères Jésuites, à Avignon; 
1868 : couvent du Sacré-Cœur, à Alais (Gard); 1893 : avant projet de 
chapelle pour la maison des dames du Sacré-Cœur, rue Boissat, à 
Lyon. 

Collèges et couvents : 1 850-1892 : pensionnat et maison-mère des 
religieuses du Sacré-Cœur, aux Chartreux, Lyon; 1 852- 1892 : collège de 
Montgré, à Villefranche (Rhône); i853-i866 : maison-mère de Tlnstitut 
des Petits Frères de Marie, à Saint-Genis-Laval (Rhône); 1854 : maison 
des PP. Jésuites, à Fourvière (Lyon), changements, chapelle ; 
1854-1891 : maison-mère des Dames de Nazareth, à Oullins (Rhône); 
i855 : maison des Ursulines,à Villefranche (Rhône) ; 1 856- 1862 : maison- 
mère des religieuses de Saint- Joseph, à Lyon; i858 : maison-mère des 
PP. Maristes, àSainte-Foy-lès-Lyon; 1860 : collège des PP. Maristes, à 
Montluçon ( Ail ier) ; 1 86 1 - 1 870 : restauration du couvent des Domi nicains, 
à Lyon; 1 863- 1866: annexes importantes à l'Institution de N. D. des Mi- 



Digitized by 



Google 



nimes, à Lyon ; 1 863- 1 868 : collège des PP. Jésuites, à Avignon (Vauclcse) ; 
1864-1865 : couvent des religieuses du Sacré-Cœur, à Grandris (Rhône); 
1 864-1 865 : couvent des Religieuses du Sacré-Cœur, à Alais (Gard); 
1873-1877 : collège des PP. Maristes,à Saint-Chamond ; 1876 : bâtiment 
des écoles pour Texternat des PP. Jésuites, rue Sainte-Hélène, à Lyon ; 
1878 : pensionnat des religieuses de Saint-Joseph, à Valbenoîte (Loire) ; 
1878: maison des religieuses de Nazareth à Beyrouth (Syrie) ; 1883-1884: 
couvent des Carmélites, à Ecully; 1 885-1 891 : maison des Petites Sœurs 
des pauvres, à Vaise, Lyon; 1887- 1888 : maison des sœurs de TŒuvre de 
la Marmite, rue Saint- Joseph, 27, à Lyon; 1 89 i-i 893 : école libre à 
Saint-Galmier (Loire) ; 1892-1893 : couvent des PP. Oblats, à Lyon; 
maison des Petites Sœurs des pauvres, à Aix (Bouches-du-Rhône) ; etc. 

Châteaux construits ou restaurés : i852 : Grosbois, à Ouroux 
(Rhône) ; i855 : Dommartin (Rhône) ; 1857 : Bresse-sur-Grosne (Saône 
et-Loire) ; 1860 : Lacarelle, à Ouroux (Rhône); 1861, Saint-Romain-au-. 
Mont-d'Or (Rhône); 1875 : Chassignol (Saône-et-Loire) ; 1876 : Saint- 
Bonnet-les-Oules (Loire); 1877 • Montcarra (Isère); 1879 : Bellegarde 
(Loire); 1890 : Faverges (Isère); des Plaines et de Magnieux dans le 
département de la Loire; de Sercey, d'Azé, de la Rochette et de 
Burnand dans le département de Saône-et-Loire; de Vaugelas dans 
l'Isère et de la Tourette, près TArbresle (Rhône). 

Maisons et hôtels construits à Lyon : i855 : place de la Bourse n^ 2, 
place de la Bourse n» 3; place de la Platière n» 16 ; 1857 • place Saint- 
Pierre no 4; i858: (de Murard) place Bellecour, 3o bis et avenue de 
Noailles, n" 2; 1859 : place des Cordeliers, n* 3 et place de la Bourse; 
1862 : rue de THôtel-de-Ville, n" 3 et 9 ; 1873 : (Bonnardel) quai 
d'Occident, 5; 1890: rue Tronchet; sans date: rue Childebert, rue 
Constantine n*" 14 et neuf autres dans divers quartiers. 

Il fut admis, le 5 janvier i85o, à la Société académique d'Architecture, 
dont il fut le secrétaire de i855 à i856, le vice-président de 1867 à 1868 
et de 187 1 à 1872, et le président de 1877 à 1878. — Membre (1871) de 
l'Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon; de la Société 
Linnéenne et l'un des fondateurs (1872) de la Société de Topographie 
historique de Lyon. — Admis, en 1877, comme membre de la Société 
centrale des Architectes français. 

Publications: Compte rendu du secrétaire sur les travaux de la 



Digitized by 



Google 



— 50 — 

Société académique d'Architecture de Lyon pendant les années i855et 
1 856. Lyon, Perrin, 1857. — Rapport de la Commission du prix Dupasquier, 
le 6 avril 1874, dans les Mémoires de l'Académie de Lyon, Lettres, XVI 
p. 309. — L'Architecture religieuse du IV^ au XIII^ siècle ; discours de 
réception prononcé dans la séance publique du 16 juillet 1878, dans les 
Mémoires de V Académie de Lyon, Lettres, XVIII, p. 209. — Rapport 
sur le concours pour le prix Dupasquier, lu dans la séance publique du 
19 décembre 1882, dans les Mémoires de l'Académie de Lyon, Lettres, 
XVII, p. i35. — Rapport delà Commission du concours pour le prix 
Dupasquier, lu dans la séance publique du 21 décembre 1886, dans les 
Mémoires de V Académie de Lyon, Lettres, XXIV, p. 289. — Prix 
Christian et de Ruol{ (Etude historique sur les sculpteurs lyonnais et 
leurs œuvres, depuis Tannée i5oo jusqu'à nos jours). Rapport de la 
Commission du concours, lu dans la séance publique du 21 juin 1887, 
dans les Mémoires de F Académie de Lyon, Lettres, XXIV, page 391 .— 
Discours prononcé, au nom delà Société académique d'Architecture, aux 
funérailles de M. Bossan (28 juillet 1888), dans les Annales de la Société 
académique d'Architecture de Lyon, exercice 1887- 1888, t. iX, page 33. 
En manuscrit, avec plans, coupes et élévations, une étude sur 
l'aqueduc romain du Mont-Pilat conduisant les eaux à Lyon dont 
quelques centaines de mètres restent seuls à fixer. — Il avait formé une 
collection de gravures, à peu près complète, des œuvres de Ducerceau et 
de Le Pautre, et de médailles antiques remarquable par ses pièces 
grecques et siciliennes. — Son buste en marbre a été exécuté par G. Bonnet. 

Discours prononcés à ses funérailles^ par M. A. Vachez, secrétaire de TAcadémie, 
au nom du président absent et par G. André, président de la Société académique 
d'Architecture [Mémoires de l'Académie des Sciences.^elles-Lettres et Arts de Lyon, 
et le journal de Lyon Le Salut Public), — Notice nécrologique dans la Construction 
Moderne de 1892-1893, page SgS, par Charles Lucas. — Notice dans le Bulletin de 
V Association provinciale des Architectes français, n® du i5 mai 1893. — Notice par 
Clément Durafor (Clair Tisseur) dans la Revue du Siècle, — Revue du Lyonnais 
54e année, 5« série, tome XIV, numéro 28, Mort de Louis Bresson, article par 
A. Vachez. — Notice par Charles Franchet avec portrait parConvert, 1896. 

BRILLON (Antoine), fils aîné, architecte, construit le souterrain 
ou grand réservoir de TAntiquaille. Il figure dans les almanachs de 
Lyon de 1770 à 1792. 



Digitized by 



Google 



— 57 - 

Bauchal. — Annales de la Société académique d^ Architecture de Lyon, t. IX, 
page XXI, article par G. Bellin. — Léon Boitel. 

BRUYÈRE (Louis), architecte et ingénieur, né à Lyon en lySS, 
mort le 3i décembre i83i ; a été admis, en 1783, à TEcole des Ponts et 
Chaussées; cependant il figure, de 1783 à 179 1, dans les almanachs de la 
ville de Lyon, rue des Marronniers. Chargé d'abord de travaux d'embel- 
lissements au Mans, il passa ingénieur en chef, secrétaire général du 
Conseil général et directeur des travaux de Paris en 1801. 

Travaux d'architecture et de voirie : 1809 : canal de Saint-Maur 
terminé par Emery. — Abattoir de Villejuif. — Il a publié : Etudes rela- 
tildes à r art de la construction y Paris, 1822, in-folio, planches. 

Catalogue des Lyonnais dignes de Mémoire, — Bauchal. — Bellin, Annales de 
la Société académique d* Architecture^ IX, page LXXV. 

BUGNIET (Pierre- Gabriel), architecte, est mort à Charly (Rhône), 
le 5 novembre 1806, dans un âge avancé, dit-on ; il est porté, de 
1767 a 1806, sur les almanachs de Lyon. 

Travaux d'architecture : château de Sathonay près Lyon. — 1765 : 
colonne-fontaine dite du Méridien, place des Cordeliers à Lyon (voyez 
Terrier), démolie en i858. — En 1784, inspecteur des travaux du pont 
de TArchevéché à Lyon, avec Léonard Roux (Voyez ce nom) ; depuis 
1782, il fit, avec lui, le projet d'un pont mixte qui paraît n'avoir pas été 
exécuté (Voyez aussi Marie, Gervaise, BaflFert, Lallié, Perronet, Bouchet, 
de Limay et Carron). — 1784 : prison de Roanne à Lyon, démolie en 
1837. — Un premier projet, qui avait été adjugé à Nicolas-Marie BaflFert, 
ne fut pas mis à exécution. — Maison Deglat, trésorier de France, rue 
du Plat 8 et 10. 

Registres consulaires de la ville de Lyon^ BB, 1 33, 338, 346 et 347. — Archives 
du département du Rhône, portefeuilles 1 36 à 141. — Cochard. — Saint-Olive : La 
colonne du Méridien. — Perret de la Menue. — Notices sur Bugniet^ par Saint-Olive 
et par Onuphre-Benoît-Claude Moulin. — Bellin, Annales de la Société académique 
d'Architecture, IX, page LXX. 

BUISSON (Etienne-Gustave), architecte, mentionné dans les 
almanachs de Lyon de 1784 à 1794. Il figure comme architecte-voyer de 
la ville avec BafFert et Boulard dans des procès verbaux relatifs à la salle 



Digitized by 



Google 



— 58 — 

e établie dans la ci-devant église de Saint-Charles, en 
|2. 

n Coste, à la Bibliothèque du Lycée de la ville de Lyon, n<>« 1463 et 
lin, Annales de ia Société académique d'Architecture de Lyon^ IX, 



lOD aîné, maître des œuvres juré de la ville de Lyon en 
le, avec Jehan Perréal et d'autres maîtres, en 1499, ^^^ aligne- 
i Saône et travaille aux fortifications. En i5o2, il était maître 
la cathédrale de Lyon. 

— Dufay. — Charvet, notice sur Jehan Perréai, — Bauchal. 

.T (Bertrand), architecte, signe un reçu, le 21 février 1690, 
•avaux de la maison des religieux Carmes, joignant Téglise 
nte-Catherine, suivant prix fait du 21 février 1689. 



MET (Jean-Louis), architecte, figure comme estimateur-toi- 
îs ponts danslesalmanachsde Lyon de lySi à 1781. — Il passa 
la reconstruction du pont Saint-Vincent, à Lyon, le 26 mai 
;nnant 12,000 livres (Voyez Marie).Cepont,construiten 171 5, 
ins d'Aubert (Voyez ce nom), avait été détruit, en novembre 
îs glaces. 

de la Charité, B. 299. — Gaspard Bellin dans les Annales de h 
émique d'Architecture de Lyon, tome IX, page LXXVII. 

lA (Pierre- Marie), architecte, né à Villefranche (Rhône), 
xole des Beaux-Arts de Lyon où il obtint un deuxième prix 
jre (Un Rendez-vous de chasse) sous Chenavard. — Son 
le Monument commémoratif du combat du 18 décembre 1870 
classé second par la section de l'architecture de TAcadémie 
Arts. Il fut exposé à l'Exposition universelle de Lyon, en 1872, 
^ojet de Stand national^ en collaboration avec Despierre. — 



Digitized by 



Google 



— 50 — 

Son tombeau pour la famille Devillaine, au cimetière de Villefrancl 
(Rhône) a été publié dans la 2* année du Recueil d'Architecture 
Wulliam et Farge. 

CARRON (Ange-Jean), ingénieur, né à Lyon en lySS, mort 
i832, fut ingénieur en chef des ponts et chaussées du département 
Rhône, inspecteur divisionnaire en 1812, retraité en i83o. — Il a f 
construire, à Lyon, le pont de l'Archevêché, devenu le pont Til 
(Voyez Marie, Gervaise, Lallié, Perronet, Roux, Baffert, Bugni 
Bouchet et de Limay) ;la clef de la dernière arche fut posée le i5 ac 
1807. On possède une médaille de 0,046 de diamètre, qui consacre ce 
circonstance (La Saône, assise sur un lion, est adossée à un pont ; i 
la tête laurée de Napoléon le^). Ce pont a été démoli depuis et recoi 
truit par Jacquet (Voyez ce nom). — On lui doit aussi le pont de Se 
et une passerelle en bois sur l'emplacement du pont Perrache actuel, î 
la Saône, à Lyon. 

bulletin de Lyon du 5 octobre 1808. — Morel de Voleine. — F. -P. -H. Ta 
de Saint-Hardouin. 

CARRON (Charles), architecte, fils du précédent, est mort 
1860. Il fut aide-architecte de la ville de Lyon. — Membre de la Socic 
académique d'Architecture de Lyon en 1841 et en devint le sécréta 
en ï85i. 

René Dardel^ par L. Charvet. — Morel de Voleine. 

CARVILLE (Gilbert-Augustin), architecte, figure dans les aln- 
nachs de Lyon de 1808 à i832. 

G. Bellin, dans les Annales de la Société académique d^ Architecture de Ly 
tome IX, page LXXXVII. 

GASSINI (Louis), ingénieur, fut attaché, comme architecte-adjo 
au service de Tarchitecture de la ville de Lyon, sous Dardel avant Grii 
(voyez ces noms) ; il a fait partie du jury des concours de l'Ecole c 
Beaux-Arts de Lyon pour la géométrie pratique et la géométrie descriptif 
de 1837 à i85i. — Projet d'ouverture de rues dans le clos du Sémina^ 



Digitized by 



Google 






— 60 — 

pour desservir la rue du Commerce. Lyon, Rey et Sézanne (n» i88 de la 
collection Coste à la Bibliothèque de la ville au Lycée). 

GASTEL (Bertrand), sieur DU VAL, voyer en titre nommé 
par le Consulat de la ville de Lyon, le 27 juillet iSyS, en remplacement 
de Jacques Laurens (voyez ce nom). Il fut destitué, le 7 mars 1594, et rem- 
placé par Jérôme Durand (voyez ce nom). — Il avait épousé demoiselle 
Chazottes, veuve ou sœur du voyer de ce nom, également sieur du Val, 
dont lui venait probablement son titre, car, en 1577, il fit requête aux 
fins d'obtenir la jouissance des privilèges de noblesse dévolus au corps 
consulaire de Lyon, comme étant un de ses officiers perpétuels, ce qui 
lui fut accordé. — Il fut recteur de TAumône générale de Lyon (Hospice 
de la Charité). — En 1576 il fit un rapport sur Tétat sanitaire de Beaujeu, 
de Belleville et de Villefranche où la peste s'était déclarée ; Tannée 
suivante il alla, par ordre du Consulat, au-devant du gouverneur de Lyon, 
de Mandelot, jusqu'à Mâcon. En 1579, pour que la peste fut empêchée 
ou non ébruitée, il fit évacuer une maison près la « Pierre percée » et 
jeter secrètement de Teau sur le cadavre d'un homme qui, étant allé en 
Auvergne, en était venu avec tous les symptômes. En i586 il reçut ordre 
de conduire sur l'emplacement de la citadelle le peintre Jehan Maignan 
(Voyez ce nom), ou tout autre de ses confrères, pour en dresser un plan 
« suyvant lequel on advisera de donnera pies ou aultrement ledit tène- 
« ment». — Comme recteur de T Aumône (1572- 1573) il fut commis, avec 
d'autres recteurs, pour choisir un emplacement convenable pour bâtir les 
Archives ; il fit un rapport constatant que MM. de Saînt-Just octroyaient 
d'enlever cent charettes de pierre de taille provenant de l'ancienne églisede 
Saint-Just pour ces Archives ; il en surveilla la construction jusqu'en 1 576. 

Archives de la ville de Lyon, Comptabilité, ce. 1243, i ce. 1245 (iSjS-iSjô), 
1263 (1577-1578), 1283 (i579-i58o); Registres consulaires 95, 96, io3eiii6; 
Nommées ce. 46 et 48. — Registres des délibérations de V Aumône générale de Lyon, 
E 12 et E i3. — Rolle. — Tablettes Lyonnaises (094), de Sudan. 

CATELAND (Eugène-Toussaint), architecte, né à Lyon le 
28 mars 1840, entré à l'école La Martinière où il a obtenu le deuxième 
prix de dessin de perspective, en 1854, sous Dupasquier ; à TEcole 
des Beaux-Arts de Lyon le deuxième prix d'architecture en 1 856 et 



Digitized by 



Google 



— el- 
le prix de concours mensuels en iSSy et i858, sous Chenavard. — 
Employé chez Miciol, Fontaine, et, de 1860 à 1878, chez T. Desjardins. 

— Collaborateur d'A. Hirsch (voyez ce nom) pour projets et travaux de 
construction de Tédifice des Facultés de Droit et des Lettres de Lyon, 
1890- 1896. — Architecte-voyer de la ville de Tarare (Rhône) ; directeur- 
professeur de l'Ecole municipale de dessin de cette ville de 1870 à 1890. 

— A Lyon, rue des Farges, 39. 

Travaux d'architecture : à Lyon : Château de Bellerive, aux Etroits, 
M. Périsse ; restaurations, transformations, constructions, à l'inté- 
rieur et à l'extérieur, aux terrasses plantées, dit-on, par Le Nôtre. 
A Tarare : Cercle du Commerce et de l'Industrie, rue Madeleine ; 
reconstructions à l'immeuble Bonnassieux ; transformation de la villa 
Salmon-Roure ; Manufacture Brisson frères, rue Nationale, avec 
maison d'habitation ; manufacture J.-B. Martin au faubourg ; amé- 
nagements au château, théâtre de société (décors par Génivet) ; 
manufactures Chatelard père et fils, route de Thizy, habitation du 
directeur, restauration de l'habitation de famille, rue Magdeleine ; 
hôtel dans un parc, lieu de Montagny, Alphonse Delharpe; maison 
d'habitation Devillaine, rue Magdeleine ;. manufacture David TrouUier 
et Adhémar de Paris, habitation du directeur, rue de Thizy ; manufac- 
ture Gourdiat frères, rue Nationale; manufacture Malleval et Bronde, 
route de Feurs; manufacture Cazaban, quai Turdine ; habitation de la 
famille Ruffier, rue Magdeleine; hôtel Faye, rue Pierre-Marie Faye ; 
immeuble Massard, rue Magdeleine ; villa Mandel lieu de la Plaine; 
Catel et Venet, route de Feurs. A Dareizé (Bhône) : château Devillaine ; 
réparations au château de Chanzé. A Néronde (Loire) : manufacture 
Jeam père et fils, rue Dubreuil et Grande, bâtiments d'habitation. A 
Lamure (Rhône) : villa César Ruffier. A Légny (Rhône): villa Breguet et 
dépendances. A Villette (Loire): Château Houdia, projet de restauration. 
A Saint-Romain-de-Popey (Rhône) : maison d'habitation Girin. A Pont- 
charra (Rhône) : villa Coquard, villa Barbe. A Saint-Clément-sous- 
Valsonne (Rhône) : manufacture Pradel et maison d'habitation. A 
Valsonne (Rhône) : villa Lassonnery ; maison d'habitation rue Grande, à 
Tarare, angle de la rue Dubreuil au même. — Travaux communaux : à Ta- 
rare : travaux de voirie, nivellements, pavages, égouts, trottoirs, plans d'ali- 
gnements, etc., etc. Abattoirs publics ; deux groupes scolaires, quartier 



Digitized by 



Google 



I 



— 62 — 

Serroux et de la Gare ; aménagement de Thôtel de ville; transformation 
de l'ancien hôtel de ville en Tribunal de Commerce ; cimetière ; instal- 
lation du Musée ; projets de constructions neuves d'un hôtel de ville, 
d'une école de filles quartier de la Magdeleine; d'une caserne de 
Gendarmerie. Aux Olmes (Rhône), groupe scolaire garçons et filles, 
mairie. A Dareizé (Rhône) : groupe scolaire avec mairie. A Chambost- 
sous-Longessaigne (Rhône) : école de garçons, projet d'école de filles 
avec mairie non exécuté. A Saint- Vérand (Rhône) : école de filles et 
école enfantine, transformation d'école de garçons, projet de groupe 
scolaire non exécuté. A Saint-Clément-les-Places (Rhône) : groupe 
scolaire de garçons et filles ; projet d'école garçons avec mairie non 
exécuté. A Saint-Marcel-l'Eclairé (Rhône) : groupe scolaire avec mairie. 
A Meys (Rhône) : transformation du bâtiment scolaire. A Saint-Sympho- 
rien-sur-Coise (Rhône) : projet de groupe scolaire non exécuté. A Sainte- 
Foy-l'Argentière (Rhône) : projet de groupe scolaire non exécuté. Divers 
projets de transformation aux écoles de Bourg-de-Thizy, de la Bussière 
de Longessaigne, etc., (Rhône), non exécutés. — Edifices religieux : à 
Violay (Loire) : aménagements intérieurs de l'église, projet de façade. A 
Sainte-Colombe (Rhône) : aménagements intérieurs. A Meys (Rhône) : 
presbytère. — Edifices hospitaliers: restaurations et projets à l'hospice de 
Tarare. A Violay (Loire) : projet d'un hôpital avec maison de retraite. 
— Monuments funéraires : à Tarare : mausolée des sapeurs-pompiers, 
chapelle sépulcrale Gourdiat (Clauses sculpteur) ; monument Chevret 
(Genevet sculpteur), de la famille Paye (Flachat et Cochet sculpteurs); 
de la famille Janisson. — Admis à la Société académique d'Architecture 
de Lyon le 2 juillet i885. 

CATELIN (Claude), architecte, cité dans les almanachs de Lyon, 
depuis i8ïo. — Membre du Jury des concours de l'Ecole des Beaux- 
Arts de Lyon, en ï823. — 1822 : Tribune supportée par douze colonnes 
ioniques dans le temple des protestants, ancienne Loge au Change 
(Voyez Soufflot et Roche). — 1827 : collaboration à la construction des 
moulins à vapeur de Perrache avec Dardel. 

Archives historiques et statistiques du Rhône, IX page 334. — R. Dardel, pSi^ 
L. Charvet, p. 14. — Annales de la Société académique d'Architecture de Lyon^ 
IX page LXXXVII, article par Bellin. 



.GoooIp 



■^igitized by ^ 



— ()3 — 

GATENOD (Ambroise-Marie), architecte, né à Lyon le 26 sep- 
tembre 181 5, y est mort le 3 novembre i863. On cite, parmi ses travaux 
d'architecture, la restauration du château de Tricaud à Ambérieu (Ain). 
— Il fut admis, le 7 juillet 1846, à la Société académique d'Architecture 
de Lyon. 

Son Eloge, par Fontaine, prononcé à la Société académique d'Architecture de 
Lyon, le 7 janvier 1864. Lyon, Perrin, 1864. 

CENDRIER (François - Alexis), architecte, né à Paris le 
12 février i8o3, y est mort le 8 mai 1893. — II entra, le 12 novembre 1821, 
à l'Ecole des Beaux-Arts à Paris, élève de Vaudoyer et de Lebas, où il 
remporta, en 1827, le second grand prix d'architecture sur a Un Muséum 
d'Histoire Naturelle », et le prix départemental en 1828. — Il partit 
néanmoins pour Tltalie, et y resta plusieurs années. A son retour, il 
s'associa avec Horeau (voyez ce nom), puis fut nommé architecte de la 
Compagnie des chemins de fer d" Orléans, position qu'il occupa pendant 
trois ans. En 1840, il passa, en la même qualité, à la Compagnie du 
chemin de fer de Paris à Lyon, où il est resté jusqu'en 1859. 

Travaux d'architecture : 1 838 : tombeau de Félix de Beaujour, au cime- 
tière du Père-bachaise. — 1 847-1 852 : gare de Paris (actuellement en 
transformation) ; gares de Dijon et de Mâcon. — i855-i857 : gares de 
Lyon-Perrache et de Lyon-Vaise ; les autres gares du réseau : Melun, 
Fontainebleau, Sens, Auxerre, Dijon, Chalon-sur-Saône (cette dernière, 
que Ton avait d'abord considérée comme terminus, a été abandonnée) 
etc., etc., et autres bâtiments accessoires. La Repue de T Architecture et 
des Travaux Publics a publié, dans Tannée 1859, ^^ &^^^ ^^ Paris, 
planches 12 à 22, avec texte, pages 62 a 64 (cette même gare figure dans 
le Traité d' Architecture àehéoncQKeyn^wà^ P^g^ôy) ; dans Tannée 1860, 
la gare de Lyon-Perrache, planches 16 à 26 avec texte, pages i3o à 210 ; 
dans Tannée 1861, les gares de Mâcon et de Fontainebleau, planches 63 
avec texte, page 211; plus des gares intermédiaires, planches 16 à 22 et 
texte page 68 ; dans Tannée i863, la gare de marchandises de Tournus, 
et un hangar pour Tarrivée des marchandises à la gare de Lyon-Vaise, 
planches 24 à 27, avec texte, pages 62, 1 10 et 160 ; dans Tannée 1864, 
des maisons de station et des maisons de garde, planches 6 à 7, texte 
pages 6 et 7. — Il aurait donné aussi des plans pour le Palais de TExpo- 



Digitized by 



Google 



— u — 

sition universelle, dit de Tlndustrie à Paris, qui tut construit par Viel en 
1854 et i855, démoli en 1897. — Chevalier de la Légion d'Honneur, en 
i85o. 

Allocution prononcée à ses funérailles, par Ch. Lucas, dans V Architecture, 
journal hebdomadaire de la Société centrale des Architectes français de 1893, 
page 198 et Notice par le même, dans la Construction Moderne^ de 1 892-1893, 
page 396, reproduite, avec portrait, par Louis Bonnier, dans le volume du Congrès 
international des Architectes en 1889, 3« session. Paris, Chaix, 1896 page 376.— 
Bellier de la Chavignerie et Auvray. — Bauchal. 

CHABROL (Pierre-Prosper), architecte, né à Limoges, le i^r fé- 
vrier 181 2, est mort le 9 mars 1875. Elève d'Achille Leclère, il entra à 
TEcole des Beaux-Arts, le 3 janvier 1 834. En 1 838, sous-inspecteur des tra- 
vaux de l'Ecole vétérinaire d'Alfort ; en 1839, il en fut nommé Tarchitecte. 
Peu après il fut nommé architecte des diocèses de Tulle et de Limoges ; en 
1849, il était architecte du Palais-Royal et il recevait la mission d'installer 
les expositions des Beaux-Arts, en i85o et i852, au Palais-Royal; en 
i853, aux Menus-Plaisirs et, en i855, à l'Exposition universelle. 

Travaux d'architecture : Reconstruction de l'Ecole vétérinaire 

d'Alfort. — 1844 : restauration de la cathédrale de Tulle. — 1844- 1854: 

restauration de la cathédrale de Limoges. — 1845- 1868 : restauration de 

l'Ecole vétérinaire de Lyon (ancien monastère des Cordeliers de TObser- 

vance), laquelle a été publiée dans la Revue générale d'Architecture et des 

Travaux publics de 1871, planches 25 à 3o, avec texte, pages 1 13 à ii5. 

— 1849 : restauration du Palais-Royal, façade du Théâtre-Français sur 

la rue Saint-Honoré, foyer et grand escalier. En i852, l'entretien des 

Manufactures des Gobelins et de Beauvais lui fut confié; en 1872, il 

n'était plus chargé que des Gobelins. — 1857- 1860: église, écoles et 

salle d'asile à la Grand'Combe. — i852 : architecte du monument de la 

rue d'Anjou. — 1873 : architecte de l'Hôtel du Mobilier national. Bien 

qu*il ne fût plus charge des diocèses de Tulle et de Limoges depuis 1869, 

il venait de commencer le grand séminaire de Limoges, lorsqu'il mourut. 

Chevalier de la Légion d'honneur, du 6 mai i853. — Prix de l'Empereur 

à l'Hxposition du centre de la France, en i858. — Officier de la Légion 

d'honneur, le 5 août 1867. 

Almanacks du Bâtiment, — ^evue générale de T Architecture, — Bulletin de 
la Société Centrale des Architectes, — Bellier de la Chavignerie. — Bauchal. 



Digitized by 



Google 



— 05 — 

CHABRY (Marc II), architecte et sculpteur, fils de Marc I, établi 
à Lyon. — Il exécuta, en lySg, les groupes de génies ainsi que les deux 
grands bassins qui décoraient la place Louis-le-Grand (Bellecour). 
En 1741, il faisait des sculptures pour la balustrade de l'hôtel de ville 
et, en 1747, des enfants pour la salle de TAcadémie. En 1749, sous la 
direction de Gaspard-Louis Bertaud (voyez ce nom), il exécuta la 
fontaine de la rue Romarin. — Le 21 décembre 1750, il traitait pour 
Texécution de deux anges en bois de tilleul destinés au sanctuaire de 
réglise des Carmes des Terreaux. En 1752, il exécutait les mascarons 
des fontaines accolées à Thôtel de ville, sur la place des Terreaux. — 
Travaux sans indication de date à Lyon : le rétable de Tautel de la 
chapelle de la maison de la Providence du côté de Fourvière ; la chaire 
en marbre de Téglise des Carmes-Déchaussés, transportée depuis dans 
réglise du Grand Hôpital de Lyon, plus quatre évangélistes. A la Loge au 
Change, les ornements de l'édifice et une statue. — A Téglise de 
Sainte-Croix, sur les dessins de F. Delamonce (Voyez ce nom) un grand 
morceau de sculpture représentant la Croix dans sa gloire. — Deux 
anges et l'Enfant- Jésus sur la porte de Téglisede l'Oratoire (Voyez Loyer). 
Enfin, à Saint-Nizier, l'ange placé sur le tableau de la chapelle Saint- 
Sébastien, décorée par F. Delamonce. 11 était parrain, encore le 
12 octobre 1760, à Saint-Nizier. 

Archives de la ville de Lyon, Registres BB, 3o4, 3o5, 3i3, 3i5, Sig. — • Chaudon 
et Delandine, 8« édition, t. 3. p. 228. 

CHAIGNON (François), maître juré de la ville de Lyon, passa 
prix fait pour l'entreprise des murailles nécessaires pour faire une salle 
et une chambre y joignant sur le coin de Thôtel commun de la ville du 
côté de la rue Longue et une chambre et des greniers sur cette salle 
(i58i-i583) ; il fut chargé de démolir, sans gâter la pierre de taille, la 
maison que le Consulat avait acquise de noble Claude Valetton, seigneur 
de Graveins, près de la place des Changes (i 584-1 585) ;. il fit un 
hospice pour renfermer les mendiants, ordonné par le Bureau de 
l'Aumône générale, sur les fossés de la Lanterne, aux Terreaux ; des 
étables furent acquises pour cela joignant Thôpital de Sainte-Catherine; 
de Fromente fut chargé d'administrer ce travail et de Gondi d'avoir 
le soin de , prier Messieurs des nations étrangères d'y contribuer 

3 



Digitized by 



Google 



I 



— 66 - 

(i 585-1 587); Chaignon avait reçu diverses sommes pour cela en i58o. 
Le même fit un rapport, en 1578, sur une maison, rue Mercière, à Lyon, 
appartenant à Jehanne de l'Orme, sœur de Philibert, mariée à Olivier 
Roland, architecte. 

Archives de la ville de Lyon. Comptabilité, CC, 1 3o6, 1 3 14 et 1 335. — Regis- 
tres des délibérations de PAumône Générale de Lyon^ E. 26, i585-i586-i589- 
1 592. — Steyert. — Registres de la Sénéchaussée de Lyon, 

CHAIGNON (Philibert), maître d'œuvre de maçonnerie, entre- 
prend, avec Gabriel Perrin, la construction du bureau de T Aumône 
générale <r en prospective formant la largeur des granges et de la cour ». 
Dambournay (voyez ce nom) avait été chargé d'en dresser le plan. Il fait 
poser, en 161 2, la Table de Claude à la maison de ville de Lyon, que Ton 
venait de transférer de la rue Longue à la rue de la Poulaillerie (Voyez 
de Bire). 

Registres des délibérations de V Aumône Générale de Lyon^ E 29 et E. 3o. 
1605*1609. Registres consulaires de la ville de Lyon^ BB 147. 

GHAMBEYRON (Jean -Baptiste), architecte, membre corres- 
pondant de la Société Académique d'Architecture de Lyon, du 
1" juillet 1843, ne figure plus sur le tableau en 1881; il a construit 
diverses églises à Rive-de-Gier et aux environs. — Publication : Recher- 
ches historiques sur la ville de Rive-de-Gier^ par J.-B. Chambeyron, 
architecte. Lyon, Léon Boitel, 1845, grand in-8. 

GHANTEMESSE (Polydore), architecte, né en i8i6, mort à 
Lyon, le i5 mai 1884. Architecte-voyer de la ville de Vaise, voyer du V' 
arrondissement de Lyon, en i852. 

Renseignements particuliers. 

GHAPUY (Nicolas-Marie-Joseph), architecte et lithographe, né 
à Paris en 1790, y est mort le 33 juillet i858. — Officier du génie mili- 
litaire qu'il abandonna pour se livrer à la lithographie des monuments 
d'architecture et à l'architecture. — Salon de 1824 : Cathédrales de la 
France. Vues du voyage pittoresque à Lyon, — Salon de i83i. Vues 



Digitized by 



Google 



— 67 — 

des cathédrales de France. Vues prises en Orient pour le Voyage de 
Léon de Laborde et Bursières. Vue de Saint-Gene^ de Thiers, pour le 
Voyage pittoresque dans l'ancienne France^ de Ch. Nodier, Taylor et 
de Caiileux. — Salon de i833 : Cathédrales françaises. Languedoc pour 
le Voyage pittoresque dans r ancienne France. Vue intérieure de F église. 
Saint-Saturnin à Toulouse qui lui valurent une médaille de 3^ classe 
(Lithographie). — Salon de 1834 : Lithographies pour le Voyage pitto- 
resque dans r ancienne France. — Salon de i835 : Vues du Languedoc : 
pour le Voyage pittoresque dans V ancienne France. — Salon de 1837 : 
Vue intérieure de l'Alhambra; vue de la Cour des Lions pour les 
Souvenirs de Grenade et de VAlhambra^ de Giraud de Prangey. Vue 
intérieure de r église de Souvigny^ pour ï Ancien Bourbonnais^ de Desro- 
ziers. — Salon de 1843 : Intérieur delà chapelle de Saint-Louis, à la 
cathédrale de Lyon. 

Travaux d'architecture : restaurations diverses d'églises du Moyen- 
Age. — En i83o : maître- autel monumental, approuvé par le 
Conseil général des Bâtiments civils, pour la cathédrale d'Albî, lequel 
n'a pas été suivi d'exécution. — Il a publié : Cathédrales françaises^ 
dessinées et lithographiées, avec un texte historique et descriptif, 
par F. -T. de Jolimont, Paris, i823 et années suivantes, in 4*. — 
Voyage pittoresque dans Lyon ancien et moderne ou Choix de vueSj 
monuments et paysages de cette ville célèbre et de ses environs^ publié 
par Chapuy et lithographie d'après ses dessins, avec un texte explicatif. 
Paris et Lyon, 1824. — Le Moyen-Age pittoresque^ monuments et 
fragments d'architecture^ meubles, armeSj armures et objets de curiosité 
du X* au XVII^ siècle^ avec un texte archéologique, descriptif et histo- 
rique par Moret, Paris, 1839-1844, 5 vol. in-folio. — Il donna, de concert 
avec Beugnot, architecte de Paris, une nouvelle édition complète des 
œuvres de Palladio (1826). — Il a collaboré aux ^Monuments de France^ 
aux cMonuments de Petra, aux Antiquités d'Alsace, au Voyage en 
Orient, de Bursière. — Il a exécuté, par suite d'une commande du minis- 
tère de la Marine, tous les dessins de l'ouvrage de Marestier sur la 
Navigation à vapeur. — Planches détachées : Vue du quay Saint-Clair 
prise de la descente du pont oMorand, Chapuy pinxit. Salathée sculp., 
in-40 oblong. — "Vue panoramique de Lyon prise de l église Saint-Louis, 
gravure à Taqua-tinta. Chapuy del., Salathée sculp. Paris, chez Rittner 



Digitized by 



Google 



— 68 — 

et Goupil, in-fol. oblong en bande de un mètre de long. — Panorama de 
Lyon^ pris de la maison Bernardin, montée de l'Ange^ gravure à Taqua- 
tinta, Chapuy del.,Salathéesculp. AParis,chez Rittner et Goupil., in-fol. 
oblong de un mètre de long. — Vue prise de la Guillotière^ dessinée 
d'après nature, par Chapuy, et lithographiée par Deroy. Paris, veuve 
Turgis éditeur, i85i. Légende en français et en espagnol, in-folio colorié. 
— Vue pris2 de Fourvière^ dessinée d'après nature par Chapuy, litho- 
graphiée par Deroy. — Vue de Pierre-Sci{e, près de la barrière de Vaise, 
dessinée par Chapuy, lithographie de Constans in-40. — Vue intérieure 
des Aqueducs de Beaunant^ par Chapuy, lithographiée par Constans. — 
Eglise des Chartreux à Lyon (paroisse de Saint-Bruno), dessinée par 
Chapuy, lithographiée par Ph. Benoist, papier teinté aux deux crayons, 
in-4^. — Vue de Vancien couvent des Carmes prise au-dessus de Bourg- 
neuf^ dessinée par Chapuy, lithographie de C. Constans, 1 824, in-folio. — 
Pont de la Gu il lot ière ^Chapuy pinxit,Salatée seul. — Hôtel de pille de Lyon ^ 
Chapuy pinxit, Martens, sculp., in-40 oblong. — Intérieur du Palais 
de Justice^ à Lyon^ dessiné par Chapuy, lithographie par Arnout, figures 
par Bayot, imprimé par Lemercier à Paris. Aux deux crayons in-folio. 

Bellier de La Chavignerie. -- Bauchal.— Collection Caste à la Bibliothèque de 
la ville de Lyon au Lycée, n^» 200, 281, 295, 296, 3o2, 3o3, 3i8, 340, 390,409, 
438,481, 538 ei 6o5. 

CHARNAL (Jean-Antoine-Auguste), architecte, né à Lyon, le 
2 mars i8o3, mort au commencement de 1 871, entra à l'Ecole des Beaux- 
Arts de Lyon le 1 3 novembre 1827 où il remporta différents prix. — 
D'abord professeur de dessin linéaire à la Société pour rinstruction 
élémentaire du Rhône, en 1847, puis directeur en i855, fonctions quil 
conserva jusqu'à sa retraite en i863. — Obtint le deuxième prix au 
concours d'émulation delà Société académique d'Architecture, en 1844, 
sur un projet d'embellissement de la place Bellecour à Lyon et de la 
promenade continue. — Admis, le 6 juillet 1 844, à la Société académique 
d'Architecture de Lyon, dont il fut l'archiviste de i85i à 1862. — Dans 
les archives de cette Société, trois dessins de lui : plan, coupe et élévation 
dQ Y Eglise Moderne de la Valla (Loire), 1846. A publié } Projet d'un 
palais monumental à élever^ à Lyon ^ pour un Conservatoire des Arts^ de 
rindustrie et du Commerce, i835. A lu, à la séance du 4 juin iSSy de la 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



V 



Rousjeron, ViKucrol el C* d après la pliolographie de M"* Giiyord-Chorvel 

E.-L.-G. CHARVET 

i83o 

LYON ARTISTIQUE ARCHITECTES 



Digitized by 



Google 



— 09 - 

Société académique d'Architecture de Lyon, un Eloge dExbrayat^ 
lequel ne nous est pas resté. 

CHARPENEL (Joseph-Marie), architecte, né à Lyon le 27 avril 
1825, élève de l'Ecole des Beaux-Arts à Lyon où il obtint, en 1846, sous 
Chenavard, une première mention d'architecture. Il entra, en 1842, 
chez Charnal, puis chez P. Bossan (maison quai des Brotteaux, 26; 
église de la Demi-Lune ; maison Blanchon, quai Fulchiron ; église 
Saint-George; deux maisons à Vaise; Stalle de l'Archevêque et orgue 
(dont il fit l%s dessins) à la cathédrale de Saint-Jean), jusqu'en 1847 ^^ 
enfin chez Savoye (maisons, Tune contiguë à celle de Cuzieu et celle du 
passage de TArgue dans la rue Centrale ; propriété Savoye à Pont-de- 
Chéruy (Isère), jusqu'en i85o. — A Aix-les-Bains (Savoie). 

Travaux d'architecture : Réfection de l'escalier de la maison Muguet, 
rue de la Martinière ; Construction de la propriété Vindry, au Point-du- 
Jour, lieu dit Grange-Bruyère ; restauration de l'escalier et réfection de 
la maison Vindry, rue Vaubecour, 24 ; Villa à la Duchère (Lyon-Vaise) ; 
immeuble Tisseur à Vaise, rue de la Roquette ; Villa, quai de Serin. — 
Il a fait partie, en iSSg, de la Société libre d'Architecture de Lyon. 

CHAR VET (Etienne-Léon- Gabriel), architecte et écrivain, né à 
Lyon, le i5 mai i83o, élève de TEcole des Beaux-Arts de Lyon et 
de Chenavard, remporta, à cette école, en 1848, le premier prix 
d'architecture sur une Bourse pour une ville de premier ordre 
comprenant un Tribunal de commerce et une Chambre de commerce, et 
un prix de concours mensuels. — Il entra, en 1848, dans le cabinet 
de Chenavard, alors architecte du département du Rhône et des diocèses 
de Lyon et de Belley (pour la cathédrale); fut attaché, le 3i mars i852, 
comme deuxième aide-architecte dans le service d'architecture et de 
voirie de la ville de Lyon (R. Dardel, architecte en chef), où il resta 
jusqu'au i5 août 1854; passa au service particulier de Dardel àcette date 
jusqu'au 7 mai i855, époque où il fut nommé premier inspecteur des 
travaux de construction du Palais du commerce de Lyon, où il eut 
une part prépondérante, jusqu'au 3o juin 1861. — Nommé, le 
ler décembre 1868, professeur d'art décoratif à l'Ecole Impériale des 
Beaux-Arts de Lyon, fonctions qu'il a conservées jusqu'au i" mai 1884; 



Digitized by 



Google 



— 70 - 

membre et secrétaire du Comité des Beaux- Arts à TExposîtion univer- 
selle de Lyon en 1872 ; le 5 août 1873, membre de la Commission d'ins- 
pection des bibliothèques publiques et Archives de la ville de Lyon, dont 
il a été secrétaire, fonctions qu'il a conservées jusqu'au 10 juillet 1884: 
le 18 octobre 1878, membre non résident du Comités des Sociétés des 
Beaux-Arts des départements; le i«r janvier 1879, inspecteur del'Ensei- 
seignement des arts du dessin et des musées au Ministère de l'Instruction 
publique et des Beaux- Arts. A fait partie, depuis 1887, des Commissions 
d'examen de ce ministère pour les certificats d'aptitude à renseignement 
du dessin ou pour Tadmission dans les Ecoles normales primaires ou 
au professorat dans les établissements universitaires. A quitté Lyon en 
1884. — A Paris, boulevard Pasteur, 56. 

A concouru, en i858 (avec E. Hotelard et W. Léo), pour la 
construction de Thôtel de la Caisse d'Epargne de Lyon (son projet fut 
classé le premier avec exécution) et, en 1860 (avec A. Savoye, G. Ruphy 
et Monnet), pour la construction de Thôtel de la Préfecture de la 
Haute-Savoie à Annecy (son projet fut classé le premier avec exécution, 
le 9 mars 1861, par le Conseil général des Bâtiments civils). 

Travaux d'architecture : En i852, à Lyon : la maison Guinet, 
rue Vaubecour; en i856 : une maison rue Impériale, 19; en i858 : 
l'hôtel de la Caisse d'Epargne de Lyon; en 1859 : à Gilhoc (Ardèche), la 
chapelle du château du comte Rampon ; à Lyon, le tombeau du docteur 
Gensoul (en collaboration avec Dardel) et la maison Guinet, cours 
Perrache ; en 1860 : à Lyon, l'hôtel Le Mire, quai Joinville ; de 1862 à 
i865 ; dans la Haute-Savoie, l'hôtel de la Préfecture, la Maison d'arrêt 
et de justice, la chapelle des Dames de Saint-Joseph (restauration) et le 
collège Chappuisien (restauration), à Annecy ; le palais de justice, la 
caserne de gendarmerie et la maison d'arrêt et de justice (restauration) à 
Bonneville ; à Lyon, le piédestal de la statue du docteur Bonnet dans une 
des cours du grand Hôtel-Dieu; l'Institution du Verbe-Incarné (pension 
Guillard); les maisons de campagne Michel, aux Charpennes, et Pascal à 
Champvert, et la chapelle des Dames de Saint-Vincent-de-Paul, rue 
du Doyenné; de 1866 à 1867, à Pouilleux, près de Saint-Laurcnt-de- 
Mure (Isère) : la chapelle de Notre-Dame-des-Anges; de 1867 a 1868; 
dans TArdèche, à Saint-Félicien, la chapelledes Dames de Saint-Joseph, 
l'église (restauration de la façade) et les bâtiments d'exploitation Clozel: 



Digitized by 



Google 



— 71 — 

dans la Haute-Savoie : restauration de Téglise de Tabbaye d'Abondance 
(monument historique dont il avait provoqué le classement par son 
mémoire historique et descriptif avec plans); de 1868 à 1870, à Lyon : la 
grande salle de réunion du pensionnat des Frères de la Doctrine chré- 
tienne; de 1869 à 1870 : dans TArdèche : la reconstruction de Téglise 
de Gilhoc; à Lyon : le tombeau de L. Penin; en 1872, à Lyon : la villa 
Pascal à Champvert et le tombeau de R. Dardel; à Chalon-sur-Saône : 
le Monument votif; de 1873 à 1875, à Lyon : la restauration et la chapelle 
de rétablissement des Dames du Calvaire et le tombeau de Lehmann, 
graveur; de 1875 à 1876, dans l'Isère : la villa Girier, à La Verpillière et 
la restauration du château de Monbaly à Vaulx-et-Milieu; en 1878 : la 
villa Louvier à Sainte-Colombe (Rhône); en 1879, à Saint-Etienne : le 
monument funéraire de la famille Juste; en 1880, à Roanne : le tombeau 
de Sénart, peintre; en 1881, dans la Haute-Savoie : le piédestal de la 
statue de Sommeiller, à Saint-Geoire; de 1882 à 1884, dans Tlsère : la 
restauration de l'église de Bonnefamille et, dans le Jura, la chapelle du 
château de Montrambert. — Projets non suivis d'exécution : séchoirs à 
côté des abattoirs de Vaise ; villa Lançon à Oullins (Rhône) ; dans la 
Haute-Savoie : pour Annecy, un dépôt d'étalons et un lycée de garçons ; 
pour Bonneville^ des écoles et la restauration de l'église ; une villa à Viuz- 
en-Sallaz et une maison d'école à Groisy-en-Borne ; villas de Chavigné 
et Malves-Pons ; maison Bonnardel, quai d'Occident, à Lyon ; restaura- 
tion du château de Chamanieu (Isère), etc., etc. 

A été admis dans les Sociétés suivantes : 186 1 : Société Académique 
d'Architecture de Lyon, dont il a été le secrétaire-adjoint de i865 a 1866, 
secrétaire pour les exercices de 1 869 à 1 870 et de 1 873 à 1 874, et vice-pré- 
sident pour Texercice de 1879 a 1880; 1864: Société Florimontane d'An- 
necy ; Société littéraire historique et archéologique de Lyon, dont il a été 
vice-président en 1877 ^^ président en 1878, membre honoraire en 1897 ; 

1871 : Société des Sciences industrielles de Lyon (dont il a démissionné) ; 

1872 : un des fondateurs de la Société de Topographie historique de 
Lyon dont il a été le trésorier-archiviste de 1872 à 1884 (fonctions 
pendant lesquelles il a dirigé l'exécution et opéré la distribution 
de la reproduction du grand plan scénographique de ' Lyon au 
XVIe siècle) ; 1873 : Société d'Agriculture, Sciences et Arts du 
Puy ; 1877 • Société d'Education de Lyon (dont il a démissionné) ; 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



-1S- 

Société académique d'Architecture de Lyon^ i8y8. — Historique delà 
Société académique d'Architecture de Lyon. Lyon, Mougin-Rusand, 
1880. — De r Enseignement des Beaux-Arts au point de vue de leur 
application à V industrie lyonnaise. Lyon, Vingtrinier, 1870. — Les 
Origines de renseignement public des arts du dessin à Lyon (1676- 1780) ; 
Recherches sur Forganisation de renseignement du dessin à Lyon au 
XVIII^ siècle; P Influence de l'Ecole de dessin de Lyon à la fin du 
XVIII^ siècle et au commencement du XIXe, Paris, Pion et C»e^ 1878, 
1879 ^^ 1880. — Conférence sur renseignement du dessin faite aux 
instituteurs et institutrices du Rhône ^ le g décembre 1880. Lyon, Dela- 
roche, 1880. — Quelques idées au sujet de l'enseignement professionnel 
des arts décoratif s en province . Paris, Pion et C»e, 1882. — De T Etude 
de la composition dans renseignement des arts du dessin. Paris, 
Quantin, 1882. — Enseignement primaire du dessin (en collaboration 
avec J. Pillet), première partie, livre du maître, avec 74 modèles. Paris, 
Delagrave. Trois éditions i883, i885 et 1891. — Enseignement de l'Art 
décoratif comprensint son histoire générale, l'étude des caractéristiques 
des époques, ses procédés industriels et la théorie de la composition 
décorative. Paris, Librairies et Imprimeries réunies, 1888, grand in-40, 
1228 gravures. — Notice et conseils pour F application du programme 
officiel de l'Enseignement primaire du dessin. Paris, Nony, 1893, 
planches. — Discours de distributions de prix à Calais, Clermont- 
Ferrand, Mâcon, Marseille, Saint-Etienne, Versailles, etc., etc. — Jehan 
Perréaly Clément Trie et Edouard Grand. Lyon, A.-L. Perrinet Marinet, 
1874,7 planches. — Sébastien Serlio. Lyon, L. Perrin, 1869, 5 planches. — 
Philibert de r Orme ^ chapitre premier. Lyon, Mougin-Rusand, 1880; 
7 planches. — Philibert de VOrme à Saint-Denis., dans le Bulletin de 
l'Histoire de F Art français. Paris, 1891. — Etienne Martellange. 
Lyon, Vingtrinier, 1874, 12 planches. — Recherches sur la pie et les 
ouvrages de quelques artistes. Lyon, Vingtrinier, 1876. — Les de 
Royers delà Valfenière. Lyon, Vingtrinier, 1870, 6 planches, et dans 
les Mémoires de l'Académie de Vaucluse. Avignon, 1895, 6 planches. 
— Les Delamonce^ deux planches ; Thomas Blanchet , deux planches 
et Les Sevin^ planches, dans les recueils des sessions des Sociétés des 
Beaux- Arts du département en 1892, 1893 et 1894. Paris, Pion et 
Nourrit. — Jean-Gabriel Charvet^ 1896, 6 planches. — René Dardel 



Digitized by 



Google 



— 74 — 

irinet, iSyS, planches. — Mention honorable 
LrchitectesdeParisen 1877 pour ses travaux bio- 
Lcadémie du 1 3 janvier -i 876, de Tlnstruction pu- 
Son portrait en miniature,parMlle Alice Guyard, 
on de Paris de cette année ; un autre, à Thuile, 
et, 1895, a été exposé au Salon de Lyon en 1897. 

et Auvray. — Le Centenaire de la Société littéraire de 
é académique d* Architecture de Lyon. — Mémoires 
que et archéologique dé Lyon, — Revue Savoisienne. 
\ — Revue des Arts décoratifs. — Le Recueil d'Archi- 
e Mont-Blanc, journaux d'Annecy. — Le Courrier de 

Galette de Lyon, Le Salut Public, La Décentralisation 
y on. — La Revue du Lyonnais. — Lyon-Revue. — 

Revue du Siècle. — La Revue du Vivarais. — Les 
aucluse. 

TENAZ (Jean -Baptiste), architecte, men- 
de Lyon, de 1760 à 1767. 

émique d'Architecture de Lyon, IX page LVXII, article 



[t- Joseph), architecte, né à Lyon, le 12 octobre 
irs 1882. — Il entra, en 1840, dans le cabinet 
Lides ^ 




ture 
abi- 

couvent des Carmes-Déchaussés, à Lyon, pour 
1 Bel-Air, près Belleville, pour M. de George; 
ines à Saint-Cyr (Rhône). — Travaux exécutés 
ît Seitz : 1860, maison Siaux, rue de THôtel-de- 
son Savoye, rue de THôtel-de-Ville, 102, 104 et 
angel, rue du Bât-d' Argent et F. Bernard, rue 
ï Neyron ; 1866 : maison Delosme, rue du 



Digitized by 



Google 



— 75 - 

Plat, 3o, sur remplacement du grenier à sel ; 1868, usine et maison 
Gillet, à Serin ; restauration de la maison Drevon, à Saint-Symphorien- 
d'Ozon, avec dépendances ; 1873 : maison Meaudre frères, rue Gasparin 
3o et 3o bis ; restauration du château de Vancia (Ain) ; construction 
pour M. Pitrat, à Loche (Saône-et-Loire) ; 1875 : Hospice des 
Petites Sœurs des Pauvres, rue de TEnfance, à la Croix-Rousse ; 
achèvement de THôpital Homéopathique avec ses installations intérieu- 
res (collaboration avec Bossan) ; 1879, maison Thévenin, à Bonnand 
(Rhône), Hospice des Petites Sœurs des Pauvres, à Rive-de-Gier 
(Loire) ; 1880 : maison Serve, cours Perrache, 23, à Lyon ; maison 
Claudius Duc, à OuUins ; château de Machurat, près Artemare (Ain), 
pour M. Lodoïx Meaudre ; chapelle funéraire à Oullins (Rhône), publiée 
dans la troisième année du Recueil d' Architecture ào Wulliam et Farge. 
Diverses reprises en sous-œuvre difficiles ; la restauration de son petit 
château à Saint-Chef (Isère). — Admis, le 2 janvier 1862, à la Société 
académique d'Architecture de Lyon, il en a été, de 1869 à 1870, le 
secrétaire-adjoint et, de 1875 à 1876, le trésorier. 

Annales de la Société Académique '(T Architecture de Lyon ^ notice par Falcouz, 
VII, page 63. 

GHATRON (Jules^^, architecte, a fait construire, à Lyon, les 
bâtiments de l'Exposition Universelle de 1872 ; le théâtre de Bellecour 
(transformé depuis P. Perrin) en 1877; le Musée Guimet (transporté 
depuis à Paris et construit dans les mêmes données) ; le petit hôtel 
Poulot, cours Perrache, etc., etc. Voyez, sur le théâtre de Bellecour, 
dans le tome XIII (1879), du Moniteur des Architectes^ un article par 
D. Robert, architecte à Saint-Etienne, et des détails d'ornementation 
dans les 86®, 90*, 99e et 1 17e livraisons des Matériaux et Documents^ de 
Raguenet. Quelques détails, aussi d'ornementation, du Musée Guimet 
ont été publiés dans le même ouvrage, livraisons 97, 100, 124 et 191. 

Bauchal. 

GHAVAGNY (Mathieu), architecte à Lyon, vers 1674, prend à prix 
fait « un degré ovale au bastiment que les dits sieurs recteurs font faire en 
« rue Sainte-Catherine, joignant le Parc, à la forme portée au dit prix 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



VI 



Ruugeron, Vigncrut el C** d'aprùs la gravure de Dangiiiu 

A.-M. CHENAVARD 
1787-1883 

LYON ARTISTIQUE ARCHITECTES 



Digitized by 



Google 



1 



Digitized by 



Google 



- 77 - 

Arts de Paris, où il obtint, en 1 814, une médaille sur un projet de boudoir 
et, en 181 5, une autre, pour un projet d'Hospice dans les Alpes ; se 
rendit en Italie où il séjourna jusqu'en 181 8 et où il retourna en 1844. 
Plus tard, en 1843, il fit un voyage en Grèce avec E. Rey et Dalgabio. 
En 1 8 1 4 il concourut pour un projet de piédestal pour la statue de LouisXI V, 
sur la place Bellecour, où il fit entrer les groupes du Rhône et de la 
Saône (ce dessin fut envoyé de TEcole des Beaux-Arts de Paris). — De 
Rome, 1817, i^r prix dans le concours ouvert pour un monument. expia- 
toire des victimes du siège de Lyon (ce monument fut exécuté par Cochet, 
voir plus loin). — En 1825, il concourut pour un projet de restauration du 
Grand-Théâtre de Lyon (le concours démontra que cette restauration 
était impossible; on donna une indemnité de 1000 francs aux architectes 
Dardel, Lefranc, Grangier, Bourjot, Chenavard, Pollet, Baltard et 
Garnaud et, plus tard, en 1828, l'exécution d'un théâtre neuf fut confiée à 
Chenavard). — En 1828 fut désigné, par le ministère, pour prendre part, 
avecDebret (qui n'acceptapas le concours), Baltard, Dardel et Hotelard,à 
un concours pour un palais de Justice àélever à Lyon; sur leur demande, 
Falconnet et Farge furent autorisés à fournir aussi des projets (aucun 
prix ne fut décerné; on accorda seulement une indemnité à tous les 
concurrents, excepté à Farge et à Falconnet ; le palais de Justice a été 
ensuite confié à Baltard). 

Nommé, le 28 janvier 18 19, architecte du département du Rhône, 
fonctions qu'il conserva jusqu'au 3o juillet i85o, et architecte des diocèses 
de Lyon et de Belley (seulement pour la cathédrale), fonctions qu'il 
conserva jusqu'en 1849 î 1^ ^^ juillet i823, professeur d'architecture à 
TEcole des Beaux-Arts de Lyon, fonctions qu'il conserva jusqu'au 
28 janvier 1861. — Membre du Jury des concours de l'Ecole des Beaux- 
Arts de Lyon, de 1820 a 1823 (époque où il y fut nommé professeur) et 
de 1861 à 1876. — 1847 • iTiembre de la ^ /ny/ 
commission des bâtiments communaux du ct^^ c:::y/^'e^a^i 
département du Rhône. 

Travaux d'architecture dont on pos- 
sède les dates : 1822 : restauration de l'Ecole vétérinaire de Lyon et instal- 
lation de l'hôtel de Préfecture dans le claustral des Jacobins de Lyon. — 
1825 : amphithéâtre en forme d'exèdre, décoration pour l'inauguration de 
la statue de Louis XIV sur la place Bellecour; autel de la chapelle particu- 




Digitized by 



Google 



— 78 — 

1. — 1826: tours de Téglisede Saint-Vincent, 
t8-i83i : Grand-Théâtre de Lyon et divers 
1 836- 1848 : reconstruction de la cathédrale 
iservé que les chapelles absidales. — iSSy: 
Roanne. — 1839 : église d'Oyonnax(Ain) et 
ithédralede Lyon. — 1842 : église de Saint- 
— Travaux dont on ne possède pas la date : 
g^t-deux qui figurent dans le recueil qu'il a 
ix, à Rive-de-Gier. — Palais de Justice de 
le belvédère dans le parc de la Tourrette 
lu château de Saint-Priest (Isère) et de la 
dèche). — Agrandissement de Téglise de 
nouvelle. — Restauration de l'église Saint- 
[aison Louvier, à Saint-Symphorien-d'Ozon 
é-Cœur à la cathédrale de Lyon. — Prison 
Ecole communale de Saint-Pierre-la-Palud 
lédical du docteur Pravaz, à Sainte-Foy-lès- 
î médaille du maréchal de Castellane, i85i, 
iam. 0,060. — Dessin d'un plafond pour 
levèché, exécuté par Détanger. 
e 1 83o, de l'Académie des Sciences, Belles- 
it il devint membre émérite en 1854; en 1841 
émique d'Architecture de Lyon, dont il fut, 
t ; puis, tour à tour, président en 1 849-1850, 
-1862 jusqu'à ce qu il ait été nommé prési- 
î dernière date ; en a composé le diplôme et 
s membres; le 5 juin 1834, membre corres- 
des Beaux- Arts de Paris; le i3 août 1841, 
a Société Eduenne pour la conservation des 
un; le 27 mai 1843, membre correspondant 
rchitectes de Paris ; le i5 décembre i855, 
l'Institut (Académie des Beaux-Arts); le 
i Société libre des Beaux- Arts de Paris avec 
re de membre honoraire ; membre honoraire 
t royal des Architectes britanniques; conseil- 
gionale des Architectes du nord de la France. 



Digitized by 



Gooolf' 



'n 



— 79 — 

Publications : 1817 : Projet de monument pour les victimes du siège 
de Lyon^ in-folio. — 1825 : Autel exécuté dans la chapelle de l'arche- 
vêché de Lyon par Chenavard, lith. de Brunet, in-folio ; Vue de l'amphi- 
théâtre élevé à Lyon au sujet de l'érection de la statue équestre de 
Louis XIV et de la cérémonie de l'inauguration le 6 novembre 1825^ 
par Chenavard arch. Lith. de Brunet, in-folio. — 1828 : Projets de 
restauration du Grand-Théâtre de Lyon^ par Chenavard et Pollet, 
8 feuilles gravées par Butavand, 1828 ; Inscription gravée de la première 
pierre du Grand-Théâtre de Lyon le 16 août 1828^ gravée par Sampier 
d'Arena; J.-M. Forest, aide- architecte; F.-N. Jay, entrepreneur. — 
Grand-Théâtre de Ly on ^ façade principale^ plan du re\-de-chaussée ^ 
plan des premières loges jChena,\ard et Pollet, arch. 1828, gravé par 
L. Butavand. — i83i : Le Goût dans les Arts; discours prononcé à 
l'Académie Royale de Lyon^ le 14 juillet i83i. Lyon, Babeuf, 
i83i. — i832 : Plan de Lyon antique pour servir de guide à 
l'ouvrage intitulé Lyon souterrain , restauré par M. Chenavard , 
architecte du département^ i832. Butavand sculp. i83i, in-folio. — 
1840 : Projet d'ouverture de rues dans le clos du grand séminaire. 
Lith. ; Monument érigé à Jos. Jacquard par la Ville de Lyon sa 
patrie en l'an MDCCCXL. A. Chenavard et Dardel, arch., Foyatier 
se, Etienne Rey del. Lith. de Veuve Giraud. Lyon, in-folio. — 1846 : 
Recueil d'édifices publics et particuliers et fragments d'architecture de 
Lyon et de ses environs ^publié par la Société académique d'Architecture de 
Lyon^ premier cahier. Eglise de l'Observance^ par Chenavard et A. Cou- 
chaud, architectes. Lyon, au secrétariat de la Société au Palais des Arts, 
1846, 7 pi. petit in-folio. — 1846: Voyage en Grèce et dans le Levant fait 
en 1843-1844 par A. -M. Chenavard, architecte, E. Rey, peintre, pro- 
fesseurs à TEcole des Beaux-Arts de Lyon et J.-M. Dalgabio, architecte. 
— 1849: 2e édition du même ouvrage; in- 12, Léon Boitel, avec une carte et 
12 planches gravées sur pierre par Dubouchet et A. Louvier. — i858 : 
3e édition. Lyon, imprimerie Perrin, in-folio avec 80 planches gravées par 
Dubouchet, J. Séon, Perret, Ruissel, Déchaud, A. Musson et Fugère. 
Onze du crayon de Rey et une de Couchaud. — i85o : Lyon antique 
restauré d'après les recherches et documents de F. -M. Artaud ^ ancien 
directeur du Musée et conservateur des monuments antiques de la Ville 
de Lyon^ par A»-M. Chenavard, architecte professeur à T Ecole des 



Digitized by 



Google 



- 80- 

n-folio de 6 planches repliées. Paris, Garnîer. Lyon 
: Bohaire. — i854 : Notice biographique sur Jean- 
ir A. Chenavard. Lyon, Perrin i854, in-S», 1 1 pages. 
prononcé à la distribution des prix de l'école impi- 
es Beaux-Arts de Lyon^ dans le palmarès, Lyon, 
5o : Recueil des compositions exécutées ou projetées 
V.-M. Chenavard, architecte, i vol. in-folio. Lyon, 
n. Le faux titre porte : Recueil décompositions archi- 
V mot ajouté après coup). Deux parties : la première, 
résentant les édifices et les projets divers, la seconde 
mbeaux, gravures par Dubouchet, Séon, etc. Cette 
urement publiée à part avec frontispice de la porte 
re de la Croix-Rousse. — 1861 : Vues d'Italie^ de 
ir A. Chenavard, in-40 oblong. Lyon, imp. Perrin. 
portrait de Chenavard, par Ingres, fait à Rome en 
mplaires avec six imes et détails dessillés à Athènes, 
ions historiques^ esquisses par A. -M. Chenavard, 
^. Perrin; in-folio oblong. 1862; 40 planches en 
>ubouchet et Séon. — Supplément aux Compositions 
)ètes^ esquisses par A. -M. Chenavard, arch. Lyon, 
•folio oblong. i863, 2î planches bistre gravées par 

— Fontaines^ esquisses par A. -M. Chenavard (pre- 
, imp. L. Perrin. 1864, in-folio oblong, 20 planches 
ubouchet et Séon. — Fontaines^ esquisses par A.- JA. 
le partie). Lyon, imp. L. Perrin. i865, in-folio 
bistre gravées par Dubouchet et Séon. — Eloge de 
'ron architecte^ membre de la Société académique 
Lyon^ lu à cette Société le 19 mars 1867, par 
architecte. Lyon, Perrin, 1867, in-80, 11 pages, 
nnales de la même Société, I, pages 1 à 3. — Sujets 
Ossian^ par A. -M. Chenavard, arch. Lyon, imp. de 
in-folio oblong, 21 planches bistre gravées par 

— 1868 : Clef de l'arc de Titus dessinée à Rome en 
ubouchet, in-folio. — Les Poètes^ compositions par 
arch. Lyon, L. Perrin 1874. In-folio oblong de 

— 1 880 : Notice sur le tableau comparatif des 



Digitized by 



Google 



— 81 — 

grandeurs des théâtres antiques. Planche in-folio. Annales de la Société 
d'Architecture de Lyon^ VI, page 69. — Chenavard a légué à la Biblio- 
thèque du Palais des Beaux-Arts de Lyon deux volumes in-folio renfer- 
mant ses dessins exécutés en Italie et son recueil des Théâtres grecs et 
romains, ouvrages qui mériteraient grandement d'être publiés. Dans les 
archives de la Société académique d'Architecture de Lyon : deux dessins 
de \a galerie construite, par Philibert de l'Orme^ rue Juiperie^ élévation 
et coupe ; jt7or/e et niche au-dessus de V Hôtel du Parc^ ancienne Aumône 
Générale (voyez Dambournay) ; niche du XV* siècle à Villefranche. 

Chevalier de TOrdre du Sauveur de Grèce, 25 août 1861 ; chevalier 
de la Légion d'honneur du 14 août 1862. On a de lui : son portrait fait 
par Ingres à Rome en 18 18, son buste par Legendre-Héral^ i836, dont 
une copie en terre cuite a été faite par Pagny, son médaillon par de Ruol:^, 
i852, et le dessin et la gravure de Danguin exécutés aux frais de la 
Société académique d'Architecture de Lyon, 1873. Le dessin a été donné 
en 1884, par cette Société, au Musée de Lyon (dessin n© 33). 

Archives historiques et Statistiques du département du Rhàne^ III, p. 314. — 
Bauchal. — René Dardely par L. Charvet. — Bellier de la Chavignerie et Auvray, 
(d'après une notice fournie par Chenavard à L. Charvet lequel la conserve). — 
Almanachs du Bâtiment de 1818 à ï853. — Journal des Artistes, i836. — Annales 
de la Société libre des ^eaux-Arts. — Annales de la Société centrale des Archi- 
tectes. — Annales de la Société académique d^ Architecture de Lyon. — Revue 
générale de F Architecture^ XLI. — Lance. — Discours prononcé sur sa tombe, par 
Paul Rougier, président de TAcadémie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de 
Lyon, et par Ph. Bellemain, vice-président de la Société académique d'Architecture 
de Lyon. — Notice par A. Louvier et A. Coquet, avec portrait. — A.-M, Chenavard^ 
par Charles Lucas, 1884. — Antoine Chenavard^ discours de réception à l'Aca- 
démie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, le 21 juin 1887, par Clair 
Tisseur. — A. M, Chenavard^ par R. E. dans la Construction Moderne^ de 1887, 
page 623. 

CHIPIEZ (Charles), architecte, est né à Ecully (Rhône), le 
II janvier i835. Entré à TEcole des Beaux-Arts de Lyon en i853, où 
il remporta un troisième prix (Bibliothèque publique dans une grande 
ville) et le prix d'estime décerné par les élèves en 1854, puis à Paris 
dans les ateliers de Constant Dufeux, Viollet-îe-Duc et Danjoy 
(i856-i863). A exposé : Salon de 1870, en collaboration avec Emile 
Trélat : Le Sitellarium (maison de vote). — Salon de 1872, Projet 

7 



Digitized by 



Google 



n 



— 82 — 

mument commémoratif à la bataille de Champigny. — 
1875, Projet pour l'Eglise du Sacré-Cœur à Montmartre, — 

1878, Restitution d'un temple hypœthre. — Salon de 1879, 
tion des tours à étages de F Assyrie. — Exposition décennale 
ix-Arts en 1889; Restitution du temple de Jérusalem de la 
il le de Karnak (Egypte), d'une porte intérieure de Khorsabad 
, des édifices du plateau de Persépolis de la cella du Parthénon. 

pour ces expositions : médaille de deuxième classe au Salon 
le Grand prix à l'Exposition décennale de 1889. 
-1886, Professeur à TEcole spéciale d'Architecture. — 20 juin 
ipecteur de l'Enseignement de dessin, puis inspecteur principal, 
i 1881, membre du Conseil de perfectionnement des arts du des- 
! mai 1882 au 20 juin 1892, chargé par le Ministre de T Instruction 

de l'inspection de toutes les constructions des lycées. — 
Î92, membre de la Commission permanente des bâtiments, des 
collèges. — Depuis 1879, fait partie des jurys d'examen pour 
:at d'aptitude à l'enseignement du dessin dans les établissements 
lires. Membre des Commissions: 1891, Imagerie scolaire; 
Sparation de l'Exposition de l'enseignement en 1889 (classe VI) ; 
:ion du Congrès international des architectes en 1889; 1887, jury 
teurdesconcoursouverts par l'Union centrale des arts décoratifs; 
3, des concours de la Société d'encouragement à l'art et à 
e ; 1893, des examens d'entrée et de la sortie à l'Ecole d'appli- 
5 la manufacture de Sèvres ; 1897 ' Délégué du ministère de 
ion publique près la Commission de surveillance des écoles 
Pilon et Bernard Palissy à Paris ; membre de la Commission 
nte des souscriptions aux ouvrages d'art (Ministère de l'Instruction 
) et des comités d'admission à l'Exposition universelle de 1900 
ement artistique, groupe i , classe 4). — A Paris, rue Crébillon,8. 
/aux d'architecture : 1874 : Monument commémoratif du 
Paris, à Buzenval. — 1884-1885: Ecole nationale d'enseigne- 
)érieur et d'enseignement professionnel d'Armentières (Nord), 
ans la Repue générale de l'Architecture et des Travaux Publics 

planches 44 à 53, texte par l'auteur, pages 180 et 241.— 
IX au cimetière du Père-Lachaise et Montmartre, de Jean 
au cimetière du Mont-Parnasse, à Paris, publié dans la Repue 



Digitized by 



Google 



— 83 — 

générale de l'Architecture et des Travaux Publics de 1884, 
38 et 39. — 1889-1892, a fait exécuter la restitution en relief et 
échelle de plusieurs édifices antiques pour le Metropolitan M 
New- York. — Le tombeau de l'antiquaire Piot, au cimetière < 
martre, a été publié dans la Construction moderne^ avec noti( 
teur ; no du 4 avril 1891, pages 307 et 3o8. planches Sy et 
restauration du Panthéon de Rome a été publiée dans ÏArc 
Journal de la Société centrale des Architectes français^ du 8 a 
pages 376 à 38o,-et dans la Semaine des Constructeurs^ du 1 5 jui 
page 3i. 

Membre de la Société centrale des architectes frança 

1874, où il a été président de section, vice-président, me 

la commission d'archéologie pour laquelle il a rédigé des rappoi 

dans V Architecture^ Journal de la Société centrale des A 

français : en 1890 : La loi de l'harmonie dans l'art grec ; 

Sur le Musée Allaoui; en 1893, Sur la théorie des propo 

architecture^ dans le Bulletin mensuel; i885. Conférence 

congrès annuel des architectes ; il a reçu la mention d'arché< 

1887. Encore dans r^rc/r//ec/wre du 29 septembre 1894, VAn 

préhomérique. Le palais Mycénien du décor d'Antigone, re 

Publications : Histoire critique de l'origine et de la form 
ordres grecs. Paris, Morel, 1876, pour lequel il a obtenu, < 
Taccessit du Prix Fould à l'Académie des Inscriptions et Belles-L 
Essai de restitution d'un temple Hypœtre^ mémoire lu à TAcac 
Inscriptions et Belles-Lettres dans la séance du 28 décembre 18^ 
dans Y Encyclopédie d'Architecture dt 1878, texte page 49, plan 
522, 528, 529 et 53o. — Le Système Modulaire et les Proporti 
l'architecture grecque^ planches, in-80, dans la Repue archéoh 
Les Origines de l'Architecture dorique et Monuments 3/ 
mémoire lu à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 
Le Temple de Jérusalem et la maison du Bois-Liban^ restitué 
E{échielet le Livre des Rois par C. Chipiez et G. Perrot,granc 
planches. Paris, Hachette, 1889; publié aussi dans la iJei^werf'^n 
et des Travaux publics de i885, pages 34, 35 et 36. — A si^ 
le Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines de Dj 
et Saglio, les articles Capitulum^ Caryatides^ Columna^ Fen 



Digitized by 



Google 



1 



— 84 — 

essive dans la Revue Politique et Littéraire^ i83o. 
ec G. Perrot : U Histoire de l'Art dans l'antiquité 
r rAcadémie des Inscriptions et Belles-Lettres), 
-1898. — Les Edifices d'Epidaure, remarques et 
24 pages dans la Revue archéologique de 1896. 
ie du 3 avril 1878, chevalier de la Légion d'honneur 
ficier de l'Instruction Publique du 14 juillet i883. 
l'honneur du 29 novembre 1889. 

ae), architecte, né en 1796, mort en 1866. Mémoire 
itecte^ demandeur contre la communauté des reli- 
rné, commune de Belmont (Loire), signé : Valois, 
me, 1842, in-40 de 18 pages. — Projet d'un pont 
xhe devant relier le quartier des Chartreux à 
ar J. Chipiez. ler septembre 1847, Lyon, Mothon, 
oire sur les anciens aqueducs de la rive droite de 



le de Lyon au Lycée. Collection Coste^ numéros 3. 186 et 
lus de la XXIX<^ session du Congrès archéologique de 



ançois DUBUISSON DE), architecte, est mort 
. Lyon le 23 janvier 1794. La famille de Christot 
es : d'argent au franc quartier de gueules. — 
)alité provisoire de Lyon, en 1793. — En 1770, il 
istruire la nouvelle porte de Saint-Just, laquelle 
il fit une expertise avec Marin Decrénice (voir ce 
! si la chapelle du Saint-Esprit du Pont du Rhône 
mnt les tourelles ; il reçut pour cela, avec lui, 
ié en 1790 : La correction fraternelle ou chacun à 
trop^ petit recueil mis au jour pour l'édification 
plaisirs dune belle dame^ Lyon. 

— Nouvelles Archives historiques et statistiques du Rhône, 
*vue du Lyonnais, tome V, page 12. — Registres consu- 
, BB. 341. -- Morel de Voleine. — Renseignements parti- 



Digitized by 



Google 



— 85 — 

CHRISTOT (Hugues-François DUBUISSON DE), architecte, 
né à Lyon le 27 avril 1804, y est mort !e 5 avril 1887. Il a été architecte 
en chef des Hospices civils de Lyon et, en cette qualité, a fait restaurer, 
en i835, le pont d'Ainay (construit par de Latombe en 18 18), réparer 
les hôtels du Parc et de Provence et exécuter les travaux du passage de 
THôtel-Dieu; il fut nommé architecte honoraire des Hospices en 1870. 

Renseignements fournis par M. Pascalon. 

CHRISTOT (Jean-François Marie DUBUISSON DE), archi- 
tecte, né à Lyon, le 27 avril 1780, est mort le 8 avril 1834. Il fut archi- 
tecte ordinaire des Hospices civils de Lyon sous la direction de Tissot et 
Pollet (voyez ces noms), chargés des grands travaux. 

Renseignements fournis par M. Pascalon. 

CLAIR (Joseph), architecte, a obtenu le deuxième prix au concours 
ouvert, en i85o, par la Société académique d'Architecture de Lyon sur 
V Agrandissement de la décoration de la façade de la Bibliothèque de la 
pille ^ sur \e quai de Retz. Admis à cette Société le 7 février 1 861, il ne 
figure plus sur le tableau en 1889. 

GLARET ou CLERET (Claude), maître d'oeuvre de maçonnerie 
d'Arboisoude Pont-de-Losne (Jura), est appelé à Lyon, en novembre 
1 5o8, pour remplacer Jehan de Cullan ou d'Escullant (voyez ce nom) 
comme directeur des travaux du pont du Rhône. Il était chargé de 
travaux pour l'abbaye d'Ainay à Arbois, et Ton dut envoyer le procureur 
de la ville à Tabbé pour qu'il autorisât ce praticien à s'occuper des 
ouvrages du pont. — En iSog, il vérifiait, avec Jehan Perréal (voyez ce 
nom) les cintres du pont tracés dans l'église des Cordeliers ; il3 
décidèrent que ces cintres seraient abaissés. 

Archives de P Art français ^ 2« série, 1861. — L. Charvet dans Jehan Terréal^ 
pages 127, 128, 129 et 137. 

COCHET (Claude-Ennexnond- Balthazar), architecte, né le 
6 janvier 1760, mort le 14 mars i835 ; élève de son père, vint étudier à 
Paris, d'abord sous Degouze, architecte du cabinet de Monsieur, puis 



Digitized by 



Google 



— 86 - 

; grand prix de Rome en 1 783, partit pour l'Italie vers 
it, le 25 juillet 1786,1e premier prix d'architecture à 
^arme ; revint à Lyon en 1790, concourut, en 1790, et 
r prix pour un projet de temple décadaire destiné aux 
laires proposé par la Convention ; puis, en 1799, sur 
le graiid prix proposé pour le meilleur projet de la 
nentale à ériger à la mémoire des braves morts pour la 
trie et de la liberté (la première pierre de celle de Lyon 
lessidor an VII, 14 juillet 1800). — Nommé architecte 
>n, par le Conseil municipal, le 20 juin 1795, il ne Tétait 
)que où ces fonctions furent divisées entre trois titulaires), 
hitecture à Técole des Beaux-Arts de Lyon, en rempla- 
)ar décret impérial du i3 janvier 18 14, fonctions qu'il a 
n'en 1823, époque où il fut remplacé à son tour par 

rchitecture : 1790 : rocher élevé dans le centre du camp 
n tenu à Lyon le 3o mai. Une médaille de 0,04 de 
lUe, fut frappée à cette occasion. Avers : le monument 
le ; RJ" : les armoiries de la ville de Lyon. — 1795 : 
mandés par l'administration du département du Rhône, 
îrinaire à installer au couvent de l'Observance ; pour une 
)ur l'installation du Muséum et de la Bourse dans le 
âmes de Saint-Pierre ; pour établir le District dans les 
md collège (il reçut 20,000 fr. pour ces divers dessins), 
gement de l'église du Collège pour les réunions de la 
le ; arc de triomphe sur le pont du Change en Thonneur 
rojet présenté à celui-ci pour un monument à élever sur 
ir. — i8o5 : Loge maçonnique de la Parfaite Harmonie. 

suite d'un concours, chapelle expiatoire élevée aux 
aille commémorative de la pose de la première pierre, 
18 14, par Chavanne ; diam. o,o5o, buste de Monsieur, 
rique). — Membre de l'Académie des Sciences, Belles- 
le Lyon, lors du rétablissement de cette compagnie le 
de celle de Bourg ; membre correspondant de l'Institut 

; l'un des fondateurs de la Société académique d'Archi- 
1 en 1829. 



Digitized by 



Google 



— 87 — 

Publications : Vue d'un rocher élevé au centre du camp de la 
Fédération tenu à Lyon le 3o mai 1790, par Gentot fils ; Noël, scrip. 
(quatre variantes de cette décoration) ; Plan de la place Bonaparte^ 
gravé par Giraud, in-folio. A la suite de Tincendie de la grande salle 
de rhôtel de ville, i8o3 : Essai sur les moyens d'opérer la restauration de 
la grande salle de l'hôtel de pille de Lyon. Lyon, Ballanche, an XI, in-40. 
— 1804: Monument destiné à renfermer tous les matériaux des connais- 
sances humaines; Muséum astronomique^ géologique et !(oologique^ Lyon, 
Ballanche. — 1808 : Notice historique sur M. Loyer ^ architecte^ membre 
de l'Académie de Lyon. — 1817: Vue du double monument élevé dans 
la chapelle expiatoire des Brotteaux ; Monument élevé aux Brotteaux 
en l'honneur des victimes du siège^ plusieurs états ; Compte rendu des 
travaux de l'Académie de Lyon pendant le premier semestre de 181 5. 
Lyon, in-8o- — i83i : Essai sur les moyens d'opérer la restauration du 
palais de Justice de la ville de Lyon. Lyon, Barret, i83i, in-8'', i5 pages. 
Manuscrit conservé à l'Académie de Lyon : Des Frontons des Monuments 
anciens et modernes^ sept planches au lavis. — On a sa caricature à Teau 
forte, par RevoU, in- 12. 

Registre des arrêtés duMépartement du Rhône. — Bulletin de Lyon. — Fortîs. — 
Compte rendu de P Académie de Lyon. — Collection Coste à la bibliothèque de la ville 
de Lyon, — Bréghot du Lut et Pericaud. — Gabet. — Bellier de La Chavignerie et 
Auvray. — Bauchal. 

COCHET (Donat), architecte, a construit, conjointement avec 
Colson, les bains du pont du Change ; il est probablement le père de 
Claude-Ennemond-Balthasar, et est mort révolutionnairement.' 

Gaspard Bellin, dans les Annales de la Société académique d'Architecture de 
Lyon, T. IX, p. LXXVII. 

COILLET (Louis-Benoit), voyer de la ville de Lyon, de 181 5 à 
1829; a dressé un plan important d'alignements pour la ville de Lyon. 

COINTEREAUX (François), architecte, figure dans les almanachs 
de Lyon, de 1770 à 1787. 

Gaspard Bellin dans les Annales de la Société académique d^ Architecture de 
Lyon, T. IX, p. LXXL 



Digitized by 



Google 



1 




- 88 - 

(Jean-François-Oille), architecte, sculpteur et peintre, 
\ décembre lySS ; mort à Paris, le i^f mars i8o3, élève de 
Baptiste-Gille), de frère Imbert et de Donat Nonnotte. 
793 : Portraits du citoyen Colson^père; de Desaide ^ musi- 
, ancien directeur de l'Opéra ; de la citoyenne Lange ^ dans 
ît confié dans la pièce de W Ile-Déserte v ; de M^^ Dentier, 
95: Tableau représentant plusieurs portraits avec celai de 
f dans son atelier à en poser un ; Une mère et sa famille ; 
ieaunoir^ peinte avec les attributs de Thalie ; Le citoyen 
■ographe. — Salon de 1799 : Tête de vieillard ; portraits de 
mmes. — Il fut attaché, pendant quarante ans, au service 
n, fit des cours publics et 
îrspective en 1765, 1766 
^ycée des Arts, 
'architecture : il embellit 
avarre, qui appartenait 
lillon, d'un temple dans Tlle d'Amour dont il modela 
atues destinées à la décorer et fit des augmentations consi- 
es jardins d'Hébé ; à Lyon, avec Donat Cochet, les bains 
ange, et, en 1 792, le théâtre des Célestins dans les anciens 
religieux de ce nom. — Membre de l'Académie de Dijon, 
es Arts et de la Société des Sciences, Lettres et Arts de 
li les manuscrits qu'il a laissés : Introduction à la connais- 
dégoût et d'imitation en général et de la peinture en parti- 
rait le frère du comédien Jean-Claude Colson^ célèbre 

Bellecour. 

Ponce dans les Nouvelles des Beaux-Arts de Landon, réim- 
evue universelle des Aris^ tome XX. — Gault Saint-Germain, p. 290. 
'iques et statistiques du Rhône, IX, p. 86. — Bellier de la Cha.vigneric 
)ard Bellin dans les Annales de la Société Académique ^architecture 
LXXVII. 

' (Jean-François-Adolphe), architecte, né à Lyon, le 
lève de Chenavard et Louvier, et de l'école des Beau.x- 
où il a remporté, en 186 î, un prix de concours mensuels et 
; d'architecture (une orangerie formant jardin d'hiver avec 



Digitized by 



Google 



— 89 — 

salles d'exposition et de distribution de prix d'horticulture), de Questel 
et de TEcole des Beaux-Arts de Paris en 1862, de première classe en 
i865, où il a remporté, en 1880, le prix Rougevin et, en 1 871, le premier 
second grand prix (un palais des représentants de la France). 

Salon de 1 873 : Projet de mairie pour le III^ arrondissement de Lyon 
(publiédans \q Moniteur des ^rc/r//ec/e^,deuxième série, tome VIII (1874) 
planches i3 et i5). — Salon de 1882 Projet de monument à la République 
sur la place Perrache à Lyon (publié dans la dixième année du Recueil 
rf'^rcA//ec/wre de WuUiam et Farge). — Ex-président de la délégation 
cantonale du 3^ arrondissement de Lyon. — A Lyon, avenue de 
Saxe, 289. 

Concours : le deuxième prix (pas de premier décerné) pour le monu- 
ment des Enfants du Rhône (voir plus loin) ; le prix de Fhôpital général 
de Vichy (voir plus loin) ; le deuxième prix pour le théâtre des Gélestins 
à Lyon ; le deuxième prix pour les écoles normales du département du 
Rhône, et le troisième pour le monument à la République sur la place 
Perrache à Lyon, en 1887. 

Travaux d'architecture: 1882- 1887 : le monument des Enfants du 
Rhône (publié dans V Architecture, journal hebdomadaire de la Société 
centrale des architectes français de 1888, page 3o6), à Lyon et le groupe 
scolaire des rues Mazenod et Chaponay ; 1 885- 1887 : Hôpital général de 
Vichy comprenant un hôpital thermal, un hôpital civil, un orphelinat, 
etc. ; le grand Hôtel Sanatorium (200 m. de façade) de la Société Ajnglo- 
Espagnole de Puerta de la Cruz, à Tile de TénérifFe; 1882 : hôtels 
particuliers à Lyon-Saint-Clair, à Rive-de-Gier (Loire); i885-i886: 
villas à Saint-Romain et à Saint-Cyr au Mont-d'Or; deux villas à 
Barcelonnette (Basses- Alpes) ; entrée du château de la Serraz (Savoie), 
voir dans le 5' numéro du Recueil d'architecture de Wulliam et Farge ; 
1881 : chapelle funéraire à La Octava (Ile de TénérifFe) pour le marquis 
del Castillo; 1892 : à Rive-de-Gier (Loire), pour M. Reynaud; 1893: du 
commandant Faurax au cimetière de la Guillotière ; tombeau au 
cimetière de Yenne et croix à celui de Saint-Genix (Savoie), publiés 
dans les Xle et XII^ années du Recueil d'Architecture de Wulliam et 
Farge. Admis, le 9 janvier 1873, à la Société académique d'Architecture 
de Lyon, il en a été le secrétaire de 1875 à 1876, et de i883 à 1884, vice- 
président de 1889 à 1890 ; membre honoraire de la Société de l'Union 

8 



Digitized by 



Google 



1 



— 90 — 

e Lyon ; membre de l'Académie des Beaux-Arts de San- 
drid. 

is : Comptes rendus des travaux de la Société académique 
ie Lyon pendant les années iSjS à iSjô et i8S3 à 18S4. 
les antiquités romaines en Afrique (iSyS). — Etudes 
les marbres cipolins de Saillans (Valais). — Le Mont 
875) ; L abbaye de Haute-Combe, — Avec A. Louvier, 
ue sur la vie et les œuvres de Antoine-Marie Chenavard, 
Espagne^ conférence faite, en i885, au Congrès annuel 
de France (17 gravures) — Mémoire sur l'effrondrement 
lit 1888 dans la cathédrale de Sévi l le ^ planches. — L'art 
uction CLyon scientifique et industrielj. — Les Iles 
nerot, Paris, 1884. — Chevalier de Tordre d'Isabelle la 
ïîcier d'Académie ; chevalier de la Légion d'honneur, 

es élèves de P Ecole des Beaux- Arts de Paris, par David de Penarun, 
— Renseignements fournis par Michel Collet à Tauteur. 

aude-Ferdinand), architecte, fait partie du Jury du 
!cole des Beaux- Arts de Lyon pour la géométrie pratique 
t la perspective en 1837 ^^ î838. 

lobert de), architecte, né vers i656, mort à Passy le 
fils de Charles de Cotte (mort le 22 octobre 1662), eut de 
n, sœur d'Anne Bodin, femme de Jules-Hardouin Mansart, 
Jules-Robert (né en i683, mort le 8 septembre 1767) 
n-Armand, prêtre et Louis (que l'on confond parfois avec 
> frère de Robert) aussi architecte. Il fut élève de Jules- 
sart (voyez ce nom) dont il devint le beau-frère et auquel 
^e, ayant commencé par diriger sous ses ordres les travaux 
: celui-ci était chargé. — Nommé, en 1687, membre de 
aie d'Architecture; en 1689, architecte du roi; en 1699, 
)raire amateur de l'Académie royale de peinture et de 
1704, vice-protecteur de la même Académie et, en 
it général des Bâtiments et directeur de l'Académie 



Digitized by 



Google 




- 91 — 

Travaux d'architecture : 1 683- 1684 : entreprend à son compte les 
travaux de maçonnerie de la machine de Marly et de sa tour ; 1688: ^ 

donne les plans pour 
l'élargissement de l'église 
de Sedan ; 1700 : arrive 
à Lyon pour apporter les 
projets, préparés par 
Mansart du piédestal de 
la statue équestre de 

Louis XIV que la ville de Lyon avait commandée à van den 
Bogaert (Martin Desjardins) pour être placée sur la place de 
Bellecour, de la restauration de la façade de Thôtel de ville et de la 
réfection de sa grande salle qui avaient été détruites par l'incendie de 1674 
(les projets définitifs, pour la façade de l'hôtel de ville, sont encore 
conservés aux Archives de la ville de Lyon) ; fait les travaux préparatoires 
consistant à lever les plans de tous les emplacements qui paraissent 
convenables pour placer la statue du roi (voir, plus loin, aux dessins); 
1701 : refuse l'indemnité pécuniaire qui lui est offerte pour son voyage et 
pour son travail, mais reçoit des cadeaux importants; désigne, avec 
Mansart, Claude Simon, architecte (voir sa notice) pour surveiller 
l'exécution des travaux de l'hôtel de ville, dont l'adjudication est donnée, 
et ceux du piédestal de la statue équestre ; 1704 : fait exécuter des 
travaux importants à l'hôtel de la Vrillère à Paris, actuellement Banque 
de France, notamment la galerie ; 1705 : dessins du tombeau du comte 
d'Harcourt à l'église de l'abbaye de Royaumont avec figures par 
Coysevox, dont il ne subsiste plus rien ; 1707 : fournit les plans et 
devis de la construction du portail et des tours de là cathédrale 
d'Orléans, qui ne furent pas acceptés, et refait seulement la flèche de cette 
église; donne les dessins pour la décoration de la grande galerie du 
château de Thouars et en fait construire les écuries, devenues aujourd'hui 
écoles et salle d'asile; 1708 : son beau-frère Mansart étant mort, il 
prend la direction des travaux de restauration du chœur et du maitre- 
autel de Notre-Dame de Paris (commencés en 1699, arrêtés ensuite et 
qu'il termina en 17 14 sur ses plans personnels) et achève, en 17 10, la 
chapelle du château de Versailles. — A Paris, 17 10 : hôtel de Lude, rue 
du Bac; 17 12 à 171 5 : restauration de la Samaritaine; iji3 : des plans 



Digitized by 



Googl 



le 



- 92 - 

de la place Bellecour de Lyon sont approuvés à Marly par Louis XIV 
(voir plus loin aux dessins); à Paris, hôtel d'Estrées, rue de Grenelle- 
Saint-Germain; maison de Legendre d'Armini, écuyer du roi, rue des 
Capucines, près la place Vendôme; à Rouen, les casernes de Saint-Sever, 
qui furent achevées en 1719; 1714 : des plans pour les façades de la 
place de Louis-le-Grand à Lyon (on nomme ainsi des groupes de maisons 
privées à façades uniformes placées à l'extrémité orientale et au couchant 
de cette place dite de Bellecour), ne sont pas acceptés (nous ignorons ceux 
dont il s'agit, toutefois ces façades furent ensuite élevées sur ses dessins, 
voir le plan de Séraucourt; elles ont été démolies en 1793) ; 17 16 : hôtel 
de Bourbon-Condé, rue de Bourbon; 1717: démolit, avec Lépine, de 
la chapelle des Valois, adjacente à Téglise abbatiale de saint Denis, et fait 
transporter le tombeau de Henri II à l'intérieur ; dessins pour le château 
d'eau de la place du Palais Royal (exécuté après sa mort et démoli 
en 1854) î hôtel qui fait l'angle à droite de la rue du Bac et du 
quai d'Orsay (cet hôtel a été surélevé et modifié depuis), achevé 
en 17 19 ; à Lyon : adjudication de la grille qui entoure la statue 
équestre de Louis XIV sur la place Bellecour ; 1724, grand bâti- 
ment du fond de la cour de Thôtel de Nevers et sa galerie (dite des 
Globes; ce bâtiment qui fait partie de la Bibliothèque Nationale a été 
restauré); 1725; palais épiscopal de Verdun terminé en 1754; 1728: 
plans demandés par le duc d'Antin pour la décoration delà place royale 
de Bordeaux (plans exécutés plus tard par Gabriel qui les modifia). —A 
Paris, 1732 : portail de la Charité ; 1734 : plans de la façade de l'église de 
Saint Roch (la première pierre ne fut posée qu'en 1736 après sa- mort et 
le travail fut exécuté sous la direction de son fils Jules-Robert). Encore à 
Paris: l'exécution des maîtres-autels de Saint -Sulpice et de celui du 
Noviciat des Jésuites, d'après les dessins de son beau-frère. — A Saint 
Denis ; le cloître de l'Abbaye. — A Versailles : le péristyle de Trianon. — 
A Lyon : la façade de la salle de Concert (voyez le plan de Séraucourt). — 
A Strasbourg : Tévéché et, pour l'évêque de Metz, le château de Frascati. 
— En Allemagne : les plans d'un palais pour le duc de Bavière; ceux des 
châteaux de Wurtzbourg, de Zizendorff, de Bruhl, de PopelsdorflF, de 
Gudesberg et de Bonn, celui-ci pour le comte de Hanau ; ceux de la 
chapelle du séminaire archiépiscopal de Cologne pour l'Electeur et ceux 
de rhôtel du prince de la Tour et Taxis à Francfort. —A Madrid : ceux 



Digitized by 



Google 



-Qà- 

du Palais Royal et du Buen-Retîro. — En Piémont, ceux du château de 
Rivoli et d'autres bâtiments pour le duc de Savoie. 

On conserve au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Natio- 
nale de Paris^ 8 volumes in folio de ses dessins, un manuscrit et 
6 portefeuilles de papiers. On y trouve les projets de restauration du 
château de Meudon de Philibert de TOrme (voyez ce nom), qu il fit 
pour Mansart, et dans les portefeuilles (n^s 5oi à looo) les travaux 
de Lyon. Voici le catalogue des pièces principales qui intéressent 
cette ville, les autres étant d'une telle importance que leur détail 
dépasserait la limite que nous nous sommes donnée pour cette notice : 
Plan général du quartier de Bellecour dans lequel il n'est projeté, 
pour la place, aucune construction depuis le Rhône jusqu'à la Saône, 
approuvé parle Roi, à Marly, le 3i mai lyiS, signé du Maréchal de 
Villeroy (deux exemplaires). — Un plan qui représente à peu près le plan 
actuel sauf que la rue des Marronniers n'est pas réservée et que la place 
de la Charité est d'égale largeur. — Un projet où l'on construisait 
sur l'emplacement de la promenade dite des Tilleuls ; pas de rue du Plat et 
pas de rue des Marronniers. — Projet avec un débouché vers la Saône, 
et avec rond-point et la statue à cette extrémité; on construisait sur l'em- 
placement des Tilleuls. — Projet restreint de toutes parts; on construit 
sur l'emplacement des Tilleuls. — Projet pour un hôtel complet vers les 
façades de la Saône, toujours en construisant sur l'emplacement des 
Tilleuls. — Grandcroquis de la place qui a servi aux études déjà citées. — 
L'état des localités à l'époque. — Un plan détaillé (des plus intéressants) 
des maisons de la rue du Plat et du carré circonscrit par cette rue, la rue 
des Deux-Maisons, celle du Peyrat et les Tilleuls (ces trois dernières 
pièces ne doivent pas être de de Cotte; voyez les notices Bertaud, Gabriel 
et de Ville). — Le projet des façades de la place de Bellecour, avec rez-de- 
chaussée et deux étages. — Projet des mêmes façades avec un rez-de- 
chaussée, deux étages et toit en mansarde. — Dessin du piédestal de la 
statue équestre à peu près telle qu'il fut exécuté. — Une grande éléva- 
tion des façades avec trois corps avancés à fronton , rez-de-chaussée 
premier et deuxième étages et mansardes. — Restauration de la façade de 
l'hôtel de ville de Lyon (dessin dans lequel l'architecture ancienne est 
accommodée à la mode du temps), Mansart et de Cotte. — Projet de 
restauration de la même façade: les pavillons sont couronnés en terrasse. 



Digitized by 



Google 



1 



— 94 — 

décoration de la grande salle, en 4 feuilles , architecture 
de celle des grandes salles de Versailles: gris, or et marbre 
en anse de panier, devis à l'appui. — Dessins divers de 

ancienne de cet hôtel qui paraissent avoir plu à de Cotte; 
Ile (dessin à la plume d'un bon effet) :1a porte d'entrée; 

couronnant la porte du grand vestibule ; les arabesques 

Consulat (les deux lions qui sont affrontés à une coupe); 
ille (dessins à l'encre de la Chine) : les deux lions dans 
1 grand escalier, un ajustement dans les angles et deux 
ses à un vase contre une balustrade (le tout peint par 
ichet). — Projets et Mémoire pour la construction de la 
jge, Tun formé d'un quarré de portiques alternés de pilastres 
le sorte de clocher au centre, l'autre en plan barlong aux 
)rmes d'arcades. Le pont de pierre est élargi et Tensemble 
ropose ainsi un embellissement considérable du quartier 
au Change et l'église Saint-Nizier, dégagées toutes deux, 
5 dans Taxe du pont, 
îr du roi, il fut créé chevalier de l'ordre de Saint-Michel. 

marbre, par Coysevox, est à la Bibliothèque de Sainte- 
Paris et son moulage en plâtre au Musée de Versailles (n^ 
une inscription latine qui se termine par ces mots: D.D. 
IN EIVS VID. 1738. Son portrait, d'après Hyacinte Rigaud, 
par P. Drevet (chalcographie du Louvre) ; celui d'après 
Trouvain ; celui au pastel, par Joseph Vivien, est au Musée 
» i32o) et celui à l'huile, par Paulin Guérin, est au Musée de 
► 3683). 

Ile. — J.-F. Blondel. — G. Brice. — Piganiol. — Babel. — Dussieux. 

\a\, — Lance. — Berty. — Ouin Lacroix. — Lorey. — Thîéry. —De 
Archives Nationales, — Archives de la Gironde, — Archives de U 
— Archives de VArt français. — Mémoires de la Société de fOr- 

letin monumental, — Mémoires de la Société de V Histoire de Paris. 

[ Chavignerie et Auvray. — Bauchal. — Renseignements communi- 

>uin. 

[AUD (André-Louis), architecte, né à Genève le i5 avril 
Lyon le 20 juin 1849 fd'or àlafasce d'a{ur accompagnée en 
têtes de coq de gueules colletées d'argent et en pointe d'un 



Digitized by 



Google 



1 



— 95 - 

croissant de gueulesj^ entré à Técole des Beaux-Arts de Lyon, le 7 janvier 
i833, sous Chenavard et ensuite à celle de Paris, en i836, élève de 
Labrouste, se rendit ensuite en Grèce où il fit les dessins du manoir 
féodal de la duchesse de Plaisance et en commença l'exécution (ce monu- 
ment, continué par les Bavarois, fut achevé par les artistes grecs), s'y 
maria et y séjourna jusqu'en 1840 ; il y retourna en 1842 et revint se fixer 
définitivement à Lyon en 1845 ; cette année, il était appelé à faire partie 
du jury des concours deTEcole des Beaux- Arts ainsi qu'en 1846 et 1847. 

Ses travaux d'architecture consistent en quelques maisons particu- 
lières à Lyon, dont la sienne sur le coteau de Sainte-Foy, et en l'église de 
Saint-Paul-en- Jarret (Loire) qu'il ne put terminer. Il présenta, en 1 84 1 ,avec 
Dunod un projet pour une rue traversant le quartier Saint-Paul en 
prolongement du pont de la Feuillée et coïncidant avec la construction 
remplaçant la Boucherie des Terreaux: le 19 mai il faisait insérer dans le 
Courrier de Lyon une note au sujet du pont du Change proposantd'y 
mettre des boutiques qui feraient un revenu destiné à payer le capital 
engagé: il prépara aussi un projet de reconstruction de la façade de 
Téglise de Saint-Pierre de Lyon. — Nommé, le 6 janvier 1844, membre 
correspondant de la Société académique d'Architecture de Lyon pendant 
qu'il séjournait encore en Grèce, il devint titulaire par sa présence à 
Lyon le i*' février 1845; il en avait été nommé archiviste lorsqu'il 
mourut; le 16 juillet de la même année membre de la Société littéraire 
de Lyon, membre de la Société archéologique d'Athènes et de la Société 
Orientale de Paris. 

Lectures : à la Société académique d'Architecture, le 6 septembre 1 845 : 
Mémoire sur le Parthénon d'Athènes'^ le 7 février 1846 '.Mémoire sur 
PAtlique ; remise de ses dessins de l'église de l'Observance dont on vota 
la gravure. A la Société littéraire : Les Montagnes et Rivières de VAttique^ 
inséré dans le premier numéro des Mémoires de cette Société, 1847, 
page 73. 

11 a publié'. Choix d'églises byzantines en Grèce. Lyon, A. Barrois, 
1 841 -1842, in 40, 37 planches. — Recueil d'édifices publics et particuliers 
et fragments d'architecture de Lyon et de ses environs^ publié par la 
Société académique d'Architecture de Lyon; premier cahier: Eglise des 
Cordeliers de l'Observance., par Chenavard et A. Couchaud, architectes. 
Lyon, au Secrétariat de la Société au Palais des Arts, 1846. Sept planches 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 97 — 

de Béchevelin en 1749^ Duchêne graveur. — Bénitier antique à iégi 
de Notre-Dame de Saint-Louis à la Guillotière. Duchêne graveur 
Eglise de Saint-Pothin aux Brotteaux. Lithographie. — Notice histi 
que et topographique sur la ville de la Guillotière, Projet d'embelliseme 
par C. Crépet. Lyon, Marie aîné, 1845. Grand in-40, 18 planches { 
vées. — Plan topographique de la pille de la Guillotière avec son errn 
lissement projeté par Christophe Crépet, architecte, 1845, gravé 
Duchêne, Lyon, 1845. Imp. par Château. Très grand in-folio. — Il 
nommé chevalier de la Légion d'honneur en i856. 

Collection Coste à la Bibliothèque de la ville de Lyon au Lycée. — Notice 
Henri Feuga^ par H. Despierre, pages 20 et 21. 

CRÉTIN (Gabriel), architecte, né à Montmélian (Savoie), 
22 août 181 2 (naturalisé Français), mort en i883. — D'abord inspeci 
des travaux des chemins de fer de Paris à Versailles et de Paris à Sa 
Germain avec Armand, il devint, en 1846, architecte en chef de la o 
pagnie du chemin de fer de l'Ouest et fit les gares de la ligne d'Argenté 
Nommé, en 1848, architecte de la Banque de France, en i862archit 
du diocèse de Bayeux. 

Travaux d'architecture : Banque de France à Paris, agrandissen 
et restauration, porte d'entrée sur la rue de la Vrillière, bâtiments su 
rue Croix des Petits-Champs; des détails ont été publiés dansle Moni 
des Architectes y tome VII, 2e série (1878), planches 33 et 34 ; suceurs 
de Nimes, Toulouse, Bordeaux, Lyon (i 85 5) et Grenoble. — Chevî 
de la Légion d'honneur du 23 août 1848. 

Bellier de la Chavignerie et Auvray. — Bauchal. 

GRIPIER (Hugues), architecte, construit, dans le clos du chà 
de la Mothe, et contigu à celui-ci, une salle d'audience et un théâtre 
visoires pour l'entrée de Louis XIII à Lyon en 1622 ; ces édifices étai 
paraît-il, décorés avec magnificence. Ils ont été gravés par Pétrus F 
(voyez ce nom). 

Boitel. — Bauchal. — Collection Coste à la Bibliothèque de la ville de 1 
no 636. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



- 99 — 

Etienne, d'un théâtre, d'un marché aux grains et 
central lesquels ne furent pas exécutés. On lui doit 
gaz de Saint-Etienne et deux ponts sur la Loire, 
s'établir, il fit construire plusieurs maisons et aussi 
dirigea des réparations importantes d'une exécutio 
dangereuse. — En 1843 il effectua, avec Chenavardei 
Grèce qu'il prolongea à Constantinople. Le 27 août 
du premier groupe d'architectes qui organisa défini 
académique d'Architecture de Lyon, dont il fu 
1843 à 1846, encore secrétaire en 1849 et vice-pre 
Cette société conserve de lui, dans ses archives, les d 
rue Tramassac, 22; \é plan de l'église renfermant h 
Jérusalem avec légende détaillée (i^f juillet 1848) ; le 
TjcA, plan du rez-de-chaussée et du i©' étage et une col 
coupes, élévations, vues et détails pris en Grèce et 1 
acquis, sur la proposition de Farfouillon, par les soii 
le catalogue figure dans le tome III, page 197 et sui 
de la Société académique d'Architecture, — Plusieu 
été insérés par Chenavard dans son grand ouvrage : 1 
dans le Levant, 

Publication : Eloge historique de M. Baltard^ 
de la Société prononcé dans la séance du 4 août i 
Dalgabio, architecte. Lyon, Perrin, i85o, in-80 de i: 

Sa notice^ par A. M. Chenavard, 1854. — Bauchal. 

DALY (César), architecte et écrivain, né à ^ 
19 juillet 181 ï, est mort à Paris le 11 janvier 1894. 
Duban. — Salon de 1841 : Projet de décoratio 
chapelle. — Salon de 1846 : Sept dessins faisant 
commandé par le ministre des cultes pour la rest 
de Sainte-Cécile d'Albi. —Salon de i855 : Plans, 
de r église dAlbi (Archives des monuments hi 
valurent une médaille de deuxième classe. — Ante 
il avait parcouru les principaux pays d'Europe, n 
années i855, i856et 1857 à visiter le continent amé 



Digitized by 



Google 



! 



— 100 — 

, la Turquie et la Grèce. — Chargé, dès 1 840, de divers 
it il a opéré une restauration partielle de Téglise de 
•i, comme architecte diocésain du Tarn depuis 1849. 
comme membre étranger de T Académie royale des 
kholm, honoraire et correspondant de Tlnstitut des 
ques, associé honoraire de TAcadémie Impériale de 
lé de l'Académie royale des Beaux-Arts de Belgique, 
:héologique d'Athènes, de l'Académie royale des 
s-Bas, honoraire de la Société pour la propagation 
Amsterdam, associé correspondant de l'Association 
ugais à Lisbonne, correspondant de l'Académie des 
ence, de l'Académie romaine de Saint-Luc, honoraire 
e l'Institut royal archéologique de la Grande-Bretagne 
honneur de la Société centrale d'Architecture de 
idant, du 2 janvier 1862, de la Société académique 
-.yon. 

lia fondé, en 1840, la Repue générale de l'Archi- 
lux publics^ dans laquelle il a publié des articles en si 
eur détail dépasserait les limites de cette notice ; ce 
ilumes composés chacun d'environ 62 à 65 planches 
ou en chromolithographie, et de 18 à 20 feuilles de 
lombreuses gravures sur bois ou clichés. Il y a une 
ily tique et alphabétique des volumes i à 3o. — VArchi- 
/Xe 5/èc/^ ; trois séries : i^e série, 3 volumes in-folio, 
te; 2e série, 3 volumes in-folio, 238 planches et texte; 
îs in-folio, iio planches et texte. — Décorations 
, 2 volumes in-folio de 100 planches en couleur. — 
d'architecture et de sculpture d'ornement^ détails 
les in-folio 198 planches; décorations intérieures^ 2 
DO planches gravées ou en chromo. — U Architecture 
, un volume in-folio de 120 planches. — Choix de 
y, album de 5o planches gravées. — Les Théâtres de 
f à Parisien collaboration avec G. Davioud, un volume 
hes et texte descriptif. — Conférence sur les Hautes 
ire faite à la séance du 20 juin 1889 ^^ Congrès inter- 
ctes, conférence qui fut, selon son expression, vérita- 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



EIITECTKS 



Digitized by 



Google 



— 101 — 

blement son testament en faveur de la profession, publiée dans le volume 
de ce congrès, pages i56 et suivantes. 

Chevalier de la Légion d'honneur du i3 août 1861. — A reçu, en 
1892, la grande médaille de la reine d'Angleterre décernée par l'Institut 
royal des Architectes britanniques. 

Voir le volume cité plus haut avec portrait d'après une photographie commu- 
niquée par M"»« César Daly et le discours par Daumet à ses obsèques, le 14 jan- 
vier 1894, qui fut lu par A. Lucas. — V Architecture du 3o janvier 1894. 

DAMBRE (Jean-Baptiste), architecte, faisait partie de la Société 
libre d'Architecture de Lyon, en iSSq. 

DAMBOURNAY ( ). Les recteurs de l'hôpital de Sainte- 

Catherine, voulant faire construire un bâtiment pour leur bureau, s'adres- 
sèrent à lui pour préparer un plan ; néanmoins on en demanda un autre à 
Jehan Maignan (voyez ce nom), maître architecte. Celui de Dambournay 
fut accepté et il fut chargé de conduire l'œuvre qui fut confiée aux 
maîtres d'œuvres de maçonnerie Philibert Chaignon (voyez ce nom) et 
Gabriel Perrin. On décida, le i^r rnai 1604, que l'inscription mise sur la 
table d'attente du portail : Bureau de l'aulmosne générale de Lyon^ 
serait maintenue. Ce bâtiment, ainsi que ceux environnants, furent plus 
tard aliénés et devinrent ce qu'on nommait VHôtel du Parc. Le tout a 
été démoli en iSSg, pour former un massif uniforme de maisons construit 
par l'administration des hospices civils de Lyon, lequel a été achevé, en 
1862, sous Hugues-François Dubuisson de Christot, architecte en chef, 
avec le concours prépondérant de Claude-Emile Perret de la Menue 
(voyez ces noms). Le dessin de la façade du bureau, par A. -M. Chenavard, 
est conservé dans les archives de la Société académique d'Architecture de 
Lyon ; l'inscription est au musée de Lyon. 

Archives de la Charité y E 29, i6oi-i6o5 et E 3o, 1605-1609. — Recherches 
historiques sur les bâtiments connus à Lyon sous le nom cTHôpital des Catherines 
et, plus tard, sous la dénomination <\'' Aumône générale et d^Hôiel du Parc^ par 
E. Perret de la Menue, dans le tome V, page 1 26 des Annales de la Société acadé* 
mique d* Architecture de Lyon. 

DARDEL (René), architecte, né à Lyon, le 10 octobre 1796, mort 
à Condrieu (Rhône), le 25 septembre 1871, fut d'abord élève de l'Ecole 



Digitized by 



Google 



■ ^m ^M 



— 102 — 

de Lyon, où Gay était professeur d'architecture. En 
ea, fut choisi comme officier d'ordonnance par le 
Duvernet, et passa ensuite, comme sous-lieutenant, aux 
Ipes, à Grenoble, où il assista à la défense de cette ville 
chiens et les Piémontais. Licencié avec Tarraée, il se 
itra, en 1819^ àTEcole des Beaux-Arts, comme élève de 
et Guénepin), retourna à Lyon, où il passa deux ans, et 
5 d'où il ne revint qu'en 1827. — Architecte de la ville de 
i85 1 , architecte en chef après l'agglomération lyonnaise 
-Avant 1848, conseiller d'arrondissement du i*' canton 
eux fois conseiller général du Rhône. — Membre, en 
de salubrité du département du Rhône, de la Commis- 
de la ville et des prisons du département. — Appelé 
nnée, depuis 1828 jusqu'en 1870,3 faire partie du jury 
l'Ecole des Beaux-Arts de Lyon. Pendant qu'il était à 
il fit un projet pour le concours ouvert par la ville de 
istauration du théâtre construit par Soufflot, de 1754 a 
Théâtre. Son projet, jugé très exécutable, fut retenu et 
le de 1 ,000 francs ainsi que ceux de Lefranc, Grangier, 
ird, Pollet, Baltard et Garnaud. Il fut choisi ensuite, 
ans le concours restreint ouvert, en 1828, pour la cons- 
lis de Justice, avec Debret, Baltard, Chenavard et 
îls on adjoignit Falconnet et Farge. Aucun prix ne fut 
orda seulement une indemnité à tous les concurrents 
met et à Farge (le palais a été CI3^^"^bs. ^•/J 
par Baltard). , ^ ^ ^ 

rchitecture officiels à Lyon. — i832 à i833 : corps de 
> Célestins, reconstruit plus tard un peu plus petit, puis 
)li en i863. — i832: Salle Villeroy à la Bibliothèque du 
i832 : Perron de l'ancienne loge au Change. — i832 
tion du Palais des Arts comprenant celle du belvédère, 
s et décorations de la salle des peintres lyonnais, du 
•e naturelle (voyez Hirsch), de la Galerie des bronzes 
a salle des moulages à l'est (transformée depuis), de la 
>rd-est et de la balustrade des portiques intérieurs, 
oyez Hirsch). — i836 à 1837 : Fontaine à Saint-Just, 



Digitized by 



Google 



— 103 - 

rue de Trion. — i835 à 1841 : Entrepôt des liquides (démoli). — i836 à 
1839 : Marché de La Martinière. — 1842 : Restauration du Grand- 
Théâtre construit par Chenavard, après refus de celui-ci de Texécuter 
en collaboration. — 1844 : Fontaine de la place de Saint-Jean ; 
premiers travaux de restauration de Thôtel de ville. 

Travaux de voirie. — 1 83 1 : Pont de la Feuillée par l'ingénieur Favier 
(dont les chaînes résistèrent en 1840). — i83i à 1842 : Enceinte fortifiée 
de Lyon pour laquelle il donna le dessin de plusieurs portes. — i832- 
i833, première distribution des eaux du Rhône par Gardon et Dubois à 
Taide d'une pompe hydraulique placée sur le Rhône le long du quai Saint- 
Clair en face la rue Dauphine et, en 1834, d'une machine à vapeur sur les 
bords du fleuve vers la barrière Saint-Clair ; cette dernière fournissait' le 
réservoir des Collinettes. — 1 834-1 83 5 : Bassin du Jardin des Plantes, 
Ouverture de la rue dite La Martinière ; reconstruction des pavillons du 
pont Lafayette (détruits). — i835, 25 août : Traité pour l'éclairage au 
gaz de la- ville, approuvé par Ordonnance royale de i836 et généralisé 
seulement en 1842 et années suivantes (les premiers essais avaient été 
faits en i833, pour la galerie de l'Argue au moyen d'une usine établie rue 
Gaudinière). — i836 : Démolition des maisons placées au nord de l'en- 
trée du pont du Change sur la rive gauche de la Saône. — (Pour mémoire : 
de 1837 à 1840, on a élargi le pont de la Guillotière avec des arcs en 
fonte portant les trottoirs ce qui contraignit à abaisser plusieurs arcs). — 
1 838- 1839 : Démolition du marché aux poissons, quai de la Pêcherie, 
nommé alors quai d'Orléans. — 1839 : Prolongement de la rue du 
Commerce jusqu'à la rue Casati; nivellements, pavages, perrons, dans les 
clos de la colline Saint-Sébastien, dits Casati, Bodin, des Collinettes, des 
Bernardines, Gonin, Riondel, Flandrin oùdes quartiers étaient en forma- 
tion. — 1839 • Ouverture de la rue de Flesselles. — 1840 : Démolition 
de la maison Gayet qui obstruait le débouché de la rue Trois-Carreaux 
vers Saint-Nizier. — 1842-1848 : Plans généraux d'alignement de la 
ville, savoir : de Vouest^ approuvé par les délibérations du Conseil muni- 
cipal en date du 8 septembre 1842, 2 février et 21 décembre 1843, enfin 
par Ordonnance royale du 2 octobre 1844; du nord, approuvé par les 
délibérations du Conseil municipal du 1 1 février, 9 septembre et 
25 novembre 1847, enfin P^^ arrêté du chef du Pouvoir exécutif du 
3 août 1848 ; du centre, approuvé par délibérations du Conseil municipal 



Digitized by 



Google 



— 104 - 

>re 1845 et par Ordonnance royale du 
ouvé par délibérations du Conseil municipal 
par Ordonnance royale du 21 octobre 1846 
is plus ou moins modifiés par suite d'autres 
its). — 1841 : Achèvement de rHippodrome 
s). — 1839- 1846 : Acquisition et démolition 
:, de la rue du Bessard et leur remplacement 
z Desjardins). — 1841 : Traité avec Bertin- 
la rue de Bourbon (Victor-Hugo actuelle) 
hîn jusqu'à Bellecour (l'enquête eut lieu le 
tobre : Traité pour le percement de la rue 
)yenné. — 1843-1845 : Ouverture de la rue 
des Plantes et construction de la grille dite 
:ation de la rue dite des Bouquetiers en face 
d). — 1845 : Démolition des maisons du quai 
"mit à l'administration municipale de briser 
)lissement des trottoirs : dès lors, le pavé des 
rigole au milieu fut transformé en chaussées 
a halle aux grains à Sainte- Mari e-des- 
irage au gaz ; démolition des maisons formant 
lange. — 1846, 17 mars : Traité avec Poncet 
pour l'ouverture de la rue Centrale, depuis la 
ueGrenette. — 1848, 18 janvier : Traité avec 
^), pour la deuxième partie de la rue Centrale 
t la place de Saint-Nizier. — 1847-1848 : 
)ns formant ce qu'on nommait alors le pâté 
ition de la maison formant l'angle nord de la 
a place d'Albon ; projet de pont suspendu 
î et les Chartreux, par Lehaître, ingénieur, 
lison dite des Quatre-Tournelles, place Saint- 
relie plantation de la promenade de Bellecour ; 
ger; arrêté limitant la hauteur des maisons.— 
avers des rues. — 1 85 1 • 1 852 : Cours des Char- 
1 de Thôlel de Varissan à Tangle de la rue Bois- 
:el du quartier général de la Division militaire, 
la Compagnie des eaux pour leur distribution 



Digitized by 



Google 



J 



— 105 -^ 
dans la ville (sous la direction de l'ingénieur Aristide Dumont ; ces 
travaux, commencés en 1854, ^^^ ^^^ achevés en i856); commencement 
d\in réseau d'égoùts . — 1 853- 1854 • Acquisition à Tamiable et démoli- 
tion de maisons pour l'élargissement de la rue Saint-Pierre. — i853, 
ler décembre : Premier avant-projet du percement de la rue Impériale 
(rue de la République actuelle). — 1854, ^5 février : Traité avec Poncet; 
3i mars, décret de déclaration d'utilité publique; 20 juin, formation de 
la Compagnie dite de la rue Impériale. 

Projets divers intéressant la ville, non suivis d'exécution, tels qu'un 
corps dé garde, quai Villeroy, la réfection du Théâtre des Célestins, en 
plaçant la salle en travers afin de pouvoir la reconstruire sur le terrain 
appartenant à la ville, augmenté de la maison Pila seule, lequel était 
moins profond que large dans le sens de la façade sur la place; un grand 
escalier pour desservir la bibliothèque de la ville de Lyon au Collège 
royal et un marché aux bestiaux. 

Il avait fait établir sur les bords de la Saône, en 1 852, un débarcadère 
provisoire, dit du port Lépine, démoli depuis, pour le transbordement 
des voyageurs qui arrivaient à Lyon, de Chalon-sur-Saône, en corres- 
pondance avec la ligne du chemin de fer de Paris; même, par arrêté du 
Ministre des Travaux publics, du 2 octobre 1847, il fut nommé architecte 
du chemin de fer de Paris à Lyon, pour les gares de Vaise et de Perrache, 
sous les ordres de Belin, ingénieur en chef, avec le rang d'ingénieur 
des Ponts et Chaussées ; ces combinaisons ont été annulées plus tard 
(voyez Cendrier). 

1855-1862: Palaisdu Commerce à Lyon: le projet fut approuvé, le8 
mars j 855, par le Conseil général des Bâtiments civils ; la première pierre 
en fut posée solennellement le i5 mars i856 et cette cérémonie a été 
rappelée, par des médailles des deux modules de 0,068 et de 0,022, 
frappées, la première, en or, argent et bronze et la seconde en argent et 
bronze, gravées par Marius Penin (avers, tête de Napoléon III, de 
profil ;i^, élévation du palais, laquelle diflFère considérablement de ce qui 
a été exécuté par la suite; la date gravée, du XXV mars, se trouve 
inexacte, la cérémonie ayant été avancée de 10 jours). L'inauguration fut 
faite par Napoléon III, le 26 août 1860, bien que l'édifice ne fût pas 
encore entièrement achevé. Il a coûté quatre millions environ sans la 
valeur du terrain. 



10 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 107 - 

Biographie par L. Charvct, avec portrait gravé par Dubouchet. — Discours 
prononcés à ses funérailles par A. Louvier, président de la Société académique 
d'Architecture et par L. Charvet. — Les Journaux de Lyon^ de 1825 à 1871, — 
Archives historiques et statistiques du département du Rhône ^février 1826, article 
par Gay. — Gourlier. — Lance. — Almanach du Bâtiment, année i85i et suivantes. 
— Revue générale de V Architecture, t. XVIIL — Bellier de la Chavignerie. — 
Bauchal. 

DARGOUT ou d'ARGOUT, architecte et ingénieur géographe, 
cité dans TAlmanach de Lyon de 1780, offre, le 19 mai 1781, de recons- 
truire en pierres de taille le pont de T Archevêché moyennant 610,000 
livres. — Plan, élévation et coupe d un pont de pierre à construire sur la 
Saône pour la communication de la place Louis-le-Grand au quartier 
Saint-Jean^ projeté par M. d'Argout ingénieur géographe, 1779, gravé, 
in-folio. 

Collection Coste à la Bibliothèque de la ville de Lyon au Lycée^ n^ 470. — 
Renseignements particuliers. 

DEBRET (François), architecte, né à Paris, le 27 juin 1777 est 
mort à Saint-Cloud le 19 février i85o : Il était élève de Percier. Salon de 
1 804 : avec Lebas, feuilles détachées d'un ouvrage élémentaire intitulé : 
Œuvre complète de J. Baroi{i de Vignole. — Salon de 1808 : un dessin 
de fragments antiques (médaille). En 181 5 il était architecte de la ville 
de Paris pour les travaux extra-muros. Architecte des monuments histori- 
ques jusqu'en 1845 ; de i838 à 1845, architecte de l'Opéra, du Conserva- 
toire de Musique et de l'église Saint-Denis. Inspecteur général du 
premier arrondissement des bâtiments civils de Paris et membre du 
conseil des dits bâtiments ; en i85o, membre honoraire de ce conseil. 
Il fut désigné par de Brosses, préfet du Rhône, avec Baltard, Chenavard, 
Hotelard et Dardel (auxquels on adjoignit Farge et Falconnet sur leur 
demande) au concours ouvert pour le Palais de Justice de Lyon; mais il 
refusa. Aucun prix ne fut décerné ; on accorda seulement une indemnité 
à tous les concurrents (excepté à Farge et à Falconnet) ; cet édifice a 
été depuis construit par Baltard. 

Travaux d'architecture : 181 3, restauration de l'église abbatiale de 
Saint-Denis jusqu'en 1845 qui entraîna la démolition fâcheuse de la 
flèche. — 181 8: restauration du théâtre de la Porte Saint-Martin et. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 109 — 

place de Saint-Jean, sur la rue de TArchevêché et sur la cour, tels qu'il 
les avait projetés et qui ne furent exécutés qu'aux deux tiers, figurent 
dans un plan de la ville de Lyon, présenté au Prévôt des Marchands et 
Echevins de Lyon, le 3o décembre 1783, par Joubert (voyez Louvier). — 
1762 : reçoit, avec Léonard Roux (voyez ce nom), les travaux delà digue 
de la Tète-d'Or. — 1763 : reçoit 3148 livres en remboursement des frais 
qu'il avait faits, par ordre du Consulat, pour la découverte des anciens 
murs de la ville du côté de Saint-Clair et pour les mesures prises par lui 
depuis la maison Auriol jusqu'au bastion Saint-Clair ; étaient compris 
dans cette somme ses honoraires pour avoir réduit et dessiné le plan 
général et deux autres plans relevés sur ceux qui sont gravés (dont l'un 
était celui du XVI* siècle publié par la Société de Topographie historique 
de Lyon) et, finalement, pour avoir conduit et suivi les ouvriers qui avaient 
travaillé à la découverte des anciens murs et dressé (conjointement avec 
Tarchitecte Antoine Degérando) les procès verbaux de l'état de direction 
de ces murs. — Plan du quartier Saint-Clair en 1764 pour lequel il 
reçoit 5oo livres qui sont payées en 1766. — Visite^ avec Antoine Roche, 
architecte, Barthélémy CoUomb, chirurgien gradué, et Michel Carret, 
chirurgien-major de THôtel-Dieu, les vingt cimetières de Lyon et des 
faubourgs en suite de l'arrêt du Parlement (1777- 1778). 

Registres consulaires de la ville de Lyon, — Tablettes chronologiques dePéricaud. 
— Péricaud et Breghot du Lut. — Catalogue des Manuscrits et de la bibliothèque 
de Lyon ^ par Delandine, tome II, page 220. — Revue du Lyonnais, — G. Bellin, 
dans les Annales de la Société académique d'Architecture de Lyon, tome IX, page 
LXVII. — Archives du département du Rhône, portefeuille B. 7. — Bauchal. 

DEGRÉNIGE (Marin), l'aîné, architecte. Figure sur les almanachs 
de Lyon de 1753 à 1774. — Reconstruit, en 1768, l'église d'Alix; cette 
église, paroissiale à présent, serait celle d'un couvent laquelle avait été 
construite, en i5i2, par Henriet Bertrand (voir ce nom). — 1773 : Marin 
Decrénice l'aîné visite, avec de Christot, la chapelle du Saint-Esprit 
du pont du Rhône ; il en lève le plan pour savoir si elle pourrait se sou- 
tenir en enlevant les tourelles. — Fait construire une maison, montée de la 
Glacière, pour Joseph Fontaine et dresse un plan géométral de cette rue 
et des rues Sainte-Catherine, Terraille et Désirée. — 11 possédait une 
maison à l'angle des rues Grenette et de la Gerbe, laquelle fut démolie 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— m — 

Saint- Pierre, à la moderne, sous Tabbesse Anne de Melun. — 1763 : 
fait des recherches d'anciens murs de la ville avec Decrénice. — 1773 : 
nous ne savons pour quel travail, reçoit des Pères Jésuites le présent 
d un diamant de cent louis fait par le Bureau parce qu'il refusait des ho- 
noraires ; il en reçut pour la continuation d'un mur à Roye. 

Catalogue des Manuscrits de la Bibliothèque de Lyon, Delandine, t. II, p. 287. 

— Expilly. — Les de Royers de la Valfenière, par Gharvet — Registre con- 
suiaire delà Ville de Lyon, 3 04 et 33 1. — Petite Chronique Lyonnaise par Mo- 
rel de Voleine. — Revue du Lyonnais^ nouvelle série, IV, p. 421. — Archives du 
département du Rhône^ portefeuilles D 263, 3oo et 326. — Archives de la Charité. 

— Bauchal. 

DEGÉRANDO (Benoit), écuyer, architecte et administrateur de 
TAumône générale. — 1777' estime, avec Bal de Verrière, à 90,000 
livres la maison du Grand-Paris, à l'angle de la rue Mercière et de la rue 
Thomassin; L. Roux et J. -F. Grand ne l'avaient estimée qu'à 75,000; 
fait reprendre les travaux de construction d'une maison commencée 
par André Pichot. — 5 mai 1788 : est adjoint à Bugniet, par lettre du 
contrôleur général, pour la direction des travaux de la prison de Roanne. 

— 1802-1804: est cité au nombre des membres du Conseil général des 
hospices de Lyon, comme ancien architecte et ancien recteur de la 
Charité. 

Archives de la Charité B. 60 et B. 314. — - Archives du département du Rhône ^ 
série DD non classée, carton de la prison de Roanne. 

DEGÉRANDO (Pierre), architecte, fils d'Aimé (voir ce nom) 
entreprend avec lui les travaux de charpente de la restauration de 
Thôtel de ville de Lyon. — Moyennant 10,000 livres, construit le grand 
bâtiment, composé de quatre murailles et un couvert dessus, dans la 
grande cour du claustral (de l'hospice de la Charité) du côté de la place 
Louis-le-Grand et derrière l'église ; moyennant 7,900 livres élève le 
bâtiment du corps des Thérèzes. — 1 1 août 1708 : paie un laod à 
l'abbaye St-Pierre pour une maison, place des Cordeliers, à l'enseigne 
du Petit Saint- Jean-Baptiste. — i73o, 1 5 septembre : Décoration funèbre 
pour le service de M. le Maréchal, duc de Villeroy^ célébré dans l'église 
de r hôpital de la Charité. Degérando f. iny. ^Daudet sculp. Lugd. 1731. 



Digitized by 



Google 



— 112 — 
►o livres comme architecte en titre de Thospice 

fa Charité, B. 297, 298, E. 48, 5i, 76 et 78. — Collée- 
le la ville de Lyon, 642, 62ioet 621 1. 

cte, restaure Téglise Saint-Paul à Lyon. 
.yonnais, r» série, tome V, page 161. 

(Etienne ou Tienen), maître-d'œuvre, vérifie 
ent Jehan au château de Pierre-Scize à Lyon 

^on. Inventaire, tome IL 

dinand-Pierre- Joseph-Ignace), peintre et 
e 28 juin 1678, du suivant; mort à Lyon le 
de décès porte : Ferdinand-Sigismond-Ignace- 
le, le 6 août 1731, Marie Nay, dont il paraît 
;on père, Jean, il était à Paris en 17 10; se rendit 
na et rentra en France par Marseille, Aix, 

-"" °' " <3^êLm^rn^ 

lire et de ^^^--r: ^^"^^ "^^ 

chèvement de Téglise de la Chartreuse de 
: reposoir au Change, aux frais des négo- 
embellissement de Téglise du collège de 
oir : revêtements en marbre, maître autel, 
es de la voûte et le tableau représentant 
:oiS'Régis.— 1736 à 1788 : plans du quai du 
f à la rue Blancherie ; projets pour le pont de la 
id bâtiment du grand Hôtel-Dieu sur le quai, 
i et celle du passage entre la rue Longue et la 
ition du chœur et autel de la chapelle de 
rinvention de la Sainte-Croix et le dessin des 
erie du sanctuaire à l'église de Sainte-CroLx ; 
d'une chapelle à l'église de Saint-Nizier. ■— 



Digitized by 



Google 



— H3 — 

11 appartint, dès lySô à T Académie des Beaux- Arts de Lyon, où 
il a laissé les notices suivantes restées manuscrites : 6 juin lySô : 
Discours de réception ; g août lySô : Prééminence de la peinture 
sur la sculpture ; 9 mars 1740 : Voyage à Naples ; i5 mars 1741 : 
De la peinture et en particulier sur l'expression et le clair-obscur; 

12 mars 1744 : De r utilité des arts libéraux; 3 mars 1745 : Extrait d'une 
description nouvelle de Rome; 2 mars 1746 : De T estime particulière que 
méritent les Beaux Arts; 8 mars 1747 : Observations critiques sur trois 
églises modernes de Lyon savoir celles des Carmélites, de l'Oratoire et 
de Saint-Antoine; 14 février 1748 : Des édifices publics pour les spec- 
tacles des anciens, avec quelques réflexions sur les mêmes spectacles; 
12 mars 1749 : Observations critiques sur cinq églises de Lyon, scavoir : 
celles des Carmélites, de Saint-Antoine, de l'Oratoire, de la Charité et 
de THôtel-Dieu; 4 mars ij5o: Dissertation sur le rang des ouvrages 
anciens relativement aux modernes tant pour la peinture, la sculpture, 
que pour F architecture ; 8 mars 1752 : Epoques auxquelles on peut fixer 
les points de perfection des arts libéraux d' architecture ^*de peinture et de 
sculpture anciennes et modernes; 9 mars 1753 : Lettres et remarques 
touchant le nouveau livre de M. dArgens intitulé : Réflexions critiques 
sur les différentes écoles de peinture. — Sans date : L'essence ou l'esprit 
delapeinture, nouveau traité qui expose les principes, dans un plus grand, 
pour en faciliter aisément la véritable intelligence ; Description de quel- 
ques édifices anciens comparés à des églises modernes des plus apparentes. 
Deux mémoires qui ne sont pas de son écriture, mais qui sont expliqués 
avoir été faits par lui, sans date, existent dans le recueil des manuscrits 
de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon : Explication 
d'une inscription tumulaire, et Antiquités et curiosités de la ville de 
Lyon. 'j 

Gravures d'après ses dessins : 1696 : Chapiteau à P église de Saint^ 
Just de Lyon; Chapiteau à la tribune de V église de Saint-Etienne 
de Lyon. — 1701 : Monument des deux Amants de Lyon, gravé par 
J.-F. Cars; Vue des acqueducs de Saint-Irénée à Lyon gravé par 
J.-F. Cars. — 17 10 : Vue de P église des Invalides à Paris, gravé par 
Scotin. — 171 1 : Coupe et intérieur id. id. — 1731 : Portrait de 
J. Cauletj évèque de Grenoble, gravé par Jacques Cundier, d'Aix. — 
1733 : Frontispice pour la Dévotion au Sacré-Cœur de Jésus du P. de 

1 1 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 115 — 

dirigée. — Il se rendit à Munich où il fut peintre de la Gourde 1672 
à 1684; il y exécuta les peintures du château royal qui ont été détruites 
depuis par un incendie. 

Travaux d'architecture : A Lyon, 1699: chaire de Téglise du Collège 
de la Trinité avec bas reliefs sculptés par Claude Lamoureux, inau- 
gurée à Pâques 1700, laquelle n'existe plus, et la tribune en demi- 
cercle vers l'entrée. — 1700 : Façade de 

la nouvelle église de Saint-Just. — 1706 : (^S//i}h^kc^J^ ^/^^ 
Bâtiments de l'entrée du grand Hôtel- . ^^^ 

Dieu. — Rétable de l'autel de la communauté du Verbe-Incarné avec sta- 
tues par Claude Lamoureux. — Dessin des sculptures de la chapelle des 
Pénitents du Confalon, exécutées par Simon et par Claude Lamoureux. 

Gravures d'après ses dessins en outre de celles indiquées plus 
haut : i6j5: Portrait d'Henriette-Marie- Adélaïde j épouse de Ferdinand, 
Electeur de Bapière, graxé par Charles-Gustave d'Amling ou d'Ambling. 
— 1693 : Thèse de mathématiques deJ.-B. Thiolyet Pierre Taillandier^ 
gravée par Benoît le»* Andran. — 1694 : Pour le P. Ménestrier (Histoire 
consulaire de la ville de Lyon) : Conserve d'eau des Romains à Saint-Just; 
colonnes antiques de V église d'Ainay ; diverses médailles ; chapiteau 
antique. — Portrait de Jean d'Aranthon d'Alex^ évèque et prince de 
Genève, gravé par Bouchet. — Nagler lui attribue les dessins de deux gra- 
vures d'Ambling : Une Religieuse sur les nuages et Un Evêque disant la 
me55e. Voici, d'après d'anciennes descriptions de la ville de Lyon, la liste 
d'ouvrages dans les édifices de cette ville ayant disparu, attribués au nom 
tout court de Delamonce sans qu'il soit possible, pour le moment, de dis- 
tinguer si on doit les» attribuer à Jean ou à Ferdinand : Le jubé de 
l'église Saint-Just ; le dessin des figures du tabernacle de la chapelle 
de Sainte-Marie de Bellecour ; le dessin et le tableau du petit autel du 
Sacré-Cœur de Jésus dans la nef de l'église de Saint-Joseph des Jésuites. 

• * Le^ Delamonce par L. Charvet, mémoire lu, le 7 juin 1892, à la réunion des 
Sociétés des Beaux-Arts des départements ; deux héliogravures, Tune représentant 
Jà façade de Péglise de Saint-Ju*t et Tauire l'entrée du grand Hôtel-Dieu4)ar Jean 
Delamonce. 

DELARUE (Jérémie), architecte et charpentier de Charlieu, 
reçoit en 1701, 545 livres, 10 sous pour frais de voyage et de séjour à 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 417 — 
DE L'ORME (famiUe), voyez : ORME. 

DELOUILLE (Jean-Louis- Auguste), architecte, né à Lyon le 
17 mars 1828, entra d'abord à l'Ecole des Beaux-Arts de Lyon, sous 
.Chenavard,où il obtînt, en 1845, une mention d'architecture et un prix de 
concours mensuels et, en 1846, le*2e prix (sur un Hippodrome) et un prix de 
concours mensuels, puis, en 1849 à TEcole des Beaux-Arts de Paris, 
élève de Labrouste. — Il a remporté, en i85i, une première mention dans 
un concours d'émulation, ouvert par la Société académique d'Architecture 
de Lyon sur une Façade pour F église paroissiale de Saint-Bruno j à Lyon. 

Les architectes élèves de r Ecole des Beaux- Arts de Paris^ par David de Penarun, 
Roux et Delaire 

DENAVE (Pierre), architecte, né en 1759, mort à Lyon, le 1 3 mars 
1842. 

Travaux d'architecture : l'Hôtel du Nord qui occupait, avec ses 
dépendances, sur la rue Lafont 18 ec 20 et la rue du Garet i et 3, l'ancien 
emplacement de Téglise et de la maison des missionnaires de Saint- 
Joseph. — Le vieux café Casati. — Le grand autel de l'église de Saint- 
Bonaventure, dont l'archevêque d'Amasie, administrateur du diocèse, 
posa la première pierre, le 25 novembre 1829; le curé Pascal en était Je 
donateur; une médaille commémorative en bronze de o,o5 1 en a consacré 
le souvenir. — Denave fut, de 1822 à 1823, membre du jury du 
concours de l'Ecole des Beaux-Arts et, en 1829, l'un des fondateurs et le 
président de la première Société académique d'Architecture créée avec 
un certain esprit d'exclusion. 

Guide de Cochard,p. 168. — Gaspard Bellin dans le tome IX des Annales de la 
Société académique d Architecture de Lyon^ page LXXVI. 

DENONFOUX ( ), architecte, a été attaché pendant 

quelque temps au bureau de l'architecte en chef de la ville de Lyon 
vers i852. — Projet de détournement du Rhône à Lyon et de la trans^ 
lation du lit de ce fleuve au-delà du fort de Villeurbanne, 18 56, avec plan. 

DENUELLE (Dominique-Alexandre), peintre et architecte, né 
le 18 mars 1818, mort à Florence le 4 décembre 1879, élève de P, Dela- 



Digitized by 



Google 



— 418 ~ 

dit, vers 1840, en Italie où il passa les années 
nombreux dessins. — Salon de 1844 • Décora- 
inum et de Pompéi; Coupe d une des travées de 
'd'Assise et Détail dune des voûtes dam la 
aïque qui décore le cul de four de F abside de 

Florence ; Plafond de la sacristie de Péglise 
Vue perspective de la bibliothèque du Vatican; 
par Raphaël aux stan^e du Vatican qui lui 
e classe. — Salon de 1849 '.peintures religieuses 
un ange sur les tympans de l'église des Alis- 
la chapelle absidale de la crypte de la cathé- 
ement de la chapelle Saint-Marin, église de 
Peinture dune niche du triforium du porche 
pleine à Ve^elay ; Peintures de la voûte de la 
rpte de V église de Tournus ; Peintures du cul 
date de la crypte de r église de Saint-Etienne 

la chapelle supérieure du transept nord de 
ère) ; Peinture au-dessus de la porte d entrée 

de Saint-Savin en Poitou ; Peintures de la 

à la cathédrale dAuxerre ; Clef de voûte et 
i même ; Peinture représentant une abbesse 
ie r église des Jacobins de Toulouse ; Peintures 
r basse dune des tours du Palais des Papes à 
2 voûte de la chapelle de Vhôtel de Jacques 
res dans une des chapelles du bas côté sud de 
as-relief peint représentant la sainte Vierge 
^rinité^ au musée d Orléans ; Figures sculptées 
^otre-Dame de Poitiers ; Travée de l'église 
lents historiques), qui lui ont valu une médaille 
852 '.Décoration du choeur de F église de Saint- 
s des tympans du porche de Notre-Dame-des- 
leux châssis réexposés en i855). — Salon de 
' des chapelles du bas côté de la cathédrale 
icntant le Jugement dernier à Féglise Saint- 
Saône-et-Loire) '^Peintures représentant la 
Baptiste, le Baptême- de Jésus-Christ, le Christ 



Digitized by 



Google 



— 119 — 

sur le lac de Thibériade^ le Christ en croix et le Christ bénissant au 
Palais des Papes à Avignon ; Mosaïques de la voûte de F église de Saint- 
Marc à Venise ; Fragment de peinture antique trouvé à Herculanum ; 
Peinture d^une des voûtes des stan^e au Vatican, qui lui ont valu une 
médaille de 2* classe. — Salon de iSSg : L'un des plafonds de V hôtel 
Pereire ; Elévation et plafond de la chambre dite de V Empereur ; Eléva- 
tion et plafond de la chambre dite de f Impératrice ; Elévation du 
petit salon, dit de l'Impératrice, ces trois décors exécutés à Thôtel 
de ville de Lyon par Denuelle (voir plus loin) ; Fragment de la déco-^ 
ration de Tun des salons de M. Schneider ; Abside de r église de 
Saint'Gaudens (les figures par Lamothe) ; Travée de la cathédrale de 
Limoges ; Coupe longitudinale de la chapelle de la Sainte- Vierge ; 
Chapelle de Touvent (Indre) ; Décoration de la chapelle Saint-Jean au 
Palais des Papes à Avignon ; Décoration de la chapelle Saint-Martial 
au Palais des Papes à Avignon ; Décoration de V église de Saint-Jean à 
Poitiers ; Décoration de la cathédrale dAutun ; Décoration du réfec- 
toire de r abbaye de Charlieu (Loire), qui lui ont valu un rappel de 
médaille. 

Travaux de décoration d édifices: ^^J>—C^ 
A Paris, église de Saint-Germain-des- ^^^f ■^^>d ^ ^c< tf>^^ 
Prés ; chapelle de la Sainte-Vierge à 
Saint-Eustache ; église de Sainte-Clo- 
tilde; grande galerie, galerie nouvelle 
et salons des Pastels au palais du Louvre. 
A Lyon, en iSSy-iSSS : Hôtel de ville (appartements de Taile au 
nord et salons de Taile au sud). Eglise de Saint-Gaudens ; cathédrales 
de Limoges, Rayonne, Toulouse, Carcassonne, Grenoble, Orléans, 
Beauvais, Amiens, Seez, Fréjus. A Paris : trois chapelles à Saint- 
Sulpice (1866) ; la décoration provisoire de Notre-Dame pour le 
baptême du Prince Impérial. Abbaye de Saint-Denis. Saint-Paul à 
Nimes. A Lyon: église Saint-Polycarpe (iSSg); la salle des agents de 
change et le plafond de la salle de la Bourse au palais du Commerce et la 
chapelle de l'Ecole vétérinaire. Oratoire de Birmingham (Angleterre). 
Galerie du château de Maintenon. Grande salle du musée de Narbonne. 
A Paris : plusieurs salles à l'hôtel de Cluny ; hôtel de la présidence de la 
Chambre des Députés; hôtel Schneider; hôtel Millaud ; grande salle du 




Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



- i2i -- 

qu'à lui seul, car on n'a pu découvrir qui eut le soin de ses études et qui 
lui enseigna la géométrie : il semble qu il a appris cette science dans les 
ouvrages d'Euclide et d'Apollonius. Il se rendit à Paris où il se lia, vers 
1626, avec Descartes qui devint un de ses meilleurs amis et qui le suivit 
ensuite au siège de la Rochelle, en 1628, où il était ingénieur; un peu plus 
tard, ce fut Désargues qui présenta Descartes au cardinal de Richelieu, 
avec lequel il était intime, à propos de son ouvrage sur la Dioptrique. 
N'ayant probablement pas ensuite recherché d'emploi officiel, il se livra 
avec passion à des travaux d'architecture et surtout de mathématiques, 
se trouva mêlé au mouvement artistique, intellectuel et scientifique de 
son époque et y occupa une grande place pour leurs progrès et dans des 
controverses ardentes. Il figure à côté, soit de Descartes, de Pascal, de 
Leibnitz, de Fermât, de Gassendi, de Roberval, soit de Lemercier, 
d'Abraham Bosse et de Clément II Metezeau. 

Travaux d'architecture : Pour Lyon : en 1646, avis et plans fournis 
à Paris pour la construction du nouvel hôtel de ville (voyez Lemercier et 
Maupin), non suivis d'exécution, sauf probablement pour l'escalier en 
ovale; en i 65k l'hôtel actuel dit de l'Europe et surtout Tescalier, puis 
une trompe très hardie dans une maison qui était bâtie sur une pile de 
l'ancien pont sur la Saône à Lyon (Elle a été démolie ; nos confrères 
J. Bernard et A. Monvenoux en ont des dessins; on peut lavoir aussi, 
dans Lyons: The old bridge on the Saône ^ gravure par Tho' Higharm, 
d'après J.-D. Harding; Fisher, Son et Co, London, iSSy; Louis Janet 
Paris; n"" 490 de la Collection Coste à la Bibliothèque de ville de Lyon au 
Lycée ; dans La Nouvelle Histoire de Lyon par A. Steyert^ tome II, 
page 297). — A Vizille (Isère) : en i653, un perron (pas le plus grand) 
dans la cour à contre-façade du château (voir dans V Encyclopédie d'Archi- 
tecture^/^^ série, tome IV, page 107 et planches 171 et 172, un article sur 
ce château par Léon Bénouville). — A Paris : les escaliers de la maison* 
Vedeau de Grammont, de l'hôtel de l'Hôpital et d'une maison rue de 
Cléry, le perron de l'hôtel de Turenne. — Il traça, pour Philippe de 
Champaigne, des perspectives dans la voûte de l'ancienne église des 
Carmélites de Paris. Ces derniers ouvrages à Paris n existent plus. 

Publications : Méthode universelle de mettre en perspective les 
objets donnés réellement ou en devis, avec leurs proportions, mesures^ 
éloignemens, sans employer aucun point qui soit hors du champ de 

12 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



VIII 



Rougeron, Vignerol et C** d'après une photographie de Garcia 

A. DESJARDINS 

1814-1882 

LYON ARTISTIQUE ARCHITECTES 



Digitized by VjOOQIC 



— 123 — 

dédié à Monsieur frère du Roy parDesarnod. Dessiné par Desar 
Boilyfecit. Gravure teintée, manière noire, in-folio. — Il aurait 
projets et des travaux pour le prieuré de Salles, chapitre noble de 
nesses dans le département du Rhône. 

Collection Coste à la Bibliothèque de la ville de Lyon. —Archives de 
Lyon.— Recherches y etc., dans les maisons du Moyen-Age et de la Rem 
Lyon et aux environs, avec supplément par P. Martin, architecte. — Gaspai 
dans le tome IX des Annales de la Société académique d'Architecture 
page LXXII. — Archives de la la Charité, inventaire, 1 passim. 

DES JARDINS (Antoin6,dit Tony), architecte, né à 1 
29 juillet 1814, mort au château d'Hostel, commune de Belmoi 
le II juin 1882, entra à récole des Beaux-Arts de Lyon le 3i 
i835 ; il y remporta, en i836, le premier prix d'Architecture (un 
paroissiale) et le prix de concours mensuels, sous Chenavard ; pai 
Paris, admis élève de Duban, à TEcole des Beaux-Arts de Paris < 
enfin revint à Lyon dans le cabinet de Dupasquier. — Salon d 
Abbaye de Charlieu (Loire), façade, coupe et porte principale ] 
Archives des Monuments historiques, réexposé en i855. — S 
1859 • Marché couvert construit à Lyon, lequel lui a valu une 
honorable. — Répétiteur et professeur de dessin à Técole La M; 
jusqu'en 1848. — Architecte du diocèse de Lyon, le 16 décembi 
fonctions qu'il a conservées jusqu'à sa mort. — Architecte en ch 
ville de Lyon, le i^r juillet 1854, fonctions qu'il a conservées 
i3 octobre 1870. — Correspondant du Comité des Monument 
riques attaché au ministère de l'Instruction publique. Men 
Conseil départemental des Bâtiments 
civils du Rhône qu'il présida sou- 
vent. Membre, le 24 octobre 1873,^ 
de la Commission municipale, fai- 
sant fonctions de Conseil municipal. 

Travaux d'architecture depuis 
1840 : Eglises : à Lyon, le Point du 
Jour (en collaboration avec Bossan) ; 
Saint-Pierre, à Vaise ; Saint-Bernard et Saint- André (voyez P. 
dins). Dans le département du Rhône : Marnand, Pierre-Bénit 
chenève, Valsonne, Anse (voyez l'ancienne église dans La I 




Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



■ifl 



- 125 — 



•m 



Digitized by 



Google ^ 



pour les bestiaux à Vaîse, un marché couvert sur la place des Cordelîers ' m 

à Tangle de la nouvelle rue Buisson (publié dans ï Encyclopédie /J 

cT Architecture, 1861, tome II, planches 24, 25, 3o, 36, 37, 83, 84, 85, M 

86 et 80), une fontaine monumentale sur la place Louis XVI, ou Morand jM 

(publiée dans les Matériaux et Documents de Raguenet), une autre sur M 

la place des Jacobins transportée, en 1876, sur la place Perrache (une "| 

urne de cette fontaine est reproduite dans les Matériaux et Documents J 

de Raguenet, 1 14* livraison), un piédestal avec entourage pour la statue I 

du maréchal Suchet, place Tolozan, la mairie du IV« arrondissement [^ 

(en collaboration avec S.-M.-Perrin, voyez Intime Club), un hôtel de % 

police rue Luizerne, deux pavillons servant de corps de garde et de café 'i 
sur la place Bellecour, diverses salles d'asile, bureaux d'octroi (l'un 

d'eux a été publié dans la Revue de F Architecture et des Travaux ; 

publics de i863, planche 28 avec texte de C. Daly, page 63), r 

etc., etc. ^ 

Il a fait restaurer l'ancien théâtre des Célestins (incendié depuis) et J 

le Mont-de-Piété (démoli depuis ; voyez Gay, Hotelard et Thoubillon). Vî 

Il termina, dans le département de Saône-et-Loire, l'hospice d'Aligre à | 

Bourbon-Lancy. — A Lyon : maison Blanchon devant le pont de < 

Nemours et l'église de Saint-Nizier ; Courajod, aux Brotteaux ; le massif, j 

dit de la Boucherie des Terreaux, sur la Saône ; maison Ribollet, rue J 

Saint-Joseph ; deux pour la famille Saint-Olive, place Morand et avenue a 

de Noailles; deux pour Demoustier, quai de la Charité et angle de la j 

place de Perrache et de la rue de Condé. — Maisons de campagne ou -\ 

villas : Charrin à Ecully, Pignatel et Saint-Olive à Saint-Didier- au- 1 

Mont-d'Or, de la Favorite à Saint-Irénée pour Demoustier, Blanc- i 

Ferouillat à Champagne ; le château de Netty (Rhône) et celui de ^ 

Mgr de Bonald à Vernaison. Dans l'Ain : maison de campagne Costaz à % 
Fitigneu et de la Bâtie à Marlieux ; le château Pinot, à Bourbon- 
Lancy. 

Membre, le 5 juillet 1 85 1 de la Société académique d'Architecture de 
Lyon dont il a été le trésorier pour 1 853- 1854, président pour 1859- 1860, 

1 863- 1864 et 187 3- 1874. — Membre, en 1 855, de l'Académie des Sciences, j 

Belles-Lettres et Arts de Lyon dont il fut président pour les années i 

1878- 1879 et de la Société de Géographie de Lyon. ^ 

Publications : Les 24 planches, gravées par Séon, du Manuel d^ar- ] 



Digitized by 



Google 



— 127 — 

DES JARDINS (Paul- Auguste), architecte, né à L] 
27 novembre 1847 î sortant du Lycée de Lyon, a obtenu le dipl 
bachelier-ès-lettres en 1867, élève de l'Ecole des Beaux- Arts d 
avec Danguin pour le dessin et de son père, A. Desjardins (v( 
dessus) pour Tarchitecture, entré à Tatelier Questel à Paris ei 
engagé volontaire, en 1870, dans le 3^ régiment du génie, a 
une mention honorable et un certificat du ministre de la 
en date du 10 mars 187 1, constatant les services qu'il avait 
pendant la guerre dans les travaux topographiques ; rentré à 
Questel de 187 1 à 1873 ; devint chef de cabinet de son père de 
1882. — Inspecteur des travaux diocésains de 1873 à 1882 et des 
de l'Ecole vétérinaire de Lyon de 1876 à 1890, sans mandat 
Inspecteur en titre des édifices diocésains de Lyon depuis le i 
1882. — Membre du Conseil départemental des bâtiments c 
Rhône depuis le 18 juillet 1892. — A Lyon, rue d'Enghien 28. 

Travaux d'architecture : En outre de la collaboration avec 
son père, a fait exécuter de 1882 à 1897, plusieurs construction 
trielles, seize restaurations de maisons de rapport et la constructior 
à Lyon ; sept restaurations de châteaux ou villas dans le Rhône 
TAin; neuf constructions de châteaux où villas dans le Rhône, da 
ou dans la Drôme ; quatre maisons d'école dont deux à Lyon, u 
le Rhône et une dans l'Isère ; cinq restaurations d'églises dans le 
la construction d'un clocher à Roanne (Loire) ; achèvement de l'e 
Saint-André à Lyon, rue de Marseillle (voyez A. Desjardins) ; d( 
sionnats à Lyon ; plusieurs monuments funéraires dont une chapel 
(Ardèche). 

Projets d'église paroissiale pour Saint-Etienne (Loire), de 
tère pour Pontcharra (Rhône) et d'une sacristie pour Notre-Dî 
Marais à Villefranche (Rhône) à exécuter. 

Admis, le 3 avril 1882, à la Société académique d'Archite 
Lyon dont il a été secrétaire-adjoint pour 1887- 1888 et sécréta 
1891-1892. — Membre de la Société lyonnaise des Beaux-Ai 
son Conseil d'administration depuis 1887 ; de la Société provin 
architectes français; honoraire de l'Union architecturale de Lyc 
Société centrale des Architectes français ; de l'Association pour 
de défense mutuelle et des Sociétés de Secours pour les artistes 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 129 — 

Banque de Lyon-Loire, et d'agents de change. Restauration du château 
deCornod (Ain) en collaboration avec Feuga (Voyez ce nom); du château 
de Bramafan à Sainte-Foy-lès-Lyon et de Belmont (Savoie). Châteaux 
pour M.Dutel à Denicé (Rhône), pour M. Lachaise àMontbrison(Loire). 
Villas diverses à Seyssel (Ain), Brignais, Saint-Genis-Laval et Oullins 
dans le Rhône et à Vichy (Allier). Installation des tribunes du champ de 
courses de Vichy (Allier). Maisons de campagne diverses. Caisse 
d'épargne de Givors (Rhône). Eglises, chapelles. — A Lyon : maisons rue 
Lafond,6, rueGasparin, 12, rue des Archers, 3, 5 et 8, rue Vendôme 
angle de la rue Bossuet, boulevard du Nord, 61, 63 et65,cours Vitton,65 
et 22, rue du Bas-Port et rue Mortier. Grand cercle international de 
Vichy (Allier). Grande brasserie George, rue Thomassin. Restauration 
complète de la maison quai de la Charité 37. Maisons d'école à Oullins 
Brindas et Saint-Jean de Touslas, dans le Rhône, de Cerdon, dans TAin. 
Mairies de Lompnes et de Chaley dans TAin. 

Admis, le 3 juillet 1 881, à la Société académique d'Architecture de 
Lyon, il en a été le trésorier pour Texercice de 1889- 1890. - 

On lui doit: Notices de Henri Feuga lue et publiée le 5 février 1 885 , 
dans le tome VIII, page 19, des Annales de la Société académique 
d^ Architecture de Lyon et de Joseph-Dominique Moreau. Divers rap- 
ports faits à cette Société. 

Pour mémoire : Desprez (Jean-Louis), architecte et peintre, est né, 
non à Lyon, mais à Auxerre en 1743 et est mort à Stockholm en 1804. 

DETOURS (Léonard), architecte, est mentionné dans les Aima- 
nachs de Lyon de 1792 à 1808 ; il acquiert le 2 mars 1793 un terrain rue 
Gentil à Lyon. 

Recherches sur P Architecture^ etc, par Manin, page 19. — Gaspard Bellin dans 
le tome IX, page LXXVII des Annales de la Société académique d'Architecture de 
Lyon. 

DIGNOSGYO ( Laurent DE ) , architecte et inspecteur des 
domaines des Hospices de Lyon, né à Aix (Bouches-du-Rhône), le 3o 
octobre 1795, est mort à Lyon, le 14 novembre 1876. Entra, le ler 
septembre 1837, dans l'administration des Hospices de Lyon, à une 

i3 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 131 — 
gravure par Séon (voyez ce nom), sur Tinitiative et par les soins de 
la Société de Topographie historique de Lyon. 

Collection Coste à la bibliothèque de la Ville de Lyon. 

DOLIANO (Jacques), architecte, né à Givors (Rhône), mort en 
1 846, entra à Técole des Beaux- Arts de Lyon sous Gay , y obtient, en 1 8 1 1 , 
une mention honorable pour copie d'ornement et, en 181 3, le prix d'ar- 
chitecture (Un Arc de triomphe à la gloire de TEmpereur); fut secrétaire 
d'Artaud au Conservatoire des Arts de 1822 à 1825. — Admis àla Société 
académique d'Architecture de Lyon, le 2 juillet 1842, ne siégea pas et 
fut rayé le 3 décembre. 

Catalogue de la Bibliothèque du Palais des ^eaux-Arts de Lyon^ un recueil 
d'ornement. — Revue du Lyonnais, tome XI, 3° série, page 346. 

DONAT (Barthélemy-François-Ennemond); architecte, né à 
Lyon, le 9 février i83i, est entré à T Ecole des Beaux- Arts de Paris en 
i852, élève de Lebas. — A appartenu au cabinet de Chenavard à Lyon. 
— Il remporta, en 1 855, au concours d'émulation ouvert pas la Société 
académique d'Architecture de Lyon, pour un projet de construction 
d'une église paroissiale pour la ville de Lyon, une mention. — Travaux 
particuliers à Nice. 

Les Architectes élèves de V Ecole des ^eaux^-Arts de Paris par David de 
Pcnarun, Roux et Dclaire. 

DRIVON, architecte, acheta des Feuillants, en 1739, une grande 
partie de leur jardin pour y bâtir deux belles maisons faisant face au 
promenoir des Feuillants, une rue entre deux. 

Note communiquée par Morel de Volcine en 1867. 

DUBOST (Jean- Louis), architecte, mentionné dans les Almanachs 
de Lyon de 1778 à 1828, fournit, en 1777, avec Roux, des plans au 
P. d' Anglade pour la construction du collège de Tournon (Ardèche) qui 
ne paraissent pas avoir été absolument employés. 

Le Collège de Tournon par Maurice Massip 1890, pages 182 et 186. — Gaspard 
Bcllin dans \es Annales de la Société académique d'Architecture de Lyon, t. iX, 
page LXXIV. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— lài — 

asile dans le 3^ arrondissement de Lyon, publié dans la lo' année du 
Recueil d Architecture de Wulliam et Farge; les restaurations et cons- 
tructions neuves de Técole La Marliniè're ; un groupe scolaire à 
Lentilly (Rhône). 

Membre du comité de la Société Lyonnaise des Beaux-Arts. Admis, 
le 3 juillet 1884, à la Société académique d'Architecture de Lyon, dont il 
a été le trésorier pour l'exercice 1897-1898. 

Officier d'Académie de juillet 1886, de l'Instruction publique de 
mai 1895. 

DUBUISSON DE GHRISTOT (famille), voyez : GHRISTOT. 

DUCELLET (Guillaume), architecte et sculpteur. Les 14 juin et 14 
décembre 1637, prix fait passé par devant Gajan, notaire à Lyon, entre 
les Recteurs et Administrateurs de THôtel-Dieu de Lyon d'une part et 
Guillaume Dussellet, ou Ducellet, maître architecte et sculpteur, François 
Renan et Pierre Bournan, maîtres-maçons d'autre part, pour la cons- 
truction d'une nouvelle église à Tôhpital susdit. Le 22 août 1640, il y eut 
subrogation à ce prix fait, passée à Simon Le Rupt et à Claude Ghana, 
maîtres-maçons, toujours associés avec Ducellet. 

Archives de PHôtel'DieUj prix faits, notes commi?niquces par M. Relie. 

DUCLOS (Jacques- Justin), architecte, né en 181 1, mort à Mor- 
tièrc ou à Givry (Côte-d'Or), le 7 octobre 1869; admis à TEcole des 
Beaux-Arts de Lyon. Nous ne possédons aucun renseignement sur ses 
travaux. Il entra à la Société académique d'Architecture de Lyon le i<*«* 
juillet 1843, fut réputé démissionnaire le 5 juillet 1 85 1, réadmis en i852. 

DULIN (Jacques), architecte, entra a TEcole des Beaux-Arts de 
Lyon, sous Chenavard, où il obtint, en 1824, un prix pour un dessin au 
lavis du portique d'Auguste, à Athènes, et un prix de perspective, une 
mention en 1825, sur un Rendez-vous de chasse et, en 1826, une médaille 
d'argent sur a un Hospice de vieillards dans une ville de deuxième 
ordre ». — A fait des travaux à l'église Saint-Fiançois de Lyon, 
continués plus tard par Benoît. — A publié : Collection lithographiéc des 



Digitized by 



Google 



— 134 — 

ux tombeaux exécutes dans les cimetières de Lyon ^dédiée à A. iM. 
ird; Lyon et Paris, i83o, 2 livraisons, grand in-folio. 

et ion Coste à la Bibliothèque de la ville de Lyon, 

MONT (Claude-Pierre), architecte, fit partie du jury des 
5 de TEcole des Beaux-Arts de Lyon, en 1834. 11 dirigea, pour 
(voyez ce nom), avec lequel il eut certains démêlés, les travaux 
ison de Perrache et du Palais de Justice de Lyon. 

ysé relatif aux constructions du Palais de Justice et delà prison de Lyon, 
questions soumises à AL Dumont, par Baharci,.à Lyon. Rossary, i835.— 
Sellin : A propos de la rue Impériale. Notice sur Fédificaiion du Grand- 
it du Palais de Justice à Lyon, i855. 

NOD (Louis-Gaspard-Marie-Antoine), architecte, né à Lyon 
Jcembre 18 10, est mort le 2 octobre i852; entré à TEcole des 
Lrts de Lyon, en janvier 1825, sous Chenavard, où il obtint une 
de perspective en i83o; fait, en 1841, avec Couchaud, un projet 
traversant le quartier Saint-Paul, en prolongement du pont 
uillée et coïncidant avec la construction remplaçant la boucherie 
•eaux ; retrouve, en 1842, le tombeau de Gerson à Téglise Saint- 



PASQUIER (Louis-Gaspard), architecte, né à Lyon, le 
ire an IX (4 décembre 1800), mort à Blacé (Rhône) le i5 octobre 
itra à l'école des Beaux-Arts de Lyon sous Cochet, où il obtint, 
, une première mention (Temple à la Paix, d'ordre corinthien), 
1825, un prix de perspective et le prix d'architecture (un ren- 
5 de chasse dans une forêt dépendant d'un château d'un prince), 
^navard,chez lequel il entra ensuite et où il fut inspecteur destra- 
istallation de Thôtel de la préfecture de Lyon, place des Jacobins. 

1 de 1 839 : Pavement colorié du sanctuaire de réglise de Notre- 
e Brou (Le vocable véritable de cette église est de Saint-Nicolas 
itin ; Dupasquier fait erreur en lui donnant celui de Notre-Dame) 

(Ain); trois vitraux coloriés, deux représentant les fondateurs de 
)ame de Brou, le troisième, r histoire de la chaste Suzanne. — 

2 de première classe à TKxposition de i855 pour son album de 



Digitized by 



Google 



IX 



Roageron, Vi^nerot et G* d'après lo gravure do Dangiiiii 

L.-G. DUPASQUIER 

1800-1870 
LYON ARTISTIQUE ARCHITECTES 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 




— I;i5 — 

Brou et pour un spécimen en relief de l'organisation des classes de dessin 
à récole La Martinière. — Nommé, en 1829, professeur de dessin à 
rétablissement de La Martinière de Lyon, installé provisoirement au 
Palais des Beaux-Arts, avec trois cours facultatifs de mathématiques, 
dessin et chimie, maintenu dans ces fonctions lors de l'installation défini- 
tive de récole dans le claustral des Augustins; démissionnaire en 1854. — 
Nommé, en 1848, architecte des diocèses d'Autun (jusqu'en 1854) et de 
Belley par Freslon, ministre des cultes, sur le rapport de Durieu. — En 
i838, correspondant du ministère de l'Instruction publique pour les tra- 
vaux historiques. — Au concours ouvert, en 1826, par la ville de Lyon 
pour un abattoir, il obtint le premier prix (voyez plus loin) et, en 1827, 
encore le premier prix pour une église à élever à Villeurbanne. 

Travaux d'architecture : 
Outre la restauration de la ^^_^^^-*--^*^C/*5^^t-— *^ .»-»^ 
cathédrale d'Autun (1840- 1854) 
et de réglise de Brou, à Bourg- 
en-Bresse, projets du pont de Fribourg pour M. Chalay, entrepreneur 
responsable, de l'église Saint-Pierre à Mâcon, d'Echallon, de Lagnieu, 
de Neuville-les-Dames,de Saint-Martin-du-Frêne,de Martignat,de Pont- 
d'Ain, de Saint-Cyr-sur-Menthon, et ceux de la restauration de l'église de 
Saint-Bonaventure à Lyon. — Construction, à Lyon, de l'établissement 
orthopédique du docteur Milliet, de l'abattoir de Perrache, du magasin de 
fers de MM. Gononet Languinier, de la maison dite hôtel des Beaux-Arts, 
rue d'Algérie, pour M. Fleury Richard; des écoles communales et du pres- 
bytère de Tarare. — Construction des églises de Blacé, Fareins, Saint- 
Martin-du-Mont, Charbonnières, de Vaux-en- Velin, de Saint-Christophe, 
du Pizay, de Faramans, de Villebois, de Guérins, de Miribel, de Beaure- 
gard, de Domps-sur-Bellegarde, de Massigneux, de Rives^ de Saint-Lau- 
rent-les-Mâcon, de Marboz, de Loyettes, de Fontaines-sur-Saône (com- 
mencée seulement et achevée par Hilaire Morel (voyez la gravure de la 
façade dans la Notice sur Dupasquier par E. Mulsant), — Construction 
des chapelles du petit séminaire de Meximieux, de la façade de celle du 
noviciat de Saint-Joseph à Bourg. — Restauration du grand séminaire, 
de révêché et ameublement dans la cathédrale de Belley. — Restauration 
de récole La Martinière, de rétablissement Binet à Champvert, du châ- 
teau de Montmelas (voyez sur ce château la Nouvelle histoire de Lyou^ 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 137 — 

septembre i865, aux journaux de Lyon: Le Salut Public^ Le Progrès, Le Courrier 
de Lyon. 

DUPHOT (Théodore-Michel-Jules-Henri), architecte, né à 
Bordeaux (Gironde), le ler août 1810, y est mort le 23 novembre 1889. — 
Elève de Técole des Beaux-Arts de Lyon sous Chenavard, en 1829 et 
i83o, puis de celle de Paris, atelier Debret, en i83i et i832. — Résida 
à Bordeaux depuis i835,fut nommé architecte de cette ville en 1849, 
mais ne conserva ces fonctions que quelques mois ; membre de la 
Commission des Monuments historiques. 

Travaux d'architecture : Hôtel de la Caisse d'Epargne de Bordeaux, 
laquelle a été publiée dans la i?ei^we générale de l Architecture et des 
Travaux publics de i852 accompagnée d'un programme. — Châteaux 
de Grenade à Saint-Selves, de Virelade, de Fournil près de Mussidan 
(Dordogne), qui a été publié dans la Revue générale de r Architecture et 
des Travaux publics de 1868, planches 6 à 8, avec texte, page 27, par 
Daly. Restauration ou agrandissemeritdes châteaux de Beychevelle, La 
Chesnay-Latour, Lagrange, Cestas, ce dernier en collaboration avec V. 
Baltard. — Hôtels de Curzay et Clossmann. — Eglises de Cauderan, 
Portets, Virelade et Langon. 

Admis, le 7 juillet 1849, comme membre correspondant de la 
Société académique d'Architecture de Lyon. Fondateur, en 1862, de la 
Société des architectes de Bordeaux qu'il présida jusqu'en 1884. Elu, le 
21 mars 1884, membre correspondant de l'Institut (Académie des Beaux- 
Arts) en remplacement de Chenavard. — Lauréat de la Société centrale 
des Architectes français. 

T{evue générale de V Architecture et des Travaux publics. — biographie 
bordelaise de M. E. Ferct. — Notice par Charles Durand dans l Architecture , 
Journal hebdomadaire de la Société centrale des Architectes^ en 1889, page 385. 
— Renseignements fournis par Ch. Marionneau. 

DUPOUX (Jean), architecte, mentionné dans les Almanachs de 
Lyon de 1774 à 1814, a construit Thôtel des Fermes à Lyon, quai de la 
Charité, actuellement hôpital militaire Desgenettes ; la maison qui fait 
l'angle nord-ouest de la place Saint-François et de la rue Saint-Joseph 
et, en 1782, l'Arsenal de Lyon, d'après les plans de Boflfrand sous la 

14 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



HITECTES 



Digitized by 



Google 



— 139 — 

Admis, le 9 janvier 1873, à la Société académique d'Architecture de Lyon 
qui conserve de lui dans ses archives un dessin de Y Entrée postérieure 
de r Hôtel' Dieu de Lyon. 

Notice^ avec portrait, par Paul Desjardins dans le tome X des Annales de la 
Société académique d'Architecture de Lyon^ page -3. 



— E — 

ECHERNIER (Casimir- Julien-Charles), architecte, né à Albi 
(Tarn) le 16 février 1818, mort à Lyon le 25 juillet 1895, élève des col- 
lèges de Cahors et de Carcassonne, admis à TEcole des Beaux-Arts de 
Lyon, le 23 septembre 1839 ^^^^ Bonnefond, entra, en 1842, chez 
Savette, peintre décorateur des théâtres de Lyon, où il resta jusqu'en 
1849, époque où, désirant faire sa carrière dans l'architecture, il 
fut employé par Exbrayat (voyez ce nom), pendant trois ans à la 
surveillance de la construction d'un château dans T Isère, et ensuite, d'une 
manière de plus en plus prépondérante, jusqu'à la mort de celui-ci en 
1857, époque où il continua son cabinet. — Membre du conseil dépar- 
temental des bâtiments civils du Rhône, des Commissions administra- 
tives de rÉcole La Ma'rtinière, de la Société d'Enseignement profession- 
nel du Rhône, des Musées, de TEcole des Beaux- Arts et des écoles muni- 
cipales de dessin de la ville dont il a été vice-président et le président, direc- 
teur intérimaire, pendant trois mois en i885, de l'Ecole nationale des 
Beaux-Arts, membre du jury des concours de la même école depuis 1864. 

Travaux d'architecture : Massif de mai- ^ ^^ 

sons, rue de la Bourse à Lyon (1839- 1860) ; hôtel ^^ ^^y/juv^i^J ÂS^ 
Gayet-Zurich (i 860-1 861) ; rue de •l'Impératrice 

(actuellement de l'Hôtel-de- Ville) maison Marix, celle en face et celle 
no 100 (1860 à 1864) ; création du SchultznerhoflF à Viesbaden (i865) ; 
maison Droche quai de l'Est ; deux maisons de rapport, rue Boi- 
leau ; hôtel Blache, avenue de Noailles (1867), publiée dans le 
Recueil d Architecture de Wulliam et Farge et un détail dans les 
Matériaux et Documents de Raguenet; maison, rue d'Enghien,à Lyon, 
dont des détails ont été donnés aussi dans la publication précédente ; 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 141 — 

le tome X des Annales de la Société académique d'Architectu 
Lyon^ page 191 . — Allocution adressée aux élèves de r Ecole des B( 
Arts et des Ecoles municipales de dessins à la distribution des pt 
1888. — L'Architecture lyonnaise aux quatre derniers siècles ^discoi 
réception à Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts en i8g 
Notices de Berthelet et de Lablatinière dans le tome XI des Anna, 
la Société académique d Architecture de Lyon, — Officier d'Acadén 
14 juillet 1884. Médaille d'honneur ^^ ^^ Société centrale des P 
tectes français pour les constructions privées en 1886. Chevalier 
Légion d'honneur du 24 juillet 1889. 

Documents fournis par Echernier à Tauteur, le 7 décembre 1893. — Di 
prononcé aux funérailles par M. Valson, pre'sident de TAcade'mie. — Notice 
logique dans Y Architecture, journal hebdomadaire de la Société centrale des 
tectes français, du 3 août 1895, par Ch. Lucas. — Discours de réception prc 
à l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon le 6 avril 189 
S.-M Perrin, Lyon. A. Rey, 1897, page 4. — 5ti Notice par L. Rogniat avccpo 

ESCULLANT (Jehan d') ou DE CULLAN, chanoine de Ci 

en 149g chargé de se rendre à Melun, Mantes, Vernon, etc., pc 

visiter les carrières et choisir les pierres pour la reconstruction du 

de Notre-Dame à Paris ; le 1 1 juillet i5oo ; appelé en consultation, 

Joconde et d'autres maîtres d'œuvre, au sujet de la reconstruction 

pont ; le 25 novembre 1 5o2, assiste à une délibération relative à la dét( 

nation de la hauteur des piles et, le 21 janvier i5o3, est encore présent 

la fixation de la hauteur des arches (il lui avait été alloué, le 1 1 février 

8d livres de pension annuelle). — En iSoy, il est appelé à Lyon 

donner son avis et conduire, sous la direction de Jehan Perréal les 

vaux du pont de la Guillotière et est remplacé, en 1 5o8, par Claude Cl 

Pont Notre-Dame par Leroux de Lincy. — Délibérations du bureau de la 
de Paris, aux Archives nationales, H, 1776 et suiv. — Bulletin de VArt fra 
les architectes du pont du Rhône. — Jehan Perréal, Clément Trie et Edouard ( 
par L. Charvet, page 126. — Bauchal. 

ESPARET, architecte, figurait à ce titre dans TAlmanach de ] 
pour 1792. 

ESTIER (Jules), architecte, faisait partie de la Société libre d'A 
tecture de Lyon en 1859. 



Digitized by 



Google 



(Le Frère), deW 
pont du Rhône 
lie en faveur de 
lupontdelaGuilh 
vêque de Lyon ( 
a précédé, lequel 
ît avec la directior 
tissait sur la rive 
î. L'hôpital, dite 
la rive droite, ve 
id Hôtel-Dieu. 1 
î bâtir une chape 
ite et à gauche d 
availlaient alors a 

a Charité, B. 254. 
tin de V Histoire de 
de Lyon^ etc., tome 

LT (Jean-Bapi 

ort le 23 avril i8f 
st,entraàrécolec 
ble en géométrie 
; se rendit à Paris 
e où il collabora 

irchitecture : Dr 
d'aliénés en 184 
verses et la resta 
izar de style mau 
I (Loire) le théàtr 
structions privée 

irais à Tauteur, le i; 
e d'aliénés pour le 
Dcteur A. Potton. Ly 
il, tut lu à la séanc( 
^yon ; mais il ne no 



Digitized by 



Google 



— us — 



FABER (Pétrus), graveur d'architecture. — Arc de triompt 
élevé sur le pont de pierre à Lyon, à Tentrée de Louis XIII, à Lyon, c 
1622, in-40. — Théâtre et salle d'audience bâtis dans le parc du châtes 
de la Mothe pour Tentrée de Louis XllI et d'Anne d'Autriche à Lyon, c 
1622, in-40 — Ces derniers édifices étaient du dessin de Cripier (voy( 
ce nom). 

Collection Coste à la Bibliothèque de la ville de Lyon au Lycée n^^ 635 et 63 

F AHT (Etienne), architecte, entreprit, en 17 14, les travaux c 
piédestal et de la pose de la statue équestre de Louis XIV sur la place c 
Louis-le-Grand, dite de Bellecour, avec Claude Perret (voir les notices ( 
Etienne et Jean Aynez, de Claude Perret, de Jules-Hardouin Mansa 
et de Robert de Cotte). — En 1722 il fit avec Claude Bertaud, voy 
de la ville de Lyon, les plans et devis du Grenier d'abondance de 
même ville et en fut l'entrepreneur de maçonnerie. L'édifice fut termii 
en 1728 et, très probablement, cette année ou plus tard, un desingénieu 
de la province, de Ville, intervint pour quelque affaire relative à sa cor 
traction, ce qui a pu faire supposer qu'il en avait donné les plans. 
En 1736 il fit achever des réparations au monastère des Célestins. 

Clapasson. — Plan de Séraucourt, — Revue du Lyonnais. — Perret de 
Menue. — Cochard. — Delandine. 

FAHY (Jean), ingénieur et architecte de Lyon, dresse, en 1702, 1 
devis et état estimatif des ouvrages nécessaires pour rendre la Loi 
navigable. 

Recherches historiques sur Roanne^ par J. Guillien, pages i52 à. 161. 

FALGONNET (Fleury), architecte, né à Lyon le 18 juin 1785, 
est mort le 25 janvier 1 849. Au sortir de l'Ecole centrale de Lyon, il eni 
à l'Ecole des Beaux-Arts, puis dans les cabinets de Jean-Marie-Lo 
Turin et de Claude-Pierre Durand. Il s'établit ensuite à Saint-Etieni 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 




— 145 — 

concours de T Ecole des Beaux- Arts de Lyon, pour les cours de géovtn 
et de perspective de i85o à 1874. 

Travaux d'architecture: i85i .-usine Rogeat, rue de Castrie 

Lyon; église de Dardilly (Rhône); maisons 

de campagne, à Collonges et à Saint-Ger- ^N^-^^^^^l/ >$ 
ma'n-au-Mont-d'Or (Rhône) ; plans de la 
Providence de Montbrison (Loire) ; plan 
général et construction d'une aile de la partie 
centrale et de la maison de retraite des anciens directeurs, à TEcol 
Saint-Thomas-d'Aquîn, à Oullins (Rhône) ; constructions diverse 
Lyon, à Vernaison et Irigny et La Tour-de-Salvagny (Rhône) ; usir 
Bourg-Argental (Loire) et à Tenay (Ain) ; réparations aux château 
la Peyrolière et de la Valsonnière.-^ — 1861 : installation du Cercle du ( 
merce dans la maison des Hospices civils, rue d'Algérie ; projet 
châteaux pour Mangini père, pour Gensoul et pour un hôtel du Com 
d'Escompte. — A fait partie de la Société libre d'Architecture de L 
Admis, ley juillet 1 855, à la Société académique d'Architecture de L 
il en fut trésorier de i863 à 1864, de 1871 à 1872 et de 1879 a 1880 
conserve de lui, dans les archives de cette Société, les dessins sui\ 
de i858 : Porte rue de F Arbre-Sec^ 26; portes dallées rue Si 
Marcel^ 22 et 28. On lui doit aussi les Eloges de J.-J. Farfouillon ( 
Benoît-Joseph Chatron [Annales de la Société académique d 
chitecture^ tome VI et VII). Son Eloge^ par G. Echernier, a été ini 
avec portrait en héliogravure par A. Lemercier, dans le tome VI 
même recueil. 

FARFOUILLON (François-Jacques) architecte, est moi 
1857 (i^ûus n'avons pu, malgré nos demandes réitérées, auprès de 
de nos confrères qui étaient le mieux placés pour cela, obtenir la < 
munication d\m éloge qui aurait été écrit sur lui, par C. A. Benoî 
fut membre du Jury de géométrie pratique et de perspective de TI 
des Beaux- Arts de Lyon, en 1834 et en i838. — Membre fondatei 
la Société académique d'Architecture de Lyon, le 6 mai i83o, il en 
trois fois le trésorier, pour 1847-1848, pour i85i-i852 et 
1 855-1 856. — Eloge historique de Fleury Falconnet^ décédé 
président de la Société académique d'Architecture de Lyon^ 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 147 — 

Gayetti et Perret dans l'avenue de Saxe ; maisons Dumont, avenue de 
Saxe, rue Ferrandière et rue Thomassin. — En 1868, il construisit 
un monument funéraire au cimetière de Loyasse, pour M. Teillard. — 
Eglises: i852:de Crozet, près la Pacaudière (Loire); 1860: de Lurcy, 
près Montmerle. — 1867: de Saint-Cyr-sur-Menthon près Mâcon. — 
Restauration de réglise de Bouligneux (Ain). — En 1689: Mairie-Ecole 
de Sourcieux, près TArbresle. — Membre, le 7 janvier 1854, de la Société 
académique d'Architecture de Lyon, dont il fut trésorier de i855 à i856. 

Sa notice, par Falcouz, a été insérée dans le tome VI des Annales de la Société 
académique d'Architecture de Lyon, page 18. 

FARGE (Laurent), architecte, né à Lyon, le 3 juillet 1847, a été 
élève de Técole de La Martinîère de Lyon et de FEcole des Beaux-Arts 
de Paris, promotion 1870- 1873, élève de Gh. Questel. — A appartenu, 
de ï 866 à 1869, au cabinet Mazerat, architecte du département de la 
Loire. — Salon de 1878 : Établissement thermal à Vichy en collaboration 
avec M. Vulliam pour lequel il a obtenu une mention honorable. ;— Salon 
de 1 882: Une villa à Caen en collaboration avec M. Wulliam. — Salon de 
1 885 : Projet de monument à la mémoire du général A rtigas à Montevideo^ 
en collaboration avec MM.Wulliam et Le Duc statuaire. — Salon de 1887: 
F/7/jrfeJVf.Z)***(iLaFare;7;/e(Seine), en collaboration avec M. Wulliam. — 
Salon de 1888 : Projet d" Hôtel de voyageurs pour Aix-les-Bains (Savoie), 
en collaboration avec M. Wulliam — Salon de 1890: Pavillon de Mont- 
chanin à r Exposition Universelle de 1889, 3 châssis avant-projet et 
exécution en collaboration avec M. Wulliam. — Salon de 1892 : Chemin 
de fer de Linarès à Alméria (Espagne), gare de la station d'Alméria: — 
Architecture funéraire: 10 Chapelle au cimetière de Boulogne-sur-Seine — 
20 Monument à Feyen-Perrin au cimetière Montmartre ; 3» Chapelle 
au cimetière de T^assy, — Salon de 1895: Concours pour la construction 
de la gare centrale de Bucarest (Roumanie) pour lequel il a obtenu une 
troisième médaille. — Architecte de la compagnie de Fives-Lille. — A 
Paris, rue Daubigny, 10. — A remporté, en 1872, le deuxième prix pour 
la reconstruction du Temple neuf à Strasbourg; le deuxième prix pour 
la gare centrale des chemins de fer de Bucarest; le premier prix pour 
la construction de deux marchés à Nevers ; une mention honorable 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 141) — 
neuf architectes, lesquels, à la fin de 1829, s'organisèrent en une Société 
académique avec un certain exprit d'exclusion des autres ; il ne figure 
plus dans la réorganisation de 1841. 

Notice sur B. Poncety par C. Tisseur, page 6. 

FAURE ( ), architecte, recevait 5oo livres, comme profes- 

seur de géométrie pratique à TEcole Royale gratuite de dessin de Lyon 
(reconnue officiellement par arrêt du Conseil d'État du ii août 1780, 
mais qui fonctionnait réellement depuis lySô) en 1760 et encore en 1764. 
11 est cité dans les Almanachs de Lyon, de 1761 à 1776, avec le titre de 
a professeur à l'Académie pour l'Architecture » et, en 1777, comme 
professeur d'architecture à Paris. 

Lettres des Intendants de Lyon relatives à r Ecole de dessin (dans nos dossiers 
de Phistorique de cette Ecole). — Gaspard ^ellin^ dans le tome IX des Annales de 
la Société académique d'Architecture de Lyon, page LXIX. 

FAURE fPierre), maître d'œuvre de Lyon, toiseur pour le roi aux 
réparations et fortifications de la ville de Lyon, céda à un maître char- 
pentier du nom de Jehan Bègue ou Bergue un terrain sur les fossés de la 
Lanterne joignant la place qui venait d'être formée du côté du coin du 
couvent des Dames de Saint-Pierre, au levant, le 4 mars 1 557 ? ^^ travailla 
au pont du Rhône en i559 d'après les plans fournis par Olivier Roland 
(voyez ce nom). « Mandement de M. Estiçnne Genyn, Claude Collet et 
« Pierre Faure, maître maçon, priffacteurs du pont de boys du pont du 
a Rosne, en pierre, et par arcz suivant lespourtraicts qui sur ce ont esté 
>i faicts et dressés. Payements (à lui fait) pour faire les voultes de la 
« chambre estant en l'endroit de l'escailler par où on descend du pont du 
a Rosne au broteau de la dite ville et entre deux arcs du dit pont et pour 
« faire un chemin accessible pour faire la ronde le long des murailles de 
a la ville depuis la porte Saint-George ». 11 payait une taxe de 80 livres 
en 1571-1572. 

Archivesde la ville de Lyon, série CC, 1078 (iSSg i56o\ CC 1 184 (i568-i572). 
— Registres consulaires^ BB 79, folio 1 19 verso. — bulletin de l'Art Français : les 
architectes du pont du T^hône. — Bauchal. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 151 — 

à Sainte-Foy-lès-Lyon ; groupes scolaires, maisons d'école, salles d'asile 
à Tarare, Cours, OuUins, Brindas, Grézieu-La-Varenne, Montromand, 
Saint-Jean-de-Toulas, etc, — Admis à la Société Acade'mique d'Archi- 
tecture de Lyon, le 5 juillet i85i, il en fut le secrétaire-adjoint de i855 
à i856 et le trésorier de iSSi à 1882. — A publié la Notice de François 
Pascalon, Lyon, Perrin, 1861. 

Sa Notice, avec portrait gravé par P. Miciol. par Henri Despierre dans le 
lome VIII des Annales de la Société académique d^ Architecture de Lyon, page 19. 

FLAGHERON (Jean-Charles-Raphaôl), architecte, deuxième 
fils de Louis-Cécile, né à Lyon le 19 février 1808, mort à Lyon le 
27 août c866, entra, en 1824, à TEcole des Beaux-Arts de Lyon sous 
Chenavard, où il remporta, en i825, un prix en deuxième section et 
en 1826, une mention en première section (Hospice de vieillards pour 
une ville de deuxième ordre) ; se rendit à Paris où il entra à TEcole des 
Beaux-Arts en 1 827 sous Lebas et Vaudoyer et fit ensuite un voyage en 
Italie. — Professeur de dessin au Collège royal de Lyon en 1829. — 
Membre du Jury du concours pour la géométrie pratique et la perspective 
à TEcole des Beaux-Arts de Lyon de 1834 à i836. — Il restaura la salle 
de TAcadémie au Palais des Beaux-Arts et fut chargé des travaux de 
transformation de l'ancienne chapelle des Antonins (voyez Mimerel) en 
Cercle musical qui furent terminés en 1843 et qui lui occasionnèrent de 
graves ennuis à la suite desquels il alla s'établir en Algérie où il fit 
construire, à Alger, le Collège français et arabe, plusieurs maisons 
dans les rues dlsly et Napoléon, formant un îlot sur la place 
du Théâtre et plusieurs autres édifices que la mort Tempêcha de 
terminer. — Admis, le 27 août 1841, comme membre de la Société 
académique d'Architecture de Lyon, il en fut le secrétaire de 1841 à 1842 ; 
membre correspondant le 6 janvier 1 844. Cette Société conserve de lui 
dans ses archives un mémoire sur VEtat des Arts en France. 

Publications : Plan général de r Hospice de r Antiquaille de 
Lyon a\ec un dessin de la porte d'entrée principale, 1834, lith. de 
H. Brunet et C'e à Lyon. — Dans Lyon ancien et moderne^ un article 
sur le Collège de Lyon et un dessin de la façade du Palais des Beaux- 
Arts de Lyon, 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 153 — 

tecture de Lyon (Projet de restauration de la grande salle de Thôtel de 
ville de Lyon). — Dictionnaire général et raisonné (T architecture de tous 
les peuples et de tous lespays^ Lyon, Brunet et Fonville, i85o in-40, non 
poursuivi. 

Colleciion Geste à la •Bibliothèque de la ville de Lyon au Lycée, n« i6535. 

FLÉGHET (Joseph), architecte, est cité, de 18 12 à iSSy, dans les 
Almanachs de Lyon. 

G. Bellin dans le tome IX, page LXXXVIIl, des Annales de la Société acadé- 
mique d'' Architecture de Lyon. 

FLEURY (Mathieu-Claudius) , né en 1842, à Lyon, élève de 
TEcole des Beaux-Arts de Lyon sous Chenavard et Jourdeuil et de celle 
de Paris en 1861 (atelier Questel), où il obtint six médailles de deuxième 
classe; élève de première classe en i865 où il obtint deux médailles de 
première classe. — Ancien inspecteur de la ville Paris, professeur de 
dessin industriel de 1867 à 1875. — Il obtint le premier prix au concours 
pour le monument des Vosgiens à Epinal et la première mention pour 
récole de Nangis en 1874. 

Travaux d'architecture : écoles municipales ; monument des 
Vosgiens à Epinal; monuments funéraires ; hôtels ; maisons de rapport; 
villas ; usines ; constructions particulières. — Membre de la Société 
centrale des Architectes. — Officier d'Académie de 1882. 

Les Architectes élèves de C école des ^eaux-Arts de Paris ^ par David de 
Penarun, Roux et Delaire. 

FONTAINE (Benoit), architecte, né à Lyon, le i'' septembre 
1806, y est mort en 1891. Il fut élève de TEcole des Beaux-Arts de Lyon 
et de Labrouste, à Paris. La liste de ses travaux nous fait défaut et nous 
ne sommes en mesure de signaler de lui qu'une chapelle à La Pauline 
(Var), i85i-i852, laquelle a été gravée par Séon. — Admis à la Société 
académique d'Architecture de Lyon, le 5 juillet i85i, il en a été l'archi- 
viste pour 1859-1860, et le trésorier pour i865-i866; il fut nommé 
membre honoraire le 3o juin 1887. — Publication: Eloge de M, Ambroise 
Catenodj architecte, lu à la Société académique d'Architecture de Lyon, 
le 7 janvier 1864, Lyon, Perrin, 1864. 

16 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 155 — 

avec Percier, à des décors de théâtre, à la décoration de la salle des 
Cinq-Cents aux Tuileries et à celle de Thôtel de M. deChauvelin. — 
Restaura les châteaux de la Malmaison, Saint-Cloud, Versailles, 
Compiègne, Laeken^ Anvers, Brulh, Mayence, Strasbourg, Rome, 
Florence, Venise, du Louvre (dont le bel escalier du musée détruit sous 
Napoléon III), des Tuileries, dont la galerie nord subsiste encore le long 
delà rue de Rivoli, laquelle fut ouverte à cette époque. Il fit exécuter 
TArc de Triomphe du Carrousel (en employant les fûts des colonnes du 
château de Meudon, par Philibert de TOrme, que Ton démolissait alors) 
et la fontaine de Desaix, place Dauphine (qui leur valut le prix décennal 
de 1810). — 11 dirigea toutes les fêtes de TEmpire, dont celles du sacre, 
de la distribution des aigles et du mariage avec Marie-Louise. — Eln 
181 o, le 10 avril, il se rendit à Lyon pour examiner la possibilité de la 
construction d'un Palais impérial dans la presqu'île Perrache, dont 
Toffre faite à l'Empereur par une députation, en 1806, avait été acceptée. 
Non seulement Fontaine proposa trois projets pour la presqu'île, mais 
encore un quatrième pour le coteau de Sainte-Foy, la presqu'île devant 
être transformée en parc. Napoléon se décida pour un palais vers 
l'entrée de la presqu'île (où se trouve à présent la gare du chemin de fer) 
lequel devait coûter dix millions et qui n'aboutit pas. En même temps, 
Fontaine prépara un projet de palais pour le roi de Rome sur les 
hauteurs de Chaillot, auquel on commença à travailler, mais qui n'eut 
aucune suite. Sous Louis XVIII, Fontaine fit élever le monument expia- 
toire de la rue d'Anjou et, sous Charles X, décorer la galerie de ce nom 
au Louvre; il restaura Neuilly et le Palais- Royal pour le duc d'Orléans 
et fit construire la galerie- de ce nom. De 1823 à 1827, on lui doit 
THôtel-Dieu de Pontoise. Sous Louis-Philippe, il fit exécuter divers 
travaux aux Tuileries et disposa en musée une partie du château de 
Versailles- — Membre de l'Institut, le 9 mars 1812; membre honoraire 
de l'Académie de Munich. 

Publications en collaboration avec Percier : Palais^ maisons et 
autres édifices modernes dessinés à Rome, publiés à Paris, 1798 à i83o, 
grand in-folio de y 5 planches. — Recueil de décorations exécutées dans 
r église de Notre-Dame et au Champ-de-Mars, Paris, 1807, i vol. grand 
in-folio. — Choix des plus célèbres maisons de plaisance de Rome et ses 
ermrons^ 1809 à 181 2, grand in-folio, 65 planches, — Description des 



Digitized by 



Google 



)gie 



— 156 — 

ti ont eu lieu pour le i 
Marie-Louise^ Paris, 
es, comprenant tout 
1812, 48 planches. — 
?, de Suède, de Russie 
; de 38 planches. — E 
iches. — Description 
^ne historique et m 
\ïi portrait gravé au b 
), en i838, exposé cet 
no 4832. 

Légion d'honneur en 
ier de Saint-Michel. 

^ent, — Annuaires et comp 
- bulletin de Lyon, de i 
). — Bellier de la Chavî| 



ancesco-Carlo), arcl 
étudia sous Bernin à 

itecture : A Rome, le 
ausolée de la reine Cli 
ançais Jean Teudon) d 
)ite en entrant); l'une 
îtro et (1694) celle d< 
théâtre Tordinone j 
:'eniers publics vers la 
:e de San-xMichele à P 
près la place Navone 
miner, sous sa directi 
lencé par Bernin (la ( 
ans divers pour la non 
^yon (voyez Serlio, d 
la cathédrale de Fui 



Digitized by 



Google 



- 157 — 

Publications : // Tempio vaticano e sua origine^ Roma 1694. — Tra^ 
tato délie acque correnti^ Roma 1696. — Descriiione délia capella del 
fonte batismale nella basilica jfaticaua (ces fonts baptismaux, formés du 
couvercle en porphyre du sarcophage de l'empereur Othon, mort en 974, 
avaient reçu un couronnement et des figures dont il avait donné les des- 
sins), Roma 1697. — Antio e sua antichita. Roma 17 10. 

Voyage en Italie par de Lalande, III, pages 104, 390 et5o5, IV, pages 6r, 345, 
349 et 358. — Topographie de la France, Lyon, tome III, aux estampes de la Biblio^ 
thèque Nationale. — Biographie Hoefer. — Dezobry et Bachelet. 

FOREST (Joseph), architecte, né à Tournus le 3o mars 1806, est 
mort à Lyon le 29 mars 1875. — Entra, en 1825, dans le cabinet de Che- 
navard, où il s'occupa particulièrement de la surveillance des travaux du 
Grand-Théâtre (l'inscription de la pose de la première pierre du 
16 août 1828, gravée par Sanpier d'Arena, porte : J.-M. Forest, de 
Tournus, aide-architecte). — Nommé, le i^r octobre i836, architecte- 
voyer de la ville de la Croix-Rousse, fonctions qu'il conserva, comme voyer 
seulement du 4e arrondissement, dans les bureaux de Dardel, architecte 
en chef en i852. — Membre de la Commission municipale de Lyon le 
24 octobre 1873. — Créateur de Thospice des Petites sœurs des Pauvres 
rue de l'Enfance (4^ arrondissement). 

Travaux d'architecture : Diverses constructions à la Croix-Rousse. 
— Achèvement de Téglise de Saint-Eucher, cours d'Herbouville, com- 
mencée par F. Pascalon (voyez ce nom) et restauration de Téglise 
Saint-Denis. — Fit partie de la première organisation de la Société 
académique d'Architecture de Lyon, dont il fut le trésorierde 1859 à 1860. 

Sa Notice par A. Savoye dans le tome V des Annales de la Société académique 
d'Architecture de Lyon, page i. 

FOROBERT ( ), architecte, est mort vers 1826; archi- 

tecte-voyer de la ville de Lyon en 1792, seulement voyer de i8o3 à 1806; 
aurait fait des constructions à Saint-PJtienne avec son beau-frère 
Falconnet (voyez ce nom). 

FRANCHET (Charles-Marie), architecte, né à Lyon, le 10 
décembre 1 838, fut admis, en 1860, àTécole des Beaux-Arts de Paris, 
atelier Questel. — A Lyon, rue d'Algérie, 12. 



Digitized by 



Google 



^ 



— 158 — 

X d'architecture : à Lyon : agrandissement de Téglise de 
2-Saint-Vincent, ancienne église des religieux Augustins 
oux) ; chapelle des religieuses Marie-Thérèse à la montée 
Neuf; la chapelle des Dames du Sacré-Cœur, rue Boissat; 
Saint-Joseph, pour les Facultés Libres de Lyon, à la Guillo- 
ns TAin : le château de la Chassagne à Neuville-les-Dames. 
ne-et-Loire: le château de la Salle, près Sénozan. — Dans le 
le^ près Clermont-Ferrand : le monastère de Tlmmaculée- 
à Chamalières. — Collaboration avec Bossan (voyez ce nom), 
)ration intérieure de Téglise de Couzon-sur-Saône (commen- 
; pour les églises de Tlmmaculée-Conception à Lyon (com- 
i856), dont il a fait achever le dôme et fait actuellement 
façade; de Neulize (Loire) commencée en 1862; de Régny 
•ur la chapelle des Sauvages, près Tarare (Rhône), (commen- 
) ; pour la chapelle et le couvent des Dominicaines à Oallins 
mmencés en 1861. — Dessins de plusieurs objets pour 
lliat, orfèvre, et d'ornements brodés (chape et chasubles) 
farchidiocèse de Lyon aux souverains Pontifes Pie IX et 
— Admis, le 3 juillet 1873, à la Société académique d'Archi- 
yon, il y a lu, le 5 décembre 1895, la Notice Biographique 
resson (Lyon, Mougin-Rusand, 1896). — Louis- Maurice- 
tesson^ architecte, 1817-1893, dans le tome XXII de la 
érie de la Revue du Lyonnais, — Dessin d'une croix en 
la i25<' livraison des Matériaux et Documents de Raguenet. 
r de Saint-Grégoirc-le-Grand et de Saint-Sylvestre. 

OT (Charles), architecte, né à Talan (Saône-et-Loire) en 
ort à Lyon en 1868. — Entré, sous Chcnavard, à TEcole des 
de Lyon, il y remporta, en 1849, une deuxième mention 
re et, en i85o, un deuxième prix. — Il fit ensuite partie du 
orge jusqu'en 1860. — Il fut nommé, en i855, professeur 
ours de dessin linéaire de la Société d'Instruction Elémen- 
lône, devint titulaire et conserva ces fonctions jusqu'à sa 

x d'architecture : maisons rue de Condé, cours Napoléon et 
ly, à l'angle de la rue Ravez; hôtel en forme de chalet pour 



Digitized by 



Google 



— 159 — 

M. Robin, quai de Serin, et habitation pour M. Hellot, à Saint-Just; un 
autre à Chaponost. — A fait partie de la Société libre d'Architecture de 
Lyon. — Admis, le i«r août i86i, à la Société Académique d'Archi- 
tecture de Lyon. 

Eloge de M, Charles Frérot par G. George, dans le i^»' volume des Annales 
de la Société académique d'Architecture deLyon^ page 8. 



G — 



GABRIEL (Jacques, V*" du préncm et dont on ne retrouve 
jamais celui de Jules dans les actes de son temps), écuyer, seigneur de 
Bernay, Mézières, etc, architecte et ingénieur, né a Paris, le 6 avril 1667, 
selon les dossiers bleus de la Bibliothèque Nationale et divers biogra- 
phes, en i666, selon Mme G. Despierres, est mort à Fontainebleau, le 23 
avril 1742. — II était fils de Jacques IV^du prénom et de Marie de llsle, 
nièce de Jules-Hardouin Mansart,et eut, d'Elisabeth Besnier, sa seconde 
femme, Jacques-Ange (né à Paris le 24 octobre 1698 et mort dans cette 
ville, le 2 janvier 1782, architecte de la place Louis XV et de l'Ecole mili- 
taire). — Émancipé le 6 avril 1 687, il acheta de la veuve de Michel-Hardouin 
Mansart, frère de Jules, la charge de contrôleur général alternatif des 
bâtiments du roi ; architecte ordinaire du roi par brevet du 20 mars 1709; 
premier ingénieur des Ponts-et-Chaussées du Royaume ; le 25 janvier 
1737, premier architecte et inspecteur général des bâtiments du roi. 

Travaux d'architecture : A Orléans, 
1702 : dessins des stalles de l'église de /^ ^ ypj /^.^ ^ /^^ 
Sainte-Croix (des parties de boiseries de 
ces stalles sont à la chapelle du grand 
séminaire). A Paris, 171 1 à 1715 : Hôtel 
de la Force ; 1 738-1 740 : reconstruction 
de l'Hôtel des Comptes qui venait d'être incendié (cet hôtel, devenu 
préfecture de Police, a été détruit en 1871, sauf la porte) ; hôtel 
de Feuquières ; Collège de Navarre ; travaux au Palais Bourbon. 
— A Orléans, 1722 : plans pour la reconstruction des tours et des 
portes de l'église de Sainte-Croix (commencées en 1726) ; 1728 




Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 161 — 

GALAND (Denis), architecte, est cité dans le testament 
Gourât (voyez ce nom) relativement à une obligation sousci 
épous3, en 1693. 

Archives du département du Rhône. 

GALLIN ( ), architecte-voyer. — A publié 

en affaires de voirie^ en 1849. 

GANCEL(Etienne-François), architecte, né à Lyon, le i« 
mort le 28 décembre 1 878, entré à TEcole des Beaux-Arts de Ly 
obtenu en 1 83 1, une mention sur un projet de Gro/Zerfe/jA^mj 
à Rome, et un deuxième prix de perspective, en 1 833, le prix,mé 
pour Une maison de campagne et le prix de perspective et e 
prix de concours mensuels et un rappel de premier prix d'ai 
sous Chenavard. Entré, en i836, à TEcole des Beaux-Arts de F 
Blouet, Jay et Huyot, de i re classe en 1 839, où il a obtenu deux 
médailles. — Salon de 1867 • Nouvelle mairie du Xh arron 
place du prince Eugène, façade principale et pavillon en 
l'avenue Parmentier et le boulevard du Prince Eugène, re 
TExposition de Vienne (Autriche) en 1874 et à l'Exposition Uni 
1878, où elle lui valut une médaille de 3« classe. — Inspecte 
3o mars j86o, architecte divisionnaire de la ville de Paris. 

Travaux d'architecture : A Paris, de 1861 à i863 :1a ma 
cation correctionnelle ; de 1862 à 1 865 :1a Mairie du XI* arron 
de 1873 à 1877 : Técole de la rue Ampère ; en 1875 : TEcole 1 
Jeunes filles, boulevard des Batignolles ; en 1877 : l'École 
Legendre. 

Alminach du ^Ilim?nt^ de i8io à 1877 ~ Narjoux. — Ann 
Société centrale, 188 5. — Inventaire des Richesses d'Art de la Fr 
monuments civils, tome II, page 16. — Bellier de la Chavignerie. — 
Renseignements fournis par M. Bouvard. 

GARNAUD (Antoine-Martin), architecte et lithogn 
Paris, le 21 novembre 1796, mort le 19 décembre 1861 ; entr 
des Beaux*Arts de Paris à 14 ans, élève de Vaudoyer, y r 
grand prix d'Architecte à 21 ans (Un Conservatoire de Musiqu 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 163 — 

année, avec vingt-un autres architectes, au concours ouvert par la ville 
de Lyon pour la restauration du théâtre de Soufflot (exécuté de 1754 
à 1756) ; son projet fut retenu, et reçut une indemnité de 1000, francs de 
même que ceux de Dardel, Lefranc, Grangier, Bourjot, Chenavard, 
Pollet et Baltard (Ce théâtre a été reconstruit entièrement, plus tard par 
Chenavard). — En 1860 il obtint le troisième prix dans le concours 
ouvert pour le Grand-Opéra de Paris. 

Travaux d'architecture : Eglise de Decazeville (Aveyron). — Tom- 
beau du roi de Hollande, Louis-Bonaparte, dans Téglise de Saint-Leu- 
Taverny (Seine-et-Oise). — Le tombeau de la famille Héricart de Thury, 
à Thury (Seine-et-Marne). — Les tombeaux, au Père-Lachaise, du 
statuaire Pradier et de la princesse Bibesco. — Les quatre piédestaux 
en fonte du pont du Carrousel. 

Publications : Etudes d'Architecture chrétienne. — 11 fut nommé 
chevalier de la Légion d'honneur en iSSq. On a son portrait dessiné à 
Rome par L. Coignet, en 181 8. 

Archives historiques et statistiques du département du Rhône, février 1826, 
article de Gay. — Gabei. — Lance. — Lacaine. — Revue générale d'Architecture^ 
t. XVII et XIX. — Archives des ^eaux-Arts. — Bellier de la Chavignerie et Auvray. 

— Bauchal. — Notice sur Dardel^ par Charvet. 

GARNIER (Antoine- Joseph), architecte, né à Sain- Bel (Rhône) 
en 1859, est mort à Pnôm-Penh en 1896. Elève de TEcole des Beaux- 
Arts de Lyon, il y a obtenu, en 1877, sous Danguin, une deuxième 
mention de dessin; en 1878, sous Girardon, les prix de géométrie 
descriptive et de perspective ; sous Bayet, une mention avec un prix 
exceptionnel relatif à des dessins en archéologie et une deuxième mention 
en histoire de Tart; en 1879, une deuxième mention de dessin, le rappel 
de prix de géométrie descriptive et les prix d'archéologie et d'histoire de 
Tart; en 1880, sous Louvier, les premiers prix d'architecture et de 
concours mensuels ; enfin, en 1882, le second grand prix de Paris en 
architecture. — Elève de TEcole des Beaux-Arts de Paris, atelier Pascal. 

— A collaboré aux travaux de divers architectes de Paris. — A la suite 
de l'appel fait par le Ministre des Colonies à la Société centrale des 
Architectes en 1895, il avait été nommé inspecteur des Bâtiments civils 
à Pnôm-Penh sous les ordres de Fabre, architecte en chef des Bâtiments 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



XI 



Rougeron, Vignerot et C" d'après F.-F. Richard, lith. par A. Flundrin 

J.-J.-P. GAY 

1775-1832 

LYON ARTISTIQUE ARCHITECTES 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



^ 105 — 

de la ville, à Précy, il fut enfermé au château de Pierre-Scize, d'où 
il fut délivré par Tarmée de la Convention. Néanmoins, il quitta Lyon 
et fut employé à divers travaux publics, soit à Feurs, soit à Mont- 
brison, soit au Mont-Pilat. Il se rendit ensuite à Paris chez Bienaimé, 
entra à l'Ecole d'architecture dirigée par Leroy, y obtint plusieurs 
médailles et fît connaissance de Denon pour lequel il dessina la médaille 
du Sacre et la restauration du sceptre. — Salon de 1806: Projet de 
restauration de la grande salle de l'hôtel de ville de Lyon^ plusieurs 
dessins. — Nommé, par décret impérial du 25 janvier 1807, professeur 
d'architecture et d'ornements à l'Ecole impériale des Beaux-Arts, fonc- 
tions qu'il a conservées jusqu'en 1814. — En 1807 et 1808, architecte 
adjoint de la ville de Lyon sous Hotelard. — En 1826, il fit partie du 
jury des concours d'architecture de l'école des Beaux-Arts. 
Travaux d'architecture : Décoration des appartements 
du Maire à l'hôtel de ville de Lyon, particulièrement la 
salle à manger (laquelle a été depuis modifiée ; voyez 
Desjardins). — Les autels des chapelles de la Sainte 
Vierge, du Christ et saint Pothin à Téglise de Saint-Nizier. 
Le plafond du théâtre Soufflot exécuté par le peintre 
de décors Latilla. — Modifications apportées au projet 
Thibière (voyez ce nom) pour les façades de la place de 
Bellecour. — Projet pour un Palais de Justice à construire à Lyon, qui 
fut approuvé par le préfet d'Herbouville, mais auquel il ne fut 
donné aucune suite. — La Chambre de commerce de Lyon ayant 
ouvert un concours pour la Condition des Soies, son projet fut 
approuvé ; mais, dans l'exécution, quelques ennuis lui furent cau- 
sés par l'écroulement d'une partie de voûte qui fut facilement réparée. 
— Travaux de la grande salle du M,usée (depuis supprimée entière- 
ment; voyez Hirsch) en détruisant le plancher du 2* étage dans l'aile 
sud du Palais des Beaux-Arts. — La Halle aux blés (transformée 
depuis, par Ennemond Hotelard, en Mont-de-Piété, et enfin démolie 
complètement (voyez Thoubillon). — Après 18 14: maisons de campagne 
aux environs de Lyon. — Chapelle sépulcrale pour la famille de Mont- 
melas près Villefranche. — Caserne de gendarmerie à Lyon avec 
Ennemond Hotelard (voyez ce nom). — Arcade du chœur de l'église de 
S^int-Just à Lyon. — Projet dç Musée avec jardin botanique pour 1^ 




Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



- 167 - 

Travaux d'architecture : A Caluire (Rhône) : Técole de garçons 
de Saint-Clair, et Técole de filles avec école maternelle, 1 880-1881. 

— A Lyon : le groupe scolaire de Saint-George, 1884-1886; TEcole 
normale d'institutrices du Rhône, i885-ï888. — A Tarare: le théâtre 
(inachevé), 1881-1882. — Monuments funéraires : famille Teste à Saint- 
Rambert-rile-Barbe ; famille François-Paul à Ecully (en collaboration 
avec Collet) ; Duvergier et de la famille Muquet, au cimetière de Loyasse 
de Lyon, et de la famille Montagnon à celui de la Croix-Rousse. — Membre 
fondateur de TUnion architecturale de Lyon . — Admis, le 3 juillet 1 88 1 , à la 
Société académique d'Architecture de Lyon dont il a été secrétaire-adjoint 
de 1 883 à 1 884 et pour laquelle il a rédigé le Compte rendu de l Assemblée 
générale de r Association provinciale des Architectes français à Tours, 
publié dans les Annales de la Société académique d" Achitecture de 
LyoUj avec gravures, X, page 45. — Officier d'Académie. 

GENÊT Y (François), architecte, né le 8 mars i838 à Beauregard 
(Ain) , entra à V Ecole des Beaux- Arts de Lyon , sous Chenavard et Jourdeuil , 
puis dans les cabinets de B. Poncet (voyez ce nom) 1 856- 1859 ; F. Giniez 
(voyez ce nom) i ^9- 1 862, et A. et F. Benoît (voyez ces noms)de 1 863 à 1 866. 

— A obtenu, aux concours dits archéologiques de la Société académique 
d'Architecture de Lyon, le premier prix, en 1 862(avec van Doren),et le pre- 
mier prix en 1 863 (voir plus loin aux dessins). — ALyon,rueJean-Carriès,4. 

Travaux d'architecture : 1867 : collaborateur de B. Poncet pour les 
constructions élevées quai Saint-Jean-Baptiste, à Nice (Alpes-Maritimes). 

— 1869, dans TAin : château Treyve à Jassans ; mobiliers des églises de 
Beauregard et de Jassans. — 1 870-1 871 : bâtiments de communauté avec 
chapelle à Annonay (Ardèche). — 1872-1873 : divers projets non suivis 
d'exécution ; presbytère de la commune de Jassans ; travaux de déco- 
ration du château de Beauregard ; restauration de Téglise de Fareins, 
dans TAin. — 1876-1877, dans TAin : mairie et école à Fareins et groupe 
scolaire à Ambérieux ; chapelle à Lantignié (Rhône). — 1878- 1879, dans 
TAin : église à Bagé-la-Ville ; hôpital de Montmerle ; bâtiments de 
communauté avec salle d'asile et chapelle à Belleville (Rhône). — 1880- 
1881, dans TAin : presbytère d' Ambérieux ; groupe scolaire à Villeneuve 
et à Saint-Trivier. — 1882 a i883, dans TAin : maison d'école à Mizé- 
rieux ; restauration de Téglise, maison d'école avec mairie à Francheleins. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 101» — 

GEORGE (Gaspard), architecte et écrivain, né à Lyon le 
5 février 1822, élève de T Ecole des Beaux- Arts de Lyon en 1837, où îl 
obtint un prix de concours mensuels d'architecture, en 1842, et de 
A. -M. Chenavard ; entré, en 1843, à TEcole nationale et spéciale des 
Beaux-Arts de Paris, atelier Labrouste. A remporté, au concours 
d'émulation de la Société académique d'Architecture de Lyon, en 1844., le 
premier prix pour un projet d'embellissement de la place de Bellecour à 
Lyon et de la promenade contigue. A fait divers voyages d'études en 
France, Italie, Espagne, Allemagne, Hollande, Belgique, Hongrie, 
Turquie, Grèce, etc. — Nommé, en 1887, membre correspondant du 
comité des Sociétés des Beaux- Arts des départements. — A Lyon, cours 
Gambetta, 27. 

Travaux d'architecture : hôte] de ville de Thoissey (Ain), reproduit 
dans la Revue générale de V Architecture et des Travaux publics. Dans 
risère : un lavoir à Crémieu et l'hospice des vieillards de Bourgoin, 
reproduits tous deux dans le Recueil d Architecture de Wulliam et 
Farge, et le second dans la Revue générale de l'Architecture et des 
Travaux publics. — Dans le Rhône : les églises de Villié-Morgon, 
Jullié et Cercié; dans l'Ain : les églises de Reyrieux et de Chaneins ; 
les halles de Morestel (Isère); à Lyon: des maisons rue de l'Arbre- 
Sec, 18, rue des Archers, 17, rue de THôtel-de- Ville, loi, quai Tilsit, 
i5, cours du Midi, 27 et 29 et plusieurs autres place Carnot, notam- 
ment le n» 6, propriété du baron du Bord, léguée à la commune dlri- 
gny avec le no i5 de la même place; des habitations de campagne aux 
environs de Lyon : la villa de Peyronny, aux Etroits, et une villa à Nice. — 
En i863, membre de la Société littéraire, historique et archéologique 
de Lyon, dont il a été président en 1879. Le 3 janvier i852, membre de la 
Société académique d'Architecture, dont il a été secrétaire adjoint de 
1857 ^ ï858, et secrétaire de i863 à 1864. 

Lectures citées dans les Annales de cette Société : Description du 
monument du duc de Brunswick, à Genève et sur Viollet-le-Duc^ et ses 
théories en Architecture (Tome VII, pages LXX et LXXXIV). 

Publications : Notes d'un voyage en Italie (L. Perrin, 1859). — 
Notes d'un voyage en Espagne^ dans les Annales de la Société 
académique d'Architecture^ I, page 67; Compte-rendu des Travaux 
de la Société académique d'Architecture de Lyon, pendant les années 

18 



Digitized by 



Google ^ 



Digitized by 



Google 



— 171 — 

tion ; Tour de Constance^ à Aiguës- Mortes^ relevé ; Eglise de l* abbaye de 
oMaian (Ardèche). — Lauréat, de T Académie de Nîmes pour Thistoire de 
la Porte d'Auguste, avec plans. — Récompenses aux expositions de Nîmes, 
Montpellier et universelle de Lyon. — Architecte en chef du départe- 
ment de la Lozère, depuis le i^r janvier 1878. — Inspecteur des travaux 
diocésains de la Lozère. — Inspecteur archéologue, correspondant du 
ministère de rinstruction publiciue et des Beaux-Arts, pour la conser- 
vation du mobilier historique. — A Mende (Lozère). 

Travaux d'architecture : A Mende : Reconstruction deTHôtel de la 
Préfecture; construction de la prison cellulaire; de l'Ecole normale 
d'instituteurs et de l'Ecole normale d'institutrices. — Dans la Lozère : 
Bâtiments divers à l'asile d'aliénés de Saint-Alban; monument de Dugues- 
clin à Châteauneuf-de-Randon ; monument de l'ingénieur Léon Boyer, 
auteur du pont Garablt (Cantal), à Florac ; diverses maisons d'école 
et diverses églises. — Travaux divers dans le Gard, de 1870 à 1877. 
— Membre de l'Académie de Nîmes ; membre correspondant de la 
Société des antiquaires de France, à Paris; membre correspondant 
de la Société académique d'Architecture de Lyon, depuis le 8 jan- 
vier 1874; membre de la Société d'Agriculture, Sciences et Arts de 
la Lozère; membre de l'Union syndicale des Architectes de France, 
à Paris. — La Société d'Architecture de Lyon conserve, dans ses 
archives, de lui, comme don : les dessins de la Porte d'Auguste à Nîmes ^ 
sept feuilles au trait, à l'aquarelle ou à la plume. — Divers petits travaux 
dans les Mémoires de l'Académie de Nîmes. — A achevé le Recueil des 
inscriptions romaines de Nimes^ dans la réimpression de V Histoire du 
Languedoc^ à Toulouse, commencé par feu son père, Eugène Germer- 
Durand, avec le concours d'AlImer otXt Catalogue du Musée épigraphique 
de Nîmes. — A publié en 1877 à Nîmes, chez Catelan, libraire. Les 
enceintes successives de Nîmes ^ in- 18 de 104 pages et un petit plan. 

Officier d'Académie depuis 1896. 

GERVAISE (Jean), dit LA FORCE, architecte ; aurait fait, en 
1662, des travaux, au pont de T Archevêché, d'après les plans de La 
Vallée, ingénieur et architecte de Paris (voyez ce nom) ; toutefois, 
Gervaise reçut 65 livres, en 1662, pour les mêmes plans. 

Inventaire des Archives de Lyon, Regisire BB. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— \7à — 

Livre de la Confrérie de la Sainte-Trinité, folio 24. — ^{effistres consulaires 
Je la ville de Lyon, 41 à 72. — Registre E 4 des Délibérations du bureau, aux 
Archives de la Charité. — Etude biographique et bibliographique sur Symphorien 
Champier, par Allut, page 36 1. — Plan scé no graphique de Lyon au XVI^ siècle 
publié par la Société de Topographique historique de Lyon, pour le jeu de paume 
d'Ainay. — Les notices sur Bernard Salomon et les Entrées solennelles à Lyon, etc. 

GIMBRE (Jacques), fils du précédent, né vers i5i6, nommé voyer 
de la ville le 25 août i55i, en remplacement de son père Humbert, parait 
avoir été encore en fonctions en i558, sans qu'on soit, pour le moment, 
en mesure de préciser la date à laquelle il fut remplacé par Léonard 
Mirault; il était cité comme mort en i568. — ^En i553, il s'occupa de 
faire mettre la ville et ses fortifications en état de défense contre une 
surprise possible de Charles-Quint ; en 1 554 et en 1 555, il faisait exécuter 
diverses réparations au collège de la Trinité. — C'est pendant la durée 
de ses fonctions que la ville se décida d'abord à faire une brèche dans le 
mur d'enceinte, dit de la Lanterne, allant du Rhône à la Saône et défendu 
par un canal qui réunissait les deux cours d'eau, puis à les démolir entiè- 
rement; les fortifications de la partie haute de la colline Saint-Sébastien 
étant en état satisfaisant de défense. — En i556, il fut envoyé en cour 
vers Henri II pour des affaires de droits de nominations ou de suppres- 
sions d'offices, et en Bourgogne (i557) pour Tapprovisionnement du blé 
de la ville, afin d'apaiser le menu peuple « pour houster l'occasion de se 
mouvoir quelque sédition » ; ces mesures préoccupaient alors, bien plus 
que l'architecture, l'administration municipale de Lyon. 

Notes et Documents de Pe'ricaud. — Archives de la ville de Lyon poricfeuiile 
BB 397, pièce 34. — Registres consulaires, BB, 72 à 79. 

GINIEZ (Jean-Etienne-Frédéric), architecte et dessinateur, né à 
Lunel (Hérault), le 22 octobre i8i3,est mort à Lyon le 10 mars 1867; 
entré, en 1826, à l'Ecole des Beaux- Arts de Lyon, remporta, sous 
Chenavard, en i83i, un prix, médaille d'argent (Grotte de la Nymphe 
Egérie à Rome), une mention honorable en i832, et le prix de concours 
mensuels en i833.— 11 entra, le 4 janvier i836, àrfi^cole des Beaux- Arts de 
Paris, élève de Blouet,et, de là, se rendit en Italie, à Rome dont il rapporta 
une collection d'études de la plus scrupuleuse exactitude et où il retrouva 
L. Perret (voyez ce nom) pour lequel il exécuta, plus tard, les lithogra- 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 175 - 

portrait d'après un dessin de P. Miciol, 1864. — Bellier de la Chavignerie. — 
Bauchal. — Notice sur 'B. Poncetj par C. Tisseur, page 68. 

GIRARD (Dominique), architecte, est né à Montluel (Aîn), le 
10 octobre 1829. Elève de TEcole des Beaux-Arts de Lyon, sous 
Chenavard, il obtint le premier prix d'architecture, en i856, sur un 
casin pour une riche villa, et élève, de Tatelier Questel, en 1860, il suivit 
les cours de TEcole des Beaux- Arts de Paris à titre volontaire. Entré, 
pendant trois ans, chez Bresson, puis, pendant un an, chez Savoye. — 
A Lyon, rue de la Préfecture, 6. 

Travaux d'architecture : Construction de quelques maisons à 
location à Lyon et de plusieurs villas, mairies, écoles et couvents des 
environs. — Eglises: i863 : agrandissement deTéglisede Bressoles(Ain) 
et restauration de Téglise de Saint-Etienne à Montluel (Ain). — 1864 : 
restauration de l'église de Dagneux (Ain) (XIP et XIIP siècle). — 1867 : 
nef et bas côtés de Téglise de Pizay (Ain). — De 1870 à 1882 : à Téglise 
de Notre-Dame de Montluel (Ain) (XVe et XVIc siècles), tribune et buffet 
d'orgues, maitre-autel, autel de Saint-Joseph et fonds baptismaux. — De 
1875 a i886,àréglise de Coligny (Ain),(XV* siècle), autel du Sacré-Cœur 
et table de communion, confessionnaux et cadres du Chemin de Croix, 
fonds baptismaux et Piété, maître-autel, rampe de la chaire à prêcher 
et stalles monumentales. — De i8§i à 1884: église de Béligneux (Ain). 
— 1882 : église de Thil (Ain). — i883 : église de Ramasse (Ain) ; 1887 : 
chapelle de la Visitation de Montluel (Ain). — 1892 : église d'Hostias 
(Ain). — 1895 : façade et clocher de l'église de Niévroz (Ain). — 1897 : 
restauration de Téglise de Saint-Rambert-sur-Loire, monument histo- 
rique. — Admis à la Société académique d'Architecture de Lyon le 
4 juillet 1872, il en a été le trésorier pour l'exercice 1877- 1878 et mem- 
bre du Conseil de discipline pour ces années. Cette société conserve, 
de lui, dans ses archives, les dessins de la chapelle du Grand-Christ^ de 
r église N.'D. de Montluel (XVIe siècle). 

Publications : Introduction et Monographie de F église de Chevrières 
{Loire) (XV* siècle et Renaissance, i5i9 à i525), avec nombreux dessins, 
dans le texte de l'histoire de Chevrières par Tabbé C. Signerin, in-S^, 
Bibliothèque Forézienne, Théolier et C^e, 1894. — Monographie de 
Notre-Dame de Montluel [Ain) (XV^ siècle et Renaissance, i53o-i583). 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 177 - 

modèle pour soixante chevaux. — Ecoles communales primaires de 
Cluny, Amanzé, Chelly, Bois-Sainte-Marie, Blanzy, Laize, Azé, etc. — 
Diverses maisons à loyer. — Châteaux Campionnet, de Chargères, de 
Montaulon, de M^e Siraudin, de MM. Fortoul, Violot, de Castellane, 
etc.; tombeaux des -familles Gilly, Rolland sénateur, Fortoul. — Dans 
la Loire, en i865 et 1866 : travaux importants pour M. Alamagny. — En 
1894 et 1897 • château de la Bénissons-Dieu pour M. Charles Godinot. — 
Dans TAin : le donjon de M"*" Chavent à l'Accueille et le tombeau de la 
famille Chavent et de Montalembert à Cerdon. — Dans Tlsère, à 
Allevard : le chalet du comte de Montessuy. — Membre résidant de 
r Académie des Arts et Belles-Lettres de Mâcon, puis son membre corres- 
pondant en 1886. — Admis à la Société académique d'Architecture de 
Lyon comme membre correspondant, le 9 janvier 1873, il en est devenu 
titulaire le 2 décembre 1887. 

GODEAU ( ), architecte, aurait reconstruit, selon Lance, 

les bâtiments de Tancien monastère de la Merci, à Lyon, de 1727 a 1731. 
— Nous n'avons pu trouver, jusqu'à présent, ce monastère à Lyon (Les 
chanoines réguliers de Saint- Augustin et de la Sainte-Trinité pour la 
Rédemption des Captifs, établis à Lyon, en i658, avaient leur maison au 
bas du Gourguillon) ; il y a peut-être erreur ; toutefois il est de notre 
devoir de faire mention. 

GODIN ( ), moine Jacobin, reconstruit en, 17 14, les 

bâtiments du monastère devenus plus tard hôtel de la Préfecture du 
Rhône, puis démolis. 

Lyon Ancien et Moderne. 

GOIPFON (George- Claude), architecte, né à Lyon le i5 mars 
1712, est mort à Cesson, près Charenton, le 10 mai 1776. 11 fut membre 
de l'Académie des Beaux-Arts de Lyon. 

Publications : Art du maçon piseur dans le Journal de Physique^ 
de mars 1772. Il a laissé des mémoires académiques inédits. 

Catalogue des Lyonnais^ par Breghotdu LutetPéricaud. — Son éloge par Baron, 
ciiëpar Delandine dans le Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque de Lyon ^ 
tome II, page 304. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 179 - 
en deux divisions et piscine^ etc. ; 4** Grand bateau laveur et baigneur^ 
piscine chauffée dans les temps froids, — Professeur à l'école centrale des 
Arts et Manufactures. — 1826: architecte des Greniers d'abondance 
jusquen i83i. — De 1827 à i83o : architecte des Bâtiments civils; en 
i83i, inspecteur général et secrétaire rapporteur du Conseil général des 
Bâtiments civils (faisait partie du Conseil pour l'approbation des projets 
du Palais du Commerce de Lyon de Dardel en 1854), fonctions qu'il 
conserva jusqu'à sa mort. — De 1844 à iSSy, chargé de l'inspection des 
bâtiments faits dans les départements pour le compte de l'Etat. — Admis 
comme membre correspondant de la Société académique d'Architecture 
de Lyon le i^r juillet 1843. 

Publications : Choix d'édifices projetés en France depuis le commen- 
cement du siècle^ en coUahonition Sivec Biet, Grillon et Tardieu, 3 vol. 
in-folio, i85o. — Des voies publiques et des habitations particulières^ 
i852, in-8«. — Chevalier de la Légion d'honneur en 1837. 

Bellier de la Chavignerie et Auvray, — Annales de la Société centrale d'Archi- 
tecture, — R. Dardel^ par L. Charvet. — Bauchal. 

GOURNAY (de), architecte, cité dans les Almanachs de Lyon, de 
1756 à 1759. Professeur de géométrie pratique à l'Ecole gratuite de 
Dessin, en 1756, lors de sa création par une société d'amateurs (devenue 
officielle par arrêt du Conseil d'Etat du 11 août 1780) et remplacé par 
Faure (voyez ce nom). — Enseignait également larchitecture. 

^{echerches sur V organisation de V Enseignement du dessin de V Ecole publique 
de dessin de Lyon, au XVIII^ siècle, par L. Charvet, 1879. — Gaspard Bellin, dans 
les Annales delà Société académique d' Architecture de Lyon, tome IX, page LXVI. 

GOYET (Antoine), maître juré d'œuvre de maçonnerie de Lyon, 
remplace Jehan de Lorraine le 3i octobre i5i4; entreprend les travaux 
du poids des farines de cette ville, le 7 mars i522 ; travaille aux fortifi- 
cations ; visite et surveille avec Perréal, Jehan de Sceller, Nicod Cabé et 
•Guillaume de Pomey dit de Cheyssieu, la rue de l' Arbre-Sec jusqu'au 
Rhône; il avait reconnu avec Edouard Grand, Jehan de Salles, Antoine 
Tortoron et Pierre Genyn, charpentiers, les échafauds faits pour le jeu de 
la Conception de Notre-Dame aux Cordeliers, le 10 août i5i8. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 181 — 

époque où il fut nommé architecte et inspecteur des bâtiments et édifices 
de la ville ; il disparait du cadre des officiers municipaux en 1 79 1 . Attendu 
la difficulté de distinguer entre le père et le fils, nous citerons, sans 
préciser sur l'attribution, les deux aflfaires suivantes : r Remise au 
Consulat de plans pour la construction des prisons sur la place de 
Roanne; 2" En 1775 un rapport sur le pont d'Halincourt. En 1777, 
Jean-François, qualifié conseiller du roi, contrôleur des fortifications du 
département de Lyon, architecte, dresse avec Léonard Roux, un rapport 
et estimation de la maison du Grand-Paris, à l'angle des rues Mercière et 
Thomassin. 

Registre A A i35, aux Archives de la ville de Lyon. — Collection Coste à la 
bibliothèque de la ville de Lyon, n» 1 1 1 1 . — Archives de la Charité, B. 60. 

GRAN6IER (Etienne-Catherin), architecte, fit partie du jury 
d'architecture à l'Ecole des Beaux-Arts de Lyon, de 1842 à 1845. — Il 
dressa, en 1828, concuremment, avec vingt-un autres, un projet dans le 
concours ouvert par la ville de Lyon pour la restauration du Grand- 
Théâtre; ce projet fut retenu avec ceux de Dardel, Lefranc, Bourjot, 
Pollet, Baltard, Garnaud et Chenavard. Ce concours démontra, parait-il, 
qu il fallait reconstruire le théâtre et Chenavard fut chargé de ce travail ; 
les concurrents ci-dessus reçurent chacun 1,000 fr. d'indemnité. — Il 
figure, le 27 août 1841, comme membre de la Société académique d'Ar- 
chitecture, de Lyon, mais aussitôt est nommé membre honoraire. 

Appréciation des projets de restauration du Grand-Théâtre de Lyon, par Gay, 
Archives historiques et statistiques du département du T{hone, tome 111, page 314. 
— - ^I{ené Dardel, par L. Charvei, page 17. 

GRIVET (Benoist de), architecte, mort à Lyon, le 6 février i683, 
fut inhumé dans l'ancienne église des Augustins où l'on trouva, lorsqu'on 
la démolit, en 1755, sa pierre tumulaire. — Il se désistait, le 1 8 décembre 
1677, avec Claude Rochefort (voyez ce nom), aussi architecte, d'une 
demande en sénéchaussée et siège présidial contre l'abbesse de Saint- 
Pierre a pour raison des constructions et œuvres de maçonnerie faites 
€ par l'un et l'autre dans le monastère ». 

Archives du Rhône, XllI, page 329. — Actes du Notaire Rougcault, H. 4180, 
aux Archives du département du T{hone. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 183 — 

GROS Claude), architecte, est cité dans les Almanachs de Lyon de 
1777 à 1823, comme voyer-inspecteur. 

G. Bellin, dans les Annales de la Société académique d'Architecture de Lyon 
IX page LXXHI. 

GROS (Fleury), architecte,élève deTécole des Beaux-Arts de Lyon, 
y a obtenu, en 1819,1e prix de perspective en 3^ section, et, en 1820, celui 
de première section, ainsi que le prix d'architecture, sous Cochet, sur un 
projet de maison de plaisance et ses jardins. — Il fut membre du jury de 
cette Ecole de i835 à i838. Il dirigea d'une manière prépondérante la 
construction de l'église de Villeurbanne, sous Dupasquier. Nous n'avons 
pas recueilli d'autres renseignements sur cet artiste. 

GROS (Ulysse), architecte, né à la Guillotière (Rhône), vers 1840, 
élève de La Martinière, entra, en 1861, dans le cabinet de Charvet et y 
resta jusqu'en 1866. A cette époque il se rendit à Saint-Etienne où, après 
avoir appartenu à des cabinets d'architectes, il fut nommé, le 22 juin 1878, 
architecte de cette ville, fonctions qu'il a conservées jusqu'au 6 décem- 
bre 1879. 

GUERGHY (Louis RÉGNIER marquis de), architecte, né vers 
1780, est mort le 7 mai 1832. Il fut architecte du Ministère de la 
Guerre et contrôleur des bâtiments des Invalides. — En 1825, il prit 
part, avec vingt et un autres architectes, au concours ouvert par la ville 
de Lyon, pour la restauration du théâtre de Soufflot, à Lyon (exécuté de 
1754 à 1756) ; son projet, vivement critiqué, ne fut pas retenu ainsi 
que le furent ceux de Dardel, Lefranc, Grangier, Bourjot, Chenavard, 
PoUet, Baltard et Garnaud (Ce théâtre a été, plus tard, reconstruit 
entièrement par Chenavard). 

Travaux d'architecture : Restauration de l'ancien Vaudeville de la 
rue de Chartres, détruit en i838 ; le théâtre du Gymnase à Paris. — 
Avec Hervé, l'ancienne salle Ventadour, actuellement siège d'une maison 
de Banque à Paris. 

Archives historiques et statistiques du département du Rhône, février 1826, article 
de Gay. — Gabet. — Almanach du Bâtiment^ i83i. — Beliier de la Chavignerie et 
Auvray. — Notice sur Dardel^ par Charvet.— Bauchal. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 185 — 

dessins. — Salon de 1872 : Projet d'église pour Alençon^ P^an, coupes et 
façades; Fragments (f Architecture Renaissance relevés à Vipoin-sur- 
Sarthe. — Salon de 1874 : A Aulnay (Seine), aux premiers jours de 
printemps ; Rochers près de Fresnay-sur-Sarthe^ aquarelles ; Projet 
d'hôtel de ville avec tribunal de commerce pour Flers-de^rOrne, six 
dessins. — Salon de 1875 : Le château de Nantouillet (Seine-et-Marne), 
aquarelle ; Ecoles municipales construites rue Barbanègre (XIXe arron- 
dissement de Paris), plan, façade, coupe. — Médaille d'argent pour peinture 
à Caen. — Salon de 1876 : Au bord delà Sarthe^ aquarelle ; Eglise de 
Montsort à Alençon (ce projet a obtenu le i*^"" prix au concours). — Salon 
de 1877 : Le rocher de Verdelet dans la baie de Saint-Brieuc (Côtes-du- 
Nord) ; La plage de Saint- Symphorien près Dahouet^ dans la baie de 
Saint-Brieuc, aquarelles ; Projet de fontaine monumentale, — Salon de 
1878: Rochers près la forge de Laune (Sarthe) ; Membre^ près Fresnay^ 
sur-Sarthe^ aquarelles; Une cheminée. — Exposition universellede 1878: 
Groupe scolaire pour la Ville de Paris ^ rue Barbanègre, (XIX" arrondis- 
sement), qui lui a valu une troisième médaille. — Salon de 1879 : Château 
de Nantouillet (Seine-et-Marne), plan, façade sur les jardins. — Salon 
de 1880 \ Autel pour l église de Saint-Pierre de Montsort à Alençon^ 
élévation, coupe et plan. — Salon de 1881 : Maison construite à Mon- 
Irouge. — Salon de 1882 : Marché pourla ville de Fiers, — Salon de 
i883 : Salle à manger pour l'habitation de M. J.-R. H*'. — Salon 
de 1884 : Monument à Pierre Béton. — Salon de 1894 : Construction de 
répoque Louis XII ^ dite Tour des Gendarmes à Caen^ en iSyS^ aqua- 
relle ; Maisons des XV^et XV I^ siècles sur la place de Cussety en iSSS^ 
aquarelle. Salon de 1895 : Maison du XV^ siècle^ près Segrie (Sarthe) ; 
Le pont de Beauvoisin (Isère-Savoie), XVIe siècle. — Salon de 1896: 
Agrandissement du château de Boideffre (près Alençon), croquis pers- 
pective de la façade sud ; Marseille., lesforts^ le phare de la jetée ^ aqua- 
relle. — Salon de 1897 : Petite maison de campagne à Bagnoles-de-l' Orne; 
Fontarabie^ la Grande Rue et l'Eglise^ aquarelle. — i865 : sous inspec- 
teur, dessinateur au service d'architecture de la ville de Paris (église de 
Montrouge). — A fait, de i865 à 1870, des cours gratuits d'ornement à 
l'Association philotechnique (cours du soir) de Paris, section du Lycée 
Charlemagne. — 1871 : Inspecteur-dessinateur, attaché à l'inspection 
générale de Ballu (travaux d'ameublement de l'église de la Trinité, 

20 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 187 - 

de Lyon. En 1649, figures devant la Loge aux changes. En i655, il fit 
les médaillons de Nicolas de Neuville de Villeroy, gouverneur de 
Lyon, et de son frère Camille, archevêque de Lyon (diamètre 0,14g). 
— Il exécuta le plus grand nombre des sculptures de figures et d'orne- 
ments du nouvel hôtel de ville, notamment, le fronton aux armes de 
France, avec trophées, sur la façade principale (décembre i65o), détruit 
par rincendiede 1674; six statues qui n'existent plus; V Archéologie et la 
Géométrie pour les niches au-dessus de la chapeUe^V Amour divin, la Foi 
Chrétienne ^V Amour de laPatrie^etla Concorde pour la galerie adjacente 
(marchédu8janvieri652); lessculpturesdu dôme de l'horloge, (décembre 
i653), tel qu'il était avant l'incendie de 1674; un lion ; les têtes du Christ 
et de la Sainte^ Vierge ; une tête d'éléphant qui devait figurer dans la 
cascade de la cour ; la pose et l'entourage des tables de Claude (i658) 
dans le grand vestibule. — 11 reçut, avec Mimerel (voyez ce nom), le 
5 août 1660, 800 livres pour six figures qu'ils avaient faites pour le feu 
de joie en réjouissance de la paix sur le pont de la Saône. On lui doit 
aussi les morceaux ci-après : 1660, les dauphins delà fontaine triangu- 
laire, à trois bassins, qui était placée au milieu de la place des Terreaux, 
exécutée probablement avec le concours de S. Maupin (voyec ce nom), 
laquelle fut démolie, en juin 1698 (on n'en conserva que le grand bassin 
et le jet d*eau qu'on remplaça, plus tard, par deux fontaines appliquées 
contre les pavillons de Thôtel de ville) ; Saint Hubert^ au coin de la rue 
Thomassin ; une Sainte-Vierge^ en bas relief rue de la Belle Cordière ; 
Saint Pierre-Célestin^ à la porte du jardm des Célestins, du côté de 
Bellecour; Notre-Dame de Pitié (1643), à l'entrée delà rue Mercière; 
Saint Pierre^ au coin de la rue des Ecloisons, côté de la boucherie des 
Terreaux; Saint André^ au portail de l'église du Petit Forez ; une 
Sainte Vierge (1659), au coin de la rue Vieille-Monnaie, vers Saint- 
Sébastien ; Flore^ dans la maison Dugas. — Il signait encore un testa- 
ment en 1666. 

Archives du département duRhàne^ C, 181, f«» ici et 102 ; €,467, f*^» 102 et io3 ; 
G, 738. — Archives de la ville de Lyon, BB, 202, !<> recto ; 210, f** i23 ; 2i5, 
f* 271. — Archives de la Charité, B, 69. — Eloge historique de la ville de Lyon, 
par Ménestrier. — Les Archives de V Art français, 2^ série. — Les Beaux Arts à 
Lyon, par Pariset, pages i3o et i3i. — Les Maîtres sculpteurs de Lyon, par Natalis 
Rondoi. — Expilly. — Monographie de V Hôtel de Ville de Lyon, par A. Desjar- 
dihs. — Bauchal, 



Digitized by 



Google 



— 188 — 

[ENRIET (Bertrand), maître d'œuvre de maçonnerie à Lyon, 
pelé comme expert à Bourg-en-Bresse pour une visite des travaux 
rlise Notre-Dame, avec M^ Lambert de Ghambéry, le 6 mai iSog. 
vient dans cette ville en octobre 1 5 1 1 , avec Jehan Tabourin dit de 
ine (voyez ce nom), appelé par Jehan Perréal (voyez ce nom) pour 
les opérations de plantations de Téglise de Brou. — En i5i2, il 
exécuter les travaux de l'église du couvent d'Alix (Rhône), depuis 
îtruite, en 1768, par Marin Decrénice (voyez ce nom). — En juin 
nême année, il se mit à la disposition de Marguerite d'Autriche 
[iriger les travaux de Téglise de Brou, que Ton enlevait à Jehan 
al ; il prépara même un « portrait » de l'église, auquel il travailla 
eux des siens, pendant cinq jours, lequel fut envoyé à la princesse 
ir lequel il reçut trois écus d'or au soleil, plus cinq sols pour le 
e : cette affaire n'aboutit pas. Ce fut Jehan Tabourin qui lui succéda 
e maître-juré de la ville de Lyon. 

gtstres de r Hôtel de Ville de Bout^, — Jehan Perréal par L. Charvet, page 
Archives du Nord y B. 2225. — Les Edifices de Brou depuis le XV I^ siècle 
nos jours, par E.-L.-G. Charvet, 1897, Paris, E. Plon-Nourrit et O^, 

[ENRT (Hiérosme ou Hiéronyxne), orfèvre et contrôleur des 
:ations. — Le 22 juin i5i8, il reçoit dix sous tournois pour une 
lie d'or destinée à Télu Mazzi, qui était allé en cour. — Le 9 juillet 
nême année, huit sous tournois pour une autre médaille donnée au 
lleur des chevaucheurs. — Ce fut lui qui fabriqua la net ou galerie 
nt qui fut offerte à Antoine du Bourg, chancelier de France. — En 
remplaça Grand aux fortifications, reçut pour cela 60 livres le 
1 1526: il s'occupa surtout des fortifications vers Pierre-Scize. 

chives de la Ville de Lyon. 

[IRSCH (Abraham), architecte, né à Lyon le 19 octobre 1828*.— 
de l'Ecole La Martinière, et sorti avec le diplôme en 1842 ; élève 
cole des Beaux- Arts de Lyon sous Chenavard, en 1847. — Attaché 
)inetde Desjardins, architecte diocésain, de 1847 à 1870 et a colla- 
i tous ses travaux pendant cette période de 23 années. — Inspecteur 
ivaux du grand séminaire de Lyon, par arrêté ministériel du 2 juillet 
— A obtenu un premier prix en 1854, sur une Mairie pour un des 



Digitized by 



Google 






;«i\ -^''r^-x . 



XII 



Rougeron , Vignor.t H l. • '«•"prt'S la photographie U. Vieloire 

A. HIRSCH 

1828 



m 



LYON ARTISTIQUE 



ARCHITECTES 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 189 — 

arrondissements de Lyon, au concours ouvert par la Société académique 
d'Architecture. — Architecte en chef de la ville de Lyon et en fonctions 
depuis le \^^ janvier 1871. — Membre du Conseil départemental des 
bâtiments civils du Rhône, par arrêté du 28 avril 1872 et du Conseil 
d'administration des Sapeurs-Pompiers de Lyon, par arrêté du 19 janvier 
1874. — Membre, depuis 1873, du Jury des concours de TEcole des 
Beaux-Arts de Lyon, dont il a été directeur intérimaire de 1876 à 1878. 
— Membre du bureau d'administration du Lycée de Lyon, par arrêté 
ministériel du 20 décembre 1880. — Administrateur des Hospices civils 
de Lyon, par arrêté préfectoral du 23 janvier 1881. — Architecte des 
Facultés de Lyon, par arrêté ministériel du 21 décembre 1891 . — Vice- 
président du Conseil d'administration de TEcole Nationale des Beaux- 
Arts et des Musées de Lyon. — A Lyon, cours Lafayette, 1 1. 

Travaux officiels : Hôtel de Ville de Lyon (voyez Maupin, Mansart, 

L.-C. Flacheron, Dardel et Desjardins) ; après le départ des services de 

la préfecture du Rhône, 1891-1893, organisation et aménagement des 

cabinets d'adjoints, de la recette municipale et des bureaux de la Mairie 

centrale. 1893-1895: construction d'une salle des séances du Conseil 

municipal et annexes au rez-de-chaussée de Taile sud. 1895-1897, 

installation partielle de léclairage électrique; installation du chauflfage à 

vapeur. 1895-1896: suppression de la galerie vitrée, entre la cour haute 

et la cour basse et établissement de perrons et barrière. — Palais des 

Beaux-Arts (voyez de la Valfenière) : 1875-1879 : restauration de la salle 

de l'ancien réfectoire; réfection des toitures surélevées en combles (aile 

nord). 1877- 1878 : exhaussement, sur la rue du Plâtre, d'un petit 

bâtiment annexe qui servait de laboratoire de chimie. 1878-1883 : 

restauration des portiques intérieurs et des façades sur cour (voyez 

Dardel). 1879-1883 : rétablissement du plancher du 2^ étage dans 

Taile sud (voyez Gay) et surélévation des combles. 1880-1888 : création 

d'un grand escalier (peintures de Puvis de Chavannes) dans Tangle 

sud-est. 1895- 1896 : plaques commémoratives des donateurs des 

Musées. 1882-1883 : restauration du Musée des peintres lyonnais 

(voyez Dardel) et surélévation des toitures (aile orientale). i88i-i883: 

chauffage des Musées par des calorifères à air chaud en remplacement 

des poêles. 1 885- 1886 ; agrandissement et nouvelle installation de la 

Bibliothèque de la Faculté des Lettres (transférée depuis dans un nouveau 



Digitized by 



Google 



— 190 — 

1887- 1890 : transféremènt, au rez-de- 
Ipture du Moyen- Age et de la Renaissance, 
liapitre et de la cuisine deTabbaye; restau- 

au 2e étage de l'aile occidentale (voyez 
iToyez Chenavard t Dardel). 1877-1878: 
lits-Gaillot, d'un plancher en bois par un 
l'un incendie. 1878- 1880 : remplacement 
►mbles métalliques surélevés, des anciens 
^ et de la scène, et des anciennes toitures 
i machinerie. — 1879-1880: restauration 
auration du foyer du public (quelques 
îs Matériaux et Documents de Raguenet 
ons), des vestibules, contrôles, escaliers, 
rite en vue d'une évacuation rapide, et 
! galerie extérieure à Tétage supérieur, sur 
2 : substitution de Téclairage électrique à 
i2 : installation du chauffage à vapeur, 
er à l'angle sud-est. — Théâtre des Céles- 
79 et ï 880-1 881 : reconstitution d'aména- 
:ors du répertoire après les incendies des 
du 25 au 26 mai 1880 et la reconstruction 
stitution de l'éclairage électrique à Téclai- 
décors des théâtres municipaux. — 1879: 
]uisition par la ville de l'immeuble Chenel. 
t, construction d'une annexe spécialement 
e des Célestins. — Lycée Ampère (voyez 
restauration intérieure et extérieure et 
:tés jusqu'alors à des services divers. 1881- 
t. — Dans la Bibliothèque delavilleragran- 

de Retz, en 1876 et 1877 et modifications 
^céc de Saint-Rambert (voyez Desjardins). 
e la propriété Barry, acquise pour agran- 

rectification du chemin vicinal et recons- 
- Ancienne Ecole de Médecine, rue de la 
)ns provisoires. — Facultés. 1876-1886 : 

définitives des Facultés de Médecine, de 



Digitized by 



Google 



— 191 — 

Pharmacie et des Sciences, quai Claude-Bernard (publiées dans la 
Construction Moderne, 1 889-1 890, planches 67 à 68, et texte page 399 ; 
loi du 8 décembre 1874, promulguée le 20; plans approuvés le 10 avril 
1876 par le Ministre de Tlnstruction Publique, et le 16 mai par le Conseil 
municipal; prises de possession en 1879, i883 et 1884. Détails décoratifs 
dans les Matériaux et Documents de Raguenet, ii5e livraison ; la 
dépense, sans les terrains, s'est élevée à six millions). 

1890-1896 : Construction et installation, quai Claude-Bernard, des 
Facultés de Droitet des Lettres et de THôtel de l'Académie (la dépense, 
sans les terrains, s'est élevée à un million quinze cent mille francs). — 
1889 : Installation provisoire de TEcole du service de Santé Militaire 
àThôpital Desgenettes (voyez Dupoux). — 1890- 1896 : Construction et 
installation définitive de TÉcole du service de Santé Militaire, avenue 
des Ponts du Midi (la dépense s'est élevée, sans les terrains, à trois mil- 
lions). — 1881-1887: Construction de la station, à Saint-Genis-Laval, de 
rObservatoire astronomique et météréologique. — 1890-1893: Appro- 
priation de Tancien hôtel de la Compagnie de Terrenoire (voyez Tis- 
seur) en Mairie du 2^ arrondissement et installation des services. — 1 879- 
1880 : Construction, au cimetière de la Guillotière, de deux pavillons à 
l'entrée pour les gardes et le concierge. 1880- 1882 : Dans le même cime- 
tière monument funéraire érigé à la mémoire des soldats blessés pendant 
la guerre de 1 870-1 871 et décédés à Lyon. — 1 891 -1892 : Au cimetière 
de Loyasse, monument funéraire à la mémoire de J. Chazière (bienfai- 
teur) 1891 : Reconstruction des portes et des barrières d'entrée. 1895- 
1896: Monument érigé sur remplacement du rond-point à la mémoire 
des sapeurs-pompiers morts au feu. — 1892 : Construction, à Perrache, 
d'un hall pour abriter le marché aux chevaux et installations. — 1879 : 
1882 : Construction d'un marché couvert dans le quartier Perrache. — 
1888-1889 : Restauration générale de Tabattoir de Perrache (voyez Du- 
pasquier). — 1896 : Restauration générale et aménagements nouveaux 
aux abattoirs de Vaise (voyez A. Desjardins) et de Perrache et au marché 
aux bestiaux (voyez A. Desjardins), à la suite de la prise de possession par 
la villede l'exploitation directe. — 1881-1882 : Création d'un service de 
transit international à l'Entrepôt des Douanes. Constructions et aména- 
gements. Agrandissement de i885 à 1886 ; modifications et transforma- 
tions, de 1894 a 1896. — Bureaux d'octroi. 1883-1884: bureau delà Buire, 



Digitized by 



Google 



— 19 

du déplacement 
îs Culattes et de 
ît filles, bouleva 

maternelle et g 
îlleset école mat 
îossuet; 1881-1J 
1 884- 1887, garç 
is rue Pierre-Cor 
complémentaire: 
lémentaire pour 
M. Four, à Mor 
le maternelle rou 
mation en école 
89, agrandissem 
golfier; i889-i8< 
la Part-Dieu. — 
>riété Chazière, c 
Installation d'un 
•"ournet, grande 1 
le Nuit à Perracl 
t installations in 
894.— 1887-18! 
des fêtes publiqi 
ation d'un musé 
— 1877-1879 :T 
it par A. Desjarc 
Monument à Raî 
tière. — iS85-i 
ine, trouvés dan 
, sur la place de 
rd de Jussieu, p 

Rhône dans un 

: Pose de la fo 
.- 1895-1897 
ney (Fontan et 

Chartreux, d\i 



Digitized by 



Google 



— 193 — 

Pierre Dupont, d après le projet de G. André (Suchetet, statuaire). 

Travaux particuliers : 1862 a 1864: Construction duTemplelsraélite 
de Lyon quai Tilsit (publié dans la Repue de V Architecture et des Tra-- 
vaux publics de 1 865 ; planches 43 à 49 avec texte, page 2 19, par Tauteur). 
Maisons à Lyon, rue de THôtel-de-Ville, rue Centrale, rue du Plat, rue 
de la Pyramide, etc., villas à Ecully, la Demi-Lune, etc. ; onze maisons à 
Rouen. 

Admis à la Société académique d'Architecture de Lyon le 3 juillet 
1862, il en a été le secrétaire-adjoint pour 1863-1864, le secrétaire pour 
1867-1868, le vice-président pour 1875-1876, le président pour 1879-1880 
et 1897- 1898. 

Publications : Compte rendu des travaux de la société académique 
dArchitecture de Lyon pendant les années iSôj-jSjS. — Remarques sur 
les plans et dessins d architecture à V Exposition universelle de i86y^ dans 
le tome I, page 1 85, des Annales de la Société académique d'Architecture 
de Lyon. — Discours prononcés aux distributions de prix de 1877 et 1878 
de TEcole des Beaux-Arts de Lyon. — 28 octobre 1876, Officier d'Aca- 
démie ; 7 février 1878, chevalier de la Légion d'honneur; \a juillet 1882, 
officier de l'Instruction publique; i3 novembre 1890, commandeur du 
Nicham Iftikar ; 3 1 octobre 1894, officier de la Légion d'honneur. — Son 
portrait, par son frère Alexandre-Auguste,aété exposé au Salon de Paris 
de 1895. 

HODET(Jean), architecte. Le 29 avril 1718, Parchevêque de Neu- 
ville de Villeroy, assisté de ses vicaires et de son aumônier, pose la pre- 
mière pierre de l'église et du couvent du troisième monastère de Sainte- 
Elisabeth sur la balme Saint-Clair à Lyon ; Jean Hodet était architecte 
et entrepreneur. 

Petite chronique Lyonnaise, par Morelde Voleîne. — Revue du Lyonnais, 2« série, 
lome IV, page 36 1. 

HODET (Pierre), architecte. Lorsqu'on démolit Téglise des 
Grands.-Augustins,àLyon, en 1755, laquelle tombait de vétusté, elle con- 
tenait une série d'inscriptions tumulaires au nombre desquelles : « Ci 
« gist honneste homme Pierre Hodet, architecte et citoyen de Lyon, 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 195 — 

de-Ville ; 40 Projet d'amélioration de la place de l'Arc de triomphe de 
l'Etoile où, avec des vérandahs, des tourelles, des arches àgaleries par des- 
sus les huit petits boulevards, l'auteur s'efforçait de rendre plus monu- 
mentales les habitations autour de cette place ; 5® Projets de ponts à 
jour pouvant se relier au terre plein de Henri IV; de nouvelles rues abou- 
tissant à la place Saint-Sulpice et d'un nouvel Institut reporté à l'Est 
vers la Monnaie et terminé à l'Ouest par le dôme actuel, projets publiés 
vers 1844; 60 Projet pour les Sociétés savantes, place Dauphine; 7® Projet 
pour couvrir la cour du vieux Louvre par une grande charpente vitrée 
ne touchant pas et ne dénaturant pas les constructions existantes ; 
8« Projet de réunion du vieux Louvre aux Tuileries ; 90 Projets pour la 
porte Saint-Denis; amélioration du Palais Royal, du jardin des Tui- 
leries, de la Bibliothèque nationale ; 100 Projets de maisons au XIXe 
siècle avec portiques non obscurs et galerie sur la partie couverte du 
canal Saint-Martin ; 1 1» Avant projet pour la place de Clichy et pour 
un monument moderne en pendant à Tobélisque de Louqsor; 120 Quatre 
fontaines monumentales sur le rond-point des Champs-Elysées; i3o Pro- 
jet de faire des galeries-promenades couvertes, avec de petites boutiques,^ 
à la place des terrains perdus autour du Diorama et du Cirque des 
Champs-Elysées ; 140 Projet de Palais de Cristal pour les Champs- 
Elysées ; i5" Projet de réduction du Palais de l'Industrie; 16® Projet 
de six ministères au Trocadéro ; 1 70 Projet de passerelles fixes, tour- 
nantes ou mobiles, et de passages souterrains là ou il y a de grands mou- 
vements de voitures ; 180 Parallèle des ponts de Paris et de Londres ; 
190 Projet d'exposition d'industries par catégories sur TEsplanade des 
Invalides ; 200 Projet pour utiliser l'Hôtel des Invalides pour les écoles 
industrielles; 21» Projet de caravansérail et d'hôtel pour Paris, Londres, 
Dresde, etc. ; 220 Projet de transformation du cimetière Montmartre ; 
230 Projet d'une belle salle d'été et d'hiver pour concerts et opéras 
populaires ; 240 Projet pour la crémation des corps ; 25* Projets des 
Halles centrales, du square Saint-Eustache et deTHôtel des Postes (le 
projet de halles centrales donna lieu plus tard à une polémique entre 
Horeau et Victor Raltard) ; 260 Projet d'agrandissement de la Bourse ; 
270 Projet d'une colonie agricole et d'une ferme modèle ; 280 Projet d'une 
laiterie au Bois de Boulogne et d'exposition permanente de fruits et de 
(leurs de ce même bois ; 290 Projet de prisons cellulaires (voyez plus 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 197 - 

Travaux d'architecture : A Lyon et aux environs plusieurs maisons 
importantes dont la maison Modière, à Lyon, et Joannon-Navier, près 
rile-Barbe. — Caserne de gendarmerie à Lyon, avec Gay (voyez ce 
nom). — Réparations à la Condition des Soies. — Transformation de la 
Halle aux Blés en Mont-de-Piété (démoli). — Projet, en collaboration 
avec Dardel, pour la construction, en 1842, de Téglise Sainte-Blandine à 
Perrache, approuvé par la ville et par le Conseil général des Bâtiments 
civils, laquelle, commencée, ne fut pas poursuivie ; cette église a été élevée 
sur un autre terrain par Clair Tisseur (voyez ce nom). — Est appelé à 
concourir, en i858, avec Léo et Charvet (voyez ces noms), pour la cons- 
truction d'un Hôtel de la Caisse d'Epargne à Lyon ; c'est le projet de ce 
dernier qui a été choisi et exécuté. — A fait partie des fondateurs de la 
Société académique d'Architecture de Lyon, dont il fut le vice-président 
de 1847 à 1848, le président en i85i, et membre honoraire le 10 janvier 
1857. — Eglise de Sainte-Blandine à Perrache^ Hotelard et Dardel, 
architectes, plan, élévation et coupe, Fugère se, 1842. 

Eloge (TEnnemond Hotelard, par R. Dardel, dans le tome i*»" des Annales de 
la Société académique d^ Architecture de Lyon^ page 2. 

HOTELARD (Frédéric), architecte, père du précédent et frère du 
suivant, avec lequel il entreprit la construction des maisons formant ce 
qu'on nomme les façades de Bellecour à Lyon (voyez Thibière et Gay), 
en 1802. — Architecte en chef de la ville de Lyon, de 1807 ^ ^814; rem- 
placé, en 181 5, par Flacheron. — On a de lui : Plan géométrique de la 
ville delaGuillotière^ Lith. Brunet, in-folio. Il fut président d'honneur, 
en i83o, de la Société académique d'Architecture de Lyon. 

HOTELARD (Pierre), architecte, entreprit, avec son frère Fré- 
déric, la construction des maisons formant ce qu*on nomme les façades 
de Bellecour à Lyon (Voyez Thibière et Gay), en 1802. 

HUBERT (Charles), architecte, est cité aux Archives de la Cha- 
rité àt^ms 1763 et dans les Almanachs de Lyon jusqu'en 181 5. 

Gaspard Bellin dans le ipme IX des Annales de la Société académique d* Archi- 
tecture de Lyon, page 74. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 199 - 



— I — 

INTHATIUS ou MITHATIUS (Marcus) patron de la corpoi 
tion des maîtres d'œuvre gallo-romains de Lyon, en même temps c 
d'autres ; d'après Tinscription du piédestal de la statue, laquelle lui a\ 
été décrétée par sa corporation, lequel fut trouvé en 1829 a Ainay 
creusant les fondations de la maison située à l'angle de la rue Sain 
Colombe et de la place St-Michel et qui se trouve à présent au musée é 
graphique de la ville de Lyon, arcade XXI, n© i63. 

Allmer et Dissard, pages 453 à 455. 



JAGQUEMARD, maître d'œuvre et sculpteur de Lyon, fait 
grande fenêtre de la chapelle du château de Pont-d'Ain, plus trois aut 
plus petites, pour 25 florins ( 1 542-1 546) ; en outre, il décore la vis 
l'entrée de la même chapelle d'une image de Notre-Dame, et y fait i 
piscine pour 18 sols tournois. 

Archives delà Càte-d*Of\— Bauchal. 

JACQUET (Louis), ingénieur, né à Villefranche (Rhône), le 
avril 1825, est mortle 6 janvier 1890. — Elève ingénieur le i**" décemi 
1846, ingénieur ordinaire de deuxième classe le i'*" décembre i852; 
première classe, le 1^' septembre i865 ; ingénieur j/^^y^ 
en chef de deuxième classe le i**" août 1874, de ^^/^^<-^'^ 
première, classe le i**" mars 1879, inspecteur général ^ 
de deuxième classe le i^r octobre i883. 

Il a fait exécuter, à Lyon, le nouveau pontTilsit, 
ou de l'Archevêché, en remplacement de celui terminé 
par Carron (voyez ce nom). Les travaux de reconstruction, adjugé 
i5 mai i863, furent commencés immédiatement et terminés à la fin 
1864. — Il a fait également opérer des travaux considérables pour 
navigation du Rhône. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 201 — 

téléger et un château dans la Creuse. — Eglises : dans la Loire : de 
gneux, Aboin près Saint-Bonnet-le-Château, Rivas prèsMontrond 
dant 20 ans travaux de restauration de l'église collégiale de Montbr 
Dans le Rhône, église de Beaunant en collaboration avec Corret ( 
Giroud). — Agrandissement de Tasile des Petites Sœurs des pauvn 
Villette; orphelinat des Alsaciennes-Lorraines, rue d'Auvergne; rest 
tien et agrandissement du couvent de Notre Dame-Auxiliatrice au 1 
du- Jour. — Plusieurs mausolées au cimetière deLoyasse et le mauso 
l'abbé Dauphin à La Pacaudière (Loire). — Divers projets nonencor 
eûtes pour les églises, dans la Loire, de Saint -Sauveur, Sury-le-Co 
Moingt, etc. Maisons d'école. — A fait de nombreuses expertises pc 
tribunaux de Lyon, Saint-Etienne, Montbrison et pour les conse 
Préfecture du Rhône et de la Loire. 

Admis, le 4 juillet 1872, àla Société académique d'Architectu 
Lyon, il en a été le secrétaire adjoint pour 1875 et 1876, le secr 
pour 1879- 1880 et le trésorier pour 1887- 1888. Membre de la S( 
archéologique de la Diana de Montbrison à laquelle il a fourni deî 
saignements intéressants; de la Société des Amisdes Monuments, et 
bre maître-d'œuvre de l'Union syndicale des Architectes français. 

Il a publié dans les Annales de la Société académique d'Architt 
de Ly on ^ tome III, page 177: Etude critique sur les projets et d 
d'architecture envoyés à l'Exposition universelle de Lyon en 
et tome VII, page LXIII : Compte rendu des travaux de laSociéti 
démique d'Architecture de Lyon pendant les exercices 18 j g- 1880 
la séance solennelle du 1 3 janvier 1881. 

JANIN DE GHASSAGNE (Joseph OLDEBOURF), reli 

augustin,né vers 17 16, qui mourut révolutionnairement, à Lyon, lé 
le i5 mars 1794, passe pour avoir fait achever l'église des Augustins 
possible, mais ce ne peut être après la mort de Léonard Roux (voy 
nom), puisque celui-ci est mort de la même manière. Du reste no 
citons ce nom que pour ne pas paraître Tavoir oublié. 

Le P. Janin était bibliothécaire de la communauté ; il fit (en 
le catalogue du cabinet d'antiquités et de médailles du collège de la 
nité et une copie, pour la ville, du manuscrit intitulé Concordia ch 
logiœ annalium Sinensis Imperii ; il fut chargé, le i5 octobre 17g 



Digitized by 



Google 



— 2 

in, les anc 
santés (con 
1, adressée 
il 1784, do 

la Bibliothèq 
î D, 288(17; 
nais^ nouvel! 
de la ville de 

larie-Fra] 

aris le 7 d^ 
école des 1 
— Nommé 
, professeu 
i'il a occup 
re de police 
réserve se 
8.— En 1 
s jusqu'en 
:ure à Par 
ent des dei 
is d'octroi 
es Amandi 
, il releva 1 
r de la Lég 

de 1827 à I 
îllier de la C 

APUIS, 

t rimage 

r la ville de 1 



tecte^ est m 



Digitized by 



Google 



— 203 - 

JONCHET (Louis), maître d'œuvre à Lyon, traça, en 1524, le 
levard Saint-Sébastien, et fut tenu quitte d'une taxe pour ce travail. 

Registres consulaires de la ville de Lyon, — Bauchai. 

JORDAN (Joseph-François-Auguste), ingénieur, né à Lyi 
14 novembre 1807, fils de Camille Jordan, député au conseil des C 
Cents, et de Julie Magnieunin, est mort en septembre i855. — Il < 
construire, comme ingénieur ordinaire des Ponts -et-Chaussées, 
Cailloux, ingénieur en chef, le pont de Nemours à Lyon, dont la 
mière pierre fut posée le 24 septembre 1843, par le duc de Nemo 
une médaille de o,o5i fut frappée à cette occasion (Tête de Louis- 
lippe regardant à gauche ; Barre f. ; rJ* : l'inscription commén 
tive). Ce pont, remplaçant Tancien pont du Change, ou de la S 
(voyez Steyert : Nouvelle Histoire de Lyon^ tome II, page 297, fi 
289), et construite côté et en amont de celui-ci, malgré des réch 
tions nombreuses (voyez Falconnet), fut terminé en 1845. Ce n'a été 
le 27 août 1847 que s'écroula, par un coup de mine, la dernière arcl" 
vieux pont du côté de Saint-Nizier, dite arche des Merveilles, laq 
n'était elle-même qu'une arche accolée, en aval, à celles du pont. — 
dan était encore ingénieur ordinaire de première classe en service 
le département du Rhône en 1846. — Il fut décoré de la Légion d' 
neur, par dépêche télégraphique, en 1843, à l'occasion de la pose 
première pierre du pont. — Ne pas le confondre avec Alexandre Jor 
son cousin, qui fut aussi ingénieur ordinaire, puis ingénieur en ch' 
département du Rhône. 

Noies fournies par Morel de Voleine. — Renseignements transmis par 
confrère Franchet d'après M. Théodore Aynard, inspecteur général honcraii 
Ponts-et-Chaussées. — Annales des Ponts-et-Chanîsées, 

JOUFFRAY (Abel), architecte, né en 1822, est mort en iSi 
Vienne (Isère). Il fut collaborateur, avec Bernard Pierre (voye 
nom), de l'achèvement des travaux du Palais de Justice de Lyon, ne 
ment les vitrages qui ferment, sur la colonnade, la salle des Pas-Pe 

Travaux d'architecture : Restauration de l'hôtel de ville de Vi< 
après l'incendie de i856 ; dans la même ville : les chapelles du cot 



Digitized by 



Google 



- 204 — 
mes de Bon-Accueil et de Pipet. Il a construit aussi diverses mai- 
: des usines importantes. 

fut admis, le 7 janvier 1854, comme membre titulaire de la Société 
nique d'Architecture de Lyon. 

nales de la Société académique . (T Architecture de Lyon, tome VIII, page 
■ Renseignements communiqués par M. E. Bizot. 

3URNOUD (Louis-Etienne), architecte, né à Lyon le 6 avril 
f est mort le 16 janvier 1897. — Entré à Técole La Martinière de 
en 1840, sousDupasquier, il en est sorti dans les rangs des pre- 
en 1843. — ITdonna d'abord des leçons de mathématiques et de 
, puis, peu après, fut nommé répétiteur pour la classe de dessina 
ï La Martinière tout en restant attaché au cabinet de Dupasquier 
devint un des principaux collaborateurs; enfin il passa dans celui 
sson d'où il sortit, en i855,pour s'établir à son compte. — En 1871 
ommé, à la mort de Dupasquier, architecte du diocèse de Belley 
1892, de celui de Viviers, fonctions qu'il a conservées jusqu'à ce 
nt donné sa démission pour cause de maladie quelque temps avant 
t, il fut, à titre exceptionnel, nommé architecte diocésain hono- 
— De 1878 à 1882 il fit partie de la commission du jugement des 
irs de l'Ecole La Martinière; Membre du Jury du concours de 
5 des Beaux-Arts de Lyon. 

ravaux d'architecture (les dates manquent) : Eglises, dans le Rhône : 
lissement de celle de Marcy, de BuUy (dont les stalles ont été 
2S dans laS^^année dui?ecwe;7^^rcA//ec/z/redeWulliametFarge); 
idissement et la façade de Saint-Martin de Beaujeu ; les flèches 
Tchampt et de Saint-Vincent de Rheins, de Fleurieux-sur-Saône 
)alustrade a été publiée dans les Matériaux et Documents de 
net et les plans, coupes et élévations dans la 2^ année du Recueil 
ntecture de Wulliam et Farge), et de Civrieux-d'Azergues. — Dans 
l'agrandissement et le clocher de Saint-Vulbas ; l'agrandissement et 
lerdeNeuville; l'aménagement intérieurdeSaint-Martin-du-Mont; 
itrevel ; la façade de Rignieu-le-Désert ; la façade et la flèche de Saint- 
j de Lagnieu, de Meyriat, de Birieux (publiée dans la 3e année du 
7 d Architecture de Wulliam et Farge) ; la flèche de Dompsure ; la 
iç et la chapelle de Chazey, de Sainte-Julie, de Boen, de Curciat, 



Digitized by 



Google 



XIII 



HidiBPron. Vicnerot et C" 



iruprè> lu pholoRraphie de Liébcrt 



L.-E. JOURNOUD 

i828-i8()7 



LYON ARTISTIQn: 



ARCHITECTLS 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 205 — 

de Jayat et la restauration de celle de Villebois. — Dansla Loire : Tagran- 
dissement et le chœur de Saint-Bonnet-le-Courreau et Notre-Dame, à 
Saint-Chamond. — Chapelles à Narcy,àla Mulatière (gravée par Séon), à 
Chazay et à Saint-Chamond. — Dans l'Ain : la chapelle du monastèredela 
Visitation à Bourg (divers détails ont été publiés dans les Matériaux et 
Documents deRaguenet). — Tombeaux : à Saint-Rambert; delà famille 
Rozier au cimetière d'Oullins, et d'Ant. Carrel, curé de Bourg, au cime- 
tière de cette ville (publiés dans les Matériaux et Documents de Rague- 
net). — Le pensionnat de l'Asile d'aliénés de Bourg (Ain), publié dans le 
Recueil d'Architecture de Vulliam et Farge, loe année, et le Noviciat de 
Saint-Joseph dans la même ville. — Dans l'Ain : le pensionnat des Dames 
Ursulines de Trévoux. — Dans le Rhône : lecouventdelaSainte-Familleà 
Beaujeu; la maison des Petites Sœurs des pauvres à Lyon (Croix-Rousse) 
et le couvent du Verbe-Incarné, à Villeurbanne. — Les presbytères, dans 
TAin : de Bézieux, Meyriat et Birieux; dans le Rhône : de Bully et, dans 
la Loire, celui de Notre-Dame de St-Chamond. — Les écoles, dans TAin : 
de Bézieux, Blyes, Vernoux, Villebois, Sainte-Julie, Sorbier et Saint- 
Vulbas;dan$le Rhône: de Givors. — Les mairies de Sorbier et de Sury-le- 
Comtal. — Château deM. Bouvard, àVillefranche(Rhône). — Villas, dans 
risère: Berger et Nodet, à Heyrieux ; dans TAin: à Poncin (publiée dans 
la 29* livraison des ^Monographies des Bâtiments modernes de Rague- 
net) ; dans le Rhône : 4 à Couzon, à Dardilly, Lardelier à Oullins, au 
Point-du-Jour (publiés dans les Monographies des Bâtiments modernes 
de Raguenet) ; dans laLoire : àSaint-Bonnet-le-Château ; dans Saône-et- 
Loire: àSaint-Sorlin. — Maisons dans l'Ain, à Saint-Jean-de-Thurignieu, 
Béon et Neuville; dans le Rhône : à Vernaison, Lancié et Régnié ; dans 
risère: àPact. — Bâtiments d'exploitation dans le Rhône : àCharbonnières 
Frontenas,Orliénas,Arnaset Anse. — Les abattoirs de Givors (Rhône) les- 
quels ont été publiés dans la 22e livraison des ^Monographies des Bâtiments 
modernes de Raguenet. — 'Des usines à Rive-de-Gieretà Lyon, rue de la 
Vierge-Blanche. — A collaboré, avec Poncet (voyez ce nom) pour les 
maisons de la rue Impériale (de la République) no" 1 1, 14, 42, 5o et 53 
— Maisons à Loyer à Lyon : rue de l'Impératrice (de l'Hôtel-de-Ville) 
42, 36, 90, rue Confort 3, rue Childebert 4 et 6, rue Gasparin 5, 7, 9, 17, 
18, 19, 20,21, 27 et 29 (voir des détails dans les 109* et 1 15* livraisons des 
Matériaux et Documents de Raguenet), rue de la Barre 14, rueGrenette 



Digitized by 



Google 



- 200 — 

Jaînte-Elisabeth, rue Mo 
i32 ; en collaboration ave 
3. — Plusieurs maisons d 
llet 1859, à la Société a 
secrétaire-adjoint pour 
résident pour 188 1- 1882, 
ornent pour 1891-1892, 1 
e de la Société centrale 
mment, avec Chevallie 
)ciétés d'architecture de 
vinciale des Architectes 
es en 1889. II présida < 
889 à juin 1895, et en f 
îbre d'honneur ou prési 
ure de Province. 
Dans les Annales de la 
me VI, page 27 : Eloge 
oi du papier timbré pow 
tome VII, page 79 : Ur 
Compte rendu de la conft 
, lu à la séance du 7 nover 
travaux de la commissi 
iction publique et des . 
2UX architectes (il avait < 
iiission d'étude). Dans 
'hitectes français^ édité 
5 à Bourges, le i3 octet 
e 1 1 juin 1891, à Caer 
i Bordeaux, le 7 juin i8( 

communiqués par F. Gin 
ociéié centrale des Archiiect 
le rendu du XXII® Congrès ( 

ean-Paul- Auguste- An 

lort en 1880. Il entra à 
ne mention de Descrip 



Digitized by 



Google 



— 207 — 

prix de concours mensuels d'architecture, sous Chenavard en 
puis se rendit à Paris où il fut admis à l'Ecole des Beaux- Arts en 
élève de Lebas ; il y obtint une médaille de 2^ classe, passa en i^e < 
en 1847, et y remporta une médaille de r* classe. — Salon de 1 
Projet dun grenier et abondance destiné à la conservation indéfini 
grains y en appropriant à nos climats le système de silos ^ projet su 
construit au bord d'un fleuve^ sept dessins. — Il obtint une médai 
2« classse au salon de i85i et exposa à celui de i852 : Terres 
antiques faisant partie de la collection Campana à Rome^ deux c 
tiDessins de mosaïque en marbre ^composition — Il prit part au: 
vaux du Louvre, sous Lefuel. et aurait collaboré avec Botrel, au th 
et au palais de justice d'Angers (Le nouveau théâtre est de Auj 
Joseph Magne). — Architecte du département de Maine-et-Loi 
1864 a 1869. 

Travaux d'architecture : Dans Maine-et-Loire, à Cholet : le pal 
justice (publié dans la VII« année du Recueil d'Architecture de Wi 
etFarge), et à Segré, Thôtel de la sous-préfecture. — A Paris,! 
Lehmann rue Balsac ; l'hôtel Bléry, avenue Gabriel et la restaui 
de la chapelle de Notre-Dame-de-Sion, rue Notre-Dame-des-Ch; 
A Orléans : le piédestal de la statue de Jeanne d'Arc, par Foy 
à Londres : l'hôtel Betzon. 

Bellier de la Chavignerie et Auvray. — Bauchal. — Les architectes éU 
fEcole des ^eaux-Arts de Paris^ par David de Penarun, Roux et Delaire. - 
seignements fournis par Dauban, inspecteur de rEnseignement du dessin 
musées à Poitiers. 



— L — 

LABLATINIÉRE (Jean-Marie- Anselme), architecte, né à 
le 22 mars 1829, est mort à Saint-Cyr (Rhône), le 28 juin 
A sa sortie de Saint- Jodard, où il fut élevé, il passa par TEcole des E 
Arts de Lyon, où il obtint deux prix en perspective et travaux grapl 
en i85o, puis il entra, pendant deux ans, chez Feuga, enfin alla tra 
quatre ans, à l'atelier de H. Labrouste, à Paris. — Attaché, en 18 
cabinet des travaux de la rue Impériale, sous Poncet (voyez ce nor 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 209 — 

rentrée de Louis XIII (ces statues furent ensuite refaites en pierre pour 
les conserver), et fit un travail qui n'est pas bien défini, autour du bureau 
de Taumône au couvent de Saint-Bonaventure de Lyon, et y remplaça 
des cadettes. Il a modelé et signé une belle médaille de bronze, de 0,049 
de diamètre à l'eflBgie de Pierre de Montconys de Liergues et de Pouilly 
lieutenant-général criminel de la sénéchaussée et siège présidialdeLyon, 
maître des requêtes de Thôtel de M^^e de Montpensier en son parlement 
de Dombes, Prévôt des Marchands de Lyon de 1623 à 1624. 

Archives de la ville de Lyon, CC. — Archives de la Charité, E. 3i (1609- 
1612). — Natalis Rondot, dans les Sculpteurs de Lyon, 1884, pages 38, 39 et 40. 

LALLIÉ ou LALLIER (Jean-François), ingénieur de la Géné- 
ralité de Lyon, est né à Saint-Denis, en France, le 3 juillet 1725. — 
Il s'occupa, de lySi à i78i,ducanaldeGivors(i76o); en 1761, fit achever 
les travaux du port et de Tabreuvoir de Saint-Clair, commencés par de 
Ville (voyez ce nom); s'occupa, de 1766 à 1790, du pont de Roanne ; en 
1763, acheva la digue de la Tête-d'Or et s'occupa des fêtes pour la Paix ; 
s'occupa, de 1775 à 1 790, de la rivière d'Azergues; en 1776, un arrêt du 
Conseil l'autorisa à reconstruire le pont de l'Archevêché, dont l'adjudi- 
cation eut lieu en 1781 (voyez Marie, Gervaise, Perronet, Roux, BaflFert, 
Bugniet, Bouchet, de Limay et Carron). La fontaine en forme de pyra- 
mide (ou d'obélisque) sur la place de ce nom à Lyon était de lui. — Il fit, 
en 1770, construire l'ancien pont de la Mulatière. 

Membre de l'Académie de Lyon de 1761 à 1769, il y a laissé des 
mémoires : 1762 : De l'utilité des mathématiques pour la construction des 
ponts et routes^ discours de réception. — Inscription pour le piédestal de 
l obélisque de Vaise, — 1764 : Observations sur la verrerie de cristal ^ 
(établie dans la presqu'île de Perrache). — 1766 : ^Mémoire sur la grande 
digue construite au bord du Rhône. 

Registres consulaires, BB.329, 33 1 ei 335. — Catalogue des manuscrits de V Aca- 
démie de Lyon, — Archives du département du Rhône^ registres ou portefeuilles C.62, 
63, 71, 83, 87, 93 et 95. 

LAMBERT, voyer de la ville de Lyon, pour le canton Nord, de 
1829 a i83i. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



confiée à Estienne Genyn. On y travaillait encore en i554 et on ne ] 
les bancs pour les bouchers qu'en iSSy. — Il fut maître juré de la vill 
Lyon avant Jehan de Bire. 

Archives delà ville de Lyon\ série CC, gSo. 1021 et 1044. 

LAVAL (Eugène-Jean-Baptiste-Gabriel), architecte, né à V 
franche (Rhône), le 23 février 1818, mort le 21 février 1869. — 11 vii 
Paris, en 1 838, pour y étudier l'architecture etentraàTatelier Labrou 

— Fut admis à l'école des Beaux-Arts de Paris en 1842, mais part 
même année pour Tltalie et séjourna à Rome, Venise, Naples et P'iore 

— Salon de 1847: Ambon de la cathédrale Ravello (royaume deNapl 
Autel d'Orcagna^ et Intérieur à Or-San-Michel à Florence ; Intérieu 
San-Mimato\ Intérieur dAssise (église supérieure); Fragment d 
fresque de Taddeo Gaddi dans la chapelle espagnole à Florence ; 
Bigallo à Florence; Porte du chœur de la Chartreuse de Pavie 
Salon de 1848 : Etude sur le palais des Visconti à Paris \ plan de ï 
actuel et plan restauré, 3 façades. — Salon de i855 : Projet de restai 
tion de l'église de Thines (Ardèche) ; Tapisseries de F église de Sa\ 
Marthe de Tarascon (Bouches-du- Rhône) ; Projet de restau ratio? 
réglise de Saint-Just de Ualcabrère (Haute-Garonne) ; Campanil 
l'église Saint'Théodoric a \Jzès{Gard)^ ces quatre dessins aux arch 
des Monuments historiques. — fi^n 1849, chargé des diocèses de Ni 
et de Viviers. — Attaché à la commission des Monuments historiques 
Architecte du département du Gard. — En 1861, membre de lacomi 
sion des Lycées. 

Travaux d'architecture : a restauré le château de Beaucaire, les égl 
de Sylvacanes (Aveyron), de Sainte-Marthe à Tarascon, de Saint-Tl 
dore à Uzès, de Saint- Gaudens, de Saint-Bertrand de Comminges e 
Saint-Just de Valcabrère (Haute-Garonne). — de i852 à 1857: asil( 
Vincennes, publié dans la Revue générale de TA rchitectureet des Trai 
Publics de i858, planches 49 à 53, avec texte pages 60 et 260, et dansT 
cyclopédie d'Architecture^ tome VI II, planches 48, 49, 63 à 65,84 à 89, 
à io5 et 1 15. — A restauré Thôpital général de Nîmes (devenu Lycée 
fait le Palais de Justice d'Alais et plusieurs églises du départemen 
Gard. — De 1866 à 1S69: asile du Vésinet, publié dans le Moniteur 
Architectes^ planches 907, 1069 à 1074; lycée de Toulon. — En i{ 



Digitized by 



Google 



— 212 

3Ut ache^ 
Villa D 
, boulevî 

Denuelle, 
Travaux 

\t, dans 1 
du Bal in 

'chitecte. 



înieur et 
r le por 
par Jeai 

Registres 



e la Socii 

lenri-A 

îlly-sur-5 
tuite de 
aris) et ( 
\ appart 
.e lerao 
e la Gai 
9, archit 
e honor 
d"appel e 
et d'eiK 
pour la 
5tributio 
exécuté, 



Digitized by 



Google 



— 213 — 

ments, de nombreux travaux, maisons de rapport, hôtels particul 
châteaux, etc., etc. — Fit partie, dès 1841, de la Société centrale 
architectes français ; admis, le i^r juillet iSyS, comme membre coi 
pondant de la Société académique d'architecture de Lyon. 

Publications : Causerie sur la responsabilité des architectes. — E 
sur r estimation des immeubles à Paris. — Les tuyaux de fumée àpr 
de larrété de M. le Préfet du département de la Seine ^ du 8 août i 
extrait delà Reloue générale de r Architecture et des Travaux put 

— Etudes sur la surcharge. — Etudes sur les fosses d'aisance. — T 
des réparations (lois du bâtiment). Réparations locatives. Gros entre 
Réparations usufruitières. Grosses réparations. Paris, André Dal; 
etOe, 1886 (4e édition). — En 1881, mention de jurisprudence pr 
décernée par la Société centrale des Architectes Français. — Of 
d'académie du 1 1 octobre 1877. 

Almanachs du Bâtiment^ de i856 à 1872. — Galette des architectes de 18I 
V Architecte ào, 1881. — Bauchal. — Etude sur Vindemnité de la sur char ^ 
M. Le Bègue, par P. Bellemain, dans le tome VI, page kjS, des Annales 
Société académique d'Architecture de Lyon. — Paroles prononcées sur la xovt 
M. Alfred Le Bègue, au cimetière du Montparnasse, par M. Uchard, vice-pré: 
de la Société centrale des Architectes Français, insérées en tête de la 4» éditic 
Traité des réparations. 

LE BOSSU ( ), architecte, est cité à ce titre 

les almanachs de Lyon de 1 799 à 1 80 1 . 

LEBRUN (Henri), architecte, né en i833, à Saint-Quentin (Ai 
est mort à Lyon le i5 mai i863. Elève de Labrouste, il vint à Lyon 
entra dans le cabinet d'A. Benoît. — Il a remporté le prix pour une 
taine monumentale^ dans le concours d'émulation ouvert, en i85ô, j 
Société académique d'Architecture de Lyon. — Il venait d'être cl 
d'un projet de restauration de la salle de la Diana (voyez Mazer 
Montbrison, par le ministre de l'Intérieur, de Persigny, lorsqu'il mo 

— Salle de billard^ avec texte par C. Daly, dans le volume de i863. 
Revue générale de F Architecture et des Travaux Publics (où nous ; 
pris ces renseignements). — 11 y a de lui un dessin de clef d'une mi 
cours Perrache, à Lyon, dans les Matériaux et Documents de Ragii 



Digitized by 



Google 



— 214 - 

Léon), architecte^ fils 
3nt-Ferrand, y est mort 
en 1837, élève de Huyo 
t le deuxième grand pr 
?mie de Paris, — Il su 
i département du Puy-( 

tecture : Succursale de 
es constructions particu 
oux, Blot-rEglise, Lemp 
-de-Dôme. — Halles d 
mairies à Charbonnière: 
^el, Sauret, Gerzat, dans 
e la Bourboule et de Ro) 
:tes de Paris ; nommé 
Société académique d'A 
publique; nommé cheva 
ien architecte du départ^ 

^es de r Ecole des Beaux- Ai 



erre-Bernard), archite 
'ontaine. — Salon de 18 
es Tuileries, — De 1 840 i 
prit part en i825, ave 
la ville de Lyon pour la r 
de 1754 à 1756) ; son p 
-ancs, ainsi que ceux de 
Baltard et Garnaud (ce 1 

0- 

itecture : Travaux au 
inand, sur la route de la 
e de Dreux. — Moni 
dans la salle d'honneur 
vec celui de Suger. — 
i 1837. 



Digitized by 



Google 



— 215 — 

Archives historiques et statistique du département du Rhône^ février 1826, article 
deGay. — Almanachs du Bâtiment, de 1841 à 1848.— Journal des artistes, 1843.— 
Bellier de la Chavignerie et Auvray. — Bauchal. — Notice sur Dardely par 
Charvet. 

LE JEUNE (E.), architecte, né à Paris le 6 mars 1804, mort en 1877. 
— Architecte-dessinateur en chef des travaux du château de Versailles, 
de 1 833 à 1840, pendant la conversion du monument en musée histo- 
rique. — Architecte du département du Haut-Rhin, et des bâtiments de 
l'Etat, par nomination du ministre de l'Intérieur du 6 mars 184 1, et 
architecte inspecteur des travaux communaux, par arrêté préfectoral du 
16 avril 1844, fonctions qu'il a occupées jusqu'en 1848. — Architecte 
de la cinquième section des travaux du chemin de fer de Paris à Stras- 
bourg, par nomination du ministre des Travaux Publics d'août i852 ; 
architecte de la section du Bourbonnais, par nomination d'avril i856. — 
Dessins conservés par L. Charvet: Album de 149 feuilles, comprenant: 
Eglise dEguisheim^ près Colmar (Haut-Rhin), i à 24; église de Gueb- 
mller (Haut-Rhin), monument historique, avec mémoire (a été publié 
dans les Archives des monuments historiques)^ 25 à 48 ; église de Rouf- 
fach (Haut-Rhin), monument historique avec mémoire descriptif, 49 à 
73 ; église de Sigolsheim (Haut-Rhin), monument historique, 73 bis ; 
cloître d'Alspach^ 74 à 81 ; église protestante de Fribourg-en-Brisgau^ 
82 a 88; église de Sainte-Foy-de-Schelestadt (Haut Rhin), monument 
historique non publié, 89 a 106; hôtel de ville d'Hubsch (Allemagne), 
107 ; église de Rosheim (Bas-Rhin), monument historique, 108 ; autel à 
Obernay (Bas-Rhin), 109 ; église d'Andlau (Bas-Rhin), 1 10 à 112; deux 
dessins sans titre, ii3 et 114; église de Pfaffenheim (Haut- Rhin), 
monument historique, ii5 à 140; chapelle Saint-Nicolas à Niedermins- 
chter^ 141 à 146; suite des dessins de Guebwiller^ 147 à 148; rosaces à 
Mulhouse^ 149. — Grands dessins: porte à -4 //o;/ (Bas- Rhin) ; église 
dEguisheim (portail tt coupé) ; Niederminschter (chapelle Saint-Nicolas); 
porte latérale de l'église de Rosheim ; Sainte-Odile, deux feuilles ; 
hôtel de la Couronne à Ensisheim, croquis et une (euiUc \ porte Renais- 
sance à Ensisheim, croquis et une feuille ; Puits à Obernay (Bas-Rhin) ; 
boiseries de portes et plafond à Kaysersberg (Bas-Rhin), trois feuilles; 
colonnes et portes devant servir dans une façade du tribunal de Colmar ; 
église Saint-Léger à Guebwiller, i calque et 5 feuilles ; abside de Pfaf- 



Digitized by 



/Google 



'"^^^mfn^^^^i 



— 210 — 

les ; église protestante de Fribourgen-Brisgau ; trois 
tt un de façade de diverses époques. — Divers dessins 
s de Versailles : Chambre de Louis XIV, façade du 
m, théâtre de Triatwn, etc. — Divers tombeaux projetés 
.'un des dix- neuf architectes qui, dans les derniers mois 
;èrent la première réunion de la Société académique 
e Lyon, organisation entachée d'un certain esprit 
ï reparaît pas en 1 84 1 . 

BR (Jacques), architecte et ingénieur, né à Pontoise, 
e 4 juin 1654; il épousa une M^le Plastrier; il eut un 
5 le prénom de François, le 19 février 1648, à Saint- 
[•ois. — Il se rendit à Rome où il était de 1607 a 1610.— 
en 1618 à 1200 livres de gages qu'il recevait encore en 
lé jer architecte en i635 avec 3ooo livres; quoique ses 
xraissent avoir été augmentés en 1646 (le 19 octobre), il 
: il fallut, pour payer ses dettes, vendre sa bibliothèque, 
>oo écus. 

architecture : F]n 161 3, il fait reconstruire Thôtel 
de La Rochefoucauld, rue de Seine-Saint-Germain, 
ministration municipale de la ville de Lyon lui 
ir visiter le pont du Rhône et d'indiquer ce quil 
r le mettre en état. — Le 24 mars 1620, il fut commis 
en avec Salomon de Caux, ingénieur comme lui, afin 
pont devait être exécuté — En 1621, il fut chargé des 
son de la congrégation de l'Oratoire dans les terrains 
chage, rue Saint-Honoré, acquis de la duchesse de 
;re pierre fut posée le 19 juillet (Le portail et la partie 
ise sont de Caqué). — De 1624 à 1628, il fit construire le 
Versailles, simple rendez-vous de chasse pour le roi 
e 1624 à 1640, il continua les travaux du palais du Lou- 
nt son enceinte, mais en respectant les ordonnances de 
27, il fit construire le château de Chilly pour le marquis 
De 1629 à i636, il fit édifier, pour le cardinal de Riche- 
dinal depuis Palaic-Royal ; le grand escalier de Lemer- 
5, non plus que la plus grande partie des bâtiments. 



Digitized by 



Google 



— 217 — 

Une salle de spectacle fut construite par Lemercier, de 1637 à 1641 
(voyez Servandony et Soufflot) ; elle n'existe plus. — De 1629 à sa 
mort, il fit élever le collège (dont il ne subsiste plus rien) et 
réglise de la Sorbonne ; la première pierre de celle-ci ne fut posée 
qu'en mai i635, par Richelieu (Une médaille avec le portrait de ce 
cardinal et une inscription, qui ne porte pas le jour du mois, fut frappée à 
cette occasion). — Le 7 mai i63i, Richelieu, après en avoir reçu Tordre 
de Louis XIII, le chargea de faire les plans et de diriger l'exécution 
des fortifications nouvelles et d'un grand canal pour donner cours aux 
eaux de la Seine, devant être faits autour de la ville de Paris. — De i63i 
à 1634, il fit construire la ville et le château de Richelieu (Indre-et-Loire) ; 
ce dernier fut vendu de 1804 a 181 1 et démoli. — En i633, il succéda à 
François Mansart dans la direction des travaux du monastère du Val-de- 
Grâce, pour Anne d'Autriche, et il fit élever Téglise jusqu'à la hauteur de 
la corniche du grand ordre. — En 1634, il se rendit à Saint-Quentin pour 
y recevoir les bâtiments des munitions de guerre. — En i636, il acheva 
une des tours de la cathédrale de Troyes, exécutée par les Baudrot, archi- 
tectes de cette ville. — De 1641 à 1642, faisant travailler à la grande 
galerie du Louvre et ayant disposé des compartiments pour y placer des 
tableaux de Poussin, celui-ci n'approuvant pas, il y eut difficulté à cet 
égard. — En avril 1646, il fut consulté à Tégajrd du nouvel hôtel de ville 
qui devait être construit à Lyon, pour lequel il fallait Tagrément de la 
cour et dont, en conséquence, le voyer, Simon Maupin (voyez ce nom) 
porta les plans à Paris fin mars, ayant également mission de consulter 
Désargues (voyez ce nom) ; il travailla sur le plan de Maupin et en fit faire 
un par un de ses employés, travail pour lequel il reçut 106 livres qui lui 
furent payées, en mai, par Chanu, agent de l'administration municipalede 
Lyon à Paris. — En i653, il donna les plans de l'église de Saint-Roch 
à Paris, dont la première pierre fut posée, le i^r mars, par Louis XIV, 
assisté d'Anne d'Autriche (on y mit deux médailles. Tune avec le buste du 
roi et l'autre avec celui d'Anne d'Autriche, toutes les deux avec une 
inscription au revers) ; la grande nef ne fut terminée qu'en 1722 et le 
portail du dessin de Robert de Cotte (voyez ce nom) ne fut commencé 
que le i^^ mars 1756 par son fils Jules-Robert. 

Travaux dont on n'a pas les dates précises : Au château de Fontai- 
nebleau le grand escalier de la cour du Cheval Blanc en remplace- 

24 



Digitized by 



Google 



er 

init 
Pie 
;c( 
M 

2 g 
nî^ 

îl ( 

îau 

jlis 

on 

- ( 

COI 

en 
Sai 
mj 
Le 

tre 
[lal 
arc 

îSd 

;le 

içai 
de l 
anc; 
r/7c< 
ival 
ger 
des 



it), 

fil 

>lu$ 

rs c 
Se 



Digitized by 



Google 



r»^ 



— 219 - 

Paris, façade, coupe, plan et détails de la charpente. — Architecte du 
chemin de fer de TOuest vers 1840, puis du Grand-Central et de la ligne 
des Ardennes. — Membre honoraire du conseil général des Bâtiments 
civils en i855. 

Travaux d'architecture : i83o : bazar en fer, sur l'emplacement des 
bains Montesquieu (actuellement Bouillon Duval). — 1848 à i852, gare 
Montparnasse à Paris, publiée dans le Moniteur des architectes, tome II, 
planches 97 à 108 ; i858, gares de Rennes, de Cherbourg et autres 
moins importantes. — A Paris: hôtels du duc de Caumont-La Force, aux 
Champs-Elysées ; Dutaillis, au rond point des dits ; Parent, place Ven- 
dôme ; Akerman, avenue Montaigne ; un autre, rue Fortin. — En 
province : Châteaux de La Boissière, près de Châtellerault ; de TOrfrasière, 
près de Tours ; de Montigny, près de Douai ; de Nades (Allier), pour le 
duc de Morny ; un autre à Epernay. — Nommé, en i858, chevalier de 
la Légion d'honneur. 

Archives historiques et statistiques du département du Rhône, XII, page 80. — 
Aîmanachs du Bâtiment , de i836à iSSj. — Moniteur des architectes^ de i852 à 
i855. — Revue générale de V Architecture ^ tome XXI. — Pellier de laChavignerie et 
Auvray. — Bauchal. 

LÉO (Christian- Wilhelm), architecte, né en Westphalie en 1820, 
naturalisé français, est mort à Nice le 3o avril 1891. — Il concourut avec 
Ennemond Hotelard et L. Charvet (voyez ces noms), en i858, pour la 
construction d'un hôtel de la Caisse d'Epargne de Lyon ; les travaux 
furent confiés à Charvet. — A collaboré avec Bossan (voyez ce nom), 
pour l'exécution des travaux seulement, aux églises de Valfleury (Loire), 
en i853 ; de Couzon (Rhône), en i855 ; de Tlmmaculée-Conception à 
Lyon, en i856 (voyez Franchet) ; de Régny (Loire), en 1857. Divers 
travaux d'architecture à Lyon, qui ne nous sont indiqués, en partie, que 
par les publications suivantes : Dans le Recueil (T architecture, de Wul- 
liam et Farge, i^e année: café-concert de TEldorado, à Lyon ; porte et 
devanture de magasin, quai de Bondy, 16 ; 3* année, écuries et remises 
de M. B... Dans les Matériaux et Documents, de Raguenet: stalles dans 
le couvent des Dames de Sainte-Elisabeth à Fourvière (Lyon) ; autel 
dans l'église de Notre-Dame à Montluel (Ain) ; croix d'une fontaine mira- 
culeuse dans l'église de Notre-Dame de Valfleury (Loire) ; clef du café- 



Digitized by 



Google 



— 220 — 

► à Lyon. — Admis à la Société académique d'Ar- 
le 7 juillet iSSg, il n'y figure plus en i883. — Il 
3ar J. Séon : Eglise paroissiale de l Immaculée- 
)ar Bossan et Léo, architectes, plan et élévation. 

.ntoine), architecte, né à Paris le i5 janvier 1621, 
était le frère de Jean, l'illustre dessinateur et le père 
— Il fut architecte des Bâtiments de la Couronne, 

semble, qu'ayant été l'un des premiers membres 
hitecture, le 3i décembre 1671, à partir de 1675, 
les comptes des Bâtiments du roi, que comme profes- 
rchitecture ; ce qui permettait d'accorder certaines 
5o, contrôleur des bâtiments du duc d'Orléans, 
ecture: De 1646 à 1648, petite église de Port-Royal, 

Paris (cette église n'existe plus). — Vers i65o, 
i Saint-Antoine, à Paris. — De lôSy à 1674, façade 
téral de Téglisedes Jacobins de Lyon (cette église 
1 1672, il présenta des plans pour le château de 
i Montespan, lesquels ne furent pas acceptés. Les 
ouin Mansart (voyez ce nom) lui ayant été préférés, 

1675 à 1680, il fit fairelafaçade de l'église de Saint- 
Iques modifications, et le maître autel qui n'existe, 
lotels de Gesvres, à l'angle de la rue Sainte-Anne et 
le Chamillart, rue Coq-Héron ; de la Seiglièrc de 
-Augustin, et la fontaine Saint-Victor. — A Ver- 
ardes, terminé par Gallant. — A Saint-Cloud, les 
détruit et la partie sypérieure de la cascade, pour le 
i^aint-Ouen, le château de la Seiglière, détruit en 
main, Thôtel de Lauzun. 

ivres d* architecture^ Paris, i652, augmentées par 
versel des fortifications avec planches, par Coquin, 



éraucourt. — D'Argenville. — Clapasson. — Blondel, III, 
*V Art français, 2* série, tome II, page 3jj. — Dictionnaire 
t d'histoire, de Jal. — Comptes des Bâtiments du i^o/, aux 
Artistes Orléanais^ par Herluison, page 47 ei 117. Histoire 



Digitized by 



Google 



— 221 — 

et antiquités de Paris, par Sauvai, I, pages 363 et 425. — Habitations de ville et de 
campagne au xviii® siècle, par le comte de Laborde. Revue générale de P Architecture, 
lome VI, colonne 433. — Lyon ancien et moderne, de Boitel, article par F. Z. 
CoUombet. — Correspondance des prévôts des marchands et échevins de Lyon, reg. 
ÀA, 121. — Guilhermy, page 168. — Abecedario de Mariette^ dans les Archives 
de r Art français, III, page 181. — Lance. — Bcllier de la Chavignerie et Auvray. 

— Bauchal. 

LEPELLETIER, docteur, directeur des fortifications de Lyon, 
secondé par d'Herbigny, intendant de Lyon, fait exécuter en 1699, par 
de la Boissière et de Saint-Félix, ingénieurs, le magasin à poudres du 
quai de Sainte-Marie-des-Chaînes, à Lyon. Il fut achevé en 1700 ; peu 
d'années après, Vauban, qui le visita, dit qu'on aurait dû infliger une 
peine corporelle à celui qui Tavait conçu. On proposa en 1785 de le 
déplacer ; mais la Révolution n'en donna pas le temps. 

Morel de Voleine. — Archives historiques et statistiques du département du 
Rhône, VII, page i83. 

LEROUX (Jean-Baptiste), architecte, né en 1677, est mort à 
Paris le i3 juillet 1746. — Il fut élève de d*Orbay, puis reçu architecte 
de deuxième classe à V Académie d'architecture le 29 décembre 1720. 

Travaux d'architecture : A Paris, hôtels Villeroy, rue de Varennes ; 
Rohan-Chabot, même rue ; Montbazon, rue de l'Université ; de Serre 
deRieux, ancienne place Saint-Michel ; Anne Pinon, au coin de la rue 
Culture-Sainte-Catherine. Il acheva Thôtel Roquelaure, devenu Mole, 
commencé par Lassurance ; grande galerie de Thôtel de Villars, com- 
mencé par Lelion ; décoration de l'hôtel de Brissac, construit par 
Boffrand (voyez ce nom) et de Thôtel Mazarin ; restauration de l'hôtel 
Bonnier de la Masson, rue Saint-Dominique. — A Lyon, donna les plans 
et profils du réservoir d'eau qui devait alimenter les bassins de la place de 
Bellecour, et reçut, en 1742, 1.200 livres pour ce travail (voyez Petitot). 

— Il y a dix chemi fiées de lui dans le Ripertoiie des artistes^ de 
Jombert, 1765. 

Notices sur quelques artistes, par Desiailleurs. — Archives nationales, brevets, 
registre lo.ooS, page iSo,^ Archives de la ville de Lyon, registre consulaire, BB, 
307. — Dussieux. — De Guilhermy. — Lance. — Bellier de la Chavignerie ei 
Auvrav. — Bauchal. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



"»^- "^ ^^ . 



Digitized by 



Google 



XIV 



Rougcro:.. Vignerol el C- a après la phoU)graphie de Victoire 



A.-G. LOUVIER 

1818-1892 



LYON AUTISTIQLK ARCHITECTES 



Digitized by 



Google 



— 223 - 

Historique de la Société académique d'Architecture de Lyon, par L. Charvet, 
p. XIV ; Gaspard Bellin, dans le t. IX des Annales de la Société académique 
d'architecture de Lyon^ p. XC. 

LORAS (Jean- Joseph), architecte, né à Lyon le 22 avril i825; 
mort vers i85o, entré à TEcole des Beaux-Arts de Lyon où il obtint le 
2e prix d'architecture en 1847 et le prix de concours mensuels, a fait 
partie du cabinet de Duclos. 

LOUVIER (Antoine- George, dit Antonin), architecte, né à 
Lyon le 23 mai 18 18, est mort à Vichy le 25 juin 1892. Il entra, sous 
Chenavard, qui était son parrain et qui le considérait comme un fils 
destiné à remplacer celui qu'il avait perdu en bas âge, à TEcole des 
Beaux-Arts de Lyon, où il obtint, en i838, une première mention, sur 
une bibliothèque pour une ville du midi de la France, et une mention 
de concours mensuels, puis, en 1839, le prix sur un Hôtel-Dieu d'uneville 
de second ordre, et encore une mention de concours mensuels. ■ — Admis 
à TEcole des Beaux-Arts de Paris en 1842, atelier d'Hippolyte Lebas, 
où il obtint deux médailles en deuxième classe, élève de première classe 
en 1846. — Après avoir fait un voyage en Italie et en Sicile, il revint à 
Lyon, y épousa la seconde fille de Chenavard, et ensuite, celle-ci étant 
morte très jeune et sans enfants en i853, M'ic Million, fille du comman- 
dant du Génie, bien connu à Lyon. — Salon de 1875 : Asile d'aliénés à 
Bron (Rhône), deux châssis, pour lesquels il lui fut décerné une médaille 
de deuxième classe et qui fut réexposé à l'Exposition universelle de 1878. 
— Nommé en remplacement de Chenavard, le 3 juillet i85o, architecte 
du département du Rhône, fonctions qu'il a exercées jusqu'au i^r septem- 
bre i88ï, puis, encore en remplacement de Chenavard, le 28 janvier 1861, 
professeur d'architecture à T Ecole des Beaux- Arts de Lyon, fonctions 
qu'il a exercées jusqu'au 20 août 1890. — Membre du jury des concours 
de l'Ecole des Beaux-Arts de Lyon de i85oà 1860. — A fait partie de 
nombreuses commissions administratives dont nous n'avons pas le détail. 

Travaux d'architecture officiels : i856 : Restauration de la chapelle 
de la prison de Villefranche (Rhône). 1857 : Dépôt de mendicité d'Albi- 
gny (Rhône), publié avec texte par l'auteur, pages 266 a 275, planches 
54 à 60, dans la Repue générale de V Architecture et des Travaux publics 



Digitized by 



Google^ 




— 224 — 

i858 : Ecole normale primaire d'Instituteurs à Villefranche 
transférée depuis à Lyon et occupée par un collège, publiée 
•oisième année du Recueil d'architecture^ de Wulliam et Farge. 
tison Saint-Paul, à Perrache, 
la prison construite sur le quai 
ialtard (voyez ce nom), avec 
elle communique par un sou- 
lubliée avec un texte de Fauteur, 
-1 12, planches 22 à 25, dans la 
mérale de l Architecture et des 
publics de iS6j ; restauration 
ie d'Agriculture départementale à Ecully (Rhône). 1869 à 
Lsile de Bron (Rhône), pour 1200 aliénés, avec pensionnat 
lie, publié dans la quatrième année du Recueil d'Architec- 
Wulliam et Farge. 1874- 1875 : Casernes des gardiens de 
cours Gambetta et cours Lafayette à Lyon ; transformation 
ss pour le palais de Justice, de la prison sur la rue Saint-Jean 

Bal tard). Hôtel de la Préfecture du Rhône (les plans furent 
s par le conseil général des Bâtiments civils, le 10 septembre 
5 travaux commençaient en 1884 ; l'inauguration du conseil gé- 
Rhône est du 20 août 1890, et celle de FHôtel, le ip»" janvier 
pense, sans le terrain, 5. 140.701 fr.), lequel a donné lieu à une 
Dn spéciale, sous la direction de L. Rogniat (gendre de Louvier) 
inier et Cie, éditeurs à Paris, 
^aux particuliers : Eglises dans le Rhône : i856: Saint-Romain- 

1860: Sainte-Foy-KArgentière, les Halles ; 1864: Saint-Pierre- 
; 1869-1872: Quincieux. Restaurations d'églises dans le Rhône: 
Civrieux ; i858 : Limas ; 1864: façade de Téglise de Saint-Sym- 
rOzon (Isère); 1869-1874: Cogny (Rhône). — Tombeaux delà 
ouvier à Saint-Symphorien-d'Ozon (Isère), et Million, au cime- 
Est de Paris, publié dans la Revue générale de F Architecture 
avaux publics de 1887: planche 40, avec un article humoristique 
Daly, page I23; de C. Poix, architecte, au cimetière de Loyasse 
— Maisons : en 1857 : angle de la rue Martin et du quai Tilsit 
en 1864: Abry, et en 1867: Lombard de Buffières à Saint-Sym- 
rOzon ; 1876, restauration de la maison dite nouvelle Manécan- 



Digitized by 



Google 



— 225 — 

terie à Lyon (voyez Cyr Decrénice). — Villas : 1864: Morel de Vole 
Cogny (Rhône), et 1878-1880, Baudà Meyzieu (Isère). — Restaura 
de châteaux : 1882-1887, de La Milliacière, pour Lombart de Buffic 
de Saint-Lager, près de Mâcon ; de La Grange, près de Tournus. - 
maison de campagne de La Remillotte, à Saint-Didier (Rhône 
Admis le 6 janvier 1849 à la Société académique d'Architecture de Ly 
en a été l'archiviste en 1849,1e secrétaire pour i853 et 1854, le très 
pour 1857 et i858, le vice-président pour 1861 et 1862, i865 et i8( 
président pour 1871-1872, 1875 et 1876, i883 et 1884. — Membre 
Société centrale des Architectes français, le 6 janvier 1849. Elu mei 
correspondant de r Institut (Académie des Beaux-Arts), le 6 novei 
1886. Membre de la Caisse de défense des Architectes français depi 
création. 

Publications : Compte rendu des Travaux de la Société acadén 
d Architecture de Lyon^ pendant les années i853 et 1884^ lu /?< 
secrétaire dans la séance solennelle de janvier j855. LyonPerrin, i 
Notice historique sur la vie et les œuvres de M. A.- M. Chenai 
architecte^ par A. Louvier et Coquet, insérée dans les Annales 
Société académique d'Architecture de Lyon^ tome XIII, page I, 
portrait en héliogravure, d'après Danguin. Dans le même recueil : 
VIII, page 3i '.Notice sur Philibert Bellemain^ architecte^ lu da 
séance du 4 février 1886^ et page 35 : La vérité sur le palais de l 
champ à Marseille. — Son portrait a été peint par Faivre-Dufl 
reproduit dan^ la notice de la T{evue du Siècle ; on possède égale 
son buste en marbre, par G. Bonnet. Officier d'Académie depuis 
et ensuite officier de l'Instruction publique. 

Allocution prononcée par E. Bissuel, vice-président de lu Société acadi 
d* architecture de Lyon^ au cimetière de Saint-Symphorien-d'' 0:{on^ le 28 juin 
publiée dans Y Architecture, Journal de la Société centrale des Architectes Frc 
de 1892, page 33o. — Article nécrologique par A. D. dans le même recui 
Antonin- George Louvier, par C. Tisseur, sous la signature La Rédaction, d 
Revue du 5/éc/e, de Lyon, tome VI (1892), avec la reproduction du portra 
Faivre Duffer, page 789, — A. Loz/Wer, par A. Lucas, dans La Construction mt 
pour 189 1 -1892, page 480. — Notice biographique par Roux-Meulien, arch 
extrait des Annales de la Société académique d"" Architecture de la ville 
Lyon, Mougin-Rusand, 1897, avec portrait. — Compte-rendu des travaux 
Société académique d'architecture de Lyon, pour V exercice i8()i'i8f)2, pai 
Desjardins, secrétaire, dans le même recueil, tome XI, pages 8 à 1 1. 



Digitized by 



Google 



— 226 — 

(Toussaint-Noël), architecte, né àRouen, le 1 8 avril 1724, 
n le jour de la Toussaint 1807. — Il étudia d'abord à Paris 
ppelé à Lyon par Soufflot (voyez ce nom), pour diriger 
construction de la maison des chanoines réguliers deSaint- 
ovéfains) à Lyon, lesquels desservaient le prieuré de Saint- 
refuge Saint-Michel actuel) et, ensuite, ceux du dôme du 
ieu et du Théâtre; il partagea les soins du dôme avec 
:e nom). — En i8o3, il fut architecte de la ville de Lyon 
membre du Jury des Arts. 

'architecture : à Lyon, 1 760 : façade de Téglise de TOratoire 
pe) ; la maison curiale actuelle de la paroisse de Saint- 
)tel de Varey, à Tangle de la rue Saint-Joseph et de la rue 
)n Morel de Voleine, voyez P. Bissuel) ; la chapelle de 
1 séminaire (démoli) ; hôtel Dervieux-du-Villars. — A 
ienne église, démolie depuis. — Il fit des projets pour 
e Rhône, de Thospice de la Charité à Lyon et d'un Hôtel- 
■Etienne. — Le 22 mai 1779, il dressait, pour une affaire 
: Roux (voyez ce nom), les plans de la communauté des 

Lyon, rue Saint-Dominique, où était située Tentrée du 
cobins, lequel a été gravé. — Il fit partie, dès 1761, de 

Lyon, qui conserve de lui les manuscrits : 176 1 : De 
extérieure des édifices d'une grande ville (Discours de 

1762 : L'Art de décorer les appartements. Observations 
liâtes. — 1789 : De la manière de toiser la maçonnerie. — 
Eloge du P. Le Seur^ minime. — Sa fille Pauline épousa, 
lir Périer. 

riqiie sur M. Loyer ^ par Cochet, 1808, Ballanche, in 8®. — Cochard 
uscrits de la Bibliothèque de la ville de Lyon, par Delandine, tome II, 

(Charles-Louis- Achille), architecte et écrivain, né à 
i838, fils et élève d'Achille Lucas, élève de Constant 
coledes Beaux- Arts de Paris, où il entra en i856 et obtint 
ie 2e classe, et de T Ecole pratique des Hautes-Etudes 
itiquités Gréco- Romaines). — De i863à 1888, conducteur, 
ir et inspecteur du service de l'architecture de la ville de 



Digitized by 



Google J 



— 227 — 

Paris sous V. Calliat, Roger, Th. Ballu, Deconchy, Ach. Hermant et 
Ach. Lucas (Caserne et états-majors de la Cité, aujourd'hui en partie 
préfecture de police; école maternelle rue Rodier; église Saint-Ambroise; 
groupes scolaires rue Ordener et rue Torcy dans le XVIII* arrondisse- 
ment, groupe scolaire rue de Puebla, maintenant Bolivar, dans le 
XIX' arrondissement ; groupe scolaire rues Violet et Fondary (XlIIe 
arrondissement) ; groupe scolaire rues Tolbiac et Damesme dans le XIII* 
arrondissement). — Expert près le tribunal civil et près le conseil de 
préfecture de la Seine. — Membre du Jury et rapporteur (Economie 
sociale) à l'Exposition universelle de Paris en 1889. — A Paris, rue de 
Dunkerque, 23. 

Chargé, comme architecte, de l'installation provisoire de l'Ecole pro- 
fessionnelle des industries du meuble (Ecole Boulle) rue de Reuilly , dans le 
Xlle arrondissement, où il créa et professa le cours de l'Histoire de l'Art, 
et l'auteur des plans de l'école de Tlndustrie du Livre (Ecole Estienne), 
boulevard d'Italie, dans le XIII^ arrondissement. — Plusieurs tombeaux, 
une usine, constructions diverses, etc. — Il a fait enlever, en 1880, de son 
emplacement primitif, et restaurer à Paris^ la mosaïque antique de Lille- 
bonne (œuvre de J. Sennius Félix de Pouzzoles, et de son élève Amorgos) 
représentant, en un médaillon central, Apollon et Daphné et, dans 
quatre compartiments encadrant ce médaillon, un sacrifice à Diane et 
des chasses au cerf, mosaïque qui se trouve à présent au musée de 
Rouen. 

Membre, depuis 1870, de la Société centrale des Architectes français, 
dont il a été le secrétaire-rédacteur ; membre de la Caisse de défense 
mutuelle des architectes français, dont il est le secrétaire depuis Torigine 
en 1884 ; membre de la Commission administrative du vieux Paris à la 
Préfecture de la Seine ; membre du Conseil de la Société française des 
habitations à bon marché, de la Société d'économie politique, de la Société 
des Ingénieurs civils de France ; membre de la Société libre des Beaux- 
Arts dont il est le secrétaire général ; membre honoraire et corres- 
pondant de rinstitut royal des architectes britanniques ; de l'Institut 
royal archéologique de Grande-Bretagne et d'Irlande ; de l'Institut amé- 
ricain des architectes; de l'insigne Congrégation des virtuoses du Panthéon , 
à Rome ; de l'Académie royale des Beau:t-Arts de Lisbonne et de la Société 
des architectes civils et archéologues portugais ; de l'Académie royale de 



Digitized by 



Google 



— 228 — 

ît de la Société centrale des Architectes espa- 
" la propagation de l'architecture d'Amsterdam ; 
ciété des antiquaires Rhénans ; de la Société 

; membre d'honneur, le 3 décembre 1896 (cor- 
368), de la Société académique d'architecture 
ille, Nice, Angers, Versailles, Limoges, Tou- 
int-Quentin ; de la Société des Antiquaires de 
itiquaires de Picardie ; des Académies de Metz, 
été archéologique de Sens ; correspondant de la 

de France, de la Société d'archéologie de 

e nombreuses publications, notamment aux 
bre des Beaux- Arts ^ à la deuxième édition du 
timent et au Bulletin et Annales de la Société 
Tançais^ aux publications de la Caisse de dé/ense 
y français ; aux volumes des Compte rendus des 
nationaux des architectes^ tenus à Paris en 1878 
rétaire; k \?l Revue générale de T Architecture et 

l'Architecture^ journal de la Société centrale 
; à La Construction moderne; à L Encyclopédie 
icyclopédie; au Bulletin de la Société française 
rché ; au Builder ; au Journal de l'Institut royal 
jues^ etc. 

lombreuses conférences, de 1867 à 1897. — Il a 
rchitectes étrangers et français, au nombre 
pard André, Baltard^Bresson^ Cendrier, Chena- 
Tj Questel^ Soufflot^ etc. — Il a publié des études 
léologie, la Propriété artistique et l'Economie 

L Habitation à toutes les époques \ V Architecte 
Architecture au temps d' Homère \ le Palais 
nches et figures ; Caius Mutius et le temple 

Vertu ; C empereur architecte Hadrien ; les 
ulaires dAngleterre et essai sur l'histoire de ces 
dques églises du Saint-Sépulcre (traduit de C. 
ion des monuments et des œuvres dart ; 
ionnel à l Exposition de 188 g ; François 



Digitized by 



Google 



— 229 — 

Blondel ; notes de voyages à Bonn^ Cantorbery^ Le 
Tournai^ Mons^ Bruxelles^ Anvers^ Toulouse^ etc., etc. ; 
logiques pour servira F histoire de l'Architecture en Espa^ 
consultative d" architectes à Gérone en Catalogne^ en /^ 
lecture en Portugal-, mélanges historiques et archéoh 
sur le monument des sources de la Seine^ avec quatre 
grands Architectes ; découvertes faites dans le Fc 
etc., etc. 

Lauréat de la médaille d'or et des médailles de ju 
d'archéologie de la Société centrale des Architectes fran( 
d'argent de collaborateur à l'Exposition universelle de 
et à l'Exposition universelle de Bruxelles en 1897 ; méda 
de la Caisse de défense mutuelle des Architectes. - 
rinstruction publique ; chevalier des ordres royaux d 
d'Espagne et du Christ de Portugal. 



— M 



MAGNIN (Jacques), maître d'œuvre, à Lyon, i 
Grenoble. Le compte de Guignonnet Mareschal menti 
frais de message envoyés à Jacques Magnin, pour Tarn 
béry, auprès du comte de Savoie, en 1409, afin de s'ent( 
pour l'exécution des plans de la construction de la Saint 
château ; 20 des vacations à lui payées comme constructe 
pelle. D'après un document de 1417, Magister Prindallu 
aurait été l'auteur des plans ; on avait établi pour la coi 
administration particulière dont les comptes sont mentio 

Mémoires de V Académie de Savoie, tome X, p. 79. par M. A. d 

MAIGNAN (Jehan), maître d'œuvre. Il figure con: 
métier pour les peintres dans les syndicats, de 1578 à 160 
i582, 6 écus d'or pour les «portraits» qu'il avait faits pour 
calices, platines et « chauettes » que la ville avait fait f 
envoyés à Notre-Dame-de-Lorette à cause de la peste 



Digitized by 



Google 



— 230 — 

peintures décoratives du bateau préparé pour Henri III pen- 
séjour à Lyon. — En 1 586, le voyer Bertrand Castel (voyez 
fut invité à le conduire sur remplacement de la citadelle où 
lit construire une chartreuse, afin d'en dresser les plans. — En 
Jean Thurrin, prieur, lui donna le prix fait pour la construc- 
îglise de cette chartreuse (c'est la partie occupée à présent par 
; en i6i 5, on fit construire un mur qui arrêtait Téglise à Tare 
lôme actuel du côté du chœur, mur qui ne fut démoli qu'en ij3b ; 
îrdinand Delamonce). — La même année, il fut dispensé de 
du guet à cause de cette entreprise. — En iSgS, il fut chargé 
i Perrissin, maître peintre,des compositions et peintures de déco- 
our rentrée à Lyon de Henri IV et notamment d'un bateau que la 
t fait construire pour le service du roi. — En i6oo, il fut chargé 
travail, encore avec Perrissin, pourTentrée àLyon de Marie de 
— Les recteurs de Thôpital de Sainte-Catherine voulant faire 
un nouveau bâtiment, et s'étant fait représenter un plan préparé 
bournay (voyez ce nom), on fit parler à Maignan pour prendre 
et lui faire exécuter un dessin qui serait comparé avec celui 
ournay ; ce fut celui de ce dernier qui fut adopté. 

'très consulaires de Lyon, BB, 109, 1 16, i32, iSj et iSg. — Comptabilité, 
(i58i-i582). Notes communîqudes par le R. F. Amboise-Marie Bulliot, 
• de la Chartreuse de Solignat. — Archives de la Charité^ E, 29. 

[LLET (Michel), maître d'œuvre de Lyon, est payé pour la 
:ion du clocher que Ton a fait faire sur le boulevard de Porte- 
Lyon (i583-i584). 

vres de la ville de Lyon, comptabilité, registre CC 1324. 

[GRE (Jean), architecte, avait épousé Jeanne Perrache, nièce 
le-Michel Perrache (voyez ce nom) à Lyon, oii il est cité, de 1783 
omme habitant son hôtel rue de la Charité. — Le 20 décembre 
lonna un projet pour l'élargissement du pont de pierre sur la 
)n lui doit l'hôtel de Sarron, rue de la Charité, 46 ; il en reste le 
irla rue, auquel Flacheron (voyez ce nom) ajusta un corps de 
, et rhôtel entre cour et jardin ; il y avait deux frises sculptées 
^errache. Plans de terrains faits à Lyon le 22 septembre 1784. 



Digitized by 



Google 



— 231 — 

Petite chronique lyonnaise^ par Morel de Voleine, dans la Revue du Lyonnais, 
nouvelle se'rie, tome V,page 20. — Registre consulaire de Lyon, BB, 346. — Gaspard 
Bellin, dans le tome IX des Annales de la Société académique d'Architecture de 
Lyon, page LXXV. — Bibliothèque nationale. Topographie de la France. 

MALAVAL (Joseph-Etienne), architecte, né à Lyon le 16 avril 
1842, y est mort le 19 janvier 1898. Après avoir passé par TEcole La 
Martinière, il entra, en 1859, ^ TEcole des Beaux-Arts de Lyon sous 
Vibert, Genod, Bonirote et Fabisch, où il obtint diverses récompenses 
dont un prix d'estime en 1862. A appartenu au cabinet de G. Tisseur 
auquel il a succédé en 1877. 

Travaux d'architecture. — i883 : restauration du château de 
Bayères à M. E. Aynard. — i885 : Dans Tlsère des châteaux d'Anjou 
pour M. G. Jourdan et de Gulas pour M. E. Jourdan; restauration du 
château de Vermont à Vaise pour M. Vautier; achèvement de Téglise 
d'Orliénas (Rhône) commencée par G. Tisseur (voyez ce nom). — 1888 : 
Achèvement de Téglise Sainte-Blandine à Lyon, commencée par G. 
Tisseur (voyez ce nom) et notamment la flèche sur des plans différents de 
ceux primitifs. — 1889 : Restauration du château de la Bassette pour 
M. de Loriot à Vaise ; château de Bonnevaux pour le docteur Berne et 
église de Ghasse (Isère). — 1891 : Restauration de Téglise de Saint- 
Nicolas de Givors (Rhône). — 1892 : Restauration du château de la 
Bernarde à M. de Malaval au Puy en Velay (Haute-Loire). — 1893: 
Ecoles libres du Bon Pasteur à Lyon ; hôtel du journal Le Nouvelliste. — 

1894 : Restauration du château de Bonce à M. de Bellescize (Isère). — 

1895 : Restaurations et travaux aux châteaux de la Flachère (Rhône) du 
marquis de Ghaponay, et de Ghamagnieu (Isère) de M. de Jonage. — 
1897 • La restauration du château de Bel-Accueil (Isère) et l'agrandisse- 
ment du manoir de Beauvernay à Pouilly-sur-Gharlieu (Loire) étaient en 
cours d'exécution à sa mort. — Admis, le 2 décembre 1886, à la Société 
académique d'Architecture de Lyon. — Ghevalier de Saint Grégoire-le- 
Grand du 8 octobre 1 894. 

MANGUIN (Pierre), architecte, né à Paris le 12 février 181 5, y est 
mort le 2 décembre 1869. Il fut élève de Lebas et entra à TEcoledes 
Beaux-Arts de Paris le 22 décembre 1842, où il obtint cinq médailles en 
deuxième classe; de première classe en 1843. — Salon de 1837 • ^g^^^^ ^^ 



Digitized by 



Google 



— 232 — 

-et-Oise), aquarelle. — Salon de iSSg : vue générale de 
^erté'Beniard (Sarthe), avec restauration de la flèche y 
e de village aux environs de la Ferté-Bernard, aquarelle. 
7 : portif d^ entrée du château de Courtanvaux^ aquarelle ; 
ttrée du dit château^ dessins ; église de Rueil, état actuel 
[en collaboration avec Lussy). — Salon de 1848 : études 
dans le Maine ; église de la Ferté-Bernard^ état actuel^ et 
irentes restitutions ou augmentations. — Il obtint une 
niière classe à cette occasion. — Salon de 1849 : dessins 
• le ministre de r Intérieur^ pour la cérémonie funèbre des 
i /(?^(y (Labrouste et Duc, architectes). — Salon de i85o : 
hie équestre de l empereur Napoléon r\ pour la ville de 
)ublics, plan du quartier, plans du piédestal ; crypte de 
^'Laurent à Grenoble (Isère) ; arc antique à Die (Drôme); 
5. de Calma^ commune de Lachan (Drôme), ces trois 
5 réexposés en i855. — Salon de i852 : projet de salle de 
ne tnlle de deuxième ordre ^pouvant contenir mille spécia- 
le i855 : église de laFerté-Bernard^ détail d'une fenêtre; 
luration de Téglise de Bourg-Saint-Andéol (Ardèche), 
is monuments historiques. — Salon de 1878 : église Saint- 
le), en collaboration avec H. Revoil ; église de la Ferté- 
e). Cette exposition est posthume. 11 fut attaché comme 
Commission des Monuments historiques, 
architecture : i855 : piédestal et entourage de la statue 
Napoléon I" à Lyon, par Nieuwerkerke. La première 
! le 20 avril i852 ; elle fut inaugurée par Napoléon-Bona- 
t de la République, le 20 septembre (une médaille de 
"ley, fut frappée à cette occasion. Face ; le monument ; 
ons commémoratives, elles portent le 21 septembre, par 
tatue a été renversée et le monument détruit le 20 novera- 
. Paris, rhôtel de Païva, avenue des Champs-Elysées ; 
î Lafayette, n" 7 (publiée dans lecMoniteur des Architec- 
anches 339 et 344), et no 99 (la fontaine de la cour a été 
; Matériaux et Documents^ de Raguenet), rue Jacques de 
m œil de bœuf a été publié dans le recueil précédent) ; la 
1 à Saint-Maur. — Une villa aux environs de Boulogne, 



Digitized by 



Google 



— 233 - 

publiée dans \a Repue générale de l'Architecture et des Travaux publics 
de 1867, planches Sg à 43, texte par C. Daly, page i55. — Restauration 
du château de Pontchartrain. — Il a fourni des planches dans V Archi- 
tecture privée au XIXe siècle, première et deuxième série, et à V Archi- 
tecture funéraire^ de César Daly. — Il fut nommé chevalier de la Légion 
d'honneur le 18 octobre i852. 

Petite notice, par J. Bouchet, dans Tannée 1870, de la Revue générale de VArchi- 
tecture et des Travaux publics, pages 38 et 39. — Belli^r de la Chavignerie et 
Auvray. — Encyclopédie d'Architecture^ tome II. — V Illustration du 25 novem- 
bre j85i. — Annuaire de la Société centrale des Architectes français, i835. — 
Annales de Ja même société, 1869. — Bauchal. 

MANSART (Jules HARDOUIN dit), architecte, né à Paris le 16 
avril 1646, est mort à Marly, le 11 mai 1708. Il était fils de Raphaël 
Hardouin, peintre ordinaire du roi, et de Marie Gauthier, nièce de 
François Mansart, dont il prit le nom. Il avait un frère du prénom de 
Michel, qui fut aussi conseiller du roi, ingénieur et architecte des bâti- 
ments du roi. Il étudia d'abord sous son oncle, puis, à sa mort, sous la 
direction de Libéral Bruant. En 1673, il fut nommé ingénieur, architecte 
et conseiller du roi et, en 1675, membre de T Académie d'architecture, où 
il fut, en 1676, architecte professeur. En 1684, il fut nommé Intendant 
des Bâtiments du roi, des jardins, arts et manufactures, en 1686, premier 
architecte du roi et, en 1691, inspecteur général. — Le 7 février 1699, 
il fut nommé protecteur de l'Académie royale de peinture et sculpture et, 
le 8 mars, il vendit, à François Blondel, conseiller du roi, l'office d'inten- 
dant qu'il avait acquis, en 1684, du sieur Gobert, comme on l'a vu, au 
prix de i3o,ooo livres. 

Il concourut, 
en 1672, pour les 
projets du château 
de Clagny (voyez 
Lepautre), des- 
tiné à Mï"e de 

Montespan ; ses plans ayant étépréférés, il fut chargé de sa construction, 
qui ne fut commencée que plus tard ; ce fut cette circonstance qui lui 
procura la faveur de Louis XIV. 

Travaux d'architecture : 1671, commencement de la reconstruction 

26 




Digitized by 



Google 



— 234 — 

Irale de Blois. — 1673 : avis pour Tévêché de Béziers et, en 
dans cette ville, exécution, sous sa direction, par Jacques 
itre peintre, d'un projet à peu près définitif de Thôtel de ville 
ir lequel François III de Royers de la Valfenière, architecte 
Pierre Puget, sculpteur et architecte de Marseille, un frère, 
issisté d'un Nicolas Léotard , Jean Rochas, architecte 
Dominique Pilleporte, architecte d'Arles, et Jacques Peitret 
aravant préparé des projets successifs), lequel fut élevé, a\'ec 
hangements, par Jacques Peitret. — 1674 à 1682 : travaux 
àteau de Saint-Germain-en-Laye, qu'il défigura par de gros 
Dpliqués contre les tours (lesquels ont été enlevés au XIX« 
asse sur le côté nord du château neuf. — 1676 : château de 
•miné en 1679 (détruit); commencement des travaux du 
Versailles. — 1677 (^7 septembre) : plan de quartiers et de 
> pour la ville de Lyon, dédié à Camille de Neuville, marquis 
, archevêque et comte de Lyon. — 1678 : maison de La 
ardinier en chef des potagers du roi. — 1679 : écuries du 
Versailles, achevées en i685. — 1680 : réfection d'une partie 
Je Dampierre, pour le duc de Chevreuse. — 1682 : hôtel de 
Saint-Germain. — i683 : château de Marly. — 1684 à 1686, 
)tre-Dame de Versailles; la maison des Lazaristes et la place 
es, à Paris. — i685 : le pont royal à Paris (exécuté par 
Gabriel et reçu le i3 juin 1689, après avoir été achevé par 
la veuve de ce dernier). — i685 à 1686 : bâtiments de Saint- 
ersailles, et place Vendôme sur nouveaux plans (elle avait été 
par Libéral Bruant); château de Navarre, près d'Evreux, 
; de Bouillon, lequel fut donné plus tard, par Napoléon, à 
près le divorce, et démoli en 1834. — ^^87 : arc de triomphe 
uf, à Toulouse (détruit) ; avis donné au sujet de la place où 
[arseille voulait élever la statue équestre de Louis XIV, dont 
jà fait marché avec Pierre Puget. — 1688 : convention passée 
:hal de Villeroy, avec Martin Desjardins (van Den Bogaert), 
Lie équestre de Louis XIV à ériger, à Lyon, sur un empla- 
fut désigné plus tard. Cette statue, modelée suivant les 
de Mansart, tirée du moule des frères Keller, en 1700, 
Rouen et au Havre par eau, transportée par mer jusqu'à 



Digitized by 



Google 



— 235 — 

Toulon, d'où elle remonta le Rhône, arriva à Lyon, au port du roi ou du 
Temple, le i3 juillet 1701, d'où elle fut transportée et entreposée à 
rhôtel Mascrany, place Bellecour, par les frères Aynez, archi- 
tectes (voyez les notices Aynez, de Cotte, Etienne Fahy et Claude 
Perret). Elle ne fut inaugurée qu'en lyiS (une médaille de 0,072 de 
diamètre fut frappée en 1714; face : le buste de Louis XIV, par 
Delahaye ; i^ : la représentation du monument, par L. du Vivier) ; 
renversée le 28 août 1792. — 1688 : château de Grignan, le grand Trianon 
moins la colonnade ; orangerie de Versailles. — 1690 à 1707 : jubé et 
flèche centrale de la cathédrale d'Orléans (cette flèche a été reconstruite). 
— 1690 à 1710 : château de l'Aigle. — 1692 : avis donné et réduction 
dans le devis présenté par Coysevox pour la statue équestre de Louis XIV 
à élever à Rennes; dessin du piédestal (lequel, la statue n'ayant été 
posée qu'en 1726, fut exécuté par un autre architecte); grande galerie 
sur l'emplacement de Thôtel de Brion, pour le duc d'Orléans, décorée 
par Coypel. — 1693 : portail de l'église des Invalides et commencement 
du dôme, qui ne fut terminé qu'en 1706. — 1695 à 1711 : remaniement, 
pour le Dauphin, du château de Meudon, construit par Philibert de 
l'Orme et déjà modifié par Louvois ; construction du château neuf, sur 
l'emplacement de la grotte (voyez Philibert de l'Orme). Le premier de 
ces châteaux a été démoli sous le i^r Empire et le second, brûlé pendant la 
guerre franco-allemande. — 1696 : partie inférieure de la cascade de 
Saint-Cloud (voyez Lepautre), et le grand escalier de ce palais. — 1698 : 
château de Vanves ; maître-autel du Noviciat des Jésuites et remaniement 
du chœur de Notre-Dame de Paris, pour le vœu de Louis XIII (ces 
travaux ont été exécutés par de Cotte sur de nouveaux dessins). — 1699 : 
son hôtel à Paris, rue des Tournelles ; place Louis-le-Grand en rempla- 
cement de celle dite Vendôme. — 1700 : son hôtel à Versailles, rue de 
la Pompe et le château de Boufflers ; plans pour la reconstruction 
des parties supérieures de l'hôtel de ville de Lyon et de son beff^roi (à la 
suite de Tincendie de 1674) et du piédestal de la statue équestre de 
Louis XIV sur la place Bellecour, qui devint place de Louis le Grand ; 
ces projets furent apportés à Lyon par Robert de Cotte et surveillés par 
Simon, architecte du roi (voyez ces notices). — 1701 : Voyage à 
Nancy, pour les travaux du duc de Lorraine et de Bar, lesquels furent 
remis à Germain Boff'rand (voyez, plus haut, la notice de cet architecte) ; 



Digitized by 



Google 



— 236 — 

: de la façade de Tévêché de Saint-Omer (aujourd'hui palais 
chapelle du château de Serrant, dans laquelle fut élevé le 
i marquis de Vaubrun, par Goysevox, dont on lui attribue le 
7o3 : Galerie du château de Gaillon (détruite par un incendie); 
antiques au château de Versailles. — 1706 : Ponts de Moulins 
. — 1707 : Chapelle de la Sainte -Vierge, à Téglise de 
, à Paris. — 1708 : Château de Sablé pour le marquis 
On n'a pas de date certaine pour les travaux suivants : 
lôtel de Lorges, rue Neuve -Saint -Augustin ; celui de 
^enautier, à Tangle des rues du Grand-Chantier et des 
; ; les bâtiments du couvent des Récollets (détruits) ; à Saint- 
lise des dames de TAnnonciade ; à Chatillon : la maison de 
ies marquis de Brice ; les châteaux de Chamarande (Seine-et- 
al, près de Saint-Germain; de Sagonne (Cher), dont il prit 
Villouet (Maine-et-Loire), de BlérancourtetdePinon (Aisne); 
é (Anjou) ; de Monfrin (Gard) ; de Canteleu (Seine-Inférieure), 
lize, commune d'Odenas (Rhône), pour le neveu du confesseur 
IV. Au château de Chambord, il refit la porte principale et 
lans de deux ailes à élever en avant-corps de la place d'armes 
iements desquelles furent construites, plus tard, les casernes 
1 de Saxe). A Rouen, il fit la porte du palais archiépiscopal 
escalier conduisant à la Salle des Etats. A Castres : Tévêché, 
hôtel de ville. A Pamiers : reconstruction partielle de la 
A Bordeaux : hôtel de la Daurade. A Marseille : les portiques 
le THôtel-Dieu. Il aurait aussi donné des plans pour plusieurs 
evés en Piémont et en Espagne. 

mobli en i683 prenant le titre de comte de Sagonne, reçut 
le Saint-Michel en 1693 et 100,000 livres de gratification à 
lu mariage du duc de Bourgogne, enfin est dit, en 1689, 
ie Tordre du Mont-Carmel et de Saint-Jean de Jérusa- 

s ÉQUESTRE DE LA PLACE Louis-le-Grand : monumeut érigé dans 
Lyon^ par B, et J , Aiidran^ grand in-folio (collection Coste, 
dS'le-Grand^ statue équestre coulée en bronze par Martin Des- 
lugurée à Lyon en iji3 et renversée en 1792. E. Rey, d'après 
) Audran, lith. (Collection Coste, n» 549). Statue équestre de 



Digitized by 



Google 



— 237 - 

Louis XIV érigée en i j 1 3 détruite en 1 7^2, dessinée et gravée pa 
fils; Gossard scalp., in-8 (collection Coste, no 55 1). Statue en brot 
sentant le Rhône. Lith. (collection Coste, n» 553). Statue e 
représentant la Saône par A. Flandrin, in-8 (collection Coste, r 
Hôtel de Ville de Lyon : dessins conservés aux Archives de 
1702 : Façades latérales^ sur les rues, des pavillons et de lafaçac 
en travers du beffroi et de la grande salle ; élévation du haut de 
principale et du beffroi. — Façade de r Hôtel de Ville de Lyon^ 
de Poilly (collection Coste, n» 523; Bibliothèque nationale, tope 
Lyon, Rhône, t. VIL François de Poilly reçut 3oo livres | 
exemplaires de cette estampe qui devaient être joints à V Eloge Hi^ 
Reproduction de cette estampe, 1734. Gentot fecit (collectio 
no 526. Bibliothèque nationale, ut supra). Façade de F Hôtel de 
Zrow par D... (collection Coste, n» 522). Première face de T. 
Ville sur la place des Terreaux dans le plan de Séraucourt, 
petites fontaines. 

Gravures des portraits ; par Edelinck, d'après Vivier 
in-folio; par Habert, d'après le même; par Edelinck, 1706, 
Rigaud, in-folio ; par Simoneau Taîné, 1710, d'après de Tr 
(ces 4 portraits provenant de la collection Gaignières à la Bibl 
nationale ; le dernier est aussi à la chalcographie du Louvre, no 
catalogue de 188 1). On a deux portraits de lui peints par de Tr 
Tun est dans la salle du Conseil de l'Ecole nationale et spéciale de 
Arts de Paris et l'autre au musée de Versailles (no 2586), ainsi 
buste, de 1670, en plâtre, par Coysevox (no 1674). Son buste en 
par Lemoyne (dont le plâtre se trouve à Versailles, n» 798), est £ 
du Louvre et une copie du même buste en marbre, par Gourdel,î 
de Versailles {n9 226), où sont placés également sa statue en mai 
Aug. Préault, 1854 (^^ ^75 bis) et son portrait peint par Char 
jamin-Théophile), n» 2930. Le portrait peint par Rigaud est 
salle des portraits au musée du Louvre et sa statue en pierre, p 
Joseph Perraud, figure parmi celles des galeries extérieures du 
Louvre, la seconde en partant du pavillon Denon et se dirigeât 
pavillon Mollien. 

Il fut inhumé à l'église Saint-Paul, à Paris, où il ; 
monument en marbre, par Coyzevox; ce monument a fait p 



Digitized by 



Google 



— 238 — 

nents français ; mais, à partir de ce moment, on en perd 
estion du médaillon et de Fépitaphe dans les Archives 
Tançais^ tome II, page 189,111, pages 188 et 191 et dans 
rce, IV, pages 170 et 171. 

- Madame de Sévigné. — Germain Brice. — Piganiol de la 
rille. — Notice^ par Duchesne aîné. — Jal. — Dussieux. — 
t. — De la Saussaye. — Morey. — Léon Lagrange. — Archives 
ives de la ville de Lyon. — Bibliothèque Nationale. — Archives 
Revue des Sociétés savantes, etc., etc. 

( ) succéda à Antoine Montayng, le 2 

:omme maître de Toeuvre de la cathédrale de Saint-Jean 
1489, il fut suppléé par un ouvrier habile, nommé 
ou de Seyssel, pour remplir auprès des tailleurs de 
ons d'appareilleur et signer les blocs ouvrés ; il peut 
mme ayant achevé le gros œuvre, et ses successeurs 
e des entrepreneurs ordinaires sur des plans et devis 
rchitectes. 

parlement du ^hône, Actes capitulaires, livre XXVII folio 86 et 
urne 7, n® 3. — Notice sur la construction de la cathédrale de 
> par Guigue, page 35. 

l(J. ), architecte. Plan géométral d'un cime- 

ur la pille de Lyon composé d'après le programme de 
re) en 1791. Roulant, f. 

e à la Bibliothèque de la ville de Lyon au Lycée, n® 662. 

iristophe], entrepreneur général des ponts de France, 
ea, avec deux associés, à construire un pont en pierre 

à vis la rue des Nonnains dTères, joindre Tîle aux 
tre-Dame, faire des quais et construire des maisons ; 
position de certaines corporations religieuses, ils durent 

de leurs engagements ; les ponts, construits seulement 
iétruits en 17 10. — En 1634, l'administration munici- 
ta avec lui pour la construction d'un pont en bois sur 
a place Bellecour et le palais archiépiscopal ; en 1637, 



Digitized by 



Google J 



— 239 — 

il fut convenu qu'il y construirait trente-deux boutiques (soit seize 
d'amont et seize d'aval), le milieu du pont restant vide (voyez : Gervaise, 
Lallié, Roux, Baflfert, Rugniet, Perronet, Bouchet, deLimay etCarron), 
et, la même année, il proposa de faire aussi un pont en bois en face des 
portes Saint-Paul et Saint-Vincent ; la populace voulut le troubler dans 
ces travaux et le Consulat fut obligé de donner un détachement d'arque- 
busiers pour le protéger, lui et ses travaux, nuit et jour. Ces ponts, fort 
mal établis, exigèrent des réparations en 1674, 1709 et 1711 ; il est dit, 
en 171 2, que celui de Saint-Vincent était tombé déjà plusieurs fois (voyez 
plus haut, Caminet). 

Histoire et Antiquités de la ville de Paris, par Sauvai, tome I, pages 92 et 
238. — Archives de la ville de Lyon, Registres consulaires BB,i86 et 191. 

MARION (Claude), architecte. Il fut architecte de la ville de 
Lyon pour la division du midi de i8o3 à i8o5 (voyez Perenciol, Loyer et 
Flacheron). Il fit la fontaine de la place Grolier et donna des plans pour 
le théâtre des Célestins (voyez Colson) qui fut construit par Dardel 
(Jean- Joseph), des enfants duquel : Lise, Adèle, René (voyez Dardel) et 
Pierre, il fut le tuteur à sa mort, arrivée le i3 mai 1809 (René Dardel^ 
par L. Charvet, pages 3 et 78.) 

MARSAT (Guillaume), maître d'œuvre, fut associé, en i359, de 
Jehan de Remacin (voyez ce nom) dans l'entreprise des fortifications de 
Lyon, de i358 à 1369. 

Les Artistes et Maîtres de métier de Lyon, par Natalis Rondot, page i5. 

MARTELLANGE (Etienne III), architecte, né à Lyon, à la fin de 
1 568 ou au commencement de 1 569, est mort à Paris le 3 octobre 1641. — 
Jehan ou Etienne I de Martellange est cité comme peintre verrier à 
Valence dans le contrat de mariage de son fils, Etienne II, le 6 janvier 
1 565 ; il était mort à cette époque et avait eu de Sicille Chaphe : i « Jacques, 
aussi peintre verrier à Valence; 20 Etienne II, peintre, né à Saint-Péray 
(Ardèche), maître de métier parmi les peintres de Lyon en i573 et 1576 
(dont il subsiste un portrait peint par lui en 1 568, qui est conservé au 
musée des Archives de la ville de Lyon, et celui de Bianca Capello, en 
1571, qui est au musée de Versailles n» 3269), lequel fit son testament le 
25 janvier 1579, avec codicille du 20 août i586, dans la maison qu'il avait 



Digitized by 



Google 



— 242 — 

Collège de la Trinité à Lyon. Commencé le 19 décembre 1607, 
rit jusqu'en 1620; il restait encore quelques travaux à faire 
hône en i635 (bien entendu, il ne s'agit que de l'ancien péri- 
niné par la place du Collège, le prolongement de la rue 
ue Pas-Etroit, avec une seule cour sans bâtiments au delà le 
ne). L'église, beaucoup plus simple qu'elle ne l'est actuelle- 
rieur, ayant été enrichie depuis (voyez Beauregard, Jean et 
)elamonce), fut consacrée le 29 octobre 1622. Un peu plus 
:u de nombreux agrandissements par les Jésuites vers le 
-delà du prolongement de la rue Neuve, puis a été restauré 
e. 

:ortsulaires aux Archives de la ville de Lyon^ passim. — Archives du 
u Rhône, portefeuille D, 9, modèles et mémoires, déclarations, plan 
jlise. — Plan scéno graphique de la ville de Lyon, par Simon Maupin, 
nL a, folio 2 25 et b, folio 149. — Historiée Societatis Jesu, ijoS, 
rtie. — Lyon Ancien et Moderne, — E. Martellange, par 
74. — Bouchot, 1880. — Le Collège de Lyon sous la première et la 
ion des Jésuites, par Ch. Legris (Clair Tisseur), dans la Revue du 

Collège de l'Arc (à cause d'une voûte jetée, en 1607, sur la 
!ux corps de bâtiments) à Dole. Il ne s'agit que de conseils 
5io, et de modifications de peu d'importance apportées en 
à l'église dont la première pierre fut posée le 9 octobre iSgo, 
sacrée le 21 septembre 1601, quoique non terminée. 
, folios 142, 143, 144, 147 et 148. — Album, folios 81 et 82 (ces 
produites dans le Collège de PArc, à Dole, par Feuvricr). — Rensei- 
nis par A. Morlet, bibliothécaire de la ville de Dôle, en 1872. — 
lange, par L. Charvet, 1874. — Notes historiques sur le Collège tenu 
ésuites à Dôle, i885. — Bouchot, 1886. — Le Collège de PArc à 
ihie par Julien Feuvricr, avec plans et vues, 1887. 

)llège de Vesoul. On en possède un plan, donné par Martel- 
>, puis un autre de 1 6 1 3 et il fournit, en 1 6 1 6, un devis et un 
r les travaux. L'église, prévue à gauche de l'entrée et un 
te, ne fut pas exécutée. La cour centrale avec sa galerie 
; la façade sud-est n'a pas été changée. 

folio 196 (le même plan existe aux archives de la Haute-Saône). — 
143. — Archives de la Haute-Saône, série D, art. 3i, liasse 3i. 
, plan.— Etienne Martellange, par L. Charvet, 1 874. — Bouchot, 1 886. 



Digitized by 



Google 



— 243 - 

i6io à 1618 : Collège de Dijon. Le concours de Martell 
rencontre de ce que nous avons écrit en 1874, et après nouvelle et 
pu consister qu'en une surveillance, en un contrôle et en un d( 
chaire en 16 17, le caractère de ce qui subsiste étant dijonnais. 

Recueil, folios 191, 192 et 193. — Album, folios 56, 61, 63, 6401 67 
des dessins de ce qui existait et non de ce qu'il faisait faire. — Dessin de U 
daté de septembre 161 7 (mis en vente en 1897). — Historiœ Societatis Je, 
pars V. — Etienne Martellange par L. Charvet, 1874. — Bouchot, 1886. 

161 1 : Collège de Sainte-Marie de Bourges. Le lycée actuel 
incontestablement remplacement de l'ancien collège; toutefoi 
impossible d'y retrouver une trace de travaux, exécutés ou i 
Martellange qui vint pour la première fois à Bourges en 161 1 et ; 
divers plans jusqu'en 1621. 

Recueil, a, folios 232, b, folio 137 et d, folio 45. — Album, 47. — H\ 
Berry, par Gaspard Thomas de la Thaumassière, 1689, page io3. — Bouch 

1612 : Collège Henri IV de la Flèche. Comme il était coi 
avec hâte depuis 1606, avant son arrivée en 161 2, on peut lui at 
avec certitude, les travaux exécutés postérieurement à cette date, 
dire Téglise, la galerie en arcades du vestibule d'entrée et, dans 
d'honneur, les deux ailes en retour de chaque côté du Château-^ 

Recueil, b, folios 170, 171, 186, 194 et 195. — Album, 28, 29, 32 ( 
Essai historique sur la ville et le collège de La Flèche par Marchand de 
i8o3. — Etienne Martellange, \>divV..ChdiVwcx, 1874. — Bouchot, 1886. — L 
des Jésuites aux XV 11^ et XVIII^ siècles. Le Collège Henri IV de la Flèa 
P. Camille de Rochemonteix, de la Compagnie de Jésus, lequel a repn 
tome II, deux plans, et au tome III, une vue de la Flèche, par Martellange 

161 2 : Collège de Nevers. Commencé le 9 septembre 161 2 
dessins de Martellange n ont pas de rapport avec les bâtiments 
lège, devenu Lycée, qui sont construits sur les mêmes emplace 
une époque plus récente, ceux de l'église Saint- Pierre, qui lui est c( 
s'y rapportent complètement, et elle est bien de sa manière, 
façade qui est plus moderne. Le Lycée a été agrandi de l'ancien ( 
Recueil, b, folio 126. — Album, folios 49, 5i, 52, 53 et 54. — Bouche 

1614 : Collège de Roanne. Martellange était déjà venu da 
ville en 1610 et 161 1 ; toutefois il n'est indiqué comme deva 
réédifier le collège, lequel avait été commencé ailleurs, puis Tégl 



Digitized by 



Google 



— 244 — 

1 6 14; celle-ci, commencée en 1617, ne fut achevée 
existe encore, ainsi qu'une partie de rétablissement 
lé en Lycée. 

208 et 211. — Album, folios loi à io5, iii et 112. — ■ 
fw pars V, liber XII, n®» 54 à 56, 66 et 70; XIV, n® 22; 
herches historiques sur Roanne et le Roannais faisant partie 
5 Gaillien, publiées par Alph. Coste, \S63. — Histoire du 
Etienne Martellange^ par L. Charvet, 1874. — H. Bouchot, 

de la Charité à Lyon. — 2 octobre 16 16 « comparu 
le TAumône Générale) le père Martellanche de la 
ms. lequel a représenté le plan qu'il lui a plu dresser 
etédiffices des pauvres enfermés ayant esté veuet 
it par le dit père que les dits sieurs recteurs il a esté 
iu dit sieur Picquet et ons iceulx sieurs recteurs 
re, lesquels ils prient de continuer sa bonne vollonté 
son bon advis et conseil lorsqu'on travaillera au dit 

érations du Bureau, folios 475 et 476 aux Archives de la 
jgistres consulaires de la ville de Lyon, — Topographie de la 
t des estampes de la Bibliothèque nationale, — Livrets de 
\e Générale de Lyon, 

t des Jésuites de Lyon. Etienne, Benoît et Olivier 
snt parmi les bienfaiteurs de cet établissement qui 
te-Hélène, les terrains allant jusqu'au rempart, la 
acement de la rue Saint-Joseph actuelle ; il a été 
Martellange en parle dans une déclaration du 
Ses plans, du mois de juin 1617, furent envoyés à 
liais ensuite modifiés par lui dans d'autres. La porte 
Ile (qui fut, sous le vocable de Saint-Joseph, consacrée 
été utilisée pour l'encadrement de l'entrée d'une mai- 
e à l'angle de la rue de Bourbon (Victor Hugo). 
i5o et i5i ; c, 26 et 27. — Clapasson. — Historiœ Societatis 
ecimus, folio i3o. — Paul Saint-Olive, i868. — Etienne 
harvet, 1874. — Bouchot, 1886. 

i' Avignon. On a deux projets de Martellange, un de 
lequel est celui qui a été exécuté et qui existe encore; 



Digitized by 



Google 



— 245 — 
la façade de Téglise n est pas de lui. On sait que la tour de la Motte et le 
vieux bâtiment adjacent, lequel sert actuellement au réfectoire, avec dor- 
toirs au-dessus, sont les restes les plus importants du palais du cardinal 
Gaillard de la Motte ; ils servirent d'église jusqu'à ce que celle-ci fut 
achevée ; le collège a été converti en Lycée sans grandes modifications. 

Recueil, c, folio i5 et b, folîos i54, i55 et i56. — Album, folios 170 à 173. — 
Topographie de la France, Avignon, au département des Estampes de la Biblio- 
thèque nationale. — Les Jésuites à Avignon, par A. Canron, 1875. — Bouchot, 1886. 

1618 : Collège de Chambéry. Une partie des bâtiments et de Téglise 
restant à achever, Martellange a dû, en 161 8, en dresser le plan pour 
les terminer. Il y a lieu de remarquer, toutefois, que ce collège (installé 
d'abord, en 1 564, dans une partie du couvent des Cordeliers, actuellement 
larchevêché), fut achevé, de 1634 à i636, sur un grand emplacement 
joignant les remparts (devenus les boulevards actuels) conformément 
aux plans de 161 8. Ces bâtiments, construits d'une manière très simple, 
sont devenus le grand séminaire actuel et la chapelle, Téglise paroissiale 
de Notre-Dame. 

Recueil, c, folio 176. — Album, folios 144 et 145. — H. Bouchot, 1886. 

1620 : Collège d'Orléans. Il en a donné, en 1620, les plans ainsi que 
ceux de Téglise, sur l'emplacement de l'abbaye bénédictine de Saint- 
Symphorien et Saint-Samson, ruinée en i562, reconstruite en partie et 
cédée par le dernier prieur, Raoul de Gazil, aux Jésuites (La description de 
la Buzonnière, pour l'église, se rapporte parfaitement à Martellange ; mais 
c'est par erreur qu'il lui a donné le vocable de Saint-Maclou; celle-ci, très- 
ancienne, ayant été ornée, auXVII^ siècle, d'un portail semblable à celui 
du collège des Jésuites dont elle était rapprochée, cela a causé une confu- 
sion dans notre notice de 1874). Situé à peu près vers la rue Jeanne-d'Arc, 
il a été démoli, en 1848, lors de la construction du Lycée qui l'a remplacé, 
et une partie du portail de réglise,qui avait été reconstruite, en 1623, sur 
l'emplacement de celle des Bénédictins, en se servant des fondations, a 
été employée à faire le portail d'entrée de cimetière Saint- Vincent, sur le 
boulevard Alexandre-Martin, lequel existe encore. — Il donna des avis 
pour la reconstruction de l'église Sainte-Croix qui ne furent pas acceptés. 

Recueil, b, folios 1 15, 118, 119 et 120. — Album, folios 36 et 3j. — Histoire 
architecturale de la ville d'Orléans, par de la Buzonnière. — Etienne Martellange, 
par L. Charvet, 1874. — Bouchot, 1886. — G. Vignat, 1896. 



Digitized by 



Google 



- 246 — 

Collège de Sens. Il ne s'agit peut-être que de plans fournis 
fice; nous avons fait erreur lorsque nous avons écrit, en 1874, 
à une seule nef était de lui. Le plan du terrain de 1628 n'a 
et il a proposé, dans ses projets, de Télever perpendiculai- 
voie publique (la rue Thénard actuelle), tandis qu'en lySS on 
e en bordure. Du reste le Lycée actuel a bien remplacé Tancien 

?, folios 182 à i85. — Etienne Martellange^ par L. Charvet, 1874. — 
1886. 

*^oviciat des Jésuites de Paris. Tout, sauf Téglise et la salle de 
était en train en 1628. 

D, 172, 176, 191 et 192, 254 et 255. — Album, folios 2, 3, 4 et 5. — 
^e Paris, etc., par Piganioi de la Force, VII, page 355. — Répertoire 
de Jomben, planches relatives à Marot. — Description nouvelle de la 
's, par Germain Brice, 1706. — Architecture française, etc., de 
, 1752. — Plan de Paris, par Bretez, 1739. — Recueil des plus beaux 
lusieurs églises de Paris, 1660. — E. Martellange, par L. Charvei, 
bouchot, 1886. 

de la maison professe des Jésuites de Paris, rue Saint- Antoine, 

ition avec le P. Derand. 

?, 218 bii. —H. Bouchot, 1886. 

, en 1624, un plan du futur collège de Blois; il est difficile de 
i en est résulté à cette époque, car cet établissement qui se 
ant la Révolution, en face du château, entre Téglise Saint- 
a rue qui monte au temple protestant, est occupé à présent 
lu de bienfaisance et le collège actuel est installé, dans des 
épendaient de l'ancienne abbaye de Bourgmoyen, depuis le 

r, folio 21. 

occupé aussi des collèges d'Aurillac et de Rennes, sans que 

)ns bien préciser la nature de sort concours. 

) : Album de vues, en deux volumes, conservé au département 

2s de la Bibliothèque nationale, où il a figuré longtemps sous 

nprunt et n'a pu être restitué à Martellange, par M. H. Bou- 

frâce à la publication de notre notice de 1874 où nous en 

existence. 



Digitized by 



Goo 



s'i-J 



~ 247 — 

Premier volume : i*^^^ Carte des lieux contenus dans les deux 
volumes. 2», Du Novicial de Paris ^ ï63o. 3% Des Fondations de 
l église du Novicial de PariSj i63i. 4e, Du 20 novembre 1634, du 
Novicial de Paris. 5*^, Aspet contre le Novicial de Paris ^ 1634, 
23 septembre. 6e, De Luiembour à Paris, palais de la reine-mère, 
1634. 7e, Aspet de léglise des Carmes-Dechaussés, à Paris; au dos : 
achevé le i^^ juillet i63j. 8^, La Sainte-Chapelle de Paris après r in- 
cendie; (au dos) : A, Henry Noblet, g% Aspet du prioré Saint- Martin- 
deS'Champs prins du clocher de Saint-Nicolas. lo**, Aspet de Vabaie de 
Montmartre les Paris, faict le 19 mars 1625. ii^, Du Mausolée des 
Valois, à Saint-Denis, en France (vue extérieure). 12*5, De léglise Saint- 
Denis, en France. \3^, Aspet de l'église de Nostre-Dame de Chartres. 
14% Ruines dans Vabaie de Bourgueil, à M. de Chartres (Léonor d'Es- 
tampes-Valançay, évêque de Chartres ; note de M. H. Bouchot), 1624. 
i5«, Aspet de Bourgueil, abbaie à M. de Chartres. i6e. De Vabbaie 
de Bourgueil, à M. de Chartres. 17e, De Vabbaie de Bourgueil à AI. de 
Chartres, 1624. i8<î, Aspet de V église de Saint- Jullien du Mans, 
8 januarii 1624, achevé le 4 juillet 1637. 19e, 24 augusti 1624, Aspet 
de la pille de Renés, en Bretaigne. 20^, Aspet de la ville de Ploermel, 
en Bretaigne, en apvril 1626. 21e, Le château de Chenevoux. 22^, Le 
château de Chenevoux, 26 julii 16 18. 23^, Du chasteau de Chenevoux, 
'] janvier 161 1. 24* Aspet de la Flèche, en Anjou. 25*, Aspet de la pille 
de la Flèche, en Anjou. 26c, Porte de la Flèche. 3j^, Luche, prioré du 
collège de la Flèche. Luche 161 2, 2febvrier. 28e, Du collège roial de la 
Flèche, 161 2. 29»^, Prospectus regiorum cedificiorum hortorumque 
Flexientium septentrionalem plagam aspicientium, 16 12. 3oe, Aspet 
contre le prioré de Saint-Jacques de la Flèche, 161 2. 31^, Molins 
proche de la Flèche. 32© (sans titre et sans lettre. Constructions du 
collège royal de la Flèche). 33'' (sans titre. Constructions du collège 
royal de la Flèche), 9 Julii 16 12. 34% Aspet de la maison de M. le comte 
de Chivergni (c'était alors Henry Hurault, lieutenant général au 
gouvernement d'Orléans, né en ï575, mort en 1648; note de M. H. 
Houchoi), proche de Blois. 35^ Du 21 apprit 1623, Aspet des pourtaus 
du costé du cloistre avant leur démolition (et plus haut) : L'église Sainte- 
Croix d'Orléans. 36'' (dessin en deux parties; on lit à droite, sur divers 
points :) Prospect de la porte du cloistre de Végli{e Sainte-Croix 



Digitized by 



Google 






— -248 — 

leans^ du costé du midi^ avec l'aspet des ruines^ au-dessus et aultour 
de porte prenant l'aspet du dedans de ladicte église. Faictle 20 aprril 

(Plus bas, sur un pan de mur:) Ruines démolies pour bastirla croisée 
linte-Croix d'Orléans du 20 apvril 1623. (Plus à gauche :) Pilliers 
s de la croix de régli:{e. (Dans le dessin de gauche on lit :) Cest aspet 
rde l'occident. Chambre des contes. Chapitre, Du 21 apvril 1623. 
La Grillière, 1 62 i. (En haut, au crayon :) La Grillière^ 20 juing 1621^ 
he d'Orléans à M. le lieutenant général (François de Beauharnois, 
- de Villechauve çt de la Grillère, lieutenant-général au baillage et 
idial d'Orléans de i5g5 à i635; note de M. H. Bouchot); 3S^, La 
Hère, maison champestre^ proche d^Orleans, à M. le lieutenant 
ral^ le 22 juing 1621. 39% A M. La Fromente à Flecheres (Jean 
ï, sieur de Fromente et de Fléchères, conseiller du roi, président- 
orier de France et de la généralité de Lyon, prévôt des marchands 
6 1 2 à 1 6 1 3 , posa, le 1 6 janvier 1617,1a première pierre d'un corps de 
ment de Thospice de la Charité à Lyon), 1619. 40*", De la maison de 
La Fromente, 1 6 1 9. 41 e, Ze château de M, de la Source (sic) de Loiret^ 
he d'Orléans, 42% Aspet de la ville de Bourges,, retournant de 
^enet (Lazenay). 43% Eglise Saint-Estienne de Bourges, 44% De 
/{e Saint-Estienne de Bourges, 45e, Crouppe de Végliie de Saint- 
énne de Bourges, 46c, La Sainte-Chapelle et palaix de Bourges. 

Du collège de Bourges, 48e, Maison des Champs^ du collège de 
rges^ appelé l'A {enet, 49*, De la ville de Nevers, 5oe, Esgli^e^ palaix 
^ace ducale de Nevers, 5 1 e, Du collège de Nevers. 52®, Partie du col- 
' de Nevers, 53e, Saint-Antoine du collège de Nevers, 54, Palais du 

de Nevers, 55e, Egli^^e des R. P. Minimes de Nevers. 56e (autre 
du bâtiment de Téglise du collège de Dijon, 16 14), i5 janu. 57e, La 
? de Dijon en Bourgongne, 58e, JJrbs Divionensis^ 17 augusti 161 1. 
tenir io, 5g^, Maison du roi à Dijon. 60^^ Anno 161 5, 2g septembris 
ioni. L'egli{e Saint-Michel, 6r, Prospectus arcœ collegii Divio- 
sis anno 1610, 22 septembris, 62*, Egliie de Nostre-Dame de Dijon^ 
0. 63e, Area collegii Divionensis^ 161 1, mense Augusti. 64e, Aspet 
:ollege de Dijon. 65e, Les chartreux de Dijon, 66% 29 septembre 16 10. 
nt-Applume à M. Tabourot (Saint-Apollinaire, arrondissement et 
ton de Dijon, où Etienne Tabourot, sieur des Accords, possédait un 
teau; note de M. H. Bouchot). 67e, 1610, Prospectus ecclesie coll. 



Digitized by 



Google 



— 249 — 

Divionensis et progressas edificii ejusdem^ anno i6ïo, 23 septembris, 68e, 
S. Apolinaris^ 29 septembris^ 16 10. 69% Argigli^ iSjulii, 161 1. 70e, 
La baronie de Gentilli appartenant au collège de Dijon en Bourgongne^ 
161 1, 20 juin 161 1 (ce doit être Antilly et non Gentilly qui est très près 
d'Argilly; note de M. H. Bouchot). 71e, 18 ///////, 161 1. Gentilli. 72% 
Aspet de la maison champêtre du collège de Clairmond^ à Gentilli^ i638, 
(et de l'autre côté, au crayon :) Domus recreationis collegii Parisiensis 
à Gentilli^ 28 augusti 1639. 73* (au recto), le 21 mars 16 16 (au dos :) 
Grange ruinée par Forage du vent au chemin de Surre à Dijon. 74c, 
Fontaine où est nay S. Bernard^ proche à Dijon. A, château. B. Eglise 
paroquiale. 75, Fontaine^ lieu de naissance de saint Bernard^ 21 sep- 
tembre 161 1.76c, Cloistre de Tabbaie de CileauXj 161 3, 14 janu^ 161 3. De 
lesgliie et cloistre de Vabbaie de Cyteaux. 77% Pars ecclesiœ collegii 
Bi{untini Societatis Jesu. Reliquii pars prospectus urbis, anno 1610, 
mense februarii . 78^, Fauvernay, où est arrivé le miracle du Saint-Sacre- 
ment^ 1617, .7 maii 161 3. ^g^^ Aspet delà ville de Dole au conté de Bour- 
gongne. 80e, Jonvelle au conté de Bourgongne où la Compagnie a unprioré. 
81e, Végliie du collège de Dole et logis jongnant icelle. FaictàDole en jan- 
vier 1610. 82e, Du collège de Dole. Le 18 janvier 1610 à Dole, Partie du 
collège de Dole. 83e, De la ville de Surre-sur-Saulne, aultrement Belle- 
garde j j septembre 161 1. Surre-sur-Saulne, 161 1. Surre ^ 4 septembris 
161 1. 84% Surre ou Bellegarde^ Z feb. 161 3. Sône rivière. 85% Surre ou 
Bellegarde^ Sfebvrier 161 3. 86e, Sur le chemin de Bourgongne sur la 
Sone. 870, Labaie de Tournus sur la Saune. 88e (Tournus ?). 89% 
Carte du parcours de Tartiste, identique aux n»» i et 91. 90% Roanne^ 
le 16 may 1610. 

Deuxième volume. — 91e, carte identique aux numéros i et 89. 92<', 
Arc triomphal à A uthun en Bourgongne^ 1 6 1 1 , septimo maii 1 6 1 1 . 93e^ ^ rc 
trionphal à Authun en Bourgongne. Septimo maii 161 1. 94e, Maison de 
M. le président Janin proche d'Autun, dicte Mon jeu, 161 1. g5^'j6may 161 1. 
Domus domini presidentis Jannin à Montjeu. 96e, De la ville de Molins, 
en Bourbonnois. 97e, Molins, en Bourbonnois . 986^ La maison de Poseul^ 
du collège de Molins. 99e, Rouanne, 1610^ le 10 may. looc, Roannœ, 
i3 may 16 10; occidens. 10 le^ Cinquiesme amtée de la bâtisse de regli^^c 
du collège de Roanne, ultimo decembris 1620. Achevé le y juillet 1637. 
102e, Première année de la bâtisse de l'egliie du collège de Roanne. 



a8 



Digitized by 



Google 



— 250 — 

nensis, 1 6 decembris 1617. i o3^ Ecclesia collegii 
' 1618, seconde année de la bâtisse. 104e, Ecclesia 
:ietatis Jesu 5 angusti 1619, troisiesme année de la 
ne année de la bâtisse. Eglise de Roanne (dessin 
). ïo6e, Labbaie de la Benisson-Dieu, proche de 
uits :) 25 junii 1 6 1 8. 1 07^ Vabbaie de la Benissons- 
38^ L'abbaie de la Benissons-Dieu, 25 junii 161 8. 
nonialium S. Benedicti prope Roannam vulgo 
ivembris. iio^ le 11 may lôio. Le prioré de 
Roanne. 1 1 1« (i^e vue :) Du collège de Roanne. 
610. (2e vue:) Du collège de Roanne. Ad orientent 
^ris 1610. 1 1 2e, Du collège de Roanne. 1 1 3^, Pers- 
M. de ChenevouXy à Roanne, pour une résidence 
sus, 1 6 1 1 . 1 1 4e, Prioratus collegii Ronnensis de 
17. ii5^ Légliie de Cluni, 16 17, 22 septembre, 
e 1618. 1 17^ (sans indication, mais probablement 
k Lyon ; note de M. H. Bouchot), i ï8p. Sépulcre des 
2 febvrier 16 19. 119^^ Maison des Carmélites à 
6 1 6. 1 20e, Eglise des P. Chartreux^ à Lion. 1 2 1 «, 
ime de VYle, proche à Lion, 16 16, 3o maii 16 18 
upi episcopi in insula Barbara prope Lugdunum. 
lYle, le 6 octobre 1609. i23e, Aspet de lysle 
ichevé le \o juillet 1637. 124^, Insula Barbara 
juin 1 6 1 8. 1 25^ Notre-Dame de l'y le, proche de 
lysle Barbe, proche de Lion, 1608. 126^ Aspet de 
oniente, proche Lion. 1 27^ Montbrison en Forest. 
La Bastie d'Urfé en Forest. 129^ Nerondes, lieu 
P. Coton. i3oe. Vienne, wjulii 1606. i3ï^ De 
6 1 9, 20 janvier. 20 januarii 1619^ Viennce. 1 32^ 
319. 1 33^, De la pyramide de Vienne, en Daufiné. 
o januarii (Vue de la Pyramide). i35^ Aspet de 
elay. 29 apvril. Le Puy en Velay, 1607. i36c, 
/, proche la ville du Puy en Velay. I37^ De la 
?r 161 1. i38e, Anicium, i» maii 1607. 139*', Pros- 
gii aniciensis, 28 feb)^ 1617, dum ecclesia 
ie du collège du Puy et de légliie de Nostre- 



Digitized by VjOOQIC 



=^p»p^ 



— 251 — 
Dame. Anicii 27 februarii 1617. 141e, g aiigusti 16 17. Prioratus 
Jonvelle collegii Dolani. 142^, Le chasteau de PoligftaCj proche la ville 
du Puy, 24 februari 16 17. 143^ Aspet de Vesoul^ du clos des Cappucins, 
161 5. 144^ La ville de Chambery, capitale de la Savoie, 1618. 145*^, La 
ville de Chambery.en Savoie, 14 janvier 1618. 146e, Prioratus sancti 
Philipi collegii Camberiensis, ^ februarii 16 18. 147e, Prieuré de 
S. Philippe, du collège de Chambery, 3 februarii 16 18. Prioratus 
collegii Camberiensis sancti Philipi. 148^^ Le Bourgel, proche à 
Chambery^ 16 18, le 10 janvier. Ce prioré appartient au collège de 
Chambery. 149^, Prioratus Borgeli collegii Camberiensis, 1618, 
20 januarii. iSo^^ Prioré de S. Philippe du collège de Chambery, 
16 18. i5i<î^ L'abbaie de Boscodon, près d'Embrun, 18 octobris 1606. 
i52e, Ichnographie ou plan du prioré de Notre-Dame des Baulmes, 
près d'Embrun^ en juing i6o5^ auquel soub{ le plainpied du présent 
plan sont les caves tout autour. i53'\ Aspet de Sisteron^ en Provence. 
154e, Aspet de la ville de Sisteron^ en Provence, ultimo augusti^ 1608. 
i55% Sisteron en Provance, 1606. i56^, Sisteron en Provence. 157% 
Sisteron et commencement^ du collège. i58e et iSge, Sisteron (au 
verso:) Sisteron en Provence. i6o% Monfrin en Provence, 1609. 161 e 
(en haut :) Ville de Carpentras. (en bas:) Carpentras au Conté Venessin. 
162c, La Ville de Caron^ proche de Carpentras^ le g juillet 1607. i63e, 
La Quantine^ proche de Carpentras^ appartenant au collège d'Avignon^ 
dépendent du prioré de Pernes. 164% Le Théâtre d'Orange. i65e, Delà 
ville d'Avignon et par delà (une autre vue générale, arrachée à cet 
album, est classée à la topographie de la France, vaucluse, Avignon). 
166e, Maison proche d'Avignon^ appartenant à M. le cardinal de 
Joieuse^ 1608^ en septembre. 167e, Metamies^ prioré du collège d'Avi- 
gnon^ 1608. i68e, La vigne du noviciat d'Avignon à Saint-Laurens. 
lôg^j Le chasteau de Lair (Lerp) sur le Rosne^ proche d'Avignon^ le 
17 octobre 1616. 170% Vestige de regli{edunoviciald'AvignonJorsqu'on 
la batissoit. 171*, Partie du collège d'Avignon^ 1617, 3 janvier (une autre 
vue du collège d'Avignon, arrachée à cet album, est classée à la topogra- 
phie de la France, vaucluse, Avignon). 172e, Aspet de la ville d'Avi- 
gnon y 2g augusti 1 609. 1 73e, 1 608 en aoust. De la ville d'Avignon, A . Tour 
du Collège. 174*', Aspet de Vévêché de Béliers ^ 22 novembris 1616 (cette 
liste est extraite en partie de la Notice sur la Vie et les Travaux d'Etienne 



Digitized by 



Google 



1 



— 252 — 

ies Jésuites^ par H. Bouchot, 1 886, pages Sy à 52). 
i l'hôtel Drouot à Paris, le lo juin 1897 (io5 fr.): 
ipelle aux armes des PP. Jésuites ; 2 Une autre 
tel et son retable avec les armes des PP. Jésuites; 
f, signé ; 5 et 6 Chaire pour le collège de Dijon, 
ftembre 1617 ; Appui prie-Dieu de stalle ou de 
}rofil appartenant au prix fait du 8 décembre 
menuiserie à jour dans un jubé ^ 1616, signé; 
he. — Il paraît probable que Martellange aurait 
li décorent un livre de coupes de pierres publié 
id, en 1643. 

i), architecte, né à Bourg-en-Bresse, le 23 août 
tembre 1888. Bachelier es lettres, il se rendit à 
oie centrale des Arts et Manufactures, et obtint 
II fut attaché aux travaux de la ville de Paris et 
THôtel des Monnaies. Nommé, en 1848, archi- 
3 TAin, il a occupé ces fonctions jusqu'en i883 
ecte de la ville de Bourg. Il fut, pendant trente- 
>mpiers de cette ville. Membre du Conseil dépar- 
e salubrité publique. Conseiller municipal de 

ire: 1 856- 1 858: 
i préfecture de 
yssouze et de 
> détails dans 
ents de Rague- 
iol près Pont- 
même recueil que ci-dessus) ; hôpital de 
ie Bourg, T Hospice de la Charité (lequel a 
cueil d Architecture de Wulliam et Farge, 
le et le monument funèbre de Carrîat. — 
)ondant de Société académique d'Architecture 
3, il a publié dans les Annales de cette Société : 
le de St' André de Bagé (Ain), tome II, page 
égion d'honneur. 




Digitized by 



Google 



— 253 — 

Cl. Mariorty dans le Journal de VAin du 7 septembre 1888. — Anna^ 
Société académique d'' Architecture deLyon^ lome IX, page XXXVI L 

MARTIN (Guillaume), maître d'œuvre, fit exécuter, en 1 15: 
travées de réglise de Saint-Aadré-le-Bas, à Vienne, ainsi qu'on 
par une inscription tracée sur la plinthe de l'un des pilastres appar 
à Tavant-dernière travée de cette église, dont quelques lettres < 
détruites par un scellement de fer, et qu'on peut lire comme il suit 

ADORATE DOMINVM IN AVLA SANCTA EJVS. 

+ ET CVM STATIS ADORANDVM REMÏTTITE SI QVID HABETIS 

ADVERSVS ALIQVEM VSQVE SEPTVAGIES SEPTIES. 

+ WILLELMVS MARTINI ME FECIT 

ANNO MILLESIMO CENTESIMO QVINQVAGESIMO SECVNDO 

AB INCARNATIONE DOMINI. 

Annales archéologiques, tome XIX. 

MARTIN (Hugonin), maître d'œuvre, fit marché, de conce 
Henri Bosonet, ou Bozonet (voyez ce nom), le 28 octobre 1433 
rehausser une des piles du pont du Rhône à Lyon, au prix de onze 
les deux pieds taillés. 

Inventaire des Archives de la Ville de Lyon, tome I. 

MARTIN (Mathieu, dit MAITRE ADAM), maître d'œu 
ingénieur. Son existence à Lyon est constatée depuis 1564. — Nomi 
Louise Palliât, femme de Mathieu Martin, dit maître Adam,ingéni 
roi. — Cinq fois maître de métier à Lyon ; cité fréquemment pend 
vingt-cinq dernières années du XVI^ siècle. Chargé, en i586, par 
de la monnaie de Lyon. — Son blason figure dans un recueil d'arn 
lyonnaises. 

Nommées, aux Archives de la ville de Lyon, portefeuille BB, 456 (i 579-1 

MARTIN (Pejrre ou Pierre), maître d'œuvre de Lyon, vint s 
à Montpellier en 1476. Il refit la muraille de cette ville près du por 



Digitized by 



Google 



— 254 — 

i486, il dirigeait les travaux de Notre-Dame des 
is fois consul de sa corporation de 1472 à 1477. 

rd. — Bauchal. 

rre), architecte, né à Lyon le 2 janvier 1824, y est 
1871. Elève de Dupasquier, il fut, de 1844 à 1847, 
ux de la cathédrale d'Autun. Obtint, au concours 
ociété académique d'Architecture de Lyon, en 1848, 
ptoir d'escompte. A fait construire, à Lyon, le Temple 
iandeur, diverses habitations de ville et de campagne; 
dans la rue Impériale, de 1 855 à 1857 en collaboration 
:e nom). — Membre delà Société académique d'Archi- 
i855, il était démissionnaire en i865. — A pubhé : 
*nant tes améliorations des logements destinés aux 
844) ; Recherches sur V architecture^ la peinture^ la 
rronnerie^ dans les maisons du Moyen- Age et de la 
t. Lyon^ i85i-i862et un Supplément resté inachevé. 
s de la Société académique d'Architecture de Lyon : 
i rue Bourgchanin 36 ; Porte sur une cour^ ancienne 
e Vaubecour, 1 1 \ Porte d'allée rue Confort ^ 32 ; Porte 
'rat^ 32. 



Ban-BapUste), architecte, mort vers 1776, figure 
5 de Lyon de 1750 à 1776. La façade du monastère des 
:onstruite,en 1 721, avec une couverture à la mansarde, 
2 en 1747, il la recontruisit et la nouvelle fut achevée 
bâtiments principaux du quai des Célestins, traversés 
îrvent l'architecture de cette façade). — Monasterium 
yà. 1746, Masson arch., Gentot sculpsit, estampe 
te de la Bibliothèque de la ville de Lyon au Lycée, 
couvent des Célestins dans le plan de Lyon par Sérau- 

"foderney tome I,page 364. — Gaspard Beîlin^ dans le tome IX 
:iété académique d'Architecture de Lyon^ page LXI. 



Digitized by 






— 255 — 

MATHIEU ( ), architecte et ingénieur du roi, fut appelé 

expressément de Paris pour dresser le devis des réparations et construc- 
tion du pont du Change sur la Saône, en 1 701, et reçut pour ce travail 
io55 livres; il revint à Lyon, en 17 12, pour une nouvelle visite de ce pont 
en présence du Consulat par ordre du contrôleur général Desmarets; c'est 
probablement lui qui fut admis à TAcadémie d'Architecture en 17 17. 

QÂrchives delà ville de Lyon^ Registres consulaires BB 260 et 273. — Q4rchives 
de TArt/ran^aiSy tome I. — Bauchal. 

MAUPIN (Ennemond), mort en janvier 1668, remplaça, le 
10 décembre 1661, comme voyer de la ville de Lyon son père, Simon 
Maupin, en survivance duquel il avait été nommé ; il donna sa démission 
le 3 janvier 1662 et fut remplacé par Ferdinand Seguin (voyez ce nom). 

MAUPIN (Simon), architecte et voyer de la ville de Lyon, né à 
Longeau près de Langres (selon Desjardins), peut-être originaire 
d'Abbeville (selon M. Em. Deslignières), est mort à Neuville (selon 
Desjardins) le 9 octobre 1 668 ; il fut inhumé, le i o, dans Téglise des Jacobins 
de Lyon. — Il fut nommé, le 9 juin 1637, voyer de la ville de Lyon en 
concurrence et survivance de Néry de Quibly (voyez ce nom) et remplit 
ces fonctions jusqu'au 10 décembre 1661, époque où il donna sa démis- 
sion. En 1639, il assista (comme voyer de la commune et ingénieur 
ordinaire du roi) Wilhengen (voyez ce nom), gentilhomme hollandais, 
pour un devis dressé aux fins de maintenir le RJiône et de le ramener dans 
son lit (Wilhengen reçut 5oo livres de présent et Maupin i5o). — En 
1643, il donna les plans d'un piédestal, sur la place du Change, surmonté 
d'une statue de la sainte Vierge par Hendricy (voyez ce nom) et d'un édi- 
cule, formé d'une grande niche formant arcade d'ordonnance corinthienne 
avec fronton circulaire, dans laquelle était une sainte Vierge avec l'Enfant 
Jésus, de Jacques Mimerel (voyez ce nom), et placé sur une des piles nord 
du pont du Change sur la Saône : ce monument a été transporté, en 1 820, en 
bas de la montée du Chemin-Neuf et transformé en fontaine. — En 1 644, il 
s'occupa de l'agrandissement et de l'embellissement de la chapelle Saint- 
Roch (laquelle n'existe plus). — En 1646, il se rendit en cour à Paris avec 
un projet d'hôtel de ville pour Lyon qu'il avait dressé aux fins de recueillir 
les approbations convenables. Lemercier (voyez ce nom) travailla sur 



Digitized by 



Google 



- 256 — 

jues (voyez ce nom) en dressa un autre, lequel ne fut pas 
)bab1ement, Tescalier en ovale. La part de Maupin dans 
nstruction de cet hôtel de ville est relativement restreinte 
^es particuliers de Lyon à cette époque en matière de 
Le plan original annexé au marché passé avec les entre- 
Daurolles et Claude Ghana, le 4 juillet 1646, en présence 
lel diffère considérablement, dans les portions posté- 
,avec ce qui a été exécuté ensuite, est déposé, aux Archives 
m. Un modèle en relief de Thôtel, fait par Jurrine, menai- 
ent signalé dans ce marché. L'édifice aurait coûté, suivant 
îsjardins (voyez ce nom) environ 2,5oo,ooo livres. Cet 
incendié en 1674, la partie centrale du 2^ étage, les cou- 
ieux pavillons sur la façade et le sommet du beffroi furent 
1701, sur les plans de J.-H. Mansart (voyez ce nom). Il 
de, telle qu'elle se trouvait dans le principe, diverses 
1 trouvera plus loin. Elle est également représentée dans 
r Martin Hendricy (voyez ce nom), avec Tinscription 
de la pose de la première pierre, le 5 septembre 1646, 
is une médaille qui est la réduction à 0,078 du même ; le 
Ion de 1646 fut utilisé, en i655, pour en fabriquer un 
)tion commémorativede l'achèvement partiel de Thôtel.— 
de la ville de Lyon, 100 livres pour un dessin qui lui avait 
)bablement pour la fontaine triangulaire à trois bassins 
u milieu de la place des Terreaux (voyez Hendricy); la 
t nommé intendant des digues et travaux du Rhône (c'est 
înt que la reconstruction du pont de la Guillotière, en 
ée et l'on frappa, à cette occasion, une médaille de 0,06 
c, au-dessus de l'écusson de la ville, les armoiries de 
mille de Neuville et une inscription ; r,^ : les noms de ces 
s prévôts des marchands et échcvins, suivis de Tinscription 
; en cette qualité, n'étant plus voyer de la ville, il fut 
, président d'une commission chargée de déterminer les 
our réparer la digue du Rhône en face du quai Saint- 

iessins : La Ville de Lyotî^wie perspective. S. Maupin 
sefecit. C. Savary et B.Gaultier ex. (1626). — Plan de 



Digitized by 



Google 



— 257 — 

la pille et nouvelle fortification d'Ale^s désignée par S. Maupin. A Paris ^ 

chei Melchior Tavernier^ gi^aveur et imprimeur du rov pour les tailles 
doulces (1629 ou i63o); c'est une vue cavalière qui peut faire supposer que 
Maupin remplit à Alais les fonctions d'ingénieur du roi. — Dessein de la 
face de la maison de ville de Lyon nouvellement bastie sur la place des 
Terreaux. lôSy. S. Maupin inventor, — Description du magnifique basti- 
ment de la maison de ville de Lyon nouvellement bastie sur la place des 
Terreaux^ dessigné par le sieur Maupin, voyer de cette ville^ in-folio en 
3 feuilles. — Plan de Thôtel de ville sur un rideau avec les armoiries du 
consulat de 1 65 1 . — La maison de ville de Lyon avec les armes ^ blasonnées 
par Hacheur^ de Monseigneur le marquis de Villeroy et de ceux de sa 
maison ensemble des Prévost des Marchands et Eschevins. . . depuis Van 
1 5 g5... Dédié à Messieurs de Vannée i65o, A Lyon che{ Louis Pinchart. 
Nicolas Auroux fecit. — A ces plans on peut ajouter comme intéressant 
l'hôtel de ville primitif: Sa vue, par Israël Silvestre, i652. — Une 
feuille où se trouvent réunis le plan avec le jardin, la façade au-dessous, 
adroite et à gauche la vue perspective à vol d'oiseau ; beffroi corrigé, 
extrait de la Topographie de la Gaule de Zeiller Mérian, lôSy. — 
Façade de V hôtel de ville de Lyon par Simon Maupin^ architecte et voyer 
de la ville^ à Paris che{ Simon Duflos. — Description du magnifique 
bastiment de la maison de ville de Lyon^ nouvellement bastie sur la 
place des Terreaux par le sieur Simon Maupin^ voyer de la dite ville ^ et 
ce vendent à Lion che{ Louis Pinchart imager rue Tomassin près le 
noyer. Nicolas Auroux sculpsit \ c'est une vue en perspective. — Vue 
du pro fille de la maison de ville de Lyon. A Lyon^ Jean Chavanne^ sculp. 
—Perspective de la place des Terreaux où est représenté la face delà maison 
de ville de Lyon. Jean Chavanne ex., aux armes de la ville de Lyon. — 
Perspective de la place des Terreaux où est représenté la face de la 
maison de ville de Lyon (dédié probablement à un de Villeroy), par 
votre très humble serviteur Robert Pigout ; obélisque avec fontaine sur 
la place. — La statue de Maupin, par Bonnet, placée sur le passage d'une 
maison en face de Thôtel de ville de Lyon, le 19 mai i858, a été 
descendue en mauvais état le 16 juin 1879. 

Simon Maupin^ par A. Desjardins, dans le tome II des Annales de la Société 
académique d'architecture de Lyon. — Monographie de Vhàtel de ville de Lyon 
avec texte historique et descriptif Paris, Morel, 1867, par Desjardins, jd planches ^j 

î 

i 



Digitized by 



Google 



^ 



— 258 — 

mt 14 en chromo; reproduction d'anciennes gravures citées plus haut; 
é reproduit dans les Annales de la Société académique d'Architecture de 
echerches sur les graveurs d'Abbeville, par Em. Deslignières. Réunion de 
s Beaux-Arts des départements^ tome X, 1886, pages 5i3 et 514. — 
? la ville de Lyon, Registres consulaires BB. Correspondance du Con- 

121 et 122. — Bibliothèque Nationale. De'partement des estampes. 
ie de Lyon (Rhône). — Collection Coste à la Bibliothèque de la ville 
— Bibliothèque du Palais des Beaux-Arts de Lyon, — Collection des 
lies de Jollain, — Le dessin de Tédicule du pont du Change à Lyon, par 
, figure dans les Archives de la Société académique (T Architecture de 

été reproduit dans Recherches^ etc., par Pierre Martin (voyez ce nom). 
i (voyez ce nom) lui a consacré un article dans le tome XI des Annales 
'té académique d'* Architecture de Lyon. — Le vœu des Echevins de la 
on à N.'D, de Fourvière en 16 63, et Pédicule de V ancien pont du Change^ 
Grisard, Lyon, 1888. — Bellier de la Chavignerie et Auvray. — 



:ERA.T (Louis), architecte, né à Lyon, y est mort en 1879. II 
ie l'Ecole La Martinière et de Dupasquier et obtint, en 1854, le 
prix au concours d'émulation ouvert par la Société académique 
cture sur une mairie pour un arrondissement de Lyon. — 
le 8 novembre 1 861 , par arrêté préfectoral, architecte du dépar- 
î la Loire, il conserva ses fonctions jusqu'au i*'' décembre 1866, 
u il donna sa démission pour devenir architecte de la ville de 
snne, jusqu'en 1870. Il fut appelé de nouveau, le i" juillet 1874, 
ons d'architecte du département de la Loire, devenu vacant par 
ion de Buiron ; mais, atteint d'une grave maladie qui ne lui 
t plus de remplir ses fonctions, il fut remplacé d'office, par 
éfectoral du 25 août 1877. 

aux d'architecture : Avant 1861 : villa Vignet, à Fontaines-sur- 
liône) ; i863 à 1866, restauration de la salle de la Diana, à Mont- 
'après les plans préparés par H. Lebrun (voyez ce nom), et 
VioUet-le-Duc ; marché couvert à Saint-Etienne et un tombeau 
ère de cette ville (publié dans le Recueil d'Architecture de 
et Farge, 2^ année) ; plus d'autres travaux dont nous n'avons pas 
— Il a fait partie, en 1859, delà Société libre d'Architecture 



achsdu Bâtiment àt 1863-1878. — Bauchal. — Renseignements commu- 
M. Henry Gonnard, de Saint-Etienne. 



Digitized by 



Google 



— 259 — 

MERCIER (Richard), architecte, mort en 1267, fit, en 1248, le 
portail de Féglise de Sainte-Colombe (Rhône) et fut enterré dans 
la nef. 

Lyon ancien et moderne. 

MERLIN (Benoit)^ architecte, fit un projet pour construire le 
palais de justice sur la place des Terreaux. 

Archives du département du Rhône, portefeuille 604 (16 10 à i638). 

MERLIN (François), architecte, né en 1814, est mort à Bron, le 
28 août 1876. Il fut, après avoir étudié à Paris, attaché comme archi- 
tecte adjoint à Dardel, puis à Desjardins, architecte en chef de la ville de 
Lyon, jusqu'en 1870 (voyez église de Sainte-Foy-l'Argentière (Rhône), 
dans le Recueil d'Architecture^ de Wulliam et Farge, 7e année). Nommé, 
le ler février 1845, membre de la Société académique d'Architecture de 
Lyon, il en a été le trésorier de 1867 à 1868. . 

MERLIN (Jean-Claude), architecte, frère du précédent, a été 
attaché, comme voyer et comme architecte, aux bureaux d'architecture 
de voirie de la ville de Lyon, de i853 à 1870; il a fait partie, en 1859, 
de la Société libre d'Architecture de Lyon. 

MIGIOL (André), architecte, né à Villefranche (Rhône), en 1804, 
est mort à Lyon, le 23 juin 1876. Il fut élève de T Ecole des Beaux- Arts 
de Lyon, sous Chenavard, et obtint, en 1826, un prix en 2^ section et, en 
1828, un autre prix pour un projet de Baptistère. Il a fait exécuter divers 
travaux d'architecture dont nous n'avons pas le détail. En i858, il fit, de 
concert avec Benoît (voyez ce nom), une proposition à l'administration 
municipale de la ville de Lyon, pour l'ouverture d'une rue dont le tracé 
est absolument analogue à celui de la rue de THôtel-de-Ville (précé- 
demment de l'Impératrice) actuelle et qui comportait même des acces- 
soires qu'on aurait dû réaliser préférablement à ce qui a été fait. — 
Admis, le 27 août 1841, dans les rangs de la Société académique d'Ar- 
chitecture de Lyon qui venait de se former, il était démissionnaire 
en 1844. 



Digitized by 



Google 



— 260 — 

ville de Lyon, Papiers du service municipal ; proposition du 
jistrée le même jour sous le n® 748 du registre de Tingénieur en 



Antoine), architecte, mentionné dans les Almanachs 
) à i8i5, futTauteur d'un monument à élever au milieu 
léon à Lyon. 

m du 25 janvier 1806. — Gaspard Bellin dans le tome IX des 
té académique d'Architecture de Lyoriy page LXXXV. 

(Jacques), maître d'œuvre et graveur, né à Amiens, 
n ; il fut nommé graveur et sculpteur ordinaire de la 
î8 juillet 1654, après la mort de Claude Varin. Armoiries 
j^ur à une tête de Minerve d'argent. Comme graveur on 
aillons de Charles Grolier de Cazaut, capitaine de la 
)ronze, de 0,143 de diamètre, i658), et de Germain 
(métal blanc, de 0,1 26 de diamètre, i658). 
sculpture : quatre .statues en pierre, pour la grande 
ville de Lyon, i65i ; sept figures en bois représentant 
ur l'astrolabe de la même grande salle ; quatre figures, 
es niches du portique circulaire du fond de la cour, 
3S n'existent plus). Peut-être le groupe de Notre-Dame 
t au-dessus de la porte d'entrée de Téglise du grand 
i, laquelle est aussi attribuée à Georges Lorrain. La 
ite Vierge, tenant TEnfant Jésus, dans la 4e chapelle 
église (têtes modernes), précédemment élevée, en 1662, 
ce sur une pile du pont du Change, sur la Saône (voyez 
puis transportée dans la chapelle de Notre-Dame de 
ait en 1761 selon Clapasson, et en 1766, selon F^xpilly) ; 
icien grand autel et ses ornements, lesquels n'existent 
tues, de saint Pierre-Célestin et de saint Benoît avec 
)utiennent Tccu de Savoie, placées au portail, des sculp- 
ï des orgues, ainsi qu'une Annonciation de la Sainte 
nt des Célestins, et un Louis XIV à la maison Vareille, 
sculptures qui n'existent plus. — Il ne fut point 
la façade de T église du grand Hôpital de 



Digitized by 



Google 



- 261 — 

Lyon, ni de Téglise, qui furent construits par Ducellet (\ 
nom). — II aurait fait construire à Lyon, sur des plans venus d( 
réglise du couvent de Saint-Antoine, transformée en Cercle i 
par Jean-Charles-Raphael Flacheron (voyez ce nom); le portai 
statue qui le décorait, qui étaient de lui, n'existent plus. — De 
1674, il exécuta des travaux considérables dans Tabbaye de 
Antoine (Isère), dont un autel en forme de mausolée, qui existe 
en partie, et les six niches du chœur avec leurs statues : saint A 
saint Grégoire, saint Jérôme, saint Sérapion, saint Augustin 
Ambroise, lesquelles n'existent plus. — Le cénotaphe en mari 
avec buste, placé dans Téglise de la Charité, à Lyon, en mén 
Jacques Moyron. — Spon prétend que Mimerel apporta de 1 
Lyon, rinscription antique : flavia svnticenis, qui est au Mui 
daire de Lyon. 

Clapasson. — Expilly. — Archives de la Charité de Lyon^E 41. — Ai 
la ville de Lyon, registre BB, 208, folio 358 et 359. — Archives de rArt 
2® série, tome II, pages 21 et 22. — Notes et documents de Péricaud. — 
tion de Vhôtel de ville, par le P. Ménestrier, à la suite de l'Eloge historiqu 
Beaux-Arts, à Lyon, par Parizet. — Le Progrès, n» du 19 juillet 1860, ai 
Steyert. — Recherches sur Péglise de l'Hàtel-Dieu, par E. Perret de la \ 
Volume VIII des Réunions des sociétés des Beaux-Arts des départements, \ 
documents publiés par V. Advielle. — Les Sculpteurs de Lyon, par Naialis 
page 52. — Inventaire des richesses d'art delà France : Hospice de la Chari 
Charvet. — Le Vœu des Echevins de la ville de Lyon, à Notre-Dame de Fo 
en i663 et Pédicule de Vancien pont du Change, par J.-J. Grisard, Lyon, i 

MIRAULT (Léonard), voyer de la ville de Lyon. Nomm 
date qui n'est pas retrouvée en remplacement de Jacques 
(voyez ce nom), il démissionna le 25 février i565,et fut rempl 
Guillaume Chazottes (voyez ce nom) le i^r mars. 

Communiqué par Rolle. 

MOITHEY ( ), graveur géographe du roi, donna, e 

une réduction du grand plan scénographique de Lyon en 25 i 
publié sous Henri II (voyez Pesnot). 

MOLINOS (Jacques), architecte, est né à Lyon le 4 juin r 
selon YAlmafiach du Bâtiment^ le 18 janvier 1750 ; il est mort le 



Digitized by 



Google 



— 262 — 

I3i. En 1785, il partait avec, Legrand, pour l'Italie. Nommé, vers 
membre du Comité consultatif des Bâtiments de la Couronne, 
►ns qu'il conserva jusqu'à sa mort. — En 1817, membre du Conseil 
kiments civils de la ville de Paris, en même temps qu il était 
\ de la première section des travaux de cette ville comprenant 
de ville, les mairies, les halles et marchés, les barrières, etc. — 
socia avec Legrand, en 1782, pour construire la coupole de la 
ux blés de Paris avec une charpente du système de Philibert de 
î qui^ détruite par un incendie en 1802, fut remplacée par une 
;nte en fer (voyez P. de TOrme, portraits), 
ravaux d'arcTiitecture : à Paris, ^ ^ > (^T*^^ 

lie aux draps et aux toiles (^ (T^Î^-^V/^^^IaJ 

ite), Tancien théâtre Feydau ^ y ^-"^ Z^^^ ^^ 

li en i83i), l'orangerie du ^ 

im et l'arrangement de plusieurs salles de cet établissement, les 
es des Innocents et du Temple (démolis ou refaits), le marché des 
ns ou de Saint-Honoré (refait en partie), le marché Saint-Germain, 
mbre de l'Institut le 14 novembre 1829 en remplacement de 
let (voyez ce nom). — Nommé chevalier de la Légion d'honneur 
4. 

Bausset, IV, page 23 1. — Quatremère de Qyiincy : Notes historiques. — 
d et Landon. — Almanachs du Bâtiment de 1809 à i833. — Lance.— 
I. — Inventai f^e des Richesses d'art de la France, Musée des Monuments 
s. Tomes I, page 411, II, page 397 et III pages 134, 227 et 232. 



ONGORGER (Henri), architecte, né à Lyon le 6 octobre i852. 
de l'école des Beaux-Arts de Lyon sous Louvier et Charvet, il y 
, en 1871, le i^r prix d'architecture sur a un Château-d'eau for- 
le motif principal de la décoration d'une place publique » et le 
X de composition décorative sur a un Buffet de salle à manger » 
'École des Beaux-Arts de Paris sous Guadet. — A été attaché 
ibinets Louvier et Echernier. — Il fut nommé, au concours : 
îcte-adjoint à la direction de l'artillerie de Lyon en mai 1878 
qu'il a occupé jusqu'en juillet 1881) ; architecte du départe- 
îe l'Ain (poste qu'il a occupé de septembre 1881 à janvier 1884) et 
îcte du département du Rhône (poste qu'il a occupé de janvier 



Digitized by 



Google 



— 263 — 

1884 à mai 1896). — A Lyon, rue du Commandant-Dubois, i. — A 
obtenu le i^r prix avec exécution (voyez plus loin), en 1879, pour une 
caserne de gendarmerie à Bourg (Ain) : et le 2* prix pour Técole normale 
d'Amiens. 

Travaux d'architecture : dans TAin, groupes scolaires de Mexi- 
mieux, Ambérieu et St-Rambert-en-Bugey ; école mixte de Chavannes- 
sur-Suran ; mairie et écoles de Château-Gaillard et d'Aranc; caserne de 
gendarmerie à pied et à cheval de Bourg. — Dans Tlsère : maisons à 
loyer à Vienne. — Dans le Rhône : école de filles à Dommartin ; mairie 
et villa à la Mulatière. — A Lyon : caserne de gendarmerie à pied et à 
cheval à Perrache ; hôtel des Invalides du travail à Saint-Just ; transfor- 
mation de la maison d'arrêt et de justice (voyez Louvier) en prison 
cellulaire ; agrandissement de Thospice d'aliénés de Bron (voyez Lou- 
vier), et ferme d'exploitation ; maison à Lyon rue Servient. — Admis 
dans la Société académique d'Architecture de Lyon le 2 janvier 1884. 
Membre de la Société centrale des Architectes français et de TUnion 
syndicale des Architectes français. — Officier de Tordre du Nicham- 
Iftikhar. 

MONTAIN (Pierre), maître d'œuvre, fait achever les deux tours et 
le pignon de la façade de l'église cathédrale de Saint-Jean de Lyon. 
Ce pourrait être le même que le suivant. 

Nouvelle histoire de Lyon, etc., par André Steyert, tome II, page 661. 

MONTAYNO (Antoine), maître de l'œuvre de la cathédrale de 
Saint-Jean de Lyon, le 21 juillet 1447, en remplacement de Jehan 
Robert (voyez ce nom), dépossédé de son office, est mort le 2 novembre 
1482. — Il reçut un salaire spécial, en 1459, à l'occasion de la reconstruc- 
tion de Tantique trésor de Téglise. 

Archives du Département du Rhône, actes capitulaireSy livre XVIII, folio 54 
et XXVII, folio 86 ; arm. David, vol. VI. — Notice sur la construction de l'église 
cathédrale de Saint-Jean de Lyon, par Guigue, p. 35. 

MONTROBERT (Antoine-Léonard), architecte, né à Lyon en 
1796, y est mort le 29 août 1841 ou le 3 1 octobre 1843. 



Digitized by 



Google 






— 264 — 

3NVENOUX (Joseph-Auguste), architecte, né à Lyon, le 7 
{27, élève de TEcoIe La Martinière et de l'Ecole des Beaux-Arts de 
:>\i il a obtenu,en 1 846, sous Girardon, les premiers prix de perspec- 
! géométrie pratique et celui de travail et d'assiduité et, en 1847, 
benavard, le premier prix d'architecture sur un palais pour TAca- 
ies Sciences, Belles-Lettres et Arts dans une des principales villes 
France. — Après avoir appartenu au cabinet Aguettant, il fut 
:, le i^r juin i855, inspecteur à l'agence de la construction du 
du Commerce de Lyon, fonctions où il resta jusqu'à la fin des 
: ; fut nommé architecte adjoint du Palais, le 11 mars 1864, 
dateur le i«r octobre 1869 et architecte-conservateur le 4 octobre 

- A Lyon, quai de THôpital, 8. 

avaux d'architecture: Grande filature à la Sone (Isère). — Dans 
le: un petit château à Duerne; le château de Mme Rittershoflfer à 
/'érand; une villa à Condrieu et une maison de campagne à Sans- 

— A Lyon : deux maisons et deux à Vienne (Isère). — Il a restauré 
Dlété réglise de Saint-Bonnet-Ie-Château (Loire). Enfin on lui doit 
>truction des vitrines et la décoration de musée historique des 
LU Palais du Commerce de Lyon. — A été membre de la Société 
Architecture de Lyon. Admis à la Société académique d'Architec- 
î Lyon, le i<^r août 1861, il en a été l'archiviste depuis i863 
n 1892. — Publications dans les Annales de cette Société: 
II, page 189 : Catalogue des dessins^ estampes^ lithographies et 
raphies conservés dans les Archives de la Société ; tome VIII, 
XXXI , avec Charvet ; Compte rendu de l'état des Archives pour 1 885- 
:ome IX, pageXLIV: Compte rendu de l'état des Archives pour 
388; tome XI, page 40: Notice sur le monument du pont du 
É», vulgairement désigné sous le nom de Fontaine du Chemin-Neuf. 
apporté son concours à la Monogî^aphie de ta Cathédrale de Lyon 
Bégule, à V Église de Saint-Irénée^ par Meynis, et à La nouvelle 
'e de Lyon ^ par A. Steyert. — Officier d'Académie du 19 juillet 



ORAI (Constantin) ingénieur et architecteur grec de Constan- 
, fut appelé, avec Alexandre Aramondi (voyez ce nom), aussi ingé- 
et architecteur grec de Constantinople , par l'administration 



Digitized by 



Google 



— 265 — 
consulaire de Lyon, pour venir de Marseille, afin de donner son avis et 
des plans pour les fortifications et pour les « plessières » (petits chemins 
pratiqués parle moyen de branches repliées sur elles-mêmes) le long du 
Rhône ; ils reçurent pour cela vingt écus d'or, valant quarante-six livres, 
par délibération consulaire du 3 novembre i555 au bureau de THôtel- 
Dieu du Pont du Rhône. 

Archives de la ville de Lyon^ Registre consulaire^ BB. 78, folio Gy. 

MORAND (Jean-Antoine), peintre, architecte et machiniste, né 
à Briançon le 10 novembre 1727, fut décapité à Lyon le 27 (ou le 24 
suivant les Tablettes chronologiques de Péricaud) janvier 1794; d'abord 
destiné par ses parents à l'état ecclésiastique, il vint étudier l'architecture 
à Lyon puis à Paris sous Servandony chez qui il apprit la perspective et la 
décoration ; puis il passa dans l'atelier de Soufflot (voyez ce nom) dont il 
devint Tami; il commença, en 1756, à exécuter sous la direction de celui-ci 
différents travaux pour la décoration et pour les machines de la salle de 
spectacles que celui-ci faisait construire à Lyon ; puis, en 1757, étant 
devenu peintre et architecte delà ville, il fut nommé à Temploi d'inspec- 
teur général de la salle de spectacles, de ses dépendances et de son matériel 
(Cette place lui ayant été enlevée en 1768, on l'autorisa, par compen- 
sation, à faire établir, contre le soubassement de Thôtel de ville, en face 
la salle de spectacles, pour être louées à son profit, de petites boutiques 
qui ont subsisté jusqu'en 1857). Il est 
mentionnée dans les Almanachs de 
Lyon de 1763 à 1782. 

En 1759, il fut appelé à Parme 
pour y construire un théâtre à 
l'occasion du mariage de l'archiduchesse avec l'empereur d'Autriche. — 
Il peignit en perspective tout le côté de l'autel de l'ancienne chapelle des 
artisans ou affaneurs ou collège de la Trinité de Lyon (Réfectoire du 
Lycée de Lyon). — Il fit un plan pour un quai à Trévoux. — En 1772, il fit 
construire le pont en bois sur le Rhône auquel il a laissé son nom, lequel 
n'a été détruit qu'en 1890. II fut ouvert aux piétons, le i^r mai 1775 et 
aux voitures en octobre 1776. — Le comte de Provence lui fit décerner, en 
1775, le cordon de Saint-Michel. — Son exlibris^ dessiné par Mettay et 
gravé par Delafosse, dç 1758, est dans la collection de M^les Giraud. On 

3o 




Digitized by 



Google 



— 266 — 

lui, à la collection Coste de la Bibliothèque de la ville de Lyon. 
104a 1 1 1 10, divers mémoires, observations et requêtes relatifs 
ruction du pont en bois sur le Rhône. — Projet dunplan 
la ville de Lyon et de son agrandissement en forme circulaire 
rains des Brotteaux en 1 76*4. — Plan géométral de la distri- 
livers emplacements à pendre dans les terrains des Brotteaux 
a ville de Lyon ^ etc., avec le canal projeté^ dirigé et adapté 
etc., 1780. — Vue perspective du quartier Saint-Clair et du 
s sur le Rhône j gravé par Bidault. — ■ Son portrait, d'après le 
Couturier^ a été gravé à la manière noire par Quenedey. 

• de la Ville de Lyon. Registres consulaires BB. 335, 339 et 343, registre 
Archives du département du Rhône, portefeuille D, 26t. — Collection 
Bibliothèque de la ville de Lyon, et particulièrement son autographe, 
Journal de Lyon, de 1789, pages 39 et suivantes. — Catalogue des 
jnes de mémoire, — Bellier de la Chavignerie et Auvray. — Bauchal. 

EAU (Joseph-Dominique), architecte, né à Lyon, le 
8, y est mort le 2 février iSgS. Après avoir fait ses études à 
1 Gauthier à la Croix-Rousse, il entra à l'Ecole des Beaux- Arts 
ù il. obtint, sous Chenavard, en 1 856, le prix décerné par les 
a classe d'architecture, une mention d'architecture et le prix 
s mensuels ; il appartenait alors au cabinet de Journoud. — 
ie de l'Ecole, il entra dans le cabinet de J.-P. Bissuel, 
a appartenu jusqu'en 1872, époque de la mort de celui-ci, 
itinua sur sa désignation expresse. 

ux d'architecture : à Lyon : les maisons Pehu, place des 
t une autre, place Saint-Pothin ; Bellat, rue Boileau ; Grosland, 
tiospices, une autre, rue du Parfait-Silence et une autre, rue 
ent, place Saint-Jean; Boin, Richard, Bagnaret et Moreau, 
trc rue Servient n»» 4, 5, 6 et 8 ; Goutard, avenue de Saxe et 
me ; Gay, deux avenue de Saxe, une rue Créqui et une avenue 
i ; Agnès, boulevard de la Croix-Rousse; Guez, Duboubourg, 
IX cours Lafayette ; Couland, rue Boileau ; Thivolle, rue 
. — A Vancia (Ain), Renard et à Saint-Etienne (Loire), 
- Châteaux : Balas à Izieux (Loire) ; Saint-George (Drôme) 
a Penrey (Isère). — Villas dans le Rhône : Perchère, à la Demi- 



Digitized by 



Google 



— 267 — 

Lune; Péhu, au Point-du-Jour ; Colombier, à Villevert et Renard, 
montée de Balmont. — Usines Garnier, rue Montgolfier ; Pascal frères 
et Voisin frères, à Lyon. — Direction des travaux de Téglise anglicane à 
Lyon, quai de l'Est. — On lui doit également l'exécution de nombreux 
monuments funéraires et il fut chargé de nombreuses expertises. — 
Admis à la Société académique d'Architecture le 3 juillet 1879, il en a été 
le trésorier de 1893 jusquen 1894; cette Société conserve dans ses 
archives le dessin de la, façade de l'église anglicane. 

Eloge par H. Despierre. 

MOREL (Jacques), maître d'œuvre, né à Lyon à la fin du 
XIV* siècle ou au commencement du XV^, est mort à Angers en 
septembre 1459. Il était fils de Perrin Morel, imagier de Lyon, qui y a 
travaillé de 1417 à 1425. — De 1418 à 1425, il remplit les fonctions de 
maître de l'œuvre delà cathédrale de Saint-Jean de Lyon. Il fut, de 1425 
à 1459, à Toulouse, à Avignon, à Béziers avant 1433 ; à Montpellier, à 
Rodez, à Avignon de 1441 à 1445 ; encore à Montpellier d'où il s'éloigna 
définitivement en 1448, à Souvigny (Allier) et enfin à Angers. — A Lyon, 
il fit, à la cathédrale, le mausolée du cardinal de Saluces (marché du 
20 septembre 1420), détruit en 1 562. — Pendant qu'il était à Toulouse, il 
traita, le 10 mai 1429, pour l'exécution d'un rétable en argent destiné à 
la cathédrale d'Avignon qui ne fut pas exécuté. — De 1429 à 1456, il 
travailla à la décoration de la cathédrale de Rodez et, en 1448, il dirigea 
la construction du portail méridional jusqu'en 1456. — Simultanément, 
il fit exécuter à Souvigny, le mausolée de Charles 1er duc de Bourbon et 
de sa femme Agnès de Bourgogne, suivant le marché du 24 juin 1448. — 
Dès 1453, il fut appelé à Angers par le roi René, en vue de terminer le 
tombeau que ce prince faisait élever dans sa cathédrale Saint - 
Maurice. 

Jacques Morel ^ par Natalis Rondot, dans le tome XIII du Recueil des Sociétés 
des Beaux- Arts des départements^ page 622. — Les Sculpteurs lyonnais^ du même, 
page 17. — Le sculpteur Jacques Morel, par Tabbe' Requin, tome XIV du Recueil 
des sociétés des Beaux-Arts des départements^ page 87. — Extrait des comptes de 
mémoriaux du roi René^ par Lecoy de la Marche et, du même, Le roi René, sa vie, 
son administration, etc. — Le tombeau du roi René à la cathédrale d'Angers, par 
Denais. — Catalogue raisonné du musée de sculpture comparée au musée du 
Trocadëro, page i23. 



Digitized by 



Google 



— 268 — 

)REL (Jean-Marie), architecte paysagiste, né à Lyon, le 
îmbre 1728, y est mort le 19 août 18 10; il était, selon Morel de 
î, fils de N. Morel et N. Ozinda et frère de Pierre Morel, célèbre 
airien, membre de l'Institut. Ses armoiries sont : d'argent à une 
? (oiseau) de sable ^ au chej de gueules chargé de trois besans dor. 
ignait déjà les mathématiques à Técole des Ponts et Chaussées, 
de seize ans et, à dix- sept ans et demi, il fut nommé sous-ingé- 
le la province de Lyonnais. En 1746, la place d'architecte du 
de Conti étant devenue vacante, il l'obtint à la suite d'un concours. 
;a la place d'architecte des menus plaisirs, que le duc dAumont 
ît fait obtenir à l'époque du mariage de Louis XVI, voulant rester 
: au prince de Conti, son ami. Lorsque celui-ci mourut, il visita la 
de, l'Allemagne, la Suisse, l'Italie et l'Espagne. Il était à Lyon 
) puisqu'il y fut, le i3 octobre, l'un des témoins delà déclaration du 
'Antoine-Michel Perrache, arrivé la veille. — Il a dessiné, outre 
lins de l'Ile-Adam pour le prince de Conti : les parcs ou Jardins 
ny, d'Arcelot, d'Arménonville pour M. de Girardin ; de Bercy 
L. de Nicolaï ; de Bierre près Semur, pour M. de Montigny ; de 
, de Champenon, de Fourgueux, de Guiscard pour le duc 
3nt; d'Hendicourt, d'Issy, de La Malmaison, de Launay, de 
3[is, de Mignaux, de La Perreux, de La Richardière, de Ray, de 
le, de Saint- Leu-Taverny pour la reine Hortense; de Saint-Try, 
it-Ouen, pour le maréchal de Trévise; de Saint-Clément, de 
de Valfleury, de Villers, de la Sauvagère, près Lyon ; de la maison 
Ecully ; de l'ancien Jardin des Plantes de Lyon, en 1804, et de 
up d'autres châteaux ou maisons de campagne. — Nomme 
e de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, il 
en 1800, un mémoire sur la Théorie des eaux fluentes appliquées 
rs du Rhône ^ depuis la Pape jusqu'à la Mulatière^ lequel a été 
é dans le n» 5 des Archives historiques et statistiques du dépar- 
du Rhône. Outre deux traités, l'un sur la Composition de la 
le et l'autre sur V Architecture rurale^ restés inédits, il a publié : 
e distribuer les jardins suivant V usage des Chinois. Londres^ 1757. 
^héorie des jardins^ ou l'Art des Jardins de la Nature^ Paris, 1774, 
t 1802, avec la liste des plantes ligneuses indigènes et exotiques, 
itées et la manière dont elles se propagent. 



Digitized by 



Google 



— 269 — 

Discours sur la vie et les œuvres de Jean-Marie Morel, par de Fortair. Paris, 
i8i3. — Notice sur la vie de J,'M. Morel, par Dumas (1825). — De la Théorie des 
Jardins, parVitet, 1828. — La traduction de Walpole, par le duc de Nivernais. — 
biographies, Michaud et Didot — Collection Coste à la Bibliothèque de la 
ville de Lyon, au Lycée, — Bibliothèque du palais des Beaux^Arts de Lyon, pour 
son portrait. 

MOREL (Jehan), maître d'œuvre à Lyon, passe, moyennant la 
somme de 400 livres, le 29 mai 1475, de concert avec Guillaume Anglier 
(voyez ce nom), avec les religieux Augustins, marché pour la construc- 
tion d'une chapelle en l'honneur de la Sainte Vierge, dans le cloître d^s 
Augustins de Lyon. 

Nunîe'ro i85 de V Inventaire de i63o, des Augustins, aux Archives dy 
ment du Rhône. 

MOREL (Jehan), maître d'œuvre de maçonnerie, à Lyon, en 
1 363- 1364. 

Les Artistes et Maîtres de métier, au XV« siècle, par Natalis Rondot, page 17. 

MOREL (Hilaire), architecte, est né à Fontaines-Saint-Martin 
(Rhône) en septembre 1834 ^ entré à l'Ecole de la Martinièrc (1848- 1849) 
sous Aguettant et Dupasquier, où il obtint un premier et un 3^ prix de 
dessin, puis à Técole des Beaux-Arts de Lyon où il a obtenu, sous Che- 
navard, le prix d'estime décerné par les élèves et une deuxième mention 
d'architecture en i853, plus, sous Girardon, les premiers prix de pers- 
pective et de géométrie descriptive ; a été attaché au cabinet Bresson 
jusqu'à la mort de celui-ci. — A Lyon, place Morand, 12. 

Travaux d'architecture : construction de l'église de Fontaines-sur- 
Saône laissée par Dupasquier (voyez ce nom) à la hauteur du soubasse- 
ment. — En collaboration avec Bethenod : la maison Descreux; le pres- 
bytère et l'église de Montchat terminée en 1896. Projet d'église pour 
Craponne non suivi d'exécution ; restaurations diverses, dont celle de 
M. Pichot, quai des Brotteaux 17 et villa pour le même à Champvert. — 
Collaboration pour l'exécution avec André (voyez ce nom) pour l'église 
de Saint-Joseph à Lyon; depuis la mort de celui-ci, candélabres d'éclai- 
rage intérieur, grille du porche et menuiserie de la porte d'entrée. 
— Admis, le 3 juillet 1878, à la Société académique d'Architecture de Lyon; 



Digitized by 



Google 



— 270 — 

)nserve de lui dans ses archives : une rampe enfer forgé 
e maison rue Boissat. 

ID ( ). — Plan général du Bourg de la Guillo- 

'nt de Béchevelin en Dauphiné. Dédié à ^Monsieur le 
chebonne, commendant pour le Roy dans le Lyonnois, 
olois par son très humble serviteur Mornand Sindic du 
r servir à la rente noble du dit Bourg). 

\a ville de Lyon, — Reproduction par G. Mermet pour la Société 
storique de Lyon, 1875. 

)N (Benoit), architecte, né à Trévoux (Ain) le 5 
t mort à Lyon le 18 février 1893, — Elève de l'école de La 
Técole des Beaux- Arts de Lyon, en 1842 et 1843, et de 
" ce nom)^ dont il fut le collaborateur surtout au point de 
ution technique des travaux de la rue Impériale à 

'architecture : maisons à loyer à Lyon (i 85 5), rue Centrale 
)) rue Childebert 23 et place des Jacobins i (la façade est 
. Giniez) ; les plans, pour Poncet, du massif de la place des 
ice de rhôtel de ville de Lyon étaient de lui; les façades et 
: du dessin de Giniez. 

». Poncet par Clair Tisseur, page 79. — Renseignements transmis 

y- 

OU MEUNET (Melchior), architecte, mentionné dans 
de Lyon de lySo à 1772, fut, avec Loyer (voyez ce nom), 
ir de Soufflot (voyez ce nom) pour les travaux de construc- 
ie et du dôme de THôtel-Dieu de Lyon. — Il entreprit, avec 
)nard Milanais, la construction d'un îlot demaisons en avant 
ers le clos du séminaire, le long du Rhône pour l'éloigner 
uai depuis le quai de Retz jusqu'au bastion de Saint-Clair; 
la ville est du 22 octobre 1749, homologué par arrêt du 
ovembre 1750. 

iu tableau historique de V abbaye royale de Saint-Tierre, par de 
erses pièces à la Collection Coste de la Bibliothèque de la ville de 



Digitized by 



Google 



— 271 — 

Lyon au Lycée^ n®» 8081, 8082, 8o83 et 8084. — Archives de la ville de Lyon^ 
Registre consulaire BB. 3i5. 

MUSSON (Antoine), architecte, né à Lyon le 28 octobre 1825, 
mort le 10 septembre 1848, entra à Técole des Beaux- Arts de Lyon sous 
Chenavard et y remporta, en 1842, une mention, en 1843 un 2^ prix 
d'architecture (une Ca^gerne de gendarmerie), en 1844 une médaille 
d'argent (une Bourse et une salle d'exposition et de concert dans l'empla- 
cement de l'île comprise entre la place des Terreaux, les grandes et petites 
rues Sainte-Catherine et la rue Romarin) et une autre de concours 
mensuels. — En 1845, il obtint le premier prix, ex œquoavecP.Bellemain 
(voyez ce nom), dans le concours d'émulation ouvert par la Société 
académique d'Architecture de Lyon (étude de Gares d'arrivée et de départ 
ou embarcadère de voyageurs à Lyon pour les têtes des grands chemins 
de fer qui de cette ville se dirigent à Paris et à Marseille). — Il a gravé 
diverses planches pour Chenavard (voyez ce nom) dans son ouvrage 
intitulé Voyage en Grèce et dans le Levant. 



— N — 

NADREAU (Jacques), maître d'œuvre, de La Flèche, entreprit, 
en 1637, la construction du jubé et de la tribune des orgues de l'église du 
Collège (voyez Martellange) de cette ville pour io5i livres. — Le 14 janvier 
1643 il fut chargé, par Louis deChampIay, de construire la porte d'entrée 
du château de Corcelle (Rhône) ainsi qu'un portique et un escalier au 
principal corps de logis. 

De Montzey. — Lance. — Bauchal. — Le P. Camille de Rochemonteix. 

NOYSET (Pierre) fut nommé maître d'œuvre de la cathédrale de 
Saint-Jean de Lyon, le 2 juillet 1425, en remplacement de Jacques 
Morel (voyez ce nom). En 1427, il fut atteint de la lèpre et le chapitre lui 
accorda une pension viagère. 

Archives du département du Rhône^ Actes capitulaires^Vivrc XU.pagQS i32 et 142. 
— Notice sur la construction de la cathédrale de Saint-Jean de Lyon^ par Guigue, 
page 34. — Les Artistes et Maîtres de métier de Lyon^ par Naialis Rondot, page 24* 



Digitized by 



Google 



— 272 



o 



LsII d'), architecte et graveur, né en 1624, est 
mbre 1697. II était fils de François I d'Orbay, 
lents du roi, et de Louise du Fresnoy ; il fut élève 
t il devint gendre, et conduisit, sous lui, divers 
Tuileries, au collège des Quatre-Nations qu il 
) et aux anciens bâtiments de Versailles, proba- 
époque de la mort de ce dernier, où il devint en 
3 des bâtiments du roi . 

ture: 1661 : Eglise des religieuses Prémontrées et 
ris. — 1670 : Trianon de Porcelaine, à Versailles 
71 : portail de l'église de la Trinité rue St-Denis 
?2 : portail et la chapelle de Villeroy à Tcglise du 
es de Lyon (cette église, qui coûta 60,000 écus, 
[levée en 1670, sauf la façade, a été démolie en 
le Tare de triomphe en Thonneur de Louis XIV, 
k Montpellier, lequel fut construit, en 1691 par 
-oi. — 1686 à 1688 : couvent des Capucines, rue 
ips, à Paris. — 1688 : hôtel des Comédiens ordi- 
)Ssés-Saint-Germain-des-Prés, à Paris (quelques 
e, existent encore, rue de TAncienne-Comédie 
:ion) : Le banc d'œuvre de Saint-Germain- 
tion avec Lebrun en 1684. — Il fut nommé, le 
mbre de TAcadémie d'architecture lors de sa 

es dessins : 1677 : Plan du château de Biais et 
mpiègue, — 1682 : Plan du château de Fontai- 
)ns et plan du rei-de-chaussée du château (ces 
la Chalcographie du Louvre). C'est lui qui aurait 
is des pièces d'Israël Sylvestre. — Façade de 
i Lyon, gravée par Séraucourt. 

' comptes des bâtiments du roi, — M a rot. — G. Bricc. 
— Blondel. — Debombourg. — Clapasson. — Piganiol 



Digitized by 



Google 



— 273 — 

de la Force. — Mariette. — Jal. — Bonnassiès. — Breghot du Lut et Péricaud. — 
Dussieux et Soulié. — Herluison. — Collombet. — Thomas.— Guiffrey. —Magasin 
pittoresque^ XXV, p. 171. — Archives de T Art français. — Mémoires de la Société 
archéologique lorraine, — Recherches historiques sur le collège des Quatre-Nations. 
— Bellier de la Ch^vignerie et Auvray. — Bauchal. — Charvet, notice de Thomas 
Blanchet. 



ORME (Jehan DE L'), maître-maçon, né à Lyon, y est mort vers 
1549. Il épousa Isabeau Platton dont il eut deux fils et deux filles : 
Jehan, sieur de Saint-Germain, maître général des œuvres de maçon- 
nerie de France (voyez ce nom) ; Philibert, architecte (voyez ce nom); 
Anne qui épousa le contrôleur Martin, et Jehanne, qui épousa d'abord 
Christophe de Burlet, capitaine et châtelain de Saint-Symphorien- 
d'Ozon (pourvu, le 11 mai i55o d'une ferme d'impôts à Lyon sur les 
recommandations pressantes de ses deux beaux-frères, de Diane jle 
Poitiers, du connétable de Montmorency, du maréchal de Saint-André 
et du cardinal de Tournon) et ensuite Olivier Roland (voyez ce nom), 
ingénieur du roi et maître-d'œuvre à Lyon (de Christophe de Burlet 
Jehanne de TOrmeeut une fille, Christine, qui se maria avec noble Louis 
Landrecier, bourgeois de Lyon). Il fut taxé à Lyon, en i5i2, i5i4 et 
i5i5. — Il figure, aux syndicats de Lyon, comme maître de métier 
en 1 5 1 1 , et dans ceux de 1 5-23 à 1 527. — Il ne réussit pas à se faire choisir 
comme maître-maçon juré de la ville de Lyon, lors de la mort d'Antoine 
Gentil, et l'on nomma, le 3 mai i53o, Matthieu Granger, dit Girard. — 
Il fit des travaux assez itnportants : une maison, parachèvement du 
clocher et aux piliers de Téglise du couvent des Carmes des Terreaux de 
Lyon, travaux en déduction desquels la communauté lui vendit une 
maison en i526. 

Registres consulaires de la ville de Lyon, BB.49. — Registre des Nommées de la 
même ville CC 21, 32 et 65 et série H, 780, aux Archives de Lyon. — Protocoles 
de Pierre Dechalles^ notaire à Lyon^ papiers des contrats^ folios 8 et 118. 

ORME (Jehan DE L'), sieur de Saint-Germain, fils, peut-être 
l'aîné, du précédent. Il fut (très probablement sous François I^r, en i537, 
et en même temps que son frère Philibert était investi comme ingénieur 
et architecte) nommé maître général (sorte d'inspecteur) des œuvres de 
maçonnerie et envoyé en Italie pour des travaux de fortifications ; ayant 

3i 



Digitized by 



Google 



— 274 — 

ntenu dans les mêmes fonctions en France par Henri II, le 
er i553, avant son retour, il dut remplacer, en outre, lorsqu'il 
e 12 juin i554, son frère dans les fonctions de conducteur des 
s de fortifications au duché et gouvernement de Bretagne (dont 
le pouvait plus, sans doute, s'occuper) par lettres patentes du roi 
late ; il prêta serment en cette qualité au duc d'Etampes à Fontai- 

le 25 du même mois ; c'est Guillaume Challoy qui le remplaça 
i, — Le 25 octobre i557, à la mort du contrôleur Pierre des 

(qui touchait i,200 livres de gages), ces fonctions furent 
ées ; on en donna la moitié à Jehan de TOrme (avec 6oo livres) 
2 à Jehan Bullant, lequel d'abord accepta, puis finit par décliner, 
oir terminé, en i559, le travail qui lui était incombé. — Jehan 
le conserva ses fonctions jusqu'au I2 juillet i559, époque où il 
itué, ainsi que son frère, par François II, et remplacé par 
5 Sannat (qui eut le soin de se faire donner les 1,200 livres 
mment accordées à des Hostels) ; il fut bien réintégré par 

IX, le II août i566, toutefois, en même temps, il résigna sa 
n faveur d'Etienne Grand-Remy. — Il hérita de son frère Phili- 
|uel, parait-il, il survécut. 
issance des Arts à la cour de France^ par de Laborde. — Archives de l'Art 

2« série, tome IF, page 814 et suivantes. — Archives nationales^ Reg. kk. 

1 544, il fut élu échevin de la ville de Paris et ses armoiries 
parmi celles des Prévôts des Marchands et Echevins, gravées 
Liniont. — Il surveilla, pour son frère, les travaux du mausolée de 
s I«r et du château d'Anet ; un toisé des travaux de la chapelle de 
au, du 25 février 1549, ^^^^i d'un certificat de paiement de 
t, est de lui. — De 1 549 à 1 566 il employa le crédit tout particulier 
jouissait vis-à-vis de Diane de Poitiers, ainsi que celui de son 
ajoutant celui qu'ils avaient tous deux vis-à-vis du connétable de 
)rency, du maréchal de Saint-André et du cardinal de Tournon, 
idîque une grande influence à la cour, pour obtenir, par pression, 
ninistration municipale de Lyon, en faveur de son beau-frère, 
3he de Burlet, et de ses parents, Alexandre Carcaillon et Rolyn 
, la concession de certaines gabelles. — A la fin de i55i et au 
icement de i552, il assista son frère pour les travaux que Diane 
iers avait entrepris au château de Chenonceau, qu'Henri II 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



XV 



Rougeron, Vignerot et C* d'après une gravure par Dubouchet 



P. DE L'ORME 

iSio-iSjo 



LYON ARTISTIQUE ARCKITECTKS 



Digitized by 



Google 




— 275 — 

avait donné à celle-ci en 1547; ^^ ^Y retrouve en i556 et i558. — Il 
dirigea ou inspecta des travaux de fortifications pour Tarmée française, 
de i552 à i553, en Italie, à Parme, à Mirandole, à Sienne et autres 
places fortes de ce pays et, en Corse, sous 
les ordres de Paul de la Barthe, seigneur 
de Thermes, maréchal de France ; l'expé- 
dition de Corse est de i552. — En i555 il 
visita le château de Lamballe avec d'autres 
maîtres et dressa le devis des réparations. — 
En i562 et i563, il fit, avec Léonard Fon- 
taine, maître des œuvres de charpenterie du roi, des travaux au pont de 
Gournay et, en i563, avec Eustache Yves et Guillaume Marchant, 
aux ponts de Poissy, Juvisy, Savigny-sur-Orge, etc. — En 1564, il fut 
commis pour mesurer des terrains à vendre aux Tournelles. 

Du Breul. — Registres consulaires de la ville de Lyon, BB, 70, folio 246 et 
verso, 255 et verso, 78, folios 29, 3o et verso. — Archives royales de Chenonceau, 
par Tabbé Chevalier. — Renaissance à la cour de France, par de Laborde, supple'- 
ment. — Archives de l'Art français, 2« série, tome II, p. 3i5. — Bauchal. 

ORME (Philibert DE L'), architecte, né à Lyon vers i5io, est 
mort à Paris le 8 janvier iSyo (et non en iSyy, ainsi qu'un grand nombre 
d'auteurs font écrit, les uns à la suite des autres, depuis de La Monnoye). 
Il était le second fils de Jehan de TOrme, maître-maçon de Lyon (voyez ce 
nom) et d'Isabeau Platton. Fort jeune il dirigea les ouvriers maçons de 
son père, puis se rendit en Italie, probablement en i532, et y séjourna 
jusqu'en 1 536. — Lié avec plusieurs grands personnages à Rome, le 
cardinal Marcel Cervin (depuis pape), Jehan du Bellay, évéque de Paris, 
chargé d'aflfaires pour la France, créé cardinal en i535 et Guillaume du 
Bellay, son frère, il obtint du pape Paul III une charge en Calabre sur 
la nature de laquelle on n'est pas bien fixé, qu'il abandonna pour rentrer 
en France avec Jehan du Bellay. — Il s'arrêta quelque temps à Lyon, 
puis fut investi, sur les recommandations des frères du Bellay, par 
François I^r^ de i537 ^ ^^47, de fonctions d'ingénieur inspecteur des 
fortifications; vers 1541, architecte, député parle roi aux travaux du 
château de Fontainebleau. — Le 3 février i545^ maître architecte et 
conducteur général des bâtiments, édifices et fortifications du duché de 



Digitized by 



Google 



— 276 — 

5oo livres tournois de Bretagne de gages. — A une date qui 
rouvée, il fut nommé, également par le même roi, son 
t aumônier (chargé de la distribution des aumônes) ordinaire, 
vril 1548, ces fonctions furent augmentées par Henri II et 
i tous les bâtiments de la couronne, plus le tombeau de 
r ; les lettres patentes furent renouvelées le 29 janvier 1549 i 
:onséquence, qualifié d'architecte commissaire sur le fait des 
iu roi et à ce ordonnancer les dépenses. — En i554 il se fit 
par son frère Jehan de Saint-Germain, dans les fonctions 
- des fortifications en Bretagne. — Le 9 mars i556 il fut 
aître des comptes (reçu le 3o mars) à titre d'indemnité de 
fil avait fait exécuter probablement à ses propres frais au 
la Muette Saint-Germain (voyez plus loin). — Il fut destitué 
îs fonctions et de celles d'architecte du roi par François II, le 
559, et remplacé, en ce qui concernait les bâtiments, par 
ant et par Primatice. — Investi, par François I«r, de Tabbaye 
Vlarie-Magdeleine de Juveneton, ordre de saint Augustin au 
Nantes, il la résigna le 29 mai i553. — Le 21 août 1548, il prit 
de Tabbaye de Saint-Barthélémy de Noyon qui lui avait été 
François I". — Le 6 octobre 1 549 il rendit hommage de Tabbaye 
oi Henri II qui venait de la lui donner, mais il la résigna 
553. — Il fut abbé de Saint-Eloy, de Noyon, de Tordre de 
it, de 1 555, par autorisation du 19 mai i553, jusqu'en 1564; 
se disait encore abbé de Saint-Eloy, de Noyon, dans son testa- 
décembre 1569. — En i558, il fut nommé abbé de Saint- 
ngers, bénéfice qu'il conserva jusqu'à sa mort (dans son 
1 légua 200 livres aux abbayes de Saint-Eloy et de Saint-Serge), 
^es de collation comme chanoine du chapitre de Paris étaient 
i cardinal Jehan du Bellay; il demanda à prêter serment 
ibre 1 55o et il est mort avec ce bénéfice. 

le de Pierre Dechalles, notaire à Lyon^ papiers de contrats de 
. — Nouvelles inventions^ par Philibert de TOrmc, page 35, livre V et VI 
twe^ du même. — Archives du département du Rhône, Fonds des Grands- 
780. — Portefeuille Fontette, coté 35 A, Bourgogne. Généalogie, 
Nationales, pour son Mémoire justificatif , — Archives de V Art français, 
e II, page 314. — Renaissance des arts à la Cour de France, par de 
ne I, pages 410, 41 1, 434, 435, 444, 470 et 473, et Supplément pages 



Digitized by 



Google 



— 277 — 

io6o à Î062. — Les comptes des bâtiments du roi, du même, I, pages 164, 168, 
211, 284 et 371. — Nouvelles Archives de l'Art Jrançais, 2® série, tome i", p. 
~ La correspondance historique et archéologique, par F. Bounion et F. Mazer 
1894, pages 7 et 8. — Gallia Christ iana, tomes VII, pages 847 et 1 1 19, IX, 65. 
Bibliothèque Nationale^ fond français, 5 128, page 425. — Archives Nation 
registre LL,25o, pages 107, 109 et 200. 

Taxé, en outre, à Lyon en i538 et en i55i, pour des maisons 
avaient appartenu à son père ('Nommées de LyonJ. 

Dès 1546 il fut chargé, comme ingénieur, d'inspecter deux fois 
les fortifications des côtes de la Bretagne et préserva Brest d'une atta 
des Anglais. Remplit la même mission sur les côtes de Normandi 
visita les navires qui se trouvaient dans les ports, ainsi que leurs apj 
visionnements. Il inspecta également quelques places fortes à Tinter 
CMémoire justificatif). 

Travaux d'architecture : En i536, à Lyon, il fit exécuter une gai 
ou passage avec trompes dans Thôtel, rue Juiverie, d'Antoine Bullic 
Tun des quatre trésoriers de l'épargne, ou général de finances pour 
provinces de Bretagne. Cette galerie existe encore. 

Le premier tome de Y Architecture de Philibert de TOrme, livre IV. — i.'At 
lecture à Lyon, par Martin, page 25, avec trois planches, d'après Chenavar 
Echernier. — Philibert de VOrme, par L. Charvet, 1880, chapitre premier 
Annales de la Société académique d Architecture de Lyon, tome IX avec 1 
planches. 

A Lyon, vers la même époque, il fournit les dessins d'une faç 
en rotonde devant Téglise de Saint-Nizier, lesquels ne furent utilisés 
pour le bas de la partie demi-circulaire et de la porte du transept i 
détruite depuis. 

Philibert de r Orme, par L. Charvet, chapitre premier, 1880, avec quatre plane 
dont Tune reproduit une gravure faisant partie du Plan de Lyon, par CIî 
Séraucourt, en ijSS, et, une autre, une partie du plan de l.yon au XV« siècle, pt 
par la Société de Topographie historique de Lyon^ 

A dater de 1541 environ, au château de Fontainebleau, il fit achc 
(1545) la chapelle Saint-Saturnin avec sa tribune et la salle de 
contigue, dont il modifia le système de plafond, et où il établit la gra 
cheminée, les boiseries et la tribune. Il ordonna de faire recevoir et rec 
naître par des experts les travaux de Gilles le Breton, maître des œuvre 
maçonnerie du roi. Il fit exécuter également,dans ce château, les boise 



Digitized by 



Google 



— 278 — 

îssement de la grande galerie de François i*'', les appartements 
de la reine dans le pavillon dit des poêles, vers Tétang, lequel 
plus, dont la cheminée, le plafond et le lambris de la chambre 
par Pierre Bontemps, Ambroise Perret, etc. (le plafond a été 
dans un autre salon avec quelques modifications de peu d'impor- 
la peinture de la cheminée dans le trumeau de cheminée du salon 
t de François i^r) ; enfin, le grand perron en ovale de la cour du 
)lanc, lequel a précédé celui actuel, qui est de Lemercier (voyez 
lequel était un peu moins important. 

ème livre de Y Architecture de Serlio, iSjS. — Renaissance des arts à la 
^rance, par de Laborde, I, pages 410, 41 1, 484, 435, 442, 471 et 473. — 
ies Bâtiments du roi, du même, pages 88 à 108, 164, 168, 210, 21 i, 223 à 

— Archives de VArt fra:tçais, tome IV. — Mémoire justificatif de Phili- 
Orme à la Bibliothèque nationale. — Piganiol de la Force : Description 
nebîeau, — Le Trésor des merveilles de Fontainebleau^ par le P. Dan. — 
lie : Voyage pittoresque dans les environs de Paris. — Etudes d'archilec- 
^rance, par Lenoir et Vaudoyer, dans le Magasin pittoresque^ tome XI, 

à 54, 121 à 126. — Monographie de Fontainebleau, par Pfnor, texie par 
lion-Figeac. — Les Satyres de la galerie de Henri If, par Ernest 

— Le premier tome de V Architecture, par Philibert de TOrme, livre III, 
KVUI, livre IV, chapitre XIX, livre XI, chapitre XII. — Les plus excel- 
ments de France, par Ducerceau. — Sébastien Serlio, par L. Charvet. — 
ontainebleaUj par Francine, gravée par Micael Arinius, 1624. 

Lirait dirigé la fabrique de tapisserie de haute lisse de Fontaine- 

ablie par François i^^^ dont Sébastien Serlio fut un des premiers 

eurs. 

^, d'après Lacordaire. 

is les comptes des travaux de i555 à i556, on trouve des 
îs au vieux Louvre, payés sur ses ordonnances ; il y aurait 
îs projets de l'escalier achevé dans la partie appelée Talcôve 
emoiselle, sans qu'on ait pu discerner ce qu'on voulait ainsi 

)tes des bâtiments du roi, tome I, page 295. — Histoire et Description de 
r Sauvai, tome III, page 20. 

s 1 541 , il commença, pour le cardinal Jehan du Bellay, évêque de 

; château de Saint-Maur-les-Fossés; les travaux, fort avancés en 

rsque le cardinal se retira à Rome, furent continués autrement; 

dessins de Ducerceau^ notamment le grand fronton (qui est aussi 



Digitized by 



Google 



— 279 — 

représenté dans une vue allemande du château inachevé) ne doivent pas 
lui être entièrement attribués; ce château n'existe plus. 

r Architecture de Philibert de TOrme, I chap. VII, II chap. IX, V chap. XI, 

VII chapitre XV avec la façade du château telle que de TOrme Tavaii projetée, 

VIII chap. V, XIV, XV et XVI, IX chap. I, et XI chap. XI. -Lesplus excellents 
bâtiments de France, par Ducerceau. 

De 1543 à iSSg, il acheva, en style se rapprochant de celui du 
XIV* siècle, la sainte Chapelle du château de Vincennes et particuliè- 
rement fit faire des stalles pour le chapitre de Tordre de Saint-Michel 
avec un trône pour le roi et une cloison au travers de la chapelle; ces 
boiseries n'existent plus. 

MémoireSy etc. par Poncet de la Grave, t. I, page 228 et suiv. — Millin, tome II, 
chapitre X, et les planches 8 et 9 par Ransonnette. — Dictionnaire d^ architecture par 
Viollei-le-Duc, tome II, page 456. — Encyclopédie d'architecture^ tome i®'"dela 
2« série (1872), article par L. Sauvageoi. 

Il nous a expliqué, au livre IV, chapitre II, de son Architectitre^ 
qu il fit faire, à Paris, rue de la Savaterie, pour le banquier Patoillet, un 
petit corps d'hôtel avec trompe. — ^ Le 27 février 1547, ^^ vérifia, en 
présence de Pierre des Hostels, notaire et secrétaire du roi, contrôleur 
des bâtiments, les travaux de maçonnerie du château, ou plutôt du 
rendez-vous de chasse de la Muette (lisez la Meute) La Garenne de 
Glandas, dans la forêt de Saint-Germain, exécutés par Guillaume Guillain, 
maître des œuvres de maçonnerie delà ville de Paris, et Jehan Langeries, 
ayant contracté avec feu Pierre Chambiges aussi maître des œuvres de 
la même ville. Plus tard, il fitrecouvrir ce château, qui était en terrasses, 
comme celui de Saint-Germain, par un genre de charpente (lequel a 
porté son nom) que surmontait un belvédère, et reçut, pour ce travail, le 
9 mars 1 556, un office de maître des comptes (voyez plus haut); selon 
Ducerceau, cette surcharge occasionna la ruine de Tédifice qui finit par 
ne plus être entretenu ; il a été démoli sous la Révolution et remplacé par 
une maison de gardes. 

Comptes des bâtiments du roi.-- L Architecture de Philibert de TOrme, livre X, 
chapitres XII et XVII, livre XI, chapitre XIV. — Les plus excellents bâtiments de 
France^ par Ducerceau, I, folio 4. — Une vue, représentant le château en ruine^par 
Israël Silvestre. — Abecedario de Mariette, II, page 86. — Vers du temps de 
Charles IX dans le Journal des arts, des sciences et de la littérature, n® 187, 
i5 ventôse an X, pages 291 et 292, article par Detournelle. 



Digitized by 



Google 



— 280 — 

\n vieux château de Saint-Germain-en-Laye il commanda diverses 
-ations devenues urgentes dans les voûtes et dans les couvertures en 
e de taille; les travaux furent exécutés par Guillaume Guillain, 
•e des œuvres de maçonnerie de la ville de Paris, selon un marché 
i juillet 1548; dans la chapelle, une tribune en menuiserie d'ordre 
thien qui n'existe plus; un cabinet en triangle avec cheminée, 
au-dessous de celui de la reine, pour Diane de Poitiers. — Il fit 
r une fontaine triangulaire avec dauphins et vasques (par 
1 Marchant, maître tailleur de pierres, de Paris, marché du 
i i55o) laquelle ne figure plus dans les vues du château de 1667; une 
elle couverte en dôme dans le parc (laquelle n'existe plus), et, en 
, huit loges avec leurs petites cours pour une ménagerie (lesquelles 
5tent plus). — Il commença, pour Henri II, les travaux du château 
placé sur la pente de la colline descendant à la Seine du côté 
ecq, lequel fut continué et achevé sur les mêmes fondations sous 
i IV et dont Ducerceau a donné les plans et élévations. Les parties 
euvent lui être attribuées sont la grande salle (laquelle il ne fit que 
lencer) et les gros pavillons qui l'accompagnaient précédés d'une 
avec parties arrondies, lesquels constituaient un théâtre et des 
. Il ne subsiste plus, de ce château, lequel avait été agrandi de corps 
timents, de perrons et de terrasses avec grottes, que Tun des deux 
Ions, dénommés chapelle du roi et de la reine, lesquels se trouvaient 
xtrémités d'une longue terrasse supportée par des arcades sur le 
itde l'ensemble des bâtiments. — Il avait proposé de faire un pont 
îût tacilité l'accès entre les deux châteaux, mais qui ne fut pas 
ité. Il affirme même qu'Henri II voulait lui commander, au Pecq, 
it le nouveau château, un pont d'une seule arche sur la Seine. 
omptes des bâtiments du roi {i55o), n" 4480, parchemin de ïj3 feuillets à la 
thèque nationale,— Mémoire justificatif de Ph, deVOrme. — Son Architecture y 
<, chapitre XXI II. — Les plus excellents bâtiments de France, de Ducerceau. 
5. — Les Vues des deux châteaux de Perelle, Aveline, Israël Silvestre, 1667. 
e de 1668, pour repiésenter le baptême du Dauphin, par I.-L. Agniet. — Une 
)arJo]lain. 

^a construction du mausolée de François ler, à Saint-Denis, lui fut 
ée, avant 1548, par Henri II, puisque, déjà le 26 mai de cette année, 
sait payer un messager (la signature ci-après est celle de son 
mance), pour aller prévenir à Orléans l'imagier François Carmoy 



Digitized by 



Google 



— 281 — 
de tenir prêtes et entièrement ébauchées les figures de marbre de 
François 1er, de Claude de France, de la régente Louise de Savoie, mère 
de François i*"', de François le Dauphin et de Charles duc d'Orléans, 




^'f/^a^'^ /^rpff 



pour être amenées à Paris (la figure de la régente, pour laquelle Pierre 
Bontemps traita aussi, ne fut pas posée et fut remplacée par celle de 
Charlotte de France). Il reste quelque incertitude pour savoir si François 
Marchant associé avec Pierre Bontemps, qui, en i55o, ont passé marché 
pour les eflBgies de François i«r et de Claude de France et si Pierre 
Bontemps qui, en i552, a passé marché pour les prians François et 
Charles, sont les praticiens ou les statuaires, avec François Carmoy, 
pour les cinq prians et les deux effigies couchées du monument actuel. 
Pierre Bontemps a sculpté les bas-reliefs du soubassement sans qu'on 
sache si c'est lui ou un autre qui a préparé les modèles. Ambroise Perret 
et Jacques Chanterel passèrent marché, le 28 février i556, pour toute 
l'architecture et la sculpture décorative. Les marchés avec Ponce Jacquio 
et Germain Pilon pour quatre bas-reliefs, formés chacuns de deux génies, 
du dessous de la voûte, avec Ambroise Perret pour les quatre génies des 
écoinçons des arcades paraissent avoir été du moins payés s'ils n'ont pas 
été passés dans la période après i55g où les travaux furent continués 
et achevés sur les mêmes plans par Primatice. 

Parchemin n*» 1 58 1 6 de la Collection Coste à la Bibliothèque de la ville de Lyon. 
— Archives de V Art français et Annuaire de VArchitecte de 1864. — Comptes des 
bâtiments du Roi, par L. de Laborde, I page 828 et 352. — Renaissance des Artsd la 
Cour de France^ du même, tome I, pages 456, 46 1,475, 479, 482, 484 et 552. — Fonds 
fran^aiSy 5 128, p. 59, à la Bibliothèque nationale. -— Le tombeau de François /«^ 

32 



Digitized by 



Google 



— 282 — 

ot aîné, 1817. — Jean Marot. — Magasin pittoresque^ tome II, pages 
VI, 395 à 396. — Histoire de Vabbaye de Saint-Denis par Félibien, 
jnographie de Saint-Denis^ pai Fichot. — Dictionnaire d"" Architecture 
Lie, IX, pages 56, 228 et 229. — Philibert de l'Orme à Saint Denis 
Iharvet, 1891. 

^8 il entreprit la reconstruction du château d'Anet pour 
tiers, duchesse de Valentinois, travaux dans lesquels il fut 
.frère Jehan (voyez ce nom) et qu'il a traités avec un soin 
er. Il n'en subsiste plus que les bâtiments de l'entrée, un 
înt à gauche sur la cour, la chapelle à droite et la chapelle 
avant-corps de la façade principale et quelques débris sont 
Beaux-Arts de Paris ; la fontaine de Diane de J. Goujon et le 
Cellini sont au musée du Louvre ; les émaux de la sacristie 
e, par L. Limousin, d'après Michel Rochetel, sont dans la 
a sainte Vierge de l'église de Saint-Pierre à Chartres ; la 
me de Poitiers de la chapelle sépulcrale est au musée de 

"e de Philibert de l'Orme, livre II, chap. IX, livre IV, chap. I, II, XI 
^11 chap. XIII, livre VIII chap. XII, livre X chap. XIX et XX.- 
elle sépulchrale SAnet du 6 juin 1 566. - Les plus excellents Bâtiments 
icerceau, tome IL— Roussel : Histoire et description du château dWnei 
de jusqu'à nos jours ^ tic, 53 planches, 1875. — Le château d'Anet, pat 
ly, dans la Revue de V Architecture et des Travaux publics de 1842, 
) et 484 à 5oo ; comprenant le Rapport sur Tétai du château en 1795 
t Taîné. — Monographie du château d*Anet par Ptnor, avec texte, 58 pi. 
t de Caraman : Le château d'Anet. Notice historique j Paris, 1860. — 
*rches historiques sur la principauté d'Anet^ 1862; div. planches. 
itierset son goût pour les arts. Notes sur le château d'Anet à propos 
Roussel, par Anatole de Montaiglon, 20 dessins. — Recueil de cent- 
dus belles vues des palais, châteaux et maisons royales de Paris et de 
essinées d'après nature en ijSo^ gravés par J. Rigaud. — Un artiste 
[net par F'eillet. Galette des Beaux-Ans, 1860, tome VI page 218. 
s monuments français^ de Lenoir. — Etudes d'Architecture en France, 
^audoyer dans le Magasin pittoresque, — Diverses vues d*Anet aux 
Bibliothèque nationale. Topographie d'Eure-et-Loir, V, a 27. 

il fit construire un hôpital avec chapelle au bout du parc, 

re de Philibert de TOrme, livre X, chap, XX. — Les plus excellents 
rance, par Ducerceau. 

^ basses nefs de l'église d'Anet, d'un style et d'un genre con- 



Digitized by 



Google 



— 283 — 

temporains de celui de Philibert de l'Orme, sont très probablement de lui 
ou de son frère, sinon de Tun des maîtres d'œuvre employés au château, 
en i556. — Il fit faire, au château de Limours, pour Diane de Poitiers, 
une grande salle dont la charpente était remarquable. 

Il entreprit des travaux importants à son abbaye d'Ivry dont il prit 
possession en 1548, et fit exécuter, pour Téglise, des stalles de bois ; sur 
la chaire abbatiale, se trouvaient ses armoiries ; les derniers bâtiments de 
Tabbaye ont brûlé en 1871 et les stalles avaient été détruites par les 
calvinistes en i563. 

Gallia Christiana, — Notice historique manuscrite sur Fabbaye (Tlvry par un 
religieux deceue maison : signalée par M. Mauduit. 

A Villers-Cotterets, vers 1548, il fit construire une chapelle (qui 
n'existe plus) à l'entrée de la forêt au devant de laquelle était un portique 
avec des colonnes qu'il nommait à la française et dont il devait donner 
les plans et les élévations dans son Architecture^ ce qu'il n'a pas fait. 
Elle est représentée dans les plans d'ensemble du parc, par Ducerceau, 
lequel explique qu'à Tépoque où il écrivait ( i Syô) elle s'en allait en ruines. 
Il a dû diriger des travaux dont nous n'avons pas le détail, au château qui 
était indiqué dans ses lettres patentes. 

Architecture de Philibert de TOrme, livre V, chap. XXÏV. — Les plus excellents 
bâtiments de France, par Ducerceau. 

En 1 549, il fut chargé, par Henri II de construire, à Paris, dos loge- 
ments pour les ouvriers et pour les officiers d'artillerie, des fourneaux, 
des moulins à poudre et deux grandes halles, l'une pour forger et pour 
fondre les canons et autres engins de guerre, l'autre pour les mettre à 
couvert, ce qui constitue un arsenal complet ; le 28 janvier 1 562, selon 
Sauvai, ou le 20 janvier 1 563, selon du Breul, le feu prit à quinze ou vingt 
milliers de poudre qui s'y trouvaient et, de sept moulins, quatre furent 
abattus ; le reste fut endommagé et les halles restèrent entièrement 
ruinées ; Charles IX fit rétablir les bâtiments. 

Du Breul : Antiquités de Paris p. 421 et 428. — Histoire et antiquités de la ville 
de Paris, par Sauvai, tome II, p. 33o. 

Par lettres patentes, données à Rouen le 1 1 octobre i55o, le château, 
ou plutôt le rendez-vous de chasse de la Muette (lisez : la Meute) du 



Digitized by 



Google 



— 284 — 

Lilogne près Paris, fut placé dans ses attributions ; nous n avons 

ication sur ce qu'il a pu y ordonner. 

e château de la Muette^ par le baron Olivier de Lavigerie, 1890. 

chargé, le 3i décembre i55o, des plans nécessaires pour la 
tion de la chapelle de Saint-Eloy ou des orfèvres, à Paris, 
de leur maison hospitalière; elle ne fut achevée qu'en i565 ou 
'en subsiste que quelques parties estropiées de la façade. 
ion de Paris, par Germain Brice, tome i, page 221. — Histoire de 
élibien, tome 1 1, page 93 1. — Description de Paris, par Piganiol de la 
1 1 , page 74. — La rue, la chapelle et la maison hospitalière des orfèvres^ 
Troche, page 16. — La Construction moderne, 2^ année, pages 149, 172 

métable de Montmorency lui fit construire, en i552, la porte 
Compiègne ; c'est un monument historique qui existe encore. 
irons de Paris, par A. Joanne, page 3oo. 

:ravaux du pont sur le Cher, avec galerie au-dessus, au 
! Chenonceau, pour Diane de Poitiers, ne paraissent avoir 
quen i555, bien que son frère Jean y fût venu dès le 7 janvier 
doute pour examiner les localités et permettre de préparer 
plusieurs maîtres-maçons se sont succédés : Pierre Hurlu, 
îblanc et Claude Lenfant (qui passèrent marché le 28 juillet 
ques Chanterel (employé, comme on a vu, au tombeau de 
^r, à Saint-Denis) et Jehan Norays, ou Noirays, de Baulîeu. 
à peine achevé, lorsqu'à la mort de Henri II, Catherine 
; revendiqua le château que Diane abandonna en échange du 
Chaumont-sur-Loire. * 

hives royales de Chenonceau, par Tabbé G. Chevalier, 1864. — Les plus 
îttments de France, par Ducerceau, lequel fournit un plan général, que 
rOrme aurait dressé pour Catherine de Médicis, d'une magnificence 
ouvait faire rivaliser Chenonceau avec les plus grands châteaux royaux, 
[ible, comme celui des Tuileries, issu de son imagination, plus que de 
et pratique du Lyonnais. 

amais parlé, dans ses livres d'architecture et dans son mémoire 

du château de Meudon et de sa grotte qu'il fit exécuter vers 

5ô, pour le cardinal de Lorraine et qu'on attribue à Serlio ou 

e lequel, en effet, a décoré la grotte. Il ne subsiste plus qu'un 



Digitized by 



Google 



— 285 — 

bâtiment des offices et d'écuries, ainsi que le mur qui soutient le ja 
réservé ; ce bâtiment avait son symétrique au droit du château, le 
fut démoli en même temps que celui-ci, en i8o3. Les fûts de colonne 
château ont été employés à Tare de triomphe du Carrousel. Le nou^ 
château, construit sur remplacement de la grotte par J. Hardouin ^ 
sart (voyez ce nom), a été détruit pendant la guerre franco-allema 
Vasari : Vie de Primatice, — Œuvres complètes de Bernard Palissy, publiée 
P. A. Gap, pages i38, 146 et 171. — biographie de de VOrme^ par Passeroi 
Gravure d'Israël Silvestredans la Topographie de Châtillon et la vue, dans l\ 
historique de Châtelain. — Bibliothèque Nationale, Topographie aux Estan 
V a, 59 bis. Vues : d'Aveline, Nicolas de Poilly, de Perelle, de J. Rigaud, ( 
grotte, par Jean Marot. — Ronsard iIIhEglogue. — LQ P. Rapin : Poème des Jar 
livre in. — Lettres écrites de Vendée y voyage en France. Manuscrit c 
Bibliothèque Nationale, fonds Saint-Germain n« 944. — Les antiquités de F 
par Pierre Bonfonset frère Jacques du Breul, page 425. — Mémoires intéres, 
pour servir à l'histoire de France, par Poncet de la Grave, tome IV. — Papier 
de Cotte (voir ce nom)aux Estampes de la Bibliothèque Nationale. — La Fr<i/ice^ 
tique et monumentale. Le château de Meudon^ par le vicomte de Grouchy, tome H 

Au château de Chambord, il continua Tescalier de Taile de Hem 
sans pouvoir Tachever, ainsi que le témoigne le mémoire des réparât 
présenté en i566, par le conseiller d'Etat Robertet, en y imitant Tai 
tecture de l'aile de François i*"", et fit achever la chapelle. 

Le Château de Chambord^ par de La Saussaye, éditions i858, j865 et 186 
Les résidences royales de la Loire, par Loiseleur. 

Au château de Madrid, dans le bois de Boulogne, vers i553,i 
terminer les quatre petits escaliers et les recouvrir en dôme; constr 
un, à vis de Saint-Gilles, ainsi que deux pavillons delà façade sur leb 
enfin compléter le bâtiment dont les charpentes, néanmoins, ne fu 
achevées qu'après iSSg, sous Primatice ; ce château n'existe plus a; 
été démoli en 1792 après une estimation faite par Callet père. 

VArchitecture Philibert de TOrme, livre IX, chapitre VII. — Son mén 
justificatif à la Bibliothèque Nationale. — Le premier volume Des plus exceï 
Bâtiments de France y par Ducerceau. — Sauvai. — Ménoires intéressants pour Si 
à r Histoire de France, par Poncet de la Grave, IV, page 3 1 9. —Callet, page 25 . — El 
d'Architecture en France dans le Magasin pittoresque. — Renaissance des Arts 
Cour de France, par de Laborde. — Comptes des Bâtiments du Roi, par le m( 
— Renaissance monumentale, de Berty. - Entretiens sur T Architecture, par Vie 
le- Duc. — Inventaire des Richesses d'art de la France, Archives des Monun 
français. — Deux planches de J. Marotte, à la Chalcographie du Louvre. — 



Digitized by 



Google 



— 286 — 

^ercllc. — Im Topographie de Châtillon. — Une vue 
;ravée par Née. — Vue gravée par J. de Boissieu. 

rebâtir son abbaye de Saint-Barthélémy (et non 
ui avait été déjà saccagée en i552 et complè- 
par ordre du gouverneur de la ville, pour mieux 
Ulemands et Ton plaça ses armoiries sur un 

[X, colonne 1 1 19. 

lença, en 1564, pour Catherine de Médicis, le 
les projets avaient dû être préparés à J'avance 
ue de Paris, était intendant des bâtiments ; 
, contrôleur général, et Marie de Pierrevive, 
y, qui avait acheté le château du Perron à Lyon 
aire du roi, dame du Perche et d'Armentières, 
lambre de la reine, était commise par elle à 
les marchés du bâtiment des Tuileries ; enfin 
ntilhomme servant de la reine, était préposé à 
, La première pierre du bastion du jardin fut 
de la ville ayant été reculée pour que le palais 
eur). On a une lettre, du 9 septembre iSôy, 
î Médicis, au sujet des tuyaux d'eau qui devaient 
loud au jardin, en traversant les fossés et un 
î de Pierrevive pour des peintures à la grande 
du pavillon Marsan, laquelle a servi plus tard 
\.ssemblée Législative, où se réfugia Louis XVI, 
é démolie que sous Napoléon I"", pour Touver- 
que Philibert de TOrme avait fait construire et 
:e rustique, qui fut décorée par Bernard Palissy 
: été dessinée par Philibert de TOrme, sur les 
'ierrevive, existait dans le jardin. Le palais a 
à la suite de la Commune, malgré une pétition 
entrale des architectes de Paris et de la Société 
e de Lyon, adressée, le 5 avril 1877, ^^^ grands 
ynaudl.Dcs débris sontentreposés dans le jardin 
ationale et spéciale des Beaux-Arts, à TEcole 
Lissées et au Musée de Cluny. Le bel escalier à 



Digitized by 



Google 



Iw^^^^wrT^' 



■— 287 — 

double révolution, avait été déjà détruit par Levau en 1664 et transformé 
en vestibule, lors de la modification de la partie centrale du palais et du 
pavillon central, avec petit dôme, où il se trouvait. 

Architecture de Philibert de TOrme, livre i*^'', chapitre VIII, livre VII, chapitre 
111 et livre VIII, chapitre X. — Le second volume Des plus excellents bâtiments de 
France, par Jacques-Androuet Ducerceau, folio 4, où se trouve un plan, lequel est 
certainement dû pour beaucoup à l'imagination de Tauteur et où il n^y a que la 
grande cour centrale qui provienne réellement des projets si sages de Tarchitectc 
lyonnais. — Antiquités de Paris^ par du Breul, page 429. — Histoire et antiquités de 
la ville de Paris^ par Sauvai, t. II, page 53. — Binet, dans la Biographie de 
Ronsard, — Minutes du notaire Yvert^ appartenant à M^^ Trépagnez, notaire à Paris, 
signalées par Jal. — Parchemins de la Bibliothèque nationale, supplément français 
1921. — Topographie du vieux Paris, par Berty, I, pages 257 à 259. — Mémoire 
historique et critique de F histoire de remplacement de Vancien hôtel de Soissons, 
par Terrasson, pages 828 à 329. — Œuvres de Bernard Palissy, par Cap, pages 171. 

— Destailleurs. - Archives de VArt français^ V, pages 20 à 29. — Les belles planches 
de Marot. — Les vues diverses du palais à la Topographie du département des 
Estampes de la Bibliothèque nationale. — Le Louvre et les Tuileries, par Bauchal. 

— Projet de restauration du palais isolé entre les deux grandes ailes, par Viollet-le-Duc, 
planches i et 2, par Sauvageot. dans le i^i" volume de la 2® série (1872), de VEncy- 
clopédie d* architecture, — Le Pavillon central restitué par Lassus, planche 58 du 
tome VII ne la nouvelle série du Moniteur des Architectes, — Dans la Revue d'Ar- 
chitecture^ de 1884, ^^^^ ^^ 1886, vues du Palais incendié et V Histoire de la cons^ 
truction des Tuileries, par L.-G. Bruyerre, avec planches. 

Vers la fin de sa carrière il se fit construire, à Paris, rue de la 
Cerisaie, 8, une petite maison dont il a fourni les dessins dans son 
Architecture et parle au livre VIII, chapitre XVII, pages 252 à 255 ; 
cette maison que nous avons encore pu voir et qui constituait une 
précieuse relique a été démolie pour l'ouverture du boulevard Henri IV. 

Notice historique sur la vie artistique et les ouvrages de quelques architectes 
français du XVI* siècle^ par Callet père, page 3o. — Nouvelles archives de VArt 
français, 2® série, tome i®*", page 78. 

Lorsque le chapitre de Notre-Dame de Paris, auquel il appartenait, 
ordonna certaines réparations à exécuter à la cathédrale, ce chapitre 
décida le 4 mai i568, qu'il en ferait le devis et il fit exécuter les travaux 
en 1569. 

Archives nationales, LL, 260. Registres capitulaires de Notre-Dame. 

Voici quelques travaux dirigés par lui dont on ne possède pas la 
date précise. Il remplaça, pour la couronne, une vieille bâtisse par un 



Digitized by 



Google 



— 288 — 

-lerie, deux pavillons et chapelle à Saint-Léger, dans la 

ibouillet et Montfort-l'Amaury. 

^,es du 3 avril i54?, — Mémoire justificatif de de TOrme. 

ivrir, avec une charpente de son invention, le jeu du 
u de Monceaux, appartenant à Catherine de Médicis 
it-être fait exécuter d'autres travaux puisque ce château 
1 i56i), construire les écuries des Tournelles à Paris, 
lâteaux de Folembray et de Goucy et commencer l'hôpital 
s-du-Haut-Pas à Paris. 
Ificatif, 

vre i^r, chapitre XV de son -4 rcA/Vec/i/re, les marbres 
t dans le périmètre des possessions de son abbaye de 
.ngers; il n'est pas expliqué qu'il y ait fait exécuter des 
ecela soit probable; il n'en reste aucune trace. 
Utede rabbaj^e par Dom Fournereau, copiée par M. Godard Faul- 
is la Revue des Sociétés savantes, 5^ série, tome II, page 372 ci 

té consulté pour les fortifications d'Angers, mais nos 
t pas abouti sur ce point. 

du avec complaisance, dans le livre X, chapitres XXIV et 
rchitecture, sur un projet de dortoir pour les religieuses 
à Paris, qu'Henri II voulait faire construire pour elles en 
e celui qui avait brûlé. Il en a fourni les plans et, on 
était de forme circulaire avec cellules tout autour ; 
re eût été éclairé, comme au Panthéon de Rome, par 
cée au sommet du dôme qui aurait recouvert l'édifice, 
tribués : Le mausolée de Guillaume du Bellay dans 
lie de Saint-Julien du Mans, 
ipiire de Philibert de POrme, par L. Charvet. 

la cour qui précédait l'église de Nogent-sur-Seine, 
iiverses vicissitudes, a fini par disparaître après avoir 
des Monuments français par A. Lenoir(tome III,p. i56). 
l de Saint-Nicolas des Champs, à Paris (Palustre). — 
encay. — Bâtiments ajoutés au château de Vallery 



Digitized by 



Google 



— 289 — 

(Yonne). — Façade sur cour du château de la famille d'Uzès, à 1 
(Divers auteurs) . — Le chœur de Téglise de Maffliers (Seine-et-( 
construit en i556 (Environs de Paris par Joanne), lequel ne sei 
pas du tout de sa manière. 

Il résulte du testament qu'il fit, le 21 décembre iSôg, qu'il a eu ( 
enfants naturels : Philibert et Charlotte, en faveur desquels il forr 
diverses dispositions ; ce testament, retrouvé par B. Fillon, a été pi 
dans les Archires de r Art français^ 2« série, tome II, avec des anr 
tions de A. de Montaiglon. 

Il a laissé, sous ce- titre : Instruction de Monsieur dlpry^ di 
l'Orme^ abbé de SaintSierge et c'est M^ architecteur du roy 
mémoire justificatif de ses fonctions après sa disgrâce en iSSg, adres 
un personnage qu'on croit être Eustache du Bellay, évêque de P 
cousin du cardinal Jehan, son premier protecteur. 

Bibliothèque Nationale^ portefeuille Fontette, coié XXXV, A, Bourg 
Généalogie, pages 204 à 206 bis, retrouvé par Le'opold Delisle, publié p 
Galette des Beaux-Arts, n^^ des i5 octobre et i«r novembre 1859, avec noiic( 
Berty. 

Publications : Nouvelles inventions povr bien bastiret à petits f\ 
trovvées ii'agueres par Philibert de VOnne^ Lyonnois^ archit 
conseiller et aulmonier ordinaire du feu roy Henry et abbé de Si 
Eloy-les-Noyon. A Paris. De r imprimerie de Fédéric Morelj 
Saint' Jean de Beaupais^ au Franc Meurier, M. D. L. X. I. ^ 
privilège du roy^ petit in-folio de 58 folios. 

Bibliothèque Nationale, réserve, n» 364. (Un exemplaire ayant appartenu 
Neaud, de Lyon, portait sur la reliure en parchemin dans le coin, en hau 
droite : Pour Monseigneur de Disymieu, seigneur du d, lieu et de Sainct-Be 
cette dédidace était de la main de de TOrme). 

Le premier tome de l'Architecture de Philibert de l'Orme^ conseï 
et aumosnier ordinaire du Roy et abbé de Sainct-Serge-les An g 
A Paris ^ che{ Fédéric Morel, rue Saint- Jean de Beau vais ^ ^^^7, 
privilège du Roy, In-folio. Achevé d'imprimer le XXIX c joui 
novembre iSôy, avec épitre dédicatoire à Madame Catherine R 
de France, mère du Roy très chrestien Charles IXe de ce nom. 

Bibliothèque nationale, v. 342. 

Le second tome n'a jamais été publié. De TOrme se plaign 

33 



Digitized by 



Google 



— -J90 — 

ise que lui avait occasionnée la g\ 
rs a des lenteurs qui ont ensuivi les 
t pas qu'il ait gravé lui-même ses 
ées sur le bois. 

orne de r Architecture de Philibert 
taire du Roy et abbé de S. Serge 
orel^ rue S. Jean de Beauvais. j 
ge du i5 septembre j56i). A 
7. 283 folios, plus un extrait du pri 

e feu Bresson. 

Philibert de TOrme est more en i 
premier tome en 1 576, chez Hieros 
jui n'est pas tombée sous nos yei 
imeur a publié le volume suivant. 
t à petits f rail trovvées naguèrespc 
ecte^ conseiller etaumosnier ordim 
y les Noyon. A Paris. De Vimpri. 
aume Cavellat, au Mont 5. HiU 
)édicace à Charles IX, datée de Pai 
llet recto : A Paris, de Timprim 
ime Cavellat. 1576. Petit in-folic 

1 Musée d'Art et d'Industrie de Lyon. 

•c? de Philibert de L'Orme^ con 
\oy et abbé de Sainct Serge 
t unie livres augmentée de deu 
les^ tant pour desseins quoni 
mention povr bien bastir et à petits^ 
et fnaistres juréi au dict art, j 
au Roy. A Paris, chei Regnavld 
de Florence. MDCXXVI. In- 
3nt : 10 Le portrait; 20 Après 1( 
2s; 30 Au livre VIII, une porte d 
jeries d'Anet ; 40 Folio 254, la ( 



Digitized by 



Google 



— 291 — 

d'Anet; 5» Au verso du folio 256, une composition d'architec 
6o Après le livre VIII, lo pièces sur trois feuilles; y** Au verso du 
266, un projet de phare ou de cheminée ; 8© Au verso du folio 2( 
temple de San-Pietro in Montorio. Les Nouvelles inventions form 
Xe et le Xle livre de cette édition. 

Bibliothèque du Palais des Beaux-Arts de Lyon. 

Architecture de Philibert de l'Orme, conseiller et aumt 
ordinaire du Roy et abbé de Sainct Serge les Angers. Œuvre e 
contenant unie livres^ augmentée de deux ; et autres figures non e 
veues^ tant pour desseins quornemens de maison. Avec une 
invention pour bien bastir et à petits /rai{. Très utile pour tous c 
tectes et Mai s très jurés au dit art^ usant de la Règle et Compas. A R 
che{ David Ferrand^ tenant sa Boutique au bout de la rue du Bec^ p 
Palais. MDCXLVIIL In-folio, 348 folios. Il n'y a de différence dans 
édition avec la précédente que dans le placement des gravures ajoi 
Bibliothèque de la ville de Lyon au Lycée provenant de la bibliothèqi 
Grands Carmes des Terreaux. 

L'œuvre comprenant le premier tome de l'Architecture c 
Nouvelles inventions a été reproduite en fac-similé^ par les pro 
Motteroz et publiée aux Librairies et Imprimeries réunies (Cata 
de 1895), par les soins de C. Nizet,*architecte du gouvernemen 
prix de 80 francs. 

Ses armoiries étaient : Un orme entre un croissant et une tour 
cette devise : de quid nimis. 

Notice historique manuscrite de Tabbaye d'Ivry [>ar un religieux de 
maison, signalée par M. Mauduit. 

Ou d'argent à un orme accompagné de deux tours de sir 
Cartulaire de C abbaye de Saint-^arthélemy de Noyon^ à la Biblioi 
Nationale, carton 284. 

De ses divers portraits, seul celui qui figure en tête de ses œ 
paraît authentique. — Série conservée à la collection Coste dî 
Bibliothèque de la ville de Lyon au Lycée no" 13,721 à i3,735 : Cr 
àTeau torte, sans nom d'auteur dirigé à droite. Gravé sur bois, pr 
gauche. Gravé au trait, sans nom d'auteur, dirigé à gauche dat 
ovale. N.pinxit^ Fandon^i/rejc., provenant de THistoire de France. 



Digitized by 



Google 



— 292 — 

lion rond, style à l'antique, Profil à gauche, H. L., 
sch. En pied, travaillant auprès d'une table. Deux 
ses œuvres. Dessin au crayon et au lavis, style à 
'auteur. Gravé sur bois, dirigé à gauche. En pied, 
dans la main, un compas dans l'autre, dessiné par 
Leclerc, tiré du Plutarque Français^ article signé, 
Imbart, provenant de la publication du Tombeau de 
nême. Deux ébauches gravées, sans nom d'auteur, 
*ofil à droite, dessiné et gravé par Baltard. — On a 
ures la reproduction du portrait des œuvres dans 
chapitre I^i', par L. Charvet et un bois, dans la 
rts de 1859. — Son soi disant portrait fut placé par 
on mausolée au Musée des Monuments français; il 
u Louvre, le 3 avril (817. — Médaillon, par Roland, 
îlui que Legrand et Molinos (voyez ce nom), archi- 
: Blés, de Paris, présentèrent à l'Académie de Lyon, 
, qui est déposé à la Bibliothèque de la ville de Lyon, 
issi à r Ecole des Beaux-Arts de Paris. — Médaillon 
echt qui accompagne à droite la porte d'entrée du 
Ecole des Beaux-Arts de Paris. — Buste en marbre, 
^ i836, dans une salle du Palais des Beaux-Arts de 
larbre, par C-xM. Degeorge, dans la fontaine de la 
Lyon (voyez André). — Un buste, dans le bas du 
ôtel de ville de Paris. — Sa statue en pierre, par 
figure, la troisième en venant du quai, sur la galerie 
lien et le pavillon Lesdiguières au nouveau Louvre, 
re, par G. Bonnet, lui fut élevée le ig mai i858, sur 
re, à l'entrée du passage de la maison, par Giniez 
ce de l'hôtel de ville de Lyon; elle a été descendue, 
lis état, le 16 juin 1879. — Les médaillon, jeton et 
:é Académique d'Architecture de Lyon. — Un des 
ons de la médaille de la Société des Amis des Arts 
;1, 1849. — A rhuile, par Jobbé Duval, à l'hôtel de 
toile est l'original de la tapisserie des Gobelins qui 
rie d'Apollon au Louvre. — P. Delaroche l'a placé 
ï l'Ecole des Beaux-Arts de Paris; JoannyChatigny, 



Digitized by 



Google 



— 293 — 

dans les Célébrités lyonnaises^ tableau au musée de Lyon, n© 36o et 
Louis-Edouard Fournier, parmi les Gloires lyonnaises^ tableau dans la 
salle du Conseil général du nouvel hôtel de la Préfecture du Rhône, à 
Lyon, par Louvier. 

Architecture ou art de bien bdtir, par Jehan Martin, 1547. — Bibliothèque 
Française^ de François Lacroix du Maine, Paris, 1584 (il cite comme louangeurs de 
Philibert de TOrme : Louis Le Roy, dit Regius et Antoine Nizauld, Nizaldus). — 
Bibliothèque Française, par Antoine du Verdier, Lyon, i585. — Félibien, 1669. — 
La Monnoye, 171 3. — Monaldini, 1768. — D'Argenville, 1787. — Biographie 
Michaud^ 181 1-1828. — Flacheron (Louis-Cécile), 1814 et le Rapport parCochard. 
— Passeron, i835. — Callet, 1843. — Biographie Didot, i852. — Les grands 
Architectes, par Berty, 1860. — Notice sur quelques artistes français, par Desiail- 
leurs, i863. — Dictionnaire critique de biographie et d Histoire, par Jal, 1867. — 
Dictitionnaire des architectes français, par Lance, 1872. — Notice sur un faux 
portrait de Philibert de VOrme, par Courajod, 1877. — Rabelais et les quatre 
premiers livres de « Pantagruel », dans la Revue Britannique, tome II, par 
G. d'Orcet, 1880. — Le premier chapitre de la Biographie de Philibert de rOrme, 
par L. Charvet, 1880. — Philibert de VOrme à Saint-Denis, par le même. — Phili^ 
bert de VOrme, par Marins Vachon, 1887. — Dezobry et Bachelet. — Beliier de la 
Chavignerie et Auvray. — Bauchal, etc., etc. 



P — 



PALHION ( ) fut voyfer de la ville de Lyon de 1 8 10 à 1 8 1 4. 

PALLOY (Pierre François), architecte, né à Paris vers 1754, est 
mort à Sceaux (Seine), le 19 janvier i835. Ayant fait partie des assié- 
geants de la Bastille, il en fit sculpter des réductions avec des pierres 
qui en provenaient, lesquelles furent envoyées dans tous les départe- 
ments où on les retrouve encore, soit dans les musées, soit dans les 
archives. Il présenta à TAssemblée nationale un projet d'une colonne 
à ériger sur la place de la Bastille et demanda en même temps la conces- 
sion d'un terrain sur cette place comme récompense de son patriotisme ; 
la loi du 27 juillet 1792, lui accorda ces deux demandes auxquelles il ne 
fut donné aucune suite. 

Tombeau de Chrétien^ né à Paris ^ décédé dans ses terres ^àCondrieu^ 
le 2 juillet 1822 (avec des vers) son cousin et neveu P. F. Palloy, archi- 
tecte ; Rousset sculpteur. — 11 a fait des vers en l'honneur de Napoléon, 



Digitized by 



Google 




— 294 — 

, des alliés et enfin de la reine Amélie, sollicitant, comme 
Bastille, une pension de 5oo fr. qu'il obtint. 

havignerie et Auvray. — Collection Coste à la Bibliothèque de 
Lycée. 

[ilaire-Narcisse), architecte mort en 1888, entra à 
nière provisoire en 1827, où il obtint diverses médailles 
prix d'architecture en i83i, puis se rendit à Paris et 
les Beaux-Arts ; il y fut admis en loge dans le concours 
lome. — La liste de ses travaux d'architecture, ne nous 
— Il fut admis, le i er juillet 
:é académique d'Architec- 
nt il devint membre hono- 
1 y a lu, le 7 juin 1847, ^" 
pied d'aile, mémoire qui. 
uence la première organisation du comité du contentieux 
lagnie et, dans ses archives, on conserve le dessin d'un 
maison rue Longue ^ 19, à Lyon^ plans, et détails, 1848. 
'Courtes réflexions sur un projet cf église sur la place 
\îars^ à Perrache. Lyon, Perrin, 1839. 

Compte rendu des travaux de la Société pendant les années 
XXXVI du tome I^ des Annales de la Société académique 
Ijron. 

Claude), maître d'œuvre de maçonnerie à Lyon, eut 
ortifications de Lyon, vers Saint-Sébastien, le 20 mai 
uard Grand). 

unbert), voyer de la ville de Lyon, fut nommé en ce 
re 1 53 1 , après la mort d'Edouard Grand (voyez ce nom), 
les fortifications; il fut remplacé, le 14 août 1544, P^^ 
îud (voyez ce nom). Il fut chargé avant sa nomination de 
s: en 1529, pour des affaires d'acquisition de blés; de 
r des recettes d'impôts. — Il surveilla les travaux des 
•pital de Saint-Laurent que fit faire Thomassin Gadagne 
Salvator Salvatori (voyez ce nom). Les Archives de Lyon 



Digitized by 



Google 



— 295 — 

(série AA, 28) conservent une série de lettres à lui écrites par le 
maréchal de Saint-André, au sujet des fortifications de Lyon; il en est 
une du 19 juin 1544. 

Archives de la ville de Lyon» Registres consulaire^ B. B. 47, 5i, 52, 54, 59, 
61, 66, 6-^^ 78, 88, 96, 98, 99 et 100 ; série CC 270. — Communication par F. 
Rolle. 

PASCAL (Pierre- Julien), né le 11 mai 1812 a Saint-Chamond 
(Loire), est mort à Ecully, le 3ï octobre 1869. D'abord destiné au com- 
merce il lui préféra l'architecture et entra, en i832, chez Aguettant 
(voyez ce nom) dont il se sépara en 1 840. 

Travaux d'architecture : châteaux de Fareins près Montmerle ; de 
Montbressieux près Rive-de-Gier ; de Montcelar; de Layes-sur-Saint- 
Maurice; de Figon, près Montfaucon. — Réparation ou reconstruction 
du château de Long-Giront, près Saint-Etienne ; de Montchoisy, chez 
M. Dugas de la Gatonnière ; de M. Audra, à Charbonnières ; deRozière, 
à Graponne ; Desgrand, à Charbonnières ; de Verna, à Grémieux; de 
Fonbleins,à Savignieux ; de Neuville-sur-Saône; de M . Meyer, près Tlle- 
Barbe ; de M. du Villars, à la Tour d'Aurec ; de celui, avec chapelle, de 
Chale près Saint-Ghamond. — Construction des églises de Saint-Joseph, 
près Rive-de-Gier; de Saint-Martin-la-Plaine ; de Saint-Maurice. — 
Réparation ou reconstruction des églises de Saint Fortunat ; de Rau- 
coules près Montfaucon ; de \à chapelle des Pénitents, à Saint-Ghamond 
(voyez Mansart). — Construction des maisons Rambaud et Turpault 
quai Fulchiron ; Chenel, rue Centrale^ rue Port-Charlet et rue de 
THôtel de Ville; Venet, rue de THôtel-de-Ville, rue Saint-Joseph, 8, et 
rue Sainte-Hélène, 1 1 ; de Fraix, quai de la Charité, 3o ; Douenne, quai 
Tilsitt, 26 ; Chambeyron,quai Saint-Antoine et avenue de Noailles ; 
deux, rue Grenette ; trois, quai de la Charité, près de la Manufacture des 
Tabacs; Finaz, à Tangle des rues Bourbon et Jarente. — Réparation du 
collège, de la mairie et de Thospice de Saint-Chamond ; usine de 
M. Thiollière ; maison d'école à Montellier. — En i85o il eut l'idée, 
réalisée depuis, du canal Saint-Louis du Rhône ; il fit des explorations 
et des plans à cet égard lesquels n'aboutirent pas. — 11 fut admis, le 
3 janvier i852, comme membre de la Société académique d'Architecture 
de Lyon. 



Digitized by 



Google 



— 296 — 

Compte rendu des travaux de la Société académique d'Architecture de Lyon, 
^ant les années 1869 et 1870, par L. Charvet, Lyon, L. Perrin, 1871, p. 6. 

PASCALON (François), architecte, né à Lyon le 2 juillet i8o3 

iprès la notice il serait né le 2 messidor an II, qui correspondrait au 

Liin 1794 ; s'il s'agit de Tan XI ce serait le 21 juin i8o3), est mort le 

îvrier 1860. Il débuta chez Piraud, se rendit, vers 1828, àParisà 

:lier Blouet où il resta deux ans, après avoir concouru avec succès à 

oie des Beaux-Arts ; revenu à Lyon, il entra chez Jacques Farfouillon. 

Travaux d'architecture : parmi diverses niaisons à Lyon, celle place 

3zan, sur l'ancien emplacement de la maison Milanais; la maison 

ard,ruedu Bât-d'Argent, 7, et celles quai du Bon-Rencontre, 1 1, et rue 

ériale, 60. Il construisit les églises de Monplaisir et, par suite d'un 

:ours, de Saint-Eucher, cours d'Herbou ville, à Lyon, terminée plus 

1 par Forest (voyez ce nom). — Admis à la Société académique 

rchitecture de Lyon le 1 1 décembre 1841. 

Notice biographique sur François Pascalon^ architecte, par Henri Feuga,Lyon, 
in, 1861. 

PASCALON (Paul), architecte, né à Lyon le 23 décembre i838, 
e de l'Ecole des Beaux-Arts de Lyon sous Chenavard, de Benoît à 
m et de Manguin à Paris, a obtenu le deuxième prix dans le concours 
nulation ouvert par la Société académique d'Architecture de Lyon 
i866(^une Faculté de Médecine à construire à Lyon sur les terrains 
juai du Prince-Impérial). 

Salon de 1 869 : Projet d'Ecole de Médecine pour la pille de Lyon ; 
tre dessins, plans, élévation et coupe longitudinale. 

Architecte en chef des Hospices civils de Lyon depuis 1879; delà 
idition des Soies depuis i883. Membre du Conseil des Bâtiments 
Is du Rhône depuis 1882. Membre du Jury annuel de l'École des 
LUx-Arts et des Ecoles municipales de dessin de la ville de Lyon, de la 
nmission des Théâtres, de la Commission des règlements de voirie, 
mbre de la Commission de patronage de l'Exposition universelle de 
)n en 1894. A fait partie du Jury pour les concours ouverts pour 
iploi d'Architecte du département du Rhône en 1 883, pour la construc- 
i de rhôtel de préfecture de Saint-Etienne et pour le Lycée de jeunes 
s à Lyon en 1898. 



Digitized by 



Google 



— 297 — 

A Lyon, rue du Garet, 14. 

A obtenu le second prix, avec André, en 1877, pour l'exécution des 
deux fontaines monumentales de la place de la République et de la place 
des Jacobins (Le premier prix ne fut pas décerné et André fit la fontaine 
de la place des Jacobins). 

Travaux d'architecture : Achèvement du grand Hôtel-Dieu de 
Lyon, en 1895 et de l'Hospice du Perron à Pierre-Bénite en 1898; 
hôpital maritime avec chapelle, de Giens (Var) ; hôpital d'isolement pour 
les varioleux à la Croix-Rousse. Comme architecte de la classe XXXIII, 
à l'Exposition universelle de Paris, en 1889, l'agencement et la déco- 
ration de cette classe, la porte monumentale dans la galerie de trente 
mètres et un pavillon isolé. Casino et théâtre de l'établissement thermal 
d'Uriage (Isère). Hôtels, maisons et villas divers à Lyon et à Avignon, 
etc. Réorganisation et reconstruction partielle de la Condition des 
Soies de Lyon. 

Admis, le 7 juillet 1870, à la Société académique d'Architecture de 
Lyon, il y a été secrétaire en ï88i et 1882, vice-président en 1887 et 
1888, et président en 1895 à 1896. 

Membre de la Société centrale des Architectes français depuis 1892. 
Membre de l'Association provinciale des Architectes français et de la 
Caisse de défense. — Compte rendu des travaux de la Société académique 
d Architecture de Lyon pendant les années i88i et 1S82, dans les 
Annales de cette Société, tome VII, page LXIII ; et, dans ses archives : 
L entrée dune galerie de peinture. — Discours à la distribution annuelle 
des récompenses aux lauréats de la Société académique d Architectes 
de Lyon et aux contremaîtres et ouvriers du Bâtiment. — 1895 : Discours 
sur la tombe de C. Echernier. — 1896 : Discours sur la tombe de G. 
André. 

A obtenu la grande médaille de l'architecture privée de la Société 
centrale des Architectes français en 1893. 

PELLEGRINI (Charles-Bernard), architecte, né le 7 septembre 
1819 à Yenne (Savoie), est mort à Chambéry le 16 décembre 1864. Entré 
à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris en 1839 (où il obtint une médaille de 
2« classe, et de i^e classe en 1847) \ ^^ fit partie de l'atelier Lebas et Caristie 
où il se lia avec Charles Garnier ; il revint à Chambéry en 1848, époque 

34 



Digitized by 



Google 



— 298 -- 

int,au concours, Texécution du Casino d'Aix-les-Bains (voyez 
). Il fut nommé architecte de la ville d'Aix-les-Bains et de l'Eta- 
nt thermal et, en 1860, architecte de la ville de Ghambéry, 
> dans lesquelles il est mort. 

vaux d'architecture : A Aix-les-Bains : le Casino, restauration 
î et réfection de l'Etablissement thermal et le Grand Hôtel. — 
oz (2 kilom. d'Aix-les-Bains) : l'Etablissement thermal. — A 
ry : portail de l'hôtel Costa de Beauregard ; Fhôtel d'Alexandry 
i de ville, qu'il ne put achever -^ le marché couvert ; la chapelle 
rs de Saint-Joseph et le piédestal du monument Favre ; commen- 
de la reconstruction du théâtre (voyez Revel). — Eglise de 
ellecombette (Savoie). — Il fut admis comme membre corres^ 
de la Société. académique d'Architecture de Lyon le 2 juillet 
îmbre de la Société centrale des Architectes français. 

îignements communiqués par M. J. Daisay, artiste peintre de Chambéry, 
générale de V Architecture et des Travaux publics de i865, page 235. 

ÎIX ( ) fils, architecte, est cité à ce titre dans les 

:hs de Lyon de 1789 à 1800. 

:llin dans le tome IX, page LXXVI des Annales de la Société académique 
ture de Lyon. 

EICIER (Charles), architecte, né à Paris le 22 aoilt 1764, y est 
i septembre i838 (voir Fontaine). Il entra dans l'atelier d'An- 
ançois Peyre, où Fontaine fut admis peu après et avec lequel il 
seulement, il passa ensuite dans celui de Gisors. En 1783, il 
\ deuxième grand prix (une Ménagerie) ; en 1786, le premier 
■ix (un Palais pour la réunion des Académies), puis partit pour 
ù il trouva Fontaine qui, bien que n'ayant obtenu que le second 
785, avait obtenu une pension à l'Académie de France à Rome. 
i 1793 : deux dessins même numéro : Vue de la grande place 
nce (en collaboration avec P'ontaine) ; Vue du temple de la Paix 
; Lejond d'une place à la manière des anciens ; Un intérieur 
e meubles^ aquarelles. — Salon de 1795 : Ruines d' architecture \ 
5 ouvrages en collaboration avec Fontaine. — Salon de 1796 * 
*ur d'un muséum ; Fragments d'architecture de Rome (actuelle- 



Digitized by 



Google 




— 299 — 

ment à TEcole nationale et spéciale des Beaux-Arts de Paris) ; Intérieur 
colorié dans le goût des peintures antiques de Pompéi. — Salon de 1798: 
Intérieur d'un monument consacré aux arts dans le genre de ceux élevés 
pendant le XV P siècle (qui se trouve actuellement au Louvre, n^ I236) ; 
Intérieur dune fabrique italienne ; Intérieur d'un palais romain; Vue 
d'une porte de jardin italien. — Il faut remarquer ici que, de 1801 à 1814, 
les fonctions de Percier se confondent avec celles de Fontaine. Nommé, 
en 1 801, en remplacement de Lecomte, architecte du Premier Consul, 
puis de rEmpereur,en 1807 jusqu'en 18 14. — Membre honoraire du 
Conseil général des Bâtiments civils en i83i. — A son retour d'Italie, 
il fit des dessins de meubles et composa des 
décors de théâtre, travail dans lequel il col- 
labora avec Fontaine à son retour de Lon- 
dres, ainsi qu'à la décoration de la salle du Conseil des Cinq-Cents aux 
Tuileries et à celle de Thôtel de M . de Chauvelin. — Restaura les châteaux 
de la Malmaison, Saint-Cloud, Versailles, Compiègne, Laeken, Anvers, 
Brulh, Mayence, Strasbourg, Rome, Florence, Venise^ du Louvre (dont le 
bel escalier du musée terminé vers 1 809, détruit sous Napoléon III, et ceux 
delà façade vers Saint-Germain rAuxerrois),desTuileries dont la galerie 
nord qui subsiste encore le long de la rue de Rivoli qui fut ouverte à cette 
époque. Il fit exécuter Tare de triomphe du Carrousel (1806- 1807) et la 
fontaine de Desaix, place Dauphine (qui leur valut le prix décennal de 
1810). Il dirigea toutes les fêtes de TEmpire dont celles du Sacre, de la 
distribution des Aigles et du mariage avec Marie-Louise. Il prépara un 
projet de palais pour le roi de Rome sur les hauteurs de Chaillot, auquel 
on commença à travailler, mais qui fut abandonné. Les attiques des nou- 
velles façades de la place Bellecour à Lyon devaient être décorées de 
bas-reliefs de la composition de Percier et de Lemot ; mais le travail ne 
put s'opérer faute d'épaisseur de pierre suffisante et les ouvriers envoyés 
avec les modèles furent employés à sculpter les deux figures de Mercure 
et de Minerve qui étaient placées en bas-relief à droite et à gauche de 
la fenêtre du premier étage au-dessus de l'entrée du Palais des Arts. Ce 
fut lui qui, avec Quatremère de Quincy et Boscary de Villeplaine, fit la 
réception, à Paris, le 16 septembre 1825, de la statue en bronze de 
Louis XIV, par Lemot, destinée à la place Bellecour de Lyon. Il donna 
les dessins du tombeau de la comtesse d'Albany, morte en 1824, placé 



Digitized by 



Google 



— 300 — 

fglise de Santa-Croce à Florence. — Membre de Tlnstitut, le 
er i8i I. — Le musée des dessins du Louvre (n* I235) conserve, 
ieriun grand dessin d'après huit bas-reliefs en bronze d'Andréa 
eprésentant : Maladie de Jérôme délia Torre ; Sacrifice à Escu- 
tort de Jérôme délia Torre \ Funérailles ; Les Bords du Styx', 
délia Torre professant la médecine à Vérone ; Les Champs-Ely- 
i Renommée, — Il a dessiné et gravé un très grand nombre de 
s du recueil dit : Musée des Monuments Français, etc. , d' A. Lenoir. 
blications : La restauration de la colonne Trajane^ 1788, publiée 
s de TEtat. En collaboration avec Fontaine : Palais, maisons et 
édifices modernes, dessinés à Rome, publiés à Paris 1 798-1830, 
i-folio de 75 planches. — Recueil de décorations exécutées dans 
de Notre-Dame et au Champde-Mars^ Paris, 1807, i vol. grand 
— Choix des plus célèbres maisons de plaisance de Rome et de ses 
5,1809 ^ i8i2,grand in-folio, 65 planches. — Descriptions des fêtes 
tonies qui ont eu lieu pour le mariage de S. M. F Empereur avec 
uchesse Marie-Louise^ Paris, 1810, in-folio. — Recueil de décora- 
térieures comprenant tout ce qui a rapport à l'ameublement, etc, 
812,48 planches. — Résidences des souverains de France, d'Aile- 
de Suède, de Russie, d'Espagne et d'Italie^ Paris, i833, in-40avec 
38 planches. — Ensuite seul : Sacre de l'Empereur Napoléon 
^lise Notre-Dame^ le dimanche 2 décembre 1804, Paris, 1814, 
i-folio (anonyme et non mis dans le commerce, inscriptions par 
adel). — Il a fourni avec L.-P. Baltard des dessins pour le 
: La galerie de la Reine dite de Diane à Fontainebleau, peinte 
broise Dubois, publié plus tard par E. Gatteaux et V. Baltard, 
éditions de V Horace et de La Fontaine imprimées au Louvre par 
>t et du frontispice de la Kenriade imprimée par F. Didot. — 
lui : Son buste en marbre par Petitot (1839), dans la salle de la 
èque de TEcole nationale et spéciale des Beaux-Arts de Paris; 
laillon en bronze par David d'Angers (i835) ; une gravure 
1 par A. Testa ; un médaillon en bronze par Domard ; au Louvre, 
5 en marbre par Pradier (lequel est aussi en plâtre à Versailles 
), ainsi que son portrait peint de souvenir par Blondel (Merry- 
, n** 3oi5, lequel a été exposé au Salon de 1839. ^- Chevalier de 
Dn d'honneur en 1810 et officier en 1827. 



Digitized by 



Google 



— 301 — 

Comptes rendus de r Académie d'' Architecture. Discours de M. Raoul Rochette, 
de M. Bahard sur l'Ecole de Percier. — Almanachs du bâtiment , — Mémoires anecdo^ 
tiques de Bausset 1828-1829. — Bellier de la Ghavignerieet Auvray. — Archives 
historiques et artistiques du département du Rhône ^ VI, page 237. — Notice sur 
Fontaine par F.Halévy. — Itinéraire de Guilhermy. — Lance. — Notice des dessins^ 
etc., du Musée national du Louvre par F. Reiset, pages 169 à 171 et SqS à 397. 

PERENGIOL (Jean-Antoine), architecte, de i8o3 à i8o5, de la 
ville de Lyon au moment où il y en avait trois (lui pour le Nord, Marion 
(voyez ce nom) pour le Midi et Loyer et Louis-Cécile Flacheron (voyez 
ces noms) pour TOuest. — Architecte de THospice de la Charité. Fit la 
déclaration, le 21 janvier 18 12, de la mort de Pierre Cogell. — Membre 
du Jury du concours en 1 818 et, en i834, de TEcoledes Beaux-Arts et en 
i833 de celui de récole La Martinière. A figuré sur les Almanachs de 
Lyon jusqu'en i838 époque où, par testament du 22 juillet, il légua 
26.000 francs au Dépôt de Mendicité. 

PERRACHE (Antoine-Michel), statuaire et ingénieur (Seigneur 
de nie de Moignat, selon son acte de décès), né le 23 novembre 1726, est 
mort à Lyon le 12 octobre 1779 (Registres de Téglise d'Ainay). Il était 
fils de Michel, statuaire également, né le 11 juillet 1686 et mort le 
3i décembre 1750. Leurs armoiries sont : Ecartelé au i et 4 cTaïur à la 
grue d'argent, au 2^ et 3« (T or â une guivre tortillée en pal d'argent^ au 
chef de gueules. — Il fit: Un médaillon dans l'église de Saint-Thomas 
de Fourvière ; 1752: un groupe représentant saint François de Sales 
avec sainte Chantai dans Téglisedu couvent de la Visitation à T Antiquaille ; 
1755 : travaux de décoration, bas-reliefs groupes d'enfants pour la salle de 
spectacles de Soufflot (voyez ce nom) ; 1756 : la statue de la Sainte Vierge 
au couvent du Verbe-Incarné; les statues de l'Europe et de l'Asie à la 
nouvelle Loge au Change ; le monument d'un intendant de Lyon à l'église 
d'Ainay et la statue de sainte Barbe à Téglise des Cordeliers de Saint- 
Bonaventure ; 1760 : fontaines sur la place des Jacobins et rue Grenette ; 
tous ces ouvrages n'existent plus ; 1759 : maison du passage dit Pazzi, 
rue Écorchebœuf ; en 1764, il fit le mausolée à la mémoire de Jean- 
Pierre Giraud, dans l'église de la Charité et Tépitaphe de Mathieu 
Chabert dans la même église. On lui doit également les fonds baptismaux 
de l'église Saint-Nizier de Lyon, ainsi que le rétable de la chapelle de la 



Digitized by 



Google 



— 302 — 

îrge où est placée la statue de la Sainte Vierge de Coysevox qui 
ravant à Tangle de la rue Sirène et de la rue du Bât-d'Argent. 
65, il faisait des propositions pour le remblai de la presqu'île 
son nom ; les travaux ne commencèrent qu'en 1770 et ce ne fut 
janvier 1777 qu'il fut autorisé à démolir les remparts d'Ainay 
aient la ville des travaux. Il fut membre de l'Académie des 
Belles- Lettres et Arts de Lyon qui conserve de lui : Ducaractère 
ration propre aux églises, et, /77c?, Constructions utiles à faire 



res consulaires de la ville de Lyon^ BB 822, 325, 327, 329, 33 1, 338, 
343, 345 et 366. — A la collection Coste de la ville de Lyon au Lycée, 
j3y divers plans gravés ou manuscrits de la presqu'île de 1772, 1775 et 
perspective de r agrandissement de la partie méridionale de la ville de 
iée à Monsieur y frère du roi^ 17761 J-'B, Lallemand pinxit, Gautier 
ilpsit, — Expilly. — Petite chronique lyonnaise, par Morel de Voleine. 
yonnais. Nouvelle se'rie. Tome IV, page 423. — Archives de la ville de 
i32. — Archives de la Charité. B. 228 et E 83. — Biographie univer- 
}uide, de Cochard, p. 56o. — Grands Cordeliers, par Pavy, p. 144. — 
de Steyert. — Archives du département du Rhône, portefeuille C 97, 98, 
— Inventaire des richesses d'art de la France. Hospice de la Charité de 
L. Charvet. — Bibliothèque du Palais des Beaux-Arts de Lyon pour son 



IRÉAL, dit DE PARIS (Jehsfh), peintre et dessinateur d'ar- 
B, mort vers i528. Il fut peintre en titre (valet de chambre et 
n)des rois et reines de France depuis 1495 environ, jusquen 
1487, fourrier de la maison de Beaujeu (depuis duc de Bourbon); 
valet de chambre et peintre ordinaire de Marguerite d'Autriche; 
I, contrôleur des ouvrages de réparations et des fortifications de 
ie Lyon (commis- 
"oi de ces dernières 
îs patentes royales 
et 1526) jusqu'à sa 

3rations de fêtes, 

funérailles, etc. : 1483 : préparatifs pour le passage, à 

u religieux minime François de Paule. — 1485 : travaux 

s pour rentrée, à Lyon, de l'archevêque de Bourbon et, 




Digitized by 



Google 



._ 303 -- 

en 1589, pour celle du duc de Savoie. — 1490 : préparatifs 
décors pour l'entrée, à Lyon, du roi Charles VIII. — 1494 : décors p 
l'entrée solennelle, à Lyon, d'Anne de Bretagne. — 1499 : décors p 
l'entrée, à Lyon, du roi Louis XII.— i5o3 : projets pour l'entrée, à L) 
de Tarchiduc Philippe, fils de Maximilien. — i5o6 : préparatifs pot 
deuxième entrée solennelle de Louis XII, à Lyon, puis à Bourg 
Bresse. — 1514: dirige les funérailles d'Anne de Bretagne, à Bl< 
assiste au deuxième mariage de Louis XII et dirige les couturiers 
accommodent à la mode de France la toilette de la nouvelle reine, M 
d'Angleterre. — i5i5 : décors des funérailles de Louis XII, à Pa 
dirige les préparatifs de Tentrée, à Lyon, du connétable de Bourbon 
l'entrée de François V% et, en i5i6, de la reine Claude. — i5i8 : pn 
ratîfs pour l'entrée, à Lyon, du duc d'Urbin, qui ne furent pas emplo 
Avis et dessins d'architecture et de voirie: 1493: étudie avec 
commission la construction de l'hôpital de St-Eloi, à Lyon. — 14 
relevé de la colline de St-Sébastien, à Lyon, dans le but d'y élever 
fortifications. — 1499 : alignements pour les quais de la Saôneà Lyor 
i5o2 : tombeau du duc de Bretagne, à Nantes. — i5o5 : prix fait 
couvent de Brou, à Bourg-en-Bresse. — i5o9 : avis pour le pont 
Rhône, à Lyon, dessins pour l'église et des tombeaux de Brou jusq 
i5i2. — i5i5 (attribution) : tombeau de Louis XII, à St-Denis 
i5i7 : dessins pour quelques constructions à l'hôpital du pont du Rh( 
à Lyon. — 1524 : travaux de fortifications à Lyon. 

Ouvrages de peinture : i486 : bannière pour l'église de St-Nizie 
Lyon; 1491 : peinture d'armoiries à la porte de Bourgneuf et à une 
du pont de la Saône, à Lyon ; tableau allégorique du mariage de Chc 
VIII, avec Anne de Bretagne (au Louvre, attribution) ; triptyqu« 
Moulins (attribution). — 1496 : signataire des statuts des peini 
verriers et tailleurs d'images, à Lyon, approuvés par le roi. — i! 
dessin d'un enfant monstrueux, à Milan. — t5i5 : envoyé en Anglete 
par le roi Louis XII, pour faire le portrait de la princesse Marie, s 
du roi. — Illustrations pour divers ouvrages. 

Jehan Lemaire. — Cornélius-Agrippa de Nettesheim. — Marot. — J 
d'Auton. — De Colonia. — Rousselet. — Péricaud et Bréghot du Lut. — Puv 
Dufay. — Fillon. — Relie. — Baux. — Renouvier. — De Laborde. — Guépi 
Le Glay. — Didron et Grand-Maison. — Dupasquier. — Duplessis. — Jal. - 



Digitized by 



Google 



— 304 — 

Montaiglon. — Charvet. — Bancel. — Dehaisnes. — Bauchal. — 
Duchot. — Archives de VAin, de Lyon et du Nord. — Archives 
. de Maulde La Clavière, 1896. 



\E (Jean-Pierre), architecte, mentionné dans les Alma- 
1, de 1760 à 1763. 

' (Claude), architecte. Après avoir, en 1 701, transporté, de 
Ltienne et Jean Aynez (voyez ces noms), depuis le port du 
l'à rhôtel Mascranny, à Bellecour, la statue équestre en 
Liis XIV, fondue à Paris par Desjardins (Martin van den 
irès les indications de J.-H. Mansart et de la Cotte (voyez 
onçut la machine qui servit à élever et à placer cette statue 
, dont il eut l'entreprise avec Etienne Fahy (voyez ce nom) 
re 17 13. La statue fut posée le 27 décembre et découverte 
; elle a été renversée le 28 août 1792. Il entreprit avec 
e (voyez ce nom) et Pierre Hodet (voyez ce nom), en 1701 
jrélévation de la façade de Thôtel de ville de Lyon, d'après 
J.-H. Mansart (voyez ce nom). Il avait passé un marché, 
la décoration de la grande salle de Thôtel de ville de Lyon, 
lié en 1717. En 1726 (26 décembre), il fit construire le 
e (dont un dessin par Tisseur (voyez ce nom) est conservé 
f^es de la Société académique d'Architecture de Lyon), et 
l'ancien grand séminaire de Saint-Irénée, lesquels ont été 
)6 et remplacés par un square et, en 1782, les boutiques le 
e des Cordeliers. — Une pension viagère de 200 livres lui 
iéepar l'administration municipale de Lyon pour l'invention 
dont le dessin nous a été conservé : Dessin géométral de la 
servi pour l érection et le placement de la statue du roy sur 
n piédestal dans la ville de Lyon au milieu de la place 
d^ laquelle machine a été inventée et misé en modèle par 
xhitecte. Dessiné par G. Grandon^ gravé par Antoine 



la ville de Lyon^ Registres consulaires BB, 274, 275 et 279. — 
îi5, tome IV, page 362. — Catalogue des manuscrits de la Biblio^ 
par Delandine, tome II, page 235. 



Digitized by 



Google 




— 805 — 

PERRET DE LA MENUE (Claude-Emile), architecte et écri- 
vain, né à S^int-Symphorien-sur-Coise (Rhône) le 21 juillet 1810, est 
mort le 23 mai 1889 (il était fils de Jean-Mathieu-Emile Perret, chevalier 
et ex-capitaine d'artillerie de la garde impériale et de Catherine Elisa- 
beth-PhiliberteClérimbert). Il entra àTEcole des Beaux-Arts de Lyon, 
sous Chenavard, où il obtint diverses récompenses en i835 et en i836. 
De 1837 à 1841 il travailla à Paris dans Tatelier Duban et fut attaché, en 
1845, comme architecte adjoint, aux bureaux de l'architecte en chef 
des Hospices de Lyon, Hugues-François Dubuisson de Christot (voyez ce 
nom) qu'il remplaça à ce titre en 1870 ; il conserva ses fonctions jusqu'en 
1879. — En outre de la part pré- ^^----\ 
pondérante qu'il eut dans les tra- X ^'fjit^^:r'£tJ,^^4^^ 

vaux d'architecture de l'administra- — ^^ ' 

tion des Hospices, tels que la con- 
struction de la grande maison à 
l'angle des rues d'Algérie et de 
Sainte-Catherine en l'emplacement de l'ancien Hôtel du Parc et les 
restaurations des hospices de Sainte Eugénie et du Perron, il en dirigea 
d'importants à son compte pour MM. Caquet d'Avaize, Monterrad, 
Galtier, Favier, Olivier, de la Verpillière, Vespres, Bruneau des Gaul- 
tières. Périsse aux Etroits, de la Perrière à la Mulatière. — En 1847, 
l'église de Saint-Martin-Lestra. — En association avec Bizot (voyez ce 
nom), dans le Rhône, l'église de Pomeys (1861), et dans l'Ain, à Gex, 
l'église (1864), le collège (1867- 1868) et l'hôtel de Ville (1868- 1869). — 
L'hôpital de la même ville est de lui seul. — Il fut membre de la Société 
littéraire, historique et archéologique de Lyon dont il a été le président 
en 1869. — Admis, le 3 janvier i852, comme membre de la Société acadé- 
mique d'Architecture de Lyon, il en a été archiviste de i853 à 1854, secré- 
taire de 1857 a i858 et vice-président de i863 à i863. — En 1878, il fut 
admis comme membre de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts 
de Lyon en remplacement de Martin-Daussigny. 

Publications : Recherches sur les armoiries placées au-dessus de la 
porte principale de F Hospice de l'Antiquaille et découvertes dans le mois 
de mai 1854, notice présentée à la Société académique d Architecture 
de Lyon^ le 'j février 1857. Lyon, Perrin i858. — Compte rendu des 
travaux de la Société académique d Archikcture de Lyon^ pendant les 

35 



Digitized by 



Google 



— 306 — 
58. Lyon, Vingtrinier, iSSg. — Recherches historiques 
and Hôtel-Dieu de Lyon, Lyon, Vingtrinier, iSSg. — 
Hques sur F ancienne boucherie de l Hôpital de Lyon. 
5o. — Eloge de Bernard Seiti^ architecte. Lyon, Perrin, 

du pont de la Guillotière^ 1862. — Ferdinand Delà- 
'à Lyon. Lyon, Vingtrinier, 1864. — Les girouettes che{ 
modernes^ 1864. — Marsollier des Vipetières, 1866. — 
• che{ les anciens et che{ les modernes et particulière- 
Ile de Lyon^ 1868. — Recherches historiques sur le 
n à Oullins. Lyon, 1868. — Greniers et fours publics, 
lécher ches historiques sur les bâtiments connus à Lyon 
ital des Catherines e/, plus tard, sous la dénomination 
lie et d hôtel du T^arc, dans le tome V des Annales de 
nique d^ Architecture de Lyon. — Chapitre détaché dun 
ne, de Madrid à Grenade, 1785, même recueil et même 
venir s de la ville d Orange. — Le Bouclier, discours 
Lcadémie de Lyon, 1881 . — De la gourmandise che{ les 

881. — Avignon, dans le tome Wl des Annales de la 
ue d'Architecture de Lyon. — Une page de r Histoire de 
)esjardins, notice lue dans la séance-du 2 novembre 1882, 

des Annales de la Société académique d'Architecture 

jncés aux obsèques par Léon Roux et par Etienne Journoud. — 
/V, par Paul Desjardins, dans le tome X des Annales de la Société 
'lecture de Lyon. 

Dominique), ingénieur du roi, eut, avec ce titre, le prix 
un pied et deux neuvièmes, de murailles sur la colline de 
pour lesquelles il recevait, le 18 septembre i55o, un 
s les ordres d'Humbert Gimbre (voyez ce nom) en outre 
isait directement pour le roi. 

ville de Lyon, Registres consulaires, BBjo, folio 336 verso. 

Louis), architecte. Le ler juillet i85i, T Assemblée 
î, par 328 voix contre 271, un projet de loi demandant 
rimpression de Touvrage intitulé Rome souterraine, par 



Digitized by 



Google 



— 307 — 

Perret de Lyon. Cet ouvrage a été, en effet, publié sous ce titre : Cata^ 
combes de Rome^ architecture^ peintures murales, lampes, vases, pierres 
précieuses, instruments, fragments de vases, inscriptions, ttc. 325 plan- 
ches noires ou coloriées. Paris, Gide, i855. Six volumes, grand in-folio, 
publiés à i3oo fr. — Giniez (voyez ce nom) a travaillé à cet ouvrage 
comme dessinateur. 

PERRIN (Prosper), architecte, né à Saint-Symphorien-sur-Coise 
(Rhône), le 29 avril 1834. — Elève de TEcole des Beaux-Arts de Lyon, 
où il a remporté, sous Chenavard, en 1854, ^" deuxième prix d'architec- 
ture sur un projet de Bibliothèque publique et Musée pour une grande 
ville et un prix de concours mensuels. — Entré, en i852, en qualité 
d'élève, dans le cabinet de F. Pascalon, son oncle par alliance, il y resta, 
à titre d'employé, jusqu'au 3 février i86o,époque delà mort de celui-ci, et 
où il prit la suite de ses affaires dont la direction lui était déjà laissée 
depuis plusieurs années. — Exposition universelle de Paris, en 1 889 : Ecole 
place Morel à Lyon, qui lui a valu, dans le groupe 1 1 classe 6, une 
médaille d'or (voyez plus loin aux travaux d'architecture). — Vice-prési- 
dent de la commission des architectes conseils de la ville de Lyon pour 
la transformation du quartier de la rue Grôlée, commission composée de 
Hirsch, P. Perrin, A. Bellemain et Roux-Meulien. — Membre de la 
commission de réception de tous les ouvrages et du jury (groupe IV, 
classe 10) de l'Exposition Universelle de Lyon, en i894,et de la réception 
de la tour métallique de Fourvière; membre, toujours en fonctions, de la 
commission des logements insalubres et de celle des salles de spectacles ; 
membre de la commission des abattoirs et de celles d'études des taxes 
nouvelles à créer en remplacement de celles d'octroi. — A Lyon, rue de 
l'Annonciade, 3o. 

Travaux d'architecture ; outre les trois maisons à loyer, un projet 
de villa et diverses restaurations de peu d'importance appartenant à la 
suite du cabinet F. Pascalon, on lui doit, à Lyon, trente huit maisons à 
loyer; deux mairies ou écoles dans le Rhône; une église de village à trois 
nefs; cinq maisons diverses; deux orangeries servant aussi de serres; 
une maison de garde; huit villas ou chalets dans l'Ain, dans l'Isère, dans 
le Rhône et dans la Savoie; deux bâtiments divers dans la Savoie; une 
serre, le casino de la villa des Fleurs à Aix-les-Bains (Savoie) ; un grand 



Digitized by VjOOQIC 



— 308 — 

ois nefs en Algérie et trois usines dans Tlsère et dans le Rhône, 
-estaurer la chapelle du petit séminaire de TArgentière (Rhône) 
douze maisons à loyer à Lyon et diverses dans le Rhône, TAin, 
; la Savoie; trois usines dans Tlsère et dans le Rhône et deux chà- 
ns les mêmes départements. En 1894, architecte de la Chambre de 
ce de Lyon pour la surveillance générale et la direction des tra- 
la Chambre à l'Exposition coloniale (le concessionnaire Claret 
îdifier à ses frais les palais coloniaux, d'après des maquettes 
par le gouvernement de l'Algérie et le protectorat de la Tunisie, 
architectes qui ont eu aussi à faire construire en plus le palais 
lam), il en a surveillé l'exécution ; les agencements intérieurs, 
le le mobilier, ont été exécuté d'après ses dessins et sous sa 
L Le palais de l'Art oriental, celui des Colonies, ainsi que les 
de l'administration ont été exécutés d'après ses dessins et sous sa 
1. On lui doit : le groupe scolaire de la place Morel à Lyon, et, 
94, sur l'emplacement du théâtre Bellecour (voyez J. Chatron) 
>auf Tarcade sur la rue de la République, l'hôtel du journal Le 
» rimprimerie L. Delaroche et une maison à loyer rue de la Belle- 
î; des parties de ses plans pour l'hôtel de Bellecour ont été 
îs dans la nouvelle construction et il a fait l'installation des 
nagasins E. Sineux et O^ dans l'ilot M du quartier Grôlée, entre 
des Cordeliers, la rue du Président-Carnot et la rue Champier, 
scelles d'autres magasins, bureaux, restaurants, cercles, etc. — 
ux : au cimetière de Villebois (Ain), de Lucien Farnoux; au cime- 
Loyasse, des familles Eymard et Lamy,du docteur Bonnet (modi- 
ît augmentation de celui de Sage) ; au cimetière de la Guillotière, 
illes Pauty et Ponçon, et Guinet à celui de Sainte- Foy-lès-Lyon ; 
tombeaux Layat et Dumaine. De nombreuses expertises lui ont 
éeset, particulièrement, pourlaville de Lyon (avec A. Bellemain), 
opriations nécessitées par la transformation du quartier Grôlée. 
ts non suivis d'exécution : 1867 : projet de canal de dérivation du 
ui n'a pas abouti à cause des événements de 1870; 1874 : Élar- 
it du cours Vitton, modification du boulevard des Brotteaux et 
vard du Nord avec hôtels privés et villas en bordure sur le parc 
ête-d'Or à Lyon. Un projet d'ouverture dé la rue Moncey 
:e du Pont à l'avenue de Saxe, avec transformation du quartier 



Digitized by 



Google 



— ao9 — 

est en ce moment en concurrence avec d'autres. — Pour Aix-les-Bc 
projet de transformation du grand hôtel de l'Europe et de ses ann 
avec constructions nouvelles, pour ne former qu'un ensemble av 
Casino de la Villa des Fleurs, projet de T Hôtel des Anglais, d( 
annexes et de son parc ; iSyS : pour Charbonnières (Rhône) : proj( 
Casino avec deux hôtels; en 1884: projet d'un établissement hydn 
rapique à Artemare, arrondissement de Belley (Ain). A reçu ( 
Chambre de Commerce de Lyon une médaille d'argent, accompa 
d'une lettre très flatteuse pour sa coopération à l'Exposition colonia 
l'Exposition universelle de Lyon en 1894. Le 25 mai 1895, offici( 
l'ordre impérial du dragon de TAnnam. Le 27 février 1896, of 
d'Académie. 

PERRIN (Sainte-Marie-Louis-Jean), architecte, né à Ly( 
3i août i835 — Entré, en 1859, àTEcole desBeaux-ArtsdeParis, at 
Questel, où il obtint trois secondes médailles, puis, admis en prer 
classe en 1 861, où il obtint une première médaille. A remport 
2eprix au concours d'émulation ouvert, en 1 859, par la Société acadén 
d'Architecture de Lyon sur un Pont monumental. 

Salon de 1869 : Projet S église pour la ville de Lille (Nord). F 
d'église pour Messimy (Ain). Salon de 1870 : Projet d'église parois^ 

— En 1868, inspecteur des Bâtiments civils pour les travaux de VI 
vétérinaire de Lyon sous Chabrol (voyez ce nom), architecte en 
En 1869 : architecte en chef du même édifice pour le gouverner 
En 1871 : architecte-adjoint delà basilique de Fourvière sous P. Bc 
(voyez ce nom) ; en juillet 1888 architecte en chef du même monur 

— A Lyon, quai Tilsit, 25. 

A obtenu, en 1868, la première mention dans le concours 01 
pour laconstruction de réglise de Saint-Michel, à Lille, et, en 1870 
mention pour celui de Téglise de Saint-Bruno à Grenoble. 

Travaux d'architecture: 1864: chapelle du château de Dortan (i 
i865 : église de Saint-Germain-au-Mont-d'Or (Rhône) ; 1869 : faça( 
réglise de Saint-Bruno-des-Chartreux à Lyon (Voyez F. Delamoi 
reposoir pour la paroisse de Saint-François à Lyon, publié dans la I\ 
de r Architecture et des Travaux publics^ planches 40 à 44, texte 
Daly et, par lui, page 23o ; 1 871 : église d'Illiat (Ain) , publiée dans la E 



Digitized by 



Google 



— 310 — 

reetdes Travaux publics àc i863, planches i5 et 1 6, texte 
: presbytère de Saint-Clair à Lyon, publié dans la 5e année 
rchitecture de Wùlliam et Farge; 1876: Monastère de 
Daratrice, rue Henri IV à Lyon ; église de Thizy (Rhône), 
pisse de Bossan (voyez ce nom) ; 1877: monastère des 
irdes ; 1882 : église de Grézieu-le-Marché(Rhône) ; i883 : 
-Héand (Loire) publiée dans le n** 98 de la Monographie 
nodernes de Raguenet ; i885 : restauration de Téglise de 
)rien-sur- Coise (Rhône); i885: tombeau Buisson, au 
)yasse, publié dans \a Repue d'Architecture et des Travaux 
}, planches 1 4, 1 5 et 1 6 ; 1 886 : chapelle du noviciat des frères 
Chrétienne à Caluire (Rhône) ; hospice de l'Œuvre de la 
887 : église de Chaponost (Rhône) ; 1 888 : chapelle de Saint- 
il à Châtillon-les-Dombes; 1890: couvent de la procure 
trangères des P. P. Capucins à Lyon ; chapelle des Dames 
)ullins (Rhône) ; 1891 : chapelle de Tusine de Jujurieux 
:locher de Téglise de La Mulatière (Rhône), d'après un 
>an ; 1894: église de Sain-Bel (Rhône) ; 1895 : petit sémi- 
Jodard (Loire) ; 1896 : église de Saint-Maurice à Monplaisir 
um de réglise Saint-Joseph de Marseille ; chapelle de 
ïunes filles incurables à Lyon; 1897; ciborium de Téglise 
r de Rodez (Aveyron) ; sacristie de N.-D. de Fourvière 
dissement de Téglise d'Ars (Ain). 

7 janvier 1869, ^ ^^ Société académique d'Architecture de 
été secrétaire pour l'exercice 1 871 -1872 et vice-président 
|.; cette société conserve de lui dans ses archives: dessin 
iat et vues photographiques des^wjfre pendentifs du dôme 
— Membrede la Société centrale des architectes français le 
Membre correspondant de Tlnstitut (Académie desBeaux- 
ier 1894 ; membre de la défense mutuelle des architectes; 
cadémie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, en 

ns : Compte rendu des Travaux de la Société académique 
de Lyon pendant les exercices 1 871- 1872 dans les Annales 
, III, page XI. — Pierre Bossan^ éloge lu à la Société 
architecture de Lyon, le 3 novembre 1888, dans les ^wwjto 



Digitized by 



Google 



- ;{11 — 

de cette Société, IX, page I. — Peintres et Architectes^ lecture faite à la 
Société académique d'Architecture de Lyon dans la séance du 7 avril 1892. 
Lyon^ Mougin-Rusand. — Le Beffroi de FourvièrCj rapport présenté, le 
4 juillet 1892, à la Commission de Fourvière, et lu à la Société acadé- 
mique d'Architecture de Lyon le 4 août 1892. Lyon, Mougin-Rusand. — 
La Basilique de Fourvière. Ses origines^ son esthétique, son symbolisme. 
Lyon, E. Vitte, 1896. — Une promenade à Fourvière^ discours de 
réception prononcé à TAcadémie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de 
Lyon, dans la séance publique du 6 avril 1897. Lyon, Alexandre Rey, 
1897. — Commandeur de Tordre de Saint-Grégoire le Grand du 8 
juin 1896. 

PERRONET (Jean-Rodolphe), ingénieur et architecte, né à 
Suresnes le 8 octobre 1708, est mort à Paris le 20 février 1794. — Reçu 
candidat dans le corps du génie militaire, il abandonna cette carrière 
pour entrer, à dix-sept ans, dans le cabinet de Beausire, architecte de la 
ville de Paris, où il se distingua dans des travaux importants de quais et 
d'égoûts. — En 1736, il fut nommé sous-ingénieur des Ponts et Chaussées 
et, en 1737, ingénieur delagénéralitéd'Alençon. Le ï4février 1747, il eut 
l.i direction du bureau des dessinateurs, des plans des routes, de leur 
lever et de leurs projets, puis celle de la première école des Ponts 
et Chaussées fondée cette année. En 1750, il obtint le grade d'ins- 
pecteur général et, en 1764, il remplaça Hippeau, comme premier 
ingénieur du roi et conseiller d'Etat, fonctions qu'il a conservées jusqu'à 
sa mort. 

Travaux divers: En 1725, il dirigea les travaux de construction du 
grand égoùt de Paris et celle de la partie du quai qui se trouve entre les 
Tuileries et le pont de la Concorde, dite quai de TAbreuvoir. — En 1745, il 
fit des plans pour la réédification du chœur et du clocher de la cathédrale 
d'Alençon presque entièrement détruits par un incendie en 1744. — En 
1748, il vint, avec Hippeau, à Orléans pour la construction du grand 
pont de cette ville. — En 1764, il fit les plans du pont de Mantes et, en 
1766, ceux du pontde Nogent-sur-Seine construits par Garnier et Beboul. 
— Digues sur divers points de la Seine. — En 1768, pont de Neuilly 
terminé en 1774. — En 1775, il fit construire le château d'Etrey, canton 
de Claye, arrojidissement de Meaux (Seine-et-Marne). — De 1776 à 



Digitized by 



Google 



— 315 — 

our le canal de Bourgogne. — Il reçut 5. ooo livres 
e réparations au pont de rArchevêché à Lyon 
5e, Lallié, Roux, Baffert, Bugniet, Bouchet, de 
En 1778, il donna un projet de pyramide pour le 
]omte et fit le pont de Pont-Sainte-Maxence 
)lan du pont de la Concorde édifié de 1787 à 1792. 
donna les projets il en fit exécuter i3. On lui doit 
utes et il proposa un projet pour amener les eaux 
vail dont le but a été atteint par l'exécution du 

indiqua les moyens de construire des ponts de 
rture et imagina un grand nombre de machines en 
:tions dont la scie à récéper les pieux sous l'eau, 
le et une draguepourcurer les ports et les rivières. 
> comme Membre de l'Académie d'Architecture, en 
Académie des Sciences, de la Société royale de 
ïs de Stockolm et de Berlin, de la Société des 

d'un grand nombre d'Académies de province, 
lettres de noblesse, en 1770 une pension viagère 
icompense de ses éminents services, enfin, par 
II, une récompense nationale par l'Assemblée 

^erronet ont été réunies en plusieurs volumes 
— Description des projets et de la construction 
? Mantes^ d' Orléans ^etc^ 1788-1789, 3 vol. in-folio. 
5 le Recueil de F Académie des Sciences. — Il fut 
roi. — On conserve à l'Ecole nationale des Ponts 
ion portrait peint, probablement par Louis-Michel 
1 marbre par Musson (François) posé sur un beau 
n marbre, avec bas-relief et l'inscription : patbi 
CLXxviii, qui lui fut off^ert par les Ingénieurs des 
qu'il a légué à l'Ecole avec sa bibliothèque. En 
; école firent graver par Cochin fils et Saint- Aubin 
z en tète de l'édition in-folio de ses œuvres et qui 
tine due à Diderot. La Société royale de Londres 
la salle de ses séances son buste à côté de celui de 
tue en bronze, par Adrien-Etienne Gaudin, avec 



Digitized by 



Google 



- à\:^ — 

piédestal de granit par Guiard, architecte, a été inaugurée, le 4 juillet 1897, 
sur le rond-point d'Inkermann à Neuilly-sur-Seine. 

Archives de fart Français^ tome I. — Archives delà ville de Lyon, registre AA, 
i33 et i35. — Herluison. — Archives de VYonne. — Almanach du bâtiment, de 
1790. — De la Sicotière. — Thiery. — Annuaire de V Institut, années 1825 et 1827. 
— Bachelet et Dezobry. — Bauchal. — Notice parTinspecteur des Ponts et Chaussées 
Lesage, i8o5. — Notice par de Prony, 1829. — Notice biographique sur les 
ingénieurs des Ponts et Chaussées depuis la création du corps en iyi6 jusqu'à nos 
ÎQurs par F.-P.-H. Tarbé de Saint-Hardouin. 

PERROT ( . ) est mentionné comme ingénieur du roi et 

intendant des fortifications de Lyon dans les Almanachs de 1777 à 1792. 

PESNOT (Louis), associé avec Roy (voyez ce nom) qualifié fabricant 
de papiers pour cartes en i56o, grava, en 1 554, le plan scénographique 
de Lyon en 25 feuilles. Ce plan a été reproduit, depuis, sur une plus 
petite dimension, en i575, par G. Braûn, de Cologne, dans sa cosmo- 
graphie Citntates orbis terrarum^ par N. Tardieu pour V Histoire de 
Lyon par le P. Ménestrier, en 1695, par Moithey (voyez ce nom) en 
1780, et, enfin de la même grandeur, par Séon pour la Société de 
Topographie historique de Lyon, de 1872 à 1876. 

Protocole Dutroncy. — Brouchoud. 

PETITOT (Simon), architecte et ingénieur, né à Dijon le 16 août 
1682 est mort à Montpellier le 6 septembre 1746. Ses armoiries étaient: 
de gueules à la bande d'or chargée de trois croix ancrées de sable l'une en 
chef à dextre l autre en pointe à senestre. Il épousa Catherine Blanchet, 
fille de Jean-Claude Blanchet, échevin de Lyon, en 1718, et eutun filsqui 
fut conseiller à la Cour des Monnaies en 1745. Il fit établir la machine 
hydraulique et le château d'eau qui alimentaient les fontaines des bassins 
de la place de Bellecour (Voyez Le Roux). Il en restait encore quelques 
parties quai Monsieur en 1826. 

Morel de Voleine. — Pernetti. — Artaud dans les Archives historiques etstatis^ 
tiques du département du ^BJiàne^ tome III, page 204. 

PETIT-RADEL (Louis-François), architecte, né à Paris le 22 
juillet 1740, y est mort le 7 novembre t8i8. Il fut élève de de Wailly et 

36 



Digitized by 



Google 



— 3U - 

1763, le troisième grand prix d'architecture, puis il se rendit en 

de 1793 : Modèle d'une colonne à élever à la Concorde el 
mr une des places nationales ; dessin à Taquarelle et en pers- 
1 même monument. — Salon de 1800: Vue intérieure d'un 
ptien; vue d'une galerie précédant une naumachie ; destruction 
'se de style gothique par le feu. — Salon de 1802: Tlan 
? général d'un projet pour unir le Palais des Arts à celui des 
avec cirque; plan d'un monument en arc de triomphe destiné à 
sur le Pont-Neuf. — Salon de 1806: Plan de F église delà 
? rendue au culte. — Il fut nommé architecte des domaines 
, du Musée des Monuments français et du Palais-Bourbon, 

du roi et inspecteur général des Bâtiments civils. C'est en 
ière qualité qu il fit, le 24 juillet i8og, à ce conseil un rapport 
^ais du Commerce et des Arts de Lyon (ancienne abbaye des 
Saint-Pierre). — Il a restauré Téglise Saint-Médard dont il 
aître-autel en 1782 et le chœur en 1784. Il fit Tabattoir du 
a été détruit et Tancien hôtel du Trésor. Il avait appartenu à 
Académie d'architecture et fit partie deTAcadémie des Inscrip- 
ielles-Lettres. — II a publié : Projet pour la restauration 
'on français. Paris, an VIL — Recueil de ruines d'architecture. 
sine pour le Musée des Monuments français et fait les inscrip- 
Touvrage du Sacre de r Empereur Napoléon /er par Percier. 

\ch du bâtiment de 1809. — Itinéraire de Paris, par Guilhermy. — 
'Joste à la Bibliothèque de la ville de Lyon du Lycée. — Lance. — Bellier 
ignerie et Auvray. — Bauchal. — Inventaire des Richesses d'art de la 
tsée des Monuments français. Tome I, pages 46, 144 et 2(j3 ; tome II, 
96 et 353 ; tome III, pages 86, 91 et 261. 

lUET ( ), recteur de Taumône de Lyon (Hospicede 

), s'occupa activement, en 16 16, de la construction des bàti- 
rhospice de la Charité avec Etienne Martellange (voyez ce 
A. Picquet fut choisi comme expert, en i623,parrentrepreneur 
dans un règlement de comptes avec les Jésuites relativement à 
ction de l'église du Collège de la Trinité de Lyon. 

? Martellange par L. Charvet, pages i52, 193, 194 et 196. 



Digitized by 



Google 



- 315 — 

PIETRA SANTA, Milanais. — On lui attribt 
du Concert (place des Cordeliers) vers 1724 démoli 
aussi du dessin de R. de Cotte (voyez ce nom). 

Mélanges historiques par Paul Saint-Olive. — Benoit 
page 42. — Plan de Seraucourt. 

PILLIET (Jean-Joseph), architecte, est n 
almanachsde Lyon de 1788 à 1817. 

PIRAUD(Cyr),architecte,futmembredujury( 
des Beaux- Arts de Lyon en 1824, du Jury du concour 
du Théâtre de Souffllot en 1825 et membre de la cor 
sujet des étançonnements du belvédère du Palais des 
en 1826. 11 est mentionné dans les Almanachs de Ly 
a gravé le plan du cimetière de Loyasse avec le por 
les dessins de Gay (voyez ce nom). — Représentation 

Q{ené Dardel, par L. Charvei, page 18. — Collection C 
la ville de Lyon du Lycée, — Gaspard Bellin, dans le tom 
Société académique d^ Architecture de Lyon, page LXXXVIl 

POIX (Claude), architecte, né à Saint-Cyr ; 
août 1822, est mort à Lyon le 23 mars 1877. Entré 
Arts de Lyon sous Chenavard, il y obtint, en 1842, 
mensuels ainsi qu'une médaille de travail et d'assidu 
et la perspective, et, en 1843, encore le prix de ce 
remporta, en 1846, au concours d'émulation 01 
académique de Lyon (Restauration de la grande sali 
de Lyon) le premier prix qui fut acquis par la ville 
concours (Agrandissement de la façade de la Bibliot! 
Lyon sur le quai de Retz) le premier prix ; en i863 
(Hôtel pour le maréchal commandant une des divis 
France) le premier prix, et, en 1884, au même co 
Cirque) le deuxième prix. — Exposition universel 
Projet de monument à élever en T honneur de la défei 
attaché, en i855,à l'agence des travaux de const 
Commerce par R. Dardel (voyez ce nom) et, en 187 



Digitized by 



Google 



— rîl6 — 

architecte en chef de la ville de Lyon Hirsch (voyez ce nom), 
ans lesquelles il est mort. Il a fait plusieurs dessins pour la 
lie du Palais du Commerce de Lyon ^ éditée par Morel. — Un 
li a été élevé au cimetière de Loyasse sur les dessins de 
(voyez ce nom). 

ET (Jean), architecte, né à Lyon, en 1795, y est mort le 
5. Entré à TEcoIe des Beaux-Arts de Lyon, sous Cochet, 
1, en 181 8, une mention honorable (projet d'Arc de triomphe) 
e prix (projet de Collège), puis il visita Tltalie. — En 1825, il 

concours ouvert par la ville de Lyon, pour la restauration du 
par Soufflot (voyez ce nom). Parmi les vingt et un projets qui 
)yés, le sien fut retenu avec ceux de Dardel, Lefranc, Gran- 
ot, Chenavard, Baltard et Garnaud (voyez ces noms), aucun 

décerné, Tétude de la restauration ayant, paraît-il , démon- 
îit préférable de reconstruire, et, plus tard, en 1828, il fut 
Chenavard pour ce travail auquel il ne prit qu'une part 
— 11 fut architecte de Thospice de la Charité, de Lyon, de 

IX d'architecture : 1823 : petite porte de Téglise d'Aînay. — 
luration de Téglise de Saint Nizier ; maître-autel de la même 
;acré le 28 octobre 1826) ; hospice de la Providence, à Tarare; 
"erney (consacrée le 8 novembre 1826). — 1826 : église Sainte- 
î, à Tarare ; chapelle à Champvert ; entrée du cimetière de la 
ï, à la Guillotière ; maître-autel de Téglise de Brou, à Bourg- 
les statuettes en bronze sont de Legendre-Héral). — 1827: 
aie avec portail de l'hospice de la Charité, à Lyon, sur la rue 
. — 1829 : restauration de la façade de l'ancienne église de 
ge, à Lyon (démolie en 1869). — i83o : restauration delà 
église d'Ainay, à Lyon (en partie modifiée depuis); décoration 
îlle de la Sainte -Vierge à la cathédrale de Lyon. — i83i : 
atoire de Fourvière, à Lyon (diminuée depuis) ; château 
lien prèsCrémieu. — 1834 : restauration d'un château à Cha- 
écoration de la chapelle du Sacré-Cœur à la cathédrale 
chaire de Téglise de Brou, à Bourg -en-Bresse ; restauration 
le église d'Oullins (Rhône). 



Digitized by 



Google 



- 317 — 

11 fit partie du groupe d'architectes de Lyon lesquels, à la fin de 1829, 
commencèrent à former la Société d'Architecture avec un certain esprit 
d'exclusion. — Il a légué à la ville de Lyon, une collection de tableaux et 
de divers objets d'art (valant, selon inventaire : 7.925 fr.), lesquels devaient 
être groupés au Musée ; ce legs fut accepté par délibération du Conseil 
municipal du 12 septembre 1839. — Ses œuvres d'architecture ont été 
publiées, mais se trouvent rarement en recueil : Petite porte de Véglise 
(TAinay de Lyon^ construite en 1823 avant la restauration faite par lui ; 
façade de r église d'Ainay^ de Lyon^ en i83o, gravée par Pillart ; plan 
de r église d'Ainay^ de Lyon^ depuis la construction de ses bas côtés et 
de sa chapelle nord exécutés en i83o, gravée par Pillart. — Hospice de 
la Providence de Tarare construit en MDCCCXXIV par la charité et 
la piété des habitants, Aug. Flandrin del. — Chapelle construite à 
Champvert'leS'Roses^ près Lyon^ en 1826. Lyon, Perrin. — Entrée du 
cimetière de la Magdeleine construite en 1826. — Vue. de P intérieur de 
Féglise Sainte-Magdeleine, de Tarare^ construite en MDCCCXXVl, 
Villeret, lith. — Entrée de Ihospice de la Charité^ de Lyon, construite 
en 1827, gravée par Pillart. — Façade de r église Saint-George, de Lyon^ 
depuis sa restauration en 1829, dess. par Flandrin. — Chapelle de la 
très Sainte Vierge en r église Primatiale de Saint-Jean-Baptiste ^ édifiée 
et ornée en i83o. Auguste Flandrin del. — Observatoire construit à 
Lyon sur la terrasse de Fourpière en i83i. Aug. Flandrin del., lith. 
Brunet. — A la mémoire de Joseph-Marie Jacquard^ mécanicien 
célèbre, homme de bien et de génie^ mort à Oullins, dans sa maison^ 
le VII août M DC ce XXXIV au sein des consolations religieuses. 
Au nom des habitants de la commune, hommage du Conseil municipal 
dont il avait fait partie. i835. — Chapelle du Sacré-Cœur de r église 
Primatiale de Lyon^ construite en 1834. PiH^rt se. — Château de 
Chaponost, ancien manoir du peintre Blanchet^ depuis la décoration 
de ses façades exécutée en 1834. Lyon, Perrin. 

Collection Coste à la Bibliothèque de la ville de Lyon du Lycée. — Archives 
historiques et statistiques du département du Rhône, tome II 1, page 314, et tome 
VIII, page 226. 

POMEY (Guillaume de) dit de GHESSIEU, maître d œuvre 
maçon juré de la ville de Lyon, visiteur des bâtiments^ expert pour les 



Digitized by VjOOQIC 



- 318 — 

du Rhône en i5o8, faisait, le 14 novembre i5i4, un 

•and boulevard de Saint-Sébastien, passait un prix fait 

lions le 20 mai i5i5, maître de Tœuvre de Saint-Nizier 

vaillait, avec Anthoine Goyet (voyez ce nom) sous la 

n Perréal, aux préparatifs des fêtes données pour Tentrée 

Lyon en i5i6; possédait des maisons dans le quartier 

(i5i6-i5i7); était chargé, en 1 5 18, avec Ant. Goyet, du 

rue de T Arbre-Sec, sous la direction d'Edouard Grand ; 

fice en faveur de son fils Pierre, le 9 mai i525, mais 

à son tour, le 28, en faveur de Jehan de Bire. 

ilaires de la ville de Lyon ; Registre des Nommées de la même 
l'art Français^ 2« série, 1861. — Jehan Perréal, Clément Trie et 
L. Charvet. — Bauchal. 

Benoit), né à Montmerle (Ain) le 24 août 1806, est mort 
tier (Ain) le 12 février 1881. Il entra, en 1824, chez 
[uitta en 1834. 

rchitecture ou d'entreprise générale : Achève la maison 
ilerie entre la rue des Prêtres et le quai Fulchiron; 
Brotteaux pour M. Thévenin. — 1840 : maison Lombois 
)lace Morand; maison de campagne à Saint- Cyr pour 
ment de la maison Pérouse rue Saint-Joseph. — 11 traita, 
)ye (voyez ce nom), le 17 mars 1846, le percement de la 
Centrale entre la place de la Préfecture (des Jacobins) 

Grenette, et, tout seul, le 18 janvier 1847 la partie entre 
izier et la place Saint- Pierre. — En 1854, il forma 
our l'ouverture d'une rue, entre la place de la Comédie 

portait le nom d'Impériale (Délibération de la Commis- 
lu 17 janvier; traité avec la Compagnie du i5 février; 
mblique le 3i mars; enquête du 3 avril; jugement 
riation du 2 juin), sur les tracés faits par Dardel (voyez 
iploya, pour l'exécution de ce travail important, surtout 

graphique et artistique: Giniez, Lablatinière, Bailly, 
ï Martin, Tisseur et Charvet (voyez ces noms). Une 

de diamètre, par M. Penin, fut frappée à l'occasion de 
miière pierre de la rue: La Ville de Lyon sur l'avers; 



Digitized by 



Google 



- 3t9 - 

15 rinscriptîon commémorative du 7 mai i855; il y a 
o,o33, aussi par Penin, avec le même buste de la ville d 
quadrige parcourant la rue au Ri". La même Compagnie 1 
traita avec la ville pour d'autres opérations de voirie dont ( 
furent cédées à des tiers ; la principale fut la construction c 
maisons place des Terreaux en face Thôtel de ville. — En 1 8i 
une affaire de percement de rues à Rouen qui fut résilié el 
autre, la création d'un quartier à Nice sur le quai Saint-Jeat 
fut construit le Grand-Hôtel. — Entré à la Société acadén- 
tecture, le 27 août 1841, il démissionna le 3 février i855. — 
chevalier de la Légion d'Honneur le i5 août 1857. 

Benoit Poncet et sa part dans les grands travaux publics de Lyc 
Puitsplu (Clair Tisseur). Lyon, Pitrat, 1882 et également dans les i4nw^ 
académique d'Architecture de Lyon, tome Vil, page io5, avec quel 

PONCET (Jean-Louis), architecte, néàTArgentière 
i852, est mort en 1892. Elève de TEcole des Beaux-Arts d 
Louvier et Charvet , il entra, en 1 878, à TEcole des Beaux-, 
élève de i^e classe en 1881 (sous Vaudremer et Raulin) il y ( 
Bouwensen i883. Diplômé de ï885. — Salon de i883 : F 
pelle pour un hospice pour lequel il obtint une médaille. — 
TEcole nationale des Arts décoratifs de Paris, fonctions d 
il est mort. 

Les architectes élèves de l'Ecole des ^eaux-Artsde Paris par Da 
Roux et Deiaire. 

POPINET (Henri-François), architecte et ingénieui 
1680, un alignement général de toutes les places et rues de 

Archives de la ville de Lyon^ Registres consulaires, 

PORTE (Claude), architecte, né à Lyon le i3 sep 
commença ses études à TEcole La Martinière de Lyon, 
dessin et d'architecture, à T Ecole des Beaux- Arts de 
remporté, en i85o, sous Girardon, le premier prix de per 
2« prix de géométrie descriptive et de stéréotomie, et, ( 
Chenavard, une mention d'architecture et le prix de concoi 



Digitized by 



Google 



— 3^20 — 

partenu au cabinet de Léo de i85o à 1860 et, comme principal, à 
Ph. Bellemain de 1860 à 1870. 
A Lyon, rue Paul Chenavard,27. 

ivaux d'architecture : nombreuses maisons à loyer (voir 
Monographie de Bâtiments modernes^ de Raguenet, 58^ livraison, 
3n cours Gambetta 43 à Lyon) et principalement des groupes 
3e et 6e arrondissement de Lyon. — Restaurations importantes 
; départements du Rhône, de la Loire et de l'Ain. — 1882 : Pres- 
te Fleurieux-sur-Saône. — i883 : groupe scolaire de la Duchèreà 
aise. — Construction des salles de théâtres- concerts suivantes : 
de Lyon (voir des détails dans les i32e et 173* livraisons des 
mx et documents de Raguenet); Eden-Concert de Saint-Etienne 
; Casino-Théâtre à Grenoble; Eden-Concert à Aix-les-Bains ; 
-Théâtre de Besançon; Eldorado-Concert à Lyon; salle des 
îâtre municipal de Villefranche (Rhône). — Expert près les 
ix de Lyon. — A fait partie de la Société libre d'Architecture 
1. — Admis à la Société académique d'Architecture de Lyon, le 
1881, il en a été le trésorier de 1891 à 1892, et de 1895 à 1896. 
nbre de la Société centrale des Architectes français et de 
tnce mutuelle. — Nombreux rapports à la Société académique 
ecture de Lyon, qui conserve de lui, dans ses archives, \qs portes 
tel rue Saint-Joseph à Lyon. 

.EMILLIEUX (Sébastien), architecte, mort en i852, entré à 
té académique d'Architecture de Lyon, le ler février 1845, était 
)nnaire en i85i . 

,OST (Claude -Joseph), architecte, fut voyer de la ville de Lyon, 
lord et l'ouest, de 1 838 à 1 852 ; admis à la Société académique d'Ar- 
re de Lyon, le27 août 1 841, il ne figure plus dans ses rangs en i855. 

PIER (Joanny), architecte. — Admis le 2 juillet i863, à la 

académique d'Architecture de Lyon, il est membre corres- 

depuis 1890. — A Ceyzérieu (Ain). — Les renseignements 

ijue les précédents nous font défaut , ne nous étant pas 

s. 



Digitized by 



Google J 



— 3-21 — 



— Q - 

QUENOT ( )^ architecte, est mentionné en cette qualité 

dans les Almanachs de Lyon, de 1774 à 1778. 

QUERVILLE (Louis), architecte, mentionné dans les Almanachs 
de Lyon, de 1801 à 18 16, eut, en 1804, avec Perlet fils et Blanchard, 
décorateurs du Grand-Théâtre, une polémique sur les décorations qui 
parut dans le Bulletin de Lyon, — En 1806, il proposa un projet d'ou- 
verture d'une rue pour aller des Terreaux à Bellecour et, la même 
année, dirigeant, avec L.-C. Flacheron (voyez ce nom), des travaux de 
fouille pour une construction dans le jardin Macors, non loin de Téglise 
d'Ainay, il découvrit la mosaïque des jeux du cirque sur laquelle il 
publia un article. — On a de lui : Projet de façades pour la place 
Bonaparte faisant suite à celui de rintérieur précédemment donné, Lyon, 
Leroy, sans date, 14 pages. 

bulletin de Lyon des 3, 6 et 24 mars, 5, 8, 1 1 et i5 mai, 20 et 23 juin, 20 juillet 
et 9 août 1804; ï8, 22 et 25 janvier, 24 mai et 4 juin 1806. — Registre des délibé- 
rations du Conseil municipal de Lyon du 20 mai ï8o5 au 12 mai 1807. — Collection 
Coste à la bibliothèque de la ville de Lyon au Lycée, 

QUESTEL (Charles- Auguste), architecte, né à Paris, le 19 sep- 
tembre 1807, y ^st mort le 3o janvier 1888. — Il commença se^ études 
d'architecture sous Peyre, fut reçu à TEcole des Beaux-Arts de Paris, 1 
5 avril 1824, devint Télève d'Abel Blouet, en 1826, et, en i828,de Duban. 
— Entré à l'administration des Bâtiments civils, le 25 octobre 1826, 
surnuméraire aux travaux de la Sorbonne, sous-inspecteur, le 21 octobre 
i83o, aux travaux de l'Institut et du Collège de France, sous Hippolyte 
Lebas; il fit un voyage en Italie, de i83i à i832 et fut nommé, en 1834, 
second inspecteur des travaux de TEcole des Beaux-Arts de Paris, 
sous Duban. En i838, il passa à l'Hôtel du ministère de l'Intérieur, sous 
Louis Moreau, fut nommé, en 1848, architecte du Palais national de 
Compiègne, et, en décembre, architecte diocésain de Nîmes, Marseille 
et Ajaccio, fonctions qu'il ne remplit que jusqu'au 21 juin 1849, où il fut 

37 



Digitized by 



Google 



— :m — 

me architecte du Palais de Versailles, fonctions qu'il a conservées 
iant trente ans. — Le 19 juillet 1848, membre de la Commission des 
luments historiques où il a siégé jusqu'en 1876. — 20 octobre 1849, 
ibre de la Commission des Arts et édifices religieux ; compris, le 
mvier i854, dans la réorganisation du Conseil des Bâtiments civils 
me membre temporaire, son mandat lui était renouvelé en iSSy et 
ait nommé, le 12 décembre 1862, inspecteur général, fonctions dans 
uelles il est mort, ayant occupé le fauteuil de la vice-présidence, 
lis la mort de Lefuel. ^— Son atelier, où se sont formés nombre d'ar- 
3Ctes dont on retrouvera des noms dans cet ouvrage et où il succéda à 
le Gilbert en i856, a fonctionné jusqu'en 1872 sous sa direction. 
Salon de 1846: amphithéâtre d' Arles ^ groupe de restauration en 
'S d'exécution^ 3 dessins (ministère de l'Intérieur) réexposé en i855 
Î78, pour lequel il obtint une médaille de 3» classe. — Salon de i852 : 
w de Saint'T^aul à Nimes^ commencée en i838 et dédiée le 
lovembre 1849, treize dessins (conservés au Musée de cette ville, à 
telle il en fit don en 1 879) ; fontaine de V Esplanade à Nîmes ^ com- 
icée en 1846 et inaugurée le i^r juin i85i, 3 dessins ; Pont du Gard, 
ssins en collaboration avec Jean-Charles Laisné (ministère de Tlnté- 
r) réexposé en i855, exposition pour laquelle il obtint une médaille 
•"e classe. — Exposition Universelle de 1 855 : dessins indiqués plus 
t pour lesquels il obtint une médaille de première classe. — Exposition 
^ersellede 1867 • hospice de Gisors{E\xïQ)^commQncéQn 1859, terminé 
861, cinq dessins ; hôtel de la préfecture à Grenoble^ commencé en 
2, terminé en 1867, quatre dessins; asile clinique d' aliénés à Paris^ 
mencé en 1 863, terminé en 1867, deux dessins; musée-bibliothèque 
a pille de Grenoble^ commencé en 1 864, six dessins, exposition qui 
alut une médaille de deuxième classe. — Exposition Universelle de 
3 : le théâtre d^ Arles (actuellement à TEcole nationale et spéciale des 
ux-Arts de Paris) ; le temple d'Auguste et de Livie à Vienne (Isère) ; 
'hâteau de Saint-Honorat (Alpes-Maritimes) ; maison romane à 
ît-Gilles (Gard); église de Saint-Philibert à Tournus (Saône-et- 
-e) ; église de Saint-Martin d'Ainay à Lyon ; ancienne église de 
it 'Gilles (Gard); église des Saintes-Mariés (Bouches-du-Rhône) ; 
'enne Abbaye du Thoronet (Var) ; église de Saint-Restitut (Drôme). 
En i835,premier prix au concours pour la construction de l'église de 



Digitized by 



Google 



— im — 

Saint-Paul à Nîmes et à celui, en 1844, pour l'érection d'une fc 
monumentale sur la place de l'Esplanade de la môme ville 
plus loin). 

Travaux d'architecture: 1 838- 1849: église de St- Paul à Nîi 
1 846-1851 : fontaine de la place deTEsplanade à Nimes. — 1848: 
ment de Saint-Louis à Aigues-Mortes, destiné à perpétuer le se 
de son embarquement pour la sixième et septième croisades, 
palais de Versailles: 1 85 1 : reconstruction de Tescalier de Taile n 
i855 : grille en fer forgé sur la ville dans Taxe de la rue de la pa 
rétablissement du manège des grandes écuries; restauration des 
hautes des bâtiments de la Cour de marbre ; restauration des 
hautes, du soubassement et des peintures de la chapelle. Il est n 
lui en carton les projets pour la reconstruction du grand escalier d 
appelée de Gabriel, pour la restauration de Tabreuvoir de Marly < 
l'installation du Sénat dans le bâtiment milieu de Taile nord. Il or 
la brillante solennité de la visite de la reine Victoria à Versailles e 
et, devenu, en 1871, architecte de l'hôtel du Président de la Répul 
il avait dressé un projet pour l'installation des pouvoirs publics qui 
pas suivi d'exécution. — 1 859-1 861 : hospice de Gisors (Eure). — 
1867: hôtel de la préfecture de l'Isère à Grenoble.— 1863-1867 
d'aliénés de Saint-Anne à Paris. — 1864-1870: musée-bibliothèi 
Grenoble. — 1868- 1876 : restauration de la galerie dorée à l'hôte 
Banque de France à Paris. — Il a fait exécuter, pour le servi 
monuments historiques, des travaux de restauration aux arènes d 
au pont du Gard, à St-Philibert de Tournus (Saône-et-Loire) et àl 
de Saint-Martin d'Ainay àLyon ; l'autel, avec ciborium en bronze d 
son marchepied en mosaïque^ une couronne de lumière et la cl 
prêcher de cette église sont de son dessin. La plupart de ses ( 
ont été publiées dans les recueils d'architecture. 

Le 7 décembre 1 871, membre de l'Institut (Académie des 
Arts) en remplacement de Duban. — En 1840, membre de la ! 
centrale des Architectes français, dont il fut membre du Conseil ( 
censeur et comme président de 1882 à i885. Membre, à la format 
1 881, de la Société des Artistes français, il fut élu membre du Com 
Quatre-vingt-dix et, de nouveau, lors des élections suivantes. T< 
ans, il était nommé membre du Jury du Salon. Après la mort de Le 



Digitized by 



Google 



— 324 — 

du Jury de TEcoIe des Beaux-Arts de Paris Tavaient choisi 
ésident, et pas un concours public n'avait lieu sans qu'il fût 
ugfer. — Membre honoraire et correspondant de Tlnstitut 
:tes britanniques; membre honoraire collaborateur de la 
rchitectes d'Amsterdam ; associé de TAcadémie Royale de 
embre agrégé du corps académique d'Anvers. 
Joit des Notices sur Duban et sur Lesoufaché. Il a fait une 
e l'ancien édifice de Delphes, le Lesché^ et de f Abbaye de 

collaboration avec Charles Lenormant. A roccasion du 
fils aîné de Louis-Philippe, en iSSy, il fut chargé de décorer 
eures à offrir à la fiancée, la princesse de Mecklembourg- 
quel est en ce moment en possession du duc de Chartres. — 
Dn en argent, par Chapu, lui a été offert par ses élèves. — 
evalier de la Légion d'honneur; en i863, officier; le 3i 
86, officier de l'Instruction publique. 

le M. le vicomte H. Delaborde, Secréïaire perpétuel de TAcadémie 
s, aux funérailles de Questel, le mercredi i*^' février 1888, et Discours 
membre de l'Académie, au nom de la Société des Artistes français et 
entrale des Architectes français. Paris, Firmin Didot et G**, 1889.— 
havignerie et Auvray. — Notice biographique par G. Raulin, architecte 
ent, lue le i5 juin 1888, dans la séance solennelle du Congrès des 
nçais. Paris, librairie des Imprimeries réunies, avec reproduction du 
Ihapu. 

Y (Claude de), fut voyer de la ville de Lyon, avec son 
après la mort de son père Zanobis (voyez plus loin ces noms). 

Y (Nerys de), fut voyer de la ville de Lyon, avec son frère 
lars 1622 au 9 juin 1637, date à laquelle il fut remplacé par 
in (voyez ce nom); il avait été nommé en survivance de son père 
^ez ce nom plus loin) le \^^ décembre 161 2. En 1623, il reçut 
î faire réparer le "chemin neuf de Saint-Sébastien aux frais 
aires ; en 1626, de faire disparaître de la place des Cordeliers 
:ourte boule y> qu'y avaient organisé des charretiers et com- 
s; enfin, en 1637, ^^ visiter, avec les maîtres jurés maçons, 
aurent (démolie depuis) joignant Téglise St- Paul, laquelle 

les fonts baptismaux, afin d'y faire opérer des réparations. 
de la ville de Lyon ^Registres consulaires^ BB, 162, 170 et 187. 



Digitized by ^ 



^^tw^ 



— 325 — 

QUIBLT (Zanobis de), voyer de la ville de Lyon, était flore 

et noble ; il portait pour armoiries : Uor au croissant d^a{ur au che 

gueules chargé de trois étoiles dor. Il était taxé en 1 58 1 ; le 24 janvier i 

il passait contrat de mariage avec Isabelle ou Sybille de Torvéon ; sa 

Marguerite, abbesse du couvent de la Déserte à Lyon, qui était née à L 

le 17 avril 1594, fit bâtir Téglise de ce couvent en 1623 et mourut en i( 

Zanobis laissa également deux fils, Claude etNerys, qui lui succédé 

comme voyers ; il avait un frère du prénom de Claude, qui passa contn 

mariage, le 3o janvier i Sgo, avec Marguerite Ydret, veuve. — Il fut nor 

voyer le 3o octobre iSgp, en remplacement de Philibert Genoud, qu 

déchargé de cet office par l'Administration municipale. Le 12 mai i6c 

représenta qu'il était temps, le Rhône se trouvant bien bas, de refaire 

piles du pont du Rhône dont les défauts apparaissaient plus que jamai 

ajoutait que la réparation pouvait se faire plus aisément et 

économiquement en retirant du fleuve de grosses pierres qui y pai 

saient au-dessous du pont, à peu près vis à vis de la tour de Béchev 

Le consulat autorisa les travaux. En 1610, il reçut Tordre de redre 

les plans du port du Temple, dont on voulait commencer la construc 

et, en 16 18, il donna les plans d'une nouvelle poissonnerie, dont Tem 

cément fut fixé à la suite de la grande boucherie des Terreaux (elle 

a disparu qu'en i835). Pendant son exercice, en 16 14, il fut pris l'ar 

portant que, désormais, il ne serait plus construit d'escaliers en bc 

l'intérieur des maisons de la ville. 

Volumes 74 et 98 des Insinuations aux Archives judiciaires de la Cour d\ 
de Lyon, — Archives de la ville de Lyon, Registre CC, 1 56. — Registres consul 
BB, 146, i5o et 154. — Pernetti. 



R 



RAGUENET (Antoine), architecte, né à Lyon le 27 avril i 
élève du Lycée de Lyon jusqu'en i856; entra, sousGenod, Bonnel 
et Chenavard, à l'Ecole des Beaux- Arts de Lyon où, de i856à i85 
a remporté en i8bg le premier prix d'architecture sur un Manège d'é 
tation. — A appartenu aux cabinets Léo, Bailly et Savoye de i856 à i 
et à celui de Ch. Martin, à Bourg, de 1862 à 1867. — Professeu 



Digitized by 



Google 



— :m — 

lunicipal de dessin de la ville de Bourg de i863, époque de la 
on du cours à fin 1867. Au commencement de 1868, architecte à 
Dagnie du chemin de fer d'Orléans (Réseau central, travaux neufs), 
ésidence à Paris, jusqu'en 1871, les travaux étant achevés. — A 
rue du Pont-de-Lodi, 5. 

avaux d'architecture : Termine les gares et maisons de gardes 
ligne de Tours à Vierzon, ligne de Commentry à Gannat, gare 
isson de 1868 à 1870. — DiflFérents travaux particuliers de 187 1 
: hôtels, villas, agencement de grand restaurant, entrepôts, etc., 
Lyon et à Paris. 

iblications : Il a fondé, en 1872, les Matériaux et Documents 
itecture^ publication ayant, en 1 897, 25 années d'existence et conti- 
. paraître après avoir passé entre les mains des éditeurs: Cagnon et 
•d,à Dourdan, Ducher et G'*, André Daly et G'' et Edouard Ducher,à 
)eux imprimeurs :Dejey, à Paris (imprimeur del'Ecole Gentrale); 
Permet à Paris. — A fondé, en 1887 : Monographie de bâtiments 
tes^ publication ayant en 1897, dix années d'existence et continuant 
itre entre les mains des éditeurs H. Gagnon, puis E. Ducher, à 
imprimeurs : Hermet, puis Courtier à Paris. — A fondé, en 1891 : 
'difices historiques^ éditeurs: les Librairies et Imprimeries réunies; 
eurs: Monrocq, Hermet et Vieillemard à Paris. 

LTER (Antoine), architecte, né à Lyon le 26 avril 1729, est mort 
>el (Ain), le 4 août 1794. C'est probablement de son fils dont il est 
n dans les lettres de Topino Lebrun, de Girodet Trioson et du 
l exécutif composé de Roland, Monge, Glavièrc, Lebrun, Pache et 
(cette dernière lettre écrite, dit-elle dans ses mémoires, par 
)land), lequel avait été arrêté avec Chinard, à Rome, dans la nuit du 
3 septembre 1792. — Il travailla pour Soufflot (voyez ce nom) dans 
Tuction du nouveau quartier Saint-Glair,y acquit des emplacements 
bâtir plusieurs maisons; puis il ouvrit, toujours avec le concours 
Fflot, dans les balmes de la Croix-Rousse, lequai, dit d'Herbouville, 
i du bastion St-Clair; pour ce dernier travail, il dut s'assurer de 
bation des dames de l'abbaye de St-Pierre sous la directe de 
5 se trouvaient ces terrains ; il y eut convention le 6 août 1771 et 
i. 



Digitized by 



Google 



— 327 — 

David, par Delécluse, pages 146 et 255. — Mémoires de M"*^ Roland. — 
Tableau historique de TAbbaj^e Royale de St-Pierre de Lyon^ par de Moydieu, 
1783, manuscrit de la Collection Coste à la Bibliothèque delà ville de Lyon au 
Lycée, — Bulletin de Lyon^ du 4 messidor au XII. — Archives historiques et statis- 
tiques du Rhône, VI, page 465. 

REMAGIN (Jehan DE), maître de l'œuvre de la cathédrale de Saint- 
Jean de Lyon en i358. — De concert avec Guillaume Marsat (voyez ce 
nom), il entreprit les travaux des fortifications de Lyon de i358 à 1369. 

Introduction à la Monographie de la cathédrale de Lyon^ par Guigue. — Les 
Artistes et les Maîtres de métier de Lyon au XI V" siècle^ par Natalis Rondoi, 
page i5. — Etude critique de la Monographie de la cathédrale de Lyon y par L. 
Charvet. 

REVEL (Joseph- Samuel), né à Cluses (Haute-Savoie), le 27 no- 
vembre 1825, mort aux Charmettes près Chambéry (Savoie) le 24 août 
1897; ^lève deTEcole des Beaux- Arts de Paris, atelier Henri Labrouste. 
A appartenu au cabinet de Lévy, architecte des chemins de fer d'Or- 
léans. — Architecte du gouvernement et du département de la Savoie ; 
professeur de géométrie descriptive et de dessin à T Ecole préparatoire à 
l'Enseignement supérieur des Sciences et des Lettres de Chambéry ; 
membre du Conseil des Bâtiments civils du département de la Savoie, 
depuis sa création le 25 février i863. 

Travaux d'architecture : i865 à 1897; théâtre de Chambéry ; dans 
la même ville : l'école normale d'institutrices et le lycée de jeunes filles ; 
la succursale de la Banque de France ; agrandissement de l'établisse- 
ment thermal d'Aix-les-Bains ; agrandissement de l'Institution nationale 
des Sourds-Muets de Chambéry ; un grand nombre de mairies, maisons 
d'école, églises et presbytères dans toute la région. — Admis, le 
3 juillet i885, comme membre correspondant à la Société acadé- 
mique d'Architecture de Lyon. — 1 1 janvier 1879, officier d'Académie ; 
septembre 1887, médaille d'or de 2* classe ; 5 août 1888, chevalier de la 
Légion d'honneur. 

REVOIL (Antoine-Henry), architecte, né à Aix (Bouches-du- 
Rhône), le 19 juin 1822 (fils de Pierre Revoil, peintre, né à Lyon le 12 
juin 1776, mort à Paris le 19 mars 1842, qui fut professeur de peinture à 



Digitized by 



Google 



— 328 — 

►le des Beaux-Arts de Lyon depuis le 25 janvier 1807 jusqu'en 1817, 
ue où il donna sa démission et se retira en Provence ; rappelé par 
nnance royale le 1 1 juin 1823, il fut réinstallé et resta dans ces 
:ions jusqu'au 3o juillet i83o). 

Il entra à TEcole des Beaux-Arts de Paris le 3i octobre 1845, élève 
aristie. — Architecte en chef des monuments historiques pour le 
1, Vaucluse, la Drôme, les Bouches-du-Rhône, les Alpes-Maritimes 
Var. — Architecte diocésain, i852 : pour Nîmes, Aix et Fréjus ; 
: pour Marseille, enfin pour Lyon. — Chargé d'une mission du 
érnement français en Italie, dans les provinces rhénanes et en 
Tianie pour l'inspection des monuments historiques de ce royaume. 
Nimes (Gard), place de TEsplanade, i . 

Travaux d'architecture : Pour les monuments historiques et les 
s, grands travaux de restauration de la façade de la cathédrale de 
1 ; restauration des églises de Saint-Trophime d'Arles, de Vaison 
icluse), de Saint-Just à Narbonne et de Saint-Nazaire à Béziers, 
t-Maximin (Var) et de Saint-Victor à Marseille. — Restaurations 
)rtantes des amphithéâtres de Nîmes et d'Arles et du théâtre antique 
îtte ville, du temple de Diane à Nimes ; reconstruction de la grande 
de Benoît XII au palais des papes d'Avignon ; restauration du chà- 
de Tarascon, etc., etc. — Eglises construites entièrement : Dans le 
les trois des faubourg de Toulon, celles de Draguignan, de Gonfaron, 
Flassans, du Puget-près-Cuers, etc. ; dans le Gard : église de 
duel, de Marguerittes, de Rochebelle, d'Alais, des mines de 
laris, de Milhaud , d'Aimargues, de Fontanes, etc. ; dans 
rault : les églises d'Olonzac, de Ganges, etc. ; dans les Bouches- 
Ihône: de Saint-Cannat, de Mollèges,deBoulbon, etc. ; nombreuses 
lurations. — Architecte de la cathédrale de Marseille depuis 1874; 
fait le porche et toute la décoration intérieure et extérieure, et en 
;ve le mobilier ; a composé et construit son ciborium et ses autels en 
ériaux superbes. — Architecte de la cathédrale de Nîmes, dont il a 
nstruit, sur son projet, tout l'intérieur. — Architecte de la cathédrale 
lontpellier, dont il a reconstruit les transepts et le chœur sur ses plan^. 
Etablissements religieux : Petit séminaire d'Aix et sa chapelle; petit 
inaire de Montpellier et sa chapelle; petit séminaire de Beaucaire et 
bapelle ; couvent de l'Assomption à Nîmes et sa chapelle ; couvent de 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



XVI 



J 

Rou.;«'ron, Vignerol cl C' d après lu photographie d'Adam Salomon 

F.-L. REYNAUD 

i8o3-i88o 

LYON ARTISTIQUE ARCHITECTES 



Digitized by 



Google 



— 329 — 
rAssomptîon, rue de Lubeck à Paris, avec grande chapelle; pensionnat 
et grande chapelle des Dames de Charité de Besançon à Nimes ; chapelle 
des Daines de Saint-Maur, celle des Dames du Refuge et Tasile des 
Petites-Sœurs des pauvres, dans cette ville; chapelle des Dames de 
TAssomption à Poitiers; couvent et chapelle des Carmélites d'Aix ; 
pensionnat des Dames de TAssomption à Bordeaux. — Décorations 
religieuses et orfèvrerie : La grande châsse du chef de sainte Madeleine 
à Saint-Maximin (Var) ; le grand autel monumental de la cathédrale de 
Toulon; le grand autel de Téglise de la Trinité à Marseille; le grand 
autel de la cathédrale de Marseille, son ciborium et ses couronnes de 
lumière ; le grand autel de la cathédrale de Nimes ; le grand autel de 
Notre-Dame de la Garde, avec le monument à la Sainte Vierge. — 
Mosaïques : Pour la nef et au porche de la cathédrale de Marseille. 
Toute la décoration de la chapelle de Notre-Dame de la Garde et sa 
porte en bronze. — Elu, le i6 novembre 1878, membre correspon- 
dant de rinstitut (Académie des Beaux-Arts). — Membre de ITnstitut 
royal des architectes britanniques, des Académies royales d'Anvers, de 
Belgique de Milan et de diverses Académies et Sociétés savantes de 
France ; membre correspondant de la Société académique.d' Architec- 
ture de Lyon, du 3o juin 1887. 

A publié: L'Architecture romane du midi de la France^ 3 volumes 
in-folio, qui lui a fait décerner, par Tlnstitut, la grande médaille d'or des 
antiquités nationales. — Officier de l'Instruction publique; chevalier de 
la Légion d'honneur du 12 août i865; officier du 20 octobre 1878; 
commandeur de Saint-Grégoire le Grand ; chevalier de Pie IX ; chevalier 
de l'ordre pontifical, Pro Christo et Cruce ; chevalier de Léopold; 
chevalier du Médjidié ; du Lion de Perse; officier de Tordre des 
Guelfes du Hanovre ; commandeur de l'Etoile de Roumanie. . 

RETNAUD (François-Léonce), ingénieur et architecte, né à Lyon 
le i^"* novembre i8o3, est mort à Paris le 14 février 1880. Il vint à Paris, en 
1818, fut admis à l'Ecole polytechnique, en fut exclu par le gouvernement 
de la Restauration ; prit des leçons de Durand et entra, en 1824, élève de 
2* classe à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, élève de Huyot, où il obtint 
deux médailles de \^^ classe, puis se rendit en Italie. — Réintégré dans le 
service des Ponts et Chaussées, il devint ingénieur ordinaire en i835, au 

38 



Digitized by 



Google 



— 330 — 

vice des phares ; professeur d'architecture à l'école des Ponts et 
aussées, d'abord comme suppléant, en 1842, puis comme titulaire en 
^7 (fonctions qu'il a conservées jusqu'en 1869, ainsi qu'à TEcole poly- 
bnique (fonctions qui ont duré jusqu'en 1867) ; ingénieur en chef, en 
^3 ; directeur du service central des phares en 1846 (fonctions qu'il a 
iplies jusqu'au i^^mars 1878); inspecteur général desédificesdiocésains, 
cVaudoyeret Viollet-le-Duc, du7 mars i853; membre du jury des 
ompenses à l'Exposition universelle de i855; inspecteur général des 
its et Chaussées en 1867; président de la classe du génie civil à 
xposition universelle de 1867; directeur de l'Ecole des Ponts et 
aussées et membre du Conseil supérieur des Beaux-Arts, en 1869; 
mbre de la Commission supérieure des Bâtiments civils et des Palais 
ionaux en 1878; de la Commission du prix de cent mille francs en 
>9, et de la Commission extra-parlementaire des Tuileries, le 6 juillet 
'6 (où il défendit vivement l'œuvre de Philibert de l'Orme (voyez ce 
n) qui fut condamnée à la démolition complète, le 29 juillet i879,parla 
ambredes Députés, et, le 27 juin 1882, par le Sénat). — Salon de i883: 
ijet (T Ecole polytechnique appliqué à l'emplacement de l Ecole actuelle. 

Travaux d'architecture: En i835, il fit cons- 
ire le phare des Héaux de Bréhat (Finistère), 
il a publié dans son Traité d'Architecture Qt^ en 
7, la gare du Nord à Paris (transformée depuis), 
a été publiée dans la Revue générale de l'Ar- 
tecture et des Travaux publics^ vol. VI, planches 40 à 43. Il a donné 
plans du viaduc de-Dinan terminé en i852 (selon l'ingénieur Fessard, 

a construit l'ouvrage et selon l'ingénieur en chef de la Gournerie ; 
is il s'est tu sur ce point, bien qu'il ait reproduit le viaduc dans son 
aité d'Architecture). — Le dépôt des Phares à Paris, en collaboration 
c Hugé, lequel a été reproduit dans la Revue générale de l'Architec- 
e de 1 872, planches 42 à 44, texte page 20 1 . — Il fiit l'un des fondateurs 
la Société centrale des Architectes. 

Publications : Mémoire sur l'organisation à donner au corps des 
chitectes^ dans la 29e livraison du Journal du Génie civil, des Sciences 
les Arts, — Mémoire sur F éclairage et le balisage des côtes de France^ 
ris, 1864. — Application de F huile minérale à t éclairage des phares : 
e parue dans les Annales des Ponts et Chaussées, 1873. — Traité 




Digitized by 



Google 



— 381 — 

d Architecture (i68 planches); le premier volume parut en i85o, le second 
en i858 ; dans les éditions suivantes, ces deux volumes ont paru respecti- 
vement: pour la seconde en 1860, pour la troisième en 1867 et 1870, 
pour la quatrième et dernière (179 planches)de 1875 à 1878. — Chevalier 
de la Légion d'honneur en 1839 ; officier et médaille d'honneur à l'Expo- 
sition universelle de i855 ; commandeur en 1864; décoré de plusieurs 
ordres étrangers. Son buste en marbre par J. Frère, est à T Ecole nationale 
des Ponts et Chaussées, ainsi que son portrait à Thuile par Jules Lefebvre 
(1874). — 11 a écrit un commencement de sa notice biographique, lequel 
a été reproduit dans Léonce Reynaud^ sa vie^ etc. (voir plus loin) avec 
portrait gravé par L. Gaucherel, d'après Jules Lefebvre. Ce portrait, 
diflPérent et mieux réussi que celui du même artiste à TÉcole nationale 
des Ponts-et-Chaussées, appartient au fils de Léonce, M. George 
Reynaud, conseiller à la Cour de Cassation. 

Encyclopédie (T Architecture y xùmt III. — Annuaires du Bâtiment^ de 1854 à 
1857. — Revue d'Architecture, tomes VII et XXXVII. — Bellier de la Chavignerie 
et Auvray. — Archives historiques et statistiques du Rhône^ tome XIV. page 46. — 
Baucbal. — • Léonce Reynaud, sa vie et ses œuvres, par Tun de ses élèves; De 
Dartein, i885. Paris, Dunod, avec portrait. — Les Architectes élèves de VEcole des 
Beaux-Arts de Paris, par David de Penarun, Roux et Delaire. 

RIBOLLET (René), architecte, né à Lyon le 28 septembre 1848, 
est mort le 4 septembre 1890. — Elève de Chatigny, il obtint plusieurs 
prix au concours de la Société des Amis des Arts de Lyon, puis entra 
chez Journoud. Il voyagea ensuite dans le midi de la France et en Italie, 
puis incorporé, en 1870, dans les mobiles du Rhône, il fut enfermé dans 
Belfort, d*où il sortit avec le grade de sergent. 11 fut ensuite promu lieu- 
tenant et capitaine dans Tarmée territoriale. En 1871, il se rendit à 
Amiens, puis accompagna, en Algérie, Edmond Duthoit, lequel était 
chargé, par le gouvernement, d'y étudier et d'y faire uu rapport sur les 
monuments et la civilisation arabe. A son retour, il entra chez Tisseur, 
y resta un an, puis retourna faire un voyage en Italie. 

Travaux d'architecture : Restauration du château de Becques, à 
M. le comte du Parc^ et dépendances; habitation de M. Chalandon à 
Parcieux; façade de Téglise de Parcieux ; restauration du château de 
Saint-Jullin, au comte de Monteynard ; clocher de Chambéon ; clocher 
de Saint-Michel ; collège des Jésuites à Oran (Algérie) ; hôpital de Jaffa 



Digitized by 



Google 



— 332 — 

îstauration du château de Corcelle (voyez 
rcle du Divan, place Bellecour, 25 ; restan- 
ts, au comte de La Plagne ; aménagement 
âges et du Télégraphe ; deux maisons pour 
levard de la Croix- Rousse ; restauration du 
mte de Chazotte ; dépendances du château 
de la Catonnière; maisons Pobel et Pelletier 
; Grézieu, au baron de Vazellet ; église de 
Basse-du-Port-au-Bois ; tombeau du comte 
stauration des châteaux de Dolomieu et de 
itrale, 25 et rue Chaponay; établissement 
îcoration de Téglise de Saint-Pierre; deux 
no 24 de la rue de la Part-Dieu et le 3i rue 
jr Mollière à Saint- Irénée; chapelle et ferme 
i château de Tournon, au comte de Tournon 
ît de Bouzols (Haute-Loire) ; maisons cours 
Sœurs de Troyes, rue du Bon Pasteur. En 
L à abandonner l'architecture et à voyager, 
à la Société académique d'Architecture. 

trait, dans le tome X des Annales de la Société 
on, page 91. 

), architecte, est mentionné avec cette 
e Lyon, de 1776 à 1786. 

•e), religieux Jacobin, continue, de i658 à 
du portail latéral de Téglise des Jacobins, 
e (voyez ce nom), qui avait été commencés 
Robert Rogier. 



5t cité comme maître de Toeuvre de Téglise 
Lyon, dans un bornage entre des immeubles 
LUX Dames du monastère de Saint-Pierre, en 
e Pépin ; le vidimus est du 2 mars 1292. 



Digitized by 



Google 



— 333 — 

Archives du département du Rhône, communiqué par Guig 
et les Maîtres de métier de Lyon^ par Naialis Rondot, page 14. 

RICHARD (Pierre- Alexandre), architecte, né à 
le 3 avril i836, après avoir fait ses études au Lycée de B 
TEcole des Beaux-Arts de Lyon, sous Chenavard, où il 1 
une première mention d'architecture, puis fut reçu, e 
2« classe à l'école des Beaux-Arts de Paris, où il a fait t 
ainsi que dans l'atelier de Questel ; élève de i»'e classe ei 
a été attaché à Paris, aux cabinets de Lesoufaché et de L 
à Lyon en 1866. — Il a pris part à divers concours public 
à celui d'une caserne de gendarmerie à Bourg, où il a ol 
A Lyon, rue d'Oran, 2. 

Travaux d'architecture: A Lyon: T Ecole supéri 
arrondissement, le stand au Grand-Camp et diverses m 
habitations à la campagne ; les châteaux Baudrier > 
églises de Pont-d'Ain et de Chalamont ; le couvent 
cimetière de Loyasse, à Lyon, la chapelle de la famille 
dans le Recueil (T Architecture de Vulliam et Farge d 

Admis, le i^r juillet 1869, comme membre de la So 
d'Architecture de Lyon, et, en juin 1876, de la Soci 
Architectes français, il a assisté à plusieurs Congre 
secrétaire de celui de 1878 à Paris — P]n novembre 189 
Caisse de défense mutuelle des Architectes. 

Publication : Congrès des Architectes français à Pa 
dans le tome V, page 167, des Annales de la Société d 
-Lj"0« ; cette Compagnie conserve de lui, dans ses arc! 
d'une Ecole de Botanique. 

RICOUR (Joseph)^ architecte, a tait construire a> 
ce nom) pour la Compagnie, dite de la rue des Archers 
partie de la Société libre d'Architecture. 

Notice sur 'B. Poncet, par G. Tisseur, page 68. 

RIFAUD ( ), architecte, est mentionné 

dans les Almanachs de Lyon, de 181 3 à 18 17. 



Digitized by 



Google 



— 334 — 

r (Louis), architecte, né à Lyon le 3 1 janvier 1845, est mort 

1879. Il entra à TEcole La Martinière, d'où il passa chez 

Chambéry, chez Dénarié, puis, chez Pellegrini, et enfin, 

Il suppléa d'abord, comme professeur de dessin, Journoud, 

r Instruction primaire, lui succéda ensuite et fut maintenu 

que le cours passa entre les mains de la Ville; il est mort 

ctions. — En 1872, il commença à exécuter les travaux 

chalet à Meillonas (Ain); château de M. Saint-Clair Péri- 

Lulatière; habitation de M. Grand-Rodier à Lyon, près du 

itQ d'Or ; château de M. Thiollière de Tlsle, àSaint-Galmier 

X petits hôtels, rue Duquesne à Lyon ; château d'Avaize à 

î) — Admis, le 1 1 janvier 1877, à la Société académique 

re de Lyon, il en était le secrétaire adjoint, au moment de sa 

Société conserve de lui, dans ses archives: Elépation (Tune 

iiite par Sapoye. 

Journoud, avec portrait gravé par Miciol, dans le tome VI, des 
société académique (T Architecture de Lyon^ page 27. 

ET (Germain), architecte, est mentionné en cette qualité 
anachs de Lyon, de 1812 à 1819. 

BURG ou RIZEMBERG (Joachim VAN), architecte et 
é vers 1698, est mort à Lyon, le 7 novembre 1756. — Il fut 
adémie royale de Paris. — Il n'est mentionné comme archi- 
es Almanachs de Lyon, que de 175 1 à 1754. — Il fut choisi, 
173 1 , préférablement à deux autres, pour fournir les plans et 
•avaux du bâtiment du petit Collège des Jésuites à Lyon, du 
rvière; des conventions avaient été déjà passées, le i3 décem- 
mr l'exécution, avec Jean-Baptiste et Claude Gourguet, père 
difice, qui existe encore, est affecté à divers services munici- 
fut chargé d'une expertise avec Munet (voyez ce nom). Un 
içois van Risambourg était recteur de l'hôpital général, dès 



de Notre-Dame de la Platière, — Archives du département du Rhône, 
), 218 à 222 (i6ôS-iy6o)cx portefeuille D, 401. — Archives de la ville 
iire BB, 202. 



Digitized by 



Google 



— 335 — 

RISEMBURG ( VAN), architecte, était membre du jury 

des concours de Técole des Beaux- Arts de Lyon, en 1820. 

RIVIÈRE (Claude), architecte, né à Anse (Rhône) le 28 décembre 
1842, est mort le 1 1 mai 1889. — Il débuta dans le cabinet de B. Chatron, 
puis, entra successivement chez Savy, Clair, Barqui, Bailly etSallemand. 

Travaux d'architecture : Deux maisons. Tune quai de la Guillotière 
à côté du Temple protestant, l'autre également, mais coursde la Liberté, 
et un tombeau pour M. Bocuze, lequel a été publié dansla Repue générale 
de r Architecture et des Travaux publics de i883, planche Sy ; hôtel, rue 
Duquesne, 14 ; château à Pont-de-Chérui (Isère) ; sept maisons pour la 
Société des Immeubles Lyonnais, dont trois ayant façade sur l'avenue de 
Saxe, entre les rues Bossuet et Cuvier, sur la place Saint-Pothin. — Pour 
la même Société et divers entrepreneurs, onze autres sur le parallélo- 
gramme entre l'avenue de Saxe, la rue Sèze, la rue de Vendôme et la 
rue Bossuet ; maison, avenue de Saxe 96, et deux autres, cours Lafayette 
aux deux angles nord-ouest et sud-ouest avec l'avenue de Saxe, et une à 
langle de la rue Pierre-Corneille ; maison de campagne à Monplaisir, 
pour M. Dellevaux. — Admis à la Société académique d'Architecture de 
Lyon, le 7 juillet 188 1, il a laissé, dans les archives de cette Société, un 
dessin à la plume de l'un des immeubles élevés sous sa direction. 

Notice par A. Bellemain, avec portrait^ dans le lomeX, iQ^ Annales de la Société 
académique d Architecture de Lyon, page 79. 

ROBERT ( ), dit le maçon, est mentionné comme témoin 

avec les plus hauts dignitaires du Chapitre métropolitain de l'église de 
Lyon et du Chapitre de Saint-Just, dans un acte d'environ 1147, rédigé 
en présence d'ilion, abbé de Saint-Just et chanoine de Saint-Jean, le 
même qui fit orner le chœur de la cathédrale de Lyon, de pilastres de 
marbre et de peintures. 

Notice sur la cathédrale de Saint- Jean et de ses chapelles, par Guigue, page 3i . 
— Archives du Rhône ^ fonds de Saint-Just, liasse 14, n» i et Obituarium Sancti 
Pauli, page 57. — Etude et compte-rendu critique sur la monographie de la 
Cathédrale de Lyon^ de M. Lucien Bégule, par L. Charvet, page 36, 1882. 

ROBERT (Jehan), maître de l'œuvre de la cathédrale de Saint- 
Jean, de Lyon, le 25 mai 1480 après Pierre Noyset (voyez ce nom); il est 



Digitized by 



Google 



— 336 — 
1 de lui dans deux délibérations capitulaires de 1484 et 



ces sur la construction de V église cathédrale de Saint- Jean de Lyon, par 
page 35. 



^CHE (Charles- Antoine), architecte, fils du suivant ; il est 
mé jusqu'en 1792, dans les Almanachs de Lyon. En 1749 il fut 

en Tabsence de son père, à la surveillance des travaux de la Loge 
mges. — Il visita avec Cyr Decrénice (voyez ce nom), Barthélémy 
, chirurgien gradué et Michel Carré, chirurgien-major de 
Dieu, les vingt cimetières de Lyon, par suite de Tarrêt du Par- 

1777-1778. 

\ives de la ville de Lyon, Registres consulaires. — Archives de la ville de 
'chives du département du Rhône, portefeuille B. 7. 

^CHE (Jean-Baptiste), architecte. — 11 fit, en 1747 exécuter 
ravaux de réparations et de construction à la maison de TAca- 
pour monter à che\^l. — En 1748, il dirigea, pour Soufflot 
:e nom), les travaux de la nouvelle Loge au Change qui paraissent 
été qu'une sorte d'embellissement ou de reconstruction de celle 
tait auparavant et à laquelle on aurait ajouté une arcade (elle 
lit que quatre selon le plan de Lyon, de i658 ; voyez : Serlio, 
i, de Cotte et Gourdet) ; elle a été donnée par Raguenet dans les 
édifices historiques^ 32^ livraison ; elle sert actuellement de 
protestant. — La même année, 1748, il était expert pour 
'abbaye d'Ainay. — En 1750, il reçut 1 1,000 livres, est-il dit, 
'oir refait les plans et élévations de la Loge au Change et pour 
araires qui lui étaient dus pour la conduite des travaux, ce qui 
ait indiquer une sorte d'entreprise générale selon les habitudes 
>s. — Des alignements pour construction de maisons, le 4 mars 
lace du Change, le i5 novembre 1745, à la descente du pont de 
du côté du Change, et, en août 1748, rue Bàt-d'Argent (à côté le 
i est renseigne, «pour Antoine Pautrier, Etienne Brillon, entre- 
) ont été donnés à un Roche, sans que nous puissions affirmer 
git de J.-B. — Loge des Changes de Lyon. Inventé et dessiné 



Digitized by 



Google 



— 337 — 

sous la conduite de S. G. Souf^ 
) gravée par Bellicard. 

Registres consulaires. — Archive 
et Moderne, tome II, page 35o. 

de), architecte à Lyon, se 
st de Grivet (voyez ce noni),^ 
ussée et présidial contre Tab 
structions et œuvres de ma^ 

, H. 4180, aux Archives du dépar 

omniença en lôSy, les trav 
)bins, de Lyon, sur les plai 
continués. Tannée suivante, 
! portail n'existe plus non plus 



-Auguste), architecte, frère ( 
7, y est mort le 29 mai 189; 
c-Arts de Lyon, sous Louvier 
itecture sur une Porte monui 
le concours mensuels) et de 1 

ie de Sculpture^ qui lui a va 
4 : École La Martinière à 1 
livers travaux importants. — 
3, de la Société de l'Union a 



ppens, président de TUnion archii 
Annales de r Union architecturale 



irchitecte, né à Lyon, le 8 r 
Beaux- Arts de Lyon, sous L 



Digitized by 



Google 



— 3;î8 — 

eaux-Arts de Paris, élève de Daumet. — A été attaché, 
î d'architecte-adjoint au cabinet de Louvier, archi- 
it du Rhône (dont il a épousé la fille en 1 88 1 ) pour la 
tel de la Préfecture du Rhône, à Lyon, et lui succéda 
irchitecte de Tédifice pour Tachèvement et pour le 
loires. — A obtenu, en 1874, le prix au Concours 
par la Société académique d'Architecture de Lyon,, 
tes. En 1882, l'Académie des Sciences, Belles- Lettres 
iécerna le prix Dupasquier. 

: Hàtel des Ventes, — Salon de i885 : Hôtel conii- 
innés. — Salon de 1895 : Envoi de Camie^, aquarelle; 

— A obtenu une médaille de 2^ classe à l'Exposition 
Comme aquarelliste: médaille de :?e classe à la Société 
î Lyon, en i883 ; médaille de 2*^ classe à la Société 
x-Arts de Lyon, en 1886; médaille de 2e classe à 
lins, en 1895; hors concours à l'Exposition univer- 
894. — Professeur de dessin à la Société d'Ensei- 
nel du Rhône, en 1 890-1 891. Membre du iwvy à 
nt-Etienne, en 1890. Secrétaire général du Jury 
Arts) à l'Exposition universelle de Lyon, en 1894. 
de la Société lyonnaise des Beaux- Arts, du Conseil 

l'Ecole nationale des Beaux- Arts et des Ecoles 
le de Lyon, du Conseil d'administration de la Société 
Dfessionnel du Rhône, du Conseil des Musées de 
ssion des logements insalubres de la ville de Lyon ; 
L Caisse d'Épargne du département du Rhône. Socié- 
ion chargée de la révision des règlements de voirie 
^'on. — ' Fait partie du Comité départemental du 
sition universelle de 1900. — A Lyon, avenue de 
:enu, en 1876, le 3* prix au concours pour la recons- 

des Arts, à Rouen. 

litecture : Hôtel Continental, à Cannes (Alpes- 
s détails ont été publiés dans les Matériaux et Docu- 

— Diverses villas à Cannes. — Dans l'Isère : château 
ier, à La Verpillière ; transformation et agrandis- 
arvet, à Vaulx et Milieu. — Dans le Rhône : château de 



Digitized by 



Google 



— 389 — 

Pressavîn, à Monsols; villa Maderni au Point-du-Jour, pr 
de Raousset, à Millery et villa Tresca, à EcuUy. — Dans la 
ration du château de Curraize, près Montbrison ; vil 
agrandissement de l'hôtel Oriol ; chapelle dans le parc 
Saint- Chamond. — Ecoles et mairies : dans Tlsère : d* 
Chaponnay. — Grands Hôtels, quai d'Occident, 6 et \ 
Eglises : dans le Rhône : de Gourzieu-la-Giraudière et r 
celle de Saint-Louis de la Guillotière, à Lyon. — Dans TAi 
Lochieu et Bregnier-Cordon. — Le dispensaire et la chape 
d'enfants à Saint-Chamond (Loire). — Un grand nombre 
rapport de \^^ ordre à Lyon. Dans la même ville : brasseri 
tière ; ateliers des statuaires Bourgeot et Aubert ; teinturer 
ron, Christophe et Bunand, à Villeurbanne ; usines Gorse, 
Lyon. — Tombeaux de la famille Riboudet de la famille Ja 
tière de Loyasse, de la famille Berlioz, à Chaponnay (Isère 
ment à la mémoire de Piguet, métallurgiste lyonnais, à Ly 
figure, et à la mémoire du vétérinaire Quivogne, avec bust( 
d'Oullins (Rhône). — Admis, le 3 janvier 1884, à la Socié 
d'Architecture de Lyon, il en a été le secrétaire-adjoint p 
et le secrétaire pour 1889-1890 et 1895-1896. — Memb 
autres Sociétés d'architecture. — Fondateur, puis présid< 
architecturale de Lyon. 

Publications: Dans les Annales de la Société académiq 

ture de Lyon^ tome IX, page 77 : Restauration des chap 

dans les fouilles de Trion, avec photographies ; tome X, p 

rendu des travaux de la Société académique d'Architei 

pendant r exercice i88g-i8go, — La maison à construin 

tion faite au Congrès delà propriété bâtie, 1894. — L'Acroj 

publié dans les Annales de r Union architecturale de Lyc 

avec dessins à la plume d'après les aquarelles original 

biographique sur Casimir Echernier architecte^ avec porti 

dans le n» i des Annales de V Union architecturale de Lyo 

1898 — Discours prononcé à la distribution des prix de FI 

des Beaux-Arts de Lyon en i8g6^ dans le palmarès. - 

études faites en Grèce, en Asie-Mineure et en Italie sur 

antiques. 



i 



Digitized by 



Google 



— 3i0 - 

lOLAND (Olivier), maître d'œuvre et ingénieur du roi pour les 
cations de la ville de Lyon. — Il épousa, le 5 septembre 1544, 
me de FOrme, soeur de Philibert, laquelle était alors veuve de noble 
tophe de Burlet, de son vivant capitaine et châtelain de Saint-Sym- 
en d'Ozon ; il en eut deux fils : Humbert et Jean ; Jehanne avait eu 
ine fillede Christophe de Burlet, à laquelle elle donna, en 1 585, la mai- 
atrimoniale où pendait l'enseigne de TOrme. Olivier Roland testa le 
let i556, il était mort avant 1567. 11 avait élu sa sépulture au tom- 
de feu Jean de TOrme à Téglise de la Platicre à Lyon. — 11 remplaça, 
août 1 53 1 , Jehan Edouard, dit de Bire^ comme maître maçon juré de 
le de Lyon. — En i535 il fut consulté, avec d'autres, pour achever 
^e et la façade de Saint-Nizier et, en 1 55o, il s'en occupait encore ; ces 
ix se rapportent au concours probable de Philibert de TOrme, dans 
circonstance. — En i559 il s'occupa de travaux à exécuter au pont du 
e ; Jacques Gimbre (voyez ce nom), était alors voyer de la ville. — 
ait qu'il avait travaillé d'une manière particulière à un projet que, 
ssait caresserl'administration municipaledece temps: la construction 
hôtel de ville sur les rochers de la Saône au milieu du pont du 
ge, car cette administration acheta, le 20 juillet iSôy, pour 5o livres, 
euve Jehanne de l'Orme : (( la modelle de boys qu'elle sera tenue 
rendre à la ville entièrement complétée, d'une maison que lad. 
e entendoit faire bastir sur le pont de Saônne que aussi du plan de la 
e modelle et de tous autres plans, figures et modelles que ledéfunct 
)it en sa puyssance, appartenant à la dite ville. » 

rchives de la Cour d'appel de Lyon^ protocole Jehan Chaliard, registre 1544, 
24. — Archives de la Chambre des notaires^ protocole de Pierre Dechalles, 
enis, folio 1 38 — Registres capitulaires de réglise de Saint'Ni\ier de Lyon, 
rchives du département du Rhône, volume 8, 9 et 11, et le premier cahier de 
itaire des Archives de Saint-Nizier, G, 2819. — Archives de la ville de Lyon^ 
e consulaire BFî 102 et comptabilité CG, 1 142 (i 565-1 567). — Bulletin de la 
é de r Histoire de V Art français, 

lONDELET (Jean-Baptiste), architecte, né àLyonle4Juin 1743, 
lort à Paris le 25 septembre 1829. Après qu'il eut fait toutes ses 
^s au collège des Jésuites de Lyon, il fut employé par son père, 
ard, qui était maître maçon, à diriger diverses entreprises, puis il 
Licéchez Loyer. 11 se rendit ensuite, en 1763, à Paris, pour suivre 



Digitized by 



Google 



XVII 



Ruugerou, Vignerot et C* d'uptès lu lithographie de L. Boilly 



J. RONDELET 

I743-1829 



LYON ARTISTIQUE ARCHITECTKS 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— M\ — 

les cours de TAcadémie d'Architecture, sous J.-F. Blondel. — Abandonné 
à ses propres ressources, il avait déjà pu s'occuper de quelques travaux de 
sa profession, lorsqu'il fut, en 1770, engagé comme dessinateur par 
Soufflot (voyez ce nom) auquel Tronchin, fermier général, son client, l'avait 
signalé par un mémoire qu'il avait écrit pour réfuter Patte au sujet de 
réglise de Sainte-Geneviève de Paris (depuis le Panthéon) ; on ne tarda 
pas à Vy nommer inspecteur des travaux. — Soufflot étant mort en 1780, 
et l'entreprise ayant étéarrêtée, il obtint, parlafaveurduroi, qu'avaitvive- 
ment intéressé un nouveau cadran géographique, ou nouveau planisphère 
(soumis àl'AcadémiedesScienceset approuvé par elle, le 6août 1774), d'être 
envoyé, aux frais du gouvernement, en Italie où il séjourna pendant les 
années 1783 et 1784. — A son retour, il reprit ses fonctions d'inspecteur 
des travaux de construction de l'église de Sainte-Geneviève, qui avaient 
été repris par Brébion (mort vers 1796), lesquelles il continua sous 
Quatremère de Quincy et sousla Commission des travaux publics jusqu'en 
1806, époque où il fut définitivement chargé de la direction complète. — 
En 1794, il était à Lyon, en mission, puisqu'il écrivait le 4 novembre aux 
administrateurs du département du Rhône pour les prévenir qu'il venait 
d'inviter le district de Saint-Rambert en Bugey à envoyer à Lyon, tout le 
ferblanc dont il pouvait disposer; la même année il fut attaché à la 
Commission des travaux publics à Paris. — En 1795, il participa à 
l'organisation de récolepolytechnique; la direction pour les travaux civils et 
les écoles d'application fut placée sous son autorité spéciale. — F^n 1806, 
les Commissions ayant été dissoutes, il fut compris dans la première 
formation du Conseil généraldes bâtiments civilsdont il devient inspecteur 
général. — La même année, on le nomma membre du Comité consultatif 
des bâtiments de la Couronne et le suffrage unanime des professeurs de 
l'Ecole des Beaux-Arts Tappela à la chaire de construction devenue 
vacante. — Le 4 décembre 1787, il obtint^ en partage avec Griflfet de 
la Beaume, ingénieur des Ponts et Chaussées à Montbrison, le prix, 
proposé, en 1786, par l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de 
Lyon, sur la question: Exposer les avantages et les inconvénients des 
voûtes surbaissées^ dans les différentes constructions^ soit publiques, soit 
particulières j où Ton est dans l'usage de les employer; conclure de cette 
exposition, s^il est des cas où elles doivent être préférées à des voûtes à 
plein cintre et quels sont ces cas ; déterminer géométriquement quelle 



Digitized by 



Google 



— 342 - 

serait la courbure qui leur donnerait le moins d'élévation^ en leur conser- 
vant la solidité nécessaire. — Il avait proposé, la même année, un système 
de pompes qui fut expérimenté en 1788, mais que la Révolution empêcha 
de mettre à exécution. 

Comme membre de la Commission des Travaux publics, il écrivait, 
le 20 octobre 1795, à la Commission de l'Instruction publique pour 
conseiller la reconstruction au Musée des Monuments français du tombeau 
de François I^r par P. de TOrme. Plus tard. Bruyère, maître des requêtes 
chargé de la direction des travaux publics, ayant écrit, le 16 mars 181 1, 
à A. Lenoir, qu'il avait chargé Rondelet et Cellerier de faire un projet 
pour orner les églises de Sainte-Geneviève (réaffectée le 20 février 1806) 
et de Saint-Denis, chacun en ce qui le concernait, avec des monuments 
déposés au Musée des xMonuments français, Rondelet s'y opposa. 

En 1801, il obtint le prix de la classe de Littérature et des Beaux 
Arts de Tlnstitut, sur la question proposée en 1799 : Examiner quels 
ont été^ che^ les différents peuples^ les progrès de cette partie de l'Archi- 
tecture que Pon appelle la Science de la construction des édifices^ depuis 
les temps les plus reculés jusqu à nos jours. 

Salon de 1804: Projet de coupole pour la Halle au blé, — Sa vie 
d'architecte a été consacrée entièrement^ de 1770 à 1812, aux travaux du 
Panthéon. D'abord, comme inspecteur, il trouva, en 1770, à l'extérieur, 
les colonnes du porche et la totalité des murs élevés jusqu'à la hauteur de 
l'astragale; à l'intérieur, l'entablement était posé aux colonnes supportant 
le dôme, ainsi que trois assises au-dessus formant socle ; tous les chapiteaux 
des colonnes isolées étaient en place, ainsi que la partie d'architrave 
formant sommier ; le monument fut amené jusqu'à la hauteur de l'éri- 
gement de la tour du dôme, en 1780, époque de la mort de Soufflot. 
Après une interruption de quatre ans, sous Brébion, de 1784 à 1790, 
toujours en suivant les plans de Soufflot, on fit la tour du dôme, les trois 
coupoles, la colonnadecirculaire et le lanternon. Par décret de l'Assemblée 
constituante du 4 avril 1791, l'église devint le Panthéon français et, il 
resta inspecteur, sous la direction de Quatremère de Quincy, chargé 
d'opérer les changements devenus indispensables et, après ce dernier, 
sous la Commission des travaux publics. Mais les colonnes isolées qui 
supportaient la tour du dôme ayant paru s'écraser, et l'édifice ayant été 
étayé, il fit paraître, en 1797, son mémoire sur le monument. — Le 



Digitized by 



Google 





— MS — 

i3 février 1802, Napoléon étant venu visiter, accompagné de Fontaine 
(voyez ce nom), Tédifice étayé, après réchange de quelques observations, 
laissa Rondelet libre de continuer les travaux à sa guise, et ce ne fut que 
lorsqu'il eut été nommé définitivement architecte du monument, en 1806, 
qu il put rachever en 181 2, ayant opéré toutes les modifications qui en 
ont assuré la solidité jusqu'à nos 
jours. 

11 fut nommé, le 2 1 mars 1816, 

par ordonnance royale, membre ^ ^"^ ^^ ^"^ ^^f^ ^A 

de rinstitut, et les Académies de C^/^**^"^*^ 

Lyon, d'Arras, de Rome et de '^ ^ 

Pétersbourg l'admirent comme associé correspondant, ou comme membre 
honoraire. 

Il a publié: 129 articles relatifsà la construction, dansleZ)/c//o;mj/r(? 
d'Architecture faisant partie de X Encyclopédie méthodique de Panckouke, 
du mot aire au mot grue. — Mémoire sur l'Architecture considérée 
généralement^ avec des observations sur V administration relative à cet 
art y et le projet d^une école pratique qui serait chargée de tous les ouvrages 
publics. Paris, 1789 et 1790. Gueffier. — Mémoire historique sur le 
dôme du Panthéon Jrançais. 10 planches, Paris, 1797, Dupont. — 
Mémoire sur la reconstruction de la coupole de la halle au blé de Paris ^ 
avec la description des moyens^ pour l'exécuter en pierre de taille^ 
en briques^ en bois et en fer. 3 planches, Paris, ' Gillé fils, i8o3. 
— Traité théorique et pratique sur l'art de bâtir ^ pe édition, par Cillé, 
Paris, i8o3 ; dernière édition en 5 volumes, avec atlas de 210 planches. 
Fain, Paris, i83o, publiée par son fils (Antoine-Jean-Baptiste). — 
Mémoire sur la marine des anciens et sur les navires à plusieurs rangs 
de rames auquel on a joint des recherches et des observations sur les corps 
flottants, 10 planches. Paris, Fain, 1820. — Commentaire de S, -J. Frontin 
sur les aqueducs de Rome^ traduit du latin avec le texte en regard^ suivi 
de la description des principaux aqueducs construits jusqu'à nos jours^ 
3o planches. Paris, Didot, 1820. — Manuscrits divers parmi lesquels une 
dissertation sur les coupoles les plus remarquables par leurs dimensions 
ouïe mérite des procédés suivis pour leur exécution, accompagnée de 
l'historique des discussions qui ont eu lieu sur l'insuffisance des piliers du 
dôme de Sainte-Geneviève avant et après les accidents qu'ils ont éprouvés, 



Digitized by 



Google 



] 



— :VH — 

)sé des divers moyens de consolidation proposés par les archi- 
par les ingénieurs et de la description détaillés de tous ceux qui 
nis en œuvre pour leur restauration; ce manuscrit est accompagné 
s grand nombre de figures. — Il fut nommé, le 12 avril 1814, 
r de la Légion d'honneur. 

traits: 1822: par F. Boilly, lithographie; i83o: à l'antique dans 
spicedeson Tra/Ve; 1848: lithographie de Mme veuve Gubian, 
in 8». -— Son buste, en marbre, exécuté, en 1844, P^i* Elsoecht, 
ndation Grognard, est au palais des Beaux-Arts de Lyon. 

e du Lyonnais, mémoire communiqué par sa famille. — Collection Caste 
iothèque de la ville de Lyon du Lycée^ n®» 161 25 et 14926 à 14928. — 
de ^altard à ses funérailles. — De Bausset, IV, pages 124 à 126 et 23 1. 
aire des Richesses d'art de la France, Musée des Monuments français. 
pages 34 et 405. — Biographies : Rabbe, Universelle, des Contemporains. 
Quérard : La France littéraire. — Archives historiques et statistiques 
, tome X, page 424. — Bellier de la Chavignerîe et Auvray. — Bauchal. 

NSIN (Jean- Baptiste), architecte, faisait partie de la Société 
rchitecture de Lyon, en 1859. 

SSET (Antoine), architecte, figure à ce titre dans les Almanachs 
, de 1778 a 1792. 

ïllin dans les Annales de la Société académique d" Architecture de Lyon, 
page LXXIV. 

[7X-MEULIEN (Charles- Louis), architecte, est né à Lyon en 
2. Entré à TEcole des Beaux-Arts de Lyon, il y a remporté, sous 
, en 1868, le premier prix d'architecture sur un Hospice dans 
agnes, le prix de progrès et de concours mensuels ; et, en 1869, 
el de premier prix et le prix de concours mensuels ; puis, la 
mée, sous Charvet, le premier prix de composition décorative et 
de concours mensuels. — Attaché au cabinet de Louvier, 
te du département du Rhône, de 1869 ^ 1876. — A Lyon, rue 
seph, 60. 

vaux d'architecture. Ecoles: dans le Rhône: deCublize, en 1876; 
en 1880; de Saint-Laurent d'Oingt en i883; de Létra en î885 et 
puis en 1887 ; dans TAin : de Saint-Eloi en 1895. — Eglises : 



Digitized by 



Google 



— 345 — 

restauration de celle de Longessaigne en 1877 et construction, en 1884, de 
celle de Saint- Vérand, toutes deux dans le Rhône. — Fontaine Thé- 
venin à Chalon-sur-Saône, en 1879, à la suite d'un concours. — Habita- 
tions privées: dans le Rhône: Lempereur à Fontaines-sur-Saône, en 
1876; dans TArdèche: Brunel en 1876; Jules Cuchet en 1879 et 
Léopold Cuchet en 1878, toutes trois à Aubenas; dans Saône-et-Loire: 
Montarlot à Saint-Désert en 1880; la restauration du château de 
Germoles en 1 881, et Faye à Rosey en 1887. — Hôtels privés, à Lyon: 
boulevard du Nord, numéros 55, 57 et 59 de 1884 a 1889; rueTronchet, 
n" 108 en 1890; rue Ney, n"' 22 et 24, en 1898; Chavant, 11, place 
des Hospices, en 1892; Ovize, grande rue de Monplaisir, i5, en 1892; 
Glénard, boulevard Gambetta 3i5, en 1896. — Autres habitations 
privées: château de la Ronceraye pour M. Baboin à Saint- Vallier 
(Drôme), en 1893; château du Cret pour M. J. Villy à Amplepuis 
(Rhône), de 1891 à 1895; villa Plantin, cours Gambetta, en 1893; les 
bâtiments de l'Association lyonnaise d'équitation, à Lyon, en 1893; le 
château de Chassagne pour M. A. Baboin, de 1892 à 1894; villas à 
Ecully pour M. Berthoud, de 1888 à 1894, et à Cuiseaux pour M. Puvis 
de Chavannes, de 1893 à 1896; grande orangerie de M. Fessel à Ample- 
puis; pavillon de chasse et dépendances pour M. Garcin à Monchamp 
(Ain), de 1894 a 1895, les restaurations du château de la Servette (Ain) 
à M. Ch. M. Roë, de j894à 1895, et du château de Tourvéon à CoUonges, 
en 1897. — Installations et divers bâtiments et salons pour l'exposi- 
tion des soieries lyonnaises à Chicago en 1893, et à Lyon en 1894. — 
Divers bâtiments industriels à Lyon, à Vaise, à Villeurbanne, Saint- 
Vallier et Voiron ; décorations intérieures d'appartements et travaux de 
mobilier. — Admis, le 3 juillet 1873, à la Société académique d'Architec- 
ture de Lyon, il en a été le secrétaire pour 1 885- 1886 et le vice-président 
pour 1897-1898. — Publications dans les Annales de cette compagnie, 
tome VIII, pgige CXIX: Compte rendu des travaux à la Société acadé- 
mique d'Architecture de Lyon pendant les exercices iS85'i886^et tome 
XI, page 21 5 : Notice biogi^aphique sur Antonin Louvier avec portrait. 

ROUX (Louis-François), architecte et écrivain, né à Valence 
(Drôme) le 28 septembre i838, bachelier ès-lettres (Grenoble) en i856, 
bachelier ès-sciences (Lyon) en 1857, entra ^ l'école des Beaux-Arts de 

40 



Digitized by 



Google 



— 346 — 

i oii il obtint, sous Chenavard, en 1859, ^^ ^e prix d'architecture et, 
!6o, le i*' prix sur Un Rendez-vous de chasse. — Elève de M. A. 
irdins. — Il fut reçu le premier, en 1862 à TEcole des Beaux-Arts de 
, atelier Questel, et y remporta une médaille de perspective en 
sse, en i863, et une médaille d'esquisse en K^ classe, en 1866. — 
tint, en 1861, un second prix dans le concours d'émulation ouvert 
a Société Académique d'Architecture de Lyon sur Une Salle de 
îrt accompagnée d'un Conservatoire de musique. — Il a appartenu 
:abinets suivants à Lyon : 1860- 1862 : A. Desjardins (églises 
se, de Villefranche, de Saint- Bernard à Lyon, travaux particuliers) ; 
: A. Hirsch (marché couvert pour Chambéry); à Paris, 1862-1864 : 
tel (musée de Grenoble, hôtel de la Préfecture de l'Isère, intérieurs, 
ns pour l'Exposition de 1867); 1864 : Diet (études pourTHôtel-Dieu 
iris) ; Davioud (musée d'Amiens, études des Magasins réunis, etc.) ; 
înard (projets pour le XI I^ arrondissement de Paris); Léon Chatenay 
1 et maisons de rapport) ; Hochereau (Installation pour l'Exposition 
167); 1864: Grand-Jacquet et Galot (théâtre de Dax); 1872 : Duc 
beau de Duban), 

5alon de 1869 : Monument projeté pour la cour cTun Musée ^ trois 
iis ; chapelle sépulcrale élevée dans le cimetière de l'Est à Paris. — 
isition Universelle de 1878 : projet pour la construction de F église 
acré'Cœur à Montmartre^ six châssis ; projet pour l'Exposition 
nationale Universel le de Paris ^ en 1S7S. — Salon de 1881 : 
pilla construite à Biarrit{ (en collaboration avec Duc), sept cadres, 
alon de i885 : Projet de Palais européen pour F Association inter- 
nale africaine {Etat du Congo)^ en collaboration avec Léopold- 
and Hugo, trois châssis. — Salon de 1892 : Motif central de la 
le du projet de l'hôtel de ville de Valence (Drôme) ; le même a 
lu une médaille de bronze à l'Exposition universelle de Lyon où il 
î réexposé en 1894. — Nommé, en 1868, inspecteur des bâtiments 
. à la Cour de Cassation, fonctions qu'il a conservées jusqu'en 1884, 
ue où il fut nommé architecte en chef dans le même service pour 
:itution nationale des Jeunes aveugles à Paris. — Nommé expert 
le Tribunal civil de r* instance de la Seine en 1894. — A Paris, rue 
Chaussée d'Antin, 23. 
Concours publics auxquels il a pris part : i865 : théâtre pour 



Digitized by 



Google 



IMJi^ll 



— 347 — 

Vienne (Isère); 1874 : église du Sacré-Cœur de Montmartre pour lequel 
il obtint le 8« prix; 1874 : Parlement pour Berlin ; 1875 : monument de 
la bataille de Coulmiers; 1876 : projet d'Exposition universelle pour 
1878 pour lequel il obtint le i^r prix ex œquo; 1876 : écoles pour la ville 
de Boulogne-sur-Seine; 1880 : mairie pour Pantin; 1886 : projet d'Expo- 
sition universelle pour 1889, pour lequel il obtint une mention; 1881 : 
théâtre de Montpellier; 1882 : caserne des pompiers de la rue de Cha- 
tigny à Paris; 1887 : musée pour la ville de Lille; 1888 : mairie du 
Xe arrondissement de Paris; 1889 : projet pour l'exposition du ministère 
delà Guerre en 1889; 1890: hôtel de ville de Valence pour lequel il 
obtint le 2^ prix ; 1893 : projet pour l'Opéra-Comique de Paris; 1895 : 
projet d'Exposition universelle de 1889. 

Travaux d'architecture : 1 867 : pavillon des cachemires dans le parc de 
l'Exposition universelle, publié dans la Revue générale de V Architecture et 
des Travaux publics de 1868, planches 52 et 54, texte page 21 bis. — 1872 
à 1880 : Compagnie des Eaux de la banlieue de Paris à Suresnes, cons- 
truction de plusieurs réservoirs d'eau et bâtiments divers d'exploitation. 
— 1873 à 1878 : villa à Biarritz (Basses- Pyrénées) en collaboration 
avec Duc, et de 1879 à 1880, après la mort de celui-ci (le pavillon du 
concierge a été publié dans le Recueil d" Architecture (\q WuUiam et 
Farge, 8* année). — 1875 : Skating-Ring, rue du Faubourg-Saint-Honoré 
en collaboration avec Chatenay, publié dans \e Recueil d Architecture de 
Wulliam et Farge, 7e section planches 2, 3 et 4. — 1879 à 188 1 : hôtel, 
avenue de TAlma, 56 à Paris. — 1 880-1 881 : maison de rapport rue 
Descombes 27, à Paris. — 1881 : maison de campagne à Condé-Sainte- 
Libière (Seine-et-Marne). — 1881 à ï883 : maison de compagne à Bourg- 
la- Reine (Seine) rue Lebouvier. — 1882 à 1888 : construction d'une 
partie de la ferme du château de Beauvoir (Seine-et-Marne). — i885 à 
1886 : grands chaixet usine à Beaucaire (Gard), publiés dans le Recueil 
d'Architecture de Wulliam et Farge, 12e section p. 40 et 41. — i885 : 
maison de campagne à Neuilly, 5, rue de Rouvray. — 1888 à 1889 : 
villa à Juziers (Seine-et-Oise). — 1891 à 1892 : installation d'un grand 
magasin à Valence (Drôme). — 1891 à 1893 : maison de rapport à 
Neuilly, 19, rue de Chézy. — 1893 : petit haras à Gargenville (Seine-et- 
Oise). — 1892 à 1894 : maison de rapport à Paris, 76, avenue des 
Ternes. — 1892 : maison de campagne à Enghien, route de Saint-Leu- 



Digitized by 



Google 



— 3i8 — 

~ 1893 à 1894 : magasins à Charenton, rue du Port aux Lions 
iS du château de Laroche (Seine-et-Oise). — 1893 à 1895: 
nentdu château du Weez (Nord). — 1894 : maison de cam- 
L Garenne (Seine). — 1894 à 1895 : ateliers d'imprimerie à 
lu Moulin-à-Vent, 29. — 1895-1896 : maison de campagne à 
î-et-Oise) et maison de rapport à Paris, rue Erard, 9. — 1896 : 
îliers à Paris, 73, rue Laugier. — Monuments funéraires, 
ravaux d'entretien. — Expertises. 

[•e, de 1866 à 1869, de Tlntime-GIub; en 1884, correspondant 
été des Architectes de Seine-et-Oise, de la Société mathé- 
France, de la Société centrale des Architectes français dont 
:rétaire-rédacteur pour 1888- 1889 ; secrétaire-adjoint pour 
; secrétaire principal pour 1893- 1895 ; membre du Conseil 
-Admis, le 5 juin 1890, à la Société académique d'Architecture 
:omme membre correspondant; en 1 891, de la Société des 
de l'Anjou et d'honneur de la Société régionale des Architectes 
t. 

ations : Dans V Architecture^ journal hebdomadaire de la 
itrale des Architectes français^ 1888 (7, 14, 28 avril, 5 et 
rganisation de P Architecture^ revue critique de l'état actuel ; 
glise du Sacré-Cœur de Montmartre de P^m (fondations) ; 
imbre, i«r décembre) : Architecture Khmer^ conférence au 
ibodgien du Trocadéro; (17 novembre) : Bâtiments civils \ 
e) : La Société Centrale et les Concours publics ; (29) : Fête 
res syndicales de la ville de Paris et du département de la 
ipte rendu). — 1889 (12 janvier, 23 février, 16 mars) : 
e doit-il les plans des constructions quil fait exécuter ? ; 
, 16 février, 2 mars) \ La Société centrale des Architectes et 
r Avenir \ (i 3 avril) : L Hygiène dans les églises \ (11 mai): 
et les Architectes^ signé : un architecte de vos abonnés ; 
Le Triomphe de l'Ecole ; (24 août) : Responsabilité décennale 
:tes\{3o novembre) : Responsabilité d'ordre public, — 1890 
Décentralisation ; (i 5) : La Tète de Turc ; (i 2 avril) : Un projet 
nérale des architectes \ (3i mai) : L Epouvantait et la Vie 
lillet) : Compte rendu général du Congrès, — 1 89 1 (10 janvier) : 
e des devis dépassés et les Bâtiments civils ; (18 avril) : Le 



Digitized by 



Google 



— 349 - 

Musée Moll à Angers \ (ii-25 avril, 2, 9, 16, 23 mai) : Honoraires des 
architectes (étude raisonnée) ; (8 août) : Modèle du Panthéon de Rome^ 
par M. Chipiei ; (19 décembre) : Banquet des anciens Elèves de r Ecole 
des Beaux- Arts (compte rendu) ; (26 décembre) : Eête des Chambres 
syndicales de la pille de Paris et du département de la Seine (compte 
rendu). — 1892 (i6-3o janvier) : Les Mosaïques de la Magdeleine; 
(5 mars) : Le cinq pour cent^ lavis de pluviôse et F avis de r avenir ; 
(3o avril) : Monnier {Jules-Eugène)^ notice nécrologique; (2, 9 juillet) : 
Compte rendu général du Congrues; (29 juillet, 6 août) : Chaudet (Louis- 
Alfred), notice nécrologique ; (décembre) : Banquet des anciens Elèves 
de r Ecole des Beaux Arts {compte rendu). — 1893 (21 janvier) : Pichon 
(George)^ notice nécrologique; (4 février) : Réunions amicales des anciens 
Elèves de l atelier^ B.-G.-Q. Pascal (compte rendu) ; (24 juin) : Distri- 
bution des récompenses de la Société centrale^ rapport du secrétaire 
général. — 1894 (mars) : L'Annuaire des architectes élèves de l Ecole 
des Beaux-Arts de Paris; (14 avril) : Sources d'erreurs pour le public^ 
au sujet des honoraires \ (juin) : Distribution des récompenses de la 
Société Centrale^ rapport du secrétaire principal ; Historique des 
Congrès d'architectes^ conférence faite à Lyon ; (3o juin) : Compte rendu 
général du Congrès; (7 juillet) : Concours d'Architecture organisé par 
la Société Nationale de France; (juillet) : Le Règlement et les non- 
résidants (Société Centrale). — 1895 (26 janvier, 3 février) : Exposition 
de 1900, notes sur les projets du Concours; (juin- juillet) : Compte rendu 
général du Congrès; (i5 juin) : Distribution des récompenses de la 
Société Centrale^ rapport du secrétaire principal. — 1896(31 octobre, 
7 novembre) : L Architecte en vacances (Fontainebleau). — 1897 
(17 avril, 1,8, i5, 22, 29 mai) : V Architecture aux Salons : Champs- 
Elysées^ Champ-de-Mars (compte rendu) ; (24 juillet) : Le Génie n'est 
pas responsable. — Petite Architecture {Bulletin de la Société Centrale 
des Architectes français) : 1894 (pages 69 à 92) : Compte rendu 
annuel du secrétaire principal pour 1893. — 1895 (pages 27 à 52): 
Compte rendu annuel du secrétaire principal pour 1894. — 1896 
(pages 3oà 57) : Compte rendu annuel du secrétaire principal pour 1895. 
— Bulletin de la Société centrale des Architectes français : 
diverses discussions et propositions dans les comptes rendus du Congrès 
de 1878 a 1881, etc. — Semaine du Constructeur. 1876 (9 décembre) : 



Digitized by 



Google 



1 



— 350 — 

os du Trocadéro, — 1878 (17 octobre) : Ingénieurs et Architectes. 
(ler novembre) : Navigation aérienne. — Bulletin de la Société 

CHITECTES ET INGÉNIEURS DES AlPES-MaRITIMES : 1884 (comptC 

du Congrès) ; Conférence sur les honoraires d'architectes. — 

NOUVELLE DE l' ARCHITECTURE ET DES TrAVAUX PUBLICS : 1876 

rs) : Organisation de V Architecture^ revue critique de Tétat actuel 
ts). — Croquis d'Architecture {Intime-Club) : années 1866, 
1868 : Nombreux comptes rendus de concours, etc. — Conférences 
honoraires des architectes faite au Congrès de Nice^ 1884. — Les 
?ctes élèves de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris .^ par David de 
n, Roux et Delaire, Paris, Chaix, iSgS, in-80. — Manuscrit non 
: Etude théorique sur la mécanique du vol des oiseaux. 
ïssins : dans la première année de : Croquis d' Architecture 
'.'Club) ( 1 866-1 868) : dessin de la chaire de l'église dAinayà 
par Questel (voyez ce nom) ; esquisses de l'Ecole des Beaux-Arts 
issard, deux esquisses. — Dans les Matériaux et Documents 
[uenet, divers détails, dont croix de carrefour à S aint- Germain- 
nt'd'Or (Rhône) ; chapiteau grotesque à la cathédrale de Saint- 
e Lyon (260© livraison). — Dans V Encyclopédie d'Architecture : 
irs pour r Exposition de 1878. — Dans les Profils et détails 
lecture de Lépreux (i5 décembre 1869) : église de Notre-Dame 
t^ à Clermont. — Dans E Architecture , journal hebdomadaire de 
été centrale des Architectes français, de décembre 1894 ; dans les 
raphies de bâtiments modernes^ de Raguenet, et dans la Mono- 
? du concours (Bernard, éditeur) : Les Concours de l'Expo^ 
universelle et internationale de 1900. — Dans la Construction 
îe du 3i mai 1890 : Le Concours pour* l'hôtel de pille de 
e. 

bum : Les Loisirs d'un fusilier (Souvenir du siège de Paris), 
aphié à cent exemplaires (1872). 

collaboré à la Monographie de Phôtel de ville de Lyon^ par 
jardins ; à la Monographie des Salons de l'Impératrice^ par E. 
- et à Talbum offert à l'Empereur par la Commission de TExposi- 
liverselle de 1867 (25 aquarelles), 
ïîcier d'Académie de 1884, chevalier delà Légion d'honneqrde 



Digitized by 



Google 



— 351 — 

ROUX ( ), estimateur-toiseur, qualifié Roux père 

les Almanachs de Lyon, de lySi à lySô. 

ROUX (Léonard), architecte, né à Lyon le 3 février 1725, 
dans la liste générale des Contre-révolutionnaires misa mort à Com 
^jrrJwcA/e,depuisle2i vendémiaire, jusqu'au lygerminalaull (1201 
1793 au 6 avril 1794). Il fut administrateur de THospice de la Cl 
dont il devint Tarchitecte, et, en 1782, inspecteur, avec Bugniet 
aussi : Marie, Gervaise, Lallié, Perronet, Baffert, Bouchet, de ! 
et Carron), des travaux du pont de TArchevêché. Il est qualifié seci 
du roi en 1761. 

Travaux d'architecture : 1759: Téglise des Augustins (l'an 
avait été démolie en 1755) que Ton dit avoir été achevée sous la dir 
du P. Janin (voyez ce nom), aprèslamortde Roux, ce qui serait une e 
— En 1761, il reçoit 1.200 livres pour la décoration faite, en r 
roccasion du voyage du roi, qui n'eut pas lieu. — En 1762, il reç( 
concert avec Gyr Decrénice (voyez ce nom), les travaux de la dij 
la Tête-d'Or. — En 1775 (6au 12 juin), rapport, avec François Grs 
sujet d'une visite faite par eux au pont d'Haï incourt à Lyon. — Er 
il fait, avec Dubost (voyez ce nom), des plans pour le collège de Te 
(Ardèche). — La même année il dressa, avec François Grand (vo 
nom), un rapport et estimation de la maison du Grand-Paris, angle 
rue Mercière et de la rue Thomassin, et (22 mai), avec Loyer 
ce nom), les plans du rez-de-chaussée et du i^r étage (lesquels 
gravés) de la maison, rue Saint-Dominique, qui servait de burea 
communauté des Fabricants (dans laquelle était l'entrée du couvent de 
binsetqui existe encore). — En 1784, lorsqu'il était inspecteur des ti 
du pont de l'Archevêché, il aurait été chargé, avec Bugniet, de le 
truire d'une manière mixte, mais ce projet ne paraît pas avoir été 
exécution. — Il fut membre associé de l'Académie royale d'Archit 
et de l'Académie de Lyon dans les portefeuilles de laquelle il a 1 
i** 1762 : De la nécessité des mathématiques dans V architecture ; 2^ 
Description d'une mosaïque trouvée^ à Lyon^ da?is une excav. 
3« : Les dessins de l'église des Augustins, lesquels ont été gravés s 
titre : Plan^ coupe ^ élévations géométrales et vue de l'intérieur de l 
des religieux Augustins de la ville de Lyon^ dédiés au Roy. Inven 



Digitized by 



Google 



— 352 — 

r Académie du roy d'Architecture, gravé par Deneuf- 
; projets pour la construction du pont de Bellecour, 

été gravé par Aug. Saint-Aubin, d'après G.-N. 
à droite, in 40. 

Annales de la Société académique d'Architecture de Lyon^ 
^es de la Charité, E, 74, 79 et 82 et C, 60. — Archives 
s du Rhône, page 32o et suiv. — Archives de la ville de Lyon, 
Lix consulaires BB, 3^9, 33o, 339, 346 347. — Le Collège de 
►iassip, p. 182. — Collection Coste à la Bibliothèque de la 
, n<> 433, 1 1 1 1 1 et 14334. — Bréghot du Lut et Péricaud. — 
le 1790. — Lyon ancien et moderne, page 238. — Bauchal. 

ec Louis Pesnot (voyez ce nom), il publia, comme 
r pour cartes, en i554, le plan scénographique de 

^. — Brouchoud. 

LA CARDONNIÉRE ( ), architecte, 

s les Almanachs de Lyon, de 179 1 à 1800. 

)me IX, page LXXIX des Annales de la Société académique 



Aarie), architecte, est mort au commencement de 
ce, par Monvenoux, laquelle avait été annoncée dans 
travaux de la Société académique d'Architecture de 
îes 1887 et 1888, ne nous est pas tombée sous la 
:herches) ; élève de TEcole des Beaux-Arts de Lyon, 
obtint, en 1841, une mention de concours mensuels 
nière d architecture. — Après avoir consacré ses 
ecturales à la construction de maisons privées et à 
)nt un tombeau pour le docteur Bonnet (voyez 
duit, par les circonstances, à s'occuper plus spécia- 



Digitized by 



Google 



— 353 — 

lement des assurances et devint même directeur d'une con 
Admis à la Société académique d'Architecture de Lyon, le 5 ja 
il en a été le trésorier pour 1 873-1874 et pour 1883-1884; 
5 mai 188 1, une Notice sur Alexis Despierre ^ qui a été ins( 
tome VII, page 59, des Annales de la Société académique d'A 
de Lyon. 

SAINT-ALBIN (Jehan DE), fut nommé maître de 

I église cathédrale de Saint-Jean, de Lyon, le 17 novembre û 

Notice sur la construction de la cathédrale de Sainte-Jean^ de Lyon 
page 32. — Les Artistes et les Maîtres de métier de Lyon, par Na 
page 16. 

SAINT-BONNET (Jean-Baptiste DE), jésuite, né 
est mort à Lyon, le 5 mai 1702. Il fit bâtir, sur la façade de 
collège de la Trinité, de Lyon, un observatoire d'après les 
l'approbation de Cassini, lors de son passage à Lyon (cette 
bâtiments du Lycée est aflFectée actuellement à une salle de 
Une machine qui servait à la construction le jeta, le 29 avril, 
bas et il se fracassa la poitrine, ce dont il mourut. 

Archives de la ville de Lyon, Registres consulaires, BB. 261 et 26 
du département du Rhàne, portefeuilles D. 18 et 22. — Correspondan 
avec Brossette, 

SALLES (Jehan DE), maître d'œuvre à Lyon, tax< 

II fut maître juré charpentier de la ville et intervint ave^ 
maîtres à différentes occasions, soit pour travailler, soit poui 
avis; en i5o9, avec Lucas Cochin, il fit les travaux pour d- 
pont du Rhône, du côté de Béchevelin, et adapta un cintre 
neuve à un arc ancien; en 1 5 14, il dressa un rapport sur Tel 
boulevard de Saint-Sébastien : en i5i7, il assista Edouard G 
ce nom), voyer de la ville, pour des travaux à l'hôpital 
Rhône, d'après des dessins faits par Perréal (voyez ce nom 
il prit part à des opérations de nivellement de la rue de 
avec les mêmes et les autres maîtres jurés de la ville. 



Digitized by 



Google 



— a54 — 

sita des estrades ou échafaudages du jeu de la Conception 
me, aux Cordeliers. 

^erréal. Clément Trie et Edouard Grande par L. Charvet, pactes 126 
80, i83 et 393. 

[CHON (Jean), architecte, avant 1773. 
îs de Vhospice de la Charité de Lyon, D. 3o. 

[NS (Jehan DE), maître d'œuvrede Lyon, est taxé à cinq sols 
?5 de la ville de Lyon, Registre CC, folio 98. 

VATOR (Salvatori), architecte, de Florence, fut chargé, en 
a conduite des préparatifs pour la réception, à Lyon, de la reine 
de Portugal et du dauphin François, et, la même année, 
535, donna les plans du bâtiment 
îl de Saint-Laurent, à Lyon (voyez 
Paris), construit aux dépens de Tho- 
dagne,sieurde Beauregard,à l'insti- 
Sante Pagnino, et pour les répara- 
tretien duquel Gadagne légua i ,000 
noisen 1 547.Cetédificen'existeplus. 

?5 de la ville de Lyon, registres consulaires, BB, 53, 34 et 55. — Plan de 
8. — Péricaud et Breghot du Lut. Tablettes chronologiques de i536. 

BIN (Hugues), maître menuisier et architecteur, doit être cité 
ant publié à Lyon : Œuvres de la diversité des Termes (cariatides) 
een architecture avec les corniches ^frises et bases réduits en 
on, 1572, Jean Marcorelle et Jean Durand. Il aurait également 
^ures de : Discours historial de l'antique et illustre cité de 
i la Gaule Narbonoise avec les portrait{ les plus antiques et 
utiments dudit lieuy réduits à leur ouvrage mesure et proportion^ 
de l'antique et moderne ville^ par Jean Poido d'Albenas. A 
llaume Roville, i56o. 

juedes Arts, 16 mars 1895. — V architecteur Hugues Sambin, parCastan, 
; XIV des réunions des Sociétés des Beaux-Arts des départements, page 217. 




Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



XVIII 



Rongpron, Vignerol et (.♦ doprès la gravure d'Alix 



J.-A. SAVOYE 

1804-1878 



LYON ARTISTIQUE ARCHITECTKS 



Digitized by 



Google 



— 355 - 

SAUNOIS ( ), ingénieur machiniste, mentionné à ce 

titre dans les Almanachs de Lyon, de 1764 à 1797. 

Gaspard Bellin dans le tome IX, page LXVIII des Annales delà Société acadé- 
mique d* Architecture de Lyon, 

SAVOYE (Jean-Axnédée), architecte, né le ler juillet 1804, est 
mort à Lyon, le 19 avril 1878. Destiné d*abord au commerce, il entra 
tardivement à TEcole des Beaux-Arts, de Lyon, où il obtint, en i83i, 
une médaille d'argent pour le concours de quinzaine, sous Chenavard, 
dans le cabinet duquel il était entré et où il suivit les travaux de construc- 
tion du Grand-Théâtre de Lyon. En décembre 1 83 1, il se rendit à Paris 
pour entrer à l'atelier de Debret, où il resta jusqu'en i833 avec une 
absence à Lyon, pendant le choléra de i832. — Membre du conseil 
départemental des Bâtiments civils du Rhône depuis 1867 ; adjoint à la 
mairie de Pont-de-Chéruy (Isère). — Membre du jury des concours de 
l'Ecole des Beaux- Arts de Lyon, en 1868. 

Travaux d'architecture : Maison Colcombet y/ ^ 

en face de l'hôtel de ville de Saint-Etienne. i2^--VewL 

Pensionnat de l'abbé Lassalle, à Saint- Alban, 
près Lyon. Château de Longiron, entre Saint- 
Chamond et Saint-Etienne. Passage Goiran et 
caserne adjacente cours Perrache (démolis). Restauration de la 
maison Périsse, aux Etroits. Entreprise du percement de la première 
partie de la rue Centrale, à Lyon, entre la place des Jacobins 
(anciennement de la Préfecture) et la rue Grenette, de concert avec 
Poncet (voyez ce nom), par traité avec la ville, du 17 mars 1846. Maison 
Oflfant-Boisson-Descombes, à l'angle de la rue Longue et de la rue de 
THôtel-de- Ville ; hôtel de la compagnie du Gaz de Lyon, rue de Savoie. 
Reconstruction du château de M. Rival, à Civrieux-en-Dombes. Maison 
de campagne Descours, à EcuUy. Château de M. Gustave Thiollière, à 
Villette d'Anthon (Isère). — Dans le même département les églises de Sau- 
gnieu, de Janneyrias, publiée dans le Recueil (T Architecture de Wulliam 
et Farge, et du Colombier (voir dans la Nouvelle Histoire de Lyou^ 
d'A. Steyert, II, page 599, une vue du clocher de cette église, construite' 
en i83o, avec les ruines du château). Le château de Colombier, pour 
M. de Leusse. Chapelle des Dames de TAdoration perpétuelle à la Croix- 




Digitized by 



Google 



— 356 - 
Rousse. — Il fit partie, dès le début, delà Société académique d'Architec- 
ture de Lyon, le 4 décembre 1841 , dont il fut le secrétaire de 1847 ^ ^^4^ 
et en i85i, le vice-président de 1881 à 1882 et le président de 1861 à 1862, 
de 1 865 à 1 866 et de 1 869 à 1 870. Il a laissé dans les archives de cette société: 
trois dessins, de i856, des Anciennes halles de la Grenette. On a de lui : 
1848 : Rapport sur les travaux de la Société académique d'Architecture 
pendant Fannée 1847; 1849: même rapport pour 1848; i852:même 
rapport pour i85 1. Rapport sur la reconstruction du théâtre des Célestins 
et Eloge de Bissuel^ avec portrait, dans le tome III des Annales de la 
Société académique d'Architecture de Lyon^ pages 117 et i23, et Eloge 
de Forest dans le tome IV du même recueil, page I. 

Eloge de Savoy e y avec portrait gravé par Alix, par Tisseur, dans le tome VI 
des Annales de la Société académique d'Architecture de Lyon^ page I. 

SAVY (Etienne), architecte, admis à la Société académique d'Ar- 
chitecture de Lyon le 5 mars 1842, il est mort en 1854 (nous n'avons 
pu retrouver, même aux archives de la Société académique d'Architec- 
ture, son éloge, qui aurait été écrit par Bernard (Pierre), ainsi qu'il 
résulte d'une lettre de l'archiviste de cette Société du 3 juillet 1897). A 
publié : Observations sur les restaurations actuelles de nos églises et néces- 
sité de mettre au concours le projet de réédification de la façade de V église 
de Saint'Ni{iery mémoire lu à la Société académique d'Architecture de 
Lyon dans sa séancedu4 mars 1843. Lyon, Louis Lesne, 1843. In-8o,32pp. 

SEGUIN (Ferdinand) fut nommé voyer de la ville de Lyon le 3 
janvier 1662, par suite de la démission de Maupin fils (voyez ce nom) et 
resta en fonctions jusqu'au 18 août 1676, époque où il fut remplacé par 
Paul Bertaud (voyez ce nom). En i663, il fit un rapport sur la ferme de 
la Tête-d'Or à Lyon. Le 3 1 décembre 1668, les président et trésoriers de 
France en la Généralité de Lyon lui firent dresser, comme contrôleur 
commis à la visite des ponts-et-chaussées, un procès verbal de l'état du 
grand chemin royal de Lyon à Paris, dans la Généralité. 

Documents fournis par RoIIe. — Notes et Documents de Péricaud. 

SEITZ (Sébastien-Bernard), architecte, né à Mayenne le 29 
septembre 1797, est mort à Lyon à la fin du mois d'octobre 1860. — 



Digitized by 



Google 



— 357 — 

Il entra au service militaire, le 8 octobre i8i3, dans le i le bataill 
du train d'artillerie, fut nommé brigadier et fît, avec le grade de foi 
les campagnes de i8i4et i8i5 en France. Reçu à TEcoIe royale 
truction des troupes à cheval le 2 juillet i8i8, il y resta jusqu'en 
étudia la construction et entra dans les bureaux de Tarchitecture 
ville de Lyon en 1822, après Benoît (voyez ce nom). En 1844, il fut n 
architecte contrôleur des travaux du Palais de Justice (voyez Balt 
Dumont) et, en i858, membre du conseil départemental des Bâti 
civils du Rhône. — Membre de Jury des concours pour la géomét 
la perspective à TEcole des Beaux-Arts de Lyon en i836. — La li 
ses nombreux travaux ne nous a pas été donnée par son biogi 
excepté la reprise en sous-œuvre d'une maison quai Fulchiron; il 
achever la rue de la Préfecture commencée par Vincent Farge (vo; 
nom) et construire le no 39 du massif entre la rue Tupin et la rue F 
dière. — Entré à la Société académique d'Architecture, le 27 août 
il en fut le secrétaire adjoint de 1841 à 1846 et en 1849, le sécréta 
i85o et le vice-président de i853 à 1854 et de 1857 à i858. — 
Société conserve de lui, dans ses archives: cinq dessins d'une n 
rue du Puits-Gaillot^ 2, On a de lui : i85o: Compte rendu des tri 
de la Société académique d'Architecture de Lyon en 1849 et i85o. 

1861, Eloge de Seit\ par E. Perret, L. Perrin. — Notice sur B. Poncet 
Tisseur, pages 6 et 71. 

SENNIUS METILLIUS (M.), entrepreneur constructeur 
romain, membre de la splendidissime corporation des négociants cis 
et transalpins, préfet de cette même corporation, d'après Tinscr 
trouvée, en novembre 1894, dans le Rhône en face la place Grolier, < 
déposée au Palais des Beaux- Arts de Lyon, arcade XVI, no 172. 

SÉON (Joanny), graveur d'architecture, né à Lyon, en 182 
mort le 12 juin i883. — Il a gravé, d'après divers architectes, s; 
G. André : Porche de l'église de Saint-Pierre à Lyon, avec les d 
— C.-A. Benoît: Chapelle de la Sainte Vierge à Ainay. — F. B 
Chapelle de l Assomption à r église de Saint-Bonaventitre de Lyc 
P. Bossan: Eglise de Saint-George à Lyon ; église de FImma 
Conception à Lyon ; bannière de la Sainte Vierge pour la cathédr 



Digitized by 



Google 




— 358 — 

Lyon . — L. Charvet : dans la notice sur F . Royers de la Valfenière : Plan de 
V abbaye des Dames de Saint-Pierre à Lyon; pierre tombale de Françoise 
de Clermont ; planche de sceaux ; dans la notice d'E. Martellange : la 
façade de l" église du noviciat des Jésuites de Paris; 
la menuiserie de la porte d'entrée de la même 
église; la vue générale du noinciatdC après Bretez; 
la coupe de F église du collège de la Trinité à 
Lyon et, dans la maison forte de Monbaly, à 
Vaulx et Milieu, la vue de l'édi/ice, — A.-M. Chenavard ; diverses 
planches trop longues à détailler dans : Voyage en Grèce et dans 
le Levant ; Lyon antique restauré ; recueil des compositions exé- 
cutées ou projetées ; vues d'Italie^ de Sicile et d'Istrie ; supplément 
aux compositions historiques. Les Poètes ; Fontaines ; sujets tirés des 
poésies d'Ossian. Notice sur le tableau comparatif des grandeurs des 
théâtres antiques. — R. Dardel: planche de la monographie du Palais 
du commerce. — A. Desjardins: les 24 planches pour le Manuel 
d'Architecture au Moyen Age de Peyré et le projet de construction 
de V église de Saint-Pierre à Vaise^ façade et plan. — B. Fontaine: 
Chapelle à La Pauline (Var), — E. Journoud : Chapelle dun pensionnat 
à la Mulatière {Khôno}'^ Encorbellement à l'église de Brou à Bourg-en- 
Bresse. — P. Martin : la plupart des planches des Recherches 
sur l'Architecture^ etc. — C. Tisseur: Tombeau de Jacquard à Oullins 
(Rhône). — Planches dans la Monographie de la cathédrale de 
Lyon^ par Lucien Régule. — Cartulaire de la ville de Lyon^ fac-similé 
de lettres, sceaux et le fleuron au lion d'après un dessin de L. Charvet, 
pour la Société littéraire, historique et archéologique de Lyon. — Il a 
gravé, de 1872 à 1876, les vingt-cinq planches du grand Plan scénogra- 
phique de Lyon au XVI siècle, gravé par L. Pesnot (voyez ce nom), publié 
par la Société de Topographie historique de Lyon, sous la direction de L. 
Charvet, lequel a dû restituer, d'après le plan de Moithey, les marges de 
ce plan lesquelles n'existaient plus. — Nous omettons sans doute un grand 
nombre de planches de cet artiste, lequel, comme on le voit, a gravé 
tout ce qui s'est publié d'intéressant en architecture de 1 845 à 1 883 à Lyon. 

SERLIO (Sébastien), peintre et architecte, né à Bologne (Italie), 
le 6 septembre 1475, est mort à Fontainebleau à la fin de Tannée 1 554- 11 



Digitized by 



Google 



:1 



- 359 - 

était fils de Barthélémy Serlio, peintre médiocre d'ornements, dont 
reçut les premières leçons et qui lui en fit donner d'autres par les premit 
maîtres de la ville qui étaient très nombreux et très habiles à cet 
époque. Son existence fut très vagabonde ; nous le trouvons 
Pesaro de i5oo à i5i5, puis ensuite à Rome où il se lie d'amitié av 
Baldazzare Peruzzi, à Venise où il est en relations avec Sansovin 
Sanmicheli et Titien, à Vicence, Ancône et Pola ; il rentre à Rome 
i532 où il revoit Perruzi (lequel meurt quatre ans après en lui légua 
ses dessins d'antiquité). En iSSy, il est à Venise où, s'étant mis 
rapport avec des diplomates français, il profite des libéralités de Fra 
çois lerqui l'attire, quoiqu'agé de 60 ans, en France, à Fontaineblea 
A la mort de ce roi il est obligé de se réfugier à Lyon où, se trouva 
dans la plus grande détresse, il vend tous ses dessins à Strada et revie 
à Fontainebleau pour y mourir. Les commissions qui le nomme 
« peintre et architecteur i> du' roi, sont datées du 27 décembre i5 
et du 5 janvier 1542. 

Travaux d'architecture : A Bologne, quelques travaux au pah 
public; à Pesaro, dessin pour la construction d'une crypte; à Venise, 
i533, avis pour l'église de Saint-Jean des Vignes, dessin du plafond 
la librairie de Saint-Marc, palais Grimani de la famille Lombardo; 
Vicence, théâtre en bois; à Fontainebleau, l'hôtel du cardinal de Ferrai 
duquel subsiste une porte en bossages; au palais, un portail fortifié, 
façade de la grotte du Jardin des Pins et divers ouvrages assez difficil 
à déterminer; à Lyon, un projet de Loge au Change (voyez Fontar 
Gourdet, de Cotte, Souflflot et Roche) et un de constructions privées s 
le quai Saint-Antoine. 

Travaux de peinture : A Pesaro, à Fontainebleau, où il donne aui 
les dessins pour une fabrique de tapisseries que François i^r y av; 
établie, et à Lyon où il fit des décorations pour l'entrée dans cet 
ville du cardinal de Tournon en i552. 

L'influence de Serlio sur l'art de l'architecture au XVJe siècle a e 
des plus considérables et rien ne le prouve mieux que la vogue étonnar 
de ses publications, dont nous abrégerons la longue bibliographie, auta 
que possible. 

1537 • Rigole generali darchitettura^ etc., Venezia, Frances 
Marcolini da Forli, ire édition italienne du 4* livre quoique publi 



Digitized by 



Google 



— 360 - 

t les autres ; réimprimée par Marcolini en 1 540 et 1 544, — 1 540 : 
riolibro^ etc. Venezia, Francesco Marcolini. — 1545 : Le premier 
, etc., le second livre ^ etc., mis en langue Françoise par Jehan 
tin, Paris, Jehan Barbe. — i545 : Reigles générales de VarchiteC' 
etc., translaté et imprimé à Anvers par Pierre Van Aelst ; c'est la 
lière édition française du IVMivre. — 1547 • Q^i^^to libro di archi- 
va^ etc., traduit en français par Jehan Martin, Paris, Michel de 
:ozan; c'est la première édition française de ce livre. — i55o : De{ 
luitei^ le troisième livre translaté d'italien en françois, etc., imprimé 
ivers par Pierre Coeck d'Alost ; première édition française de ce 
. — i55i : Extraor dinar io libro di architettura^ etc.. In Lione per 
an. de Tournes, avec la traduction en français; première édition de 
Te eh français et en italien.-— 1 55 1 : llter{0 libro^ etc., Venezia, Pietro 
icolini da Sabbio, deuxième édition italienne de ce livre. — 1 55 1 (?) : 
imolibro^ etc. Il secondo libro^ etc., Venetia, Cornelio de Nicolini 
abbio, sans date, probablement première édition italienne de ce 
, lequel se trouve relié avec les IIP IV' et V^ de i55i, bien quils 
it, non par Pietro, mais par Cornelio de Nicolini. — i55i : Regole 
rali di Architettura ^ etc. Venetia. C'est la quatrième édition ita- 
le du quatrième livre, rajeunie de celle de 1544, par Pietro de Nico- 
da Sabbio. — i55i : Quinto libro ^ etc. Venezia ,• Pietro de 
>lini, première édition italienne de ce livre. — i552 : // libro 
to^ etc., Toledo, Juan de Bayla, édition espagnole de ce livre. 
557 : Extraor dinar io libro di architettura, etc. Venezia, Fratelli 
a, deuxième édition de ce livre. — i558 et i56o : le même 
même imprimeur, deuxième édition française et troisième ita- 
le. — i56o : le même à Lyon par Rouville, troisième édition 
^aise. — 1559 : Quinto libro ^ etc., Venezia, Gio. Battista e 
chio Sessa fratelli, deuxième édition italienne de ce livre. — i56o : 
o primo di Architettura^ etc., Venezia, comme ci-dessus, deuxième 
on italienne de ce livre. — i562 : // ter^o libro^ etc., Venezia, 
icesco Rampazetto ad istanza di Marchione Sessa, troisième édition 
înne de ce livre. — i566 : Délie opère de architettura^ etc., libri sei, 
îzia per Francesco Sanesse e Giovanni Krugher, réduction en petit 
at des six livres et gravée par Krugher. — i567 : Extraor dinar io 
» di architettura^ etc., Venezia, Gio. Battista et Marchio Sessa, 



Digitized by 



Google 



— 36i — 

quatrième édition du Vie livre. — i568 et i56g : Sebastiani Serlii 
gnese de architectura libri quinque^ etc., Venetiis, Franciscus Se 
et Johannem Criegher. — 1569 : autre édition avec changemc 
dédicace de celle précédente. — iSyS : Serlio Seb,^ tercero y i 
libro di architectura tradu^ido en tangua castellana per Fr. de 
panda. Toledo, Joan de Ayala, planches en bois imitées matériell 
des éditions vénitiennes. — iSyS : Sebastiani Serlii Bononiensis 
tecturœ liber septimus^ etc. — // settimo libro d'architettura^ 
Francoforti ad Mœnum, Andréa Wechel, première édition lat 
italienne du Vile livre. — i584 : Tutte le opère ^ etc., Venezia, Frai 
de Franceschi Seneze, première édition des œuvres complètes 
in-folio) en italien. — 1600 : Tutte r opère d*architettura e pros 
(sic), etc., deuxième édition de la publication précédente. — 1606 
eersten Boeck van architecturen^ etc,^ 5 livres (caractères goth 
Amsterdam, traduction en flamand, par Pierre Coeke, gravei 
1 D09 : Di Sebastiano Serlio 1 cinque libri d'architettura tradotti in\ti 
Basilea, traduction de Ludovico Kœnig. — 161 6 : Het twede Boec 
de architecturen^ etc. Amsterdam, Hendrick Laurentz, éditions \ 
daises des II*, Ille, IV^ et Ve livres avec pagination pour chaque 
— 1618 : Tutte le opère ^ etc., Venezia, Giacomo di Franceschi, figt 
bois, les Vie et Vile livres avec pagination séparées. — 161 9 : 
édition, avec de légères différences. — 1663 : Architettura^ etc., Ve 
per Combi e la Nou ; cette édition contient le portrait de Serlio a\ 
mots : Sebastiani Serlii vera effigies. C'est celui que le marquis A 
a fait dessiner, pour la biographie de ce maître, par le peintre 
Fancelli, graver par Antonio Marchi et que nous avons fait repr 
par Dubouchet dans notre notice de 1869. Il en existe un autre, o\ 
représenté plus jeune et sans barbe, lequel a été dessiné par Vii 
Raggio, gravé par Jacopo Bernardi et publié, à Milan, chez A. Vi 
avec ceux de Vitruve, de Vignoleet de Palladio. 

Arétin. — Vasari. — Benvenuto Gellini. — Jacques de Strada. — Lom; 
Ticozzi. — Temanza. — Saraina. — Genticola di Bologna. — D'Argenv: 
Félîbien. — Trésor des merveilles de Fontainebleau du P. Dan. — Ban 
Marquis Antonio Bolognini Amorini. — Biblioteca delVeloquen^a italiana d( 
Fontanini, avec annotations d'Apostolo Zeno. — Enciclopedia Economica c 
cesco Predani. — Notice historique sur quelques architectes par Callet 
Renaissance des Arts à la Cour de France» — Monographie de Fontaineb 



Digitized by 



Google 



— 362 — 

Archives de la ville de Lyon. — Notice sur S. Serlio^ par L. Charvet, dans 
laquelle on trouve les dessins de la porte de l'hôtel de Ferrare à Fontainebleau et du 
projet de loge au change pour Lyon, 1869. 

SERVAN, dit SERVANDO, dit SERVANDONT (Jean- 
Nicolas), peintre et architecte, est né à Florence, le 2 mai 1695, de 
Jean-Louis-Claude Servan, voiturier de Lyon, dit Servando,et de Marie- 
Jeanne-Baptiste Ottaviani; il est mort à Paris, le 19 janvier 1766. De 
Anne-Henriette Roots, qu'il avait épousée en Angleterre, le 14 juillet 
1729, il eut huit enfants, dont le 6«, Jean-Adrien-Claude, né le 26 avril 
1736, a été architecte. 

Livre des Baptêmes aux Archives de Santa- M aria del Fiore à Florence. — 
Jacques Dumont le I{pmain^ dans YAbecedario de Mariette, publié par les Archives 
de VArt français, tome V, page 210. — Dictionnaire critique de Biographie et 
d'histoire^ de Jal. 

Il étudia, d'abord en Italie, la peinture avec Jean-Paul Panini 
et l'architecture avec Jean-Joseph de Rossi. 

Salon de 1737 : Une pyramide et architecture. Sujet d^ architecture 
et ruines. Deux tableaux de ruines et d'antiquités. — Salon de 1738 : 
Un tableau d architecture. — Salon de 1739 : Sujet d^ architecture ., de 
ruines et une partie du Cotisée de Rome éclairée par le soleil couchant. 
— Salon de 1740 : Sujet de ruines et de paysage. — Salon de 1741 : 
Sujet d'architecture et de ruines. — Salon de 1742 : Vue d anciens 
édifices., une pyramide et., dans le fond., un temple; quelques figures sur 
le devant. Ruines et un reste d'architecture sous lequel paraît un vase 
antique ; des figures et des animaux sur le devant. Restes d'^ anciens 
édifices et animaux sur le devant. Restes d anciens édifices. — Salon 
de 1743 : Neuf tableaux dessus de portes, même numéro. Ils représentent 
plusieurs sujets d'architecture et bâtiments antiques^ paysages et diverses 
vues. — Salon de 1750 : Deux tableaux d'architecture représentant des 
ruines (appartiennent au comte de Choiseul). Dix tableaux d'architecture 
et paysages^ même numéro. — Salon de 1765 : Deux tableaux dessus de 
portes, un représentant un trophée dartnes et de ruines, l'autre, des 
rochers, une chute d'eau et un tombeau. Deux tableaux de ruines 
antiques. — Il vint en France en 1724, où il fut nommé directeur des 
décorations de l'Opéra, lequel était, à ce moment, au Palais-Royal, dans 
une salle placée dans Taile à droite (là où a été percée la rye de Valois), 



Digitized by 



Google 



- 368 - 

construite en lôSy, par Lemercier (voyez ce nom), d'après les ordres du 
cardinal de Richelieu, laquelle, après avoir servi à diverses représen- 
tations, avait été modifiée et arrangée en théâtre en 1673 ; elle fut 
incendiée cent ans plus tard (voyez Soufflot). — II paraît avoir conservé 
ces fonctions jusqu'en 1742. — En 1782, il prit part au concours ouvert 
pour la construction du portail de Saint-Sulpice de Paris, remporta le 
prix et fut, en conséquence, chargé de la direction des travaux (voyez 
plus loin). — Le 1 1 avril, il fut reçu à la Confrérie des Pénitents gris 
d'Avignon. — De 1746 à 175 1, il dirigea des fêtes données dans diverses 
cours de TEurope. — En 1752, il prit part au concours pour la place 
Louis XV, mais le projet de Gabriel (voyez Soufflot), lui fut préféré. — 
En 1755, il fut nommé premier architecte décorateur du roi de Pologne, 
Électeur de Saxe. — Il a été employé par les rois de Portugal, d'Espagne, 
d'Angleterre et par le duc régnant de Wurtemberg. 

Travaux de décoration : A 
rOpéra de Paris, la décoration 
de la salle de bal et soixante 
décors, dont ceux du palais de 
Ninus, du temple de Minerve, 
des Champs-Elysées dans Pro- 
serpine^ la vaste galerie dans Pyrrus^ le palais du Soleil et le palais de 
Scanderberg. — En 1736 :. un reposoir pour le jour de la Fête- 
Dieu à rentrée du Palais-Royal. — En 1738 : représentation de 
pantomimes ou spectacles de machines dans la salle du Théâtre 
des Tuileries, construite en 1660, entre le pavillon Marsan et le 
pavillon central qu'on nommait salle des machines; dessin du feu d'artifice 
pour la Paix ; décorations pour la fête donnée par la ville de Paris, entre le 
Pont-Neuf et le pont Royal, à l'occasion du mariage de Louise-Elisabeth 
de France avec don Philippe, infant d'Espagne. — En 1739, décorations 
de la fête donnée à Sceaux, à Toccasion de la paix, pour le mariage du 
Daiîphin à Saint-Germain-en-Laye et des fêtes données à Bayonne et à 
Bordeaux J30ur le passage de la première Dauphine, infante d'Espagne. 
— En 1740, 1741 et 1742, de nouvelles représentations de pantomimes ou 
spectacles en machines dans la salle des machines au palais des Tuileries 
ayant pour sujets : La Descente aux Enfers, les Aventures d'Ulysse et 
Vhistoire d'Héro et Léandre. — En 1749, un feu d'artifice à Londres qui 






Digitized by 



Google 



— 36-4 — 

mille guinées, et, à Paris, un projet pour les réjouissances de 
ne fut pas exécuté. — En 1754, un arc de triomphe le jour de 
la première pierre de la nouvelle place de Saint-Sulpice et 
î représentation de pantomime ou spectacle en machines aux 
ayant pour sujet diverses situations tirées de la Jérusalem 
du Tasse. — En lySS, les décorations de Topera d'Aétiusk 
écorations pour VAlceste comprenant le temple de l'Hymen, 
d'une ville, Tapothéose, le temple de Pluton, celui d'Apollon, 
onstance couromiée^ pour la Conquête du Mogol et pour la 
Anges de Milton. — En 1760, à Vienne : les décorations des 
ariage de Joseph II avec Tinfante de Parme, 
lux d'architecture : En 1733 : la façade de Téglise de Saint- 
Paris qu'il mena jusqu'au-dessus de la deuxième ordonnance en 
Tand fronton qui surmontait le frontispice et les deux tours 
les avait conçues n'ayant pas convenu, Ton chargea Maclaurin 
struire, puis celles-ci n'ayant pas plu, on s'adressa à Chalgrin 
it celle au nord, celle au sud étant restée dans l'état où l'avaient 
deux précédents architectes ; le modèle de ce portail, exécuté 
:ux de Servandony par Mérault^ était au Musée des Monuments 
t fut remis le 27 juin 181 5 à l'Architecte de Tlnstitut pour la 
architecture). Il fit, dans la même église, le maitre-autel 
baldaquin (lesquels n'existent plus), la tribune des orgues 
oration de la chapelle de la Sainte Vierge. — En 1738, 
lessin et dirigea l'exécution d'un modèle pour le baldaquin 
î- autel de l'église de la Chartreuse de Lyon ; son projet 
s exécuté et celui qui a été fait a été dirigé par Soufflot 
nom). — En 1742, il donna les dessins du baldaquin et du 
;el de la cathédrale de Sens lesquels existent encore. — En 1 753, 
^augirard pour les prêtres de la communauté de Saint-Sulpice. 
5 précises et n'existant probablement plus pour la plupart : à 
porte d'entrée principale de la maison de l'Enfant-Jésus, rue et 
le Vaugirard ; une chapelle en forme de rotonde chez de La 
Meuve du Luxembourg ; l'escalier de l'hôtel d'Auvergne, rue de 
té ; une fontaine dans le cloître de Sainte-Croix de la Breton- 
3 rotonde en forme de temple antique et une glacière pour le 
de Richelieu, à Gennevilliers; une maison de campagne près 



Digitized by 



Google 



— 365 — 

de Paris; un théâtre au château de Chambord pour le maréchal de 
Saxe ; des travaux au château de Chantilly pour le prince de Condé ; 
réglise de Coulange-la-Vineuse (Yonne). 

Il fut admis, le 26 mai lySi, comme membre de TAcadémie de 
peinture sur un tableau représentant les Ruines d'un temple d'ordre 
ionique avec une pyramide dans le lointain^ qui a été placé dans les 
galeries du Musée du Louvre, mais qui ne figure plus dans les cata- 
logues. — Il a publié : Description abrégée de V église de Saint-Pierre 
de Rome et de la représentation de l intérieur de cette église^ donnée à 
Paris dans la salle des machines des Thuileries au mois de mars et 
d'avril de Tannée 1738. Veuve V. Pissot, Paris, lySS. — Relation de la 
représentation de la Forêt enchantée sur le théâtre des Tuileries, le 
3i mars 1754. — Le 6 mars 1732, le pape le créa chevalier du sacré 
palais apostolique et comte de Saint- Jean-de-Latran et, en 1743, cheva- 
iier de Tordre militaire du Christ. Sa veuve donna son portrait, le 
8 novembre 1783, à TAcadémie, et il se trouve à présent au musée du 
Louvre y ayant été apporté, en 1888, de TEcole nationale et 
spéciale des Beaux-Arts ; il a été gravé par Miger d'après Colson, 
reproduit par le musée Landon au trait et en plus petit sans nom de 
graveur. 

D'Argenville, tome I page 447. — Inventaire des richesses d'art de la France. 
Monuments civils de Paris, tome I, page 60, Monuments religieux de Paris, 
tome I.page 252, et Musée des Monuments français, tome 11^ page 193, et tome III, 
page 236. — Notes sur la Chartreuse de Lyon, communiquées par le P. Ambroise- 
Marie Bulliot, coadjuteur de la Chartreuse de Selignac (Ain). — oArchitecture 
françoise, par J.-F, Blondel, tome III, livre V, chapitre XXXI, page i53. — 
Q^rchives de PArt français, tome I, page 383 et tome III, page 386. — Revue des 
Arts décoratifs, n®» d'août et de septembre 1880. — Antiquités et Curiosités de 
Sens, par A. de Montaîglon, page 71. — Annonces, a/ fiches et avis divers du 
10 avril 1754, page Sg. — Compte rendu de la cérémonie de la confération de 
r ordre du Christ à Servandoni par T archevêque de Sens, Mercure de France, i*^"* 
volume de décembre 1743. — Nécrologie de 1767, article par Palissot de Mon- 
tenoy, réimprimée dans la Revue universelle des Arts, i2«^ volume, pages 1 i 5 et 
117, — Biographies WïchixuA et Didot. — Lance. — Bellier de la Chavigneric et 
Auvray. — Bauchal. 

SÈVE (Jehan), contrôleur des fortifications de Lyon de i5i2 à 
i5i4, étant frère de Michel Sève (qui fit rentrer (avec Jacque Buyer) la 



Digitized by 



Google 



— 806 — 

taxe de deux deniers imposée dans ce but le 2 juillet i5i2), fait payer 
pour ces travaux diverses dépenses, 

Registres Je la ville de Lyon^ CC. 1 17, 1 5 12 à 1 5 [4). 

SIMON (Antoine, ou Simon d'Anthoine), voyer (verbalement 
nommé) de la ville de Lyon le 14 janvier iSgy, est mis en jugement pour 
détournements d'objets mobiliers appartenante Thôpital de Saint-Lau- 
rent, « couUres, couvertes et coussins », qui furent, du reste, restitués ; 
il succédait à Bertrand Gastel qui fut destitué en 1 594 (voyez Bertrand 
Gastel et Jérôme Durand). 

Relie. 

SIMON (Claude), architecte du roi, entrepreneur des bâtiments en 
1684, est envoyé à Lyon par Jules-Hardouin Mansart et Robert de 
Cotte pour y surveiller les travaux de restauration de Thôtel de ville 
(incendié en 1674) et de la statue équestre de Louis XIV sur la place 
Bellecour ; il recevait pour cela 2,000 livres par an, selon la délibération 
consulaire du 14 avril 1701 (Voyez Etienne et Jean Aynès, de Cotte, 
Mansart et Claude Perret). 

Ordonnances et statuts concernant les maçons. — Archives de la ville de Lyon. 
— Bauchal. 

SOUFFLOT (Jacques Germain), architecte, est né à Irancy 
près Auxerre, le 22 juillet 171 3, ainsi que le porte son épitaphe au 
Panthéon et non, ainsi qu'on Ta écrit, le 5 janvier 1709, puisqu'il était 
encore tout jeune en 1735, selon la lettre, du 3 février de cette année, de 
Nicolas Wleughels, directeur de TAcadémie de France à Rome, au duc 
d'Antin; d'autre part, il est mort à Paris, le 29 août 1780, à Tâge de 
soixante-sept ans environ, est-il dit. Ses obsèques se firent à Saint- 
Germain-l'Auxerrois et il fut inhumé, plus tard, dans les caveaux du 
Panthéon qu'il a fait construire, où il a un monument très simple, non 
loin de l'entrée adroite. — Il alla en Italie où le duc de Saint-Aignan, 
ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, le fit admettre, le 
9 décembre 1734, sans brevet, sous Nicolas Wleughels, directeur, au 
nombre des pensionnaires de l'Académie de France à Rome; il y était 



Digitized by 



Google 



XIX 



Rougeron, Yignerot et C 



d'après Carie van Loo 



J.-G. SOUFFLOT 

171 3-1780 



LYON ARTISTIQli: 



ARCHITFXTI.S 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



— 367 — 

encore en lySô. De là, paraît-il, il se rendit en Asie-Mineure (il retourna 
en lySo^en Italie,avec le marquisdeMarigny,Ch. -Nicolas Cochinetrabbé 
Blanc ; mais ses travaux et sa faible santé le ramenèrent bientôt), puis il 
s'établit à Lyon. — Il aurait concouru pour la façade de la cathédrale de 
Genève, mais le projet d'Alfieri lui aurait été préféré (nous ne donnons ce 
fait qu'à titre de renseignement). — En 1752, il prit part au concours 
ouvert pour les édifices de la place Louis XV (place de la Concorde 
actuelle), mais les projets de Gabriel (voyez Servandony) lui furent 
préférés. — D'abord nommé contrôleur des travaux de Marly, il le fut, 
en 1755, des monuments de Paris, puis, en 1772, à titre honorifique, des 
monuments et embellissements de Lyon. En 1776, lors delà suppression 
des contrôleurs généraux, il fut nommé intendant général des bâtiments. 

Travaux d'architecture : A 
Lyon : en 1743, il fit construire le 
maître -autel et le baldaquin de 
Téglise de la Chartreuse dont la 
partie centrale et le dôme venaient 
d'être achevés par F. Delamonce 
(voyez ce nom), le projet de Servandony (voyez ce nom) pour ce baldaquin 
n'ayant pas été suivi. — En 1748, il fit élever, sur les bords du Rhône, le 
bâtiment, avec dôme central , du grand Hôtel-Dieu ; le double maître autel 
placé sous ce dôme fut béni le 16 décembre 1764. La même année. Roche 
(voyez ce nom) agrandit et restaura la Loge aux Changes, actuellement 
temple des protestants, sur ses dessins (voyez Serlio, Fontana, de Cotte 
etGourdet). Elle a été reproduite dans les Monographies de Bâtiments 
modernes par Raguenet. — En 1749, il donna les plans de la maison des 
chanoines réguliers de Saint-Augustin (Génovéfains), devenue plus tard le 
refuge Saint-Michel, travaux pour lesquels il appela, de Paris, Loyer (voyez 
ce nom), lequel a dirigé, également sous ses ordres, ceux du dôme du grand 
Hôtel-Dieu, de concert avec Munet (voyez ce nom), et plus tard ceux de 
la salle de spectacles. — En 1749, associé avec Munet et Milanois, il 
entreprit la construction d'un îlot de maisons en avant de la colline vers 
le clos du Séminaire, le long du Rhône, pour l'éloigner et former un quai 
depuis le quai de Retz jusqu'au bastion de Saint-Clair ; le traité avec la 
ville est du 22 octobre 1749, homologué par arrêt du Conseil du 
6 novembre 1750. Il avait déjà essayé, en {742, associé avec Raisset, 




Digitized by 



Google 



— 368 — 

Dîi et Milanois, de traiter pour la construction de cinq maisons sur 
)lacement de la chapelle de Saint-Clair, avec Tabbesse de Saint- 
•e,Anne de Melun; cette affaire n'aboutit pas; il avait fait également 
la ville le nivellement du Rhône depuis le bastion Saint-Clair jusqu'à 
y, travail qui lui fut payé en 1747. — En i75i,ildonna les plans 
maison Parent, place deTHerberie (actuellement rue Saint-Côme). 
lit, à Tarchevéché, les deux portails à colonnes du fond de la cour, 
and salon et la terrasse. On construisit, également sur ses plans, 
îl de Lacroix-Laval sur le rempart d'Ainay et Thôtel Sabot de Pizey, 
ï la rue Saint-François, la rue Sala et la rue Bourbon (rue Victor- 
0), emplacement occupé à présent parles maisons Glas. — Près Tlle- 
►e, la maison de campagne Merlino, appartenant à M. Anginieur. — 
lUe de spectacles de Lyon, qu'il commença en 1754, fut achevée en 
; elle a été démolie en 1828 et remplacée par le Grand-Théâtre 
îl, construit par Chenavard (voyez ce nom). — 11 fit terminer le 
d hôpital de Mâcon, en 1770. 

En 1754, 1760 et 1763 il s'occupa de la cathédrale de Rennes où il 
se rendre et il rectifia les plans de la façade exécutés par Potain. 
763, il fit construire aux Tuileries, entre le pavillon Marsan et le 
Ion central, sur l'emplacement de la scène de la salle des machines 
ervandony (voyez ce nom) avait fait représenter, de 1738 à 1758, des 
omimes ou spectacles en machines, une salle et une scène à peu 
semblables à ceux de l'Opéra du Palais-Royal, lequel venait d'être 
idié. C'est sur son emplacement que fut établie la salle des séances 
i Convention. — En 1770, il visita avec Guillaume II Coustou, la 
édralede Sens pourexaminer l'emplacement du tombeau du Dauphin 
î la Dauphine. — Etabli définitivement à Paris depuis 1 756, il y donna, 
ème année, les plans de l'école de droit dont les travaux ne commen- 
it qu'en 1771, en 1757 ceux de l'église de Sainte-Geneviève 
ithéon français), dont la première pierre fut posée en 1764 et qu'il 
la jusqu'à la base de la tour du dôme (voyez Rondelet); il fit cons- 
e en 1756 le trésor et la sacristie de la cathédrale de Notre-Dame, 
laire à prêcher (détruits depuis) et, en 1771, enlever le pilier qui 
iait en deux parties la porte principale d'entrée, lequel a été rétabli 
Viollet-le-Duc. — En 1773, il faisait un rapport sur les plans de 
idémie pour monter à cheval de Lyon, affaire qui revint sur le 



Digitized by 



Google 



— 369 — 

tapis en 1776 (voyez Achard). — En 1775, il fit la f( 
sur remplacement de Tancienne Croix du Trahoir^ 
Ses autres travaux sont la maison du duc de La 
Roule et, au château de Ménars, Torangerie, qui ] 
salon, un pavillon et une grotte. 

Il fut admis, le 25 novembre 1749, comme m 

royale d'Architecture et, le 8 novembre 1760, com 

peinture. — Depuis 1738 il fit partie, comme m( 

Société royale des Beaux-Arts de Lyon jusqu'en i 

des Sciences, Belles-Lettres et Arts, à compter de 

celle de la réunion des deux compagnies. — En 17 

liste des associés vétérans ; le 8 juin 1778 il et 

assista à plusieurs séances dans Tune desquelles il 

et dessins de Téglise de Sainte-Geneviève à cette c( 

de lui : 1789 : Des Proportions de F Architecture , - 

lecture gothique. — 9 septembre 1744 : Dans lA 

goût est' il préférable à la science des règles ou c 

reproduit dans les nouvelles Archives du Rhône, 

1 753 : Introduction à l'explication des dessins de 1 

Lyon. — 1778 : De l'identité du goût et des règ 

r architecture. — Il a laissé : Suite de plans^ couj 

géométriques et perspectives de trois temples anti 

talent en ijSo^dans la bourgade de Pœstum^mi 

J.-G. Soufjlot^ architecte du Roy en l'jSo et mis < 

G.'M. Dumonten 1764. — Œuvres ou recueils de 

chitecturede J.'G. Soufflot. Paris 1767,2 vol.in-fc 

Elévations et coupes de quelques édifices de France 

Soufflot publiés par Dumont en ijSi. — Vlan et 

de l'Hôtel' Dieu de Lyon sur le quai de Ret{^ invi 

par J.'G. Soufflot^ gravé par J.-F. Blondei 

Changes de Lyon. Inventé et dessiné par J. 

sous la conduite de J.-G . Soufflot et des sieurs Roc 

Bellicard (Cet édifice a été également publié p 

32e livraison de ses Petits édifices historiques^ et 

d'Architecture de Lyon en conserve un dessii 

Thoubillon, dans ses Archives). — Plan au re{-. 



Digitized by 



Google 



— 370 — 

>w, commencé en 1^54 et fini en lySô^ sur les dessins et sous la 
te de J.'G. Soufflot^ architecte. — Développement des principales 
r de l intérieur du théâtre^ gravé par Deneufforge. — Coupe sur la 
mr du théâtre ; Plan des premières loges \ Plan des secondes loges \ 
les troisièmes loges. — Plan général de la salle de spectacle et des 
ns^ gravé par Sellier. — Partie du plan et élévation de F Hôtel- 
le Lyon, construit sur les dessins et sous la conduite de J.-G. Soufflot^ 
\ chevalier de Saint- Michel ^ architecte du Roy^ de son Académie 
d'Architecture^ contrôleur général des bâtiments de Sa Majesté et 
X de la Ville de Lyon^ avec chapelle à Tangle de la rue delà Barre, 
semblable, dédié au duc de Villeroy. — Elévation de l'avant- 
du milieu de F Hôtel-Dieu de Lyon^ exécuté sur les dessins de 
Soufflot^ chevalier de l'ordre de Saint-Michel ^ architecte du Roy et 
Académie royale d Architecture \ controlleur général des bâtiments 
Majesté. Le trait ponctué du Dôme indique le changement que le 
u d'administration de ijSS^ laissât faire au dessein de V architecte., 
ti en donner connaissance^ sans quilfût consulté par celui qui 
sait Couvrage en son absence^ gravé parC.-R.-G. PouUeau. — Vue 
lire de la nouvelle église Sainte-Geneviève^ C.-R.-G. PouUeau, 
— Il fut anobli en mars 17^7, et nommé chevalier de Tordre de 
Michel. 

n a, de lui, trois portraits peints par Carie van Loo; deux au musée 
ivre, savoir : i» Tun, n^ 912, dans la salle Daru (dont une réplique 
copie figure dans la salle de Conseil de T Ecole nationale et spéciale 
îaux-Arts de Paris) ; et, 20, l'autre, différent, dans la salle Denon ; 
iième, encore différent, est au musée de Versailles, n® 4484. Dans 
nier musée figurent : son buste en marbre, no 864, par Jean-Pierre 
n, de 1844, exposé au Salon de 1845, réexposé en bronze au salon 
53, et son buste en plâtre, n© i838, par Prévôt, sculpteur du 
siècle. Comme gravures ou lithographies on Ta : lo dans un 
Dvale, d'après le n** 912, du musée du Louvre, Jacob del. Langlois 
30 dans un cadre ovale avec la main droite passée dans son gilet, 
:hez Bligny (avec la date de naissance erronée). Il y a deux repro- 
ns de ce portrait Tune par F. Bonneville et l'autre par Boulenay ; 
is un cadre rond, dessiné par Cochin, gravé par Lau. Cars; il y a 
production de ce portrait, au trait, dans le musée Landon ; 40 d'après 



Digitized by 



Google 



— 371 — 

le portrait de Versailles, diagraphe et pantographe Gavard (avec dates 
de naissance et de décès erronées). Son buste en marbre, exécuté 
sur la fondation Grognard par Jean-Jacques-Marie-Carl Helshoecht en 
1844, exposé au salon de 1845, figure dans la série des bustes du Palais 
des Beaux- Arts de Lyon. Son buste en marbre se trouvait aussi à Tan- 
cienne bibliothèque Sainte-Geneviève. 

Correspondance des directeurs de f Académie de France à Rome^ par Lecoy de la 
Marche. — Registres de Saint-Gemiain-Pc^uxerrois. — Moniteur du 22 décembre 
1828. — Biographie Didot, article de Marigny. — D'Argenville, tome I, page 473. 

— Le Nécrologe, 1781 (réimprime' dans la Revue Universelle des Arts, tome XIII, 
1861, pages i35 à i3g). — Eloge de Souffloi^ par P. T. Bienaimé, Paris, in-80. 

— Archives de la ville de Lyon, Registre A A. i32 ; Registres consulaires. 
BB. 3i3, 335, 341 et 242. — Documents communiqués à l'auteur sur la Chartreuse 
de Lyony par le P. Ambroise-Marie Bulliot, coadjuteur de la Chartreuse de 
Sélignac (Ain). — Manuscrit du tableau historique de l'Abbaye royale de Saint- 
Pierre, par de Moydieu, à la collection Coste, de la Bibliothèque de la ville de 
Lyon au Lycée, — Cette collection. — Revue du Lyonnais, tome IV, page 420, 
tome XI, page 327, XXXIII, page 134. — Mémoires de l'Académie de Lyon. — 
Catalogue de la Bibliothèque de Lyon, par Delandine, tome II, page 266. — Breghot 
du Lut ; Mélanges, page 129. — Millin : Voyage dans le Midi, tome I,page 463. — 
Expilly. — Documents communique's à Fauteur, par Morel de Voleine. — Archives 
du Grand iHôtel-Dieu de Lyon. — Archives de la Charité de Lyon, E. 55. — Inven- 
taire des richesses d'art de la France. Paris, Monuments civils, tome I, pages 60 
et 61 et II, page 33 1. — Archives de l'Art français, I, page 390. — Vie des archi- 
tectes, par Quatremère de Quincy. — Blondel et Patte. — De Guilhermy. — Lyon 
ancien et moderne. — Dussieux. — Bellier de la Chavignerie et Auvray. — 
Bauchal. — Ch. Lucas, dans V Architecture du 10 février 1894, page 46. 



TABOURIN (Jehan), dit DE LORRAINE, maître M'œuvre à 
Lyon, y est mort en i5i4. — 11 aurait succédé, en 1491, à Jacquemin de 
Commercy, comme maître d'œuvre de la cathédrale de Toul ; il avait 
terminé le portail de cette église et fait le cloître de Saint-Gengoult. — 
En i5o8, il dressa, avec Guillaume de Pomey, dit de Chessieu (voyez ce 
nom), Pierre de Belley, Jehan Moreau, Antoine Tourteron^ Emare 
Gret, Jehan Roux et Nicod Cabé, un rapport au sujet de la construction 
du pont du Rhône à Lyon et, en i5io^ avec Jehan Moreau et Jehan 



Digitized by 



Google 



— 372 — 

lonna encore son avis pour les mêmes travaux. — En 
, il fut amené par Perréal (voyez ce nom) aux édifices que 
\utriche faisait construire à Brou, près de Bourg en 
vec Henriet Bertrand (voyez ce nom),procéder à certaines 
ilantations de Téglise ; xMichel Colombe avait l'intention 
ou de le faire employer à ces travaux; mais Taffaire 
— En i5i3, il travailla aux fortifications de la colline de 
1 et, le 27 juillet, il recevait une indemnité pour ses vaca- 
parts. — Il fut maître juré de la ville, après le décès 
trand et remplacé, dans cet office, par Antoine Goyet 
, le3i octobre i5i4. — 11 possédait une maison grande 
il. — A sa signature il ajoutait sa marque formée d'un 
rmonté d'une croix. 

r/ par L. Charvet, pages 81, 82, 86, 93, 126, i3o et i63. — Les 
titres de métier étrangers^ par Natalîs Rondot, pages 10 et 18. 

ID ( ), architecte, donna ses soins à la cons- 

5 recteurs de la Charité firent exécuter dans le tènement 
erine. 

THospice de la Charité, E, 45 (1674-1676.) 

ER (Louis), architecte, né à Tournus (Saône-et-Loire) le 
élève de Técole La Martinière et de l'Ecole des Beaux- 
a appartenu au cabinets Dupasquier et Bresson. — A 
la construction de la caisse d'épargne de Villefranche, en 
:é classé le premier avec exécution (voyez plus loin). — A 
cière, 34. 

.'architecture: Dans le Rhône, de 1860 à 1877: château 
à Limas, avec dépendance, écuries et remises; à Villefran- 
>: agencements de magasins divers ; i865: entrepots de 
chapelle funéraire au cimetière; 1866: château de la 
illefranche; 1866- 1868: château de Malval à Dénicé; 
tion à Villefranche ; sacristie, chaire à prêcher et table de 
'église de SaintJulien-sous-Montmelas; 1867-1868: hôtel 
Epargne de Villefranche, publié dans la 3© année du 



Digitized by 



Google 



— 373 — 

Recueil d'Architecture de Wulliam et Farge; 1867- 1869: châtea 
Paragard près Blacé. Dans Saône-et-Loire: 1869- 1878: maisoi 
maître et maison de ferme à Patran. Dans la Haute-Loire : 1 869-1 
château de Villeneuve à Saint-Ferréol d'Auroure et écoles. 1869-1 
Dépendances et moulin au château de Saint-Fond à Limas (Rhc 
maison à Saint-Etienne (Loire). Dans la Haute-Loire : 1871-1873 : 
teau de Chazourne à Aurec; à Sainte-Sigolène, 1875 : chapelle funér 
1880- 1890 : maisons pour ateliers de tissage de rubans ; 1876-1879 : 1 
pelle particulière du château de Villars; 1878-1879: Restauratio 
château de Saint-Romain la Chalme; 1 884-1 885 : Chapelle funérai: 
cimetière de la même commune. 1872. A Villefranche (Rhône), hôtel 
ticulier et sept maisons à location. Dans Saône-et-Loire, 1876-1 
restauration du château d'Ecreux et construction de la chapel 
Fleury-la-Montagne; 1 882-1 883: restauration du château de S 
Autin. Dans Tlsère, i883: maison à Trept; 1 885- 1887: Châtei 
Saint-Etienne-de-Crossey ; 1894: restauration du château de Te 
basse ; construction de Téglise de Ville-sous-AnJou. Dans TAin, i 
1889: Maison au camp de Sathonay; villas à Conflans-sur-Laut 
(Haute-Saône). Dans le Rhône, 1882- 1884: deux villas à Villeurba 
1 887-1 888 : maison à Caluire; à Villefranche, 1874: pensionnat 
Dames-Ursulines ; 1893: usine de tannerie; 1896: chapelle funérai 
cimetière ; 1 885-1 836 : dépendances du château de Blacé ; 1891 : éci 
et maison de cocher à Ecully. A Lyon : trois maisons et lavoir pi 
cours Lafayette ; maisons cours de la Liberté, rue Paul-Bert, rue 
Part-Dieu, rue Bugeaud, rue Henri IV, rue du Commanc 
Dubois. 

Faisait partie de la Société libre d'Architecture de Lyon en i85 
Admis, le 7 février 1 861, à la Société académique d'Architecture de L 
il en a été l'archiviste pour 1893, 1895 et 1896^ 1897 et 1898. 

TAVEL (Richard), architecte et peintre, né à Langres le 20 
1 588, est mort le 12 octobre 1666 ou 1668. — Il aurait construit d 
édifices à Lyon et y aurait laissé plusieurs de ses tableaux. 

Catalogue des Lyonnais dignes de mémoire. — Biographie universeh 
Bauchal. 



Digitized by 



Google 



— 374 — 

ean-François) fut voyer de la ville de Lyon de 1827 
1 même temps, géomètre du Cadastre. — Il fut nommé, 
', par le Préfet du Rhône, pour des délimitations de pro- 
is du Rhône, depuis le pont de la Guillotière jusqu'à la 
rive gauche. 

irienant à Tautcur. 

Jean-Baptiste-François), architecte. Ses armoiries 
lafasce d^or abaissée d* une étoile d'argent auchefd'ar- 
gueules. — II est mentionné dans les Almanachs de Lyon 
t l'architecture militaire et civile, etc., de 1754a lyyS. — 
nne sur la colonne décorative de la place des Corde- 
(voyez ce nom), ce qui donna lieu aux publications 
se du sieur Terrier^ architecte à Lyon^ au mémoire lu à 
? de r Académie de Lyon ^ le 4 décembre 1770^ conte- 
ans et vérifications sur la méridienne tracée par ledits 
^a place des Cordeliers. Lyon, Aimé de la Roche, 1771. 
'imprimé de M. Terrier au sujet de la méridienne de 
?liers. Lyon, Aimé de la Roche, 177 1. 

lis à Pauteur par More! de Voleine. — Collection Coste à la 
^e de Lyon au Lycée. 

rre), maître d'œuvre de Téglise de Saint-Maurice à 
rmina, avec NicodMorel, cet édifice de i5o8à i5i5.Ils 
s les deux à Lyon,- le 9 novembre i5o8, pour visiter les 
1 Rhône. 

ir L. Charvet. page 127. 

r (Pierre- Julien), architecte, apparaît en 1754 dans 
Lyon. — En 1755, il était à Rome, avec les élèves de 
îtecture, pensionnaire des couronnes dans l'Acadéraîe 
is du comte de Canillac. — En 1758, il était de retour 
isqu'en 18 10. — En 1766, il concourut pour la recons- 
émie pour monter à cheval de la rue Bourgelat et son 
(voyez Achard et Soufflot). Il a construit la façade de 



Digitized by 



Google 



— 375 — 

la maison de Parcieu, à Lyon, à Tangle de la rue Boissat et de la rue du 
Peyrat et le château d'Ailly près de Roanne. 

Revue du Lyonnais^ nouvelle se'rie, tome XXXIII, page i33. — Archives de la 
ville de Lyon. Registre consulaire^ BB 334, f^'^^ ^9. — Documents communiqués 
à Tauieur par More! de Voleine. 

THIBIÈRE (Jean-Marie-Gabriel), architecte, né à Lyon le 
14 mars lySS, est mort le 23 mars 1822. Il fut élève de Decrénice et alla 
en Italie en lyyS. — En 1784, il fut adjoint à Bugniet (voyez ce nom) 
pour les travaux de construction de la prison dite de Roanne à Lyon. — 
En 1786, il fit la manufacture d'indiennes pour Picot et Fazy de Genève, 
devenue depuis la manufacture des Tabacs, à Tangle du quai de la Charité 
et du cours Perrache. — En 1 791, il dressa un projet de Caserne de gendar- 
merie, prison et bureaux de la sous-préfecture à Villefranche sur rempla- 
cement du couvent des Cordeliers, qui ne furent élevés qu'en 1794. — 
En 1792, il fit une tribune dans Téglise de Saint-Nizier à Lyon, travail 
qui, interrompu, fut démoli en 1827. — En 1797, maison de campagne 
de Prost de Royer sur les rochers de la Chana. — En 1802, il fit un 
projet pour les façades de la place Bellecour à Lyon, lesquelles légère- 
ment corrigées par Gay (voyez ce nom), furent exécutées par les frères 
Hotelard (voyez ce nom) ; Bonaparte, premier Consul, posa, par prévi- 
sion, la première pierre le i5 messidor an VIII (29 juin 1800) et cet 
événement a été rappelé par une médaille de 0^044 de diamètre par 
Mercié; à Tavers, la tête de Bonaparte, R, inscription commémorative. 
11 fit un projet d'un cours dans le quartier Saint-Clair (le quai Saint-Clair 
actuel), restaura le château de la Salle aux bords de la Saône près 
Trévoux, fit réparer avec Catelin (voyez ce nom) le pont Morand et 
exécuter un dépôt de Mendicité à Valence. — Projet de façade de la 
place Bonaparte à Lyon, présenté par M. Thi bière ^ architecte et 
approuvé^ le 3 pluviôse au /X, par le Gouvernement^ pour être exécuté 
conformément à la loi du 7 nivôse an IX. — Projet des façades de la 
place Bonaparte à Lyon, présenté par M. Thibière^ architecte^ gravé 
par Comberousse. — Un modèle en relief de ces façades se voit au musée 
archéologique de Lyon. — Vue du pont Morand sur le Rhône, dessiné 
par Marini. 

Biographie^ par Passeron, dans le tome IV de la première série de la Revue du 



Digitized by 



Google 



- 376 — 

Lyonnais, — Lyon ancien et moderne, tome II, page 3-. — Collection Coste à la 
Bibliothèque de la ville de Lyon au Lycée. 

THOUBILLON (Jean-Marie-Emile), architecte, né à Poncin 
(Ain), le 6 mai 1 83 1, y est mort le 6 avril 1892. — D'abord attaché au 
cabinet particulier de Desjardins, il entra, en 1 853, comme dessinateur 
temporaire aux bureaux de l'architecte en chef de la ville de Lyon, Dardel 
(voyez ce nom), y resta comme aide-architecte sous Desjardins, et fut 
nommé, en 1877, architecte-adjoint, sous Hirsch, en remplacement de 
Poix, fonctions dans lesquelles il a pris sa retraite en 1890. 

Travaux d'architecture : Dans TAin : églises de Saint-Julien, Cras- 
sur-Reyssouse, Ambérieu, Poncin, Château-Gaillard, Mionnay et église 
de Montreux en Suisse. A Lyon: le nouveau Mont-de-Piété, nombre de 
maisons à loyer, villas et châteaux. — Admis, le 5 juillet 1877, à la Société 
académique d'Architecture de Lyon, laquelle conserve, de lui, dans ses 
archives, un dessin de la Loge au Change^ plan et façade. 

Compte rendu des travaux de la Société académique d'' Architecture de Lyon 
pour les exercices 1 891- 1892, par P. Desiardins, secrétaire, pages 143 et 147, et 
Notice biographique sur Emile Thoubillon, ex-architecte-adjoint delà ville de Lyon, 
par E. Guichard dans le tome XI, page 84, des Annales de la même socie'ie'. 

TINDO (Louis), commissaire du roi. a Carte de la Guillotière et 
« du mandement de Béchevelin, dont la juridiction a été conservée au 
« présidial de Lyon, par arrêt du Conseil d'Etat privé du roy rendu le 
« neuvième jour de mars 1 701 , contre le parlement de Grenoble, confor- 
(i mément au procès-verbal dressé par M^ Louis Tindo, commissaire du 
ce roy Louis XI, au mois d'août 1479 ». Bouchet fecit, 1702. — Le procès 
verbal, du 23 août 1476, a été imprimé, 40 pages. 

Collection Coste à la Bibliothèque de la ville de Lyon au Lycée ^ n® 17461. 

TISSEUR (Barthelémy-Clair), architecte et écrivain, né à Lyon 
le 28 janvier 1827 est mort à Nyons-les-Baronnies (Drôme), le 3o sep- 
tembre 1895. — Elève de TEcole des Beaux-Arts de Lyon sous Che- 
navard où il a obtenu, en 1845, une mention de géométrie pratique et, en 
1847, le prix de perspective et la i^e mention d'architecture. — Il fut 
employé ensuite successivement chez Savoye, Louvier et dans les 



Digitized by 



Google 



XX 



Uounewn, Yigiierot et C «lupn'^s la p'.ioUijfrophic de VicUiire 

B.-C. TISSEUR 

1827-1895 

LYON ARTISTIQUE ARCHITECTES 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 




— 377 — 

bureaux de Tarchitecte en chef de la ville de Lyon . — Au concours d'ému- 
lation de la Société académique d'Architecture de Lyon en 1861 (Façade 
pour Téglise paroissiale de St-Bruno à Lyon), il obtint le 2^ prix et à 
celui de i852 (une Bourse et Tribunal de commerce) le premier prix. — 
Membre de la Commission administrative de TEcole des Beaux-Arts et 
des Ecoles municipales de dessin de Lyon. 
Travaux d'architecture de ï858 à 
1877 : église de Saint-Ferréol-d'Auroure - 
(Haute-Loire). — Eglise de Brignais 
(Rhône). — Eglise de Sainte-Blandine à 
Lyon (voyez Dardel et Hotelard), dont la 
flèche a été construite, postérieurement, 
par Malaval d'après d'autres plans que ceux primitifs. — Eglise 
de Tassin (Rhône). — Eglise du Bon -Pasteur à Lyon dont la 
flèche, après coup, a été tenue d'un mètre plus élevée que les plans 
par ordre du curé. — Eglise de Chabeuil (Drôme). — Eglises de 
Saint- Laurent d'Agny et d'Orliénas (sauf le clocher par Malaval) toutes 
deux dans le Rhône. — Plusieurs maisons dont particulièrement le n» 55 
dans la rue Impériale (rue de la République) à Lyon en collaboration 
avec Poncet (voyez ce nom). — Habitations de M. Jullien à Pelussin et 
de M. de Jussieu à Beauvernay, toutes deux dans la Loire. — Hôtel 
pour la Compagnie des forges de Bessèges et Terrenoire à Lyon, 
depuis mairie du 2^ arrondissement. — Tombeaux de Jacquard à Oullins, 
de la famille Testenoire au cimetière de Loyasse à Lyon et de la famille 
Bernard à Livron. 

Il fut admis, le 10 janvier 1857, à la Société académique d'Architecture 
de Lyon, dont il a été le secrétaire, de i856 à 1860, et le vice-président, 
de 1873 à 1874 ; devenu membre correspondant en 1879. — Les archives 
de cette Société conservent de lui un dessin de la porte de Tancien Grand- 
Séminaire, de Saint-Irénée (voyez Claude Perret). — Il a publié pour 
cette société : Compte rendu des travaux de la Société académique 
d'Architecture de Lyon^ durant les années 1 860-1 861 (erreur, c'est 
1859-1860), Lyon, Vingtrinier, 1861, in-8'*, i5 pages, reproduit dans 
le tome XXII (2^ série), page 3o6, de la Revue du Lyonnais), Dans les 
Annales àe la même compagnie, tome 1 (1867-1869), page 53 : Rapport 
sur la résistance à V écrasement de pierres de diverses provenances \ 

44 



Digitized by 



Google 



- 378 — 

591870), page 171 : Réponses à diverses questions soulevées 
iclion d'un cahier des charges pour les travaux communaux ; 
I71- 1872), page i35 : Réponse au questionnaire de la Société 
s Architectes sur les coutumes relatives aux constructions \ 
^5-1876), page II : Rapport sur une affaire intéressant la 
'té de r architecte \ tome VI (1877- 1880), P^g^ ' • Jean- 
wye ; tome VII (1881-1882), page io5 : Benoît Poncet et sa 
s grands travaux publics de Lyon. Cette notice est la réim- 
ec quelques rectifications^ d'une semblable (sous le pseu- 
Nizier du Puitspelu, in-80 de 79 pages, Lyon, Pitrat, 1882), 
ubliée dans le tome 1 1 (1881), page 101, 189 et 280'et dans 
1882), pages i34 et 237), de la Revue Lyonnaise. — Il a été 
oût i88o à la Société littéraire, historique et archéologique 
le icr juin 1886, à T Académie des Sciences, Belles-Lettres et 
lême ville (voir plus loin, pour son discours de réception du 

tions. 1862 : Le Parfum de Rome et M. Veuillot^ in-8, 46 
u (sous le pseudonyme d'Eugène Pellerin). — Deux poètes 
,Lyon, Vingtrinier, in-8, 24 pages. — Sur un dictionnaire 
ie de Frédéric Morin^ petit in-8, 16 pages, imprimerie du 

i863 : M. Veuillotet Giboyer^ broch. in-8, 32 pages. Paris, 
; le pseudonyme de Un lecteur de l'Univers). — 1868 : 
indré^ in-12 (sans date ni nom de lieu ni d'auteur), 202 
s, Morris et C'^ — 1869 : Joseph Pagnon^ lettres et 
^cueillis, avec préface par Victor deLaprade, i vol. in-12, 41g 
■Lyon, Girard. — 1879 : Les Vieilleries lyonnaises de Ni{ier 
f,i vol. in-8, 388 pages, Lyon, chez les libraires intelligents. — 
nt d'un Lyonnais au XV IP siècle (sous le pseudonyme de 
uitspelu) in-8, 49 pages, Lyon, chez les principaux marchands 
produit dans les tomes VII et VIII, 4" série, pages 322, 402, 
Revue du Lyonnais). — 1880 : Marie Lucrèce et le Grand 
a Monnoye (sous le pseudonyme de Nizier du Puitspelu), 

en couleurs par Vermorel, in-8, 188 pages plus VII, Lyon, 
?8i : Souvenirs lyonnais^ Lettres de Valère colligées par 
uitspelu., avec une introduction par icelui, 2 vol. in-12 (le i'% 
i 2e, 283), Lyon, Meton. — 1882 : Un Noël satirique en 



Digitized by 



Google 



— 379 — 

patois lyonnais traduit et annoté par Ni{ier du Puitspelu^ grand iii-8, 
72 pages, Lyon, Storck. — i883 : De quelques particularités curieuses du 
patois lyonnais, par Ni{ier du Puitspelu^ in-8, 20 pages (sans date), 
Lyon, Pitrat; a paru dans la Repue Lyonnaise^ tome VI (i 883) page i. — 
Des verbes dans notre bon patois lyonnaispar Ni{ier du Puitspelu^grand 
in-8, 28 pages, Lyon, Pitrat ; a paru dans la Revue Lyonnaise, tome VI 
(i883) pages 289 et 363. — Les oisivetés du sieur du Puitspelu, Lyonnais ; 
I volume in-8, 393 pages, Lyon, Pitrat (la 2* édition, était sous presse 
en 1895). — i885 : Très humble Essai de phonétique lyonnaise 
par Ni{ier du Puitspelu, grand in-8, 144 pages, Lyon, Henri 
Georg ; a paru dans la Revue Lyonnaise, tome VII (1884), pages 
140, 291 et 38 1 ; tome VIII, page 78 et tome IX, pages 198 et 285. — 
i885- 1893: Vieilles chosesetvieux mots lyonnais, parNizier du Puitspelu, 
3 fascicules, grand in-80, 28 pages, Lyon, Mougin-Rusand ; a paru dans 
la Revue Lyonnaise, tome X (1884), P^8^ ^7^ ^^ ^^^^ la Revue du Lyon- 
nais. — i885: Poésies de Jean Tisseur, recueillies par ses frères, i vol. 
in- 12, avec une introduction de CLII pages par Clair Tisseur, Lyon, 
Pitrat. — 1886- 1891 : Fragments en patois du Lyonnais, publiés par 
Nizier du Puitspelu, in-80, 34 pages, Lyon, Mougin-Rusand. — 1886: 
Les Histoires de Puitspelu, Lyonnais, i vol. in- 12, 368 pages. A Lyon, 
chez les libraires qui en voudront. — 1887 : Antoine Chenavard, discours 
de réception prononcé à T Académie de Lyon le 21 juin 1887, grand in-80. 
Lyon, Georg; a paru dans la Revue du Siècle, tome I (1887), page 53. 
— 1887- 1890 : Dictionnaire étymologique du patois lyonnais, par 
Nizier du Puitspelu, i vol. in -8"*, 2 col. CXX-478 pages. Lyon, 
Georg. — 1887 : Un Noël satyrique en patois lyonnais, avec notes, par 
Nizier du Puitspelu, 2eéditionentièrementrefondue, petit in-80, 42 pages. 
Lyon, Storck. — Ni{ier du Puitspelu : Un Conte en patois lyonnais du 
commencement de ce siècle, in-12, 18 pages. Paris, Vieweg. — Lacritique 
moderne ; M. Jules Lemattre, par N\zier du Puitspelu, in-8o i5 pages. 
Lyon Mougin-Rusand ; a paru dans la Revue du Siècle, tome I (1887) 
page 347. — 1889: Clair Tisseur : Pauca paucis,\ vol. in-80, 234 pages, 
Lyon. — 1891 : Les vieilleries lyonnaises de Nimier du Puitspelu, 2® édi- 
tion, revue corrigée et considérablement augmentée, i vol. grand in-80, 
398 pages. Lyon, Bernoux et Cumin. — 1893 : Clair Tisseur : Modestes 
observations sur l'art de versifier, i vol, grand in-80, 358 pages. Lyon, 



Digitized by 



Google 



— 380 — 

Cumin. — 1894 : Le Littré de la Grand" Côte^ àTusage deceux 
parler et écrire correctement, parNizierdu Puitspelu, i vol. 
sur 2 col., VlII-324pages. Lyon, chez l'imprimeur juré de 
, à rimage de la Cigogne. — Clair Tisseur : Pauca paucis, 
lition augmentée d'une nouvelle série, in-S», 38o pages 
noux et Cumin. — 1895 : Au Hasard de la pensée 
Tisseur (sans date). Lyon, Storck, non mis dans le com- 

s publiés dans la Revue du Lyonnais: Première série, tome 
5 325: Histoire de r art monumental par Batissiev. — Deuxième 
II, page 507 et tome III, page 173(1852): La Cousine Bridgel^ 
-Tome V (i852), page 167: H.-W. Longfellow. — Tome VII 
e 480 : Les Artistes lyonnais à Paris. — Tome X (i855), page 
ntion de la Société des A mis des Arts, — Tome XXI I ( 1 86 1 ) , 
Sur un ostensoir. — Tome XXIV (1862), page ^62: Deux 
ençaux: Mathieu et Aubanel. — Quatrième série : tome IX 
s 262, 359 et 448 : Quelques mots en usage à Lyon. — Tome X 
\Q 292: Alingen. — Cinquième série : tome I (1886), page 
aile de danse; page i56 : M.Penot\ page 378: Jean Tisseur-., 
fragments en patois lyonnais; page 70 : La chanson de Roland 
lat ; page 474: Voyage autour d'un tiroir. — Tome II (1886), 
Chansons populaires du Lyonnais; page 299: Vieilles choses et 
lyonnais ; page 391 : Philologie lyonnaise; pages 64, 65 et 66 
— Tome III (1887), page 26: Jacob de la Cottière ; page 1 13 
tique; page 236 : Nouvelles avignonnaises^ par J.-I. Avias 
Les Tard-Venus en Lyonnais. — Tome IV (1887), page 223 
ises et vieux mots lyonnais; page 65 : Le Paysan., poésie. — 
J88), page 204: Chansons populaires du Lyonnais ; pages 341 
très d'Hippolyte Flandrin (leur suite dans le tome VI, pages 
et 435 et, dans le tom^ VII, page 52). — Tome VI (1888), 
Une chanson politique en patois lyonnais; page 53: Vieux 
s. — Tome VII (1889), page 293: Sur l'expression^ faire le 
u. — Tome IX (1890), page 134: Fragments en patois lyon-- 
me X (1890), page 395 : Encore la Cou{onnaise. — TomeXII 
e 368 : Fragments en patois lyonnais. — Tome XIV (1893), 
Vieilles choses et vieux mots lyonnais. — Tome XVI (1894), 



Digitized by 



Google 



— 381 — 

page i66: Intermédiaire lyonnais. — Tome XVII (1894), pages 261, 
281 et 38 1 : Quelques notes. 

Articles publiés dan« la iîei^weieLj^ow (i 849-1850), page 222: Co- 
rinne et le portrait de ' J/me Récamier (sous le pseudonyme de Clair) ; 
page 533 : Métaphysique de l'art, par Antoine Mollière (même pseudo- 
nyme) ; page 705 : Bulletin artistique (même pseudonyme). 

Articles publiés dans Lyon-Revue: tome I (1880), page 74: Histoire 
d'Artistes lyonnais; page 196: Hyla^ histoire véritable. — Tome II, page 
134: La Chanson de ma cousine Mariette ; page igS: Blandine, nouvelle 
lyonnaise ; page 339 : Notes tirées d'un cahier déjeune homme; pages 390 
et 455 : Les Impressions d'un petit gone. — Tome III (1882), page 41 : Sur un 
Noël satirique en patois lyonnais ; page 23 1 : Erudits lyonnais; Les der- 
nières Publications de M. de Valous. — Tome V (i 883), page 65: Jean et 
Barthélémy Tisseur. — Tome VI (1884), page i3o: Le mouvement litté- 
raire lyonnais en 1SS4; page i85 : Idylle: à mon ami des Guénardes 
(Morel de Voleine) ; page 220: Parfums y poésie. — Tome VII, page 97 : 
La naissance d'une cigale^ poésie ; page 1 93 : ^ Emilien^ poésie. — Tome 
VIII (i885), page 95 : Les Abeilles , poésie; page 97 : Lettre à M. Félix 
Desvernay. — Tome IX, page 1 82 : Nécrologie : M. Jacob de la Cottière. 

Articles parus dans le Monde Lyonnais : n» 21 (2 avril 1881), page 
252: Sur r origine du nom d'Ainay; n» 26 (7 mai), page 3i3 : Du mot 
lyonnais, Aversin ; no 28 (21 mai), page 337: La Bégude de Fey{in ; 
no 3i (11 juin), page 369 : Le Vase étrusque ; no 33 (25 juin), page 396 : 
Le Chemin de Baraban; no 34 (2 juillet), page 416: Erratum; n" 37 
(23 juillet), page 445 : Sur le mot lyonnais : Bayart; no 41 (20 août), 
page 490 : Le capitaine Gagetout^ nouvelle. 

Articles publiés dans la Revue Lyonnaise : tome I (1881), page 106 : 
Lettres de Valère, — Tome II, page 28: Sur l'origine du mot Bourg- 
Chanin; page 116: Addition à r article sur l'origine du mot Bourgs 
Chanin; page 342 : Sur le mot: pierre de choin. — Tome IV (1882), page 
257 : Du serpent appelé Ane-vieux dans le Lyonnais. — Tome V (i883), 
page 342: Sur les expressions de tendresse en usage à Lyon. — Tome VIII 
(1884), page i5o: Sonnets ; page 3Sj : Scènes alpestres^ poésies; page 
601 : Quelques notes sur Jean Tisseur. — Tome IX, page 53 : Sonnets. 
— TomeX, page 83 : Dernier acte, sonnets; page 32 1 : Histoire d'un 
crime, nouvelle. 



Digitized by 



Google 



— 382 - 

:icles publiés dans les Annales Lyonnaises: Du i8 octobre 
lage i6): Les Papillons bleus ^ sonnet; du i8 février 1887 
)): De re ipso^ poésies ; des 27 février, 6, 1 3 et 20 mars (pages 1 33, 
64): Une page d'un journaL 

:icles publiés dans la Revue du Siècle: tome I ( 1 887) , page 39: A René, 
page 201 : A Phydilé, poésies ; page 245 : La Gauloiserie Moderne, 
' de M. ArmandSilpestre . — Tome II (1888), page 27 : La Mer; 
dauphins; 2 : Alpha et Oméga ; 3 : Hellé, poésies ; page 99 : Voces 
I : r Euphorbe \ 2 : Premier sourire, poésies ; page 137 : Le code 
ns le roman : l'Affaire Clemenceau ; page 22 1 : Post. . . , poésie ; page 
*us et Hermès, poésie ; page 341 : ^ tristis, poésie ; page 385 : 
d'un volume depoésies; page 402: Le Jugement, poésie, page 425 : 
nsonnierstéphanois:JavelinPagnon;page53o: Vetera; i : VHer- 
les Abeilles', 3: A Leuconoé^ poésies; page 371: Un poète: 
luyer ; page 61 9 : Un roman réaliste ; page 7 1 5 : Rimes d^Antan; 
na filho di Velaï ; 2 : A Saint-Elpis. — Tome III (1889), page 6 : 
ingers en France (sous la signature *^ ; page 1 17 : /e Lac, poésie; 
4: M. C. Guigue (sous la signature : La Rédaction) ; page 145 : 
X Canut (sous lasignature Puitspelu-DuroquetJ /page 197 : B.-M, 
" (sous la signature LaRédaction) ; page 252 : Anthologie, treize 
poésies; page 265 : Paul Chenavard (sous la signature ***) ; page 
 pays de r olive, poésie ; page 341 : Un puriste; page 421 : Lyon 
) (sous la signature Clément Duraf or); page 44g: Léonce Ma{uyer 
signature La RédactionJ; page 473 : Meissonier (sous la signature 
actionj ; page 5oi : M. Charles Renouvier et Victor Hugo ; page 
Tîi poète simple", page 652: Le Fleuve, poésie; page 684: Le 
ois de Lyon. — Tome IV (1890), page 5i : Nécrologie: Charles- 
dre (sous la signature La RédactionJ; page 58 : M. Renouvier. et 
ique philosophique (sous la signature La RédactionJ; page i33 : 
cMollière (sous la signature La Rédaction); pages 1 38 et 209: 
4ion du Bonheur selon Schopenhauer; pages lyo et 265 : Nécrologie: 
ile Doucet (sous la signature La RédactionJ ; page 274: La Cri- 
oderne : oM, Jean-Paul Clarens ; page 324 : Nécrologie : le baron 
Raverat (sous la signature La RédactionJ; page333: M. le docteur 
sous la signature La RédactionJ ; page 342 : La mangeaille lyon- 
r temps jadis ; page 35j: A propos de Lubin (sous la signature Un 



Digitized by 



Google 



— 38:5 — 

curieux lyonnaisj ; page 407 : Introduction à V étude des réc 
453 : Nécrologie : M^^ Salles-Wagner (sous la signature Lai 
page 455 : Auguste Rivet (sous la signature C rj;page 5o4 : 
lyonnaises : F Ecole centrale (sous la signature La RédactionJ 
A Philibert Soupe (sous la signature La RédactionJ ; pag 
Ackermann; page 602: Les Luttes^ souvenirs lyonnais; 
Charles Alexandre; page 720: Nécrologie: Eugène And 
signature C. Tj; page 722: Les Luttes^ note rectificative ; pa 
Maîtres de poste ^ souvenirs lyonnais. — Tome V (1891), pa 
hommage à Pierre Dupont (sous la signature La Rédaction^ 
Le menuisier Claude Bernard (sous la signature Clément 
page 89 : Le prince des Négociants ; page i55 et 583 : Le pei\ 
à Lyon (sous la signature Clément Durafor) ; page 171 : FOI 
pages 204 et 487 : Gœthe et F Italie; page 229 : Une épisode 
de Soulary (sous la signature Clément Durafor); page 253 : 1 
Ernest Falconnet (sous la signature La RédactionJ ; page 25 
5e///« (sous la signature 5. G., initiales de Sébastien Goujt 
maternel de l'auteur, signature employée dans le Journal de I 
295: Les Lyonnais oubliés: Claudius Hébrard (sous la signati 
Durafor); page 33 1 : Nécrologie: M. Valentin-Smith (sous 
La Rédaction) ; page 4o5 : M. Edouard Aynard; page 4 
Bonirote; page 562 : Mémoires de soldats: Les trentes anné 
du capitaine Legrot ; page 621: L imagination populaire ; 
Mythologie populaire: Trois contes esthoniens^ traduits par 
page 744: Nécrologie: Claude Bergeret (sous la signatu 
DuraforJ. — Tome VI (1892), page 74: Sous le Mistral^ poés 
Essai de grammaire du patois lyonnais^ par J.-M. Villefranche 
Lettre au Directeur de la Revue (sous la signature Un curieiu 
page 227 : Hélène, poésie; page 247: A propos de vers; page2j 
ments d'ouvriers à Lyon ; F alimentation coopérative à Lyon (s 
ture de Clément DuraforJ ; page 3 1 8: Nécrologie : Léonce di 
le chimiste Fer rand {sons la signature/,^ Rédaction); page 37-; 
mes grecques, poésies; page 413 : De larime pour les yeux a 
français; page 449: Nécrologie: Jean- Marie Bonnassieu: 
Baptiste Onofrio (sous la signature La Rédaction) ; page 5 1 1 : 
May^ poésie; page 525 : Nécrologie : Madame Lacuria (sous 



Digitized by 



Google 



— su — 

CD.) ; page52g: Léon Tripier {soxxslasignatutQ La Rédaction); page Sjô: 
Kléophas, poésie ; page 608 : De quelques droits du Seigneur, d'après les 
documents nouveaux; page 625 : La population de Lyon sous les Romains; 
la durée de la pie che{ les Lyonnais de ce temps (sous la signature René 
Delorme); page 63o: l'Automne^ poésie; page ySô: La question de 
r alexandrin ; page 776 : Mère et Sépulcre, poésie ; page 789 : Antonin- 
Georges Louvier (sous la signature La Rédaction). — Tome VII (1893), 
page 60 : Virelay de la vieillesse solitaire; pages 69 et 1 65 : Louis Jamot, 
avec notes complémentaires (sous la signature Clément Dura for); page 
191: Litania^ poésie; page 258: Les travaux critiques de M. René 
Doumic (sous la signature Clément D.) ; page 261 : Nécrologie: Claude- 
François-Henry Chevallier (sous la signature Clément D.J; pages 281, 
377, 474 et 722, puis tome VIII, pages io4et239 : Nos vieilles enseignes, 
dessins de L. Charvet, notes de Malaval; page 322 : Nécrologie: Louis- 
Maurice-Antoine Bresson (sous la signature Clément DuraforJ; page 
378: Vers dorés, poésie; page 410: Schiller et les Dieux de la Grèce; 
page 457: Barthélémy Tisseur (sous la signature ***) ; page 568: Chants 
rustiques: i: l'Aube; 2: l'Euphorbe; page 585: Jean-Michel Grobon 
(sous la signature Clément DuraforJ; page 760 : Pourquoi? poésie. — 
Tome VIII (1894), page 55 : Discrétion, deux poésies; page i65: Les dis- 
cours d'un député (sous la signature C. D.); page 3oi : Claude-Louis- 
Bon Morel de Voleine (sous la signature Clément Dura/or); page 435 : 
De la gloire littéraire (sous la signature Clément Dura/or) ; pages 5o2 
et 621 : Histoire Lyonnaise: Les commencements de l'Instruction secon- 
daire à Lyon {sous la signature Ch. LegrisJ; page 56o: A propos de la 
critique nouvelle; page 626: La grève des typographes (sous la signature 
René DelormeJ; page 697 et, tome IX, page 227 : Au hasard de la pensée. 
— Tome IX (1895), pages 72, 128, 341 et 457 : A propos de la littérature 
nouvelle (sous la signature E. MeyerJ; pages 144 et 400 : Le Collège de 
Lyon., sous la première et seconde direction des Jésuites {sous la signature 
de Ch. LegrisJ; page 3j3 : L'année philosophique pour 1894, par F. 
Pillon ; page 423 : A propos des fontaines monumentales de Lyon ; page 
5i6 : Ze Collège de Lyon sous la direction des Oratoriens (sous la signa- 
ture de Charles Legris) ; page 542 : Les Lyonnais oubliés : Claude 
de Taillemont. 
Nombreux articles difficiles à retrouver dans divers journaux de Lyon : 



Digitized by 



Google 



— 385 — 

Le Réparateur; la Ga{ette de Lyon; le Courrier de Lyon, ancien et nou- 
veau ; le Salut Public; le Progrès; le Journal de Lyon; L'Express, le 
Petit Lyonnais. 

Notices biographiques et bibliographiques écrites par Tisseur pour L. Charvet 
en 1893 ei 1895. — Clair Tisseur^ notice nécrologique par A, Vachez, Revue du 
Lyonnais^ septembre 1895. — Clair Tisseur^ par Marius Roy, Revue du Siècle 
d'octobre 1895. — Une famille littéraire à Lyon; les quatre Tisseur; recueil de 
quelques-unes de leurs œuvres^ avec une introduction, par Ed. Aynard. Lyon, 1896, 
in 8®, 4 portraits. 

TISSOT (Barthélémy-Antoine), architecte des Hospices civils de 
Lyon de 18 18 à i83o; il est mentionné^ dans les Almanachs de Lyon, de 
1787 à 1834. 

TRAGNAUD (Philibert), remplaça, le 14 août 1544, Humbert 
Paris (voyez ce nom), dans les fonctions de voyer de la ville de Lyon, 
fonctions qu'il remplit jusqu'au 25 mars 1547, où fut nommé Humbert 
Gimbre (voyez ce nom). — Il fit un rapport^ avec Jacques de Bripio, sur 
des injures et violences dont il avait été Tobjet. 

Archives delà ville de Lyon, Registre consulaire BB, 65, 1 546-1 547. — Docu- 
ments fournis à l'auteur, par F. Rolle. 

TRIE (Clément), est mort en septembre 1 5 1 1 . — Il fut employé, de 
concert avec Jehan Perréal (voyez ce nom), dans la plupart des préparatifs, 
fêtes et visites que celui-ci opéra pour la ville de Lyon : lentrée de 
Charles VIII, le 7 mars 1490 ; la visite vers l'emplacement dit des Deux 
Amants, pour dresser les plans d'un hôpital qu'il était indispensable de 
bâtir en remplacement 
de celui que le couvent, 
dit de l'Observance de- 
vait occuper, le 19 juin 

1493 ; l'entrée d'Anne 
de Bretagne, le 1 5 mars 

1494 et celle de Louis 
XII le 10 juillet 1499. — En mai 1497, ^1 s*occupa, sous les ordres 
du prévôt de la maison du roi Charles VIII, des détails néces- 
saires à un tournoi qui eut lieu dans la rue Grenette. — Le 3o juin i5oo, 

45 




Digitized by 



Google 



— 386 — 

é à seconder une représentation théâtrale de la vie de Sainte 
— Le 14 août i5o6, il prêta encore son concours à Perréal 
5 à Lyon de Tarchevêque François de Rohan. — En i5io, 
du pont du Rhône, du pavage de la ville et de Thôpital de 
nt. 

^réal^ Clément Trie et Edouard Grand par L. Charvet, pages 12 à 14, 
5, i5i et 182. 

r (Jean-Marie-Louis), architecte, est mentionné dans les 
ie Lyon, de 1780 à 18 ï 6. — Plan cTune chaussée projetée 
hei^aline servant de promenade et canal propre à recevoir ^6 
usines adaptées au plan de distribution des Brotteaux, pré- 
. les Administrateurs de l'Hôtel-Dieu. 



^lEN (Frère), religieux récollet, architecte, fit construire, 
itrée du monastère des Récollets, montée Saint-Barthélémy, 
bsiste plus que trois grandes arcades; l'entrée était sur la 
un grand perron. 

lire géographique^ historique artistique et politique des Gaules et de la 
abbé J.-J. Expilly. 

TTE (Jehan) ou VALLET, « architecteur pour le roy en la 
n » reçut diverses sommes (i58o-i58i), en considération de 
cations qu'il avait faites et continuait de faire pour la con- 
parations du pont du Rhône et pour « avoir Toeil » qu'elles 
itées et parachevées^ suivant le prix fait qui avait été donné à 
mr. — Il refit, en i582, le jubé de la cathédrale de Saint-Jean, 
détruit lors des nouveaux aménagements du chœur, sous 
s Antoine Malvin de Montazet. Les deux statues de saint 
te et de saint Etienne étaient de Philippe Lalyance (voyez ce 
rucifix en bois, au-dessus, de Germain Pilon. 

de la ville de Lyon^ Comptabiliic CQ 1290. — Expilly. — Les Sculp- 
2, parNatalis Rondot. 



Digitized by 



Google 



— 387 — 

VALFENIÈRE (François DE ROTERS DE LA),archite( 
à Avignon en iSyS, y est mort le 22 mars 1667. — Escalier de Tau 
Saint-Pierre de Luxembourg dansTéglise de ce nom, contigue à 1' 
des Célestins d'Avignon {Le Bienheureux T^ierre de Luxembourg 
par A. Canron). — Plan du prix fait de Téglise des Carmélites d'Av 
en 1621 {Registre du notaire Pons, n» i5o6 ; M. Tabbé Requin). — 
fournis pour la sculpture de la maison Lobeau en 1622 {Regisi 
notaire PonSy n^ i5o6 ; M. Tabbé Requin). — Chœur haut et faça 
monastère de Saint- Véran et Sainte-Praxède à Avignon en 1622 
munication de M. Pabbé Corenson). — Plan d'un escalier à Saint( 
xède à Avignon; en 1645, rue petite calade à Avignon, lequel 
encore [Registre du notaire Pons nos g65 et 2o5 ; M. Tabbé Requ 
Décorations pour rentrée de Louis XIII à Avignon en 1622 (Ar 
d Avignon ^yo\ 214 du Registre des Conseils. — La voie de laict 
chemin du héros au palais de la Gloire^ ouvert à Ventrée de Louis . 
roy de France et de Navarre en la cité d'Avignon^ le 16 de nov( 
1622. Avignon, Bramereau). — Bornage et alignement de la Durai 
1624 [Archives d'Avignon^ fol. 3, du 24^ registre des Conseil 
Membre de la commission chargée de préparer Tentrée du cai 
Barberini, légat d'Avignon et neveu du pape Urbain VIII, 8 mai 
{Archives d'Avignon^ fol. 44 du 24^ Registre des Conseils). — Egl 
l'oratoire du Bourg-Saint- Andéol en 1626 (un plan communiquépar! 
Corenson) . — C ha- . . /^^^ ^J C^ /y 

pelle de Fortia de /Jj4 J(h--^\^^^^ 
Montréal, enTéglise ^ ^ ^ 

de Bédarrides (Vau- iyCr2^0 

cluse), vers i63o, laquelle existe encore (M. Tabbé Requin). — P 
prix fait de l'église des Ursulines d'Avignon en i632 (Registre du n 
Pons^ no 1684 ; M. Tabbé Requin). — Palais épiscopal de Carpent 
1640 ; cet édifice sert actuellement de Palais de Justice (Dictio\ 
biographique du département de Vaucluse^ par Barjavel, page 2 
Archives de Vaucluse^ Registre Temporalitas, de l'évêchédeCarpe 
Annales de la peinture, par E. Parrocel. Histoire de Carpe 
par J. Liabastres, pages 179 à i85). — Travaux diversdans l'église 
SifFrein à Carpentras en 1645 (Monographie de F église deSaint-S 
de Carpentras, par MM. E. Andréoli et B.-S. Lambert, 1862. f\ 



Digitized by 



Google 



— 388 — 

'abbéllly, dans V Histoire de Carpentras^ parLiabastres). — Couvent 
lise des Ursulines de Carpentras en 1642 (détruit). — Réparation de 
lerie et de Tarceau du Collège du Roure à Avignon en 1642 ; Thôtel 
éfecture occupe à présent cet emplacement {Archives de Vaucluse, 
D. Fonds du Collège de Roure ^ compte de Pierre Alphant). — 
re-autel de Téglise de Saint- Agricol d'Avignon en 1644, lequel a été 
lit et refait depuis {Registre du notaire Pons^ no 964; M. l'abbé 
lin). — Décorations pour rentrée à Avignon de l'archevêque Pinelli 
54^ {Archives d'Avignon, 26e Registre des Conseils^ fol. 288). — 
de l'église de Caromb pour l'enrichir en 1645 {Archives commu- 
f de Caromb^ registre des Comptes^ fol. 23, verso). — Portique de la 
ire et rotonde de la fontaine Saint-Jean, au milieu d'un cloître de la 
'treuse de Villeneuve-les- Avignon en 1645, lesquels existent encore 
:hives du Gari, série H, cote 449. Plans pour le portique ; détails 
Jontaine Saint-Jean). — Abbaye des Dames de Saint-Pierre à Lyon, 
559, laquelle sert actuellement de Palais des Beaux-Arts {Registres 
ninutes des notaires de l'Abbaye, aux Archives du département du 
ne). — Plan d'un rétable dans la chapelle du Saint-Sacrement à 
t- Pierre d'Avignon (M. l'abbé Requin). — Fonds du chœurdeSaint- 
"ent d'Avignon en ï66o ; plans de l'escalier et autres pour la maison 
ochères en i663 ; plan du tabernacle du maître-autel des Mineurs en 
.et dessin d'un pont et d'un portail pour les mêmes {Registres du 
ire Dervieux, nos 19, 5, 177 et 8 ; M. Tabbé Requin) ; tous ces édifices 
t pas été retrouvés. — Sa pierre tombale, placée à l'entrée de la cha- 
î de Saint Pierre deLuxembourgauxCélestins d'Avignon, est conser- 
lu musée de cette ville; on n'y voit plus que ses armoiries: Degueulesà 
: roues de six rayons d' argent posées deux et une, sommées d'un casque 
\ de face. 

Les de Royers delà Valfenière^ par L. Charvet, 1869 et 1894. 

VALFENIÈRE (Paul DE ROTERS DE LA), architecte, donna 
557 et i658, les dessins de deux portes pour Pierre-Joseph deGioveà 
ecour et à la Juiverie à Lyon {Registre du notaire Giraudy, n^ 144; 
'abbé Requin) et assista son père François aux travaux de Tabbaye 
Dames de Saint-Pierre à Lyon. 



Digitized by 



Google 



— 389 — 

Registres des notaires de Vabbaye des Dames de Saint-Pierre à Lyon, — Les de 
Royers delà Valfenière, par L. Charvet, 1869 et 1894. 

VALIN ( ), architecte, est cité dans les Almanachs de 

Lyon de 1754 a lySy. 

G. Bellin, dans les Annales de la Société académique d'' Architecture de Lyon^ 
tome IX, page LXV. 

VALLIN (Laouis-Marie), architecte, né à Trévoux (Ajn), le 
28 juillet 1842, est mort à Annecy le 3 juin 1889. Après avoir travaillé 
dans des cabinets d'architectes à Genève, il futattachécommeinspecteur, 
en 1 861, par L. Charvet (voyez ce nom) aux travaux du Palais de Justice, 
de la caserne de gendarmerie et de la maison d'arrêt et de justice de 
Bonneville puis, à ceux de THôtel de la Préfecture à Annecy, jusqu'en i865. 

— A construit, à Annecy : Thôtel de la Banque de France et Thôtel de 
voyageurs de Verdun dit hôtel de Genève. 

VAUX (Jehan de), maître d'œuvre de Lyon, a travaillé en 1 369 aux 
fortifications de Lyon et au pont sur la Saône, dit pont du Change. 

Natalis Rondoi dans les Matlres de métier de Lyon au XIV« siècle, page 18. 

VERMOREL (Benoît), architecte voyer de Lyon, né à Roanne le 3o 
marsi8i4estmortàLyoneni887.Nommé,eni852,voyerdelavilIedeLyon 
pour le i«r arrondissement sous Dardel (voyez ce nom), puis voyer attaché 
spécialement au service des alignements et permissions de voirie, de 1854 
à 1870, sous Bonnet (voyez ce nom). — Historique des rues de la pille de 
Lyon on Statistique des constructions anciennes et nouvelles dans le centre 
de la ville pour la période comprise entre 1840 et /(?(Î2. Lyon, 1879, in-80, 
non mis dans le commerce. — A laissé un recueil considérable de notes 
manuscrites sur les anciens tènements des maisons et emplacements des 
rues de Lyon, qui est déposé aux Archives de la ville de Lyon. 

Notice sur R. Dardel, par L. Charvet. — Notice sur B. Poncet, parC. Tisseur. 

— Renseignements transmis par Guigue, archiviste du de'partement du Rhône. 

VIELHE, archrtecte, enseignait Tart du trait, la coupe des pierres 
et l'architecture à Lyon. — Il a figuré dans les Almanachs de cette ville, 
de 1760 à 1786. 



Digitized by 



Google 



— :m — 

r. Bellin, dans le tome IX, page LXVII des Annales de la Société académique 
hitecture de Lyon. 



VIENNOIS (Antoine), architecte, né à Lyon le 8 mai i863, élève 
^cole des Beaux-Arts de Lyon sous Charvet, en même temps qu il était 
hé au cabinet de Porte, de Collet, architecte adjoint de la ville, à 
i, puis de Paul Blondel à Paris. Collaborateur de Bizot à Vienne 
e). — A obtenu le second prix pour le concours dit archéologique 
rt, en i883, par la Société académique d'Architecture de Lyon. — 
1 des Indépendants de Lyon, en i885 : Plusieurs projets de pillas qui 
Ht valu une mention honorable. — Salon de Lyon de 1892: Projet 
ise pour la commune de Ville-sous-Anjou (Isère) qui lui a valu 
mention honorable. — Salon de Paris de 1898 : Projet pour le 
lurs de réglise de Cesson (Saint-Brieuc), mentionné dans la Cons- 
ion moderne. — Exposition universelle de Lyon en 1894: Concours 
l'hôtel de ville d'Ivry-sur-Seine ; Projet pour le concours de réglise 
?sson-Saint'Brieuc ; Projet pour le théâtre de Vienne (Isère), qui 
it valu une 3^ médaille. — Salon de Paris 1895: Port de la Ciotat^ 
relie. — Salon de 1896 : Chapelle du Collège de Vienne (Isère) 
é (voyez Martellange) ; a été publié par V Architecture^ journal de 
)ciété centrale des Architectes français^ du 9 mai 1896. — Salon de 
: Relevé de l'église de Saint-André-le-Bas à Vienne (Isère) ; a été 
é dans le même recueil que dessus, du i^r mai 1897, ^^ ^^^^ ^^^ 
ts par Guérinet. — Salon de Lyon de 1897 • Chapelle du Collège de 
ne (Isère) qui lui a valu encore une 3^ médaille (le jury oubliant qu'il 
it déjà obtenue en 1894). — Salon de Lyon, 1898 : Relevé de l'église 
t-André'le-Bas^ à Vienne CIsèreJ qui lui a valu une 2^ médaille. — 

I de 1898 : Relevé de V église Saint-Pierre^ à Vienne (Isère). — 
:teur-professeur, depuis 1887, du cours municipal de dessin 
;triel de la ville de Vienne (Isère). Depuis 1898, architecte-adjoint 
ville. — A Vienne (Isère), rue Victor Hugo, 14. 

II a obtenu, en 1891, une première mention au concours pour la 
ruction du théâtre de la ville de Saint-Nazaire (Loire-Inférieure); 
[93, une mention au concours pour Téglise de Cesson (Saint -Brieuc), 

3e prix au concours pour la mairie deDjelfa (Algérie),eta concouru, 
894, pour Thôtel de ville d'Ivry-sur-Seine. — A exécuté, comme 



Digitized by 



Google 



— 391 — 

travaux d'architecture, des Écoles de sœurs, des constructions et des 
restaurations d'églises, quelques villas et des maisons à loyer. A dressé 
un projet de Sanatorium à élever sur le Mont- Pilât, qui n'a pas été exé- 
cuté. — Fait partie, depuis 1891, de l'Union architecturale de Lyon. 
Membre depuis 189^ de la Société des Artistes français. — En manuscrit 
un Cours complet de dessin industriel avec planches autographiées, 
qui n'a pas encore été publié. 

VIEUX CHATEAU (Pierre DE), maître-d'œuvre de Lyon, 
donna ses instructions pour les travaux à exécuter au château de Miribel; 
ces travaux paraissent avoir été exécutés par Jacquemont-Burdin en 
1398. 

Archives de la Cote-d'Or. — Bauchal. 

VIGNON (Barthélémy), architecte, né à Lyon en 1762, est mort 
à Paris le 29 juillet 1846. Après avoir reçu les premiers éléments de son 
art à Lyon, sous divers professeurs, il se rendit à Paris et fut élève de 
l'Académie royale d'Architecture sous David Leroy. Il entra ensuite chez 
Poyet qui lui abandonna, avec l'inspection, la direction des travaux de 
l'église de Saint-Sauveur à Paris ; cette église, restée inachevée, fut 
détruite plus tard. — En 1795, il obtint le prix dans un concours ouvert 
pour les tribunaux de justice de paix à élever dans les douze arrondisse- 
ments de Paris. — Salon de 1799 : Tribunal de paix pour les diverses 
communes de la République. Le modèle, exécuté aux frais du gouverne- 
ment, lui valut un autre prix. — Le premier prix lui fut également 
décerné, en 1800, dans les deux concours suivants : i^ Monument à la 
mémoire des soldats morts pour la patrie ; 20 Colonne monumentale à 
élever à la gloire de nos armées. En 1801, il fut encore vainqueur dans 
l'étude d'un Monument à Mars pacifère et en mémoire de nos armées. 
— Salon de 1801 : Monument commémoratif des triomphes des armées 
de la République^ projeté pour les villes de deuxième ordre ; vue de 
Fensemble du monument. — Son projet d'un Monument au général 
Desaix^ qui fut mis au concours, lui valut aussi une médaille d'or. — 
Salon de 1802 : Boucheries publiques pour Paris. Ce projet a été gravé 
et publié dans le Muséum de Landon et dans les Projets choisis publiés 
par Detournelle. — Il fit enfin un projet à' Hôpital pour les aliénés qui a été 



DigitizBd by 



Google 



— 392 - 

ans les Mémoires du docteur Tenon et reproduit dans le Parallèle 
îuments d'Architecture de Durand. — En 1809 il fit partie de la 
ssion chargée de statuer sur les concours de rÉcole des Beaux-Arts 
s. — Lié d'amitié avec Barthélémy Thibault, il dirigea, de concert 
,l5S constructions intérieures du palais de TElysée- Bourbon pour 
e Murât et celles du château de Neuilly et fit des projets d'embelis- 
s du château et du parc de la Malmaison ; c'est d'après ses projets 
ent bâtis la bergerie et la grande serre. Il exécuta aussi, pour 
Jonaparte, les travaux de son hôtel, rue Ceruti, ainsi que ceux du 
i de Saint-Leu (lequel n'existe plus), et pour M^eCabarrus, depuis 
se de Caramàn, ceux de son hôtel, rue de Babylone. 

ice composée à Tintention de l'auteur par A.-M. Chenavard, élève de 
et à lui remise le 3 avril 1868. — Observer qu'on a fréquemment confondu 
77ir avec Pierre- Alexandre, né à Paris le 5 octobre 1/63, et inhumé dans 
lUx de Téglise de la Madeleine à Paris (pour les travaux de laquelle il avait 
806, choisi par Napoléon) où il a une pierre sépulcrale qui porte la date 
lai 1828). 

LLE (André-Nicolas DE), ingénieur et architecte, né en 1662, 
t à Lyon le 7 mars 1741 (Il fut inhumédans Téglise des Trinitaires 
épitaphe est conservé au palais des Beaux- Arts de Lyon). — 
ies : d'or à la croix de gueules chargée de cinq roses d argent. — 
d, capitaine d'infanterie, puis servant comme ingénieur à la suite 
lée de Piémont, il fut blessé au siège de Nice en i yoS . — Ingénieur 
, écuyer et lieutenant ordinaire de la vénerie du roi. — Sous la 
)n de Vauban, il fortifia Mont-Dauphin, Embrun (l'on vient de 
e cette dernière fortification) et Cherasco. — En 1724, il leva les 
t s'occupa du nivellement ainsi que de l'écoulement des eaux de 
; Louis-le-Grand, pour laquelle Jacques Gabriel (voyez ce nom) vint 
is à Lyon, afin de donner son avis pour sa décoration. — En 1737, 
nença le quai de Retz. — En exécution de l'arrêt du Conseil du 
l 1734, il se transporta à Lyon le 3o; visita la machine hydraulique 
ine de Teau aux fontaines de la place Bellecour et visita le pont de 
lotière jusqu'au 8 juin, où le Rhône commençant à grossir, il alla à 
)le, revint à Lyon le 21 septembre et y termina ses opérations. — 
ce, ouvert et terminé la route de la montagne de Tarare. — A 



Digitized by 



Google 



- 393 — 

Lyon, il a fait construire une maison pour les comtes de Lyon, entre la 
rue Saint George et la Saône, avec perron sur la rivière. 

Archivesdeîa ville de Lyon, — Manuscrit acquis parnossoins, pourles Archives 
du Rhône. — Breghoi du Lut et Péricaud. — Desobry et Bachelet. — Bauchal. 

VILLE (Nicolas-François DE), ingénieur et architecte, fils du 
précédent et de Françoise-Gabrielle de Forget, né à Mont-Dauphin, bap- 
tisé à Lyon en i7i2etmortle 12 décembre 1770 (inhumé à Villeurbanne). 

— Ingénieur en chef de la province. — Lieutenant de la vénerie du roi. 

— Chevalier de Tordre du Christ. — Il fit continuer le quai de Retz 
commencé par son père, construire (i 758-1760) la digue de la Tète d'Or, 
établir Tabreuvoir vers le pont Saint-Clair et le quai d'HalincourtàLyon; 
deux ponts en pierre sur le Lignon ; deux ponts en bois à Roanne et 
acheva les casernes de Montbrison, commencées par son père. — Il fut 
membre de l'Académie de Lyon, qui conserve de lui dans ses archives les 
manuscrits : Des mines de charbon de terre, — 2** : Mémoire sur la 
maladie des chevaux,, nommée charbon^ et son discours de réception. 
Dans un mémoire qu il lut à TAcadémie, il développa le grand projet, 
exécuté depuis par les collaborateurs de Soufflot, d'une route vers la 
Bresse, en évitant de monter par la Croix-Rousse. 

Publications : Acajou et Zirphile^ traduit en Italien, Lyon, 1744. — 
Eloge de Louis Bordes^ mécanicien, dans le Mercure de France^ 1748. 

Dumas. — Histoire de V Académie de Lyon^ I, page 265. — Eloge, par de La 
Toureite, 1771. — Revue du Lyonnais, — Archives du département du Rhône. — 
Breghot du Lut et Péricaud. — Rauchal. — Notes communiquées par M. A. Vachez, 
secrétaire de TAcadémie de Lyon. 

VUILLARDIER (Antoine) chercha, sousl'influence d'un Me Jean 
Bardin, greffier delà Cour séculière de Tarchevéque de Lyon, à se faire 
confier les fonctions de voyer à Lyon, qu'il exerça en i5i i jusqu'à la fin 
de 1 5 12, moyennant vacations et non avec salaire régulier. Il fit arranger, 
en décembre i5i i, les fontaines de Saint-Marcel et de Sainte-Catherine, 
mais n'avait pas encore remis ses comptes le 18 janvier i5i4. — Envoyé, 
en mai i5i2, aux informations sur Tattaque imminente des Francs-Com- 
tois et des Suisses, il rapporta des lettres du maréchal d'Aumont, qui 
renseignait l'administration municipale de Lyon sur la position de 

46 



Digitized by 



Google 



— 394 — 

— Il fit exécuter un travail de pavé sur la place devant le 
s Augustins (i8 mai i5i2) et, était encore chargé de ce genre 
m juin. 

9 Je la ville de Lyon^ Registre consulaire BB, 3o et 33. —Jehan Perréal, 
va, pages 145 ei 146. 



— W 



j (Benjamin), architecte. — 1 854. Plan pour une compagnie qui 
longer la rue Centrale jusqu'aux portes de la Croix-Rousse. La 
mètres de largeur avec escaliers, eût été bordée de portiques 
me tranchée devait servir au milieu pour un chemin de fer. 

lENGEN, gentilhomme hollandais, dressa, en 1639, un devis 
tenir le Rhône et le ramener dans son lit, assisté du voyer 
(voyez ce nom) ; il reçut pour cela 5oo livres de présent et 

G. 

■LIAM (Claude-Louis), architecte, né à Lyon, le lyjan- 
élève de l'école La Martinière et de celle des Beaux-Arts de 
)partenu, en i858, au cabinet de Mazerat; de iSSgà i863 à 
voye, à Lyon; de i865 à 1867 à celui de Mazerat, architecte 
ment, à Saint-Étienne^ et de 1867 à 1870 à celui de Drevet, 
. obtenu le 2^ prix, en i865, au concours, dit archéologique, 
la Société académique d'Architecture de Lyon en 1864. 
de 1882 : Villa Bertrand à Caen^ en collaboration avec 

— Salon de 1884 : Établissement de bains à Vichy (Allier), 
ation avec M. Farge, pour lequel il a obtenu une mention 

— Salon de i885 : Projet de monument à élèvera la mémoire 
Artigas, à Montevideo, en collaboration avec M. Farge et 

, statuaire. — Salon de 1887 : Villa de M. Z)*** à La Varenne^ 
ration avec M. Farge. — Salon de 1888 : Projet d* hôtel de 
pour Aix'leS'Bains (Savoie), en collaboration avec M. Farge. 
3 1890 : Pavillon de Montchanin à V Exposition universelle 
châssis d'exécution, en collaboration avec M. Farge. — Salon 



Digitized by 



Google 



— 395 — 

de 1891 : Cottage de Saint-Andrau (Loir-et-Cher).. — Salon de iSgS : 
Grille du château de R*** (Alsace-Lorraine). — Salon de 1896 : Villa de 
M. G**% à Saint'Leu (Seine-et-Oise). — Professeur de dessin à Saint- 
Ètienneen 1886; Société d'Enseignement professionnel de cette ville. — 
A Paris, avenue de Tourville, 17. 

A concouru et obtenu le lerprix pour deux marchés couverts à édifier 
à Nevers (Nièvre), en collaboration avec Farge et Levesque, ingénieur. 

Travaux d'architecture : 1860 : Habitation de M. H**% à Altkirch 
(Bas-Rhin); 1 865- 1866 : Maison de rapport à Saint-Étienne ; 1871 : 
Habitation de M. L. G*** et maisons de vignerons à Fleurie (Rhône); 

1872 : Décoration intérieure et ameublement chez M. J***, avocat à Lyon ; 

1873 : Villa de Mme p***^ aux environs de Lyon; 1890 : Hôtel de M. T***. 
boulevard Beauséjour, à Paris ; 189 1- 1898 : Château et dépendances de 
M. Jaunez, àRemelfing (Alsace-Lorraine); 1894 : Villa à Saint-Laurent- 
des-Eaux; 1894 : Décoration intérieure pour M. V**% à Strasbourg; 
1895 : Restauration de la chapelle de la famille impériale à Téglise de 
Saint-Leu (Seine-et-Oise); 1895- 1896 : Villa de M^e G**% à Saint-Leu. 
— En collaboration avec Hoflfbauer : 1897 : Reconstitution de la tour 
de Nesle, avenue de la Motte-Piquet^ à Paris. — En collaboration avec 
Farge (la liste suivante complète celle de ce nom) : Hôtel de M. R**% 
avenue Marceau ; Quatre hôtels, rue Dumont-d'Urville et rue Lapey- 
rouse; 1882 ; Maisons de rapport^ avenue Kléber, rue deLonghamp, rue 
Notre-Dame-des-Victoires et rue Brongniart; Hôtel, rue Bayard; Maison 
de rapport, rue Portalis; Hôtel de M. G***, rue Ordener, 38 et 40; Éta- 
blissement de la Compagnie de Bodega, boulevard des Italiens (aujourd'hui 
Callissaya) ; Magasins et ateliers de la maison Lefebure et Denisse, rue 
Caumartin; Pavillon de Montchanin à l'Exposition universelle de 1889; 
Tombeau de la famille d'Haisne au Père-Lachaise ; De la famille Vassard 
au cimetière du Nord; Installation des bureaux de la C** de Fives-Lille, 
rue Caumartin ; Travaux pour la Société des Cafés-Restaurants; Hôtel 
de M. Tollin, avenue Henri-Martin ; Restauration et agrandissement de 
l'habitation de M. R***, à Chatou; Château et communs de M. G***, au 
Pecq; Maison d'habitation de M. C**% à Saint-Maur, et de M. D'**, à La 
Varenne-Saint-Hilaire; Établissementt hermal de Châtel-Guyon; Villas, 
boulevard Bertrand, à Caen (Calvados), et de M. W^J"*, en Bretagne. — 
Travaux non suivis d'exécution : Établissement de bains à Vichy, et 



Digitized by 



Google 



- 396 — 

5 Voyageurs à Aix-les-Bains (Savoie). — Membre de la 
des Architectes français depuis 1891. 
5 : Le Recueil d" Architecture^ publication mensuelle, 
de MM. Wulliam et Farge, 19 volumes. — Le Recueil 
wderne^ ire année (1895), sous la direction de MM. Wul- 
- La Décoration ancienne et moderne^ publication men- 
s, sous la direction de MM. Wulliam et Farge. — Les 
ans pour la décoration et la peinture^ i volume, par 
t Farge. — Les Concours publics d'Architecture^ publi- 
î, 3 volumes parus. 

académique d'Architecture de Lyon conserve dans ses 
ssins : Eglise de Saint-Pierre à Lyon^ menuiserie de 
> ; Balcon en fer forgé sur la façade de la grande Biblio- 
demi'Circula ire delà maison rue Grolée, 14; Porte en 
e Saint-Paul^ à Lyon. 



^OMS (à titre de renseignement) 

DES 

inscrits sur le Tableau de la Société académique 
Architecture de Lyon^ pour iSg-j-iSgS 

ne sont pas compris dans cet ouvrage 
ire-Jérôme-Honoré), membre d'hon., du 4 déc. 1890. 



n-Louis-Charles) 


î 


» 




» 




[erre-Antoine-Achille), 


» 




» 




(JOSEPH-AUGUSTE- 


Emile), 


» 




» 




(HlPPOLYTE-E.), 




» 




» 




srt), 




» 




» 




\G (Emile), 




» 


du 


icrjuin 


1894 


.rlos), 




j) 




D 




re-Ernest), 




» 


du 


3 déc. 


1896, 


lliam), 




» 




» 




\NNÈS), 


mem 


bre titul.. 


du 


9 juin 


1886, 


AAC), 




)) 




» • 





Digitized by 



Google 



CHABANNE (Francisque), 
CAHUZAC (Laurent), 
GROS (François), 
BERNOUD (Louis), 
RIOTTON (Louis), 
BETHENOD (Francisque), 
ROSTAGNAT (François), 
CLERMONT (Francis), 
CHOMEL (Augustin), 
ROUX-SPITZ (François), 
BAUSSAND (François), 
THOUBILLON (xIvier), 
BERGER (Joseph), 
BENOIT (Louis), 
TROULLIEUR (Francisque), 
HUGUET (Eugène), 
MONOT (Charles), 
BRICOD (Jean), 
GIROUD (Frédéric), 
VERNON (Nicolas), 
RIONDEL (Hector), 
ALLARDT (Maximilien), 
AVILA (Pedro d'), 
FERRET ( ), 

BLONDEL (Paul), 
MANIGOT ( ), 

WITHE (William), 



397 — 






membre 


titul., 


du 9 juin 


» 




» 


» 




» 


» 




du 2 déc. 


» 




» 


)) 




du 6 juin 


» 




» 


» 




du 5 déc. 


» 




du 5 juin 


X 




]) 


» 




du 7 juin 


» 




du lerdéc 


» 




du lerjuir 


» 




ï^ 


7) 




du 6 déc. 


» 




» 


» 




» 


» 




du 5 déc. 


)) 




du 4 juin 


» 




du 3 déc 


membre corresp.. 


du 9 juin 


D 




du 2 déc, 


» 




du 5 déc. 


» 




» 


» 




du 4 juin 


f> 




du 3 déc. 


» 




du 3 déc. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



TABLE DES EDIFICES 

avec les noms des maîtres et des architectes qui s'y rappc 



Abattoirs de Perraohe Arohitaotes en titre de i 

Dupasquier i35-i36 i8o3 Perenciol (J. A.) 

Hirsch 191 i8o3 Marion 

» Loyer 

Abattoirs de Vaise ,«0^ Hotelard (F.) 

Desjardins (A.) 124 1 25 181 5 Flacheron (L. C.)... 

Hirsch 19Ï ï83i Dardai 

1854 Desjardins (A,) 

Abreuvoir de Saint-Clair 1871 Hirsch 

Lallié 209 Arohives de l'Aumône qi 

Aoadémie d Équitation Castel, sieur du Val 



Achard i Arsenal (Ancien) 

Roche (J.-B.) 336 

Soufflot 368-369 

Thenadey 374 



Barberin (de) 

Boffrand 

Dupoux 

Aloazar ou Colysée ^,„^ d'Aliénés è Bn 



Louvier 



Exbrayat 142 

Aqueduos gallo-romains Moncorger 

Bresson 56 Asile de Nuit 

Chapuy 68 Hirsch 

Chipiez (J.) 84 

Delamonce (F. P. J. I.) 1 1 3 Asile des Petites Sœurs de 

Delorme (G. M.) 116 * '« ^""•^^ 

Flacheron (P. A. P.) 162 Jamot * 



Digitized by 



Google 



— 400 — 
iblas fammes Ancien café Casati. 

,92 I^^"^^^ ÏÏ7 

^ ^ ^^ Café de la place de Bellecoup. 

I du Change 

Desjardins (A.) : 1 25 

87 

S8 Caserne de Gendarmerie (rue Sala). 

^ Ga}' i6b 

In des Plantes Hotelard (E. F.) 1 97 

io3 Caserne de Gendarmerie è pied et é 

cheval. 

a Ville au Lycée 

Moncorger 2b3 

102-105 

. _ I QO Casernes des gardiens de la paix. 

396 Lou vier 224 

e l'Hôpital Caserne de cavalerie (place Perrache). 
nt passage) Bissuel (J. P.) 3o 

buisson de.). 85 

3o6 Caserne Goiran {n'existe plus). 

Savoye 3.S5 

is Terreaux 

reconstruite en 1733 Casino de Lyon. 

le générale). Porte 320 

leyssieu. 210-21 1 ^ . ^ ^. 

-^ r Cercle du Divan. 

c)5 

104 Ribollet •..., 332 



1 10 

o Cercle musical. 

Flacheron (J. C. R.) i5i 

\ générale aux Ter- 
Hôtel du Parc). Château de Plerre-Scize. 

66 Delafontaine 112 

75 

§£ Chemin de fer funiculaire de Fourviére. 

loi Grivet 182 



d'octroi. Anciens cimetières. 

125 Dccrénice (C.) 1 09 

191-192 Roche (C. A.) 336 



Digitized by 



Google 



— 401 — 

CImetliMS (modernef). Moraï 

Dulin 133-134 Wilhengen 

Gay 16 ) 

Hirsch 191 

Piraud 3i5 

Pollet 3 16 



CItadella. 

Casiel, sieur du Val. . . 



Digue de la T6te d'Or. 

Dccrcnice (C.) 

Lallié 

Roux(L.) 

Ville (N. K. de) 



Go 



Ecole de IMédeoine et de Pharma 

(dans le quadrilatère du grandHôpital 
de la Barre). 

Hirsch 



Ecole de Santé militaire. 



Collège de la Trinité primitif. 

Gimbre(J.) lyS 

Communauté dea fabricanta 

(rtie Saint-Dominique). p,. , 

Loyer....; 22G Dubuisson 

Roux (L.) 35 1 

Ecole La Martlniére. 

Condition dea aoiea (8 juin 1809). Dubuisson 

Gay |65 Dupasquier 

Hotelard (E. F.) 197 Rogniat (E. A.). ^ 

Pascalon (P.) 297 



Ccrpa de garde du quai dea Céleetlns 

(démoli). 

Dardel 102 

Corpa de garde du quai Villeroy ((démoli). 

Dardel io5 

Corpa de garde de la place de Bellecour. 

Desjardins (A.) i25 

Débarcadère aur lea bord de Saône 

(démoli). 

Dardel io5 



Ecoles libres du Bon Pasteur. 

Malaval 

Ecoles normales primaires (Conc( 
Coquet 

Ecole normale d'instituteura. 

Bellemain (A.) 

Ecole normale d'Institutrices. 

Genesie 

Ecole supérieure du fcrarrondisseï 

Richard (P. A ) 



DIguea anclennea. 

Aramondi 

Bandinelli 18 Chabrol 

Maupin (S.) ,.. 2 56 Cochet. 



Ecole vétérinaire (ancien claustra 
Cordeliers de l'Observance, transfé 
en ijijC) de la Guillotière). 



Digitized by 



Google 



— 402 — 



II 9 Saint-Just (rebâtie en 1662). 

»27 Delamonce(F. P. J. I.) ii3 

^^2 Delamonce (J.) n5 

3o9 Gay i65 



^PELLES ANCIENNES 



I de Saint-Jean. 



\S. I.). 



e). 



20 

... 28 
• 42-69 

.. 69 

... 72 

. . 78 

... 114 

, .. 123 

... 164 

. .. 166 

. . . 208 

, . . 222 

, .. 238 

. .. 263 

. .. 263 

. . . 267 

... 271 
3i6-3i7 

... 327 

... 328 

. .. 335 

... 353 

. . . 386 



le (n'existe plus). 

M. I.) ii3 

X (n'existe plus.) 
65 

^ J. I.) 112 



Saint-Paul et Saint-Laurent 

Benoît (C.-A.) 23 

Benoît (F.) 24 

Decrénice (G.) 108 

Degvinis 112 

Dunod 1 34 

Quibly(N. de) 324 

Wulliam 396 

Salnt-Nizler 

Benoît (G. A.) 23 

Benoît (F.) 24 

Ghabry 65 

Delamonce (F. P. J. I.) 112 

Flacheron (L. G.) i52 

Gay i65 

Orme (P. de 1') 277 

Perrache 3oi-3o2 

Perréal 3o3 

Pollet 3i6 

Pomey(G. de) 3i8 

Roland ' 340 

Savy 356 

Thibière 375 

Saint-Martin d'Ainay. 

Benoît (G. A.) 23 

Benoît (F.) 24 

Delamonce (J.) 1 15 

Perrache 3oi 

Pollet 3i6-3i7 

Questel 322-323 

Se'on 357 

Notre-Dame de la Piatiére (n'existe plus). 

Blanchet 36 

Roland 340 



Digitized by 



Google 



— 403 — 

Saint-Irénée L'Assomption au collège de la Tri 

(dite des Messieurs). 

Benoît (C. A.) 23 

André 

Saint-Pierra al Saint-Saturnin. 

André 6 Artisans ou affaneurs au oollége 

BlancheV. ! '. . 36 Trinité. 

Couchaud 1)5 Morand 

Degérando (A.) i lo-i 1 1 

Genéty i68 Saint-Joseph de l'anoien Novioiat 

RiboUet 332 Jésuites (n'existe plus). 

Séon 357 Martellange 

WuUiam 396 Beauregard 

Delamonce (J) 

Saint-Ceorge. 

PqIIç^ 3 1 6-3 17 Saint- Polyoarpe ou de l'Oratoii 

(Façade : 1760). 



Notre-Dame de Gréoe et de Saint-Louis Chabry 

è la Guillotlére. Delamonce (F. P. J. I.) 

^ . ^ Loyer 

Crépet 97 -^ 

Prêtres missionnaires de $alnt-J< 

Eglise de Fourviére. ^^^^j^ j^ i^ rue du Garet et de 1 

r» rue Lafont: n'existe plus). 

Bossan 42 ' * 

Delamonce (F. P. J. I.) 112 Blanchet 36 et correct 

Duboys i32 

Perrache 3o i Antenins (quai St-Antoine). 

Mimerel 

Anolen Grand Séminaire. Delamonce (F. P. J. I.) 

Loyer 226 Flacheron (J. C. R.) 

collège de la Trinité. Jaoobins (n'existe plus). 

Martellange 242 J^^Pf^^^ 

Beauregard 20-21 R»^^^^^ 

Blanchet 36 ^^8*^" 

Cochet 86 ^ , ^ „ ^ ^ ^ ^ „ 

.^ , /!-> i-k T T \ Saint-Bonaventure ou des Cordeil 

Delamonce (F. P. J. L) 112 

Delamonce (J.) 1 15 Benoît (C. A.) 

Picquet 3 1 4 Benoît (F.) 

Séon 358 Denave 



Digitized by 



Google 



— 404 — 

3oi Pénitents de Loretta (1717 ; n'existe plus). 

^^4 Chabry 65 et additions. 

357 



lUX (n'existe plus). 



Grand Hôpital. 



Ducellet i3'3 

65 Chabry 65 

Mimerel 260-261 

* A..-...I*i«. ' Perret de la Menue 3o6 



as Augustins 

(Î454). 



(1759)- 



35i 
i58 
201 



existe plus). 



rObservanoa. 



es Chartreux. 



36 



79 



I.). 



ichaussés. 



[12 
. .. 34 

. .. 68 

••• 72 
... 117 
309-3 10 
. . 364 
. . . 367 



65 

Itents du Confalon 

.'existe plus). 



Aumône générale ou de la Charité. 

Beurhot. 



^ Deurnot 29 

'93 Delamonce (F. P. J. I.) 1 1 3 

Duboys 1 32 

Mimerel 261 

Perrache 3o i 



Abbaye de la Déserte. 

(rue St-Marcel; n'existe plus). 

Quibly(Z. de) 325 

Sainte-Marie de Beilecour (n'existe plus). 
Delamonce (J.) 1 1 5 



Carmélites (n*existe plus). 

Blanchet 36 

2^^ Delamonce (F. P. J. I.) ii3 

Orbay (d') 272 



ii5 



Verbe-lnoarné (n'existe plus). 
Delamonce (J ) 1 1 5 

Saint-François 

(les Recluses et les Filles pénitentes). 

Benoît (C. A) 23 

Dulin i33 

Genéty 168 

Perrin (S. M.) Sog 

Providenoe du oôté de Fourviére 

(n'existe plus). 

Chabry 65 



Digitized by 



Google 



— 405 — 
Saint-Esprit au pont du Rhône Bon-Patteur. 

(n'existe plus depuis 1773). Tisseur. 

Decrénice (M.) 109 

La Rédamption. 

Saint-Rooh g^^^^j^ (C. A.) 



(près THôpital Si-Laurent ; n'existe plus). npriQÎt (p \ 
Maupin (S.) 255 



Saint-André. 



Saint-Sétaatien Desiardins (A.), 

(vers le rempart à côté du monastère des Desiardins (P.) 
Colipeites ; n'existe plus). ^ •/• 



Jamot 



Saint- Bernard. 

Desjardins (A.) 

Saint-Cliaries (à Serin). 
Bresson 



Saint-Euoher. 



Forest 

Pascalon (F.). 



Chabry 65 

Ancien olooher de Sainte-Foy. 

Bissuel(P. E.) ?2 

ÉGLISES ET CHAPELLES MODERNES 

Basiilque de Fourviére. 

Bossan 41-42-43 

Perrin (S. M.) Sog-Sio-Si i 

Giniez 1 74 * . . ^ 

e. o jj- • Saint-George. 

beon 43 et additions. 

Bossan 

Monument pour ies viotimes du elége Bresson 

(1817-1818; un monument provisoire de 1795 Charpenel 

fut incendié en 1 796). Séon 

Chenavard 77-7Q 

Cochet 86-87 8«lnt-Jo.eph (rue Massena). 

André 

Annonciation (à Vaise). Morel(H.) 

Bourbon 48 

Saint-Maurioe (à Monplaisir). 

Immaculée-Conoeption. Perrin (S. M.) 



Saint-Pierre (à Vaise). 



Bossan 41 -43 

Franchet 1 58 

Léo 219-220 Desjardins (A.) 12 

Séon 357 Séon 



Digitized by 



Google 



— A0& — 
t-PothIn. Hospioa des Jeunes filles Incurables. 

96-97 Perrin (S. M.) 3 1 o 



-Blandine. 



ite-Foy. 



Demi-Lune. 

106 Bossan 41 

1 97 Bresson 54 

377 

2*3 1 Point-du-Jour. 

Desjardins 1 23 



96 



Eldopad -Concept. 

s (rue Sala). p^^^ ^ 32^ 

4» 

Entrepôt des Douanes. 

nte-Hélène). ^j^^^^ ^^^ 

'74 

Entrepôt des liquides (supprimé). 
i-Cœur (rue Boissat). jj^^j^j , ^3., ^^ 

54 

1 5g Expositions universelles è Lyon. 

1872 



it-Vincent-de-Paul Charvet . 

Doyenné). 



70 



Chatron (J.) 75 

Horeau 1 96 

1894 

Bissuel(P. E.) 3ï 

54 Hirsch 192 

Perrin (P.) 3o7-3o8-3o9 

us-Hostie è Fourviére. Roux-Meulien 345 



nicaines. 



Marie-Thérèse 

Chemin-Neuf). 



168 



Exposition rétrospeotive è Lyon. 

1877 

Charvet 70 et additions. 



1 38 Façades de Beilecour anciennes. 

^ ^ . Cotte (R. de) c)3 

de Salnt-aoeeph. Bertaud (C.) 27 

54 Besnard 29 



Digitizeid by 



Google 



- 407 - 
Façades de Bellaooup nouvelles. Contre la façade de PHÔtel de 



Gay i65 Chabry 

Hoielard(E. F.) 196 

Hotelard(F.) 197 Rue Romarin. 

Hoielard (P.) 197 Beriaud (G. L.) 

Percier 299 Chabry 

Querville 32 1 

Thibière 375 Rue Grenette. 



Facultés de Droit et des Lettres. Perrachc 



Hirsch 191 ^ux Feuillants, 

Catcl'ind ... 61 

Hendricy 

Facultés de Médecine, de Pharmacie et 

des Sciences. Salnt-IMarcel. 

Hirsch 190-191 Vuillardier 

Genesie j 66 



Faculté des Lettres (ancienne). 
Hirsch 189 



Sainte-Catherine. 

Vuillardier 



FONTAINES ANCIENNES 

qui n'existent plus. Cochet 



Colonne départementale piaci 
Terreaux (i^^ pierre ; 14 juillet 



Colonne du Méridien 

(place des Cordeliers). FONTAINES MODERNES 



Bugniet 57 

Terrier 374 



Place Grolier. 

Marion 



Pyramide ou Obélisque è Valse. 

Lallié 209 



Place Impériale (n'existe plu 

Bonnet 

Place Louls-le-Grand (des eaux commen- Crépet 

cèrent à jouer, en 1737 d'abord du côte' 

de la Saône). p,3g^ ^13, jacobins. 

Chabry 65 Ancienne (qui n'existe plus) 

Leroux 221 perrache 

Place des Terreaux. Suivante (transférée). 

Hendricy 187 Desiardins(A.) 

Maupin (S.) 256 Hirsch 



Digitized by 



Google 



Actuelle. 



Ils XVI ou Morand. 



— 408 — 
4 



). 



125 



reppeaux (Bartholdi). 



192 



m Saint-Jean, 
ilnt-lrénée. 

c.) 



io3-io6 



l52 



^Int-Jutt. 



ilnes divepsas. 



102 io3 



itlona anciannaa. 



Perret (D.) 3o6 

Perrot 3 1 3 

Pomey(G. de) 3i8 

Remacin (J. de) 327 

Roland 340 

Salles (J. de) 353 

Sève 365-366 

Tabourin 372 

Vaux(J. de) 389 

Fortificationa nouvellas. 

Dardel io3 

Gara du Chamin da far P.-L.-M. 
é Pappaoha. 

Cendrier 63 

Dardel io5 

Gapa du chamin da fap P.-L..M. é Valsa. 



Cendrier 63 

40 Dardel io5 

Gpanlap d'Abondanoa(quai de Serin (172S) 
actuellement caserne). 

7 Bertaud(C.) 27 

29 Fahy(E.) «43 

58 Perret de la Menue 3o6 

172 

iy3 Gpanlap ou antpapôt das Sala (démoli). 

»79 Baltard(P.) i3-i5 

ï8o Bernard (P.) 26 

'82. Boffrand 38 

188 

2o3 

2 10 GROUPES SCOLAIRES ou ECOLES 

210 PRIMAIRES 

221 

o pua Tponchat. 

239 André ^ 

264 
294 

3o3 Bellemain (A.) . • . . . . 



Gpanda Pua da la Guillotièpa. 



22 



Digitized by 



Google 



— 409 — 
Rues Mazenod et Chaponay. ^" 

Coquet 89 

Chr 

Route d'Heyrieux. ^^'^ 

Del; 
Cumin 98 j)jg, 

Dut 
ll|o arrondissement. rx 

Dubuisson 1 32 Dur 

Loy 
Saint George. Mui 

Pas 

Geneste 167 p^j. 

Hirsch 192 p^^. 

Sali 

Boulevard de la Croîx-Rousse. Avenue g^^ 

des Ponts du Midi.Ruede Jarente. Rue 

Bossuet. Cours Charlemagne. Route 

de Vienne. Rue Pierre-Corneliie. Rue 

de Vendôme. A Monpiaisir. Route de Per 

Vienne; quartier du Grand-Trou. Rue y^j^ 

Giiibert. Rue Montgolfier. Rue de la 

Part-Dieu. ^ , 

Sain 

Hirsch iq2 

Salv 
Plaoe Morel. pr^j.j 

Perrin (P.) Soy-SoS Sim 

Trie 

Halle aux blés, puis Mont-de-Piété (em- 
placement de la chapelle des Pénitents du ^ 
Confalon ; de'molie). 

Gay i65 ^ar 

Hotelard (E.-F.) 197 <^ha 

Chr 

Hippodrome è Perrache. ^^g 

I^^'-del .04 La'] 

Loy 

Picc 
HOPITAUX ET HOSPICES p^|| 

Hôpital du pont du Rhône ou Grand Hôtel- ^ 

Dieu (1570 : Boucherie. — 1706 : portail 
d'entrée.— 1741 : dôme et façade sur le Cha 



Digitized by 



Google 



— 410 — 
therine. Jeunes filles incurables. 

loi Benoît (C.-A.) 23 

66 

23o HàM de la Banque de France. 

3o6 Crétin 97 

372 

Hôtel de la Caisse d'Epargne. 

ien monastère de la /-., 

ration Sainte-Marie). £^^7^': ^ ' '-' 70 

Hotelard (E.-F.) 197 

5b Léo 219 

142 

,) 1 5 1 Hôtel de la Compagnie des Forges de 

3q5 Bessèges et de Terre-Noire. 

Tisseur 377 



msse. 

buisson de). 



gc^ Hôtel de la Compagnie du Gaz. 

Savoye 355 



(Varioleux). 



lerre-Bènlte. 



Hôtel de la Préfecture (ancienne maison 

des Jacobins; i8o3 : Halle au blé; 1804: 

97 école secondaire supprimée en 1810 ; 

181 1 : Mont de Piété; transféré en 1818 

de l'hôtel Varissan, rue Boissat). 



^97 Chenavard 77 

3o5-3o6 '. 

Hôtel de la Préfecture. 
\% Facultés libres. 

Louvier 224 

^58 Rogniat (L.) 338 

iméopathique. h^^i ^j^ poiiœ (rue Luizerne). 
42 Desjardins (A.) i25 

75 

Hôtel des Douanes (dans l'ancien arsenal ; 
ia Croix. n*existe plus). 

3[o Barberin (de) 18 

Boffrand 37-38 

■uvres (à la Croix- Dupoux 1 37 

se). 



75 



Calvaire. 



Hôtel des Fermes, actuellement Hôpital 
militaire Desgenettes. 

Dupoux 1 37 

Hirsch 191 



Digitized by 



Google 



— 4H 



Hôtdl dds Monnaies (rue de la Chanté, 
dans Tancien hôtel Rertaud ; n*existe plus). 

Bertaud (C.) 27 

Hôtdl de Ville, rue l.ongue (maison de 
Charnay (i 461- 1604); vendue en 1740 par 
THôtel-Dieu qui la possédait alors). 

Bire(J. de) 3o 

Chaignon (F.) 65 

Grand (E.).. 180 

HAtel de Ville, rue Poulaillerie (maison de 
la Couronne (1604-1652) ; vendue le 4 fé- 
vrier 1646, à Fleury Durieu, pour 32,ooo 
livres). 

Chaignon (Ph.) 66 

Lalyance 208 

Laurens 210 

HMel de Ville, place des Terreaux. 

Maupin (S.) 255-256-257 

Ampère 2 

Bailly 10 

Barqui 20 

Beuchot 29 

Blanchet 35 

Chabry 65 

Chapuy 68 

Cochet 87 

Cotte (de) 91 '93-94 

Dardel io3-io6 

Dégérando (A.). ..... .• 110 

Degérando (P.) m 

Delarue i i5-i 16 

Denuelle 119-120 

Désargues 121 

Desjardins (A.) 124-126 

Dignoscyo (de) 1 3o 

Flacheron (L. C.) i52 

Gay i65 

Hendricy 186-187 

Hirsch i8q 



Hodet (P.) 194 

Lalyance 208 

Lemercier 217 

Mansart (J.-H.) 235-237 

Mimerel 260 

Morand 265 

Perret (C.) 3o4 

Simon (C.) 366 

Hôtel du Gouvernement (dans l'ancien 
hôrel Bertaud, rue de la Charité). 

Bertaud (C.) 27 

Hôtel du Quartier Général (servit d'Hôtel 
de la Préfecture, jusqu'en 181 8). 

Dardel 104 

Hôtel des Invalides du Travail à St-Just. 

Moncorger 263 

Hôtel du Journal « Le Nouvelliste ». 

Malaval 23! 

Hôtel du Journal <r Le Progrés b. 

Perrin (P.) 3o8 

HOTELS POUR LES VOYAGEURS 

Hôtel de Belleoour. 

Perrin (P.) 3o8 

Hôtel de l'Europe. 

Désargues 121 

Hôtel du Nord. 

Denave 117 

Hôtel du Paro (dans les bâtiments de 
TAumône générale des Terreaux). 

Christot (H. F. Dubuisson de). 85 
Dambournay 101 



Digitized by 



Google 



— 412 — 

(dans les bâtiments Machine hydraulique pour les bassins 
» la Charité). de Belleoour. 

buisson de). 85 Bertaud (G. L.) 27 

Leroux 221 

ne, cours du Midi. PetitOt . 3 1 3 

21-22 

Machines hydrauliques sur le Rhône. 

B (ancien clos de ^ , , ^ 

de la Déserte). ^^^^^el io3 

1^2 Magasin à poudres de Sainte-Marie des 

268 Chaînes. 



l'Hiver. Lepelletier 22 1 

^9^ Magasins généraux à Valse. 

ly (qui devint l'église Arquillère 8 

llaire; n'existe plus). 

1^2 Magasins^du matériel des fêtes 
publiques. 

les (temple des j^j^^^i^ ^ 

epuis i8o3). "^ 

62 Mairie du II® arrondissement. 

Tisseur 877 

'** 9^ Hirsch 191 

l52 ^ 

' ^^ Mairie du IVc arrondissement. 

178 

1 87 Desjardins (A.) 1 25 

3oi 

335 Maison du Concert (1724. Les réunions 

oo/< 00 avaient lieu depuis I7i4;aservi aussi 

^_ „ _^ aux réunions de TAcadémie des Beaux- 

359.J62 Arts). 

367-369 

376 Cotte (de) 92 

Pietra-Santa 3 1 5 

le la Candeur. 

c- Malsons sur remplacement de l'Hôtel 
^^4 du Parc. 



s de la Parfaite Christot (H. F. Dubuisson de^. 85 

'"'•• Falcouz ;. 145 

. . 86 Perret de la Menue 3o5 et 3o6 



Digitized by 



Google 



MAISONS RELIGIEUSES, COUVENTS. 
COMMUNAUTÉS 

(Anciens ; Hommes). 
Arohevêohé. 

Chenavard 11'1^'19 

Desjardins (A.) 124 

Flacheron (L. C.) i52 

Soufflot 368 

Manèoanterie ou Hôtel des comtes de 
Lyon. 

Decrénice (C.) 108-109 

Louvier 224-225 

Abbaye d'AInay (n'existe plus). 
Roche (J.-B.) 336 

Séminaire de SainMpènée (1659) place 
Croix- Paquet (n'existe plus). 

Cassini 59-60 

Chenavard 79 

Loyer 226 

Perret (C.) 304 

Tisseur 377 

Coilège de ia Trinité, ou Lycée Ampère. 

Martellangc 242 

André 6 

Beauregard . . . 20 2 1 et corrections. 

Blanchet 36 

Cochet 86 

Dardel 1 02 

Flacheron (J. C. R.) i5i 

Hirsch 190 

Morand 265 

Saint- Bonnet 353 

Tisseur 384 

Wulliam 396 



— 413 — 

Noviciat des Jésuites (n'existe plus). 



Martellange 244 

Beauregard 21 

Petit-Coilége (affecté à présent à divers 
services municipaux). 

Risamburg (J. van) 334 

Oretoriens, rue Vieille -Monnaie (161C). 
Pour mémoire. 

Missionnaires de Saint-Joseph 

rue du Garet (1661). 

Pour mémoire. 

Congrégation de la mission de Saint- 
Lazare, montée Saint-Barthélemy U^yS) 
actuellement occupée par les P\ F. de la 
Doctrine Chrétienne. 

Charvet 71 

Chanoines réguliers de Saint-Antoine 

(av. 1228), quai Saint- Antoine) (bâtiments 
occupés par divers). 

Pour mémoire. 

Ordre de Saint-Augustin et de La Sainte- 
Trinité pour la Rédemption des cap- 
tifs (n'existe plus). 



Godeau 



177 



Chanoines réguliers de Saint-Augustin 

depuis 1702 (1749 : Bâtiment desservant 
réglise Saint-Irénée.) 
(actuellement Refuge Saint-Michel). 

Soufflot 367 

Loyer 226 

Dominicains ou Jacobins (12 18) 

(bâtiments ayant servi d'hôtel de la préfec- 
ture qui n'existent plus). 

Berne 27 

Bertaud (C.) 27 



Digitized by 



Google 



- 414 — 



77 C^P"®!"»**" '•'oouvênt(i574)clucôtéde 

1-77 • Fourvière (n'existe plus). 

22a Pour mémoire. 

226 

Chartreux (i 585) n'existe plus 
Bonaventure (1220) qu'en partie. 

2nt plus). . 

Maignan 23o 

209 Martellange 25o 



s Terreaux (i3o3) 
ent plus). 



27^» 

tins (r. 1000). 

La Martinière après 

le de gendarmerie). 



Carmes Déchaussés (16 18). 

Chabry.' 65 

65 Chapuy 68 

Chatron(B.J.) 74 



6 
269 



407) quai de ce nom 

cloître; i5o2: mai- 

et 1747; transforme'e 



servance (1492) 
Vétérinaire). 



64 

79 
95 

309 



je est de i555 (trans 
lent d'éducation.) 



Réoollets (1623) montée Saint-Barthélémy 
(brûlés en 1728 ; quelques restes). 

Valérien 386 



MAISONS RELIGIEUSES MODERNES 

Grand Séminaire. 

Desjardins (A.) 1 24 

Dominloains. 



88 
143 
1 87 Bresson 54 

202 

254 Jésuites. 

260 Maison de Fourvière. 

Bresson 54 



Externat rue Sainte-Hélène. 

Bresson 



55 



Procure des Missions étrangères. 

Perrin(S.M.) 3io 



Obiats. 

54-55 Bresson 55 



Digitized by 



Google 



— 415 — 

Abbaye royale de la Déserte 11260) 
PRESBYTÈRES DES PAROISSES reconstruite en 1620 (n'existe plus). 

Pour mémoire. 
Alnay. 

Benoît (C.A) 23-24 Cha«aux (1623) transformée. 

Pour mémoire. 

Saint-Nizier. Prieuré de Salnt-Benoît (i658) 

Benoît (F.) 24. ^^^^ St-Vinccnt, rebâti en 1684 

(n'existe plus). 

Immaoulée-Conoeption. Pour mémoire. 

Bossan 42 Sainte-Claire (1601) 

dans l'ancien jeu de paume d'Ainay ; l'arsenal 
Annonciation. y fm transféré en 1804 (n'existe plus). 

Bourbon 48 ^^^^ mémoire. 

Sainte-Anne du Sacré Cœur. Tiers-ordre de Saint-Françolt 

«amie-Anne au ^^acre uœur. ^^^ Deux-Amants, 161 5 (n'existe plus). 

Bourbon 48 Pour mémoire. 

Caiuire. Tiers-ordre de Saint-François (Sainte- 

Elisabeth, 1617), rue de la Charité, sup- 
Cumin 98 primée. 

Saint-George. Degérando (À.) no 

Loyer 226 Tiers-ordre de Saint-François 

(Sainte-Elisabeth, i665) aux Colinettes. 
Saint-Giair. ^o maison, devenue la 2» par suppression 

Perrin (S. M.) 3 10 ^® ^^ précédente. 1718: église; monastère 

1762-1764 (n'existe plus). 

Hodet(J.) 193 

MAISONS DE RELIGIEUSES ANCIENNES 

Ursuiines du l^r monastère 
Abbaye des dames de Saint-Pierre. nue Vieille-Monnaie, 16 12 (n'existe plus). 

wr ,^ .. .« . ^ . Pour mémoire. 

Valfenière (F. de Royers de la) 388 

Valfenière (P. de Royers de la) 388 Visitation de Sainte-Marie à Belieoour 

Blanchet 36 (i6i5),!romaison(remplacéeparla caserne 

Cochet 86 ^^ gendarmerie et un îlot de maisons). 

Dardel 102 Pour mémoire. 

Grivet(B.de) 181 

Petit.Radel 314 Carmélites, 1616. 

Rochefort 337 Blanchet 36 

Séon 358 Martellange 25o 



Digitized by 



Google 



Visitation de Sainte-Marie à i'AntiquallIe 

i63o (église de 1639, 2« maison). 



— 416 — 

Sainte Claire, rue Sala. 
Jamot 200 



Perrache 3o i 

Perret de la Menue 3o5 

Upsuiines du 2« monastère (i633) 
à Saint-Just (n^existe plus). 

Pour mémoire. 



UPSulines, primitivement rue de la Charité. 
Bertaud 27 

Visitation de Sainte-Marie à Fourvière. 

Bossan 42 



^""f."f'.^'!?^.''":.!^J^"\^^^^^^^^ Dames de SaIntVinoentde Paul (rue du 

Doyenné). 

Benoît (C.-A.) 23 

Charvet 70 



près des Carmélites ; leur église fut con- 
cédée en 1808 aux religieuses Saint- 
Charles rétablies en 1806. 

Pour mémoire. 



Visitation de Sainte^Marie aux Chaînes Sœurs dites de la Marmite (rue Saint- 
(1640) ; église démolie, bâtiments em- Joseph), 

ployés aux dépôts de l'Intendance mili- Rreccon S S 

taire. 

Pour mémoire. , 

Adoration perpétuelle (à l'Hôtel Bertaud, 

Religieuses de Citeaux d'abord rue du """^ ^® ^» Charité). 

Caret (où furent les Missionnaires de Bertaud (C ") 27 

Saint-Joseph) ; puis, en 1641, à la porte 



de la Croix-Rousse, aux Bernardines. 
Pour mémoire. 

Verbe-lnoarnè, par Jeanne de Matel de 
Roanne, en ib55 : place de Beauregard 
(n'existe plus). 

Perrache 3oi 



Adoration réparatriœ (rue Henri IV). 
Pcrrin (S.-M.) 3io 

Dames de Nazareth (externat). 
Boiron 40 

Dames de la Retraite. 



Filles pénitentes, à Tangle de la rue Saint- Bossan 42 

Joseph et de la rue de la Sphère. 



Bal de Verrière. 



1 1 



Maison de la Providenoe du côté de 
Fourvière, montée Saint- Barthélémy près 
la montée du Garillan. 

Chabry 65 



MAISONS DE RELIGIEUSES MODERNES 
Carmélites. 



Dames du Sacré-Cœur des Chartreux. 

Bresson 64 

Dames de Saint-Joseph. 

Bresson 64 

Petites sœurs des Pauvres é Valse. 

Bresson 55 

Religieuses de Jésus-Hostie à Fourvière. 



Benoît (C.-A.). 



24 Genety 168 



Digitized by 



Google 



— 417 - 

Refuge Saint-Michel (ancienne maison des 
chanoines réguliers de Saint-Augustin). 

Soufflot 367 ^ 

Sœurs de Troyes. 

Ribollet 332 qj 



Manufactupe des Tabacs (ancienne indien- 

nerie Picot et Fazy). * 

Thibière 376 H 

Marché aux bestiaux à Valse. 

u 

Desjardins (A) 124-125 

Marché aux chevaux. 

Hirsch 191 

Marché aux poissons (n'existe plus). 

Dardel io3 

QuibIy(Z. de) 325 

Marché de la Martinlére. ^^ 

C( 
Dardel io3-io6 

M4 
Marché des Ccrdeiiers. 

Desjardins (A) 1 23-125 O 

Mausciées des feuilles de Tricn. Pr 

Hirsch 192 M 

Mont-de-Plété, ancienne Halle au Blés 

(établi d'abord, en 181 1, dans le claustral a 
des Jacobins ; puis dans la maison des 
comtes de Saint-Jean; n'existe plus). ^ 

c 

Gay i65 

Desjardins (A.) i25 M 

Hotelard(E.-F.) 197 

F 
G 



Mont-de-Pi6té. 



Thoubillon 376 Ç 



Digitized by 



Google 



— 418 — 



vapeur de Perrache. 



usée Guimet. 



^e pédagogique. 



Palais des Beaux-Arts (Ancienne abbaye 

^ des Dames de Saint-Pierre). 

62 

106 Cochet 86 

Dardel 102- 106 

Desjardins (A.) 1 24 

Flacheron (J.-C.-R.) 1 5 1 

Flacheron (L.-C.) i52 

Gay i65 

Hirsch 189-190 

Petit-Radel 3"i4 

Piraud 3i5 



75 



192 



itoire de Fourviére. 

316-317 



elinat municipal. 



IQ2 



S Alsaciennes-Lorraines. 

201 



de Justice (ancien). 



10 

35 

87 
i65 



e Justice (nouveau). 



i3-i4-i5 
... 26 
... 68 
... 77 
102 



Palais du Commerce. 

Dardel io5-io6 

Barqui 20 

Beuchot 29 

Charvet 69 

Denuelle 119 

Despierre (H.) 128 

Feuga i5o 

Gourlier 1 79 

Monvenoux 264 

Poix 3 1 5-3 16 



Palais Impérial projeté. 

Fontaine 



i55 



Parc de la Tête-d'Or. 

Bonnet 40 

Passage de l'Argue. 

Farge (V.) 148 

Passerelle Perrache. 

59 



-F.). 



107 Carron (A.-J.) 

i34 

144 Passerelle temporaire du port de la 

j ig Croix du Sables. 

i5o Gimbre(H.) 172 

196 

2o3 Pavillons de la place de Bellecour. 

357 Desjardins (A.) i25 



Digitized by 



Google 



— 419 — 

Dardel io3 



Pavillons du pont Lafayetta Plans anciens de quartiers e 

promenades. 



Cotte (de). . . 

Pensionnat des Frères de la Dootrine Mansart (J.-H.) 

chrétienne (Montée Saint-Barthélémy). 

^, Poids des Farines. 

Gharvet 71 

Goyet 

Pensionnat Gulllard, dit du Verbe-ln- Grand (E.) 

carné (Montée des Gcnovéfains). 

Bourbon 47 

Gharvet 70 ^^^^^ 

de la Saône ou du Change 

PIEDESTAUX DE STATUES Bal de la Verrière 

Baltard(P.) 

Docteur Bonnet 4 môtel-Dieu, Gouchaud 



Gharvet 70 ^"«^g"^« 

Garnier 

J. Jacquard. Grand (E ) 

Hendricy 

Chenavard 79 j^,j.dan 

ï^a'-del 106 jy^^ig^^ 

_ , Mathieu 

Ancienne statue de Louis XIV (place Bel- .^ • /c \ 

lecour). ^^Ï^"P^" (S-) 

Mimerel 

Cotte (de) • pi-Q^-g^ Perréal 

Mansart (J. H.) . . . 234-235-23G-237 Roland 

,. . Vaux (J. de) 

Napoléon l^r à Perrache Tdetruit). ^ ^ 

Manguin 232 Nemours. 

Falconnet 

Maréchal Suchet. 

Desjardins (A.) 1 25 

Place de Bellecour ou Louls-le-Grand. 



Jordan 

D'AInay (1743-1747, détruit en 1 

Degérando (A.) 

Bertaud (C.) 27 

Besnard 29 <^^"^^^"^ '^'^^' 

Gotte (de) 91 à 93 Christot (H. -F. Dubuisson de). 

Fahy ^E.) 143 

Gabriel ,60 «>• '« Feu»'*e('83.). 

Ville (A.-N. de) 892 Dardel 



Digitized by 



Google 



— 420 — 

ire (ancien). Faure (P.) ,4g 

209 Gabriel ,50 

Gimbre (H.) 1-2 

u Tllslt (ancien). Grand (E.) ' .' ,80 

,0 Lemercier 216 

43 Martin (H.) 253 

57 Maupin(S.) 266 

59 Perréal 303 

Perret de la Menue 3o6 

Pomey(G. de) 3,8 

Quibly(Z. de) ■ 325 

212 Roland 340 

222 Salles (J. de) 353 

î-23q et additions. Tabourin 371-372 

....* 3i2 Teste 3^^ 

351-352 Trie 386 

Ville (A.-N. de) 392 



107 
171 
209 



eau) 



•99 



no«nt. 



58 
urt («744 et 181 5) 



Morand (ancien). 

Morand 265 

Thibière 3-75 



239 Projets entre la colline de Fourviéreet 
œlle des Chartreux. 



'^9 

1 10 
181 
35i 



> la Gulllotière. 



Chipiez (J) 84 

Dardel (Lehaître) 104 

Port du Temple. 

Quibly(Z. de) 325 



28 Port SaInt-VIncent. 

40 Gimbre (H.) ,72 

68 * ^ 



;son de) 84 

85 



..IM- 



PORTES DE VILLE (anciennes). 
De Bourgneuf ou Plerre-Scize. 



io3 
109 
1 12 

i38 Bire(J. de) 29 

141 Grand (E.) 180 

142 Perréal 3o3 



Digitized by 



Google 



- 421 — 
De Saint-Just (ancienne). 
Chazottes du Val 76 



(du XVIIIe siècle). 

Chrislot(F. Dubuisson de) 84 

(Enceinte nouvelle). 

Dardel io3 

Presqutle Perraohe. 
Perrache 3o2 

PRISONS 
De Roanne. 



1823 Chenavard 
i86r Louvier. . . 
1868 Charvret. . . 
J884 Hédin .... 



Promenade du Rempart 6\ 

Achard 

QUAIS 



De la Saône. 



Bal de Verrière. 

Bulliod 

Perréal 



D'HalInoourt. 



Baffert 10 

Bugniet bj 

Degérando (B.) m ville (N.-F. de) 

Grand (J.-F.) 181 ^ ^ 

Thibière 375 pu Rhône. 



Rue Saint-Jean. Bertaud (G.-L.). 

Baltard (P.) i3 Delamonce (F.-P.-J.-I.). 

Louvier 224 



Delorme. 



Saint-Joseph. 

Baltard (P.) i3 Ville(A.-N.). 

Dumont i34 Ville (N.-F.). 



De Retz* 



Saint-Paul. 

Louvier 224 

Moncorger 263 

Professeurs à l'Ecole royale gratuite de 
dessin et é l'Eoole des Beaux-Arts. 



Salle d'audienoe temporaire 

château de la Motte). 



Cripier. 
Fabre . . 



175Ô Gournay (de) 179 

1 756 Perrache .... 3o i et additions R^^h^rd (P. A.) 

1760 Faure 149 

1780 Achard i 

1807 Gay i65 Bossan 

1814 Cochet (C.-E.-^B.) 86 Giniez 



Stand au Grand-Camp 



Stations du olos de Fourv 



Digitized by 



Google 



De Beilecoup. 



.57 
166 
190 

3 1(3 

355 



75 

3o8 

léiettins (ancien). 

88 

io5 

L.) 12b 

164 

239 

(Nouveau). 

3.4 

'9 

89 

16G 

190 

356 

De Soufflot. 

368-369-370 

i3 

5o 

77 

102 

162-163 

i66 

181 

i83 

214 

226 

:?65 

3oi 

3i5 

3i6 



Digitized by 



Google 



Dtts Variétés. 



— 423 — 

i568 



Barqui 19 

Giroud (J.-E.) 176 

Dans l'ancienne église Saint-Charles. 

Buisson 57-58 

Temporaire (près du château de la Motte). 

Cripier 97 

Fabre 143 

Provisoires (place des Jacobins 
et place des Terreaux). 

Falconnet 1 44 

Farge(V.). 148 

Tour métallique de Fourviére. 

Perrin (P.) 307 

Vieilles enseignes. 

Charvet 74 et additions. 

Tisseur 384 

Voyers en titre de la ville. 

1 5 1 2 Grand (E . ) 1 80 

i53i Paris 294 

1 544 Tragnaud 385 

1546 Gimbre(H.) 172 

i55i Gimbre (J.) 173 

1564 Mirault 261 

i565 Chazottes du Val 76 



575 

597 
599 
622 
» 
637 
661 
662 
676 
708 
733 
767 

779 
792 

» 

1810 

i8(5 
1828 

» 
1829 

i838 
1840 

i852 
» 



1854 



Laurens 210 

Castel \ . 60 

Durand (J.) i38 

Genoud 168 

Quibly (Z. de) 325 

Quibly(C. de) 324 

Quibly (N. de) 324 

Maupin (S.) 255 

Maupin (E.) 255 

Seguin 356 

Bertaud (P.) 28 

Bertaud (G.) 27 

Bertaud (G. -L.) 27 

Grand (F.) 180 

Grand (J.-F.) 180 

Buisson 57 

Baifert 10 

Boulard 44 

Forobert 157 

Palhion 293 

Coillet 87 

Terrât 374 

Lahille 208 

Lambert 209 

Prost 320 

Aguettant .... 2 

Crépet 96 

Merlin (J.-C.) 259 

Chantemesse . . 66 

Vermorel : 389 

Forest 157 

Bonnet 40 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



LISTE CHRONOLOGIQ 

suivant la date connue ou présumée de leur naissance, de; 
des architectes et des ingénieurs dont les notices : 

dans cet ouvrage 



Apriclius (Priscianus). 

InTHATIUS ou xMlTHATlUS (MUFCUS). 

Sennius Metillius(M.). 



Xc SIÈCLE 



AUDEBERT. 



XII« SIÈCLE 

Robert. 

Martin (Guillaume). 

Etienne (Frère). 

XIIIc SIÈCLE 

Mercier (Richard). 
Gauthier. 
Richard (Jehan). 
Longmont (Jehan de). 
MoREL (Jacques). 

XIVc SIÈCLE 

Marsat (Guillaume). 
Remacin (Jehan de). 
Saint-Albin (Jehan de). 
MoREL (Jehan). 
Berthet (Jehan). 
Vaux (Jehan de). 
Beaujeu (Jacques de). 
Vieux-Chateau (Pierre de). 



Magnin (Jacques). 
NoYSET (Pierre). 

xvc s; 

BosoNET (Henry) 
Jehan. 

Delafontaine (Eti( 
Robert (Jehan). 
Garnier (Hugonîn) 
Martin (Hugonin). 
Montain (Pierre). 
Montaing (Antoine 
Salins (Jehan de). 
Jacquet (Pierre). 
Salles (Jehan de). 
Anglier (Guillaume 
Morel (Jehan). 
Martin (Peyre ou 1 
TiNDO (Louis). 
Marceau (N.). 
BuLLiOD (Amé). 
Trie (Clément). 
Tabourin (Jean) di 
CoYAUD (Jehan). 
Escullant (Jehan 
Girolle (Etienne). 
Pomey (Guillaume 
Grand (Edouard). 



Digitized by 



Google 



— 426 - 



. (Jehan) dit de Paris, 
ehan de V), 
^Sébastien). 

Claude). 
Pierre). 
^D (Henriet). 
(Claude). 
DiER (Antoine), 
îhan). 
Antoine). 

(Claude). 

Hierosme ou Hieronymc), 
(Humbert). 
' (Louis). 

ihan de) 

XVIc SIÈCLE 

f^umbert). 

OR (Salvatori).* 

ehan de r),dit de St-Germain. 

F (Pierre) dit Cheyssieu. 

rIAKD. 

Philibert de r). 

(Olivier). 

UD (Philibert). 

(Jacques). 

(Dominique). 

(Louis). 

aurice). 

Di (Alexandre). 

Constantin). 

Pierre). 

r (Léonard). 

^Hugues). 

(Mathieu), dit Me Adam. 

TES DU Val (Guillaume). . 

; (Jacques). 

(Bertrand). 

M (Jehan). 

)N (François). 

s (Jehan). 



Maillet (Michel). 
QuiBLY (Zanobis de). 
Bandinelli (César). 
Durand (Jérôme). 
Genoud (Philibert). 
Simon (Antoine). 
Martellange (Etienne). 
Dambournay. 

Valfenièreî François IldçRoyers de la) 
PiCQUET (Antoine). 

LALYAME(Philippe)0U LVLYANCE. 

Chaignon (Philibert). 
Merlin (Benoîi). 
Marie (Christophe). 
GuiLLOT (Jehan). 
Lemercier (Jacques). 
QuiBLY (Nerys de). 
QuiBLY (Claude de). 
Tavel (Richard). 
Cripier (Hugues). 
Fabre (Pierre). 
Désargues (Gérard). 

XVIP SIÈCLE 

Maupin (Simon). 
GouRDET (Simon). 
HuRET (Grégoire). 
Ducellet (Guillaume). 
Nadreau (Jacques). 

WiLHENGEN. 

Valkrien( Frère). 

Hendricy (Martin). 

Blanchet (Thomas). 

MiMEREL (Jacques). 

Lepautre (Antoine). 

Orbay (François II d'). 

Rogier (Robert). 

Valfenière (Paul de Royers de la). 

Richard (Alexandre). 

Maupin (Ennemond). 

Gervaise (Jean). 

La Vallée (Marin de). 



Digitized by 



Google 



427 



Seguin (Ferdinand). 
FoNTANA (Francesco-Carlo). 
Delamonce (Jean). 
Saint-Bonnet (Jean de). 
Chavagny (Mathieu). 
LA Pointe (F. de). 
Taillard. 

Mansart (Jules-Hardouin). 
Bertaud (Paul). 
Grivet (Benoît de). 
RocHEFORT (Claude). 
Degérando (Aimé). 
Galand (Denis). 
GouRAT (Claude). 
Hodet (Pierre I). 
Popinet (Henri-François), 
Simon (Claude). 
Cotte (Robert de). 
AuDRAN (Claude). 

AUGÉ. 

BuYAT (Bertrand). 
Ville (André-Nicolas de). 
Gabriel (Jacques V). 
BoFFRAND (Gern^ain). 
Lepelletier. 
Aynez (Jean). 
Degérando (Pierre) 
Delarue (Jérémie). 
Mathieu. 
Perret (Claude). 
Ampère. 

Aynez (Etienne), 
Fahy (Jean). 
Beauregard. 
Leroux (Jean- Baptiste). 
DELAMONCE(Ferdinand- Pierre-Joseph- 
Ignace). 
Besnard (Antoine). 
Hodet (Pierre II). 
Petitot (Simon). 
Fahy (Etienne). 

GODIN. 



AUBERT. 

Bertaud (Claude). 

Hodet (Jean). 

Boulard (André). 

Pietra-Santa. 

Servan, dit Servandô, dit Serv 

(Jean-Nicolas). 
Derizet (Antoine). 
Berne (François). 
Godeau. 
RiSAMBURG(Joachim van). 

XVIIIc SIÈCLE 

Delorme (Guillaume-Marie). 
Degérando (Anioine). 
Roche (Jean- Baptiste). 
Bertaud (Gaspard-Louis). 
Lhabitant (Jean-Marie). 
Perronet (Jean-Rodolphe). 
Bal de Verrière. 
Chabry (Marc II). 
Drivon. 

MORNAND. 

GoiFFON (George-Claude). 
Ville (Nicolas-François de). 
Boulard (Catherin- François). 
SouFFLOT (Jacques-Germain). 
Janin (Joseph-Oldebourf) de 

sagne. 
Caminet (Jean-Louis). 
Masson (Jean-Baptiste). 
Munet (Melchior). 
Roux (père). 
Loyer (Toussaint-Noel). 
Garnier (George). 
Grand (François). 
Terrier (Jean-Baptiste-Françc 
Thenadey (Pierre-Julien). 
Valin. 

Roche (Charles-Antoine). 
Roux (Léonard). 
L ALLIÉ ou Lallier (Jean-Frar 



Digitized by 



Google 



— 428 — 



.CHE (A.ntoine-Michel). 

^AY (de). 

\D (Jean-Antoine). 

L (Jean-Marie). 

i:NiCE (Marin). 

ï (Antoine). 

VRD (Joseph). 

/ET d'HoTENAZ (Jean-Baptistc). 

ZT (Donat). 

^ET. 

iT (Charles). 
RE (Jean-Pierre). 

E. 

:nice (Cyr). 
(Jean Cadet de). 
N (Jean-François-Gille). 
>is. 

ls (Jean-Louis). 
ET (Pierre-Gabriel). 
EREAUX (François). 

N. 

-Radel (Louis-François). 
ON (Antoine). 

1EY. 
RD. 

HON (Jean- Baptiste). 

TOT (François Dubuisson de). 

ros (Jacques). 

=:let (Jean-Baptiste). 

DT. 

iNOD (Joseph-François). 

jx (Jean). 

:rt (Nicolas-Marie). 

lRD. 

:rin (Louis Pierre-Alexandrede). 

îANDo (Benoît). 

(Claude). 

)T. 

5T (Jean- Louis). 

îT (Antoine). 

L3 (Jean-François). 



Buisson (Etienne-Gustave). 

Berne (Jean). 

CuRTEN (aîné). 

Dargout. 

Degvinis. 

Laverrière. 

Turin (Jean-Marie-Louis). 

Pénix. 

Gasquet (César). 

Maigre (Jean). 

Palloy (Pierre-François). 

Carron (Ange-Jean). 

Thibière (Jean-Marie-Gabriel). 

Bruyère (Louis). 

PiLLiET (Jean-Joseph). 

Denave (Pierre). 

Jeoffroy. 

Le Bossu. 

Cochet (Claude- Ennemond-Baltha- 

sar). 
HoTELARD (Pierre). 
Marion (Claude). 
Marcour (J.). 
MiLLiET (Antoine). 
HoTELARD (Frédéric). 
Durand (Claude- Pierre). 

ROZIER DE LA CaRDONXIÈRE. 

Détours (Léonard). 

ESPARET. 

Fonrobert. 

ViGNON (Barthélémy). 

Fontaine (Pierre-François-Léonard). 

Baltard (Louis-Pierre). 

Percier (Charles). 

BouRJOT (Ferdinand). 

Carville (Gilbert-Augustin). 

QUERVILLE (Louis). 

Flacheron (Louis-Cécile). 
Pérenciol (Jean-Antoine). 
Gay (Joseph-Jean-Pascal). 
Debret (François). 
Catelin (Claude). 



Digitized by 



Google 



— 429 — 



GuERCHY (Louis Reignier,marquis de). 

Palhion. 

Christot (Jean-François-Marie Du- 

buisson de). 
Fléchet (C. L.). 
RiGOLET (Germain). 

RiFAUD. 

HoTELARD (Ennemond-François). 

CoiLLET (Louis-Benoît). 

Falconnet (Fleury). 

GouRLiER (Pierre-Charles). 

Chenavard (Antoine-Marie). 

Farfouillon (François-Jacques). 

Dalgabio (Jean-Michel). 

Lahille. 

TissoT (Barthélémy-Antoine). 

Jay (Adolphe-Marie -François). 

AcTiErTANT (Sébastien). 

Carron (Charles). 

Chapuy (Nicolas-Marie -Joseph). 

PiRAUD (Cyr). 

Loras (C ). 

Benoit (Claude- Anthelme). 

Doliano (Jacques). 

DiGNoscYo (Laurent de). 

Hébrard. 

Lefranc (Pierre-Bernard). 

Pollet (Jean). 

MoNTROBERT (Antoiue-Léonard), 

Chipiez (Jérôme). 

Dardel (René). 

Garnaud (Antoine-Martin). 

Terrât (Jean-François). 

Seitz (Sébastien-Bernard). 

Ballet (J.-B.). 

Lambert. 

Gros (Fleury). 

DuMONT (Claude-Pierre). 

XIXc SIÈCLE 

Farge (Vincent). 
DuPASQuiER (Louis-Gaspard). 



Favre (Jean-Jacques). 

HoREAU (Hector). 

Grangier (Ktienne-Catherin). 

Cendrier (François-Alexis). 

Charnal (Jean-Antoine-Auguste). 

Pascalon (François). 

Reynaud (François-Léonce). 

Lejeune (E.). 

Christot (Hugues-François Dubuis- 

son de). 
Savoye (Jean-Amédée). 
DuLiN (Jacques). 
Miciol (André). 
Lenoir (Victor-Benoît). 
Baltard (Victor). 
Prémillieux (Sébastien). 
Bernard (Pierre). 
FoREST (Joseph). 
PoNCET (Benoît). 
Fontaine (Benoît). 
Cassini (Louis). 
Cote (Claude-Ferdinand). 
BissuEL (Jean-Prosper). 
Crépet (Christophe). 
QuESTEL (Charles-Auguste). 
Jordan (Joseph- François-Auguste). 
ExBRAYAT (Jean-Baptiste-Jules). 
Prost (Claude-Joseph). 
Flacheron (Jean-Charles-Rapha(il). 
Le Bègue (Claude-Henri-Alfred). 
Gallin. 

Pallu (Hilaire-Narcisse). 
Perret (Louis). 
Risamburg (Van). 
Denonfoux. 

Bonnet (Joseph-Gustave). 
Perret de La Menue (Claude-Emile). 
DuPHOT (Théodore- Michel - Jules- 

Henri). 
DuNOD ( Louis - Gaspard - Marie-An - 

toine). 
FLACHERON(Pierre-Alexnndre-Pyrru8). 



Digitized by 



Google 



w* 



— 430 

BouRDET (François-Régis Emmanuel). 

Daly (César). 

Gancel (Antoine-François). 

DucLOS (Jacques-Jules). 

Savy (Etienne). 

Chabrol (Pierre-Prosper). 

Pascal (Pierre-Julien). 

Crétin (Gabriel). 

CoucHAUD (André-Louis). 

GiNiEz (Jean-Etienne-Frédéric). 

Chambeyron (Jean-Baptiste). 

Merlin (François). 

Vermorel (Benoît). 

BossAN (Pierre-Marie). 

Desjardins (Antoine). 

DuBOYS (Alphonse-Constance). 

Manguln (Pierre). 

Catenod (Ambroise-Marie). 

Bourchani (Jean). 

Ledru (Agis-Léon). 

Chantemesse (Polydore). 

Bresson (Louis-Maurice-Antoine). 

EcHERNiER (Casimir-Julien-Charles). 

Laval ( Eugène -Jean - Baptiste- Ga- 
briel). 

Denuelle (Dominique-Alexandre). 

LouviER (Antoine-George). •^ 

JuMELiN (Jean - Paul - Auguste - An - 
thelme). 

Martin (Charles). 

Pellegrini (Charles-Bernard). 

Feuga (Henri). 

Blot (Jules). 

Léo (Christian-Wilhelm). 

Séon (Joanny) 

Beuchot (Jean-Baptiste). 

George (Gaspard). 

Revoil (Henri-Antoine). 

Bellemain (Philibert). 

Poix (Claude). 

Chatron (Benoît-Joseph). 

JouFFRAY (Abel). 



Falcouz (Etienne-Joseph). 

Bauxy (Philippe-Manlius). 

Berjon (Lambert-Louis). 

Farfouillon (Jean-Jacques). 

Weil (Benjamin). 

Martin (Pierre). 

MoucHON (Benoît). 

Dambre (Jean-Baptiste). 

BizoT (Ernest). 

Jacquet (Louis). 

LoRAS (Jean-Joseph). 

Charpenel (Joseph-Marie). 

B ARQUi (Ferdinand - Joseph - H ippo - 

lyte). 
MussoN (Antoine) 
Revel (Joseph-Samuel). 
Grivet (François). 
Merlin (Jean-Claude). 
Fléchet (Joseph). 
Tisseur (Barthélemy-Clair). 
MoNVENoux (Joseph-Auguste). 
Delouille (Jean-Louis-Auguste). 
JouRNOUD (Louis-Etienne). 
HiRSCH (Abraham). 
Chatron (Jules). 
ARQuiLLi£RE (Pierre). 
Lablatinière (Jean-Marie- Anselme). 
Girard (Dominique). 
Baudet (Jean). 
Boudon (Armand). 
EsTiER (Jules). 
RoNsiN (Jean-Baptiste). 
Sage (Jean-Marie). 
Clair (Joseph). 
Tarchier (Louis). 
RicouR (Joseph). 

Charvet (Etienne-Léon-Gabriel). 
Mazerat (Louis). 
Benoit (Louis-Frédéric). 
DoNAT (Barthélémy • FrançoisEnne- 

mond). 
Thoubillon (Jean-Marie-Emile). 



Digitized by 



Google 



— 431 — 



Despierre (Alexis). 

Frérot (Charles). 

PupiER (Joanny). 

Lebrun (Henri). 

GiROUD (Jean-Etienne). 

Jamot (Jean-Claude). 

Perrin (Prosper). 

Bourbon (Antoine-François). 

Porte (Claudius). 

MoREL(Hilaire). 

Chipiez (Charles). 

Perrin (Sainte-Marie-Louis-Jean). 

Despierre (Henri). 

Richard (Pierre-Alexandre), 

BoiRON (François). 

MoREAU (Joseph-Dominique). 

Genéty (François). 

Lucas (Charles-Louis-Achille). 

Bernard (André). 

DuRANSON (Joseph). 

Roux (Louis-François). 

Franchet (Charles-Marie), 

Pascalon (Paul), 

Berthelet (Jean-Claude). 

Raguenet (Antoine). 

Carra (Pierre-Marie). 

Bouvard (Joseph-Antoine). 

Cateland (Eugène-Toussaint). 

DuBUissoN (Joseph-François). 

André (Gaspard-Abraham). 



BissuEL ( Prosper- Edoua 
Gros (Ulysse). 
Coquet (Jean 'François-^ 
Groboz (Raphaël). 
Fleury (Mathieu-Claudii 
Malaval (Joseph-Etienr 
Roux-Meulien (Charles- 
Vallin (Louis-Marie). 
Hédin (Amédée). 
Rivière (Claude). 
Germer-Durand (Alexa 

François). 
WuLLiAM (Claude-Louis^ 
RiGOCT (Louis). 
Geneste (Philippe). 
Farge (Laurent). 
Boulin (Jean - Marie - i 

phane). 
Desjardins (Paul-August 
Cassien-Bernard (Marie- 
Bréasson (Jean). 
RiBOLLET (René). 
Cumin (Jules). 
Bellemain (Marie-André 
Poncet (Jean-Louis). 
Moncorger (Henri). 
Rogniat (Louis). 
RoGNiAT (Etienne-Augus 
Garnier (Antoine-Joseph 
Viennois (Antoine). 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



ADDITIONS ET CORRECTIONS 



Beauregard. — Page 21, ligne 2^au lieu de : l'évangile, lise^ : Tép 
Bertaud de la Vaure (C.)- — Page 27, ligne 1 1, ajoutei : Armoii 

au lion d'or à la fasce de gueules chargée de trou 

brochante. 
Bertaud (P.). — Page 28, ligne 14, ajoute:^ : on a son jeton avec j 

de 1697 (voyez ci-dessus). 
Blanchet. — Page 36, ligne i5, au lieu de : prêtres de TOra 

missionnaires. 

Bourbon. — Page 48, ligne 22, après Lyon, ajoute:; : le 6 juillet iJ 

BouRCHANf. — Page 48, ligne 28, ajoutei après architecte : né, et 
le 1 1 décembre 1816. 

Bouvard (J. -A.). — Page 5i, ligne i5, ajoute^ : Ecole rue St-Lan 
nationale à Voiron (Isère). 

— Page 52, ligne 5^ ajoute^ : — iSgS. Notice sur J.-C-A. / 

le compte rendu du 3^ Congrès international des 
page 374. 
Cateland. — Page 61, ligne i5,a/ow/e:f: construction d'un tissage 
chalet d'habitation et constructions rustiques dans l( 

— Page 61, ligne 34, ajoute\ après au même : Maison 

Grande 

— Page 62, ligne 1 , après aménagement ajoute^ : installation 

après hôtel de ville : et des services municipaux 

— Page 62, ligne 14, après scolaire ajoute:; . approuvé 

— — ligne i5, après scolaire, ajoute^ : approuvé 
exécuté ajoute^ : A Saint-Romain-de-Popey, groupe 
exécuté. A Pontcharra, projets de presbytère, d'écoh 
et de mairie. 

Chabry, — Page 65, ligne 18, ajoute^ : — A la chapelle des 
Lorette, les sculptures du portail. 



Digitized by 



Google 



— 434 — 

o, ligne 4, ajoute^ : En 1877, membre du comité de 

iticn rétrospective de Lyon, où il a organisé l'exposition 

aillons, médailles et jetons de la ville de Lyon. 

le 5, au lieu de : comités, lise:^ : comité 

le i3, au lieu de : Eustache de Chapuys, lise:{ : Eustache 

>. 

ic 25, ajout ei : Figures dans Nos vieilles enseignes de 

ur, 1893. 

77, ligne II, au lieu de : grand-théâtre de Lyon,- lise^ : 
de Soufflot à Lyon 

jisson de}. — Page 85, ligne 5, apî^ès travaux ajoute\ : 
)ital de la Croix- Rousse et 

, ligne 6, après dangereuse, ajoute^ : et fit installer un 
ment de bains, rue Ste-Catherine 

L) — Page 112, ligne 21, après Lyon, ajoute^', (Les 
ont conservés aux Archives du département du 

igc 1 1 5, ligne 17, au lieu de : Andran, lise:^ : Andran. 

20, ligne 7, après Paris, ajoute^ : Publication : Notice 

ique de Laval, architecte^ dans le volume de 1869 de 

e générale de V Architecture et des Trat^aux . publics^ 

)1 à 199. 

, ligne 8, au lieu de : 1822, lise:;: 1820. 

39, ligne 29, au lieu de : publiée, lise:; : publié. 

u lieu de : Faber (Petrus), lise:; : Fabre (Pierre), 
gne 9, ajoute^ : Les Gi^areurs d'estampes sur cuivre à 
m XVll^ siècle^ par Natalis Rondot, pages 39 et 40, 
Pierre Favre. 

- Page i52, ligne i3, au lieu de : grilles, lise^ : grille. 

— i52, ligne 23, au lieu de : Lugduneusis^ lise^ : 
iisis, 

ligne 26, au lieu de : 1709, lise:; : 1704. 
au lieu de : (Etienne-François), lise:; : (Antoine-François], 

ne 2, après Telier, ajoute^ : pour celui des courtiers en 
827, gravé par Barre 

, ligne 34, ajoute:; : Il fut remplacé, le 3o octobre 1599, 
>bis de Quibly. 

assifjj, au lieu de : Nîmes, lise:; : Nimes. 



Digitized by 



Google 



— 435 — 

Hédin. — Page i85, ligne 3i, ajoute^ : — Salon de 1898 : Vue de Menton 
(Alpes-Maritimes) : Château de Falaise (Calvados) ; aquarelles. 

HuRET. — Page 198, ligne 5, après 1606, ajoute^ : (Pas plus qu'en 1610, selon 
M. Natalis Rondot). 

— Page 198, ligne 26, ajoute:^ : 120 pièces environ. 

— — 198, ligne 33, ajoute:^ : Les Graveurs d'estampes sur cuivre à 

Lyon^ au XVll^ siècle^ par Natalis Rondot, 1896. 

Jacquet. — Page 199, ligne 28, supprime^ : également 

— — 199) ligne 29, j/o«/e:j • enfin il fit partie de commissions 
envoyées pour étudier Tamélioration de la navigation du Danube 
et pour Texamen des travaux de percement de Tisthme de 
Panama. 

Lavallée (De). — Page 212, ligne 12, au lieu de : des, lise^ : ces 

Lenoir. — Page 219, ligne 7, après Paris, j/ow/e; : (actuellement en transfor- 
mation) 

LiMAY. — Page 222, ligne 23, au lieu de : biographique, lise^ : biographiques 

Marie. — Page 239, ligne 2, après : vide, ajoute:^ : des jetons du Consulat de 
1672 montrent ce pont avec ces boutiques; un autre jeton de 
1692 le représente sans boutiques 

Morand. — Page 265, ligne 3o, après ; Lyon), ajoute:^ : ainsi que la chapelle • 
des pénitents de Lorette 

MoucHON. — Page 270, ligne ii, au lieu de : Técole de La, lise:{ : Técole La 

Percier. — Page 3oo, ligne 8, ajoute:{: — Une très grande quantité de dessins 
et de croquis faits par lui sont conservés à la bibliothèque de 
l'Institut, à laquelle ils furent légués, en i832, par son neveu 
M. Villain. 

— Page 3oo, ligne 34, après 1471), ajoute^ : son portrait dessiné par 

Heim (n® 1759) 

— Page 3oo, même ligne, au lieu de : son portrait, lise^ : celui 

Perrache, — Page 3oi, ligne 22, après : gueules, ajoute^ : — Il fut élève de 
Técole royale des élèves protégés à Paris, où il obtint un accessit 
en 1749, et professeur de sculpture de 1756 à 1779 à l'Ecole 
royale académique de dessin de Lyon. 

Perret (C). — Page 304, ligne 23, au lieu de : 1732, lise:^ : 1728 

Perret (L.). — Page 307, ligne 6, ajoute:{ : auquel a collaboré également Savi- 
nien Petit. 

'Revoil. — Passi?n^ au lieu de : Nîmes, lise^ : Nimes. 



Digitized by 



Google 



— 436 - 

ige 337, ligne i6y au lieu de (Etienne-Auguste) /ï5^{: 
ugustin). 

i3, après : Roy, ajoute^ (Maurice). 

I, après Lyon, ajoute^ : Basilique de Fourvière; vue 



67.403. — fmp. A. Waltener. — P. Legendre et C*». Suçn. — Lyon. 



Digitized by 



Google 



TABLE DES MATIERES 



Préface 

Architectes. — Notices biographiques et bibliographique 

Table des Edifices de Lyon, avec les noms des maître 
architectes qui s'y rapportent 

Liste chronologique, suivant la date connue ou présumé( 
naissance, des maîtres d'oeuvre, des architectes 
ingénieurs dont les notices se trouvent dans cet ouvra 

Additions et Corrections 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



TABLE 

DES PORTRAITS ET GRAVURES 



Le bon Architecte, par Philibert Delorme 

Le mauvais Architecte, par Philibert Delorme. 

L — G. -A. André 

II. - C.-A. Benoît 

IIL - J.-P. Bissuel 

IV. — L.-M.-A. Bresson 

V. — E.-L.-G. Charvet 

VL — A. -M. Chenavard 

VII. — R. Dardel 

VIII . — A. Desjardins 

IX. — L.-G. Dupasquier 

X. — C.-J.-C. Kchernier 

XL — J.-J.P. Gay 

XII. — A. Hirsch 

XIII . — L.-E. Journoud 

XIV. — A.-G. Louvier 

XV. — Philibert de TOrme 

XVI. - F.-L. Reynaud 

XVII. — J. Rondelet 

XVIII. — J.-A. Savoye 

XIX. — J.-G. Soufflot 

XX. — B.-C. Tisseur 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 






'■Mi 




^^^ ^^ ^^ 






^ .- 






À 
/ 



V r 



V - 

'•s t 






> 






^ 




'>... 



V 




^ 



^^-^'■X/^lsi!^' 




V. > 






V' 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google